Aller au contenu

Psychologue ou Sophrologue?


Messages recommandés

Nemezis Membre 42 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Bonjour,

Qu'est ce qui serait le mieux pour entamer une thérapie, la sophrologie qui si j'ai bien compris traite les symptômes mais pas le problème de fond, ou la psychologie qui elle va traiter justement ce problème de fond? 

Est-ce qu'en traitant simplement le problème de fond, les symptômes vont disparaitre d'eux même?

Est -ce qu'en ne traitant que les symptômes ceux-ci ne réapparaitront jamais?

Dans ma logique il vaut mieux traiter le fond, mais si on a pas envie de savoir pourquoi on agit de telle ou telle manière et que l'on veut juste changer le comportement?

Le fait de traiter le problème de fond ne risque-t-il pas de nous changer nous, notre rapport aux autres et donc de nous amener à faire des changements radicaux dans notre vie qui pourrait être peut être bénéfique pour nous, mais pas pour nos proches? Est ce que ça vaut le coup de se sentir bien dans sa peau tout en ayant bousillé la vie des autres?

Si certains ont été voir l'un ou l'autre, ou les deux, ou si vous avez un avis là-dessus, pourriez vous m'éclairer?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
yourself91 Membre 2211 messages
Forumeur alchimiste‚ 115ans
Posté(e)
il y a 29 minutes, Nemezis a dit :

Bonjour,

Qu'est ce qui serait le mieux pour entamer une thérapie, la sophrologie qui si j'ai bien compris traite les symptômes mais pas le problème de fond, ou la psychologie qui elle va traiter justement ce problème de fond? 

Est-ce qu'en traitant simplement le problème de fond, les symptômes vont disparaitre d'eux même?

Est -ce qu'en ne traitant que les symptômes ceux-ci ne réapparaitront jamais?

Dans ma logique il vaut mieux traiter le fond, mais si on a pas envie de savoir pourquoi on agit de telle ou telle manière et que l'on veut juste changer le comportement?

Le fait de traiter le problème de fond ne risque-t-il pas de nous changer nous, notre rapport aux autres et donc de nous amener à faire des changements radicaux dans notre vie qui pourrait être peut être bénéfique pour nous, mais pas pour nos proches? Est ce que ça vaut le coup de se sentir bien dans sa peau tout en ayant bousillé la vie des autres?

Si certains ont été voir l'un ou l'autre, ou les deux, ou si vous avez un avis là-dessus, pourriez vous m'éclairer?

La sophrologie est un outil pas une forme de thérapie.

Sinon vous avez la TCC qui va vous aider à modifier vos comportements et vos pensées pour améliorer votre problème actuel sans aller toucher l'origine du problème.

L'hypnothérapie peut également vous aider à cela

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nemezis Membre 42 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)
il y a 47 minutes, yourself91 a dit :

La sophrologie est un outil pas une forme de thérapie.

Sinon vous avez la TCC qui va vous aider à modifier vos comportements et vos pensées pour améliorer votre problème actuel sans aller toucher l'origine du problème.

L'hypnothérapie peut également vous aider à cela

TCC?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yourself91 Membre 2211 messages
Forumeur alchimiste‚ 115ans
Posté(e)
il y a 4 minutes, Nemezis a dit :

TCC?

Pardon, Thérapie Comportementale et Cognitive.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nemezis Membre 42 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)
il y a 1 minute, yourself91 a dit :

Pardon, Thérapie Comportementale et Cognitive.

Ah d'accord.

Et ça consiste en quoi?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nemezis Membre 42 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)
il y a 4 minutes, yourself91 a dit :

Merci pour le lien.

Il y avait ceci d'écrit :

"Les TCC ciblent un trouble précis, elles ne conviennent pas à un mal-être indéfini, qui demande un travail de structuration de l'identité ou un besoin de parler et d'être écouté."

 

Je pense faire parti du problème "indéfini". Il y a trop de choses à modifier, s'il y a une souche commune je ne l'ai pas identifié.

 

En résumé, la sophrologie ne servirait donc à rien seule, il faut l'accompagner d'une thérapie avec un psy.

Si je remet un peu tout dans l'ordre, dans l'idéal, psy pour déterminer plus précisément le problème, une fois celui-ci définit, passer à une TCC si c'est possible ou à la sophrologie pour accompagner.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yourself91 Membre 2211 messages
Forumeur alchimiste‚ 115ans
Posté(e)
il y a 15 minutes, Nemezis a dit :

Merci pour le lien.

Il y avait ceci d'écrit :

"Les TCC ciblent un trouble précis, elles ne conviennent pas à un mal-être indéfini, qui demande un travail de structuration de l'identité ou un besoin de parler et d'être écouté."

 

Je pense faire parti du problème "indéfini". Il y a trop de choses à modifier, s'il y a une souche commune je ne l'ai pas identifié.

 

En résumé, la sophrologie ne servirait donc à rien seule, il faut l'accompagner d'une thérapie avec un psy.

Si je remet un peu tout dans l'ordre, dans l'idéal, psy pour déterminer plus précisément le problème, une fois celui-ci définit, passer à une TCC si c'est possible ou à la sophrologie pour accompagner.

 

Un psy qui pratique le TCC est un psy, il saura vous aider à déterminer quel est le problème et utilisera les outils des TCC pour vous aider

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Forum@ Membre 503 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

La thérapie comportementale est surtout utilisée pour les phobies, troubles obsessionnels, boulimie, sevrage (tabac, alcool)...

https://www.santemagazine.fr/psycho-sexo/psycho/psychotherapie/therapies-comportementales-et-cognitives-tcc-176985

Si c'est pour ce genre de problème, la TTC est mieux indiquée, si tu veux changer ton caractère, ton comportement, c'est mieux une autre thérapie où tu expliques pourquoi tu agis comme cela et à partir de là, c'est quand tu en prends conscience que ton comportement se modifie. 

