Aller au contenu

Une championne du monde de plongeon se lance dans le cliff jumping.

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre Posté(e)
goods Membre 25 839 messages
.‚
Posté(e)

Une championne du monde de plongeon se lance dans le cliff jumping.

 

La championne du monde de plongeon Laura Marino découvre La Réunion et ses spots de cliff jumping. Peu habituée à cette nouvelle discipline pratiquée en pleine nature, elle s’y entraîne régulièrement et semble être tombée sous le charme de La Réunion.

Comment une championne du monde de plongeon s’est-elle retrouvée à faire des sauts dans les bassins réunionnais avec la bande des Mahaveli Cliff Jumpers ? Laura Marino, 27 ans et championne d’Europe et du monde en 2017, après avoir participé aux Jeux Olympiques de Rio en 2016 excusez du peu, avait tout simplement envie de se faire plaisir. « Après l’arrêt de ma carrière de sportive de haut-niveau en 2019, je n’ai pas plongé pendant un an, explique-t-elle. Puis, ça m’a manqué et j’ai eu envie d’y revenir d’une autre manière. J’ai commencé à plonger en extérieur en corse en septembre 2020 et là on m’a parlé de La Réunion. Et j’ai pris mon billet. »

Arrivée en octobre dernier, la championne du monde découvre alors une communauté bien structurée qui tente des jumps acrobatiques dans plusieurs bassins de l’île. Des jumps auxquels, l’ancienne sportive de haut-niveau a dû s’habituer car rien dans son entraînement ne l’y avait préparé. « Les jumpers locaux ont appris sur le tas, en pleine nature. Pour moi, c’est différent. Pendant toute ma carrière dans les piscines, je devais rentrer par le haut du corps. Là, c’est l’inverse. Je dois beaucoup réapprendre. »

Si pour l’instant Laura Marino se risque rarement à sauter au-delà de 10 mètres, alors que certains plongeurs locaux vont bien au-delà, elle rappelle qu’il est nécessaire d’être bien préparé et entraîné avant de tenter de tels exploits acrobatiques. « Au-delà de 10 mètres, ça reste dangereux. C’est hyper important d’insister sur la sécurité. On peut facilement entrer à 90 ou 100 kilomètres dans l’eau et il faut aussi habituer son corps progressivement à la répétition des impacts. Il ne faut pas y aller si on n’est pas prêts. »

Suite de l'article.

Laura-Marino-696x539.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre 76ans Posté(e)
PINOCCHIO Membre 35 079 messages
Pantin contestataire‚ 76ans
Posté(e)
Il y a 6 heures, goods a dit :

Une championne du monde de plongeon se lance dans le cliff jumping.

 

La championne du monde de plongeon Laura Marino découvre La Réunion et ses spots de cliff jumping. Peu habituée à cette nouvelle discipline pratiquée en pleine nature, elle s’y entraîne régulièrement et semble être tombée sous le charme de La Réunion.

Comment une championne du monde de plongeon s’est-elle retrouvée à faire des sauts dans les bassins réunionnais avec la bande des Mahaveli Cliff Jumpers ? Laura Marino, 27 ans et championne d’Europe et du monde en 2017, après avoir participé aux Jeux Olympiques de Rio en 2016 excusez du peu, avait tout simplement envie de se faire plaisir. « Après l’arrêt de ma carrière de sportive de haut-niveau en 2019, je n’ai pas plongé pendant un an, explique-t-elle. Puis, ça m’a manqué et j’ai eu envie d’y revenir d’une autre manière. J’ai commencé à plonger en extérieur en corse en septembre 2020 et là on m’a parlé de La Réunion. Et j’ai pris mon billet. »

Arrivée en octobre dernier, la championne du monde découvre alors une communauté bien structurée qui tente des jumps acrobatiques dans plusieurs bassins de l’île. Des jumps auxquels, l’ancienne sportive de haut-niveau a dû s’habituer car rien dans son entraînement ne l’y avait préparé. « Les jumpers locaux ont appris sur le tas, en pleine nature. Pour moi, c’est différent. Pendant toute ma carrière dans les piscines, je devais rentrer par le haut du corps. Là, c’est l’inverse. Je dois beaucoup réapprendre. »

Si pour l’instant Laura Marino se risque rarement à sauter au-delà de 10 mètres, alors que certains plongeurs locaux vont bien au-delà, elle rappelle qu’il est nécessaire d’être bien préparé et entraîné avant de tenter de tels exploits acrobatiques. « Au-delà de 10 mètres, ça reste dangereux. C’est hyper important d’insister sur la sécurité. On peut facilement entrer à 90 ou 100 kilomètres dans l’eau et il faut aussi habituer son corps progressivement à la répétition des impacts. Il ne faut pas y aller si on n’est pas prêts. »

Suite de l'article.

Laura-Marino-696x539.jpg

Si elle fait plier les cocotiers , alors là :hi:la nana

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×