Aller au contenu

Valeur de l'individu dans les sociétés

Noter ce sujet


Messages recommandés

Invités Posté(e)
Invité Groenland Invités 0 message
Posté(e)

Du point de vue de l'individu lui-même, est-ce dans une société collectiviste ou dans une société individualiste que chaque individu a plus de valeur et d'importance ? 

Paradoxalement n'est-ce pas dans une société collectiviste que chaque individu se voit et voit l'autre comme ayant plus de valeur et d'importance car ils portent tous en eux un objectif transcendant bien précis c'est-à-dire le bien-être du groupe là où la société individualiste ne produit qu'égoïsme, compétition et au final du nihilisme dans chaque individu ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre 75ans Posté(e)
Talon 1 Membre 16 677 messages
Talon 1‚ 75ans
Posté(e)

Oui, le collectivisme privilégie la réalisation d'un plan, pas celle des individus. Et ceux qui exigent l'objectif de ce plan sont des privilégiés individualistes. Nul ne peut vivre à la place d'un autre.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 39ans Posté(e)
Mak Marceau Membre 4 526 messages
Leader‚ 39ans
Posté(e)

La valeur de l'individu est rien sans La Société et Le Groupe. L'individu peut rien faire, rien devenir, sans Le Groupe.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 69ans Posté(e)
Gouderien Membre 22 101 messages
Obsédé textuel‚ 69ans
Posté(e)
il y a une heure, Groenland a dit :

Du point de vue de l'individu lui-même, est-ce dans une société collectiviste ou dans une société individualiste que chaque individu a plus de valeur et d'importance ? 

Paradoxalement n'est-ce pas dans une société collectiviste que chaque individu se voit et voit l'autre comme ayant plus de valeur et d'importance car ils portent tous en eux un objectif transcendant bien précis c'est-à-dire le bien-être du groupe là où la société individualiste ne produit qu'égoïsme, compétition et au final du nihilisme dans chaque individu ?

Les sociétés collectivistes accordent peu d'importance à la vie humaine, et donc à chaque individu. C'est pour ça qu'elles ne se privent pas d'en massacrer des millions. C'est pas grave, c'est pour le bonheur futur de l'humanité... qu'elles disent!:hehe:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invités Posté(e)
Invité Groenland Invités 0 message
Posté(e)
il y a 16 minutes, Gouderien a dit :

Les sociétés collectivistes accordent peu d'importance à la vie humaine, et donc à chaque individu. C'est pour ça qu'elles ne se privent pas d'en massacrer des millions. C'est pas grave, c'est pour le bonheur futur de l'humanité... qu'elles disent!:hehe:

Il y a quand même quelque chose de malsain dans la façon dont on donne une soit-disant importance à la vie humaine dans les sociétés individualistes, en fait à quoi sert exactement de donner de l'importance à quelqu'un qui lui-même se sent vide de l'intérieur comme une coquille vide... Autant être sincère et dire qu'on est en train de sanctifier des coquilles vides, ce qui en fin de compte constitue un double foutage de gueule, pour l'individu et pour la société. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 69ans Posté(e)
Gouderien Membre 22 101 messages
Obsédé textuel‚ 69ans
Posté(e)
il y a 54 minutes, Groenland a dit :

Il y a quand même quelque chose de malsain dans la façon dont on donne une soit-disant importance à la vie humaine dans les sociétés individualistes, en fait à quoi sert exactement de donner de l'importance à quelqu'un qui lui-même se sent vide de l'intérieur comme une coquille vide... Autant être sincère et dire qu'on est en train de sanctifier des coquilles vides, ce qui en fin de compte constitue un double foutage de gueule, pour l'individu et pour la société. 

"Coquilles vides"? Fichtre! Comme tu y vas! Et de quel droit décrète-tu que les gens sont des "coquilles vides"? Qu'en sais-tu, d'abord? Tu sembles faire bon marché de la vie humaine. Nos sociétés ont beaucoup de défauts, mais elles accordent tout de même plus de prix à l'individu que ces fourmilières géantes que sont les sociétés asiatiques.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invités Posté(e)
Invité Groenland Invités 0 message
Posté(e)
il y a une heure, Gouderien a dit :

"Coquilles vides"? Fichtre! Comme tu y vas! Et de quel droit décrète-tu que les gens sont des "coquilles vides"? Qu'en sais-tu, d'abord? Tu sembles faire bon marché de la vie humaine. Nos sociétés ont beaucoup de défauts, mais elles accordent tout de même plus de prix à l'individu que ces fourmilières géantes que sont les sociétés asiatiques.

Pas d'amour pas de vie...! 

Par coquille vide j'entends nihiliste. 

Modifié par Groenland
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 69ans Posté(e)
Gouderien Membre 22 101 messages
Obsédé textuel‚ 69ans
Posté(e)
il y a une heure, Groenland a dit :

Pas d'amour pas de vie...! 

Par coquille vide j'entends nihiliste. 

Nihiliste? C'est un peu vague.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 44ans Posté(e)
Fraction Membre 2 724 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)
Il y a 5 heures, Groenland a dit :

Du point de vue de l'individu lui-même, est-ce dans une société collectiviste ou dans une société individualiste que chaque individu a plus de valeur et d'importance ? 

Paradoxalement n'est-ce pas dans une société collectiviste que chaque individu se voit et voit l'autre comme ayant plus de valeur et d'importance car ils portent tous en eux un objectif transcendant bien précis c'est-à-dire le bien-être du groupe là où la société individualiste ne produit qu'égoïsme, compétition et au final du nihilisme dans chaque individu ?

Bonjour,

Dans un système collectiviste, l'individu n'est qu'un numéro de sécu,

alors que dans un système capitaliste, l'individu n'est qu'un numéro de carte bleue.

Ma foi, je préfère être reconnu pour ma force que pour ma faiblesse.

Mais je plaisante bien sûr.

 

L'histoire a démontré l'entropie fondamentale du collectivisme en Occident.

Le seul collectivisme fiable et pérenne, c'est le collectivisme asiatique.

Et rien ne nous dit si la génétique ou la religion n'y sont pour rien, d'où une organisation non-transposable.

 

Mon idée c'est que la collectivisation sait gérer les infrastructures et les matières premières.

Mais elle n'a pas vocation à gérer les biens mobiliers, parce que son défaut de flexibilité administrative et politique condamne sa plasticité et son accélération opérationnelles.

Un pays dont l'économie repose essentiellement sur la rente de matières premières n'a pas grand intérêt au libéralisme, car c'est essentiellement la valeur ajoutée qui fait émerger la classe moyenne et son dynamisme.

 

_ Le collectivisme, c'est plutôt "à chacun selon ses besoins".

_ La social-démocratie ce serait plutôt "à chacun selon son mérite".

_ Alors que le libéralisme c'est "à chacun selon sa valeur marchande".

Voyez donc comme nous évoluons dans une société dimensionnée, tantôt par sa force tantôt par sa faiblesse.

Reconnaître la faiblesse est certes une dimension morale essentielle, mais elle est coûteuse et décélératrice.

Le pari libéral c'est que désinhiber les forces accélératrices est plus pertinent, pour l'intérêt général à moyen-long terme, que de redistribuer sans condition.

 Cordialement, Fraction

Modifié par Fraction
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 55ans Posté(e)
brooder Membre 4 420 messages
Doctor feel good‚ 55ans
Posté(e)

"A chacun son enfer" ...

Que l'on soit dans une société collectiviste ou individuelle, notre valeur n'est rien face au mal-être existentiel ! Nous sommes seul face à notre finitude et cela ne se monnaie pas.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines après...
Membre Posté(e)
Mani Manimone Membre 47 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Le tout collectivisme opposé au tout capitalisme? Est ce seulement possible???A part dans le cerveau déjanté de quelques uns

Du point de vue de l'individu lui-même, est-ce dans une société collectiviste ou dans une société individualiste que chaque individu a plus de valeur et d'importance ? 

L’éthique implique qu’on ne recherche jamais d’abord son intérêt personnel, mais qu’on contribue aux solidarités organiques qui renforcent le lien social. L’appartenance citoyenne fait, de même, obligation aux personnes d’œuvrer d’abord au bien commun. La liberté ne se définit pas comme la possibilité d’échapper à l’autorité politique ou de se soustraire à la vie publique, mais comme la possibilité d’y participer.» (Alain de Benoist)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×