Aller au contenu

Jeffrey Epstein, le maître de « l’île de tous les vices »

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre Posté(e)
PASCOU Membre 63 836 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Depuis que le monde est monde, tous les siècles ont eu leurs chantres de la « décadence ». C’est une banalité que de le rappeler. Ainsi, à notre époque dite « postmoderne », pour de nombreux observateurs- essayistes, sociologues, historiens, polémistes, etc., la France en particulier et l’Occident en général, seraient largement engagés sur la pente de la décadence, du déclin. On se gardera, évidemment, d’ouvrir le débat, mais chacun perçoit qu’il y a dans l’air, quelque chose de résigné, de désenchanté, le tout sur fond de culpabilisation permanente, de réflexes parfois haineux, et d’auto-dénigrement.

 
 

 
Sur l'île de Batz,s que de l'air pur.
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×