Aller au contenu

Maïa Mazaurette - "L'orgasme est une coproduction"


Messages recommandés

Léna-Postrof Membre 10156 messages
Ni dupe, ni soumise‚ 38ans
Posté(e)

Maïa Mazaurette : « L'orgasme est une coproduction »

image.thumb.png.47c79b8bcc2c95a32c9092fe65da2abd.png

© Aglaé Bory

 

L'une des premières « sexpertes » françaises, connue pour ses chroniques dans « Le Monde », publie un pamphlet détonant nous invitant à prendre la voie d'une sexualité pleine et solaire.

ELLE. La première partie de votre ouvrage « Sortir du trou... » veut montrer que le sexe féminin est, à tort, considéré comme un trou d'un point de vue anatomique. En quoi est-ce un problème majeur ?

 

Maïa Mazaurette. J'ai toujours senti une étrange déconnexion entre les représentations qu'on faisait de mon sexe et ce que j'expérimentais dans mon corps. Pour écrire mes chroniques, j'ai eu l'occasion d'observer de nombreux schémas anatomiques, et, sur la plupart d'entre eux, le vagin est représenté ouvert, comme si de l'air pouvait passer à travers ! Cela m'a rappelé des souvenirs que je raconte dans le livre. Quand j'étais au collège, j'entendais les garçons dire aux filles : « Toi, t'es qu'un trou ! » Cela peut paraître anodin, mais ce type de discours crée des représentations qui ont des conséquences réelles. Quand on dit cela, notre sexe devient symboliquement un espace construit en négatif : les hommes ont un pénis, une excroissance, et le corps d'une femme ne serait qu'un creux, une intériorité. Ce qui implique par exemple que le clitoris est supprimé d'office. Quand on parle de trou, on est dans un phénomène d'amputation.

 

ELLE. Vous défendez au contraire l'idée d'un sexe féminin plein et complet…

Maïa Mazaurette. Bien sûr, aucune femme ne se sent béante. J'ai le souvenir d'avoir été une jeune fille de 13 ans avec un vagin que je sentais fortement, et il y avait quelque chose qui poussait en moi quand j'éprouvais du désir. Il y a des muscles qui se contractent, des muqueuses qui se gonflent, les pieds du clitoris qui entourent le vagin. À l'inverse, un simple trou, c'est inactif, sans compétences, ce qui voudrait dire que, sexuellement, je suis nulle, simplement là pour écarter les jambes.

ELLE. Quelles sont les conséquences de cette représentation sur la sexualité des femmes ?

Maïa Mazaurette. Se construire anatomiquement en regard de l'homme, c'est assez délétère. Cela engendre une posture de passivité. On rêve au prince charmant qui va nous révéler, qui va nous amener vers l'orgasme. Mais l'orgasme, c'est une coproduction, l'homme ne va pas y arriver tout seul. Je ne me reconnais pas dans cette sexualité-là et il ne me semble pas souhaitable que les femmes adhèrent à cette vision dont les effets sont néfastes sur le reste de leur vie. « L'homme propose, la femme dispose » vaut aussi professionnellement. Plus généralement, notre capacité d'action et de créativité se trouve amputée puisqu'on nous la nie littéralement au centre de notre corps.

ELLE. Sexuellement, à qui profite ce fantasme du trou ?

Maïa Mazaurette. Alors, sans surprise, aux hommes. La pénétration vaginale leur permet d'obtenir le meilleur ratio effort-orgasme. Mais ce ne sont pas non plus des orgasmes extraordinairement renversants, surtout s'ils font ça vite : on sait que la durée moyenne d'un rapport sexuel est de 5 minutes 40 secondes. Et puis, cela profite aussi aux femmes. Il est important d'être capable d'autocritique : certaines n'ont pas envie d'être actives dans leur sexualité parce qu'elles s'ennuient. Donc si on est un trou, c'est pratique, il n'y a pas grand-chose à faire, ni besoin de se remettre en question. On n'est jamais jugées et on bénéficie d'une espèce d'immunité. Mais c'est un cercle vicieux : moins on s'active, moins on s'amuse et moins on a envie d'en faire.

Suite de l'article https://www.elle.fr/Societe/Interviews/Maia-Mazaurette-L-orgasme-est-une-coproduction-3831059

  • Like 2
  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Talon 1 Membre 9845 messages
Talon 1‚ 74ans
Posté(e)
Il y a 1 heure, Léna-Postrof a dit :

Mais l'orgasme, c'est une coproduction, l'homme ne va pas y arriver tout seul.

Quelqu'un aidait Onan ? Ils n'en disent rien dans La Bible.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
riad** Membre 8611 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)
Il y a 4 heures, Léna-Postrof a dit :

l'homme ne va pas y arriver tout seul.

Les gars vous êtes d'accord avec Maya Majorette? elle dit qu'on est incapable d'y arriver seuls ..facebook-cute-giggle-smiley-emoticon.gif

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pila Membre 17097 messages
Forumeur alchimiste‚ 60ans
Posté(e)

Encore une qui fait semblant de travailler !

  • Haha 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Léna-Postrof Membre 10156 messages
Ni dupe, ni soumise‚ 38ans
Posté(e)

Lire Maïa Mazaurette est toujours très intéressant. Elle est souvent pertinente, et c'est encore le cas ici.

Elle nous rappelle, en effet, qu'entre le sexe catho et le sexe qui fait mal et où l'on se sent mal, il y a de nombreuses alternatives, toute une zone blanche (l'image de l'île est juste parfaite) à explorer. Exit la zone grise ! 

Souvent le manque d'imagination, de créativité en adéquation avec un cinéma et une littérature de brutes, confinent soit à une sexualité terne, soit à une sexualité brutale. Allons vers le subversif positif !  

Le 15/01/2020 à 18:16, riad** a dit :

Les gars vous êtes d'accord avec Maya Majorette? elle dit qu'on est incapable d'y arriver seuls ..facebook-cute-giggle-smiley-emoticon.gif

Disons que certains aiment les femmes qui font la planche. Il en faut aussi. À chacun, sa chacune. 

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
riad** Membre 8611 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)
il y a 35 minutes, Léna-Postrof a dit :

Lire Maïa Mazaurette est toujours très intéressant. Elle est souvent pertinente, et c'est encore le cas ici.

Elle nous rappelle, en effet, qu'entre le sexe catho et le sexe qui fait mal et où l'on se sent mal, il y a de nombreuses alternatives, toute une zone blanche (l'image de l'île est juste parfaite) à explorer. Exit la zone grise ! 

Souvent le manque d'imagination, de créativité en adéquation avec un cinéma et une littérature de brutes, confinent soit à une sexualité terne, soit à une sexualité brutale. Allons vers le subversif positif !  

Disons que certains aiment les femmes qui font la planche. Il en faut aussi. À chacun, sa chacune. 

Oui vous avez raison toi et maya l'abeille, heureusement il y a pas que le sexe dans la vie ( sauf pour les obsédés ou les psychanalystes, et ils sont souvent les mêmes) :)
 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Léna-Postrof Membre 10156 messages
Ni dupe, ni soumise‚ 38ans
Posté(e)
il y a 55 minutes, riad** a dit :

Oui vous avez raison toi et maya l'abeille, heureusement il y a pas que le sexe dans la vie ( sauf pour les obsédés ou les psychanalystes, et ils sont souvent les mêmes) :)
 

Bah oui, y a Ebly aussi ! 

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
riad** Membre 8611 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)
il y a 4 minutes, Léna-Postrof a dit :

Bah oui, y a Ebly aussi ! 

Ouais, je l'ai quand même remplacé par du blé écrasé parce qu'il est moins cher. Ebly... même oncle picsou n'ose pas l'acheter :

disney-graphics-scrooge-mcduck-605333.gi

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Léna-Postrof Membre 10156 messages
Ni dupe, ni soumise‚ 38ans
Posté(e)
il y a 2 minutes, riad** a dit :

Ouais, je l'ai quand même remplacé par du blé écrasé parce qu'il est moins cher. Ebly... même oncle picsou n'ose pas l'acheter :

disney-graphics-scrooge-mcduck-605333.gi

C'est cool, la tendance est au DIY.

Picsou, c'est mon préféré avec Miss Tick. 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tony Longbone Membre 109 messages
Forumeur inspiré‚ 49ans
Posté(e)

Déjà

Le 15/01/2020 à 13:55, Léna-Postrof a dit :
ELLE. Sexuellement, à qui profite ce fantasme du trou ?

Maïa Mazaurette. Alors, sans surprise, aux hommes. La pénétration vaginale leur permet d'obtenir le meilleur ratio effort-orgasme. Mais ce ne sont pas non plus des orgasmes extraordinairement renversants, surtout s'ils font ça vite : on sait que la durée moyenne d'un rapport sexuel est de 5 minutes 40 secondes. Et puis, cela profite aussi aux femmes. Il est important d'être capable d'autocritique : certaines n'ont pas envie d'être actives dans leur sexualité parce qu'elles s'ennuient. Donc si on est un trou, c'est pratique, il n'y a pas grand-chose à faire, ni besoin de se remettre en question. On n'est jamais jugées et on bénéficie d'une espèce d'immunité. Mais c'est un cercle vicieux : moins on s'active, moins on s'amuse et moins on a envie d'en faire.

Une femme devant une belle grosse queue, ça peut durer beaucoup moins

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Virtuose_en_carnage Membre 1404 messages
Forumeur alchimiste‚ 29ans
Posté(e)

Je suis toujours dépassé dans le fait que les personnes intellectuellement intéressantes n'ont aucune médiatisation mais que par contre les guignols de service qui enfoncent des portes ouvertes en aient; et comme la porte est un trou, et qu'une femme est un trou, on peut en conclure qu'une femme qui enfonce une porte est en fait un homme.

  • Waouh 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Léna-Postrof Membre 10156 messages
Ni dupe, ni soumise‚ 38ans
Posté(e)
Le 17/01/2020 à 21:12, Tony Longbone a dit :

Déjà

Une femme devant une belle grosse queue, ça peut durer beaucoup moins

Quelle tristesse. 

Le 17/01/2020 à 21:32, Virtuose_en_carnage a dit :

Je suis toujours dépassé dans le fait que les personnes intellectuellement intéressantes n'ont aucune médiatisation mais que par contre les guignols de service qui enfoncent des portes ouvertes en aient; et comme la porte est un trou, et qu'une femme est un trou, on peut en conclure qu'une femme qui enfonce une porte est en fait un homme.

Mazarette, euh mazette... et si ma tante en avait, nous l'appellerions mon oncle !

Quand nous prenons le temps de faire un état des lieux de la sexualité telle qu'elle est abordée par le cinéma, la littérature (y compris classique) et encore quand nous lisons les quelques témoignages sur les réseaux sociaux, sortant ainsi du fictif, nous pouvons nous apercevoir en effet qu'il y a une réelle dissymétrie, voire une grande brutalité, une sauvagerie dans nos rapports (sexuels) à l'autre. Cette grande brutalité n'est pas une obligation, voire même ne devrait être une option. Ouiii cela existe depuis que "le monde est monde" et pourtant "cela" était auparavant marginal... 

À un époque où l'intime s'expose et où le privé s'exhibe, la dignité humaine en prend également un sacré coup dans la cuiller, quand, notamment, il s'agit de se sustenter dans les gamelles de "Médor". Le malaise ou l'hypocrisie ambiante nous oblige à détourner la tête (voire à considérer parfois même qu'il s'agit d'art) et nous rassurer en évoquant l'âge des partenaires sexuels. Certain(e)s sont aussi mineur(e)s, rassurons-nous. Ces images véhiculées par ces différents supports et sublimées encore par une pornographie de plus en plus trash, en open access, diluent de plus en plus une sexualité dite traditionnelle, que "l'on" taxerait aussi volontiers de plan-plan. La violence n'a jamais été la réponse à l'ennui. 

Si le corps nu de la Femme est perpétuellement exposé depuis l'art jusqu'au cinéma (auparavant dans la publicité et encore afin de mieux vendre des émissions de fitnesse pour les ménagères de moins de 50 ans), le corps de l'homme, lui, l'est en proportion moindre (voire pas du tout) et même dans des scènes de sexe plutôt explicite. On répondra que le corps de la "faaaam est tel ment plu bô ossi". Non. Pas plus que celui de l'homme, en réalité. Nous avons mis du temps afin de réaliser qu'il nous fallait nous réapproprier notre corps... les artistes au féminin commencent tout juste à peindre, sculpter la Femme, viendra peut-être le moment où elles oseront faire de même avec l'homme.

Ce mythe de l'androgyne à l'initiative de Platon (Le Banquet) sonne de plus en plus faux, au fil du temps. Il est pourtant toujours autant suivi et débité tel une vérité absolu... ou un lieu commun ("les hommes et les femmes sont des complémentaires"). Il induit aussi une recherche permanente (et anti-romantique) de l'âme soeur, et encore l'idée que jusqu'à ce que nous l'ayons trouvée, nous serions des bons à rien, indigents, insatisfaits, incomplets....(impensable !). Viendrait ensuite le bonheur... ou une co-dépendance tout à fait néfaste pour le couple. Le point de vue de Maïa Mazaurette ou sa manière d'amener ce mythe dans l'interview est également tout à fait original (histoire de trou, encore). En définitive, les femmes ne sont ni des boniches ni des trous. 

À enfoncer ce genre de "portes ouvertes" tu risquerais tout de même de te faire quelques jolis hématomes. 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
doug1991 Membre 4931 messages
Troll Rural‚ 28ans
Posté(e)

Beau brassage de vent

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Léna-Postrof Membre 10156 messages
Ni dupe, ni soumise‚ 38ans
Posté(e)
Il y a 3 heures, doug1991 a dit :

Beau brassage de vent

Comment se portent vos trous de taupe ? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
doug1991 Membre 4931 messages
Troll Rural‚ 28ans
Posté(e)
Il y a 2 heures, Léna-Postrof a dit :

Comment se portent vos trous de taupe ? 

Et vos trous à vous ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
libredeparler Membre 1625 messages
Forumeur alchimiste‚ 57ans
Posté(e)

Il convient de rectifier "était"  une cooproduction, vu que chez les humains la sexualité naturelle est remplacée par des objets et la procréation par la PMA..... étéit...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Virtuose_en_carnage Membre 1404 messages
Forumeur alchimiste‚ 29ans
Posté(e)
Le 20/01/2020 à 13:31, Léna-Postrof a dit :

Quelle tristesse. 

Mazarette, euh mazette... et si ma tante en avait, nous l'appellerions mon oncle !

Quand nous prenons le temps de faire un état des lieux de la sexualité telle qu'elle est abordée par le cinéma, la littérature (y compris classique) et encore quand nous lisons les quelques témoignages sur les réseaux sociaux, sortant ainsi du fictif, nous pouvons nous apercevoir en effet qu'il y a une réelle dissymétrie, voire une grande brutalité, une sauvagerie dans nos rapports (sexuels) à l'autre. Cette grande brutalité n'est pas une obligation, voire même ne devrait être une option. Ouiii cela existe depuis que "le monde est monde" et pourtant "cela" était auparavant marginal... 

À un époque où l'intime s'expose et où le privé s'exhibe, la dignité humaine en prend également un sacré coup dans la cuiller, quand, notamment, il s'agit de se sustenter dans les gamelles de "Médor". Le malaise ou l'hypocrisie ambiante nous oblige à détourner la tête (voire à considérer parfois même qu'il s'agit d'art) et nous rassurer en évoquant l'âge des partenaires sexuels. Certain(e)s sont aussi mineur(e)s, rassurons-nous. Ces images véhiculées par ces différents supports et sublimées encore par une pornographie de plus en plus trash, en open access, diluent de plus en plus une sexualité dite traditionnelle, que "l'on" taxerait aussi volontiers de plan-plan. La violence n'a jamais été la réponse à l'ennui. 

Si le corps nu de la Femme est perpétuellement exposé depuis l'art jusqu'au cinéma (auparavant dans la publicité et encore afin de mieux vendre des émissions de fitnesse pour les ménagères de moins de 50 ans), le corps de l'homme, lui, l'est en proportion moindre (voire pas du tout) et même dans des scènes de sexe plutôt explicite. On répondra que le corps de la "faaaam est tel ment plu bô ossi". Non. Pas plus que celui de l'homme, en réalité. Nous avons mis du temps afin de réaliser qu'il nous fallait nous réapproprier notre corps... les artistes au féminin commencent tout juste à peindre, sculpter la Femme, viendra peut-être le moment où elles oseront faire de même avec l'homme.

Ce mythe de l'androgyne à l'initiative de Platon (Le Banquet) sonne de plus en plus faux, au fil du temps. Il est pourtant toujours autant suivi et débité tel une vérité absolu... ou un lieu commun ("les hommes et les femmes sont des complémentaires"). Il induit aussi une recherche permanente (et anti-romantique) de l'âme soeur, et encore l'idée que jusqu'à ce que nous l'ayons trouvée, nous serions des bons à rien, indigents, insatisfaits, incomplets....(impensable !). Viendrait ensuite le bonheur... ou une co-dépendance tout à fait néfaste pour le couple. Le point de vue de Maïa Mazaurette ou sa manière d'amener ce mythe dans l'interview est également tout à fait original (histoire de trou, encore). En définitive, les femmes ne sont ni des boniches ni des trous. 

À enfoncer ce genre de "portes ouvertes" tu risquerais tout de même de te faire quelques jolis hématomes. 

Tout ça pour conclure que les femmes ne sont pas trous? Et quand bien même, c'est faux. Une femme, c'est au moins un trou. Et peut-être même six si on compte l'anus, le nez et les oreilles. Je pense que la vraie question, c'est de savoir si une femme ne peut se réduire qu'à un trou. Je pense qu'on peut affirmer qu'une partie d'un tout n'est jamais le tout entièrement. Donc c'est bien ce que je dis, c'est de la masturbation ridicule que tout ce verbiage. Quant au délire sur le corps de la femme au cinéma, les hommes subissent aussi ces images cinématiques qui montrent des golgoths gonflés aux anabolisants comme des bœufs espagnols.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Léna-Postrof Membre 10156 messages
Ni dupe, ni soumise‚ 38ans
Posté(e)
Le 20/01/2020 à 20:07, doug1991 a dit :

Et vos trous à vous ?

Pas de souci en vue de mon côté. Je suis sexuellement active. 

Le 21/01/2020 à 08:05, libredeparler a dit :

Il convient de rectifier "était"  une cooproduction, vu que chez les humains la sexualité naturelle est remplacée par des objets et la procréation par la PMA..... étéit...

Il convient de rappeler manifestement qu'il est courant de faire l'amour sans idée de procréer derrière (ouf) ! 

Il y a 14 heures, Virtuose_en_carnage a dit :

Tout ça pour conclure que les femmes ne sont pas trous? Et quand bien même, c'est faux. Une femme, c'est au moins un trou. Et peut-être même six si on compte l'anus, le nez et les oreilles. Je pense que la vraie question, c'est de savoir si une femme ne peut se réduire qu'à un trou. Je pense qu'on peut affirmer qu'une partie d'un tout n'est jamais le tout entièrement. Donc c'est bien ce que je dis, c'est de la masturbation ridicule que tout ce verbiage. Quant au délire sur le corps de la femme au cinéma, les hommes subissent aussi ces images cinématiques qui montrent des golgoths gonflés aux anabolisants comme des bœufs espagnols.

Pour conclure, non, puisqu'il s'agit d'introduire, sans vilain jeu de mots. 

As-tu lu l'article ?  

Ce n'est pas un délire, ensuite, le corps nu des femmes est souvent exposé à l'écran. L'inverse n'est pas vrai (golgoths ou non). 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tony Longbone Membre 109 messages
Forumeur inspiré‚ 49ans
Posté(e)
Le 22/01/2020 à 11:05, Léna-Postrof a dit :

Pas de souci en vue de mon côté. Je suis sexuellement active.

Donc un ou une partenaire passif(ve) ?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Léna-Postrof Membre 10156 messages
Ni dupe, ni soumise‚ 38ans
Posté(e)
Il y a 1 heure, Tony Longbone a dit :

Donc un ou une partenaire passif(ve) ?

 

Non plus. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

×