Aller au contenu

Il y a 80 ans... la drôle de guerre

Messages recommandés

Gouderien Membre 17083 messages
Obsédé textuel‚ 67ans
Posté(e)

Il y a 80 ans, la « drôle de guerre ».

La Seconde Guerre mondiale commença le 1er septembre 1939, quand l’Allemagne nazie envahit la Pologne. Deux jours plus tard, la France et le Royaume-Uni, bientôt rejoints par l’essentiel des pays du Commonwealth, déclarait la guerre à l’Allemagne. L’Italie et les États-Unis proclamèrent leur neutralité.

La Wehrmacht (l’armée allemande) écrasa l’armée polonaise en quelques jours, inaugurant par la même occasion la tactique de la Blitzkrieg : percées profondes des blindés, appuyés par l’aviation. Les Polonais se battirent avec courage, mais la disproportion des forces en présence était trop importante. Le 17 septembre, l’Armée rouge, en application du protocole secret du pacte germano-soviétique, envahit l’est de la Pologne, portant le coup de grâce à ce malheureux pays. La Pologne capitula début octobre – mais de nombreux soldats, marins et aviateurs polonais se réfugièrent en France, puis en Grande-Bretagne. La Wehrmacht se redéploya aussitôt à l'ouest. L’Allemagne nazie et l’Union soviétique, chacune dans leur sphère d’occupation, imposèrent aux Polonais un régime de terreur. Les nazis se mirent aussitôt à faire la chasse aux Juifs, à construire des ghettos – notamment à Varsovie – et des camps de concentration ou d'extermination, dont le plus célèbre allait être celui d'Auschwitz.

Hitler n'avait laissé qu'un rideau de troupes à l'ouest, protégées par la fameuse "ligne Siegfried", qui était plus un instrument de propagande qu'une véritable ligne fortifiée, en tout cas rien de comparable à la ligne Maginot. Il comptait sur l'inaction et l'incompétence des généraux alliés, et il ne se trompait pas. Comme il l’avait promis aux Polonais, le général Gamelin déclencha une timide offensive dans la Sarre. Les Allemands se retirèrent devant les troupes françaises, laissant derrière elles un terrain miné et piégé. L’« offensive » fut stoppée dès le milieu du mois : à quoi bon, n’est-ce pas, puisque de toute façon la Pologne était perdue ? Ce simulacre d’attaque coûta à l’armée française une trentaine de morts, essentiellement en raison des mines, car il y avait eu peu de combats. L'état-major français tira les leçons, de façon assez lucide, de la campagne de Pologne… puis décida arbitrairement qu'elles ne pouvaient s'appliquer ni à l'armée française ni à une future offensive à l'ouest.

Au début de la guerre, la peur des bombardements – et surtout des bombardements par gaz – imprégnait les Français et les Anglais, surtout ceux qui vivaient en ville, mais en fait rien ne se passa. Par contre sur mer, on se battit dès le premier soir. Le paquebot « Athenia » fut coulé par un sous-marin allemand le 3 septembre ; à bord se trouvaient des Américains, et Washington protesta. Le docteur Goebbels – le maître de la propagande allemande – accusa Churchill d’avoir fait torpiller ce navire pour provoquer l’intervention américaine. Le 17 septembre, le porte-avions britannique « Courageous » fut coulé dans la Manche par l’« U-29 ». Surtout, le 14 octobre, l’« U-47 » du commandant Gunther Prien s’introduisit audacieusement dans la rade de Scapa Flow, dans les Orcades, base de la « Home Fleet ». Il torpilla et coula le vieux cuirassé « Royal Oak », entraînant dans la mort 833 officiers et marins. A son retour en Allemagne, Prien fut fêté comme un héros.

Le 6 octobre 1939, à Berlin, Hitler proposa la paix aux Occidentaux. Puisque la Pologne était désormais hors-jeu, il ne voyait pas la nécessité de prolonger ce conflit. La France et la Grande-Bretagne refusèrent. Avec le recul du temps, on peut se demander pourquoi : manifestement, personne en France (sauf de Gaulle, alors à la tête d’un régiment de chars), ni en Angleterre (sauf Churchill, alors Premier lord de l’Amirauté) n’avait envie de faire la guerre. On tirait des plans sur la comète, prévoyant des offensives pour 1941 ou 1942, on comptait sur l'intervention américaine - pour l'instant tout à fait hypothétique -, on disait que le blocus finirait par venir à bout de l’Allemagne – ce qui ne risquait guère d’arriver, car grâce au pacte, l’URSS était prête à fournir au Reich tout ce qui lui manquait. C’était peut-être bien là précisément le problème : Anglais comme Français étaient encore plus anticommunistes qu’antinazis, et en s’alliant avec Staline, Hitler avait définitivement rejoint l’« Empire du mal », comme dirait plus tard un président américain.

Dépité, Hitler ordonna à ses généraux de préparer un plan d’offensive, afin d’attaquer à l’ouest le plus tôt possible. Le premier projet qui lui fut proposé ne faisait pas preuve de beaucoup d’imagination, reprenant le plan Schlieffen de 1914, y compris l’invasion de la Belgique. En raison du mauvais temps, l’offensive fut plusieurs fois reportée. En attendant le calme plat régnait sur le front, seulement rompu par des activités de patrouille ou par des représentations du théâtre aux armées. Un corps expéditionnaire britannique comprenant une dizaine de divisions avait débarqué dès septembre et pris position à la frontière belge ; c’était tout ce que pouvait faire la Grande-Bretagne pour le moment. Un général nommé Montgomery fit rire tout le CEB en diffusant une note sur le danger des maladies vénériennes ; néanmoins, sa division était parfaitement entraînée, et il attendait avec impatience que la « vraie » guerre commence. Car, pour les anciens de 14-18, c’était une situation incompréhensible : rien ne se passait. Un sénateur américain, le premier, forgea le terme de « drôle de guerre », qui passa à la postérité.

La « vraie » guerre débuta le 30 novembre 1939, mais pas où on l’attendait : en effet, l’Armée rouge attaqua la Finlande. Pour assurer la sécurité de la ville de Leningrad, Staline avait exigé des Finlandais qu’ils lui cèdent certains territoires, mais Helsinki refusa. Fin novembre, les Soviétiques envahirent la Finlande. C’était le début d’une période folle de la Seconde Guerre mondiale. En effet, bien commandés par le maréchal Mannerheim, les Finlandais firent mieux que résister, infligeant de lourdes pertes aux Russes, qui n’étaient même pas équipés convenablement pour une guerre d’hiver. L’« Héroïque petite Finlande » émut le monde entier, y compris l’Allemagne, ce qui embarrassa fort Hitler, toujours allié à l’URSS. On envoya en Finlande de l’argent, des vêtements, de la nourriture et des armes. Des volontaires de divers pays rejoignirent l'armée finlandaise. Et en France, les esprits s'échauffèrent. Les généraux français, toujours réticents à attaquer l’Allemagne, débordèrent soudain d’imagination pour préparer des offensives… contre l’URSS. Le général Weygand, qui commandait les armées du Levant, fit étudier l’hypothèse d’un raid contre les installations pétrolières russes de Bakou. Un corps expéditionnaire comprenant des chasseurs alpins et la 13e demi-brigade de la Légion étrangère fut formé, pour aller intervenir en Finlande.

En attendant, sur mer, on se battait. Le « cuirassé de poche » allemand « Graf von Spee », faisait la chasse aux navires marchands alliés dans l’Atlantique. Pourchassé par les marines anglaise et française, il fut repéré le 13 décembre 1939 au large du Rio de la Plata. Un combat indécis s’ensuivit, entre le corsaire allemand et les croiseurs britanniques « Exeter », « Ajax » et « Achilles ». Endommagé, le « Graf von Spee » se réfugia dans le port – neutre – de Montevideo, en Uruguay. Là, une habile manœuvre d’intoxication des britanniques fit croire aux Allemands qu’une importante escadre de la Royal Navy guettait le navire pour le mettre à mort. Le 17 décembre 1939, le « Graf von Spee » prit la mer… mais ce fut pour se saborder au large de Montevideo. Le 20 décembre, son commandant, le capitaine de frégate Langsdorff, se suicida. Ce fut le premier succès allié de la guerre, et il fut salué comme il se doit par les radios et les journaux français et anglais.

Cependant, le front était toujours aussi calme. Noël arriva – un Noël grave, mais pas encore tragique, sauf dans les pays sous le joug nazi comme la Pologne ou la Tchécoslovaquie -, puis le Jour de l’an. Il faisait très froid. En Finlande, l’Armée rouge essuya une cinglante défaite à Suomussalmi. Le corps expéditionnaire français destiné à la Finlande s’entraînait, en prenant son temps – fort heureusement, car sinon on aurait pu se retrouver en guerre avec l’Allemagne Et avec l’Union soviétique.

