Aller au contenu

Messages recommandés

zenalpha Membre 13297 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 51ans
Posté(e)
il y a 59 minutes, new caravage a dit :

 Quand des femmes perpétuent elles mèmes des siècles d'infinies souffrances les mecs n'ont même plus besoin d'opprimer directement c'est effrayant en 2020!!

Mon sentiment est qu'une tradition plutôt de gauche consiste à revendiquer afin d'obtenir des droits et parfois des privilèges 

On a logiquement assisté à ces luttes pour une remise a niveau des droits.

Seulement voilà, les successeurs de ce mouvement gardent cet esprit revendicatif et moralisateur 

Alors que les femmes influentes savent créer et aller de l'avant avec leur propre force.

L'idée de mérite au quota ou justement d'une forme de simplification de cette compétition n'est pas la v2.0 du féminisme 

Les femmes de valeur et peut-être est ce plus difficile je ne sais pas n'auront pas a revendiquer un ruissellement de petits privilèges 

Elles sauront avoir du pouvoir

Je n'attends pas une présidente pour le sexe de l'inter jambes...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Quasi-Modo Membre 13495 messages
Chercheur de ciel‚ 35ans
Posté(e)
Il y a 2 heures, sirielle a dit :
Il y a 19 heures, Quasi-Modo a dit :

On voit bien dans ce tableau qu'il y a plus de cas de violence femme/femme que de cas de violence homme/homme même si c'est parfois léger.

On y voit aussi que les femmes sont davantage victimes d'autres femmes, que victimes des hommes, du point de vue nombre d'agressions. (Et inversement.)

Je comprends mieux ta grille de lecture. Ta remarque me semble juste. Mais j'émets un bémol sur ce propos que tu citais de ma part qui est qu'il faut bien voir que selon le type de violence relevé nous pourrions avoir des chiffres différents. Dans le tableau indiqué ici il s'agit avant tout de violence indirecte c'est à dire à distance via internet ou le téléphone.

Et selon le même tableau les filles sont beaucoup moins fréquemment bourreaux que les garçons (et plus fréquemment victimes) pour les violences du type considéré. Mais toutes proportions gardées lorsqu'une fille devient bourreau elle victimise beaucoup plus souvent une autre fille. Il faudrait les chiffres exacts pour d'autres types de violence comme les coups ou les insultes en face à face pour confirmer mais je crois que cela change certaines données. 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marzhin Membre 640 messages
Forumeur forcené‚ 39ans
Posté(e)
Il y a 2 heures, zenalpha a dit :

Article intéressant qui ne donne pas la part belle aux monothéismes dans la mise en valeur de la femme.

Ceci dit, dans le quotidien prosaïque des sociétés antiques, les femmes qui ont joué le premier rôle politique ont été rares là aussi.

C'est quoi "ta croyance néo-celtique" ?

Dans la Rome et la Grèce, effectivement, sociétés méditerranéennes influencées par- ou sensibles au- Moyen-Orient. C'est ainsi, et j'en parle dans l'article.

Sinon, quant à ma croyance, tout est là sur ForumFr.

J'ajouterai que je disais tout à l'heure, que l’impérialisme était cause de la subordination féminine. C'est ce que tu as oublié de lire, zenalpha, et qui a été cautionné par Aruna je crois. Mais il faut que je me corrige : c'est l'urbanisation, qui est en cause, du moins avant l'hygiène et la technique à l'enfantement, qui datent de deux siècles seulement ... !

Car même chez les Gaulois, du moment qu'il y eut urbanisation, les femmes perdirent de l'importance. Mais pendant l'époque féodale, dans les campagnes, la paillardise/paysannerie (+90% de la population) est largement franchouillarde et paritaire dans l'âme, même si l’Église joue les rabat-joise. En somme, l'immense majorité de la population était gauloise ... La gauloiserie, c'est la vie.

Prenez la reine Boadicée.

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marzhin Membre 640 messages
Forumeur forcené‚ 39ans
Posté(e)
Il y a 2 heures, zenalpha a dit :

Mon sentiment est qu'une tradition plutôt de gauche consiste à revendiquer afin d'obtenir des droits et parfois des privilèges 

On a logiquement assisté à ces luttes pour une remise a niveau des droits.

Seulement voilà, les successeurs de ce mouvement gardent cet esprit revendicatif et moralisateur 

Alors que les femmes influentes savent créer et aller de l'avant avec leur propre force.

L'idée de mérite au quota ou justement d'une forme de simplification de cette compétition n'est pas la v2.0 du féminisme 

Les femmes de valeur et peut-être est ce plus difficile je ne sais pas n'auront pas a revendiquer un ruissellement de petits privilèges 

Elles sauront avoir du pouvoir

Je n'attends pas une présidente pour le sexe de l'inter jambes...

Ce sont des manifestantes, qui occasionnent la Révolution française, certes ne songeant pas aller par là, mais l'impulsion et la récupération bourgeoises furent données.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sirielle Membre 3822 messages
Forumeur alchimiste‚ 32ans
Posté(e)
Il y a 8 heures, new caravage a dit :

          Ben il y a des femmes qui confortent les inégalités et la dominances de sociétés patriarcales par conditionnement culturel,religieux ou autre et qui n'ont pas besoin pour remettre les rebelles dans le droit chemin de l'infériorisation volontairement acceptée et cela de manière fort violente parfois.

           Les milieux orthodoxes,chrétiens,juifs musulman ou animistes africains ont un réservoir de ce genre de femmes soumises devenant tortionnaires de leurs filles en vélléités d'indépendance.

                       En tête des manifs anti PMA pour toutes,gardiennes de la position soumise de la femme selon la volonté d'Hachem,organisant elles mêmes les mariages forcés avec un vieux du bled pendant les vacances ou maniant les ciseaux de l'exciseuse sans aucun remord ni complexe.

              Quand des femmes perpétuent elles mèmes des siècles d'infinies souffrances les mecs n'ont même plus besoin d'opprimer directement c'est effrayant en 2020!!

 

En même temps les violences des femmes entre elles ne sont pas toutes issues du patriarcat, bien que certaines oui en effet.

Citation

Si la misogynie des hommes reflète leur perception d’une infériorité féminine "naturelle", je ne crois pas que cela soit le cas pour la misogynie féminine. Je serais plutôt d’avis que les obstacles et difficultés inhérentes à leur vie de femme, personnelle ou professionnelle, les entraîneraient vers des stratégies de défense les conduisant à se protéger de celles qui pourraient leur porter ombrage.(…)

Annick Houel, auteure de nombreux livres traitant de la psychologie sociale explique qu’il y a un manque notable de solidarité, entre les femmes au travail par exemple. Alors qu’elles devraient se soutenir mutuellement dans une société où existe toujours un clivage important entre les conditions de travail des femmes et celles des hommes, elles se craignent.  Comme si la part du gâteau de l’une pouvait priver l’autre de la sienne.  Elle constate aussi que les plaintes pour harcèlement moral en milieu de travail viennent plus souvent de femmes, contre des femmes.

On serait tenté de croire que les femmes misogynes sont les plus soumises et les plus dépendantes. Que les femmes éduquées, instruites, celles qui sont dans les hautes sphères du pouvoir, qui ont réussi, qui sont des influenceures  sont moins misogynes. Détrompons-nous. Celles-là ne seraient pas plus solidaires des autres femmes, pas plus « concrètement »  féministes et ne feraient pas plus de place à leurs semblables. Selon la chercheuse, ce serait  souvent le contraire: Nombre de femmes qui ont réussi se désolidarisent totalement de leurs consoeurs comme si elles en avaient honte.  (…)

http://jocelynerobert.com/2012/03/13/misogynie-au-feminin/

 

Modifié par sirielle
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 13297 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 51ans
Posté(e)
Il y a 7 heures, Marzhin a dit :

Dans la Rome et la Grèce, effectivement, sociétés méditerranéennes influencées par- ou sensibles au- Moyen-Orient. C'est ainsi, et j'en parle dans l'article.

Sinon, quant à ma croyance, tout est là sur ForumFr.

J'ajouterai que je disais tout à l'heure, que l’impérialisme était cause de la subordination féminine. C'est ce que tu as oublié de lire, zenalpha, et qui a été cautionné par Aruna je crois. Mais il faut que je me corrige : c'est l'urbanisation, qui est en cause, du moins avant l'hygiène et la technique à l'enfantement, qui datent de deux siècles seulement ... !

Car même chez les Gaulois, du moment qu'il y eut urbanisation, les femmes perdirent de l'importance. Mais pendant l'époque féodale, dans les campagnes, la paillardise/paysannerie (+90% de la population) est largement franchouillarde et paritaire dans l'âme, même si l’Église joue les rabat-joise. En somme, l'immense majorité de la population était gauloise ... La gauloiserie, c'est la vie.

Prenez la reine Boadicée.

Merci pour ton partage.

Il est clair que la femme dans la culture celte bénéficie d'un statut plus avancé que celui du pourtour méditerranéen 

Dans le même temps, cet article décrit une transition entre la société matriarcale néolithique avec par exemple le rôle privilégié de l'oncle sur les neveux comme dans l'éducation de Wallace vers une société patriarcale indo-aryenne

https://matricien.wordpress.com/geo-hist-matriarcat/europe/celte/

Je pense que cet article pourrait t'intéresser 

Et puisque tu parle d'imperialisme, ça me fait penser à la thèse de soral concernant l'impérialisme capitaliste dans la manipulation féministe de la condition féminine 

Tu recentres sur l'urbanisation et ça me rappelle la place des hommes dans l'appropriation de certains lieux publics comme les cafés dans le sud de la France et pas seulement 

https://www.lesinrocks.com/2014/03/30/actualite/actualite/genre-urbanisme-la-ville-espace-de-loisir-pour-les-hommes/

Personnellement, je suis moins galant qu'auparavant.

Une femme qui travaille est un travailleur comme un autre.

Je ne sais pas si c'est un progrès de gommer les différences mais mon monde est déjà derrière moi

Je laisse aux jeunes leur vision des choses.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sirielle Membre 3822 messages
Forumeur alchimiste‚ 32ans
Posté(e)
Le 22/01/2020 à 08:58, Quasi-Modo a dit :

Je comprends mieux ta grille de lecture. Ta remarque me semble juste. Mais j'émets un bémol sur ce propos que tu citais de ma part qui est qu'il faut bien voir que selon le type de violence relevé nous pourrions avoir des chiffres différents. Dans le tableau indiqué ici il s'agit avant tout de violence indirecte c'est à dire à distance via internet ou le téléphone.

Et selon le même tableau les filles sont beaucoup moins fréquemment bourreaux que les garçons (et plus fréquemment victimes) pour les violences du type considéré. Mais toutes proportions gardées lorsqu'une fille devient bourreau elle victimise beaucoup plus souvent une autre fille. Il faudrait les chiffres exacts pour d'autres types de violence comme les coups ou les insultes en face à face pour confirmer mais je crois que cela change certaines données. 

Il s'agit de violence morale, et dans un cadre particulier, celui du cyberharcèlement. Effectivement les chiffres diffèrent selon le genre aussi en fonction des types de violences. (Cependant la violence morale (menaces, chantages, insultes, calomnies, diffamations, etc...) orale relative aux milieux isolés est quoi qu'il en soit particulièrement difficilement prouvable que son auteur soit homme ou femme.) Les femmes sont évidemment davantage victimes des hommes que des femmes concernant certains autres types de violence. En même temps il semble que socialement la violence féminine a longtemps conservé une part de tabou. D'une part parce que les hommes sont censés selon certains préjugés de genre avoir le dessus sur les femmes du point de vue force, d'autre part parce qu'étant elles-mêmes souvent victimes, voire vulnérables, il peut comporter certains risques à alimenter la misogynie par la culpabilisation, aussi parce qu'elles sont partiellement déresponsabilisées par les clichés de douceur et de fragilité (voire d'influençabilité) attribués à leur féminité, et de plus car les enfants victimes (le plus souvent de leur mère d'après plusieurs études) gardent fréquemment le silence. Ainsi des études ont démontré que le système judiciaire français était légèrement plus indulgent avec les femmes qu'avec les hommes. (Ce qui serait cependant en cours de changement.)

Citation
Genre  et stéréotypes

Si le poids de la tradition a longtemps pesé dans le corps judiciaire, qu'en est-il du traitement des jeunes délinquantes ou des femmes criminelles ? Là aussi, les représentations sociales jouent. Aminata Niakate, avocate, reconnait qu'il est "plus facile de plaider pour une jeune fille", dont l'aspect fragile est souvent évident. Celle-ci va par exemple se voir proposer de rencontrer un médecin dans 60% des cas, alors que cette possibilité est présentée à un garçon seulement une fois sur 10. En conséquence, l'obligation de soins et les mesures éducatives sont en majorité destinées aux filles.

Catherine Ménabé, maître de conférences à l'université de Lorraine, évoque également un "traitement différentiel" concernant les 3,6% de femmes incarcérées. Ces dernières semblent bénéficier de représentations sociales fondées sur ces stéréotypes qui font de la femme un être bienveillant et doux. Aujourd'hui, celles qu'on appelle les "revenantes"  (de Syrie) ont ainsi pu être perçues momentanément comme n'ayant pas de rôle actif et ont fait l'objet d'un simple contrôle judiciaire. Dans ce domaine, la tentative d'attentat par trois femmes radicalisées de la cathédrale Notre-Dame à Paris, en septembre 2016, a été une véritable prise de conscience.

http://www.justice.gouv.fr/haute-fonctionnaire-a-legalite-femmes-hommes-12939/missions-12942/femmes-droit-et-justice-32218.html

 

Modifié par sirielle
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marzhin Membre 640 messages
Forumeur forcené‚ 39ans
Posté(e)
Il y a 21 heures, zenalpha a dit :

Merci pour ton partage.

Il est clair que la femme dans la culture celte bénéficie d'un statut plus avancé que celui du pourtour méditerranéen 

Dans le même temps, cet article décrit une transition entre la société matriarcale néolithique avec par exemple le rôle privilégié de l'oncle sur les neveux comme dans l'éducation de Wallace vers une société patriarcale indo-aryenne

https://matricien.wordpress.com/geo-hist-matriarcat/europe/celte/

Je pense que cet article pourrait t'intéresser 

Et puisque tu parle d'imperialisme, ça me fait penser à la thèse de soral concernant l'impérialisme capitaliste dans la manipulation féministe de la condition féminine 

Tu recentres sur l'urbanisation et ça me rappelle la place des hommes dans l'appropriation de certains lieux publics comme les cafés dans le sud de la France et pas seulement 

https://www.lesinrocks.com/2014/03/30/actualite/actualite/genre-urbanisme-la-ville-espace-de-loisir-pour-les-hommes/

Personnellement, je suis moins galant qu'auparavant.

Une femme qui travaille est un travailleur comme un autre.

Je ne sais pas si c'est un progrès de gommer les différences mais mon monde est déjà derrière moi

Je laisse aux jeunes leur vision des choses.

L'article, et le site Matricien en général, est une supercherie. Rien, rien, absolument rien, ne permet de parler de matriarcat, anthropologiquement. Ça n'existe pas. Ce qui existe, ce sont des déesses mères et autres déesses, parmi les dieux, au milieu de sociétés paritaires. Les peuplades dites matriarcales existant toujours, sont des sociétés effectivement avunculaire, qui s'appuient sur l'oncle. C'est très contemporain, cette idée de matriarcat, sur un mode infantile, piètre et revanchard antipatriarcal, j'en ai parlé là. En fait, les sociétés peuvent être soit paritaires, soit patriarcales, et c'est tout, le féminisme étant une revendication d'égalité démocratique aboutie, logiquement, après les (r)évolutions démocratiques, que cela plaise ou non à Alain Soral.

C'est que quoiqu'il en soit, la grossesse situe la femme, alors qu'elle est nécessaire pour la perpétuation de l'espèce, donc pour la femme enceinte au premier ordre : même si, en tant que personne, elle peut méditer, concevoir et s'adonner à des activités supérieures ou différentes - chose de plus en plus conspuée par les crétin(e)s, dont l'ignardise et la mesquinerie a voix au chapitre grâce à Internet, en toute bonne logique égalitaire (et pour tout ce qui regarde la défense de l'ignardise et la puissance de la mesquinerie, les crétin(e)s ont une ingéniosité sans pareille, jusqu'à l'agnotologie utile en ingéniere sociale et qui devrait être interdite au même titre que le marketing adressé aux mineurs au moins).

Où le propos d'Alain Soral semble tout à fait intéressant mais, là où Alain Soral se plante, c'est sur son point de départ. Alain Soral fait une lecture qui se veut protectrice et maternocentrique, de la femme. D'emblée, il se pose comme le gardien du foyer, ce qui n'est pas une mauvaise chose en réalité, mais une chose dont on comprend bien qu'elle regarde le problème comme les enfants s'amusent à se servir d'un rouleau de PQ en guise de longue-vue. C'est un coup de bite scatologique, puisque c'est queutard a laisser la femme au trou.

Évidemment, il me dirait que mon discours est conditionné, il ne serait pas d'accord. Oui, mais en regard des quelques décennies démocratiques industrielles seulement (une quinzaine tout au plus, pour la France, depuis 1870). Alain Soral reste moderniste dans la démarche, or le modernisme constitue la femme comme au foyer, certes pour de pas mauvaises raisons industrielles, mais pas de bonnes raisons non plus. C'est la corde raide sur laquelle doit danser toute femme, aujourd'hui, funambuliquement, d'autant plus qu'autant que pour l'homme, l'hygiène et la technique libérateurs deviennent remplaceurs, entre insémination et futurs incubateurs artificiels.

Il n'y a que sur la base des biotechnologies, à la limite, que certains se sont amusés à imaginer une fin de l'homme et un matriarcat, c'est-à-dire avant tout une pyramide sociale avec des femmes à tous les étages, et rien que des femmes, ce qui pose évidemment les problèmes de classe soulevés par Alain Soral.

Truc de oufs.

La femme celte, elle, sur la base de parités pré-celtiques ou non (Jean Markale abondamment cité dans l'article, n'est pas une référence scientifique ! et on ne met pas les peuples pré-celtiques dans la perspective de Boadicée, ça ne marche pas vus les siècles d'écart !), dispose d'une relative autonomie avant, pendant comme après le mariage, y compris en termes d'initiative de divorce, et de gains de ressources (qui feraient pleurer nos masculinistes). Inversement, il n'était pas rare que ces femmes comprennent que leur époux ait une concubine, pour ses passions d'homme. En tout cas c'est dire que des femmes celtes pouvaient se trouer un homme hors mariage, et même être entretenues par lui, sans compter que certaines combattaient et dirigeaient, dans les limites naturelles de leur grossesse (en plus des limites universelles d'âge, d'entraînement et de santé).

La plupart de nos féministes n'envisagent aucune liberté sexuelle, surtout pas de la part de l'homme, puritaines dans la démarche, seraient-elles lesbiennes, à en vouloir aux passions d'homme juste parce que ce ne sont pas des passions de femme, allez comprendre. La jalousie est le fait du dieu monothéiste, prétendu unique et absolu, obsessif jusque chez ces militantes-là, en termes d'échos de moeurs occidentales.

On a du pain sur la planche, c'est moi qui vous le dit.

Modifié par Marzhin
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 13297 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 51ans
Posté(e)

Hello @Marzhin

Nous effectuons logiquement des regroupements sur base de caractéristiques générales d'où ressortent des mots tels que patriarcat ou matriarcat 

De mon point de vue, cette facilitation dans la conception des ressorts d'une société évacue certaines fluctuations.

On a vu par exemple une femme pharaon, ou des femmes souveraines en occident et bien souvent on considère des critères tels que le lieu de vie (ex matrilocal) ou la transmission du nom et des biens (ex matrilineaire) dans cette qualification 

Mais quels sont les attributs du pouvoir qui caractérisent ce pouvoir ?

Est-il sexué et sur quelle(s) base(s)

Soral souligne par exemple l'impérialisme capitaliste et inscrit le féminisme dans le marxisme comme une manipulation "bourgeoise" étendant le marché et le salariat sous forme de manipulation complotiste des femmes par des hommes et des bourgeoises.

Je n'y crois guère.

Ces réalités inégalitaires prennent différentes formes et l'égalité...des droits me semble être la seule purement objective.

Voilà pourquoi il sussure du bout des lèvres quand même la légitimité de ce combat.

Les traditions, les moeurs, les coutumes, les mentalités (du pain sur la planche) sont plus difficiles à faire évoluer car hautement subjectives et sociétales 

J'ai du mal a comprendre que les différences hommes-femmes à l'origine de leur complémentarité soient gommées par un egalitarisme forcené dogmatique et non célébrées

C'est l'actuel combat féministe dont cette même logique générale, de mon point de vue s'appuie sur un ... caprice dont le moteur est le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la crémière 

Je veux bien admettre que le dernier privilège concerne la transmission du nom....et encore....

Moi, je trouve que notre société est avant tout victimaire 

J'ai un collègue homme par exemple qui a travaillé toute sa vie dont la femme a développé un petit commerce qui ne fonctionnait pas

Il a donc payé la maison avec ses seuls revenus, financé en partie la création du commerce et parfois aidé sa femme.

Malheureusement il divorce

"Le régime de la communauté de biens" le sépare de la moitié de la valeur de son domicile qu'elle n'a jamais financé, de ses enfants car la mère reste dans les esprits le centre de la famille (elle avait le temps de s'en occuper...) et de ... 100 000€ de pension compensatoire 

Ce régime standard de notre système patriarcal dont le nom comme les esprits naïfs généralement masculin est donc....une machine à spolier totalement le plus gros contributeur du foyer

Quelle prestation durant 20 ans mérite la desappropriation totale du plus gros contributeur du foyer ?

Je dirais que cette machine, légalement incompréhensible.... sournoise car peu expliquée et coutumièrement très souvent au bénéfice des femmes laisse sans voie l'homme nu des cavernes qui a laissé tout ce qu'il possédait y compris sa dignité 

N'est ce pas une forme admirable de notre conception du mariage fait normalement de complémentarité et de...partage  ?

Allons dire à ce père de famille, séparé de ses enfants dont la mère bourre le bourichon contre lui et spolié de sa vie que la société est patriarcale et masculine.

Il y a les baisés qui sont bien souvent des hommes.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marzhin Membre 640 messages
Forumeur forcené‚ 39ans
Posté(e)

Non mais c'est juste qu'on a diabolisé le patriarcat, et qu'il n'est pas diabolique, car quotidiennement il faut bien vivre avec sa femme, en couple, avec risque de divorces et gestion des biens, du patrimoine et des finances. Le nombre de femmes mourant chaque année, est en fait un roulement criminologique naturel, rapporté à l'ensemble de la population, à comparer au nombre d'hommes mourant chaque année dans les mêmes logiques. A partir de là, la vérité, c'est qu'ici comme ailleurs, les chiffres sont manipulés. Dans les milieux complotistes, on s'en prend beaucoup à George Soros, l'Open Society Foundation et plus généralement "la société ouverte", pour cela. C'est-à-dire : pour dramatiser au nom du "Bien".

Tout ça a naturellement Soral dans le nez.

Mais, concrètement, je pense que tu restes sur une mise en perspective d'arrière-garde. Si bien sûr il y a injustice là, on peut aussi bien te répondre que c'est parce que c'est structurellement toujours inadéquat. Ou alors, que le mari était niais. Mais en vérité, sur le fond, c'est moralement dans l'ordre des choses, que l'homme se sacrifie pour la femme et la progéniture ... même si biologiquement, l'instinct territorial du mâle prime tout, y compris la survie des siens, encore qu'il ne s'en prenne jamais à eux directement. Mais en cas d'attaque du territoire, il défend son territoire à en oublier de protéger en priorité la femelle et la progéniture parfois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marzhin Membre 640 messages
Forumeur forcené‚ 39ans
Posté(e)

Bref, on est d'accord pour dire que l'égalitarisme forcené ne fait pas sens.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 13297 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 51ans
Posté(e)
il y a 5 minutes, Marzhin a dit :

Bref, on est d'accord pour dire que l'égalitarisme forcené ne fait pas sens.

De notre point de vue en effet.

L'égalité...des droits n'est pas une égalité...en tout.

Je soupçonne un biais cognitif de rapprochement entre inégalité et injustice au sens illégitime  

Comme si il fallait demander un quota sur un 100 mètres pour aller aussi vite qu'Usain Bolt.

On a des talents parfois inégaux, des différences physique et parfois culturelles et ce qui est illégitime est de faire "comme si" ces différences n'existaient pas

Alors que ce sont d'elles qu'on doit tirer notre excellence 

Mais on ne peut l'être en tout.

Une féministe pourrait imposer un quota de femmes sur une finale de 100 mètres avec un handicap a faire porter aux hommes du genre un sac de patates a porter et des souliers à clous dans la semelle.

Au lieu d'exceller dans toutes ces disciplines où nous ne sommes pas a leur hauteur.

Un peu de quota peut-être pour réguler les injustices flagrantes 

Mais pas cet egalitarisme idiot.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marzhin Membre 640 messages
Forumeur forcené‚ 39ans
Posté(e)

C'est là qu'on retombe sur mes premières interventions, volontairement loufoques, sur le topic.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sera-angel Membre 6214 messages
Parfaitement occulte et non au culte..‚ 102ans
Posté(e)
Il y a 19 heures, Marzhin a dit :

C'est là qu'on retombe sur mes premières interventions, volontairement loufoques, sur le topic.

Ben vous êtes combien à avoir cet avatar de cafard ici ? :D

 

Je sais bien que ça se reproduit vite les cafards mais là ça prête à confusion quand même avec le nouvel arrivant.

 

P.s.: je sais que ce n est pas un cafard mais un petit scarabée rebelle ;)

 

Modifié par sera-angel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sirielle Membre 3822 messages
Forumeur alchimiste‚ 32ans
Posté(e)

Le féminisme ne sert pas exclusivement à l'égalité des droits entre hommes et femmes. Il peut s'avérer utile aussi à traiter des problèmes sociaux qui sont propres aux femmes, indépendamment de la comparaison d'avec la situation masculine. Cette égalité souvent évoquée à laquelle tient le féminisme est elle effectivement liée à l'anti-sexisme. Et bien sûr il s'agit d'une égalité relative à certains droits en particuliers, et non pas d'une égalité à tous points de vue.

Modifié par sirielle
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 13297 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 51ans
Posté(e)
il y a 17 minutes, sirielle a dit :

Le féminisme ne sert pas exclusivement à l'égalité des droits entre hommes et femmes. Il peut s'avérer utile aussi à traiter des problèmes sociaux qui sont propres aux femmes, indépendamment de la comparaison d'avec la situation masculine. Cette égalité souvent évoquée à laquelle tient le féminisme est elle effectivement liée à l'anti-sexisme. Et bien sûr il s'agit d'une égalité relative à certains droits en particuliers, et non pas d'une égalité à tous points de vue.

Il y a un féminisme intelligent et des causes justes.

Malheureusement, la solidarité d'une cause consiste souvent à couvrir certains points sur lesquels on est en retrait 

Et les (néo) féministes actives ne brillent pas par leurs combats 

Mais en effet il y a des injustices spécifiquement féminines et des injustices aussi avec les hommes qui sont ciblées 

Mais je préfère le combat contre les injustices (dont celles-ci) qu'un point d'entrée coloré

C'est comme le racisme, il y a du racisme ciblé mais défendre sa seule communauté est en soi du racisme même si je comprends en revanche la célébration d'événements heureux et malheureux pour une communauté 

Mais je suis d'accord avec toi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cry baby Membre 38312 messages
obsédé chronique‚ 101ans
Posté(e)
Il y a 22 heures, sirielle a dit :

Le féminisme ne sert pas exclusivement à l'égalité des droits entre hommes et femmes. Il peut s'avérer utile aussi à traiter des problèmes sociaux qui sont propres aux femmes, indépendamment de la comparaison d'avec la situation masculine. Cette égalité souvent évoquée à laquelle tient le féminisme est elle effectivement liée à l'anti-sexisme. Et bien sûr il s'agit d'une égalité relative à certains droits en particuliers, et non pas d'une égalité à tous points de vue.

les femmes se battent également pour leur propres reconnaissance pas toujours par rapport a l'homme

"juste" pour exister en tant que femme,etre respecter et pas constament juger

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Meruidos Membre 24 messages
Forumeur balbutiant‚ 39ans
Posté(e)
il y a une heure, cry baby a dit :

les femmes se battent également pour leur propres reconnaissance pas toujours par rapport a l'homme

"juste" pour exister en tant que femme,etre respecter et pas constament juger

La lutte pour la reconnaissance est hegelienne, et ça nous ramène à la question de la compétition. Axel Honneth en a fait quelque chose en philosophie sociale.

Citation

L’objet de la philosophie sociale développée ces dernières années par Honneth, le successeur d’Habermas à Francfort, est de penser la vie sociale comme intrinsèquement conflictuelle et de montrer que ce conflit ne la détruit pas parce qu’elle est animée par une lutte pour la reconnaissance. Celle-ci se décline en trois grandes formes, l’amour, le droit et la solidarité, qui conditionnent la découverte et l’épreuve que chacun fait comme individu (confiance), comme personne (respect) et comme sujet (estime). Réduit à trois aspects principaux, le mépris subi par chacun atteint l’une ou l’autre de ses relations pratiques. Il lui révèle la forme de reconnaissance dont il manque et le précipite dans la lutte. La philosophie sociale d’Honneth met donc à jour la dimension morale des luttes sociales.

A propos de Boadicée.

Modifié par Meruidos
citation, boadicée
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sirielle Membre 3822 messages
Forumeur alchimiste‚ 32ans
Posté(e)
Il y a 7 heures, cry baby a dit :

les femmes se battent également pour leur propres reconnaissance pas toujours par rapport a l'homme

"juste" pour exister en tant que femme,etre respecter et pas constament juger

Effectivement, et le féminisme peut aussi consister à s'opposer politiquement à certaines femmes, voire être défendu par des hommes. (Comme le masculinisme peut s'opposer aussi politiquement à certains hommes, voire être défendu par des femmes.)

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 13297 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 51ans
Posté(e)
Le 26/01/2020 à 16:56, sirielle a dit :

Effectivement, et le féminisme peut aussi consister à s'opposer politiquement à certaines femmes, voire être défendu par des hommes. (Comme le masculinisme peut s'opposer aussi politiquement à certains hommes, voire être défendu par des femmes.)

Bref les ismes en matière de genre, c'est un beau bordel :dance:

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×