Aller au contenu

Messages recommandés

Dave24 Membre 16 messages
Forumeur balbutiant‚ 20ans
Posté(e)

Bonjour, je dois expliquer ce texte, trouver sa thèse et ses parties :

 

L'attitude la plus ancienne consiste a répudier purement et simplement les formes culturelles: morales, religieuses, sociales, esthétiques, qui sont les plus éloignées de celles auxquelles nous nous identifions. « Habitudes de sauvages cela n'est pas de chez nous », « on ne devrait pas permettre cela », etc., autant de réactions grossières qui traduisent ce même frisson, cette même répulsion, en présence de manières de vivre, de croire ou de penser qui nous sont étrangères. Ainsi l'Antiquité confondait-elle tout ce qui ne participait pas de la culture grecque (puis gréco-romaine) sous le même nom de barbare ; la civilisation occidentale a ensuite utilise le terme de sauvage dans le même sens. Or derrière ces épithètes se dissimule un même jugement : on refuse d'admettre le fait même de la diversité culturelle ; on préfère rejeter hors de la culture, dans la nature, tout ce qui ne se conforme pas a la norme sous laquelle on vit. Dans les Grandes Antilles, quelques années après la découverte de l'Amérique, pendant que les Espagnols envoyaient des commissions d'enquête pour rechercher si les indigènes possédaient ou non une ame, ces derniers s'employaient a immerger des blancs prisonniers afin de vérifier par une surveillance prolongée si leur cadavre était ou non, sujet a la putréfaction. Cette anecdote illustre bien le paradoxe du relativisme culturel (que nous retrouverons ailleurs sous d'autres formes) : en refusant l'humanité a ceux qui apparaissent comme les plus "sauvages" ou " barbares " de ses représentants, on ne fait que leur emprunter une de leurs attitudes typiques. Le barbare, c'est d'abord l'homme qui croit a la barbarie.

Race et histoire, Levi-Strauss

 

Pour la thèse j'ai : rejeter ceux qui ont une culture différente.

 

J'ai du mal à comprendre le "paradoxe du relativisme culturel" et l'attitude qu'on prend d'eux...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
prisca* Membre 413 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)

Bonsoir,

 

Le paradoxe du relativisme culturel réside dans l'intolérance de ceux qui veulent que soient admises des règles de bienséance en rejetant l'incivisme de ceux dont la culture est celle qu'ils eurent eux maintenant "les civilisés" mais incivisme qu'ils ont abandonnée car eux ont été éduqués comme ils voudraient éduquer ceux qui en sont encore dépourvus.

Le Grec avant d'abonder à la culture de la recherche de la subtilité chez l'être était tout autant barbare que sont les barbares à qui les reproches sont faits. Et le Grec est sorti de l'inculture parce que d'autres avant lui lui ont inculqué les civilités.

Donc relativement, le Grec ne peut pas s'amodier d'une culture supérieure laquelle lui a été donnée par d'autres en prétextant que lui est supérieur proportionnellement aux peuples encore inculturés.

 

Modifié par prisca*

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dave24 Membre 16 messages
Forumeur balbutiant‚ 20ans
Posté(e)

Donc dans le cas des espagnols et des indigènes (l'exemple du texte) ils jugent chacun les autres comme des sauvages, des gens privés d'humanité. Et les désigner de "sauvage" c'est un point que l'on partage avec les sauvages.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
prisca* Membre 413 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)
il y a 12 minutes, Dave24 a dit :

Donc dans le cas des espagnols et des indigènes (l'exemple du texte) ils jugent chacun les autres comme des sauvages, des gens privés d'humanité. Et les désigner de "sauvage" c'est un point que l'on partage avec les sauvages.

C'est un autre point mais ce qui m'est venu à l'esprit d'abord est de dire aux gens qui se disent supérieurs par leur culture qu'eux avant furent comme les barbares, et ils n'ont pas de reproches à faire en matière de civisme ou morale puisque l'homme, par sa nature, est barbare puisqu'il est "animal".

C'est à force d'éducation qu'il sort de ce comportement propre à son homologue préhistorique qui ne fait que sortir de sa prime apparence au prix d'efforts d'intellectualisation que justement la religion lui a donnée car la clé est de dire que c'est la religion qui a sorti l'homme des stades où ils évoluaient encore comme le font les animaux dans la jungle, la loi du plus fort.

Mais si les Espagnols résident dans un vieux continent qui est l'Europe, pour ce qui est "des Amériques", ce continent est éloigné de l'épi centre culturel de la religion qui elle a inculqué la première LES LOIS.

Même s'il n'en parait pas parce que pour nous les lois coulent de source, avant Moise tous les gens étaient des barbares, et comme l'Espagne est visité par Paul l'apôtre qui y a été évangéliser, les Espagnols ont décidé d'adopter une attitude plus conforme à la morale, mais les indigènes d'Amérique eux sont restés en l'autarcie donc personne pour leur dire ce qu'il faut faire en matière d'évolution humaine.

Le fait que l'Espagnol dise barbare à des indigènes c'est chez lui un manque de discernement car il sait très bien l'Espagnol qu'il réside dans un pays qui est proche de tout ce qui a été profitable en matière d'éducation dans la morale, donc comme il sait pertinemment que l'indigène en Amérique n'a pu que faire son affaire avec ce qu'il a, à savoir "rien" il pense et agit l'Espagnol pire qu'un barbare parce qu'il est un hypocrite.

Relativement à ses acquis, l'Espagnol est plus barbare parce que justement avec ses acquis il devrait avoir un comportement HUMANISTE.

Il devrait être soucieux d'éduquer avec parcimonie, amour et bienveillance, mais tel n'a pas été le cas, il a été rude, profiteur et détestable.

Modifié par prisca*

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
prisca* Membre 413 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)

Relativement, c'est comme je peux le lire dans la Bible, le verset ne me vient pas en tête, mais il dit que par exemple, une femme qui a une vie dure de labeur, des enfants à s'occuper, pas beaucoup d'argent dans le foyer, qui doit travailler même le dimanche, et qui décide de passer une heure de son temps à s'occuper des démunis sera plus gratifiée qu'une princesse de Monaco par exemple, qui passe 3 jours par semaine à s'occuper des démunis.

 

Proportionnellement au statut de la personne il est plus demandé.

Pour les Espagnols, eu égard à toute l'éducation qu'ils reçoivent en matière de morale, de civisme de bienséance, ils devraient être des hommes intègres et soucieux de leurs prochains en accordant à un barbare une attention redoublée et s'ils ne le font pas, relativement à ce qu'ils ont reçu et appris en éducation, c'est qu'ils sont plus barbares que les barbares eux mêmes.

 

Si tu veux, Dieu nous explique que le même péché n'est pas pesé de la même façon chez les personnes, les barbares par exemples seront exemptés des péchés parce que justement ils ignorent qu'il y a des Lois, donc comme ils ignorent, ils ne peuvent pas transgresser des lois dont ils ont aucune connaissance.

La Bible dit aussi que le Royaume de Dieu est accessible à tous les simples d'esprit car relativement à leur intellect comme ils ne savent pas peser le bien et le mal, et bien ils iront au Paradis, sans avoir pour cela fait ce qu'un homme qui a des capacités intellectuelles doit faire pour être accepté.

Modifié par prisca*

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dave24 Membre 16 messages
Forumeur balbutiant‚ 20ans
Posté(e)

Merci j'ai compris le paradoxe du relativisme culturel mais pas son lien dans le texte. Je ne vois pas ce que veut dire la phrase. Est-ce qu'elle veut dire que l'homme devient 1 barbare en traitant les "sauvages" comme 1 sauvage ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
prisca* Membre 413 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)
il y a une heure, Dave24 a dit :

en refusant l'humanité a ceux qui apparaissent comme les plus "sauvages" ou " barbares " de ses représentants, on ne fait que leur emprunter une de leurs attitudes typiques. Le barbare, c'est d'abord l'homme qui croit a la barbarie.

 

En refusant à des indigènes l'absence d'humanité, ou autrement dit, en disant d'eux qu'ils sont des "animaux sauvages" les plus sauvages qui soient parmi "ses représentants" ce qui signifie parmi tous les gens à l'apparence sauvage, "les plus sauvages parmi tous les sauvages" en quelque sorte, on ne fait  que mimer leur propre comportement car la disqualification que font les espagnols aux indigènes en les rabaissant jusqu'à dire qu'ils n'ont pas d'âme, relativement à les acquis qu'ils ont les espagnols en matière d'éducation qui leur ont été prodiguée, ils se comportent pire que des illettrés qui n'ont jamais eu connaissance d'une évidence, l'évidence étant qu'un homme par essence lorsqu'il n'a jamais été éduqué, il reste conforme à lui même c à d "animal" et un homme "animal" ce n'est pas un travers, c'est le propre de l'homme lorsqu'il n'a reçu aucune éducation, et cela les espagnols le savent, donc ils devraient faire tête basse au contraire et avoir un comportement humaniste comme si on pourrait dire par comparaison, que l'on n'apprend pas l'éducation à un enfant avec les coups, un parent le sait, et si le parent décide d'apprendre par les coups, il est pire qu'un enfant, un être plus immature encore.

Modifié par prisca*

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dave24 Membre 16 messages
Forumeur balbutiant‚ 20ans
Posté(e)

D'accord merci !

Et : ' « Habitudes de sauvages cela n'est pas de chez nous », « on ne devrait pas permettre cela », etc., autant de réactions grossières qui traduisent ce même frisson, cette même répulsion, en présence de manières de vivre, de croire ou de penser qui nous sont étrangères. ' c'est pour montrer qu'il y a une attitude commune au sein d'une même tribu d'avoir du mépris envers ceux qui ont une culture différente ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
prisca* Membre 413 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)
il y a 51 minutes, Dave24 a dit :

D'accord merci !

Et : ' « Habitudes de sauvages cela n'est pas de chez nous », « on ne devrait pas permettre cela », etc., autant de réactions grossières qui traduisent ce même frisson, cette même répulsion, en présence de manières de vivre, de croire ou de penser qui nous sont étrangères. ' c'est pour montrer qu'il y a une attitude commune au sein d'une même tribu d'avoir du mépris envers ceux qui ont une culture différente ?

Oui exactement. Un Espagnol qui vit au sein de sa communauté n'accepte pas les transgressions ou agressions extérieures qui viendraient perturber son mode de vie, donc puisqu'il agit de cette manière, il doit aussi respecter le logis d'autrui, la hutte, les habitudes de vie des indigènes, mais là l'Espagnol s'impose en maitre chez l'indigène, lui qui éprouve de la répulsion à être perturbé chez lui, même frisson de répulsion, donc aussi bien l'espagnol que l'indigène se comporte d'une manière équivalente donc l'espagnol doit pouvoir savoir qu'il est en tous points identiques à l'indigène pour la préservation de sa culture, et il doit donc porter respect comme lui demande du respect pour lui même.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
prisca* Membre 413 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)
Il y a 2 heures, Dave24 a dit :

[...]

 

Tiens, Dave24, par hasard je tombe sur une encyclique du pape du Vatican.

Pire que les Espagnols.

Tu peux étayer ton sujet en le prenant en exemple en espérant que ton examinateur ne soit pas "catholique".

Mais tu peux t'en inspirer sans citer de noms, anonymement, pour voir la tournure des phrases.

DIVINI REDEMPTORIS 

LETTRE ENCYCLIQUE 
DE SA SAINTETÉ LE PAPE PIE XI

LE COMMUNISME ATHÉE

 

1. La promesse d'un Rédempteur illumine la première page de l'histoire humaine; aussi, la ferme espérance de jours meilleurs adoucit le regret du paradis perdu et soutint le genre humain cheminant au milieu des tribulations; mais, quand fut venue la plénitude des temps, le Sauveur du monde, par son apparition sur terre, combla l'attente et inaugura, dans tout l'univers, une nouvelle civilisation, la civilisation chrétienne, autrement plus parfaite que tous les progrès réalisés jusque-là, au prix de tant d'efforts, chez certains peuples privilégiés.

2. Mais, la lutte entre le bien et le mal, triste héritage de la faute originelle, continua à sévir dans le monde; l'ancien tentateur n'a jamais cessé, par ses promesses fallacieuses, de tromper le genre humain. C'est pourquoi, au cours des siècles, on a vu les bouleversements se succéder jusqu'à la révolution actuelle, qui est déjà déchaînée ou qui devient sérieusement menaçante presque partout, peut-on dire, et dépasse, par l'ampleur et la violence, ce qu'on a éprouvé dans les persécutions antérieures contre l'Église. Des peuples entiers sont exposés à retomber dans une barbarie plus affreuse que celle où se trouvait encore la plus grande partie du monde à la venue du Rédempteur.

3. Ce péril si menaçant. Vous l'avez déjà compris, Vénérables Frères, c'est le communisme bolchevique et athée, qui prétend renverser l'ordre social et saper jusque dans ses fondements la civilisation chrétienne.

La suite ici car le texte est long http://www.vatican.va/content/pius-xi/fr/encyclicals/documents/hf_p-xi_enc_19370319_divini-redemptoris.html

 

:o:o

Modifié par prisca*
  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blaquière Membre 10583 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 3 heures, Dave24 a dit :

Bonjour, je dois expliquer ce texte, trouver sa thèse et ses parties :

 

L'attitude la plus ancienne consiste a répudier purement et simplement les formes culturelles: morales, religieuses, sociales, esthétiques, qui sont les plus éloignées de celles auxquelles nous nous identifions. « Habitudes de sauvages cela n'est pas de chez nous », « on ne devrait pas permettre cela », etc., autant de réactions grossières qui traduisent ce même frisson, cette même répulsion, en présence de manières de vivre, de croire ou de penser qui nous sont étrangères. Ainsi l'Antiquité confondait-elle tout ce qui ne participait pas de la culture grecque (puis gréco-romaine) sous le même nom de barbare ; la civilisation occidentale a ensuite utilise le terme de sauvage dans le même sens. Or derrière ces épithètes se dissimule un même jugement : on refuse d'admettre le fait même de la diversité culturelle ; on préfère rejeter hors de la culture, dans la nature, tout ce qui ne se conforme pas a la norme sous laquelle on vit. Dans les Grandes Antilles, quelques années après la découverte de l'Amérique, pendant que les Espagnols envoyaient des commissions d'enquête pour rechercher si les indigènes possédaient ou non une ame, ces derniers s'employaient a immerger des blancs prisonniers afin de vérifier par une surveillance prolongée si leur cadavre était ou non, sujet a la putréfaction. Cette anecdote illustre bien le paradoxe du relativisme culturel (que nous retrouverons ailleurs sous d'autres formes) : en refusant l'humanité a ceux qui apparaissent comme les plus "sauvages" ou " barbares " de ses représentants, on ne fait que leur emprunter une de leurs attitudes typiques. Le barbare, c'est d'abord l'homme qui croit a la barbarie.

Race et histoire, Levi-Strauss

 

Pour la thèse j'ai : rejeter ceux qui ont une culture différente.

 

J'ai du mal à comprendre le "paradoxe du relativisme culturel" et l'attitude qu'on prend d'eux...

Le paradoxe c'est que c'est le fait de traiter les autres de barbares qui fait qu'on est soi-même un barbare.

Puisqu'on les rejette comme n'étant pas civilisés (de notre civilisation)... donc peu ou prou pas humains. Ce qui nous dédouane du mépris, voire d'une cruauté éventuelle à leur égard et nous rend donc absolument barbares à notre tour.

"Le barbare, c'est d'abord l'homme qui croit a la barbarie."

Qui croit que les autres sont barbares.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
moch niap Membre 236 messages
Forumeur activiste‚
Posté(e)

il semble mettre tous les hommes dans le même panier : ni les prétendus sauvages, ni les supposés civilisés ne sont gentils avec les autres. Il critique le relativisme qui consiste à dire qu'il n'y a aucune transcendance et que chaque culture est un système arbitraire de croyances : si on croit cela, tout est permis. Ce qu'il dit revient donc à dire que s'il est vrai qu"il n'y a aucune transcendance, aucune morale, alors nous ne pourrons jamais nous améliorer nous-mêmes, ni imposer aux autres cultures la morale. Il ne restera alors que la politique, la loi et le pragmatisme. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blaquière Membre 10583 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 8 heures, moch niap a dit :

il semble mettre tous les hommes dans le même panier : ni les prétendus sauvages, ni les supposés civilisés ne sont gentils avec les autres. Il critique le relativisme qui consiste à dire qu'il n'y a aucune transcendance et que chaque culture est un système arbitraire de croyances : si on croit cela, tout est permis. Ce qu'il dit revient donc à dire que s'il est vrai qu"il n'y a aucune transcendance, aucune morale, alors nous ne pourrons jamais nous améliorer nous-mêmes, ni imposer aux autres cultures la morale. Il ne restera alors que la politique, la loi et le pragmatisme. 

Voilà un propos de barbare !:)

 

"Ce qu'il dit revient donc à dire que s'il est vrai qu"il n'y a aucune transcendance, aucune morale..."

Plutôt "aucune morale transcendante", et donc que toute morale est relative, culturelle.

On peut deviner qu'il milite pour l'édification une morale universelle, humaniste. La transcendance étant une barbarie, étant le sceau de la barbarie.

"Il critique le relativisme qui consiste à dire qu'il n'y a aucune transcendance"

Je crois qu'il ne le critique pas : il le constate....

Modifié par Blaquière

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blaquière Membre 10583 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 10 heures, prisca* a dit :

Tiens, Dave24, par hasard je tombe sur une encyclique du pape du Vatican.

Pire que les Espagnols.

Tu peux étayer ton sujet en le prenant en exemple en espérant que ton examinateur ne soit pas "catholique".

Mais tu peux t'en inspirer sans citer de noms, anonymement, pour voir la tournure des phrases.

DIVINI REDEMPTORIS 

LETTRE ENCYCLIQUE 
DE SA SAINTETÉ LE PAPE PIE XI

LE COMMUNISME ATHÉE

 

1. La promesse d'un Rédempteur illumine la première page de l'histoire humaine; aussi, la ferme espérance de jours meilleurs adoucit le regret du paradis perdu et soutint le genre humain cheminant au milieu des tribulations; mais, quand fut venue la plénitude des temps, le Sauveur du monde, par son apparition sur terre, combla l'attente et inaugura, dans tout l'univers, une nouvelle civilisation, la civilisation chrétienne, autrement plus parfaite que tous les progrès réalisés jusque-là, au prix de tant d'efforts, chez certains peuples privilégiés.

2. Mais, la lutte entre le bien et le mal, triste héritage de la faute originelle, continua à sévir dans le monde; l'ancien tentateur n'a jamais cessé, par ses promesses fallacieuses, de tromper le genre humain. C'est pourquoi, au cours des siècles, on a vu les bouleversements se succéder jusqu'à la révolution actuelle, qui est déjà déchaînée ou qui devient sérieusement menaçante presque partout, peut-on dire, et dépasse, par l'ampleur et la violence, ce qu'on a éprouvé dans les persécutions antérieures contre l'Église. Des peuples entiers sont exposés à retomber dans une barbarie plus affreuse que celle où se trouvait encore la plus grande partie du monde à la venue du Rédempteur.

3. Ce péril si menaçant. Vous l'avez déjà compris, Vénérables Frères, c'est le communisme bolchevique et athée, qui prétend renverser l'ordre social et saper jusque dans ses fondements la civilisation chrétienne.

La suite ici car le texte est long http://www.vatican.va/content/pius-xi/fr/encyclicals/documents/hf_p-xi_enc_19370319_divini-redemptoris.html

 

:o:o

Ce qui veut dire qu'en traitant le "communisme athée" de barbarie, PIE XI montre qu'il est lui-même un barbare ? C'est ça ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blaquière Membre 10583 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 12 heures, prisca* a dit :

(...)

Si tu veux, Dieu nous explique que le même péché n'est pas pesé de la même façon chez les personnes, les barbares par exemples seront exemptés des péchés parce que justement ils ignorent qu'il y a des Lois, donc comme ils ignorent, ils ne peuvent pas transgresser des lois dont ils ont aucune connaissance.

(...)

 

Tu ne peux quand même pas expliquer Lévy Straus en lui faisant dire le contraire de ce qu'il dit !

Les "barbares" (ceux que tel type de civilisés comme les chrétiens appellent des barbares) n'ignorent pas qu'il y a des lois, mais ont d'autres lois !

C'est ça qu'il dit Lévy Straus !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Enchantant Membre 9163 messages
Forumeur confit‚
Posté(e)
Il y a 14 heures, Dave24 a dit :

Le barbare, c'est d'abord l'homme qui croit a la barbarie.

Race et histoire, Levi-Strauss

Le barbare, c'est d'abord l'homme qui croit a la barbarie.

Je suis sans doute un peu hors sujet, mais la barbarie est unanimement partagé, partout dans le monde entier, surtout pendant les périodes de conflits armés

Ce que j’ai observé personnellement, c’est que lorsque l’on côtoie dans la proximité (pas virtuellement) une autre culture que la sienne, on finit par aimer  et apprécier ces hommes, ces femmes, ces enfants, avec leur culture, avec leur musique, avec leur danse, la rudesse de leurs pays, le climat, le relief, les odeurs, qui sont tellement différent de notre propre univers culturel,  et de constater que malgré ces différences de surfaces, ils sont  pleinement humains et comparable à ce que nous sommes.

C’est de cette façon que je comprends la réaction épidermique d’avocat de la défense de Levi Strauss pour les peuples dit « primaires »

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
prisca* Membre 413 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)
Il y a 2 heures, Blaquière a dit :

Tu ne peux quand même pas expliquer Lévy Straus en lui faisant dire le contraire de ce qu'il dit !

Les "barbares" (ceux que tel type de civilisés comme les chrétiens appellent des barbares) n'ignorent pas qu'il y a des lois, mais ont d'autres lois !

C'est ça qu'il dit Lévy Straus !

 

Pas à pas :

L'attitude la plus ancienne consiste a répudier purement et simplement les formes culturelles: morales, religieuses, sociales, esthétiques, qui sont les plus éloignées de celles auxquelles nous nous identifions. « Habitudes de sauvages cela n'est pas de chez nous », « on ne devrait pas permettre cela », etc.,

La plus ancestrale attitude est de refuser la culture plus actuelle, cette culture actuelle est à l'opposée à celle que nous comparons des "sauvages".

autant de réactions grossières qui traduisent ce même frisson, cette même répulsion, en présence de manières de vivre, de croire ou de penser qui nous sont étrangères. Ainsi l'Antiquité confondait-elle tout ce qui ne participait pas de la culture grecque (puis gréco-romaine) sous le même nom de barbare ; la civilisation occidentale a ensuite utilise le terme de sauvage dans le même sens.

Cette attitude de repousser des cultures primitives est une attitude barbare

Or derrière ces épithètes se dissimule un même jugement : on refuse d'admettre le fait même de la diversité culturelle ; on préfère rejeter hors de la culture, dans la nature, tout ce qui ne se conforme pas a la norme sous laquelle on vit. Dans les Grandes Antilles, quelques années après la découverte de l'Amérique, pendant que les Espagnols envoyaient des commissions d'enquête pour rechercher si les indigènes possédaient ou non une ame, ces derniers s'employaient a immerger des blancs prisonniers afin de vérifier par une surveillance prolongée si leur cadavre était ou non, sujet a la putréfaction.

Derrière le dénigrement des gens modernes envers les gens plus primitifs se cache une même typologie de gens qui se ressemblent car refuser la diversité culturelle c'est refuser son auto critique de gens qui viendraient à juger notre propre culture en admettant qu'il y ait des gens à la culture différente que la nôtre, d'un rang supérieur qui nous jugeraient. 

Les espagnols par exemple allaient vérifier si les indigènes ont une âme, ce procédé est indigne car les espagnols savent pertinemment que les gens privés de Lois ou d'enseignement religieux monothéiste ne peuvent pas inventer ce qu'ils ignorent, à savoir que les Lois ne leur sont pas parvenus, et comme ils n'ont pas été éduqués, chercher chez eux l'absence de l'âme c'est chercher pour rien, juste pour déprécier des personnes qui n'en sont qu'à un stade où ils ont tout à apprendre. Et à l'inverse les indigènes à qui les blancs ont dit qu'ils ressuscitent, ont immergé les corps des blancs décédés pour voir si les corps étaient imputrescibles comme les blancs le leur ont dit.  Car l'indigène écoute ce qu'on lui dit mais le blanc lui a dit ceci pour se sentir supérieur "nous nous serons incorruptibles" sans avoir pris la peine de dire aux indigènes de d'abord procéder par ordre : d'instaurer les Lois qui sont la Table des Lois de Moise au nombre de 10 Commandements déjà, et puis aborder puisqu'eux agissent "en bons chrétiens" les 613 Lois qui sont dans la Thora, car un chrétien est obéissant à l'Ancien Testament aussi.

Cette anecdote illustre bien le paradoxe du relativisme culturel (que nous retrouverons ailleurs sous d'autres formes) : en refusant l'humanité a ceux qui apparaissent comme les plus "sauvages" ou " barbares " de ses représentants, on ne fait que leur emprunter une de leurs attitudes typiques. Le barbare, c'est d'abord l'homme qui croit a la barbarie.

Race et histoire, Levi-Strauss

Ce paradoxe, cette antinomie illustre bien le relativisme culturel.

Combien les gens ont évolué grâce à une éducation dans la morale, les moeurs, la religion, qu'ils doivent montrer de l'éducation, et s'ils ne montrent aucune éducation et surtout là la Loi de Jésus à savoir "tu aimeras ton prochain comme toi même" puisqu'ils sont éduqués religieusement, en montrant de l'hostilité à des gens qui ne connaissent ni les Lois, ni la foi, ils sont pire que des gens qui n'ont jamais été éduqués, ils se placent en deça des indigènes relativement, proportionnellement à leur évolution culturelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

Modifié par prisca*

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
prisca* Membre 413 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)
Il y a 3 heures, Blaquière a dit :

Ce qui veut dire qu'en traitant le "communisme athée" de barbarie, PIE XI montre qu'il est lui-même un barbare ? C'est ça ?

Oui tout à fait, et eu égard à son statut, il est un pape, il doit savoir que la science religieuse n'est pas innée, et qu'il a un devoir d'évangélisation qui commence à  vouloir se fondre déjà dans l'esprit de la communauté qui l'écoute. S'adapter aux gens si tu préfères comme nous nous pourrions le faire, nous savons le faire, nous mesurons nos paroles tout dépend qui nous écoute.

 

Les communistes sont régis par des tsars puis ensuite des présidents et le mot d'ordre est de se faire petits voire invisibles car chacun doit ressembler à l'autre, non pas dans l'opulence et là on aurait pu dire que c'est du vrai communisme, donner aux gens l'absence de soucis financiers et une demeure à la hauteur de la dignité, non, car à cette époque là, c'est de l'esclavagisme, le goulag, le travail forcé, et le salaire est de misère, donc lorsqu'un pape sait à quel traitement ils sont voués les communistes, il devrait être compatissant, et dire qu'il comprend que le communiste ne peut pas partager puisque déjà ce qu'il possède c'est RIEN.

Donc un pape doit se mettre au niveau des gens qui l'écoutent, mais là le pape condamne les communistes, il dit d'eux qu'ils sont le diable, il est indigne de DIEU.

Relativement à la place qu'il occupe, il est passible d'enfer.

C'est pour cela que dans la Bible nous savons que les gens diaboliques et bien ce sont les prêtres eux mêmes.

Ils ont un comportement impropre eu égard à la mission qui leur est confiée.

La Bible dit qu'à tout homme le blasphème est pardonné mais le blasphème contre l'Esprit Saint lui n'est jamais pardonné et les gens qui le commettent méritent l'enfer.

Le blasphème contre l'Esprit Saint c'est le péché fait par des hommes qui ont reçu l'Esprit Saint par le choix que Dieu fait sur certaines personnes,  c'est ce que reçoivent les prêtres qui sont différents des autres hommes car à eux DIEU se manifeste afin de les pousser au sacerdoce et Dieu leur dit en leur for intérieure comment ils doivent éduquer les gens dans la foi.

Comme ils sont les représentants de Dieu sur terre, la Bible dit qu'il leur est interdit de pécher sinon c'est comme si tout l'investissement de Jésus sur la Croix n'a servi à rien.

Comme nous avons la preuve qu'ils ont péché en étant des pédophiles, eu égard, ou relativement à ce qu'ils sont, à savoir des représentants du culte, ils ont sali Jésus, l'église n'est plus conforme, elle a fait rentrer la mort en elle, et c'est pour cela que l'apocalypse parle de "la prostituée" car Jésus n'en veut pas d'une épouse infidèle, dont les membres du corpus Christi ont osé touché à des enfants, et à côté de cela, les gens en sont conscients, et s'ils voient que même des prêtres sont ignobles, les gens se disent qu'en fait la religion ne sert à rien puisque même les prêtres qui devraient se montrer des saints, sont pire qu'à vomir.

"Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres de Christ ? Prendrai-je donc les membres de Christ, pour en faire les membres d'une prostituée ? Loin de là !"

Donc d'ores et déjà nous savons qui sont les adeptes de Satan : les prêtres catholiques et orthodoxes.

L'attitude des prêtres catholiques et orthodoxes illustre bien l'explication du texte que j'ai faite plus haut :

Ce paradoxe, cette antinomie illustre bien le relativisme culturel.

Combien les gens ont évolué grâce à une éducation dans la morale, les moeurs, la religion, qu'ils doivent montrer de l'éducation, et s'ils ne montrent aucune éducation et surtout là la Loi de Jésus à savoir "tu aimeras ton prochain comme toi même" puisqu'ils sont éduqués religieusement, en montrant de l'hostilité à des gens qui ne connaissent ni les Lois, ni la foi, ils sont pire que des gens qui n'ont jamais été éduqués, ils se placent en deça des indigènes relativement, proportionnellement à leur évolution culturelle.

 

Modifié par prisca*
  • Waouh 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blaquière Membre 10583 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

@prisca*

La religion à la carte, ça n'existe pas !

Sans les prêtres le christianisme n'existerait pas et Jésus Christ aurait disparu des radars depuis belle lurette.

Le premiers "prêtre" sont les apôtres, et ceux qui ont écrit les évangiles où tu sembles puiser en toute confiance.

Je ne saurais chiffrer, mais au moins 50 % de ces évangiles sont déjà certainement une trahison de ce que Jésus a pu dire et/ou une adaptation politique en fonction des intérêts  du moment pour la secte...

(St Jean Baptiste par exemple qui n'a jamais reconnu le Christ comme Messie...  ça y est pourtant en toute lettre...) Si on se veut fidèle à Jésus personnellement et shunter tous les imposteurs comment va-t-on faire le tri?)

Non, pour comprendre ce que veut dire Lévy Straus, il faut considérer Zeus, Jésus Christ, Mahomet, Moïse et Quetzalcóatl exactement sur le même plan...

Modifié par Blaquière

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
prisca* Membre 413 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)
il y a 35 minutes, Blaquière a dit :

@prisca*

La religion à la carte, ça n'existe pas !

Sans les prêtres le christianisme n'existerait pas et Jésus Christ aurait disparu des radars depuis belle lurette.

Le premiers "prêtre" sont les apôtres, et ceux qui ont écrit les évangiles où tu sembles puiser en toute confiance.

Je ne saurais chiffrer, mais au moins 50 % de ces évangiles sont déjà certainement une trahison de ce que Jésus a pu dire et/ou une adaptation politique en fonction des intérêts  du moment pour la secte...

(St Jean Baptiste par exemple qui n'a jamais reconnu le Christ comme Messie...  ça y est pourtant en toute lettre...) Si on se veut fidèle à Jésus personnellement et shunter tous les imposteurs comment va-t-on faire le tri?)

Non, pour comprendre ce que veut dire Lévy Straus, il faut considérer Zeus, Jésus Christ, Mahomet, Moïse et Quetzalcóatl exactement sur le même plan...

La religion à la carte, ça n'existe pas, je suis d'accord avec toi.

Mais alors que Dieu donne à ceux qui sont prédestinés à être des prêtres, la foi du sacerdoce, les prêtres eux, au lieu de faire leur travail en conformité avec les écritures, ont décidé de mentir. Et je sais qu'ils ont menti tout simplement parce que Paul le dit.

Pour Lévy Straus, il est question dans le texte d'Espagnols et de religion.

Or lorsqu'on parle d'Espagnols et de foi, il ne peut s'agir que du Christianisme car là où les prêtres se sont distingués par leur barbarie c'est bien lors de l'inquisition Espagnole.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×