L’offensive allemande à l’ouest avait déjà été reportée plusieurs fois, et Hitler fulminait. Malgré le froid et le peu d'enthousiasme de son état-major, il était bien décidé à déclencher l’opération en janvier 1940. Un général allemand nommé Erich von Manstein avait conçu un plan d’offensive à travers les Ardennes – réputées infranchissables par les chars – mais personne ne l’écoutait.

Et puis en janvier un incident allait tout remettre en question. Le 14 janvier 1940, un petit avion de transport allemand – du type Fieseler « Storch » -, transportant deux officiers, se perdit dans le brouillard et atterrit à Mechelen-sur-Meuse, en Belgique. L’un de ces officiers, le major Reinberger, portait sur lui les plans complets de l’offensive à l’ouest, comprenant notamment l'invasion de la Belgique. Avant d’être arrêté par la police belge, il tenta de les brûler, mais en vain. Les Belges trouvèrent les plans, et avertirent aussitôt les Français.

Pendant deux jours, une sorte de folie régna. Hitler, furieux, voulait attaquer tout de suite, mais il y renonça tellement le temps était mauvais. En France, Gamelin mit l’armée en alerte. Il était prêt à la faire entrer immédiatement en Belgique… à condition toutefois que les Belges l’appellent. Or, après avoir hésité, les Belges décidèrent finalement… de ne rien faire. Les barrières, qui avaient été enlevées à la frontière franco-belge, furent rétablies, et le général Van den Bergen, chef d’état-major de l’armée belge, qui s’était montré un peu trop empressé à l’idée de faire entrer l’armée française dans le pays, fut limogé.

L’incident eut toutefois une conséquence importante : les Alliés connaissant désormais le plan d’attaque à l’ouest, Hitler reconnut qu’il fallait le changer. Et c’est là qu’il entendit parler de ce général von Manstein, qui depuis des semaines abreuvait l’état-major de notes dans lesquelles il proposait un plan d’offensive tout à fait révolutionnaire…

Pendant ce temps, à Madrid, le maréchal Pétain - qui avait été nommé ambassadeur auprès du général Franco - suivait attentivement le cours des événements, tissant ses réseaux, prêt à rentrer immédiatement à Paris si on faisait appel à lui.

Le sabordage du "Graf von Spee".

GrafSpee.jpg

Le maréchal Carl Gustaf Emil Mannerheim.

Manner.png

Modifié par Gouderien
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
le merle Membre 12845 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

bonjour

il faut dire que le terrible souvenir de la guerre de 1914 et l'énormité des dégâts et des victimes , étaient encore dans toutes les mémoires .

ainsi que l'idée de la der des der , la paix viendrait enfin définitivement .

Gamelin n'osait pas aller trop loin ? il devait connaître les forces Allemandes et avait peut-être la peur que son remède ( intervention militaire en Belgique ) serait pire que le mal si la dose était trop forte ?

personne ne voulait d'une nouvelle guerre désastreuse à part Hitler et ses sbires .

bonne journée 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gouderien Membre 17083 messages
Obsédé textuel‚ 67ans
Posté(e)
il y a 2 minutes, le merle a dit :

bonjour

il faut dire que le terrible souvenir de la guerre de 1914 et l'énormité des dégâts et des victimes , étaient encore dans toutes les mémoires .

ainsi que l'idée de la der des der , la paix viendrait enfin définitivement .

Gamelin n'osait pas aller trop loin ? il devait connaître les forces Allemandes et avait peut-être la peur que son remède ( intervention militaire en Belgique ) serait pire que le mal si la dose était trop forte ?

personne ne voulait d'une nouvelle guerre désastreuse à part Hitler et ses sbires .

bonne journée 

Gamelin était totalement nul, ainsi qu'une bonne partie de l'état-major français, malheureusement. J'en reparlerai plus tard - en mai.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
le merle Membre 12845 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 8 minutes, Gouderien a dit :

Gamelin était totalement nul, ainsi qu'une bonne partie de l'état-major français, malheureusement. J'en reparlerai plus tard - en mai.

c'est la première idée que j'ai eu sur lui mais ,il s'est illustré à la bataille de la Marne dans la première guerre mondiale .

mais en 1939 , il avait pris de l'âge et était devenus plus prudent ?

bon pour Mai .

bonne journée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gouderien Membre 17083 messages
Obsédé textuel‚ 67ans
Posté(e)
il y a 3 minutes, le merle a dit :

c'est la première idée que j'ai eu sur lui mais ,il s'est illustré à la bataille de la Marne dans la première guerre mondiale .

mais en 1939 , il avait pris de l'âge et était devenus plus prudent ?

bon pour Mai .

bonne journée

On a dit qu'il avait la syphilis… En tout cas Gamelin était vraiment un mauvais, en plus antipathique, toujours à se trouver de bonnes excuses… pour ne rien faire. On l'appelait "Baudelaire", parce qu'on disait que toute sa doctrine se résumait dans le vers fameux : "Je hais le mouvement qui déplace les lignes"!

Modifié par Gouderien
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
le merle Membre 12845 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 7 minutes, Gouderien a dit :

On a dit qu'il avait la syphilis… En tout cas Gamelin était vraiment un mauvais, en plus antipathique, toujours à se trouver de bonnes excuses… pour ne rien faire. On l'appelait "Baudelaire", parce qu'on disait que toute sa doctrine se résumait dans le vers fameux : "Je hais le mouvement qui déplace les lignes"!

en plus , personne n'osait le contredire à cause de sa notoriété ( guerre de 14 )

il semble que la guerre de mouvement n'était pas sa tasse de thé ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gouderien Membre 17083 messages
Obsédé textuel‚ 67ans
Posté(e)
il y a 1 minute, le merle a dit :

en plus , personne n'osait le contredire à cause de sa notoriété ( guerre de 14 )

il semble que la guerre de mouvement n'était pas sa tasse de thé ?

C'est une litote.:p

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
le merle Membre 12845 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 44 minutes, Gouderien a dit :

C'est une litote.:p

oui , mais n'oublions pas que nous jugeons après connaissances de tous les événements passés et connus , alors qu'eux ( ceux dont-on parle ) ne savaient rien de ce que tout cela allais devenir ?:)

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gouderien Membre 17083 messages
Obsédé textuel‚ 67ans
Posté(e)
il y a 22 minutes, le merle a dit :

oui , mais n'oublions pas que nous jugeons après connaissances de tous les événements passés et connus , alors qu'eux ( ceux dont-on parle ) ne savaient rien de ce que tout cela allais devenir ?:)

Ça n'excuse en rien la nullité de Gamelin. Mais Gamelin était en lui-même un symptôme de la volonté du gouvernement français de ne pas faire la guerre. Pourquoi l'avoir déclarée, alors? C'est cette habitude bien française de "faire semblant". Après tout, de nos jours, on "fait semblant" de lutter contre le réchauffement climatique. Sauf que Hitler ne faisait pas semblant (et pareil pour le réchauffement climatique). En France, on parle et on imagine qu'on agit.

Un auteur qui a vécu cette période disait qu'en 1939 la France était un "pays de cons". Je suis assez d'accord. Le drame de mai-juin 40 n'est pas arrivé par hasard...

Mais ça va même plus loin que ça. Les généraux français ne sont pas pressés d'attaquer l'Allemagne, mais par contre, quelle passion dès qu'il s'agit d'élaborer des plans pour frapper l'URSS! La fameuse formule "plutôt Hitler que le Front populaire" recouvre une réalité déplaisante mais qu'on ne peut nier : c'est ce que pensaient une bonne partie des élites françaises. Voir à ce sujet le livre "De Munich à Vichy", d'Anne Lacroix-Riz.

Modifié par Gouderien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lumic Membre 3465 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 1 heure, le merle a dit :

bonjour

il faut dire que le terrible souvenir de la guerre de 1914 et l'énormité des dégâts et des victimes , étaient encore dans toutes les mémoires .

ainsi que l'idée de la der des der , la paix viendrait enfin définitivement .

Gamelin n'osait pas aller trop loin ? il devait connaître les forces Allemandes et avait peut-être la peur que son remède ( intervention militaire en Belgique ) serait pire que le mal si la dose était trop forte ?

personne ne voulait d'une nouvelle guerre désastreuse à part Hitler et ses sbires .

bonne journée 

En fait , faudrait s ' intéresser à l ' après guerre 14 -18 car parait-il les Français se sont comportés en grand vainqueur sur les Allemands , ce qui n ' a rien arrangé pour la suite ...

 

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gouderien Membre 17083 messages
Obsédé textuel‚ 67ans
Posté(e)
il y a 7 minutes, lumic a dit :

En fait , faudrait s ' intéresser à l ' après guerre 14 -18 car parait-il les Français se sont comportés en grand vainqueur sur les Allemands , ce qui n ' a rien arrangé pour la suite ...

 

Ça c'est sûr qu'après l'armistice de 1918 on a accumulé les erreurs… Pas que nous, d'ailleurs, les Américains et les Anglais aussi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lumic Membre 3465 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 15 minutes, Gouderien a dit :

Ça c'est sûr qu'après l'armistice de 1918 on a accumulé les erreurs… Pas que nous, d'ailleurs, les Américains et les Anglais aussi.

En fait lorsque on lit Morts sur la France , je veux bien mais j ' ai des doutes sur cette légitimité là où cette prétention là ...

Autrement dit au nom de qui et de quoi véritablement ...

Faut dire ce qui est , c ' est le peuple qui a toujours raison ...

D ' ailleurs lorsque par exemple je lis le nom du frère de mon grand père mort en 14 - 18 , C ' est évidemment bien à lui que je pense tout d ' abord ...

Ce pourquoi je trouve que ce Morts pour la France , cela fait tâche , désordre ...

Et puis envoyer des gens s ' entretuer , c ' est pas Pétain  qui aurait risqué de se prendre une averse d ' obus ou se faire finir à l ' arme blanche ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Morfou Membre 29707 messages
Forumeur alchimiste‚ 69ans
Posté(e)
il y a 4 minutes, lumic a dit :

En fait lorsque on lit Morts sur la France , je veux bien mais j ' ai des doutes sur cette légitimité là où cette prétention là ...

Autrement dit au nom de qui et de quoi véritablement ...

Faut dire ce qui est , c ' est le peuple qui a toujours raison ...

D ' ailleurs lorsque par exemple je lis le nom du frère de mon grand père mort en 14 - 18 , C ' est évidemment bien à lui que je pense tout d ' abord ...

Ce pourquoi je trouve que ce Morts pour la France , cela fait tâche , désordre ...

Et puis envoyer des gens s ' entretuer , c ' est pas Pétain  qui aurait risqué de se prendre une averse d ' obus ou se faire finir à l ' arme blanche ...

Vous réfutez à ces gens d'être "morts pour la France"'?

Que savez vous des "temps de guerre"?

C'est certain qu'il ne faudrait pas une 3ème guerre mondiale...nous serions dans les choux, personne ne voulant se battre pour leur pays, la France...

hitler devrait exister aujourd'hui, nous serions allemand...il n'y a plus de défenseurs de la France, uniquement des peureux qui ne voudraient certes pas perdre tous les avantages de notre époque!

A vomir!

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
le merle Membre 12845 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 3 heures, Gouderien a dit :

Ça n'excuse en rien la nullité de Gamelin. Mais Gamelin était en lui-même un symptôme de la volonté du gouvernement français de ne pas faire la guerre. Pourquoi l'avoir déclarée, alors? C'est cette habitude bien française de "faire semblant". Après tout, de nos jours, on "fait semblant" de lutter contre le réchauffement climatique. Sauf que Hitler ne faisait pas semblant (et pareil pour le réchauffement climatique). En France, on parle et on imagine qu'on agit.

Un auteur qui a vécu cette période disait qu'en 1939 la France était un "pays de cons". Je suis assez d'accord. Le drame de mai-juin 40 n'est pas arrivé par hasard...

Mais ça va même plus loin que ça. Les généraux français ne sont pas pressés d'attaquer l'Allemagne, mais par contre, quelle passion dès qu'il s'agit d'élaborer des plans pour frapper l'URSS! La fameuse formule "plutôt Hitler que le Front populaire" recouvre une réalité déplaisante mais qu'on ne peut nier : c'est ce que pensaient une bonne partie des élites françaises. Voir à ce sujet le livre "De Munich à Vichy", d'Anne Lacroix-Riz.

bonsoir

il y avais des engagements pris après la grande guerre .l'Allemagne devait se tenir tranquille .le traité de Versailles était trop dur.

le réarmement de l'Allemagne ne devait pas se faire .un laissé allé général des nations à permis à Hitler de devenir trop puissant . en Allemagne il y avait aussi un désir de revanche car les militaires croyaient avoir étés trahis par leurs élites .

en attaquant la Pologne , la réaction  à  été activé .il semble que personne ne savait ou croyait au rêve d'Hitler , de son désir de la grande Allemagne et de l'espace vital pour la race des seigneurs .

les politiques et les généraux craignaient plus la Russie aux mains des bolcheviks , plutôt que les nazis .

l'armée Française était dites la plus forte mais , aux mains de Généraux qui voyaient la guerre comme en 1914 et non la nouvelle avec les chars et la guerre éclaire .

bon , c'est plus compliqué que cela mais voila à peut prêt le topo que tous le monde connait .

bonne soirée

 ,

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
le merle Membre 12845 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 3 heures, lumic a dit :

En fait , faudrait s ' intéresser à l ' après guerre 14 -18 car parait-il les Français se sont comportés en grand vainqueur sur les Allemands , ce qui n ' a rien arrangé pour la suite ...

 

bonsoir

c'est vrai , depuis la défaite de la guerre  1870 , ont parlait aux écoliers Français d'une possible revanche sur les Allemands .

l'Allemagne vaincue , était devenus un véritable bouillon de culture pour que surgisse un jour , un homme qui devint un monstre pour les millions de ses victimes .

bonne soirée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pila Membre 17099 messages
Forumeur alchimiste‚ 60ans
Posté(e)
Il y a 6 heures, Gouderien a dit :

Gamelin était totalement nul, ainsi qu'une bonne partie de l'état-major français, malheureusement. J'en reparlerai plus tard - en mai.

Gamelin n'aimait pas le téléphone !

Comme il a été dit, le plan allemand était de traverser avec des blindés la forêt des Ardennes; ce qui était totalement inimaginable dans l'esprit des alliés : des véhicules ne pouvaient pas traverser une forêt. Et le plan prévu par l'Etat-Major allemand démontra le contraire, pour le plus grand malheur du Monde.

Depuis 1933, arrivée au pouvoir du caporal-fou, la Presse française soulignait la dangerosité de cet individu. Et personne n'a rien fait. Ce qu'il fallait faire, c'était envahir l'Allemagne dés 1935-1936, quand ce malade mental a commencé à devenir insolent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
le merle Membre 12845 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

pour la traversé des Ardennes , la leçon n'à pas été retenue .car les Allemands ont récidivé contre les troupes Américaines pour Bastogne .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Barbara lebol Membre 6534 messages
Forumeur alchimiste‚ 42ans
Posté(e)

Il y avait la volonté expansionniste de l'Allemagne, mais pourquoi a-t-on laisser faire Hitler, alors qu'il était possible de tout arrêter quand l'Allemagne a commencé à réarmer ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gouderien Membre 17083 messages
Obsédé textuel‚ 67ans
Posté(e)
Il y a 1 heure, le merle a dit :

bonsoir

il y avais des engagements pris après la grande guerre .l'Allemagne devait se tenir tranquille .le traité de Versailles était trop dur.

le réarmement de l'Allemagne ne devait pas se faire .un laissé allé général des nations à permis à Hitler de devenir trop puissant . en Allemagne il y avait aussi un désir de revanche car les militaires croyaient avoir étés trahis par leurs élites .

en attaquant la Pologne , la réaction  à  été activé .il semble que personne ne savait ou croyait au rêve d'Hitler , de son désir de la grande Allemagne et de l'espace vital pour la race des seigneurs .

les politiques et les généraux craignaient plus la Russie aux mains des bolcheviks , plutôt que les nazis .

l'armée Française était dites la plus forte mais , aux mains de Généraux qui voyaient la guerre comme en 1914 et non la nouvelle avec les chars et la guerre éclaire .

bon , c'est plus compliqué que cela mais voila à peut prêt le topo que tous le monde connait .

bonne soirée

 ,

L'histoire militaire de la France entre novembre 1918 et mai 1940 est celle d'une longue décadence. A la limite, l'armée française de 1918 était plus puissante, plus dynamique, et surtout incomparablement mieux commandée, que celle de 1940.

Après l'armistice de 1918 et la signature du traité de Versailles, la France mène une politique de force à l'égard de l'Allemagne vaincue, surtout pour que celle-ci paye les dommages de guerre que lui a imposés le traité. Le point culminant de cette politique est l'occupation de la Ruhr (1923-1925), qui va malheureusement porter un coup fatal à la république de Weimar. Le problème est que nous ne sommes soutenus dans cette politique ni par les États-Unis, qui se sont repliés dans l'isolationnisme, ni même par la Grande-Bretagne.

