Aller au contenu

Messages recommandés

g.champion Membre 700 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
Le 21/07/2019 à 17:41, rphbin a dit :

À propos de l'entreprise de penser au temps

le temps est un autre mot que le mot 'être' pour comprendre ce qui est, selon vous ? il indique une propriété de l'être ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
InstantEternité Membre 1134 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)
Le 23/07/2019 à 09:58, g.champion a dit :

le temps est un autre mot que le mot 'être' pour comprendre ce qui est, selon vous ? il indique une propriété de l'être ?

Avez-vous vous-même un début de réponse à cette question ?

Quel est le rapport entre le mot "être" et le "temps" ? L'oeuvre de Heidegger s'appel "Etre et temps" mais pourquoi un tel titre ?

Modifié par InstantEternité

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
g.champion Membre 700 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
Il y a 4 heures, InstantEternité a dit :

le rapport entre le mot "être" et le "temps"

selon heidegger, il me semble, nous sommes en tant qu'homme interpellés par la question de ce qu'il en est de l'être et nous pensons ce qu'il en est de l'être à partir de nous-mêmes, de notre vérité qui est d'être finis, temporels : l'être, comme nous, a une histoire.

il me semble bizarrement que pour nous hommes, l'être est intemporel, car que quelque chose vienne à disparaître et nous sommes étonnés, comme si nous vivons dans un monde imaginaire où les choses sont éternelles : sans doute un effet du langage, vous ne croyez pas ?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
InstantEternité Membre 1134 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)
il y a 20 minutes, g.champion a dit :

selon heidegger, il me semble, nous sommes en tant qu'homme interpellés par la question de ce qu'il en est de l'être et nous pensons ce qu'il en est de l'être à partir de nous-mêmes, de notre vérité qui est d'être finis, temporels : l'être, comme nous, a une histoire.

il me semble bizarrement que pour nous hommes, l'être est intemporel, car que quelque chose vienne à disparaître et nous sommes étonnés, comme si nous vivons dans un monde imaginaire où les choses sont éternelles : sans doute un effet du langage, vous ne croyez pas ?

 

Aller, je tente ma chance :

Le "Dasein" est toujours projeté en avant par rapport à notre "étant". Donc si un autre "étant" venait à disparaître le "Dasein" serait le premier à l'apprendre puis dans un second temps seulement c'est notre "pensée" qui l'apprendra. Cet effet de surprise dont vous parlez viendrait peut-être de ce décalage temporel, de cet brève inconsistance entre le "Dasein" et notre "étant"...

Qu'en pensez-vous ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
g.champion Membre 700 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
Il y a 2 heures, InstantEternité a dit :

si un autre "étant" venait à disparaître

vous semblez dire que nous sommes divisés temporellement : ce que nous sommes et notre pensée qui vient après .. nous sommes en train de penser des idées à propos de l'être qui est déjà passé ..
cela me fait penser à ceci : il me semble que nous projetons une existence à venir à propos de la chose présente qui est en train de passer et qu'il nous faut donc un effort de pensée pour envisager sa contingence, sa possible disparition...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
InstantEternité Membre 1134 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)
il y a 55 minutes, g.champion a dit :

il nous faut donc un effort de pensée pour envisager sa contingence, sa possible disparition...

En quoi le concept de l'éternel retour du même (de Nietzsche) pourrait alors nous être salutaire ? Est-ce que vous voyez un lien entre le fait de vouloir le retour de chaque instant de sa vie éternellement et cet effort de pensée dont vous parlez ?

Car en effet s'il y avait un lien on pourrait alors, grâce au concept de l'éternel retour du même, vivre notre vie plus sereinement (ne plus être surpris par la disparition des choses autours de nous...).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
g.champion Membre 700 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
Il y a 23 heures, InstantEternité a dit :

vouloir le retour de chaque instant de sa vie

vivre uniquement ce dont je désire le retour. Si de jouer au scrable m'ennuie, je n'y joue pas car l'idée d'avoir à jouer sans cesse au scrable m'est insupportable, par contre je me sens heureux d'aller vers telle personne et cela autant de fois que possible.

ce serait donc une méthode pour se guider dans ses choix ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
InstantEternité Membre 1134 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)
il y a 19 minutes, g.champion a dit :

vivre uniquement ce dont je désire le retour. Si de jouer au scrable m'ennuie, je n'y joue pas car l'idée d'avoir à jouer sans cesse au scrable m'est insupportable, par contre je me sens heureux d'aller vers telle personne et cela autant de fois que possible.

ce serait donc une méthode pour se guider dans ses choix ?

Non, ce n'est pas ce que dit "l'éternel retour". Il s'agit au contraire de désirer le retour de tout instant (agréable ou désagréable) de sa vie une infinité de fois : "vis ta vie de sorte que tu veuille le retour de chaque instant une infinité de fois". C'est un des traits du Surhumain Nietzschéen.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
g.champion Membre 700 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
il y a 2 minutes, InstantEternité a dit :

"vis ta vie de sorte que...'

il faut vivre de quelle façon ? en faisant en sorte de choisir ce qu'on désire vraiment ? Il me semble que ce qui est indiqué dans cette règle de vie, c'est le choix d'un vivre vrai

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
InstantEternité Membre 1134 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)
Il y a 5 heures, g.champion a dit :

il faut vivre de quelle façon ? en faisant en sorte de choisir ce qu'on désire vraiment ? Il me semble que ce qui est indiqué dans cette règle de vie, c'est le choix d'un vivre vrai

Je pense que "l'éternel retour" nous incite finalement à vivre l'instant présent. Ne plus être hanté par le passé ni par l'avenir.

Mais ce que je vous demandais c'était si vous voyez un lien entre ce concept et ce que vous disiez, c'est-à-dire le fait de devoir faire un effort pour "prévoir" la disparition des choses présentes, des choses à quoi nous pensons à l'instant présent... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
g.champion Membre 700 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
Il y a 13 heures, InstantEternité a dit :

"l'éternel retour" nous incite finalement à vivre l'instant présent

il nous pousserait à réfléchir sur ce que nous voulons, en vérité. Par ailleurs, je vois les "choses", les "êtres" comme des entités qui ne disparaissent pas et je suis traumatisé par le moindre dysfonctionnement, il me faut faire un effort pour accepter la réalite (sa contingence foncière).

quel est le lien ? ce traumatisme se prolongeant par un ressassement, un ressentiment, il nous faut nous en délivrer. Pour cela nous pouvons réfléchir et choisir ce que nous voulons vraiment (aller de l'avant au lieu de tourner en rond)

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mouret Membre 38 messages
Forumeur balbutiant‚ 21ans
Posté(e)
Le ‎28‎/‎06‎/‎2019 à 17:46, rphbin a dit :

On aurait le temps comme «entité». C'est celui auquel la conscience a été assimilée, qui a un intérieur et un extérieur, un avant-après et une durée, lequel, moyennant sujet, passe, est perçu ou senti. On pourrait y ajouter le maintenant par lequel il y a synchronisation et coordination. << Orientation.

On aurait le temps «figé», celui du récit, des verbes, du passé et de l'avenir, de la mémoire et de l'imagination, espace d'évolution du moi. On pourrait peut-être ajouter que ce temps fonctionne grâce à la raison ou à l'«intrigue». << Signification.

Selon l'échelle, il peut être parlé du temps de différentes façons. Par exemple, à l'échelle d'une société, seraient opposables synchronie et diachronie (vues de l'«intérieur»...). Dans le cas de la première, il s'agit du présent. Retenons en particulier, dans ce cas, la question de la communication. Celle-ci englobe tout ce qui dans l'activité humaine en cours la relie à ce qui n'est pas encore terminé. L'étendue de cette communication pourra être indiquée comme l'ensemble des «processus sociaux» en cours. La diachronie renverrait, pour sa part, à ce qui, au sein d'une société, la rend explicable et orientée. C'est ce que lui offre le langage et, en fait, la narration, ce qui nous renvoie au récit. Notons que c'est dans ce contexte que la causalité trouve sa place (pendant que l'histoire se sépare du mythe). Et aussi, puisqu'il s'agit de récit, que c'est par le biais du Moi que le Nous peut effectivement évoluer dans le temps.

À l'échelle du corps, on rencontrerait un temps anonyme, sans histoire, gratuit. À son niveau, doivent être mis en rapport volonté, intention et choix. Ceci, compte tenu de ses paramètres fondamentaux, à savoir la sensibilité et la motricité, hors desquels il n'y a rien. En indiquant peut-être que c'est par l'intention que le temps obtient plus particulièrement une «valeur», comme donné spécifique auquel se rapporter. Noter que le choix est aussi ce dont dépend la synchronie.

À l'échelle cosmique le temps est essentiellement celui de la causalité. Se présenterait ici la question de la directivité (et de l'information) pouvant, pour sa part, être reliée au «conatus», c'est-à-dire au «calcul» et à l'«intérêt», et mettant en cause la notion d'«incarnation» (dont la face subjective serait l'émotion, qui dote le calcul d'un pour-qui). Pourrait, dans ce contexte, y être ajoutée celle de finitude: la vie (individuelle) comme instant dans le cours (cosmique) dont elle fait partie.

Quelle que soit la façon d'aborder le temps, il ne pourrait faire sens pour nous s'il n'y avait la mémoire. À cause de celle-ci comme fait, c'est-à-dire comme résultat d'un acte volontaire, la symétrie passé-avenir est annulée (non avenue). Comprendre que c'est à cause du rappel que le passé peut apparaître comme fond sur lequel se détache le présent et donner ainsi le temps dans son effectivité, c'est-à-dire le rendre lui-même apparent. Après seulement peut apparaître l'avenir comme faisant partie du temps. (Tout en considérant qu'avant le pour-nous et la mémoire, il y eut la projection, condition de naissance du signe.)

Quant au temps qui passe, on notera, entre autres, le temps qui sépare de la mort, celui de l'ennui ou de l'attente, celui de la synchronisation. Et, dans tous ces cas, sa malléabilité selon les affects, c'est-à-dire selon les récits en cours dans l'esprit (ou les situations).

Plus particulièrement, il faudrait penser au passage du temps selon qu'il se rapporte au monde ou bien au sujet. Dans le premier cas, il s'agit essentiellement de la «fixité» du déroulement des phénomènes, en retenant qu'aussi objective soit-elle, son statut n'a de sens que si le passage du temps lui correspondant est pour un sujet (besoin d'un témoin dans le cadre de la synchronie). Dans le second, on a ce qui met en cause la subjectivité elle-même, c'est-à-dire sa définition en fonction du pour-qui le temps passe (ou de son comment).

 

Théo Mouret. J'ai 20ans. Je suis né le 9/05/1999 à 3:30am à Toulouse. J'habites à venerque et je suis intéresser par le voyage dans le temps pour une machine à explorer le temps: Comment faire avec ce moteur électrique: futur/passé ou passé/futur et aussi avec les dates de l'ordinateur ainsi le moteur électrique connecté au volume. Merci de votre réponse en 1 jour à 16h30! image.thumb.png.2b4620f94083420d677b03759fb421ab.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
g.champion Membre 700 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
Il y a 20 heures, Mouret a dit :

J'habites à venerque et je suis intéresser par le voyage dans le temps pour une machine à explorer le temps

imagine qu'un jour, l'univers ne bouge plus et que tu te retrouves immobilisé pour l'éternité, est-ce que cette perspective ne représente pas un danger tel que cela va te dissuader de te promener dans le temps ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
rphbin Membre 40 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)
Le 27/07/2019 à 09:19, Mouret a dit :

Théo Mouret. J'ai 20ans. Je suis né le 9/05/1999 à 3:30am à Toulouse. J'habites à venerque et je suis intéresser par le voyage dans le temps pour une machine à explorer le temps: Comment faire avec ce moteur électrique: futur/passé ou passé/futur et aussi avec les dates de l'ordinateur ainsi le moteur électrique connecté au volume. Merci de votre réponse en 1 jour à 16h30! image.thumb.png.2b4620f94083420d677b03759fb421ab.png

L'agrément du voyage dans le temps, ce n'est pas de se retrouver dans toutes sortes de présents seulement datés différemment (1234, 2043 ou 12345678) mais de l'explorer dans ce qu'il est lui-même avec son esprit. Ça ne coûte rien mais demande tout de même un peu d'imagination. H.G. Well fait voyager des gens dans le temps mais pas une seconde ne pénètre lui-même dedans...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
g.champion Membre 700 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
Il y a 19 heures, rphbin a dit :

L'agrément du voyage dans le temps,

est-ce que les historiens voyagent dans le passé, selon vous ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
rphbin Membre 40 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)
Le 31/07/2019 à 11:21, g.champion a dit :

est-ce que les historiens voyagent dans le passé, selon vous ?

Je ne répondrai pas directement à votre question, même si spontanément je vous dirais oui. Je vous renverrais plutôt au texte qui ouvre ce sujet (qui est à prendre comme une grille), quand il est parlé du temps à l'échelle d'une société (troisième paragraphe): «La diachronie renverrait, pour sa part, à ce qui, au sein d'une société, la rend explicable et orientée.» C'est juste pour faire ressortir ici comment l'expérience de l'historien se situerait par rapport à la façon diverse dont le temps est vécu par nous.

J'ajouterais quand même quelque chose sur le rapport entre passé et voyage dans le temps. Si le temps n'est pas qu'une simple idée, ou qu'un concept à décortiquer, s'il peut apparaître en tant que tel, disons dans sa «corporéité», ou dans son atteignabilité, c'est parce qu'il y a le rappel (acte volontaire qui, en dernière analyse, renvoie à la réalité du corps), qui retrouve et, par ce biais, tâte ou palpe ce qui «se situe» ou «a existé» dans le temps. C'est ainsi qu'il y a, naturellement, voyage dans le temps et que s'éprouve de cette façon le temps comme tel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
g.champion Membre 700 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
il y a une heure, rphbin a dit :

éprouve de cette façon le temps comme tel.

ce qui est change. Ce qui est disparait. Si l'univers atteint le zéro absolu, il cesse de changer? Combien de temps ? si rien ne bouge, avec quoi va-t-on mesurer l'écoulement du temps ? Si rien ne bouge, le temps ne bouge plus, ne s'écoule plus et cela jusqu'à ce que l'univers se réchauffe et que les choses changent de nouveau, les aiguilles tournent, la terre tourne et que l'on puisse dire : dix jours. Le temps n'existe pas, ce qui existe, c'est le changement des choses ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
rphbin Membre 40 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)
Le 01/08/2019 à 17:59, g.champion a dit :

ce qui est change. Ce qui est disparait. Si l'univers atteint le zéro absolu, il cesse de changer? Combien de temps ? si rien ne bouge, avec quoi va-t-on mesurer l'écoulement du temps ? Si rien ne bouge, le temps ne bouge plus, ne s'écoule plus et cela jusqu'à ce que l'univers se réchauffe et que les choses changent de nouveau, les aiguilles tournent, la terre tourne et que l'on puisse dire : dix jours. Le temps n'existe pas, ce qui existe, c'est le changement des choses ?

Moi, je vous dirais, rapidement, comme ça, que dès que vous affirmez que le temps n'existe pas, c'est comme si vous affirmiez que la réalité n'existe pas. Mais si vous "croyez" qu'il y a une réalité (si, par exemple, vous comptez là-dessus pour décider de ce que vous ferez de votre journée), le temps, en tant que temps, aura droit de cité au même titre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
g.champion Membre 700 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
Le 03/08/2019 à 17:39, rphbin a dit :

dès que vous affirmez que le temps n'existe pas, c'est comme si vous affirmiez que la réalité n'existe pas.

on dit, pour dire que la réalité change, qu'il existe quelque chose comme le temps. Or cette chose n'existe pas. Et si cette chose n'existe pas, comment en parler ?

Modifié par g.champion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
rphbin Membre 40 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)
Il y a 21 heures, g.champion a dit :

on dit, pour dire que la réalité change, qu'il existe quelque chose comme le temps. Or cette chose n'existe pas. Et si cette chose n'existe pas, comment en parler ?

Vous déclarez que cette chose n'existe pas. C'est tout? Si je déclare le contraire, est-ce que ça a la même valeur?

De toute façon, je ne relie pas le temps au changement mais à la répétabilité et à la prévisibilité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

  • Populaires actuellement

  • Upload d'images

    • Uploadfr est un service proposé par ForumFr, simple et gratuit, vous permettant d'héberger vos images. Si vous rencontrez le moindre soucis sur le forum, pour vos images, vous pouvez l'utiliser.
  • Nous vous invitons à découvrir les centaines de milliers de sujets existants sur LE Forum - n'hésitez pas à y participer ! L'inscription, gratuite, permet également de diminuer le nombre d'affichage de publicités. Pour cela, inscrivez-vous, ou connectez-vous.

    Bienvenue sur Forum Fr !

  • FFr Mag' 2.0

×