La sophrologie, c'est plus relaxant, pour le stress...

Modifié par Forum@

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hybridex Membre 2256 messages
Forumeur alchimiste‚ 72ans
Posté(e)
Il y a 1 heure, Nemezis a dit :

Est ce que ça vaut le coup de se sentir bien dans sa peau tout en ayant bousillé la vie des autres?

En pratique, c'est surtout quand on est pas bien dans sa peau qu'on risque de bousiller la vie des autres.

Être mieux dans sa peau permet d'établir des relations aux autres plus saines, d'être plus tolérant. Les relations qui vont en souffrir sont celles qui sont irrémédiablement toxiques.

 

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nemezis Membre 42 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)
il y a 3 minutes, hybridex a dit :

En pratique, c'est surtout quand on est pas bien dans sa peau qu'on risque de bousiller la vie des autres.

Être mieux dans sa peau permet d'établir des relations aux autres plus saines, d'être plus tolérant. Les relations qui vont en souffrir sont celles qui sont irrémédiablement toxiques.

 

Imaginons le cas d'une famille de 4 personnes. 2 parents, 2 enfants.

Vaut-il mieux 1 personne qui souffre ou les 3 autres afin que la première se sente un peu mieux? N'est ce pas égoïste que de faire passer son bien-être avant celui des autres?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hybridex Membre 2256 messages
Forumeur alchimiste‚ 72ans
Posté(e)
il y a 29 minutes, Nemezis a dit :

Imaginons le cas d'une famille de 4 personnes. 2 parents, 2 enfants.

Vaut-il mieux 1 personne qui souffre ou les 3 autres afin que la première se sente un peu mieux? N'est ce pas égoïste que de faire passer son bien-être avant celui des autres?

 

Tu vois les choses à l'envers.

Les autres n'ont absolument pas besoin que tu souffres pour aller bien. Ou alors c'est qu'ils ont un problème et c'est toi qui te trouves le porter. Tu souffres et ça ne marche pas, jamais!

En revanche, quand on ne va pas bien, il y a de forts risques de rendre la vie pus difficile aux autres, même avec toute la meilleure volonté du monde, et sans même s'en apercevoir.

La morale du sacrifice est une horrible arnaque, sauf circonstances tragiques.

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nemezis Membre 42 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)
Il y a 1 heure, hybridex a dit :

Tu vois les choses à l'envers.

Les autres n'ont absolument pas besoin que tu souffres pour aller bien. Ou alors c'est qu'ils ont un problème et c'est toi qui te trouves le porter. Tu souffres et ça ne marche pas, jamais!

Ce n'est pas ce que je voulais dire. 

Je pensais plus au changement interne qui pourrait engendrer des changements radicaux. Toujours dans mon exemple de famille: la personne qui suite à sa thérapie décide de se séparer de l'autre, le faisant donc souffrir, et entrainant les enfants dans cet éclatement familial.

Rien ne dit que cela se produise, mais c'est un risque.

Est-ce que ça vaut la peine de faire un travail sur soi pour améliorer un léger mal être si ça génère des "mal-être" plus profond chez d'autres?

Il y a 1 heure, hybridex a dit :

En revanche, quand on ne va pas bien, il y a de forts risques de rendre la vie pus difficile aux autres, même avec toute la meilleure volonté du monde, et sans même s'en apercevoir.

La morale du sacrifice est une horrible arnaque, sauf circonstances tragiques.

Et si l'influence négative de celui qui va mal sur l'entourage était moindre que s'il allait mieux?

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gouderien Membre 19260 messages
Obsédé textuel‚ 68ans
Posté(e)
Il y a 7 heures, Nemezis a dit :

Bonjour,

Qu'est ce qui serait le mieux pour entamer une thérapie, la sophrologie qui si j'ai bien compris traite les symptômes mais pas le problème de fond, ou la psychologie qui elle va traiter justement ce problème de fond? 

Est-ce qu'en traitant simplement le problème de fond, les symptômes vont disparaitre d'eux même?

Est -ce qu'en ne traitant que les symptômes ceux-ci ne réapparaitront jamais?

Dans ma logique il vaut mieux traiter le fond, mais si on a pas envie de savoir pourquoi on agit de telle ou telle manière et que l'on veut juste changer le comportement?

Le fait de traiter le problème de fond ne risque-t-il pas de nous changer nous, notre rapport aux autres et donc de nous amener à faire des changements radicaux dans notre vie qui pourrait être peut être bénéfique pour nous, mais pas pour nos proches? Est ce que ça vaut le coup de se sentir bien dans sa peau tout en ayant bousillé la vie des autres?

Si certains ont été voir l'un ou l'autre, ou les deux, ou si vous avez un avis là-dessus, pourriez vous m'éclairer?

Tu as une façon étrange d'aborder le sujet. En quoi des changements "bénéfiques pour toi" pourraient-ils ne pas l'être pour tes proches? Si tu vas mieux, je pense que tes proches en profiteront.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nemezis Membre 42 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)
il y a 3 minutes, Gouderien a dit :

Tu as une façon étrange d'aborder le sujet. En quoi des changements "bénéfiques pour toi" pourraient-ils ne pas l'être pour tes proches? Si tu vas mieux, je pense que tes proches en profiteront.

Je ne sais pas, je suis peut être pessimiste. J'essai d'envisager tous les cas de figures.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×