Aller au contenu

Messages recommandés

sovenka Membre 2231 messages
Oiseau de nuit‚ 39ans
Posté(e)

Pendant les jours gras du Carnaval qui commençaient la dernière semaine de janvier pour se terminer le Mardi gras, les villes françaises célébraient autrefois la Fête des Fous.

Les Parisiens honoraient la Mère Sotte, les Dijonnais la Mère Folle, à Reims on fêtait les Diacres soûls...

Rouen avait son abbaye des Conards.

Le monopole de cette confrérie lui était disputé par Caen, Cherbourg, Evreux, Puy-en-Velay. Toutefois les Conards de Rouen restaient fameux.

Dignes héritiers de la Société des Coqueluchers majoritairement issus du clergé (du mot coqueluchon désignant leur capuche à grelots et longues oreilles) ils se prêtaient à des grivoiseries, élisaient un abbé fou et une abbesse folle, mariaient des moines avec des moinesses...

Ce charivari monastique fut interdit au XIIIème siècle par l'archevêque de Rouen en place, avant de réapparaître le siècle d'après sous le nom d'abbaye des Conards.

Attention : des Conards qui étaient loin d'être débiles et étaient redoutés par toute une partie de la population. 

Malins et infatigables enquêteurs, ils dévoilaient au grand jour les désordres sociaux et les tares de la bonne société.

Cocufiages, vols, crimes... rien ne leur échappait ! Tous les coupables quels qu'ils fussent -riches, pauvres- étaient livrés en pâture au ricanement des badauds sur les places et dans les rues. Les malhonnêtes et les goujats faisaient donc profil bas durant ces 8 jours de conardie.

A la tête de cette abbaye était l'abbé Fagot, monarque universel de tous les Conards sous le ciel, qui réunissait chaque année ses patriarches et cardinaux en conclave à l'approche des festivités. Celles-ci débutaient par une grande parade triomphante dans toute la ville. Les Conards alpaguaient les passants en énumérant haut et fort la mainmise des puissants, le mauvais gouvernement, la hausse des prix, les taxes accablantes...

Le jour du Dimanche gras -le plus grand, gros, gras, haut et magnifique jour- avait lieu un défilé de chars décorés à la mode antique.

L'abbé Fagot, mitré, crossé, monté sur son char, fermait la marche en exécutant des bouffonneries sacerdotales au son des fifres, tambours et trompettes.

Le Mardi gras s'achevait par l'élection du plus vilain bougre de Rouen qui se voyait décoré d'une crosse d'abbé avant de subir un lynchage en règle. A titre d'exemple : en 1541 ce fut un couillon qui, faute d'argent, avait joué sa femme aux dés.

L'abbaye des Conards fut abolie par le cardinal de Richelieu en 1630.:(

SOURCE

  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
l'ours 5785 Membre 2705 messages
Ursidé bien léché‚ 68ans
Posté(e)

Les bonnes traditions se perdent. :smile2:

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
boeingue Membre 3215 messages
Forumeur alchimiste‚ 69ans
Posté(e)

j'imagine la téte des biens pensants actuels !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
boeingue Membre 3215 messages
Forumeur alchimiste‚ 69ans
Posté(e)

ça me fait penser au film " Le Miraculé "  trop marrant !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sovenka Membre 2231 messages
Oiseau de nuit‚ 39ans
Posté(e)
Le 17/01/2020 à 17:03, boeingue a dit :

ça me fait penser au film " Le Miraculé "  trop marrant !!

Dommage je l'ai pas vu :( 

Zut alors !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×