Aller au contenu
  • Sujet verrouillé

Ces dominants plein de pouvoir et de besoins sexuels...


Messages recommandés

pep-psy Membre 23 473 messages
Je n'en ai aucun‚ 45ans
Posté(e)

Hello tout le monde,

J'avoue ne pas trop savoir où poster ce sujet, parce que je voudrais traiter du pourquoi et non de untel ou untel... Donc sexualité me semble le plus adapté par rapport à société ou people !

Lors de la nouvelle histoire parlant de l'agent et animateur artistique québécois, m'est venu une envie de comprendre... Mais c'est le récit d'une des femmes se sentant agressée, mais n'ayant subi aucune réelle agression si ce n'est s'être sentie humiliée par une mauvaise attitude de 3 hommes, dont ce type si connu en France.

Bref, ce que j'ai constaté et qui est pour moi la base de tous ces problèmes, c'est la valeur que donnent ces femmes à leur ou leurs agresseurs.

Quand c'est un simple type dans un bar, il est remis en place quasi instantanément, mais lorsque c'est quelqu'un de connu, on dirait qu'il y a blocage, gêne, etc...

Donc les mecs essaient une approche, la nana ne le repousse pas, le mec continue, parce que lui, il a un objectif clair et ne le cache pas. D'ailleurs les femmes disent souvent, clairement, que ce qui les énervent chez les hommes, c'est ce manque d'honnêteté trop lâche pour exprimer clairement les choses... Ben là c'est le contraire !

Alors c'est bien facile d'aller se plaindre dans les médias et finalement, poussée par un groupe ou des avocats à la recherche d'affaires, porter plainte !

Cela crée des scandales, mais elles en sont clairement responsables !  Désolé, mais prenez le temps de revoir la situation.

Ces personnes de pouvoir ont une vie bien différente de la notre, ils vont à 300 à l'heure, ont tout le temps des trucs sur le feu, des projets, des problèmes, des choses à gérer, des gens qui comptent sur eux, etc...

Donc, parfois, ils rencontrent des personnes, ressentent une attirance et n'ont pas de temps à perdre, c'est vraiment là, le départ du problème, le manque de temps. A la manière dont ils gèrent leurs affaires, ils expriment leurs désirs et attendent une réponse, pas de réponse, ils se disent que ça doit être le côté "people" qui fait cela et que les personnes seraient sans doute plus détendues si, eux, n'étaient pas si connus !

Bref, ça avance, ça se précise, la personne se laisse faire et l'affaire est faite !

Maintenant qu'ils se remettent en question ou se disent que ce qu'ils ont fait est mal, pas sûr, vu que leur monde ne va pas à la même vitesse que le nôtre et qu'à peine l'affaire terminée, ils retournent aux leurs !

Ce qui est pathétique c'est la tournure que prennent les articles de journaux, sans doute écrit par des femmes, qui elles ont le recul et qui ne voient les choses que comme des agressions, alors que dans la réalité, on aurait juste voulu que ces "victimes" s'expriment au moment où elles ont reçu "clairement" la demande de quelque chose d'équivoque !

Faut arrêter de jouer les victimes et de les faire passer comme telles, elles n'en sont pas, surtout si elles n'ont été contraintes que par l'importance que représentaient ces personnes à leurs yeux !

Je vais voir si je retrouve ce qu'à écrit la conductrice de triporteur...

 

Citation

Une première femme a déjà choisi de s’ex­pri­mer publique­ment. Sur le réseau social Twit­ter, Marlène Bolduc a publié un long texte dans lequel elle raconte comment elle s’est retrou­vée face à Gilbert Rozon. C’était à l’été 2016, elle était alors employée de Vélo­pousse, une entre­prise qui propose des tours de vélos à des personnes, 3 maxi­mum, instal­lées dans de petites calèches. « Un soir, je dois embarquer Gilbert Rozon ainsi que deux de ses employés sur mon vélo pour un voyage d’en­vi­ron 10 minutes », raconte-t-elle. Si l’un des hommes instal­lés se plaint – « il aurait préféré enga­ger des voitures au lieu de nos services » – Gilbert Rozon se dit quant à lui « bien content de son choix puisqu’il a vu sur [le] “beau dos cambré” » de Marlène Bolduc. « Ça doit être ferme ces cuisses-là ? », lui a-t-il lancé, faisant ainsi rire les deux indi­vi­dus instal­lés à ses côtés. « C’est à ce moment qu’il détache son foulard et se met à me fouet­ter “le beau dos cambré” comme si j’étais un animal de calèche, a-t-elle détaillé. Je fige. Je fais un petit rire niai­seux. Je me sens tota­le­ment humi­liée. Je cherche à dissi­mu­ler mes larmes. »

Si Marlène Bolduc a choisi de s’ex­pri­mer, c’est « dans le but de sensi­bi­li­ser les harce­leurs ». S’adres­sant direc­te­ment au juré de La France a un incroyable talent, elle a pour­suivi : « Mon corps m’ap­par­tient, tu ne peux pas te l’ap­pro­prier, me sexua­li­ser et m’hu­mi­lier comme bon te semble. Tu m’as réduite à un objet. Tu m’as terri­fiée au point où j’étais figée. On pourra m’ac­cu­ser d’être trop sensible, me dire que ce sont des blagues, des compli­ments même, mais cela bana­li­se­rait l’ef­fet de cet épisode que cela a eu sur moi. » Lorsqu’elle a raconté cet événe­ment à sa hiérar­chie, son employeur a bien reconnu que « ce qu’[elle] avait subi était mal, mais il n’y a pas eu de suite », a-t-elle précisé, expliquant que cela aurait sans doute nui à la viabi­lité finan­cière de l’en­tre­prise.

Dans un entre­tien accordé à Metro Canada, Marlène Bolduc a expliqué que c’était « le hash­tag “moi aussi” qui [l’]a moti­vée » à témoi­gner : « J’ai décidé, après avoir su qu’il y avait plein de femmes pour qui les choses avaient été plus hard­core, pour qui ça avait été des agres­sions sexuelles, que peut-être [mon témoi­gnage} pour­rait aider à ce que ça sorte. » Face à ces accu­sa­tions, Gilbert Rozon a décidé de démis­sion­ner de toutes ses fonc­tions au Canada. Concer­nant sa parti­ci­pa­tion à l’émis­sion La France a un incroyable talent, dont la diffu­sion a été annon­cée pour jeudi prochain, 26 octobre, à 21 heures, la chaîne « attend d’avoir Gilbert Rozon au télé­phone pour échan­ger sur ce point et prendre une déci­sion », nous a expliqué M6.

http://www.voici.fr/news-people/actu-people/gilbert-rozon-accuse-de-harcelement-sexuel-une-victime-presumee-temoigne-640504

Je verrais bien cette scène avec 3 nanas derrière et un mec qui pédale et que ça se passe exactement pareil, dans une scène de cinéma, je suis certain que toutes les femmes en rigoleraient !

Bref, oui, ça l'a dérangé et personne ne peut lui reprocher d'avoir eu ce sentiment, mais il fallait PARLER tout de suite !!! Le ou les remettre en place !

Moi aussi, j'ai vu quelques mecs se comporter comme des merdes avec des gonzesses qui ne disaient rien, qui se faisaient provoquer, puis toucher, etc...

Dans ces cas là, la gonzesse doit se lever et hurler et remettre en place ces abrutis, mais voilà, certains pensent que c'est ainsi et tant qu'une femme ne réagit pas, ils continueront à le penser !

 

Si on voulait approfondir, je serais curieux de savoir d'où vient ce comportement chez les hommes vis à vis des femmes ?

Éducation ? École ? Parents ? Télévision ? Instinct primaire ?

 

Modifié par pep-psy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

Edit: non en fait ça sert à rien... 

Modifié par Gaïa

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gouderien Membre 13 012 messages
Obsédé textuel‚ 66ans
Posté(e)
il y a 24 minutes, pep-psy a dit :

Si on voulait approfondir, je serais curieux de savoir d'où vient ce comportement chez les hommes vis à vis des femmes ?

Éducation ? École ? Parents ? Télévision ? Instinct primaire ?

 

T'as des questions idiotes, des fois. Les hommes se comportent comme des hommes... parce qu'ils sont des hommes. Faut-il tous les castrer?

Comme beaucoup de choses, les relations hommes-femmes sont, en grande partie, une question de rapport de force. Les mouvements féministes profitent de l'affaire Harvey Weinstein pour pousser leurs pions. C'est de bonne guerre.

Modifié par Gouderien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Spontzy Membre 1 756 messages
délicatesse incarnée‚ 41ans
Posté(e)

Bonjour.

Je résume mon sentiment après la lecture du post : "la classe à Dallas".

Citation

Faut arrêter de jouer les victimes et de les faire passer comme telles, elles n'en sont pas, surtout si elles n'ont été contraintes que par l'importance que représentaient ces personnes à leurs yeux !

Où comment faire passer un facteur aggravant pour une décharge.

A+

  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Talon 1 Membre 5 880 messages
Talon 1‚ 73ans
Posté(e)

"Les puissants ont les mêmes vices que les petits, mais ils disposent de plus grands moyens pour les assouvir." Montaigne

L'instinct n'a rien à voir ici. L'éducation est primordiale. Un enfant qui n'a pas ou peu connu la frustration se comportera sans retenue quand il sera adulte. L'exemplarité au sein de la famille vis à vis de la considération due aux femmes est important.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
titenath Animatrice 30 302 messages
Dindasse prête à servir !!! V.I.Pintade‚ 40ans
Posté(e)
il y a une heure, pep-psy a dit :

Faut arrêter de jouer les victimes et de les faire passer comme telles, elles n'en sont pas, surtout si elles n'ont été contraintes que par l'importance que représentaient ces personnes à leurs yeux !

 

#balancetonporc

Je suis sûre que tu pourrais y avoir la place de "membre d'honneur" tellement tu ne t'arrêtes jamais.

  • Like 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nephalion Modérateur 29 477 messages
A ghost in the shell‚ 43ans
Posté(e)

Thématique d'actualité, donc, aussi étonnant soit-il, il y a des topics qui en parle.

Pour les retrouver, fastoche, la fonction recherche se trouve en haut à droite. :)

Merci de votre compréhension. :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité