Aller au contenu

Antoine Leiris


Messages recommandés

Invité Yokkie
Invité Yokkie Invités 0 message
Posté(e)

:coeur: Le 13 novembre 2015, lors des attentats de Paris, Antoine Leiris, a perdu son épouse au Bataclan.

Elle avait 35 ans, comme lui, et ensemble ils ont eu un enfant âgé de 17 mois au moment des attentats.

Son message posté sur Facebook, "Vous n'aurez pas ma haine", a été partagé des dizaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux.

Son histoire est devenue un livre, puis un film, qui sera diffusé sur France 5 ce dimanche 13 novembre.

Il a rencontré les autres victimes des attentats de Paris.

870x489_leiris.jpg.pagespeed.ce.2KE4CZ9r0Y.jpg

Dans le film, Antoine Leiris commence par dire qu'il veut rencontrer d'autres victimes des attentats,

"pour savoir qui ils sont, comment ils vont, s'ils ont recommencé à rire, à aimer. S'ils se sont laissés aller à la haine", aussi.

"J'ai voulu faire ce documentaire pour m'ouvrir à nouveau au monde", confie le journaliste.

Il prend conscience que ce qu'il a vécu dans sa chair est partagé par les autres : "Ce que j'ai compris, c'est que mon histoire, que j'ai vécu très intimement au début, est en fait une histoire collective" précise-il.

"Au moment où on se rencontrait, avec les autres victimes, quelque chose se passait. Une complicité, une fraternité immédiates."

Le journaliste raconte aussi comment il a ressenti ses rencontres avec les autres victimes, pour les besoins du film :

"On a une immense boule au ventre avant de les rencontrer. Moi, j'hésitais, jusqu'au dernier moment j'avais envie d'annuler. Puis au moment où on se rencontrait, quelque chose se passait immédiatement. Une complicité, une fraternité immédiates entre nous. On se reconnaissait au premier coup d’œil."

Antoine Leiris confie aussi son admiration pour les victimes qui étaient sur place au moment des attaques : "J'ai été impressionné par l'intelligence, alors qu'on est dans une situation de stress terrible, la clairvoyance avec laquelle la plupart de ces gens ont réagi."

Le chroniqueur a aussi pris conscience de la pulsion de vie qui l'anime : "On se rend compte, quand même, à la fin, qu'on a le désir de vivre malgré ça, et au-delà de ça."

Au travers du documentaire, il parle aussi des espoirs pour son fils : "Je suis allé voir Laura, qui travaille à l'ONU, qui a perdu son mari dans les attentats de Bagdad il y a plus de 10 ans. Son fils est un petit garçon heureux, un petit garçon joyeux, et effectivement, quand je le regardais dans les yeux, je ne pouvais pas m'empêcher de me dire, j'espère que Melvil, mon fils, sera aussi heureux que ce petit garçon-là dans une dizaine d'années. Je suis allée chercher chez les gens la force de me dire, tu vas voir, il y a encore plein de sourires, y a encore plein de belles choses pour toi après".

Mon lien

J'ai juste envie de dire... R-E-S-P-E-C-T

Modifié par Yokkie

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×