Aller au contenu

Qu’est ce que la dignité?

Messages recommandés

Alain75 Membre 21489 messages
Marxiste tendance Groucho‚ 59ans
Posté(e)

" Qu’est ce que la dignité? "

- Ce que tu as perdu en postant ici.............

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
querida13 Membre 30132 messages
forumeuse acharnée‚
Posté(e)
Il y a 2 heures, miscookiyou a dit :

Je trouve ça ignoble de vouloir "excuser"  sont -meurtre de cette façon....Personne na le droit de juger si la vie de ce petit garçon était "digne" dans ce cas la on  doit  tuer touts les handicaper  toutes les personne différente  ? la on frole  l'eugénisme 

maintenant qu'est que c'est la dignité ? surement pas ce qu'elle a fait......

les  bébés  handicaper son souvent avorter par ce que les parents ne peuvent/veulent pas assumer une t'elle responsabilité je peut le comprendre dans l'absolue mais penser que leur vie ne vaux rien par ce qu'il ne pourrons pas avoir la vie qu'on avait imaginer pour eu.....ce qu'a fait cette femme est monstrueux 

Ce qui est encore plus monstrueux c'est qu'elle tire profit sans complexe de sa sombre histoire en vendant des bouquins. 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Titsta Membre 6714 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)
Il y a 7 heures, Creusois a dit :

Ne t'est tu jamais posé la question toi même "faut il le laisser vivre", si il ne sera jamais comme les autres, si sa vie sera souffrances, inaptitudes, si il ne mènera jamais une vie "normal", je sais, la plupart déteste ce mot...

Mais il faut arrêter de vouloir être comme les autres. C'est quoi cette quête de la "normalité" >_>

Essayez de vivre heureux, c'est une quête quand même un peu plus noble et intéressante. De toute façon, personne n'est "normal"… et si on peut être "anormal" et heureux… on a plus réussi sa vie que quelqu'un de "normal" malheureux.

Si on colle dans la tête des enfants (handicapé ou non d'ailleurs) que c'est la normalité le but… Tu m'étonnes que ça produise une génération de dépressif… Comment se développer comme individu avec ce genre d'objectif ?

Là y a un problème sur le plan de l'éducation, oui, c'est sûr. Ce monde de débile qui pousse tout le monde à la compétitivité, ça crée du malheur. Mais je te fais remarquer qu'il n'y a pas besoin d'être handicapé pour ressentir ça… pleins de gens se suicident parce qu'ils n'arrivent pas à être à la hauteur de ce qu'on exige d'eux. Le problème, c'est qu'on hausse les exigences en même temps que les capacités… du coup, chacun vie à peu près les mêmes choses de ce point de vu là, en réalité.

Il est là le problème, et je t'avoue qu'effectivement, les parents d'handicapée sont souvent les pires dans le domaine. J'en ai croisé tellement qui "dénie" le problème de leur enfant, et voient comme une quête absolue qu'il doivent à tout prix "être normal"… sans se soucier en réalité du bonheur et de l'épanouissement de l'enfant qu'ils sabordent avec leur idéologie à la con.

Après, je comprend qu'on ne puisse pas en demander trop aux parents. Ils sont humain, et c'est un traumatisme aussi de faire naître un enfant handicapé. Ils devraient être aidés et accompagnés. (or ils ne le sont pas)

Non seulement ils ne sont pas éduqué pour traiter ce genre de problème. Et surtout… le vrai problème une fois encore, c'est qu'il n'y a aucune structure éducative convenable, qui permettraient de suppléer les parents, et de réduire par ailleurs l'influence de leurs propres peurs et névroses sur leurs enfants. (parce que l'éducation, c'est ça aussi : offrir une alternative à l'éducation des parents, seuls)

C'est peut être aussi pour ça qu'il y a tant de malheur parmi les handicapés. (et encore, je suis pas certain qu'il y en ai forcément plus)

Mais c'est un problème d'éducation et de traitement, certainement pas un problème de laisser vivre ou non.

Et là dessus, (l'accompagnement des parents, et l'éducation des handicapés) oui, l'état Français est calamiteux.

 

Il y a 7 heures, Creusois a dit :

Ne t'est tu jamais posé la question toi même "faut il le laisser vivre", si il ne sera jamais comme les autres, si sa vie sera souffrances, inaptitudes, si il ne mènera jamais une vie "normal", je sais, la plupart déteste ce mot...

Je la refais sur la même, parce qu'il y a un autre truc qui m'a indigné : Tout simplement ça n'est pas à moi de décider bordel.

Si les gens n'aiment pas leur vie, ils peuvent se suicider. Mais tuer quelqu'un parce qu'on pense qu'il n'aura pas une bonne vie, c'est se foutre de la gueule du monde. En quoi ça nous regarde. Et en quoi on se prétend devin à savoir ce qu'il va advenir de la vie de cette personne, et surtout de comment lui, considèrera sa vie. Parce que c'est ça la seule chose importante. éliminer une vie parce qu'on considère qu'il ne sera pas satisfaisant pour la société… c'est à vomir. Et prétendre savoir ce que sa vie sera satisfaisante pour lui même, c'est de l'abus de pouvoir.

 

Qu'on décide qu'on ne peut pas s'en occuper, et qu'on l'abandonne… ok, je comprend.

Qu'on décide de tuer quelqu'un, sois disant pour son bien, désolé, je valide pas. Ceux qui tuent les gens (viables) "pour leur bien", c'est des malades qu'ils faut enfermer.

 

Je précise clairement que je parle de personnes qui sont viables. Le problème de l'euthanasie en fin de vie, de quelqu'un qui a été adulte et capable de décider de son sort, et d'indiquer ce qu'il souhaitait avant. Et qui par ailleurs décrois en capacités, c'est un autre problème.

 

 

Citation

Je suis heureux de ma vie, la n'est pas la question, mais, maintenant, avec la technologie actuel nous pouvons savoir si mon handicape touche un enfant, prendrais je le risque de le laisser naitre?

Non, sans hésitation, non, certains syndrome laisse trop de vie innocentes sur le carreau, oh, bien sur, certains vivent une vie épanouissantes et heureuse, mais si peu sur le total des naissances...

Ha attention, je ne parle pas de l'avortement. Je parle d'assassiner un enfant de 3 ans, donc déjà né.

Le cas de l'avortement me semble parfaitement légitime. Mais une fois que l'enfant est né, désolé, c'est une personne. Donc il a des droits fondamentaux, et en premier lieu celui de vivre. Et personne, personne, n'a le droit de lui enlever ces droits sur des motifs aussi farfelus que "Je suis un devin, et je sais que plus tard, il n'aimera pas sa propre vie…" >_>

 

 

 

Modifié par Titsta

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Titsta Membre 6714 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

Tiens j'ajoute un truc.

Pour ceux qui justifient les meurtres d'enfant, pourquoi ils le feraient pas pour les enfants des autres aussi, au passage ?

Si vous pensez que c'est un acte légitime… Si cette personne décide de partir en mode commando, et d'aller éliminer tous les enfants handicapés qui trainent… ça vous parle plus ce que cette personne est entrain de faire ? C'est pourtant tout autant légime non ? Dans l'intérêt de l'enfant après tout. ^^

Pourquoi le deux poids deux mesures sinon ?

Je pense que ce qui m'outre personnellement, c'est le pouvoir que le parent s'arroge. Alors qu'à mes yeux, un simple géniteur n'est pas vraiment légitime en soit à disposer d'un quelconque droit sur un enfant.

 

Modifié par Titsta

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Swannie Membre 10264 messages
In love with life and truth‚
Posté(e)
Il y a 13 heures, Vilaine a dit :

 

Peut-on s’élever quand on est un enfant handicapé de 3 ans? Car c’est la question que s’est posée la meurtrière avant de tuer son enfant...

Il s'agissait d'un enfant en état végétatif chronique, pas d'un handicapé tout court.

La question de conscience est simple : faire à autrui ce que nous aimerions qu'il nous fasse, si nous étions dans sa condition, à sa place. Si j'étais dans un état végétatif chronique, j'aimerais qu'on m'assiste à mourir dignement, puisque je n'aurais pas de vie qui mérite d'être appelée digne. Ce ne serait en aucun cas un meurtre, mais une assistance, une aide.

Extraits, en rappelant que l'état végétatif de l'enfant de 3 ans n'était pas dû à un traumatisme crânien mais au fait que le cerveau avait été privé d'oxygène puisqu'il est né mort :

"Les personnes en état végétatif peuvent ouvrir les yeux, mais elles ne peuvent ni parler ni faire des choses qui requièrent de la réflexion ou une intention consciente, et elles n’ont conscience ni d’elles-mêmes ni de leur environnement.

Les médecins établissent un diagnostic d’état végétatif uniquement après avoir observé les personnes sur une longue période et à maintes reprises et n’avoir décelé aucun signe de conscience.

Les personnes en état végétatif ne peuvent pas faire des choses qui exigent la pensée ou une intention consciente. Elles ne peuvent pas parler, respecter des ordres, bouger les membres dans un but précis, ou bouger pour éviter un stimulus douloureux.

Si la récupération est improbable, les médecins et les membres de la famille, et parfois le comité d’éthique hospitalier, doivent discuter de la manière de traiter de futurs problèmes médicaux éventuels, et du moment, le cas échéant, où le traitement essentiel au maintien de la vie doit être interrompu. "

L'ensemble ici : https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/troubles-du-cerveau,-de-la-moelle-épinière-et-des-nerfs/coma-et-état-de-conscience-altérée/état-végétatif 

D'après l'article, l'espérance de vie totale ne dépasse pas 5 ans pour ces personnes.

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 67084 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 48ans
Posté(e)

 

Il y a 2 heures, Titsta a dit :

Le cas de l'avortement me semble parfaitement légitime

Même à 6 mois ?

Il y a 2 heures, Titsta a dit :

. Mais une fois que l'enfant est né, désolé, c'est une personne.

Du coup au pire l’éradiquer avant qu’il ne passe le col . Ce n’est alors pas encore une personne .

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Titsta Membre 6714 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)
Il y a 9 heures, Swannie a dit :

Il s'agissait d'un enfant en état végétatif chronique, pas d'un handicapé tout court.

Ok. Puisque c'est un être humain dans un état végétatif, mon argumentation tombe, bien sûr.

Pour ma part, il n'y a que deux choses à considérer : la conscience, et le fait qu'il s'agisse d'un être humain.

Le premier pour la préservation (et le développement) de la conscience, le deuxième pour le traitement digne du corps et du mort, et sa sacralisation passant par une ritualisation du décès et du deuil.

S'il n'y a plus de conscience, pour moi, la question de la survie est hors-sujet. La vie d'un être humain passe par sa conscience. Sans conscience, il ne s'agit plus que de la vie de ses cellules.

 

Il y a 9 heures, DroitDeRéponse a dit :

Même à 6 mois ?

Là pour les fœtus, j'avoue ne pas avoir d'avis. Je ne connais pas les limites légales actuelles.

C'est à un comité éthique de trancher à partir de quand nait une conscience de soi.

Tant que nous n'avons pas d'utérus artificiels, le droit de la femme à disposer de son corps me semble aussi un élément à prendre en compte.

"L'indivision" est un problème en cas de conflits d'intérêts. ^^

Une fois la naissance accomplis, et donc cette problématique réglée, je ne considère pas que les "parents" détiennent des droits sur l'enfant.

 

Modifié par Titsta
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Virtuose_en_carnage Membre 1776 messages
Forumeur alchimiste‚ 30ans
Posté(e)
Il y a 12 heures, Titsta a dit :

Mais il faut arrêter de vouloir être comme les autres. C'est quoi cette quête de la "normalité" >_>

Essayez de vivre heureux, c'est une quête quand même un peu plus noble et intéressante. De toute façon, personne n'est "normal"… et si on peut être "anormal" et heureux… on a plus réussi sa vie que quelqu'un de "normal" malheureux.

Si on colle dans la tête des enfants (handicapé ou non d'ailleurs) que c'est la normalité le but… Tu m'étonnes que ça produise une génération de dépressif… Comment se développer comme individu avec ce genre d'objectif ?

Là y a un problème sur le plan de l'éducation, oui, c'est sûr. Ce monde de débile qui pousse tout le monde à la compétitivité, ça crée du malheur. Mais je te fais remarquer qu'il n'y a pas besoin d'être handicapé pour ressentir ça… pleins de gens se suicident parce qu'ils n'arrivent pas à être à la hauteur de ce qu'on exige d'eux. Le problème, c'est qu'on hausse les exigences en même temps que les capacités… du coup, chacun vie à peu près les mêmes choses de ce point de vu là, en réalité.

Il est là le problème, et je t'avoue qu'effectivement, les parents d'handicapée sont souvent les pires dans le domaine. J'en ai croisé tellement qui "dénie" le problème de leur enfant, et voient comme une quête absolue qu'il doivent à tout prix "être normal"… sans se soucier en réalité du bonheur et de l'épanouissement de l'enfant qu'ils sabordent avec leur idéologie à la con.

Après, je comprend qu'on ne puisse pas en demander trop aux parents. Ils sont humain, et c'est un traumatisme aussi de faire naître un enfant handicapé. Ils devraient être aidés et accompagnés. (or ils ne le sont pas)

Non seulement ils ne sont pas éduqué pour traiter ce genre de problème. Et surtout… le vrai problème une fois encore, c'est qu'il n'y a aucune structure éducative convenable, qui permettraient de suppléer les parents, et de réduire par ailleurs l'influence de leurs propres peurs et névroses sur leurs enfants. (parce que l'éducation, c'est ça aussi : offrir une alternative à l'éducation des parents, seuls)

C'est peut être aussi pour ça qu'il y a tant de malheur parmi les handicapés. (et encore, je suis pas certain qu'il y en ai forcément plus)

Mais c'est un problème d'éducation et de traitement, certainement pas un problème de laisser vivre ou non.

Et là dessus, (l'accompagnement des parents, et l'éducation des handicapés) oui, l'état Français est calamiteux.

 

Je la refais sur la même, parce qu'il y a un autre truc qui m'a indigné : Tout simplement ça n'est pas à moi de décider bordel.

Si les gens n'aiment pas leur vie, ils peuvent se suicider. Mais tuer quelqu'un parce qu'on pense qu'il n'aura pas une bonne vie, c'est se foutre de la gueule du monde. En quoi ça nous regarde. Et en quoi on se prétend devin à savoir ce qu'il va advenir de la vie de cette personne, et surtout de comment lui, considèrera sa vie. Parce que c'est ça la seule chose importante. éliminer une vie parce qu'on considère qu'il ne sera pas satisfaisant pour la société… c'est à vomir. Et prétendre savoir ce que sa vie sera satisfaisante pour lui même, c'est de l'abus de pouvoir.

 

Qu'on décide qu'on ne peut pas s'en occuper, et qu'on l'abandonne… ok, je comprend.

Qu'on décide de tuer quelqu'un, sois disant pour son bien, désolé, je valide pas. Ceux qui tuent les gens (viables) "pour leur bien", c'est des malades qu'ils faut enfermer.

 

Je précise clairement que je parle de personnes qui sont viables. Le problème de l'euthanasie en fin de vie, de quelqu'un qui a été adulte et capable de décider de son sort, et d'indiquer ce qu'il souhaitait avant. Et qui par ailleurs décrois en capacités, c'est un autre problème.

 

 

Ha attention, je ne parle pas de l'avortement. Je parle d'assassiner un enfant de 3 ans, donc déjà né.

Le cas de l'avortement me semble parfaitement légitime. Mais une fois que l'enfant est né, désolé, c'est une personne. Donc il a des droits fondamentaux, et en premier lieu celui de vivre. Et personne, personne, n'a le droit de lui enlever ces droits sur des motifs aussi farfelus que "Je suis un devin, et je sais que plus tard, il n'aimera pas sa propre vie…" >_>

 

 

 

La quête de la normalité, quelle bonne blague. Comme si la normalité était autre chose qu'une coercition exercée par la société sur ses membres. On peut choisir ou non de se plier à la force sociale, mais s'opposer tout entièrement à elle revient juste à vivre seul dans une cabane au fin fond de l'Oural.

Les parents d'enfants handicapés passent leur temps à s'occuper de leur enfant et à se prendre les regards de la société en pleine tronche, il me semble alors normal qu'ils arrivent à s'enthousiasmer quand leur enfant handicapé parvient enfin à faire quelque chose de "normal" du point de vu d'autrui mais extraordinaire de leur point de vu.

Comme toujours, ton phrasé est indigeste et tes propos mériteraient d'être concis pour être intelligible. Tu repousses les problèmes sur des définitions ce qui ne fait en rien avancer l'affaire. Qu'est-ce qu'une personne "viable"? En quoi un fœtus de 5 mois est-il moins en vie qu'un enfant de trois ans et plus en vie qu'une carotte dans un jardin? L’œuf ou la poule?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
juliette56 Membre 1101 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 20 heures, Titsta a dit :

Note que c'est exactement le cas de tout le monde, toi et l'autre intervenant que tu plébiscite : jugement à travers de ses propres idées, de ses propres choix…

 

Je suis d'accord, c'est pourquoi je précisais que la dignité des uns était l'indignité des autres ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Titsta Membre 6714 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)
il y a 19 minutes, Virtuose_en_carnage a dit :

La quête de la normalité, quelle bonne blague. Comme si la normalité était autre chose qu'une coercition exercée par la société sur ses membres. On peut choisir ou non de se plier à la force sociale, mais s'opposer tout entièrement à elle revient juste à vivre seul dans une cabane au fin fond de l'Oural.

Oui, c'est bien ce que je dis. La "normalité" est une pression sociale. S'opposer radicalement à une pression, c'est aussi s'en préoccuper. On peut aussi ne pas la considérer comme pertinente comme objectif de vie. En particulier si l'objectif n'est pas humainement atteignable.

 

Citation

Les parents d'enfants handicapés passent leur temps à s'occuper de leur enfant et à se prendre les regards de la société en pleine tronche, il me semble alors normal qu'ils arrivent à s'enthousiasmer quand leur enfant handicapé parvient enfin à faire quelque chose de "normal" du point de vu d'autrui mais extraordinaire de leur point de vu.

C'est ce que je sous-entendais quand je disais qu'ils étaient humain, et que ce genre de réactions est compréhensible.

Toutefois, ça n'est pas parce que c'est normal que c'est une bonne chose.

Ce comportement, même s'il est induit par notre société et les circonstances, est une des grandes causes du problème.

 

Citation

Comme toujours, ton phrasé est indigeste et tes propos mériteraient d'être concis pour être intelligible. Tu repousses les problèmes sur des définitions ce qui ne fait en rien avancer l'affaire. Qu'est-ce qu'une personne "viable"? En quoi un fœtus de 5 mois est-il moins en vie qu'un enfant de trois ans et plus en vie qu'une carotte dans un jardin? L’œuf ou la poule?

Je ne repousse pas le problème sur les définitions, je me repose sur des concepts, et j'utilise des mots pour décrire ce que je pense.

Une personne viable, c'est une personne qui peut vivre.

J'entend par là que s'il faut un acharnement thérapeutique pour gagner quelques jours ou mois, la question n'est pas la même que s'il s'agit d'un individu, même polyhandicapé, qui peut arriver à vivre.

Et effectivement une carotte dans un jardin est viable. Après quand je dis un enfant viable, il y a enfant devant.

Mais ça n'est pas la caractéristique "vivante" qui me semble pertinente. Comme j'ai précisé par la suite, c'est la caractéristique "consciente" qui me semble valable.

 

Après, je n'ai pas abordé la question de la fin de vie d'un individu non-viable. (donc entrain de mourir)

 

 

 

Modifié par Titsta

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Titsta Membre 6714 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)
il y a 10 minutes, juliette56 a dit :

Je suis d'accord, c'est pourquoi je précisais que la dignité des uns était l'indignité des autres ;)

ha ok :)

Ceci dis, je me demande.

Que nous ne soyons pas d'accord sur ce que signifie la dignité, oui.

Mais est-ce une notion conflictuelle, comme la liberté par exemple ? ( = la liberté des uns s'arrête là où commence celles des autres )

Il y a forcément des écarts de points de vu, mais ne pourrions nous pas tous être digne ?

( et merci de ramener le sujet sur autre chose que l'avortement ^^ )

Modifié par Titsta

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
juliette56 Membre 1101 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 5 heures, Titsta a dit :

ha ok :)

Ceci dis, je me demande.

Que nous ne soyons pas d'accord sur ce que signifie la dignité, oui.

Mais est-ce une notion conflictuelle, comme la liberté par exemple ? ( = la liberté des uns s'arrête là où commence celles des autres )

Il y a forcément des écarts de points de vu, mais ne pourrions nous pas tous être digne ?

( et merci de ramener le sujet sur autre chose que l'avortement ^^ )

Oui je pense que ça peut ramener à la liberté, d'agir selon notre propre ressenti. L'exemple qui me vient en tête est celui des femmes rasées et humiliées en public, à la fin de la guerre 39/45, parce qu'elles avaient couché avec des Allemands. Elles ont été jugées "indignes", or mon ressenti est qu'il n'y avait pas d'indignité dans ce qu'elles ont fait, pour deux raisons. La première est que la guerre est une affaire politique. Les hommes qu'on envoyait se battre pour leurs patries n'avaient pas le choix. Sauf que les "ennemies" étaient aussi des êtres humains qui pouvaient s'aimer. On reprochait à ces femmes d'avoir couché avec leurs ennemis, alors qu'en fait, elles aimaient un homme. L'autre raison est que nombreuses l'ont fait pour avoir de quoi mieux nourrir leurs enfants. Est ce indigne de prêter son propre corps pour nourrir ses enfants ? Pas pour moi en tous les cas ...;)

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Passiflore Membre 3690 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 36 minutes, juliette56 a dit :

Oui je pense que ça peut ramener à la liberté d'agir selon notre propre ressenti. L'exemple qui me vient en tête est celui des femmes rasées et humiliées en public, à la fin de la guerre 39/45, parce qu'elles avaient couché avec des Allemands. Elles ont été jugées "indignes" or mon ressenti est qu'il n'y avait pas d'indignité dans ce qu'elles ont fait, pour deux raisons. La première est que la guerre est une affaire politique. Les hommes qu'on envoyait se battre pour leur patrie n'avaient pas le choix. Sauf que les "ennemies" étaient aussi des êtres humains qui pouvaient s'aimer. On reprochait à ces femmes d'avoir couché avec leurs ennemis, alors qu'en fait, elles aimaient un homme (...)

 

Aucune indignité dans ce qui fut de belles histoires d'amour vécues dans l'horreur de la guerre ; les gens indignes furent ceux qui humilièrent ces femmes en public...

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Répy Membre 13814 messages
scientifique‚
Posté(e)

Pour sourire dans un sujet grave :

Un vieux monsieur entre à l'hôpital pour une opération.

L'infirmière lui demande de se déshabiller complètement. Il s'exécute mais garde son slip et mets les mains devant.

L'infirmière exige : "totalement nu" !

Le vieux monsieur : "mais ma dignité" ?

l'infirmière répond : "ah! c'est comme cela que vous appelez la "chose" ?

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chanou 34 Membre 12207 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Le 13/03/2019 à 18:04, querida13 a dit :

Ce qui est encore plus monstrueux c'est qu'elle tire profit sans complexe de sa sombre histoire en vendant des bouquins. 

Alors autant on peut lui reprocher le titre idiot ( on n'offre pas la mort à quelqu'un qui ne la réclame pas!) autant je peux comprendre qu'elle ait eu besoin d'en parler au travers d'un livre...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Titsta Membre 6714 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)
Il y a 7 heures, Passiflore a dit :

Aucune indignité dans ce qui fut de belles histoires d'amour vécues dans l'horreur de la guerre ; les gens indignes furent ceux qui humilièrent ces femmes en public...

Oui, enfin, la vie, c'est pas toujours comme à la télé hein.

Pour certaines c'était une histoire d'amour, pour d'autres c'était pour nourrir leurs enfants… et pour d'autres c'était de la pure collaboration arriviste. Faudrait pas croire que les collabos, c'était que des hommes hein.

ça a touché des innocentes, mais ça veux pas dire non plus qu'elles étaient toutes innocentes.

 

De surcroit je trouve que ce genre de peine est intéressante. Bien mieux qu'une amande, qu'un temps de prison. Les cheveux, ça repousse, donc c'est pas une peine trop longue.

Et ça ne blesse que l'égo hein… c'est pas la peine de mort non plus. Y a franchement eu pire comme exactions, ça ça reste bon enfant encore.

C'est un moment qui est dur à passer, mais je pense que l'humiliation publique fait quand même partit des peines douces. Un peu comme le goudrons et les plumes par exemple. ( C'est mieux comme peine, parce que ça peut concerner autant les hommes que les femmes ^^ Alors que la tonte, ça va pas faire grand peur aux hommes… )

Je pense qu'on devrait s'inspirer de ce genre de chose pour punir certains riches, ou énarques. ça aurait plus d'impacts que de leur faire payer une amande qu'ils ont déjà provisionnée.

Même s'ils ont peu de dignité, j'ai même l'impression que ça pourrait avoir un certain effet dissuasif ! ^^

 

 

 

 

 

Modifié par Titsta

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
riad** Membre 9815 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)
Le 13/03/2019 à 09:10, Vilaine a dit :

Un peu facile comme réponse (et tellement prévisible). Ceci dit, je suis curieuse de savoir pourquoi tu tiens ce discours...

Certainement à cause de la deuxième moitié de ton sujet, tu craches sur tout le monde, qu'est ce que tu attends comme réponse? nous sommes tous des fumeurs, des chômeurs, des  gamers... mais nos vies ne sont pas lamentables, et ceux d'entre nous qui ont quelques difficultés, ils n'ont pas choisi d'être ainsi.

Nous croyons tous que nous avons notre honneur et notre dignité selon des critères qui diffèrent d'une personne à l'autre, une chose est sûre, jamais ne nous prêtons aucune attention à tes critères chrétiennes.
 

 

  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
riad** Membre 9815 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)
Le 13/03/2019 à 10:00, Vilaine a dit :

Et donc? On met fin à une vie parce qu’on ne « se sent pas capable »? Tu trouves ça justifié? Si toutes les personnes qui ne se sentent pas capable d’être parents raisonnaient et agissaient de la même manière, il n’y aurait plus grand monde sur cette terre.

T'es croyantes, non? tu penses que c'est Dieu qui nous a créé et qui nous a donné la vie, pas vrai? tu sais j'ai un grand respect pour les croyants, seulement, si j'étais à ta place, je me demandais aussi pourquoi Dieu a créé cet handicapé, si tu penses que cette femme est criminelle parce qu'elle a tué un enfant handicapé, celui qui l'a créé lui aussi il est criminel, non?

À mon avis quand on est pas capable de faire une créature correcte, on s'abstient, on ne fait pas n'importe quoi, et surtout on ne fait pas chier notre créature avec une morale déformée et une religion à la con.
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Vilaine
Invité Vilaine Invités 0 message
Posté(e)
Le 13/03/2019 à 13:43, DroitDeRéponse a dit :

Quand tu auras abandonné ton taff pour te consacrer à préparer l’avenir de ton enfant trisomique je serai apte à juger du bien fondé de ta décision ( ou pas )

 

Je passe déjà pas mal de temps avec les névrosés de ce forum, et même si je considère que certains sont de vrais fardeaux pour notre société, je n’ai souhaité la mort de personne. 

Passer du temps avec son enfant (trisomique ou non), mettre sa carrière entre parenthèses ne constitue pas, selon moi, un sacrifice. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×