Aller au contenu

Aide devoir philosophie terminal S


Messages recommandés

Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

Bonjour ou bonsoir cela dépend du moment où vous voyez ce post , j’ai aujourd’hui besoins d’une aide précieuse , d’un Messi , d’un poète de la philosophie. 

J’ai pour lundi un devoir à rendre en philosophie. Cependant je n’arrive pas à répondre au sujet correctement car c’est ma première explication de texte. Je demande donc votre aide quelconque soit elle est la bienvenue.

merci d’avance,

je vous met le texte à expliquer juste en bas :

« Et si quelqu'un, enfin, pense qu'on ne sait rien, o il ne sait pas non plus si savoir est possible, puisque lui-même avoue ne rien savoir du tout e négligerai donc de plaider contre lui, qui imprime ses pas en marchant sur la tête Et, lui concéderais-je encor ce savoir-là, je poserais pourtant les questions que voici; s'il n'a rien vu de vrai, jusqu'ici, dans les choses d'où sait-il ce que sont savoir et ignorer? d'où vient sa notion tant du faux que du vrai? et quelle chose enfin lui est venue prouver que douteux et certain ne sont pas identiques? tu découvriras que c'est des sens, d'abord que s'est trouvée créée la notion du vrai,Et qu’on ne peut aux sens porter de démenti. il faut bien trouver digne de plus de foi Car aui peut par soi seul faire gagner le vrai stre le faux. Eh bien, que faut-il donc tenir our plus digne de foi que les sens, ? Est-ce qu'une raison qui naîtrait d'un sens faux oura les contredire ? elle en vient tout entière: po sils sont faux, le devient aussi toute raison. u bien serait-ce que les oreilles pourront réprimander les yeux, et le tact les oreilles? et ce tact sera-t-il à son tour dénoncé par le goût de la bouche, ou est-ce les narines qui le réfuteront, les yeux qui le vaincront? Pour moi, je ne crois pas qu'il puisse en être ainsi chacun a pouvoir qui lui est imparti et a sa force à part, et l'on doit donc à part sentir ce qui est mou et bouillant et glacé, part aussi sentir les diverses couleurs est voir tout ce qui est aux couleurs relié. c'est, de même, à part, que le goût de la bouche une force à lui, et c'est à part aussi ue naissent les odeurs, à part aussi les sons. s'ensuit que les sens ne peuvent nullement eréfuter l'un l'autre. Et s'autocritiquer,  ne le pourront pas non plus, pour la raison 'on leur devra toujours une égale créance. bien que ce qu'ils voient à chaque instant, est vraie... » 

desoler pour les fautes d’orthographe dans le texte , mon logiciel bug beaucoup.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Invité Filcro
Invité Filcro Invités 0 message
Posté(e)

Salut ! Je veux bien t'aider, mais si ça ne te dérange pas, corrige les fautes. C'est une remarque que je ne fais jamais, mais le texte est déjà assez lourd comme ça, les fautes me déconcentrent ou me font hésiter sur le sens du texte que je n'ai pas encore percé. ;-)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

Merci beaucoup d’avoir répondu je vous met le texte corriger de ce pas

 


« Et si quelqu’un, enfin, pense qu’on ne sait rien, 
il ne sait pas non plus si savoir est possible, ;
puisque lui-même avoue ne rien savoir du tout.
Je négligerai donc de plaider contre lui,
qui imprime ses pas en marchant sur la tête.
Et, lui concéderais-je encor ce savoir-là,
je poserais pourtant les questions que voici :
s’il n’a rien vu de vrai, jusqu’ici, dans les choses,
d’où sait-il ce que sont savoir et ignorer ?
d’où vient sa notion tant du faux que du vrai ?
et quelle chose enfin lui est venue prouver
que douteux et certain ne sont pas identiques ? 
Et tu découvriras que c’est des sens, d’abord,
que s’est trouvée créée la notion du vrai,et qu'on ne peut aux sens porter de démenti. Car il faut bien trouver digne de plus de foi ce qui peut par soi seul faire gagner le vrai contre le faux. Eh bien, que faut-il donc tenir pour plus digne de foi que les sens, en ce cas? Est-ce qu'une raison qui naîtrait d'un sens faux pourra les contredire ? elle en vient tout entière: s'ils sont faux, le devient aussi toute raison. Ou bien serait-ce que les oreilles pourront réprimander les yeux, et le tact les oreilles? et ce tact sera-t-il à son tour dénoncé par le goût de la bouche, ou est-ce les narines qui le réfuteront, les yeux qui le vaincront ? Pour moi, je ne crois pas qu'il puisse en être ainsi: chacun a un pouvoir qui lui est imparti et a sa force à part, et l'on doit donc à part sentir ce qui est mou et bouillant et glacé, a part aussi sentir les diverses couleurs et voir tout ce qui est aux couleurs relié. Et c'est, de même, à part, que le goût de la bouche a une force à lui, et c'est à part aussi que naissent les odeurs, à part aussi les sons. Il s'ensuit que les sens ne peuvent nullement se réfuter l'un l'autre. Et s'autocritiquer, ls ne le pourront pas non plus, pour la raison qu'on leur devra toujours une égale créance. Si bien que ce qu'ils voient à chaque instant, est vrai. »

 

merci encore 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
querida13 Membre 26546 messages
forumeuse acharnée‚
Posté(e)

L'auteur Se base sur ses sens pour connaître le monde mais les sens aussi peuvent être abusés, par des arômes, des illusions d 'optique, des trompe l'œil, des hologrammes, des images virtuelles, des trucages  et même d'un animal à l'autre la perception des choses est différente suivant la conformation de ses organes, de plus, certains individus peuvent être privés de leurs sens .Crois-tu  qu'un aveugle ou un sourd perçoit le monde de la même façon que toi? De plus, avec l'âge les sens tendent à se détériorer et à s'émousser.Comme toute  vérité sur le monde n'est pas absolue mais relative , dépendante de nos filtres   que connaissons- nous du monde? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 12690 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 50ans
Posté(e)

L'auteur est un partisan de l'empirisme (bacon, hobbes...)

Tourne toi vers les théories de la connaissance, l'épistémologie, et toutes les théories qui viennent réfuter cette conception 

Pour le fun, elles sont de mémoire synthétisées ici par klein

La critique est donc un boulevard 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Talon 1 Membre 7868 messages
Talon 1‚ 73ans
Posté(e)

Le grand principe est que nous percevons ce que nous avons appris à percevoir. Nous apprenons la saveur et les sons dans la ventre de notre mère. Imaginez que vous enfermez un bébé dans une cage sans ligne verticale. Devenu adulte, il ne les verra pas plus dans la vie courante. Non, la perception n'est pas "un pouvoir imparti", il est un pouvoir appris, culturel. Nous possédons les organes de perception, le cerveau les utilise et forme des représentations. Si un arbre tombe dans la forêt, et s'il n'y a personne pour l'entendre, le bruit de la chute existe t'il ? Pas du tout.

Descartes définit le vrai : "ce que l'on perçoit clairement et distinctement", c'est à dire sans mélanger d'autres notions ou sensations.

Notre esprit est un ordinateur qui sert la logique, ce qui est commun à tous les humains. L'erreur ne peut pas venir de lui mais de la mauvaise perception ou compréhension (d'un texte).

"Formation des idées universelles: terme, notion telle que Homme, Cheval, Chien, etc... On ne peut imaginer tous les Hommes, mais seulement ce qui est commun à tous.

1- à partir des choses singulières qui nous sont représentées par les sens d'une façon incomplète, confuse, et sans ordre pour l'entendement. «Connaissance par expérience vague. »

2- à partir des signes: entendant ou lisant certains mots, nous nous souvenons de choses et en formons certaines idées semblables à celles par lesquelles nous imaginons les choses.

[1 et 2= connaissance du premier genre, opinion, imagination.]

3- de ce que nous avons des notions communes et des idées adéquates des propriétés des choses.

[raison et connaissance du second genre]

4- par la déduction, et la science intuitive.

[connaissance du troisième genre]

# L'esprit est l'idée du corps. L'idée de l'esprit est donc l'idée de l'idée.

Dès qu'on sait quelque chose, on sait par là-même qu'on le sait, et en même temps on sait qu'on sait qu'on sait, et ainsi à l'infini." l'Ethique - Spinoza

"Il est advenu aux gens véritablement savants, ce qui advient aux épis de blé: ils vont s'élevant et se haussant la tête droite et fière, tant qu'ils sont vides, mais quand ils sont pleins et grossis de grain en leur maturité, ils commencent à s'humilier et baisser les cornes.

Le plus sage homme qui fut onques (jamais), quand on lui demanda ce qu'il savait, répondit qu'il savait cela, qu'il ne savait rien.

La vraie ignorance est celle qui s'ignore elle-même." Les Essais - Montaigne

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Filcro
Invité Filcro Invités 0 message
Posté(e)
Le 16/01/2019 à 18:17, Aristotedumenil a dit :

Merci beaucoup d’avoir répondu je vous met le texte corriger de ce pas :

Merci à toi, j'ai compris maintenant. Bon, j'imagine que c'est un peu tard pour ton devoir, mais si a t'intéresse, je peux écrire une clarification et une contre argumentation qui tiendrait la route (mais ce sera un peu long, alors préviens-moi).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

Merci à tous ceux qui on répondu sa me fait vraiment plaisir , Filcro non ce n’est vraiment pas tard et si tu pouvait le faire sa serait vraiment génial !! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Filcro
Invité Filcro Invités 0 message
Posté(e)

D'accord, alors je vais essayer d'être le plus clair possible. Je vais commencer par l'explication du texte, et finir par une contre-argumentation.

 

La thèse de l'auteur : la notion du vrai est créée [en partant] des sens.

Il ne justifie pas vraiment comment il en arrive là, mais il affirme que nous ne pouvons remettre en doute nos sens. Car il faut un moyen très fiable pour discerner le vrai du faux.

Or, selon lui, deux choses pourraient remettre en cause la fiabilité des sens :

  • La raison
  • Les sens eux-même, et particulièrement une éventuelle hiérarchie entre eux

Il explique que la raison ne peut contredire sa thèse, car la raison provient entièrement des sens. Réfuter sa thèse par la raison implique de réfuter la fiabilité du moyen de réfutation.

Il explique ensuite que les sens ne peuvent être réfutés par les sens, car ils doivent être considérés comme ayant une importance égale en matière de détection du vrai.

 

 

La contre-argumentation :

Le premier point est un peu n'importe quoi, parce qu'il ne définit ni ce qu'il entend par vrai, ni comment il justifie que les sens sont LE meilleur moyen de discerner le vrai du faux.

La raison pourrait très bien être utilisée pour contre argumenter sa thèse, si l'on considère qu'elle ne vient pas entièrement des sens. Cette affirmation est un peu douteuse, à vrai dire. Je n'ai pas de références sous la main, mais, a priori, je dirais que son affirmation à propos de l'origine de la raison est fausse.
Quand bien même son affirmation est vraie, on peut toujours l'utiliser contre lui : c'est par la raison qu'il affirme que la raison ne peut démentir les sens. Et là, on n'est pas parti pour boucler à l'infini.
Dès que tu repères un argument circulaire du genre, méfie t'en. Je crois que les deux contre-arguments ici sont valides, mais le premier est clairement plus prometteur et intéressant pour la qualité de la discussion que le second. Après, si c'est juste l'argumentation, balance le second, et puis achève avec le premier ^^. Et nous le voyons bien dans le début du texte de l'auteur : il critique de la même manière l'affirmation qui dit "Nous ne savons rien", parce qu'alors nous ne savons pas si cette dernière affirmation est vraie, et ainsi de suite.

Un gros problème de son argumentation vient du fait qu'elle reste assez locale. "Tu apprendras que..." ; "Pour moi, je ne crois pas qu'il puisse être ainsi...". Même si ça semble en cohérence avec ce qu'il explique ici, ça plane un peu les affirmations irréfutables.
Du reste, nous savons que nos sens peuvent être trompés, comme écrit plus haut.
Qui plus est, si l'on maintient que c'est par les sens que le vrai peut être trouvé, nous pouvons tout à fait défendre la thèse que, parfois, certains sens sont plus importants que d'autres pour accéder au vrai. Exemple : si tu veux savoir si l'affirmation "Ce pot contenant du mercure tombera plus vite que ce pot contenant de l'huile." est vraie, il est indéniable que la vue est la manipulation physique des pots sont des sens qui t'apportent une information bien plus importante que ton odorat ou la perception des pots en train de tomber.

 

 

Et petit aparté, j'insère ici une vidéo discutant de la définition de la vérité (qui parle principalement de l’interprétation vérité-correspondance) : https://www.youtube.com/watch?v=aUdshz5gD2s

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité