Aller au contenu

Messages recommandés

riad** Membre 2 301 messages
Forumeur alchimiste‚ 46ans
Posté(e)
Il y a 1 heure, Paul hochon a dit :

D'ailleurs je ne comprends pas pourquoi les gens ont besoin de s'inventer une vie sur les Forums ou autres réseaux sociaux,

Juste pour oublier Amandine

Il y a 1 heure, Vilaine a dit :

On a quand même de belles caricatures ici.

Oui, toi par exemple.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
sebastienvalmont Membre 1 000 messages
Forumeur alchimiste‚ 31ans
Posté(e)

ca sent des orgies a pleins nez mais ca, elle ne veut pas le dire!;:D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
riad** Membre 2 301 messages
Forumeur alchimiste‚ 46ans
Posté(e)
il y a 40 minutes, Paul hochon a dit :

C'est affligeant !? 

Il y en a qui ont besoin de se livrer et de s'étaler juste parce que ça leur est bénéfique, partager leur malheur, quotidien monotone ou autres pour se rassurer auprès de personnes bienveillantes :D ou juste de vider ce qu'ils ne peuvent pas chez eux. Il me semble que c'est l'idée d'un forum, non  ?

Tu te livres aussi en étant acerbe et piquante, une fêlure ou blessure que tu transposes d'une d'autre manière ? (en mode psy de comptoir ) finalement, tu es surement gentille et sympa...quand tu n'es pas ici.

Vilaine a les moyens, elle se vide à 150 € la séance plus 400 € d'antipsychotiques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valona Membre 66 messages
Forumeur en herbe‚ 20ans
Posté(e)

Mon séjour au chalet - (Episode 1)

Me voilà enfin seule, douchée, dans le calme et le silence de ma chambre, au premier étage de notre maison. La lune est presque pleine. Dehors, sa lumière argentée éclaire la campagne d'une luminosité magique. Je suis en plein Harry Potter. J'adore. Trop bien. Ça m'inspire pour relater mon séjour dans le chalet.

D'abords, je remercie tous les intervenants qui ont contribué à animer ce sujet. Même si la dérision et le second degré dont font preuve certains, ne sont pas des exemples impérissables d'humour. Je commence d'ailleurs à repérer les lacunes des plus laborieux. Mais l'essentiel étant de participer, je n'émets aucune considération d'ordre sémantique.

Hier, en fin d'après-midi, juste avant la nuit, mes parents nous déposent au début du sentier balisé. Nous sommes tous là. Douze mercenaires équipés de sacs à dos contenant nos effets. Et la nourriture. Trois kilomètres sur la pente douce qui monte à flanc de colline. Nous  bavardons beaucoup . Un autre groupe est déjà sur place. Une autre promo de la Fac.

Arrivés au chalet, immédiatement nous montons faire nos lits. Dortoirs de dix lits. Le mien juste devant la porte fenêtre du balcon. Vue magnifique sous un ciel étonnamment étoilé. Au loin, dans la plaine, les lumières scintillantes des bourgs et de la ville. Mon sac de couchage. Deux couvertures. Le polochon.

Nous faisons connaissance avec d'autres gens venus passer la soirée au restaurant de la ferme auberge. Pas de familles bruyantes, pas d'enfants criards et turbulents. Que du bonheur dans le calme. Pas d'emmerdeurs. Nous avons pris nos quartiers dans le chalet. La cuisine pour nous. Les sanitaires propres et chauffés.

Inventaire de la bouffe que tout le monde dépose sur les tables du réfectoire. De quoi nourrir deux groupes comme le nôtre. Au moins trente personnes. Ma meilleure amie et une collègue de la fac, se mettent à la préparation du gâteau d'anniversaire. Je m'occupe de la salade de fruits avec deux autres filles assez bavardes et moqueuses.

Le prof arrive enfin avec deux jeunes femmes. Un curieux sentiment m'envahit. Moi qui le croyait seul. Le voilà accompagné de deux "canons", la trentaine, profs aussi. Nous nous faisons la bise pour la première fois. J'ai un réflexe de fille. J'ai envie de griffer les deux "stars" de série B. Ce sentiment disparaît toutefois très vite.

Les garçons préparent le repas du soir. Beignets de crevettes et de légumes préalablement rissolés. Haricots verts, petits pois. Gigantesque salade verte que lavent deux filles en éclaboussant toute la cuisine. Fou-rire. Engueulades. Bonne ambiance. Il faudra mettre des vêtements secs pour manger ce soir. Les connes !

Le prof est étonnant d'humour fin. Jamais lourd. Des traits d'esprits raffinés. Je suis irrésistiblement attirée. Il y a toujours une de ses deux "gardes du corps" à proximité. Ils ont tous les trois une sorte de code qui m'échappe. Dans ses chaussures de marche, il est encore plus grand qu'à l'université. Il est encore plus athlétique. Et surtout il est beau comme un dieu.

Pas de doute, je deviens jalouse. Les deux jeunes femmes qui sont avec lui m'énervent. Il y a entre ces trois là une complicité qui m'échappe. Insupportable. Je joue la mutique. Je joue la secrète. Je lui jette des regards furtifs. Dans chacun d'entre eux, je veux faire passer un message. Je ne sais pas moi-même de quel nature est ce message. Mais il est fort. Violent.

Il sort la guitare de son étui noir. Il s'installe sur la chaise devant la cheminée. Les deux "vigiles" à ses côtés. Soudain, tout le monde écoute. Cet homme a le don de polariser toutes les attentions. Je scrute le regard des filles présentes. Salopes ! Elle sont toutes animées de la même émotion que moi. J'en suis certaine. Ça devrait être interdit. Il est monté pour moi.

Les deux "cuistots" surgissent. Il faut des volontaires pour mettre la table. Le prof continue de chanter. Les deux bourgeoises restent ostensiblement assises à côté du prof. Elles prétendent qu'elles feront la vaisselle. J'ai envie de les baffer. Il est 21 h et nous passons à table. Je déteste toutes les filles présentent. Elles veulent toutes êtres assises près du prof.

Les deux pouffes sont bien évidemment assises de chaque côté du chanteur. "Chasse gardée". C'est dégueulasse. Je suis assise en bout de table mais il peut plonger ses yeux bleus dans les miens s'il daigne regarder sur sa droite. Nous passons la soirée à table. Après le repas, ce sont les deux "gardiennes" qui débarrassent. Enfin, elles se remuent la couenne.

Le prof prend sa guitare. Nous chantons le refrain des chansons que nous connaissons avec lui. Le gâteau d'anniversaire arrive enfin. C'est merveilleux, je suis la troisième à pouvoir lui faire la bise. Debout sur la pointe des pieds. J'insiste sur sa joue lisse, sa peau mate. J'ai envie de plonger ma langue dans sa bouche. J'ai un vertige rapide. Enivrée par ma témérité.

La soirée se passe à chanter. Des groupes se forment. Jeux de tarots, joueurs d'échec, les plus stupides avec leur smartphone à la main. Je reste près de mon prof. Je tente d'entrer dans ce curieux petit jeu à trois. Que se passe t-il donc de si mystérieux entre ces trois là ? Je suis rarement curieuse ou encore moins jalouse. Je découvre ces sentiments ce soir. Puissance 10.

Il est minuit passé. J'ai les yeux qui piquent. J'ai la gorge sèche à force de chanter des "Happy Birthday" à la chaîne. Un peu ridicule et infantile. J'aimerai avoir l'âge des deux femmes. Si c'est le prix à payer pour attirer l'attention de mon "champion". Nous montons nous coucher à quatre filles. Après un rapide passage aux sanitaires.

Au dortoir, il y a encore des discussions passionnées, des rires et des plaisanteries du niveau de ce forum. Malgré tout, je m'endors vite. Bien épuisée. Je raconte le dimanche matin et la suite dans le prochain récit. Patience et nuit étoilée...

Bisous

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Crève Membre 539 messages
Forumeur forcené‚ 35ans
Posté(e)

c'est croustillant de découvrir comment la jalousie te ronge de l'intérieur !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valona Membre 66 messages
Forumeur en herbe‚ 20ans
Posté(e)

Mon séjour en Chalet - (Episode 2)

Je suis réveillée par des fous rires. Ce sont les trois filles au fond, près de l'armoire à couvertures, ouverte. Elles sont entrain de faire les pitres. Je dois faire pipi. Je suis en pyjama. J'enfile mes claquettes pour me précipiter aux toilettes. Il faut descendre l'escalier qui n'est pas chauffé.

Il y a déjà deux garçons et une fille debout. L'odeur du café. Je me dépêche de remonter pour m'habiller. Je tombe en pleine bataille de polochon. Je suis prise à partie. Je sais me défendre. Je me lance dans la mêlée. Le dortoir ressemble rapidement à un camps de réfugiés comme on peut les voir à la télé. (Métaphore qui doit faire frissonner d'aise quelques féministes).

Je m'habille. Je descends à toute vitesse. Dans le réfectoire il fait bien chaud. C'est le prof qui a allumé la cheminée. Le bois bien sec crépite. Je me sens un peu stupide. Je ne sais pas s'il a remarqué mes regards appuyés de hier soir. Toujours est-il que les deux cerbères sont déjà à ses côtés. Décidément. Elles ne peuvent pas survivre sans traîner à ses basques.

J'ai envie de les gifler. De plus, elles sont déjà maquillées comme des voitures volées. Leggings moulants et vas-y que je te prenne des poses d'actrices porno. J'y crois pas. Que cet homme si brillant puisse se complaire dans la compagnie de deux telles pouffes ! J'hallucine. Si c'est son genre de filles, je me suis trompée de sujet masculin d'attraction.

Ce qui ne l'empêche pas d'être aussi beau le matin que le soir. En cours, à la fac, il se fond davantage dans le décorum ambiant. Mais là, en pleine nature, c'est un dieu descendu de l'olympe. Je surprends des copines entrain de chuchoter. J'ai un peu honte pour elles et de ce que j'entends. C'est pire que des conversations de brigands. Trivial et tendancieux.

Un des garçons propose une balade. Petite randonnée pour prendre l'air. La suggestion est applaudit. Nous mettons nos grosses chaussures. Nos pulls et nos anoraks. Je mets mon bonnet, mes gants et mon écharpe. Nous marchons d'un bon pas. C'est le prof et les deux meufs qui donnent le rythme. J'essaie de rester près de lui. Ça se bouscule.

Nous faisons le tour du massif. Tout cela a ouvert nos appétits. Je fais partie des bénévoles. J'émince finement de l'ail, de l'oignon et des champignons en quantité industrielle. Les deux "cuistots" de hier soir préparent un gratin de spaghettis et une copieuse Béchamel. Ma meilleure amie râpe d'énormes quantités de gruyère. Le prof joue de la guitare.

Ses deux gardes du corps aident à la préparation. Elles mettent la table. Je recommence mon petit jeu de regards soutenus et insistants. Il a de simples sourires de compassions. Je me sens terriblement gourde. Découragée. Comme si je ne faisais pas le poids à côté des deux "actrices". Elles ont d'ailleurs repéré mon petit jeu. Salopes.

Le repas se déroule dans une superbe ambiance. Le prof me fait même parfois un sourire. J'ai de secrets frissons. Nous chantons. Nous traînons à table jusqu'aux environs de 14 h30. Je me propose pour la plonge. Les garçons essuient. Les filles rangent la vaisselle. Il est 15 h. Mes parents arrivent avec d'autres. Ils viennent récupérer leurs progénitures.

Nous sommes une bonne trentaine de personnes à descendre le sentier. Nous arrivons au parking. Nous bavardons encore un peu. Impossible d'approcher le prof. Il est entouré comme une "star". Des parents, des étudiants et les deux pouffes. Il est 17 h lorsque nous sommes de retour. J'ai envie de raconter ma déception à maman. Elle comprend toujours tout.

Je suis épuisée. Je m'abstrais dans la préparation de mes cours pour lundi matin. Inutile de préciser que le lundi matin, le prof, en cours, n'avait plus rien de son aura magique. Je vais l'ignorer. Ma stratégie sera redoutable. Il ne perd rien pour attendre.

Bisous

Modifié par Valona

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valona Membre 66 messages
Forumeur en herbe‚ 20ans
Posté(e)

Séjour en chalet

Récidive le Week-end du 17 et 18 février. Cette fois c'est l'anniversaire de ma meilleure copine. Alexandra. Nous remontons dans la même ferme auberge. Ses parents ont déjà réservé le chalet. Nous serons 17 étudiants et deux profs. Le "guitariste". Je vais le taquiner celui-là !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Timo-I Membre 22 468 messages
Le nouveau Timo.‚ 29ans
Posté(e)

Votre séjour doit être un peu ennuyeux quand même. Mais bon vous n'avez que 20 ans, c'est sûrement pour ça.

En tout cas moi ce n'est pas du tout mon style de vacances.

Je suis plutôt mer, soleil, hôtel ou camping 4 ou 5 étoiles. Avec parc aquatique, parc d'attractions, dancing...

Et voyager seul ne m'inquiète absolument pas. D'ailleurs je ne suis jamais seul, il y a des milliers de touristes avec moi et qui me suivent partout où je vais. ^^

Le fait de ne pas voyager avec sa famille ou ses amis, ça laisse une plus grande liberté, on est pas obligé de suivre le groupe.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valona Membre 66 messages
Forumeur en herbe‚ 20ans
Posté(e)

Séjour en Chalet

Je connais cet endroit depuis l'âge de 15 ans. Je ne m'y suis jamais ennuyée un seul instant. C'est une ferme auberge de grand standing. Les prix pratiqués permettent une sélection draconienne d'une clientèle de qualité. Le chalet dont je parle est une annexe construite à proximité. Il y a des écuries. Des chevaux à louer pour les randonnées équestres.

Mes parents ont une grande propriété en Sologne. presque aussi grande que notre maison de Maître. Je me considère comme une privilégiée. Nous nous offrons des vacances de rêve. Dont de régulières croisières dans le Pacifique. Aussi, lorsque je me retrouve avec des amis de la même fac, là haut, dans ce chalet, je suis très heureuse d'être dans une certaine simplicité.

Cela me change considérablement des cabines en première classe sur des bateaux de plaisance qui parcourent les îles entre Hawaï et Honolulu. J'apprécie aussi la simplicité. Les gens que j'aime ne font pas du tout partie de ma classe sociale. Ce qui réjouis mes parents qui aiment à me savoir avoir des relations chez les gens "normaux". Je ne suis pas le genre de fille à m'isoler du monde dans lequel je vis. La tour d'ivoire sera pour plus tard.

Néanmoins, cher "Timo-I" je vous remercie pour votre amusante contribution.

Bises

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité