Aller au contenu

Le bon choix mène-t-il toujours à de bonnes conséquences ?


Messages recommandés

Niou Membre 554 messages
Petite fée des quiz‚ 20ans
Posté(e)

Salut !

Je me demande si prendre le bon choix, par définition celui qu'on estime nous-même être le bon, mène-t-il toujours à de bonnes conséquences (et vice-versa) ?

Par exemple, aujourd'hui, j'ai eu la flemme de ranger ma chambre alors que je m'étais promis de le faire (j'ai pris le mauvais choix, par opposition au bon choix).

Je ne suis donc pas sortie de ma chambre pour descendre la poubelle ou chercher l'aspirateur.

Résultat, en descendant en début d'après-midi, je remarque qu'en bas, plusieurs lampes étaient allumées pour rien.

 

Conclusion : si j'avais suivi le bon choix, celui de ranger ma chambre, cela aurait évité un tel gaspillage (et en prime, ma chambre aurait été rangée).

Avez-vous déjà vécu ou eu ce ressenti ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Dompteur de mots Membre 1 508 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 13 minutes, Niou a dit :

Je me demande si prendre le bon choix, par définition celui qu'on estime nous-même être le bon, mène-t-il toujours à de bonnes conséquences (et vice-versa) ?

C'est l'un des grands problèmes de l'Éthique que de déterminer si le bien ou le mal peuvent se dire d'après ce qui précède un choix ou d'après ce qui le suit. Les doctrines dites conséquentialistes vont pencher pour la deuxième option, elles vont dire qu'un choix peut être dit bon si les conséquences sont bonnes. Une éthique telle que celles des valeurs va plutôt dire qu'un choix est bon s'il se fonde préalablement sur des valeurs, peu importe les conséquences.

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PASCOU Membre 32 781 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 20 minutes, Niou a dit :

Salut !

Je me demande si prendre le bon choix, par définition celui qu'on estime nous-même être le bon, mène-t-il toujours à de bonnes conséquences (et vice-versa) ?

Par exemple, aujourd'hui, j'ai eu la flemme de ranger ma chambre alors que je m'étais promis de le faire (j'ai pris le mauvais choix, par opposition au bon choix).

Je ne suis donc pas sortie de ma chambre pour descendre la poubelle ou chercher l'aspirateur.

Résultat, en descendant en début d'après-midi, je remarque qu'en bas, plusieurs lampes étaient allumées pour rien.

 

Conclusion : si j'avais suivi le bon choix, celui de ranger ma chambre, cela aurait évité un tel gaspillage (et en prime, ma chambre aurait été rangée).

Avez-vous déjà vécu ou eu ce ressenti ?

Non, ma chambre est au rez-de-chaussée.

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PASCOU Membre 32 781 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 20 minutes, PASCOU a dit :

Non, ma chambre est au rez-de-chaussée.

Non, ce n'est pas vrai elle est à  l'étage. :)

Moi je suis toujours mon instinct et ça  m'a beaucoup servi jusqu'à présent. 

Parfois des paris douteux dans le boulot mais qui m' ont beaucoup apporté , faire des choses que j'aime et gagner très  bien ma vie.

La confiance en soi et surtout la confiance que vous donner aux autres.

C'est  un mode de vie...

Ensuite si vous oubliez la lumière c'est  dommage et inutile mais rien de catastrophique. 

Je ne demande jamais aux  autres de faire des choix pour moi.

Les conseilleurs me fatiguent et sont souvent pitoyables.

On vit sa vie, pas celle des autres mais les relations sont indispensables,  la fidélité,  la confiance, le reste suit.

Savoir donner pour recevoir.

Éliminer tout ce qui est douteux.

Ce n'est  pas un conseil je n'aime pas en donner.

Je dis juste ce que j'aime  pour moi.

Modifié par PASCOU
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
InstantEternité Membre 173 messages
Forumeur inspiré‚ 37ans
Posté(e)
Il y a 7 heures, Niou a dit :

Je me demande si prendre le bon choix, par définition celui qu'on estime nous-même être le bon, mène-t-il toujours à de bonnes conséquences (et vice-versa) ?

Je pense que dans les 2 sens, choix vers conséquence et vice versa, il faut tenir compte des événements aléatoires qui ont toujours une probabilité d’interférer dans le résultat de nos choix. Autrement la vie serait trop fade !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quasi-Modo Membre 11 012 messages
Macrocéphale bossu‚ 34ans
Posté(e)

Je me dis qu'en parlant de choix nous avons là un bien grand mot, qui peut-être ne recouvre aucune réalité concrète. Nous avons une idée de ce qu'est la liberté de la même façon que nous avons une idée de ce qu'est l'infini : par l'idée du non-fini ou du non-déterminé (p.ex. parce que j'ai conscience de dépasser certains déterminismes de mon passé je me sens plus libres, mais ne passé-je pas dans une autre cage ?). Mais réellement sans un pari métaphysique bancal, rien n'assure que nous soyons capables de faire une chose telle que "un choix" ou que nous puissions avoir "la liberté".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Niou Membre 554 messages
Petite fée des quiz‚ 20ans
Posté(e)

Alors, comme les conséquences d'un choix sont à priori indéterminées (hasard, etc), il serait peut-être plus juste d'appeler un « bon » choix celui qui mène à de « bonnes  » conséquences, càd les conséquences désirées. On suit donc les doctrines conséquentialistes comme mentionné dans la première réponse.

Théoriquement, il est donc impossible de prendre consciemment le bon choix, puisqu'il est déterminé par les conséquences (y compris secondaires) qui en résultent.

Pour en revenir à la petite histoire du début :

1) Théoriquement, il était possible de sortir de ma chambre et descendre en bas sans intention de ranger ma chambre. Les lumières auraient été éteintes et ma chambre serait restée en désordre.

En pratique, cela ne s'est pas concrétisé, serait-ce donc le fruit du hasard ?

2) Ce que j'ai appelé le « bon choix », celui de ranger ma chambre, aurait pu me mener... à tomber dans les escaliers, par ex. En fait, il existe théoriquement tout un ensemble de possibilités qui auraient pu se produire (les conséquences), bonnes comme mauvaises.

En pratique, peut-être que le hasard n'existe pas et suit une logique encore inconnue et très complexe.

Mais ça, c'est pour un autre débat...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Boutetractyxreqs Membre 3 171 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 15 heures, Niou a dit :

Salut !

Je me demande si prendre le bon choix, par définition celui qu'on estime nous-même être le bon, mène-t-il toujours à de bonnes conséquences (et vice-versa) ?

Par exemple, aujourd'hui, j'ai eu la flemme de ranger ma chambre alors que je m'étais promis de le faire (j'ai pris le mauvais choix, par opposition au bon choix).

Je ne suis donc pas sortie de ma chambre pour descendre la poubelle ou chercher l'aspirateur.

Résultat, en descendant en début d'après-midi, je remarque qu'en bas, plusieurs lampes étaient allumées pour rien.

 

Conclusion : si j'avais suivi le bon choix, celui de ranger ma chambre, cela aurait évité un tel gaspillage (et en prime, ma chambre aurait été rangée).

Avez-vous déjà vécu ou eu ce ressenti ?

Tu n'avais pas tous les éléments en main pour n'avoir de choix si ce n'est de faire le bon.

En gros tu aurais su que la lumière était allumée, tu l'aurais éteinte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité