Aller au contenu

Paroles de chanson

Noter ce sujet


Jawohl !

Messages recommandés

Membre Posté(e)
Lowy.. Membre 1 212 messages
Mentor‚
Posté(e)

When I grow up

When I grow up, you know what I wanna be?
Take a seat, let me tell you my ridiculous dreams
I wanna rap, yeah, I know it's hard to believe
And I can tell you're already thinkin' I will never succeed
But I'm okay with it, I admit the lyrics are weak
I been workin' on 'em, I'll be good eventually
I understand you gotta crawl before you get to your feet
But I been running for a while, they ain't ready for me, ah

I know this probably isn't really realistic
And honestly, I might not ever make a difference
But that don't make a difference, I'ma have to risk it
I been crunchin' numbers, you ain't gotta be a mathematician
And see the odds ain't rootin' for me
I can't lie though, it's kinda how I like it to be
The underdog, yeah, you probably think you know what I mean
But what I'm saying is they ever push me, I'm gonna swing, yeah

I could go to college, get in debt like everybody else
Graduate and probably get a job that doesn't pay the bills
That don't make a lot of sense to me, forget the Happy Meals
I don't like the dollar menu, I would rather make a meal
Huh? Make a mil'? Nah, I said make a meal
Home-cookin', get the grill, how you want it? Pretty well?
Everything I see is overdone to me, I'm not Adele
But I'ma get a record deal and say hello to mass appeal

When I grow up, I just want to pay my bills
Rappin' 'bout the way I feel, 
I just want to make a couple mil'
Leave it to the fam in the will, 
I just want to sign a record deal
Maybe buy a house up in the hills, 
Might not be the best in my field
But I guarantee that I'ma die real
When I grow up

I'ma make 'em notice me, rhymin' like it's poetry
Everything I oversee, I just like to overthink
Mockin' me, you pay the fee, no return and no receipts
Those of you that don't believe, quiet, you don't know a thing
Quiet when I'm tryna sing, quiet when I'm making beats
Quiet when I'm tryna think, sorry, I don't mean to scream
I just feel like no one really gets me and it's sad to see
'Cause someday I'ma grow up and show all of you it's meant to be,

Anybody wanna hear me rap? (No)
Come on, let me play a couple tracks (no)
Come on, I can spit it really fast (no)
You think I should throw this in the trash? (No)
Tricked you, haters, go away before I hit you
I am not a beggar or a kiss-up
You don't understand? Well, I forgive you
I am not a quitter, you ain't really think that, did you?
Maybe someday I could even be up on the radio
Have a tour bus and maybe even play a couple shows
Everybody in the crowd singin' every word I wrote
Tellin' me that I am not the only one that feels alone
Huh? You feel alone? Yeah, I kinda feel alone
Wonder if that feelin' ever goes away when you get old
Will I ever make it as an artist? I don't really know
Might not make a lot of dough, I'ma have to try it, though

When I grow up, I just want to pay my bills
Rappin' about the way I feel, 
I just want to make a couple mil'
Leave it to the fam in the will, 
I just want to sign a record deal
Maybe buy a house up in the hills,  
Might not be the best in my field 
But I guarantee that I'ma die real 

When I grow up, I just want to pay my bills 
Rappin' about the way I feel, oh yeah (yeah, the way I feel)
Yeah, I just want to make a couple mil'
Leave it to the fam in the will, oh yeah (to the fam in the will)
I just want to sign a record deal 
Maybe buy a house up in the hills, oh yeah (a house up in the hills)
Yeah, I might not be the best in my field 
But I guarantee that I'ma die real
When I grow up

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Animateur ., Posté(e)
goods Animateur 32 596 messages
.,
Posté(e)

Jour de poisse

A toi qui me suis dans la rue

Qui m'dévisages à moitié nu

A toi qui nous siffles en passant

Sur le trottoir les soirs de sang

A toi qui fais mettre le point

Sur la longueur sur les dessins

 

Sur les motifs et l'émotion

Sur la jupe ou sur les talons

A toi qui m'fais me dire p'tite conne

Cache tes jambes et ton téléphone

Pourquoi t'étais là avec qui

Qu'est ce que t'as fait qu'est ce qu'il t'a pris

 

A toi qui fais monter la peur

Toi qui décroches tues la candeur

A toi qui fais le beau le fier

T'es super bonne la vie d'ma mère

Toi qui nous guides sur le papier

A écrire ce qu'il s'est passé

Je n'écrirai pas d'chanson sur toi...

A toi qui fais se sentir sottes

Les filles le matin en culotte

Qu'est-ce que je vais m'mettre sur le dos

Est-ce que ça passe est-ce que c'est trop

Toi qui fais pas d'bruit toi qui squattes

Sur les parkings en sortant d'boîte

Toi qui fais faire l'tour d'la question

Sur les motifs et l'émotion

Toi qui décides l'itinéraire

Qu'mes copines prennent les soirs d'hiver

Toi qui fais payer des taxis

Quand on sort seule et qu'il fait nuit

Jamais j'prendrai l'dernier métro

Ni le premier j'en ai vu trop

Toi qui fais rallonger les robes

Monter les cols jeter l'opprobre

A toi qui fais mettre le point

Sur le coton sur le satin

Je n'écrirai pas d'chanson sur toi...

Il n'y aura pas un couplet

Pas un refrain pas un sonnet

Je n'sortirai pas une seule note

De ma guitare du fond d'ma glotte

Je n'aurai pas même une pensée

Sur mon dégoût, ton humanité

Toi qui me fais baisser la garde

Quand j'ai trop bu quand l'sommeil tarde

Toi qui fais regretter le son

De mes chaussures sur le béton

A toi qui fais monter l'angoisse

A chaque tournant les jours de poisse

Toi qui fais monter la pression

Sur les motifs et l'émotion

Qui m'fais marcher la tête haute

Le regard droit à qui la faute

Quand je m'fais jolie pauvre tâche

Et que j'ai honte en haut des marches

A toi qui m'fais faire demi-tour

Activer le compte à rebours

Toi qui me fais changer d'avis

J'vais pas venir j'ai plus envie

A toi qui fais mettre le point

Sur le salaud et la putain

A toi qui seras là demain

Sur le boulevard au p'tit matin

A toi que je croiserai ce soir

Au coin d'la rue en quittant l'bar

Je n'écrirai pas d'chanson sur toi...

 

 

  • Like 1
  • Merci 1
  • Waouh 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sérial Banneur `, 48ans Posté(e)
Tequila Moor Sérial Banneur 12 233 messages
48ans‚ `,
Posté(e)

"There must be some way out of here"
Said the joker to the thief
"There's too much confusion
I can't get no relief
Businessmen
They drink my wine
Plowmen dig my earth
None of them along the line
Know what any of it is worth"

"No reason to get excited"
The thief, he kindly spoke
"There are many here among us
Who feel that life is but a joke
But you and I
We've been through that
And this is not our fate
So let us not talk falsely now
The hour is getting late"

All along the watchtower
Princes kept the view
While all the women came and went
Barefoot servants too

Outside, in the distance
A wildcat did growl
Two riders were approaching
The wind began to howl

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Animateur ., Posté(e)
goods Animateur 32 596 messages
.,
Posté(e)

Les dingues et les paumés .

Les dingues et les paumés jouent avec leurs manies

Dans leurs chambres blindées leurs fleurs sont carnivores

Et quand leurs monstres crient trop près de la sortie

Ils accouchent des scorpions et pleurent des mandragores

Et leurs aéroports se transforment en bunkers

A quatre heures du matin derrière un téléphone

Quand leurs voix qui s'appellent se changent en revolvers

Et s'invitent à calter en se gueulant come on

 

Les dingues et les paumés se cherchent sous la pluie

Et se font boire le sang de leurs visions perdues

Et dans leurs yeux mescal masquant leur nostalgie

Ils voient se dérouler la fin d'une inconnue

Ils voient des rois fantômes sur des flippers en ruine

Crachant l'amour-folie de leurs nuits métropoles

Ils croient voir venir Dieu ils relisent Hölderlin

Et retombent dans leurs bras glacés de baby-doll

 

Les dingues et les paumés se traînent chez les Borgia

Suivis d'un vieil écho jouant du rock'n'roll

Puis s'enfoncent comme des rats dans leurs banlieues by night

Essayant d'accrocher un regard à leur khôl

Et lorsque leurs tumbas jouent à guichet fermé

Ils tournent dans un cachot avec la gueule en moins

Et sont comme les joueurs courant décapités

Ramasser leurs jetons chez les dealers du coin

 

Les dingues et les paumés s'arrachent leur placenta

Et se greffent un pavé à la place du cerveau

Puis s'offrent des mygales au bout d'un bazooka

En se faisant danser jusqu'au dernier mambo

Ce sont des loups frileux au bras d'une autre mort

Piétinant dans la boue les dernières fleurs du mal

Ils ont cru s'enivrer des chants de Maldoror

Et maintenant ils s'écroulent dans leur ombre animale

 

Les dingues et les paumés sacrifient don Quichotte

Sur l'autel enfumé de leurs fibres nerveuses

Puis ils disent à leur reine en riant du boycott

La solitude n'est plus une maladie honteuse

Reprends tes walkyries pour tes valseurs maso

Mon cheval écorché m'appelle au fond d'un bar

Et cet ange qui me gueule viens chez moi mon salaud

M'invite à faire danser l'aiguille de mon radar
 Hubert Félix Thiéfaine

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 150ans Posté(e)
Etaine Membre 1 562 messages
Forumeur vétéran‚ 150ans‚
Posté(e)

Gamin

Hey, gamin, y a conflit parental
Tu t'sens comme entre parenthèses
T'es là, tu vas jamais t'en tirer
T'étais pas volontaire
Des larmes en abondance
C'est qu'ton enfance a bon dos
Car c'est pas ton innocence qui pleure
Au soir, le rideau danse
T'es seul, t'entends chanter le vent
Sur les cris de ta mère
Papa lui fait jamais d'avance
Papa est toujours en colère
T'aimes pas sa violence mais
T'sais qu'c'est des vieux relents d'amour
Qu'il a jamais reçu
Dans l'coeur, ça t'joue du violon
Tu t'caches sous tes airs de p'tit prince
Quand toute la terre est fâchée
T'aimerais t'effacer
T'es comme une erreur
Y a tant d'horreurs à penser
Y a tant d'horreurs à penser

Faut qu'tu t'casses d'leur vie, de la province
Avant d'finir comme eux, rincé
Cassé par le passé
Le cœur en errance
Et t'as mille romances à vivre, toi
T'as mille romances à vivre

Hmm-hmm

Hey, gars, t'es pas l'dernier des cons, toi
Ta vie, tu t'la racontes
Comme une histoire où n'se comptent pas
Les caresses et les coups
Quand les darons sont couchés
Tu t'en fous plein la tronche et
Et la nuit passe au rouge
Y a plus un loup à la ronde
Alors, quand t'es enfin tranquille
Sans peur, sans état d'âme
Quand y a plus rien à damer
Sur ton cœur de cadavre
Alors, tu peux enfin planer
Sans l'poids d'tout leurs putains d'malheurs, aux autres
Ils dorment, ils s'ront à l'heure, les autres
Et toi, t'es en hauteur
Tu planes, tu t'fous d'ta décadence
Chante, les étoiles vont danser
Plus rien dans les pensées
Plus rien sur le cœur
Pour toi, enfin, plus rien n'existe
Enfin, plus rien n'existe
Dans l'noir, tes peines se balancent
Celles que tu tiens des ancêtres
Pluie de larmes anciennes
Dans une violente rage d'envie de n'plus vivre
D'envie de n'plus vivre

Hmm-hmm

Hey, vieux, t'as toute une vie d'avance, toi
Ta force est dans tes chaussettes
T'es forgé, t'as enfanté
Eux, z'ont toute leur vie devant
Fini les nuits d'ivresse
Tous les matins, ça gueule
Et tous les soirs, ça chiale à mort
Rien pour t'en délivrer, alors
Tu t'courbes, tu t'ratatines
Un mot d'trop, prochain dîner
T'as trop ret'nu, t'as tisé
Tu t'lèves et "ra-ta-ta"
Là, tu vois dans les yeux
De la chair de ta chair
Tout c'que t'avais pris cher
Tu r'vis ton drame dans son drame
L'arme à l'oeil, tu voulais pas le blesser
Tu lui fais la promesse, pour que ses larmes sèchent
Qu'ça va mieux quand t'es grand
Faudrait que tu lui dises, alors
Va falloir que tu lui dises

"Faut qu'tu t'casses d'ma vie, de la province
Avant d'finir comme moi rincé,
Cassé par le passé
Le cœur en errance
Et t'as mille romances à vivre, toi
T'as mille romances à vivre"

Antoine Elie

 

 

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre Posté(e)
QuatreEtCinq Membre 799 messages
Forumeur expérimenté‚
Posté(e)

Cette vie me pousse à bout, et sans tourner autour du pot il faut que ça sorte.
Car la seule porte qu'on m'laisse ouverte à moi c'est celle des chiottes.
Plus rien ne m'étonne, quand j'vois que la merde et la bouffe sont combinées.
Regarde les ceux là qui s'penchent toute leur jeunesse pour ouvrir un cabinet.
Les problèmes font surface et les projets tombent à l'eau.
Cette vie me fait tellement chier comment te dire qu'j'suis au bout du rouleau.
J'me lache au bord du gouffre pour résumer c'que j'digère pas en quelques vers solitaires.
Tu crois que ca relaxe l'hatif d'écrire mais c'est pas ma haine que je libère.
De marc dorcel à marc dutrou j'ai pas fait la différence.
Je vois qu'la constipation qui se terminera aux urgences.
Ca t'en bouche un coin, c'est le monde qui a touché le fond.
T'es tu jamais demandé pourquoi la terre c'était marron.

  • Peur 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines après...
Animateur ., Posté(e)
goods Animateur 32 596 messages
.,
Posté(e)

La femme est l'avenir de l'Homme

Le poète a toujours raison

Qui voit plus haut que l'horizon

Et le futur est son royaume

Face à notre génération

Je déclare avec Aragon

La femme est l'avenir de l'homme

Entre l'ancien et le nouveau

Votre lutte à tous les niveaux

De la nôtre est indivisible

Dans les hommes qui font les lois

Si les uns chantent par ma voix

D'autres décrètent par la bible

Le poète a toujours raison

Qui détruit l'ancienne oraison

L'image d'Eve et de la pomme

Face aux vieilles malédictions

Je déclare avec Aragon

La femme est l'avenir de l'homme

Pour accoucher sans la souffrance

Pour le contrôle des naissances

Il a fallu des millénaires

Si nous sortons du moyen âge

Vos siècles d'infini servage

Pèsent encore lourd sur la terre

Le poète a toujours raison

Qui annonce la floraison

D'autres amours en son royaume

Remet à l'endroit la chanson

Et déclare avec Aragon

La femme est l'avenir de l'homme

Il faudra réapprendre à vivre

Ensemble écrire un nouveau livre

Redécouvrir tous les possibles

Chaque chose enfin partagée

Tout dans le couple va changer

D'une manière irréversible

Le poète a toujours raison

Qui voit plus haut que l'horizon

Et le futur est son royaume

Face aux autres générations

Je déclare avec Aragon

La femme est l'avenir de l'homme

Jean Ferrat 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 150ans Posté(e)
Etaine Membre 1 562 messages
Forumeur vétéran‚ 150ans‚
Posté(e)

Saturn

You taught me the courage of stars before you left
How light carries on endlessly, even after death
With shortness of breath
You explained the infinite
And how rare and beautiful it is to even exist

I couldn't help but ask for you to say it all again
I tried to write it down, but I could never find a pen
I'd give anything to hear you say it one more time
That the universe was made just to be seen by my eyes

I couldn't help but ask for you to say it all again
I tried to write it down, but I could never find a pen
I'd give anything to hear you say it one more time
That the universe was made just to be seen by my eyes

With shortness of breath
I'll try to explain the infinite
How rare and beautiful it is to even exist

With shortness of breath
I'll try to explain the infinite
And how rare and beautiful it truly is that we exist

Sleeping At Last

 

 

Modifié par Etaine
  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines après...
Membre Posté(e)
Elfière Membre 442 messages
Forumeur forcené ‚
Posté(e)

 

Nous sommes allongés
Sur l'herbe de l'été.
Il est tard.
On entend chanter
Des amoureux et des oiseaux.
On entend chuchoter
Le vent dans la campagne.
On entend chanter la montagne.
J'ai ta main dans ma main.
Je joue avec tes doigts.
J'ai mes yeux dans tes yeux
Et partout, l'on ne voit
Que la nuit, belle nuit, que le ciel merveilleux,
Tout fleuri, palpitant, tendre et mystérieux.
Viens plus près, mon amour,
Ton cœur contre mon cœur
Et dis-moi qu'il n'est pas de plus charmant bonheur
Que ces yeux dans le ciel, que ce ciel dans tes yeux,
Que ta main qui joue avec ma main.
Je ne te connais pas.
Tu ne sais rien de moi.
Nous ne sommes que deux vagabonds,
Fille des bois, mauvais garçon.
Ta robe est déchirée.
Je n'ai plus de maison.
Je n'ai plus que la belle saison
Et ta main dans ma main
Qui joue avec mes doigts.
J'ai mes yeux dans tes yeux
Et partout, l'on ne voit
Que la nuit, belle nuit, que le ciel merveilleux,
Tout fleuri, palpitant, tendre et mystérieux.
Viens plus près, mon amour,
Ton cœur contre mon cœur
Et dis-moi qu'il n'est pas de plus charmant bonheur.
On oublie l'aventure et la route et demain
Mais qu'importe puisque j'ai ta main.
Mais qu'importe puisque j'ai ta main.
Mais qu'importe puisque j'ai ta main.
 

 

Modifié par Elfière
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines après...
Membre Amae, Posté(e)
Yemaia Membre 3 330 messages
Amae,
Posté(e)
Mes parents ô mes chers parents
Je n'vous ai rien dit tout ce temps
Mes parents ô mes chers parents
Mon collège mon champ de bataille
Sous les rires de mes camarades
Je cachais mes égratignures
On me crachait à la figure
Ils aimaient battre des records
Ils me frappaient encore plus fort
Ils me frappaient encore plus fort
Mes parents ô mes chers parents
Je n'vous ai rien dit tout ce temps
J'étais le nul j'étais l'idiot
Accroché au portemanteau
Je priais qu'on me laisse tranquille
De toute l'école j'étais la cible
Alors toujours je restais seul
Et c'était bien fait pour ma gueule
Et c'était bien fait pour ma gueule
Mes parents ô mes chers parents
Je n'vous ai rien dit tout ce temps
Petite aiguille entre les doigts
Je mutilais mes avant-bras
Ah le mal que j'ai pu me faire
Mes jeunes envies suicidaires
Aujourd'hui l'herbe a repoussé
La vie est venue se venger
Le soleil vous a décimé
Même si les blessures sont restées
Gravées en bas de chaque page
Mon collège mon champ de bataille
Mon collège mon champ de bataille
Mes parents ô mes chers parents
Vous savez tout à présent
Mes parents ô mes chers parents
Mes parents ô mes chers parents
Mes parents ô mes chers parents
Mes parents ô mes chers parents
Mes parents ô mes chers parents
 
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre Posté(e)
Demsky Membre 6 764 messages
Forumeur expérimenté‚
Posté(e)

Mad in Madrid
Ill in Seville
Lonely in Barcelona
Then someone tells you and you cheer

Hooray, hooray
The bullfighter dies
Hooray, hooray
The bullfighter dies
And nobody cries
Nobody cries
Because we all want the bull to survive

Gaga in Málaga
No mercy in Murcia
Mental in Valencia
Then someone tells you and you cheer

Hooray, hooray
The bullfighter dies
Hooray, hooray
The bullfighter dies
And nobody cries
Nobody cries
Because we all want the bull to survive

Auteurs-compositeurs : Steven Morrissey, Jesse Alejandro Tobias
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 74ans Posté(e)
G2LLOQ Membre 2 134 messages
Maitre des forums‚ 74ans‚
Posté(e)

La fille du bédouin  

suivait nuit et jour 

cette caravane  

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sérial Banneur `, 48ans Posté(e)
Tequila Moor Sérial Banneur 12 233 messages
48ans‚ `,
Posté(e)

Debout
Jusqu'au bout du dernier souffle d'air
Dont le goût promet d'être amer
Encore debout
Jusqu'au bout du dernier rayon de lumière
Un dernier trou dans les nuages juste avant l'ultime nuit
L'instant maudit où s'éteignent les étoiles, et le soleil s'évanouit
Par-dessus les flots de larmes
Par-delà tous les cris
Il existe une autre loi que celle des hommes au regard gris

Je me surprends à rêver, à décoller du sol
Ignorant les signaux, les appels qui m'ordonnent de redescendre
Sans pilote et sans manuel, je finirai en cendres
Que m'importe alors de m'écraser pourvu que je m'envole ?

Tant que dans l'obscurité
Subsiste encore une dernière étincelle
Fermement
Se tenir au serment de lui rester fidèle
Qu'elle me guide vers le meilleur
Toujours, qu'elle m'illumine
Qu'elle éclaire à nouveau mon âme
Déjà rongée par la vermine
Demande l'autorisation de ne plus atterrir
À quoi bon ?
Si le nectar qui me délecte me fait l'effet d'un poison

Je me surprends à rêver, à décoller du sol
Ignorant les signaux, les appels qui m'ordonnent de redescendre
Sans pilote et sans manuel, je finirai en cendres
Que m'importe alors de m'écraser pourvu que je m'envole ?

Briser à jamais les chaînes
Qui vers le fond m'entraînent
Ne plus me laisser noyer
Dans le noir, broyé
Déployer le courage
Ne plus jamais vivre à moitié
Remontez les raz-de-marée
Qui poussent à renoncer
Toujours avancer
Toujours avancer

Déserteur de l'armée des victimes
Evadé du tourment
Ici-bas, même le chasseur déprime
Voyez : vous ne m'aurez pas vivant...
Insoumis à la gravité
Réfractaire à ces vérités
De paradis qui s'enfuient
Et d'enfers mérités

 

  • Like 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×