A la même époque se déroule un débat à propos de l'utilisation d'une des nouvelles armes nées de la guerre, les chars d'assaut. Le général Étienne, créateur de l'arme blindée, voudrait rassembler les chars dans de vastes unités, analogues aux futurs "Panzerdivisionen" allemandes. Mais les généraux d'infanterie ne sont pas d'accord, et imposent leur point de vue : le char demeurera essentiellement un engin d'appui aux troupes à pied. De Gaulle relancera le débat avec son fameux livre "Vers l'armée de métier", proposant la création d'un corps cuirassé de 100.000 hommes, mais il ne sera entendu… qu'en Allemagne.

Puis survient la crise de 1929. Les budgets militaires s'en ressentent. La France se cantonne désormais dans la défensive, et le symbole de cette nouvelle politique est la ligne Maginot. Cette ligne fortifiée ultra-moderne semble la solution définitive aux problèmes des relations avec l'Allemagne; elle a cependant un gros défaut : au lieu d'aller jusqu'à la mer, elle s'arrête à la frontière belge. Mais, fascinés par ce "jouet" grandiose, les généraux français oublient que les lignes de fortifications sont faites pour économiser les forces et entassent dans ou derrière la ligne Maginot les deux tiers de l'armée française.

Deux faits vont marquer le commencement de la fin : en mars 1936, Hitler occupe la Rhénanie, démilitarisée après 1918. Le gouvernement français ordonne au général Gamelin d'envoyer ses forces pour contrer la manœuvre allemande. Il refuse sans l'appui britannique, appui qui ne viendra jamais; on aurait dû virer Gamelin dès cette époque.

Enfin en septembre 1938 se tient la honteuse conférence de Munich, au cours de laquelle le sort de la Tchécoslovaquie est décidé - sans les Tchécoslovaques, puisqu'ils n'ont même pas été invités à cette réunion pourtant capitale pour eux. Ces 29 et 30 septembre 1938, la France capitule sur toute la ligne, abandonnant un allié bien mieux armé que la malheureuse Pologne, pour laquelle on se battra un an plus tard!

L'armée française de 1940 est nombreuse, pourvue d'une puissante artillerie, et possède même plus de chars que les Allemands. Mais on n'en finirait pas d'énumérer tous ses points faibles : aviation inférieure, doctrine d'emploi des chars erronée, logistique insuffisante, communications archaïques, et surtout haut-commandement sclérosé et sans imagination.

Deux points encore :

1) C'est le front populaire qui commence à réarmer la France;

2) Durant les années 30, nos relations avec l'URSS sont plutôt bonnes, ce pays étant, comme nous, attaché au principe de la sécurité collective. Mais après Munich, Staline comprend qu'il ne peut plus compter sur les Occidentaux - ce que confirment les interminables négociations de l'été 1939 - et donc il finira par signer avec Hitler.

il y a 27 minutes, le merle a dit :

pour la traversé des Ardennes , la leçon n'à pas été retenue .car les Allemands ont récidivé contre les troupes Américaines pour Bastogne .

Sauf que l'offensive allemande des Ardennes de décembre 1944 était une plaisanterie, pour ne pas dire une folie suicidaire.

Modifié par Gouderien
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lumic Membre 3465 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 48 minutes, le merle a dit :

bonsoir

c'est vrai , depuis la défaite de la guerre  1870 , ont parlait aux écoliers Français d'une possible revanche sur les Allemands .

l'Allemagne vaincue , était devenus un véritable bouillon de culture pour que surgisse un jour , un homme qui devint un monstre pour les millions de ses victimes .

bonne soirée

Tout à fait , guerre , esprit de revanche mais quel était donc cet esprit de patriotisme visant à faire d ' innombrables morts pour rien , quel orgueil ...

Je ne crois donc pas aux morts pour la France sachant ...

C ' est le peuple qui a trinquè et jamais ces fous de dirigeants orgueilleux aussi bien du côté allemand 

que côté  français ...

Et ce n ' était pas fini , Indochine , Algérie ...

Paraît - il on chante encore la marseillaise pour cela , j 'y crois pas ...

De plus la situation actuelle du monde découle en partie de ces conflits inutiles ...

En fait tout devoir de mémoire ne peut l ' être que pour nos braves poilus et autres soldats emmenés quasi de force sur les champs de bataille , y ' avait pas trop le choix ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×