Aller au contenu

Plastic Bertrand - Un génie incompris

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre 52ans Posté(e)
Oncle_Julien Membre 314 messages
Forumeur survitaminé‚ 52ans
Posté(e)

Un artiste mal perçu

Il y a des artistes que la postérité omet de placer sur le piédestal de leur créativité unique. La liste de ces voués aux Gémonies serait bien trop longue pour être citée ici. Tout comme Léonard de Vinci, mondialement connu pour une œuvre unique, "La Joconde", Plastic Bertrand l'est pour "Ça plane pour moi". Certes, le premier officie dans le domaine des arts graphiques alors que le second s'illustre dans la musique dite "académique". D'aucun oseront même évoquer le "classicisme". Rarement un texte aura flirté autant avec les profondeurs de l'esprit. De la métaphore. 

Le parallèle avec l'œuvre de Léonard de Vinci prend ici tout son relief si on la compare à celle de Plastic Bertrand. Même si le tableau de l'un est pictural tandis que celui de l'autre est sonore. Il y a pourtant ce même désir, chez les deux artistes, d'inscrire leurs œuvres dans ce que l'expression a de plus fondamentale. La lisibilité immédiate. L'écoute immédiate. La vision viscérale. L'audition viscérale. En écoutant, en observant, nous apparaît rapidement cette évidence remarquable. Une de ces fulgurances de l'esprit propre aux grands génies. Cela crève les yeux comme les tympans. 

Pour bien comprendre l'objet de notre comparaison, il suffit d'observer une reproduction de "La Joconde", confortablement installé dans son fauteuil en écoutant "Ça plane pour moi". La profondeur n'est plus seulement littéraire ou philosophique, mais bien réelle. L'évidence nous envahit. La révélation nous accable. Regarder "La Joconde", fait "planer". Pour en être convaincu, nous invitons le lecteur à tenter cette fantastique expérience. Il faut se rendre au Musée du Louvre. Là, devant "La Joconde", les écouteurs sur les oreilles, l'impétrant prendra conscience de ce phénomène. 

Oui, Plastic Bertrand a produit un œuvre intemporelle dont nous sommes très loin de percevoir l'étendue. Loin d'en saisir l'infinitude. Car "Ça plane pour moi" permet de "planer" devant les toiles de nos artistes préférés. J'ai personnellement tenté l'expérience devant les toiles de Vermeer, de Geritt Dou ou encore de Rembrandt. Le phénomène se reproduit à chaque fois. Il y a dans le texte extraordinaire de Plastic Bertrand ces mots étonnants de pertinence éclairée : << J'ai eu un flash >>. Rien n'est plus exact car c'est ce qui nous arrive en coutant cette fantastique chanson devant une toile.. 

Clémentine, ma compagne, m'a fait remarquer que l'envoutement extraordinaire qu'exerce cette chanson sur l'auditoire a quelque chose de prémonitoire. Surtout dans cette phrase où Plastic Bertrand prévient : << Dès que le ciel me tombera sur la tête >>. Ou encore lorsqu'il précise : << Une vision en quatre couleurs >>. Nous comprenons alors le parcours, les méandres et le dédale intellectuel par lesquels l'artiste est passé pour peaufiner son art. Le fruit d'une probable longue introspection. Un chef d'œuvre que Plastic Bertrand offre à l'humanité avec une nonchalance affolante...

Plastic.jpg

  • Haha 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre 72ans Posté(e)
hybridex Membre 3 791 messages
Forumeur alchimiste‚ 72ans
Posté(e)
il y a 42 minutes, Oncle_Julien a dit :

Un artiste mal perçu

Il y a des artistes que la postérité omet de placer sur le piédestal de leur créativité unique. La liste de ces voués aux Gémonies serait bien trop longue pour être citée ici. Tout comme Léonard de Vinci, mondialement connu pour une œuvre unique, "La Joconde", Plastic Bertrand l'est pour "Ça plane pour moi". Certes, le premier officie dans le domaine des arts graphiques alors que le second s'illustre dans la musique dite "académique". D'aucun oseront même évoquer le "classicisme". Rarement un texte aura flirté autant avec les profondeurs de l'esprit. De la métaphore. 

Le parallèle avec l'œuvre de Léonard de Vinci prend ici tout son relief si on la compare à celle de Plastic Bertrand. Même si le tableau de l'un est pictural tandis que celui de l'autre est sonore. Il y a pourtant ce même désir, chez les deux artistes, d'inscrire leurs œuvres dans ce que l'expression a de plus fondamentale. La lisibilité immédiate. L'écoute immédiate. La vision viscérale. L'audition viscérale. En écoutant, en observant, nous apparaît rapidement cette évidence remarquable. Une de ces fulgurances de l'esprit propre aux grands génies. Cela crève les yeux comme les tympans. 

Pour bien comprendre l'objet de notre comparaison, il suffit d'observer une reproduction de "La Joconde", confortablement installé dans son fauteuil en écoutant "Ça plane pour moi". La profondeur n'est plus seulement littéraire ou philosophique, mais bien réelle. L'évidence nous envahit. La révélation nous accable. Regarder "La Joconde", fait "planer". Pour en être convaincu, nous invitons le lecteur à tenter cette fantastique expérience. Il faut se rendre au Musée du Louvre. Là, devant "La Joconde", les écouteurs sur les oreilles, l'impétrant prendra conscience de ce phénomène. 

Oui, Plastic Bertrand a produit un œuvre intemporelle dont nous sommes très loin de percevoir l'étendue. Loin d'en saisir l'infinitude. Car "Ça plane pour moi" permet de "planer" devant les toiles de nos artistes préférés. J'ai personnellement tenté l'expérience devant les toiles de Vermeer, de Geritt Dou ou encore de Rembrandt. Le phénomène se reproduit à chaque fois. Il y a dans le texte extraordinaire de Plastic Bertrand ces mots étonnants de pertinence éclairée : << J'ai eu un flash >>. Rien n'est plus exact car c'est ce qui nous arrive en coutant cette fantastique chanson devant une toile.. 

Clémentine, ma compagne, m'a fait remarquer que l'envoutement extraordinaire qu'exerce cette chanson sur l'auditoire a quelque chose de prémonitoire. Surtout dans cette phrase où Plastic Bertrand prévient : << Dès que le ciel me tombera sur la tête >>. Ou encore lorsqu'il précise : << Une vision en quatre couleurs >>. Nous comprenons alors le parcours, les méandres et le dédale intellectuel par lesquels l'artiste est passé pour peaufiner son art. Le fruit d'une probable longue introspection. Un chef d'œuvre que Plastic Bertrand offre à l'humanité avec une nonchalance affolante...

Plastic.jpg

Tout petit ............. la planète

https://www.youtube.com/watch?v=cCGJGeYlTlQ

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
le merle Membre 15 192 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

bonsoir

et qu'en est-il  ,sur la polémique de cette chanson ou , il à été dit que quelqu'un d'autre la chantais à sa place ?

bonne soirée

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 76ans Posté(e)
PINOCCHIO Membre 34 954 messages
Pantin contestataire‚ 76ans
Posté(e)

il a toujours fait l'air déjanté celui là , même avec ses chansons , on l'a jamais pris au sérieux , il a fait son image comme ça , tant mieux pour lui s'il est encore là :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 48ans Posté(e)
CAL26 Membre 4 734 messages
Forumeur alchimiste‚ 48ans
Posté(e)
Il y a 4 heures, Oncle_Julien a dit :

Un artiste mal perçu

Il y a des artistes que la postérité omet de placer sur le piédestal de leur créativité unique. La liste de ces voués aux Gémonies serait bien trop longue pour être citée ici. Tout comme Léonard de Vinci, mondialement connu pour une œuvre unique, "La Joconde", Plastic Bertrand l'est pour "Ça plane pour moi". Certes, le premier officie dans le domaine des arts graphiques alors que le second s'illustre dans la musique dite "académique". D'aucun oseront même évoquer le "classicisme". Rarement un texte aura flirté autant avec les profondeurs de l'esprit. De la métaphore. 

Le parallèle avec l'œuvre de Léonard de Vinci prend ici tout son relief si on la compare à celle de Plastic Bertrand. Même si le tableau de l'un est pictural tandis que celui de l'autre est sonore. Il y a pourtant ce même désir, chez les deux artistes, d'inscrire leurs œuvres dans ce que l'expression a de plus fondamentale. La lisibilité immédiate. L'écoute immédiate. La vision viscérale. L'audition viscérale. En écoutant, en observant, nous apparaît rapidement cette évidence remarquable. Une de ces fulgurances de l'esprit propre aux grands génies. Cela crève les yeux comme les tympans. 

Pour bien comprendre l'objet de notre comparaison, il suffit d'observer une reproduction de "La Joconde", confortablement installé dans son fauteuil en écoutant "Ça plane pour moi". La profondeur n'est plus seulement littéraire ou philosophique, mais bien réelle. L'évidence nous envahit. La révélation nous accable. Regarder "La Joconde", fait "planer". Pour en être convaincu, nous invitons le lecteur à tenter cette fantastique expérience. Il faut se rendre au Musée du Louvre. Là, devant "La Joconde", les écouteurs sur les oreilles, l'impétrant prendra conscience de ce phénomène. 

Oui, Plastic Bertrand a produit un œuvre intemporelle dont nous sommes très loin de percevoir l'étendue. Loin d'en saisir l'infinitude. Car "Ça plane pour moi" permet de "planer" devant les toiles de nos artistes préférés. J'ai personnellement tenté l'expérience devant les toiles de Vermeer, de Geritt Dou ou encore de Rembrandt. Le phénomène se reproduit à chaque fois. Il y a dans le texte extraordinaire de Plastic Bertrand ces mots étonnants de pertinence éclairée : << J'ai eu un flash >>. Rien n'est plus exact car c'est ce qui nous arrive en coutant cette fantastique chanson devant une toile.. 

Clémentine, ma compagne, m'a fait remarquer que l'envoutement extraordinaire qu'exerce cette chanson sur l'auditoire a quelque chose de prémonitoire. Surtout dans cette phrase où Plastic Bertrand prévient : << Dès que le ciel me tombera sur la tête >>. Ou encore lorsqu'il précise : << Une vision en quatre couleurs >>. Nous comprenons alors le parcours, les méandres et le dédale intellectuel par lesquels l'artiste est passé pour peaufiner son art. Le fruit d'une probable longue introspection. Un chef d'œuvre que Plastic Bertrand offre à l'humanité avec une nonchalance affolante...

Plastic.jpg

Après votre éclairage de l'oeuvre de Dave, la présentation d'un chef d'oeuvre Wallon. Se dessinent les contours d'un courant ou d'une école artistique dite "Benelux" .

Modifié par CAL26
  • Haha 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 68ans Posté(e)
Frank_N Membre 1 943 messages
Forumeur alchimiste‚ 68ans
Posté(e)

P't'êt ben qu'oui. Mais je me demande quand même un truc. Si on fait un micro trottoir et qu'on demande aux gens de citer une œuvre de Léonard de Vinci ou une œuvre de Plastic Bertrand, je serai prêt à parier que Léonard l'emporterait.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 41ans Posté(e)
lunnatick Membre 740 messages
Forumeur forcené‚ 41ans
Posté(e)
Le 19/01/2021 à 18:34, Oncle_Julien a dit :

Analyse universitaire (et économique) du cas Plastic Bertrand. 

 

Ils disent, à un moment, que l'entourage de Plastic Bertrand était armé pour lui assuré un pérennité. Mais en lui permettant de suivre les courants ? De suivre les modes ? Ou bien de rester d'actualité ?

Ceux qui suivent les modes, peuvent perdurer le temps de leurs carrières, mais les morceaux de leurs débuts, pour ceux qui perdure, finirons démodé le temps de leurs dernier morceaux, tendis que les morceaux d'actualité, perdurent même après les carrières des artistes !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×