Aller au contenu

La peur du néant est irrationelle


Messages recommandés

Dauthe Invité 1 message
Baby Forumeur‚ 21ans
Posté(e)

Dieu est mort.

La source de toute existence devient néant.

 

L'origine " classique " happée par la fin " classique " : Dieu est mort.

 

Cette phrase à pour but d'annoncer que notre époque ne peut plus croire en Dieu.

Mais si on ne croit plus en Dieu, en quoi croit-on ?

 

Au néant ? Du néant au début et à la fin de tout ?

Et si après Dieu, c'était au tour du néant de ne plus être crédible ?

 

Et si, en même temps que Dieu, le néant devenait obsolète ?

 

-

 

Qu'est ce qu'il y a avant que les choses existent ?

Il ne peut pas y avoir quelque chose qui existe déjà.

Le serpent se mordrait la queue.

 

En outre, qu'il y ait quelque chose qui existe et pas rien du tout serait arbitraire.

Il ne peut donc pas y avoir de l'existant à l'origine de l'existant.

 

Il ne peut pas y avoir non plus du néant ( de l'inexistant ).

S‘il y a de l'inexistant, alors il n'y a aucune raison qu'il se passe autre chose que rien.

Il ne peut donc pas y avoir de l'inexistant à l'origine de l'existant.

 

Qu'est-ce qui n'est ni existant, ni inexistant ?

Du potentiel pur.

 

Il y a du potentiel pur " avant " l'existant.

" Avant " ne désignant pas une succession temporelle, mais une succession sémantique.

 

L'existant émerge des conditions du potentiel. Il y a un déterminisme de l'existant.

Le principe de potentiel possède déjà dans sa nature tous les codes inhérents à l'être.

S‘il y a du potentiel, il y a de l'être, même si ce sont deux choses distinctes et que l'une est plus fondamentale que l'autre.

 

Et s‘il y a du potentiel, il n'y a pas de néant.

Le néant n' " existe " que par son retrait, il est dans sa nature de s’annihiler.

 

L'existant est limité par nature, rien d'absolu ne peut exister.

L'existant absolu serait un néant, immobile.

 

Le potentiel pur n'est " limité " que par lui-même.

 

L’existant, c'est de la " pratique en action ".

Le potentiel, c'est de la " théorie qui calcule ".

 

Nous sommes dans une application pratique de la théorie " existence ".

Nous sommes dans une " approximation " d’existence.

 

-

 

L'existence, c'est tout ce qui existe et tout ce qui à existé.

Appelons cela la réalité.

Et c'est implacable : ou bien tu ne connais qu'un morceau du réel, ou bien tu connais tout le réel.

 

Ce que nous savons, c'est que nous sommes un amas de sensations.

Et que ces sensations sont des lectures partielles imprécises de la réalité.

 

La réalité est plus vaste.

Ta réalité est un morceau de cette réalité.

Et l'amas de sensations qui te constituent en cet instant "T" est un morceau de Ta réalité.

 

Cet amas de sensations ne disparaîtra jamais de ta réalité.

Et ta réalité ne disparaîtra jamais de la réalité.

 

 

Souviens toi.

C'est implacable : ou bien tu ne connais qu'un morceau du réel, ou bien tu connais tout le réel.

 

Il est impossible de penser en dehors de ce cadre.

 

 

La peur du néant est irrationnelle.

Il serait bien plus rationnel d'avoir peur de l'inconséquence de toute pensée.

Mais penser un tel raisonnement l'invalide immédiatement.

 

 

Les seules peurs valables sont :

Le solipsisme et l'altérité.

 

 

-

 

 

Le solipsisme me fait penser que...

 

Si Dieu existait, c'est ce qu'il écrirait pour s'en convaincre.





 

 

* La peur du néant est irrationnelle
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Boutetractyxreqs Membre 3 171 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Le néant peut être dieu en étant infiniment grand, le néant peut être vu comme une inexistence indolore car l'inexistence de la douleur c'est l'indolore.

La seule chose dont on peut avoir peur ce n'est pas du néant ou de l'existence, c'est de la douleur. Car c'est estimé négatif dans le sens où c'est une sensation désagréable à percevoir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Talon 1 Membre 6 443 messages
Talon 1‚ 73ans
Posté(e)

TRAITE DE LA PRODUCTION ABSOLUE ET DE LA DESTRUCTION DES CHOSES

 

Il faut rechercher si une chose quelconque ne vient pas toujours d'une autre chose d'où elle sort : comme, par exemple, du malade vient le bien portant, et du bien portant vient le malade.

 

Si l'on admet une production absolue, alors que l'être vienne absolument du non-être, du néant, de telle sorte qu'il serait vrai d'affirmer que le néant appartient à certains êtres.

 

Une production relative peut bien venir d'un non-être relatif, et par exemple, le blanc peut venir du non-blanc, ou le beau vient du non-beau.

Mais la production absolue doit venir de l'absolu non-être.

 

Si réellement quelque chose vient à se produire et à naître, il est évident qu'il doit y avoir une certaine substance qui est au moins en puissance, si elle n'est pas en réalité et en entéléchie (état de perfection, de parfait accomplissement de l'être), d'où sortira la production de la chose, et dans laquelle la chose devra se changer de toute nécessité, quand elle est détruite.

 

Si cet être n'est aucune chose en réalité, mais qu'il soit toutes choses en puissance, le non-être ainsi compris peut avoir une existence séparée ; et alors on en arrive à cette conséquence, qu'ont redoutée les premiers philosophes, de faire naître les choses du pur néant.

 

Les hommes définissent, en général, l'être et le non-être, selon qu'ils sentent la chose ou ne la sentent pas ; de même qu'ils prennent pour l'être ce qu'on connaît, et pour le non-être ce qu'on ignore. Mais alors, c'est la sensibilité qui remplit la fonction de la science.

 

Il y a altération quand le sujet demeurant le même et étant toujours sensible (perçu par les sens), il subit un changement dans ses propriétés spéciales. Ainsi, le corps est bien portant, et ensuite malade tout en restant le même.

 

Aristote

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lucdf Membre 3 749 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Le néant c'est par définition rien, nada, nichts, nothing. On peut avoir peur de quelque chose mais avoir peur de rien est impossible. Ce serait une acrobatie du mental.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Niou Membre 539 messages
Petite fée des quiz‚ 20ans
Posté(e)

La peur du néant, de ce passage après la mort, n'est pas si irrationnel. C'est une réaction naturelle et primitive, même les animaux ont peur de la mort et suivent leur instinct de survie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Swannie Membre 7 516 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 12 heures, Dauthe a dit :

 

Qu'est ce qu'il y a avant que les choses existent ?

Il ne peut pas y avoir quelque chose qui existe déjà.

Le serpent se mordrait la queue.
 

Et pourquoi, il ne peut pas y avoir quelque chose qui existe déjà ? quelque chose qui n'a ni commencement ni fin ? Pourquoi ce serait comme le serpent qui se mordrait la queue ? 

Toute chose évolue, dans le temps, aucune ne reste figée comme à son commencement. Tout sur terre le démontre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
InstantEternité Membre 172 messages
Forumeur inspiré‚ 37ans
Posté(e)

Et si après la mort de Dieu, l'Homme croyait simplement en lui même et rien d'autre ?

Ainsi il n'aurait pas peur du néant non plus puisque lui l'Homme est tout sauf néant...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fraction Membre 222 messages
Forumeur activiste‚ 42ans
Posté(e)
Le 11/02/2019 à 23:03, Dauthe a dit :

Dieu est mort.

La source de toute existence devient néant.

 

L'origine " classique " happée par la fin " classique " : Dieu est mort.

 

Cette phrase à pour but d'annoncer que notre époque ne peut plus croire en Dieu.

Mais si on ne croit plus en Dieu, en quoi croit-on ?

 

Au néant ? Du néant au début et à la fin de tout ?

Et si après Dieu, c'était au tour du néant de ne plus être crédible ?

 

Et si, en même temps que Dieu, le néant devenait obsolète ?

 

-

 

Qu'est ce qu'il y a avant que les choses existent ?

Il ne peut pas y avoir quelque chose qui existe déjà.

Le serpent se mordrait la queue.

 

En outre, qu'il y ait quelque chose qui existe et pas rien du tout serait arbitraire.

Il ne peut donc pas y avoir de l'existant à l'origine de l'existant.

 

Il ne peut pas y avoir non plus du néant ( de l'inexistant ).

S‘il y a de l'inexistant, alors il n'y a aucune raison qu'il se passe autre chose que rien.

Il ne peut donc pas y avoir de l'inexistant à l'origine de l'existant.

 

Qu'est-ce qui n'est ni existant, ni inexistant ?

Du potentiel pur.

 

Il y a du potentiel pur " avant " l'existant.

" Avant " ne désignant pas une succession temporelle, mais une succession sémantique.

 

L'existant émerge des conditions du potentiel. Il y a un déterminisme de l'existant.

Le principe de potentiel possède déjà dans sa nature tous les codes inhérents à l'être.

S‘il y a du potentiel, il y a de l'être, même si ce sont deux choses distinctes et que l'une est plus fondamentale que l'autre.

 

Et s‘il y a du potentiel, il n'y a pas de néant.

Le néant n' " existe " que par son retrait, il est dans sa nature de s’annihiler.

 

L'existant est limité par nature, rien d'absolu ne peut exister.

L'existant absolu serait un néant, immobile.

 

Le potentiel pur n'est " limité " que par lui-même.

 

L’existant, c'est de la " pratique en action ".

Le potentiel, c'est de la " théorie qui calcule ".

 

Nous sommes dans une application pratique de la théorie " existence ".

Nous sommes dans une " approximation " d’existence.

 

-

 

L'existence, c'est tout ce qui existe et tout ce qui à existé.

Appelons cela la réalité.

Et c'est implacable : ou bien tu ne connais qu'un morceau du réel, ou bien tu connais tout le réel.

 

Ce que nous savons, c'est que nous sommes un amas de sensations.

Et que ces sensations sont des lectures partielles imprécises de la réalité.

 

La réalité est plus vaste.

Ta réalité est un morceau de cette réalité.

Et l'amas de sensations qui te constituent en cet instant "T" est un morceau de Ta réalité.

 

Cet amas de sensations ne disparaîtra jamais de ta réalité.

Et ta réalité ne disparaîtra jamais de la réalité.

 

 

Souviens toi.

C'est implacable : ou bien tu ne connais qu'un morceau du réel, ou bien tu connais tout le réel.

 

Il est impossible de penser en dehors de ce cadre.

 

 

La peur du néant est irrationnelle.

Il serait bien plus rationnel d'avoir peur de l'inconséquence de toute pensée.

Mais penser un tel raisonnement l'invalide immédiatement.

 

 

Les seules peurs valables sont :

Le solipsisme et l'altérité.

 

 

-

 

 

Le solipsisme me fait penser que...

 

Si Dieu existait, c'est ce qu'il écrirait pour s'en convaincre.





 

 

* La peur du néant est irrationnelle
 

Bonjour,

Comment l’être est-il sorti du néant ?

Cette question peut relever d’une conception du temps trop linéaire.

En effet, si l’on admet, d’une quelconque manière, que le temps puisse être circulaire, en un point donné, on peut également admettre que « avant le temps » est un concept hors-champ.

Si le temps a pu devenir circulaire, c’est-à-dire s’autojustifier, s’autodéterminer, alors dans notre référentiel, le temps aurait toujours existé, et il n’aurait jamais succédé à un quelconque néant.

Cordialement, Fraction

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
toniov Membre 19 messages
Forumeur balbutiant‚ 65ans
Posté(e)

Je commencerai par l' idée que se font beaucoup de gens  de ce qu' ils  appellent généralement le néant : c ' est cette notion du " rien ".  Est ce possible qu' il n' y ait rien ? Alors que " s' il y a " c ' est toujours quelque chose. Le néant serait une absence mais non pas la présence d' une absence. Autrement dit, toute forme de néant que l' on tenterait de se figurer ne pourrait etre qu' une présence par le fait meme qu' on se la figure. Une absence n ' est pas un néant tant qu' elle est le contraire d' une présence. Le néant ne peut donc etre qu' une absence sans contraire. Absolue. Mais si cette absence était absolue, étant donc sans contraire, il n' y aurait rien, par la force des choses. Or il y a quelque chose. Ce simple constat, incontournable, semble donc signifier que l' idée d' un néant absolu est impossible. La peur du néant est donc sans fondement. Ce n 'est pas le néant que l' on craint mais l' absence de ce qui est connu.

Modifié par toniov

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité