Aller au contenu

Le BREXIT a gagné

Messages recommandés

Maurice Clampin Membre 3 836 messages
Forumeur alchimiste‚ 72ans
Posté(e)
Le ‎09‎/‎01‎/‎2018 à 17:28, l'ours 5785 a dit :

La Grande Bretagne, dans l'Europe était le cheval de troie des Etats-Unis dans l'UE. Une fois sortie ,ils leur faudra trouver quelqu'un d'autre dans l'Europe.

L'Angleterre ne deviendra qu'un paradis fiscal comme les Bahamas et autres.

:pap:    Ça sera la Pologne .

Les anglais finiront par s' en sortir comme il l' ont toujours fait mais au détriment de leur voisins ...

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
PASCOU Membre 24 779 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 8 minutes, Maurice Clampin a dit :

:pap:    Ça sera la Pologne .

Les anglais finiront par s' en sortir comme il l' ont toujours fait mais au détriment de leur voisins ...

Oui il seront gagnants.

On ne peut rien contre les marchés. 

Et si l'UE était  gagnante elle ne ferait pas tant trainer.

Et ceux qui croient encore à un retour rêvent. 

Modifié par PASCOU
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PASCOU Membre 24 779 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

http://www.lemonde.fr/referendum-sur-le-brexit/article/2017/12/31/pour-theresa-may-en-2018-les-progres-sur-le-brexit-redonneront-de-la-fierte-aux-britanniques_5236218_4872498.html

Un message optimiste pour la nouvelle année. La première ministre britannique Theresa May a déclaré dans son allocution du Nouvel An révélée dimanche 31 décembre que 2018 serait une année de « confiance et de fierté renouvelées » pour le Royaume-Uni alors qu’elle fait face aux défis de la négociation sur le Brexit.

Les pourparlers du divorce entre Bruxelles et Londres sont prêts à passer à une nouvelle étape l’an prochain, le Royaume-Uni se préparant à quitter l’Union européenne (UE) en mars 2019.

 

Theresa May a jugé dans cette vidéo que 2017 avait été une année de progrès pour le Royaume-Uni, qui est parvenu à un accord sur le coût de sa séparation avec l’UE, sur l’Irlande du Nord et sur les droits des citoyens de l’Union lors de la conclusion de la première phase des négociations sur le Brexit.

« Je crois que 2018 peut être une année de confiance et de fierté renouvelées pour notre pays, a estimé la cheffe du gouvernement. Une année au cours de laquelle nous continuerons à faire de bons progrès vers un accord du Brexit couronné de succès, vers une économie prête pour l’avenir et une société plus forte et plus juste pour tous. »

« Crucial »

« Faire du Brexit une réussite est crucial mais ce ne sera pas la limite de nos ambitions », a-t-elle ajouté.

La dirigeante conservatrice a également indiqué qu’elle souhaitait « une approche équilibrée » de la dépense publique en réduisant la dette britannique tout en investissant dans l’éducation, les hôpitaux et la santé publique.

Mme May a aussi dit souhaiter faire disparaître le harcèlement au travail et « éliminer tous les préjugés et la discrimination de notre société ».

Sur le plan international, elle a assuré que le Royaume-Uni serait actif dans la lutte contre l’extrémisme, le changement climatique et les déchets plastiques dans l’océan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 45 497 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 46ans
Posté(e)

https://www.ouest-france.fr/economie/brexit-jusqu-500-000-emplois-britanniques-menaces-en-l-absence-d-accord-avec-l-ue-5493979/amp

 

Un demi-million d’emplois britanniques serait menacé en cas d’absence d’accord avec Bruxelles pour la sortie du Royaume-Uni. Le maire de la capitale britannique dénonce cette perspective en s’appuyant sur une étude parue jeudi. Il en profite pour attaquer le gouvernement de Theresa May.

 

Un « manque total de préparation »

Sadiq Khan a accusé le gouvernement britannique d’un « manque total de préparation » sur les conséquences du Brexit, l’appelant à changer sa position de négociation et à accepter un maintien du pays dans le marché unique et l’union douanière.

En décembre, le ministre du Brexit, David Davis, avait reconnu devant des députés que ses services ne disposaient pas d’étude d’impact secteur par secteur de la sortie de l’UE.

Une porte-parole de son ministère a indiqué que Londres et Bruxelles pensaient pouvoir « conclure un accord ambitieux garantissant la prospérité pour le Royaume-Uni et l’UE à 27 ».

« Le Royaume-Uni veut un partenariat approfondi et spécial avec l’Union européenne », a-t-elle ajouté.

Modifié par DroitDeRéponse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
jacky29 Membre 6 071 messages
Forumeur alchimiste‚ 64ans
Posté(e)
Il y a 9 heures, DroitDeRéponse a dit :

https://www.ouest-france.fr/economie/brexit-jusqu-500-000-emplois-britanniques-menaces-en-l-absence-d-accord-avec-l-ue-5493979/amp

 

Un demi-million d’emplois britanniques serait menacé en cas d’absence d’accord avec Bruxelles pour la sortie du Royaume-Uni. Le maire de la capitale britannique dénonce cette perspective en s’appuyant sur une étude parue jeudi. Il en profite pour attaquer le gouvernement de Theresa May.

 

Un « manque total de préparation »

Sadiq Khan a accusé le gouvernement britannique d’un « manque total de préparation » sur les conséquences du Brexit, l’appelant à changer sa position de négociation et à accepter un maintien du pays dans le marché unique et l’union douanière.

En décembre, le ministre du Brexit, David Davis, avait reconnu devant des députés que ses services ne disposaient pas d’étude d’impact secteur par secteur de la sortie de l’UE.

Une porte-parole de son ministère a indiqué que Londres et Bruxelles pensaient pouvoir « conclure un accord ambitieux garantissant la prospérité pour le Royaume-Uni et l’UE à 27 ».

« Le Royaume-Uni veut un partenariat approfondi et spécial avec l’Union européenne », a-t-elle ajouté.

bonjour DDR, un partenariat!!! la GB m'amuse, pour être partenaire, il faut être égaux en droits et en devoirs afin que ce partenariat précis tienne dans le temps... il va falloir que la GB rembourse toutes les sommes indument perçues. or, en ce moment, en GB, personne ne sait exactement ce qui se passe dans ce qui est nommé "la vraie vie". ce n'était qu'un referendum, n'ayant pas force d'application... May a préféré contenter "le vulgaire", qu'elle se "démerde" maintenant avec ses camarades qui ont foutu le camp après avoir mener campagne contre l'Union Européenne. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 45 497 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 46ans
Posté(e)
il y a 26 minutes, jacky29 a dit :

bonjour DDR, un partenariat!!! la GB m'amuse, pour être partenaire, il faut être égaux en droits et en devoirs afin que ce partenariat précis tienne dans le temps... il va falloir que la GB rembourse toutes les sommes indument perçues. or, en ce moment, en GB, personne ne sait exactement ce qui se passe dans ce qui est nommé "la vraie vie". ce n'était qu'un referendum, n'ayant pas force d'application... May a préféré contenter "le vulgaire", qu'elle se "démerde" maintenant avec ses camarades qui ont foutu le camp après avoir mener campagne contre l'Union Européenne. 

N’insultons pas l’avenir . Accueillons avec générosité les réfugiés économiques britanniques et négocions un accord spécial et approfondi avec l’’UK qui nous soit le plus favorable possible . Si nous n’obtenons pas les meilleurs conditions pour nos citoyens européens il faudra alors envisager le hard Euroxit en souhaitant goobye and farewell.

  • Like 1
  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 45 497 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 46ans
Posté(e)

HSBC est la première grande banque à choisir la France pour transférer ses activités touchées par la perte du passeport financier, à l'issue des négociations sur le Brexit.

Au lendemain du discours de Theresa May en faveur d'une sortie du marché unique, le patron de HSBC a confirmé le transfert de 1.000 emplois à Paris.


En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/18/01/2017/lesechos.fr/0211703974155_-hard-brexit----tout-ce-qui-va-changer-pour-la-finance-europeenne.htm#mFE1r6C7YpK0Ahj6.99

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
l'ours 5785 Membre 1 237 messages
Forumeur alchimiste‚ 67ans
Posté(e)
il y a 10 minutes, DroitDeRéponse a dit :

HSBC est la première grande banque à choisir la France pour transférer ses activités touchées par la perte du passeport financier, à l'issue des négociations sur le Brexit.

Au lendemain du discours de Theresa May en faveur d'une sortie du marché unique, le patron de HSBC a confirmé le transfert de 1.000 emplois à Paris.


En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/18/01/2017/lesechos.fr/0211703974155_-hard-brexit----tout-ce-qui-va-changer-pour-la-finance-europeenne.htm#mFE1r6C7YpK0Ahj6.99

 

 

Normal, les chinois veulent garder leur cheval de Troie en Europe (voir l'émission sur Arté récemment).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 45 497 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 46ans
Posté(e)
il y a 25 minutes, l'ours 5785 a dit :

Normal, les chinois veulent garder leur cheval de Troie en Europe (voir l'émission sur Arté récemment).

Tête de Pont pas cheval de Troie. Et puis après tout c'est la Hongkong and Shanghaï Bank Asset :)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
l'ours 5785 Membre 1 237 messages
Forumeur alchimiste‚ 67ans
Posté(e)
il y a 3 minutes, DroitDeRéponse a dit :

Tête de Pont pas cheval de Troie. Et puis après tout c'est la Hongkong and Shanghaï Bank Asset :)

 

Cheval de Troie, parceque la plupart des gens, a part ceux qui s'interesse au sujet comme nous, ignorent l'implication des chinois dans HSBC, ils croient encore tous que c'est une banque britannique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PASCOU Membre 24 779 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

http://www.20minutes.fr/monde/2204191-20180118-brexit-deputes-britanniques-adoptent-loi-retrait-union-europeenne

Le ministre britannique chargé du Brexit, David Davis, le 16 janvier 2018. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Les députés britanniques ont adopté mercredi soir un projet de loi gouvernemental crucial dans la mise en oeuvre du Brexit, au terme d’un parcours turbulent ayant plusieurs fois mis à mal l’exécutif et avant une nouvelle bataille devant l’europhile chambre des Lords. Le projet de loi sur le retrait de l’Union européenne a été adopté par 324 voix contre 295.

Il doit permettre au Royaume-Uni de continuer à fonctionner normalement lorsqu’il aura coupé le cordon avec le bloc européen le 29 mars 2019. Concrètement, il doit mettre fin à la suprématie du droit européen sur le droit national britannique et intégrer dans le droit britannique les lois communautaires.

« Cette loi est essentielle pour préparer le pays à l’étape historique du retrait de l’Union européenne », a déclaré peu avant le vote le ministre chargé du Brexit, David Davis. « Elle garantit qu’au premier jour (après le Brexit), nous aurons une législation qui fonctionne, permettant le retrait en douceur et ordonné voulu par le peuple et les entreprises au Royaume-Uni », a-t-il ajouté.

Loin d’être fini

L’adoption du projet de loi marque certes une victoire pour le gouvernement, souvent chahuté durant les débats. Mais son examen se poursuivra à partir du 30 janvier devant la chambre des Lords, majoritairement pro-UE, où il pourrait connaître un nouveau lot d’obstacles et de surprises.

A l’image des âpres débats qui ont animé depuis septembre la chambre des Communes, illustrant les divisions persistantes, y compris au sein de la majorité conservatrice, sur les orientations à donner au Brexit.

Il y aura « de grandes batailles » dans les prochains mois sur des questions constitutionnelles, a prévenu une source travailliste à la chambre des Lords interrogée par l’AFP. En décembre, la Première ministre conservatrice Theresa May avait subi une défaite cuisante lorsque onze de ses députés avaient voté avec l’opposition travailliste pour que le Parlement approuve les termes du divorce d’avec l’UE.

Afin d’éviter un nouvel affront, la dirigeante avait dû ensuite accepter un amendement de trois députés tories autorisant un éventuel report de la date du Brexit, au cas où les discussions avec les 27 membres de l’UE devaient se poursuivre au-delà de mars 2019

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PASCOU Membre 24 779 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 10 heures, l'ours 5785 a dit :

Cheval de Troie, parceque la plupart des gens, a part ceux qui s'interesse au sujet comme nous, ignorent l'implication des chinois dans HSBC, ils croient encore tous que c'est une banque britannique.

Oui, si la mafia revient on est sauvé....

https://blogs.mediapart.fr/cadtm/blog/190614/hsbc-une-banque-au-lourd-passe-et-au-present-sulfureux

 

Le sigle HSBC signifie “Hong Kong and Shanghai Banking Corporation”. Rappelons que le groupe mondial HSBC emploie 260 000 personnes en 2014, est présent dans 75 pays et déclare 54 millions de clients |1|. Dès ses origines, la banque est mêlée au commerce international de drogues dures. En effet, elle a été fondée dans le sillage de la victoire britannique contre la Chine dans les deux guerres de l’opium (1839-1842 et 1856-1860). Ces deux guerres ont joué un rôle décisif dans le renforcement de l’empire britannique et dans la marginalisation de la Chine qui a duré environ un siècle et demi. Au cours de ces deux guerres, le Royaume-Uni a réussi à imposer à la Chine d’accepter les exportations britanniques d’opium en provenance de l’Inde (qui faisait partie de l’empire britannique). La Chine a bien tenté de s’opposer au commerce de l’opium mais les armes britanniques, avec le soutien de Washington, ont eu le dessus. Londres a créé une colonie à Hong Kong et, en 1865, est fondée la Hong Kong and Shanghai Banking Corporation par un commerçant écossais spécialisé dans l’importation d’opium (à l’époque, 70 % du fret maritime qui passait par Hong Kong concerne l’opium venu des Indes).

Depuis ce moment, l’histoire de la banque a suivi étroitement la politique extérieure du Royaume-Uni et les intérêts du grand patronat britannique en Asie. Après 1949 et la victoire de la Chine de Mao, la banque se replie sur Hong Kong, resté territoire britannique. Ensuite, entre 1980 et 1997, elle développe ses activités aux États-Unis et en Europe. Elle ne déplace son siège social de Hong Kong à Londres qu’en 1993, avant la rétrocession du territoire à la République populaire de Chine annoncée pour 1997. HSBC reste incontournable à Hong Kong dont elle émet 70 % des billets de banques (le dollar de Hong Kong). Hong Kong constitue un élément clé dans la chaîne du blanchiment d’argent accumulé par la nouvelle classe dirigeante chinoise.

HSBC impliquée dans d’autres crimes financiers

En plus du blanchiment d’argent de la drogue et du terrorisme |2|, HSBC est impliquée dans d’autres affaires : la manipulation du marché des taux de change (l’affaire a éclaté en 2013 et porte sur un marché quotidien de 5 300 milliards de dollars) |3|, la manipulation des taux d’intérêt interbancaire (dont le Libor) |4|, la vente abusive et frauduleuse de dérivés sur les taux d’intérêt, la vente abusive et frauduleuse de produits d’assurances aux particuliers et aux PME au Royaume-Uni (la FSA, l’autorité de contrôle britannique, a poursuivi HSBC dans cette affaire qui a révélé que la banque a vendu des assurances ne servant à rien ou si peu ! |5|), la vente abusive de Mortgage Backed Securities aux Etats-Unis, la manipulation du cours de l’or et du cours de l’argent (l’affaire a éclaté en janvier-février 2014 |6|) et l’organisation à une échelle massive de l’évasion fiscale des grosses fortunes (voir ci-dessous).

Hervé Falciani, le Edward Snowden d’HSBC ?

Hervé Falciani, un citoyen franco-italien, a travaillé aux services informatiques de HSBC Suisse à Genève de 2006 à 2008. Avant de quitter la banque, il a copié 127 000 fichiers qui relient HSBC à des opérations massives de fraude et d’évasion fiscale dans laquelle elle joue un rôle souvent actif. Il s’installe en France. La Suisse décide de l’arrêter et lance un mandat d’arrêt international via Interpol pour « soustraction de données », « violation du secret bancaire et du secret commercial » et « présomption de service de renseignements économiques ». Il faut souligner que la Suisse n’a pas attaqué HSBC.

Début 2009, le domicile niçois de Falciani fait l’objet d’une perquisition effectuée par la police locale. Les infos qu’il détient sont explosives : parmi les 127 000 fichiers se trouvent des exilés fiscaux français (8 231 selon Falciani), belges (plus de 800), espagnols (plus de 600 noms), grecs (la fameuse liste dite Lagarde car la ministre française l’a remise aux autorités grecques en 2010, elle contient environ 2 000 noms), allemands, italiens, mexicains, états-uniens... Hervé Falciani remet tout ou une partie des informations qu’il détient aux autorités françaises et à celles d’autres pays.

Ensuite, selon ses dires, il collabore avec les autorités de Washington auxquelles il livre des informations qui font avancer l’affaire du blanchiment par HSBC de l’argent des cartels de la drogue du Mexique et de Colombie. Puis il se rend en Espagne en 2012 afin de collaborer avec les autorités espagnoles. Il y est d’abord arrêté en application du mandat d’arrêt lancé par la Suisse. La Suisse insiste pour que l’Espagne lui livre Hervé Falciani, ce que l’Espagne refuse en mai 2013 car la justice espagnole considère qu’il est un témoin privilégié dans plusieurs grandes affaires de fraude et d’évasion fiscale |7|. En effet, la communication aux autorités espagnoles des données dérobées par H. Falciani avait permis dès 2011 de découvrir une grande quantité d’argent (environ 2 milliards €) déposée en Suisse par des membres de la famille d’Emilio Botin, le président de Santander. Celui-ci, acculé, a versé aux autorités espagnoles 200 millions € d’amende. Les données livrées par H. Falciani ont également débouché sur le scandale du financement frauduleux du Parti Populaire, le parti du premier ministre Mariano Rajoy |8|. La justice espagnole fournit une protection policière permanente à Hervé Falciani. Les autorités belges et françaises rencontrent H. Falciani et utilisent les données fournies, instruisent des dossiers. Il n’est pas du tout certain que cela débouchera sur des condamnations pour fraude car il est plus que probable que des arrangements financiers (en Belgique, cela s’appelle des régularisations fiscales) permettront aux fraudeurs d’y échapper.

Il faut souligner que, dans cette affaire, non seulement la Suisse cherche à arrêter le lanceur d’alerte, c’est le cas également en Grèce où la justice a arrêté l’éditeur de la revue « Hot Doc », Kostas Vaxevanis, parce qu’il avait osé publier en octobre 2012 la liste Lagarde-HSBC-Falciani que les autorités grecques avaient égarée depuis trois ans. Suite aux réactions citoyennes en Grèce et sur le plan international, le journaliste a finalement été acquitté lors de son procès. Il n’est pas facile de dénoncer une banque et les riches fraudeurs qu’elle protège ou, ce qui revient à peu près au même, de dénoncer les riches fraudeurs qui protègent les banques et leur sacro-saint secret bancaire. Il y a bien une véritable symbiose entre les grandes banques et la classe dominante, comme existent des passerelles permanentes entre les gouvernants et les grandes entreprises, en particulier celles de la finance.

HSBC a décidé de contourner une directive de l’Union européenne

En 2013, l’Union européenne a annoncé qu’elle fixait une limite aux bonus que pouvaient recevoir les dirigeants et les traders d’une banque. Le bonus ne peut pas être supérieur au double de la rémunération salariale fixe. Si un dirigeant a une rémunération fixe de 1,5 million d’euros par an, les bonus ne pourront pas dépasser 3 millions d’euros (donc une rémunération totale de 4,5 millions). Qu’à cela ne tienne, la direction d’HSBC a annoncé en février 2014 qu’elle allait fortement augmenter la rémunération fixe de ces dirigeants afin que leur bonus ne soit pas réduit |9|.

Conclusion

Le groupe mondial HSBC devrait être fermé, la direction licenciée sans indemnités et poursuivie en justice (de même que les grands actionnaires). Le mastodonte HSBC devrait être divisé sous contrôle citoyen en une série de banques publiques de taille moyenne dont les missions devraient être strictement définies et exercées dans le cadre d’un statut de service public.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
jacky29 Membre 6 071 messages
Forumeur alchimiste‚ 64ans
Posté(e)
Il y a 12 heures, l'ours 5785 a dit :

Cheval de Troie, parceque la plupart des gens, a part ceux qui s'interesse au sujet comme nous, ignorent l'implication des chinois dans HSBC, ils croient encore tous que c'est une banque britannique.

très cher ours, cela fait longtemps que nous savons que la Chine investit dans les systèmes bancaires internationaux... nous sommes naïfs mais pas à ce point, idem pour les pays du golfe etc etc...  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
l'ours 5785 Membre 1 237 messages
Forumeur alchimiste‚ 67ans
Posté(e)
Il y a 4 heures, jacky29 a dit :

très cher ours, cela fait longtemps que nous savons que la Chine investit dans les systèmes bancaires internationaux... nous sommes naïfs mais pas à ce point, idem pour les pays du golfe etc etc...  

Toi oui, parce que tu t'interesses a ce qui se passe dans le monde comme moi mais la pluparts des gens non.

Et pourtant même moi, a mon grand regret si je n'avais pas vu l'émission d'Arté l'autre jour, je n'aurais pas su qu'HSBC, banque d'origine écossaise était devenue chinoise.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
l'ours 5785 Membre 1 237 messages
Forumeur alchimiste‚ 67ans
Posté(e)
Il y a 6 heures, PASCOU a dit :

Oui, si la mafia revient on est sauvé....

https://blogs.mediapart.fr/cadtm/blog/190614/hsbc-une-banque-au-lourd-passe-et-au-present-sulfureux

 

Le sigle HSBC signifie “Hong Kong and Shanghai Banking Corporation”. Rappelons que le groupe mondial HSBC emploie 260 000 personnes en 2014, est présent dans 75 pays et déclare 54 millions de clients |1|. Dès ses origines, la banque est mêlée au commerce international de drogues dures. En effet, elle a été fondée dans le sillage de la victoire britannique contre la Chine dans les deux guerres de l’opium (1839-1842 et 1856-1860). Ces deux guerres ont joué un rôle décisif dans le renforcement de l’empire britannique et dans la marginalisation de la Chine qui a duré environ un siècle et demi. Au cours de ces deux guerres, le Royaume-Uni a réussi à imposer à la Chine d’accepter les exportations britanniques d’opium en provenance de l’Inde (qui faisait partie de l’empire britannique). La Chine a bien tenté de s’opposer au commerce de l’opium mais les armes britanniques, avec le soutien de Washington, ont eu le dessus. Londres a créé une colonie à Hong Kong et, en 1865, est fondée la Hong Kong and Shanghai Banking Corporation par un commerçant écossais spécialisé dans l’importation d’opium (à l’époque, 70 % du fret maritime qui passait par Hong Kong concerne l’opium venu des Indes).

Depuis ce moment, l’histoire de la banque a suivi étroitement la politique extérieure du Royaume-Uni et les intérêts du grand patronat britannique en Asie. Après 1949 et la victoire de la Chine de Mao, la banque se replie sur Hong Kong, resté territoire britannique. Ensuite, entre 1980 et 1997, elle développe ses activités aux États-Unis et en Europe. Elle ne déplace son siège social de Hong Kong à Londres qu’en 1993, avant la rétrocession du territoire à la République populaire de Chine annoncée pour 1997. HSBC reste incontournable à Hong Kong dont elle émet 70 % des billets de banques (le dollar de Hong Kong). Hong Kong constitue un élément clé dans la chaîne du blanchiment d’argent accumulé par la nouvelle classe dirigeante chinoise.

HSBC impliquée dans d’autres crimes financiers

En plus du blanchiment d’argent de la drogue et du terrorisme |2|, HSBC est impliquée dans d’autres affaires : la manipulation du marché des taux de change (l’affaire a éclaté en 2013 et porte sur un marché quotidien de 5 300 milliards de dollars) |3|, la manipulation des taux d’intérêt interbancaire (dont le Libor) |4|, la vente abusive et frauduleuse de dérivés sur les taux d’intérêt, la vente abusive et frauduleuse de produits d’assurances aux particuliers et aux PME au Royaume-Uni (la FSA, l’autorité de contrôle britannique, a poursuivi HSBC dans cette affaire qui a révélé que la banque a vendu des assurances ne servant à rien ou si peu ! |5|), la vente abusive de Mortgage Backed Securities aux Etats-Unis, la manipulation du cours de l’or et du cours de l’argent (l’affaire a éclaté en janvier-février 2014 |6|) et l’organisation à une échelle massive de l’évasion fiscale des grosses fortunes (voir ci-dessous).

Hervé Falciani, le Edward Snowden d’HSBC ?

Hervé Falciani, un citoyen franco-italien, a travaillé aux services informatiques de HSBC Suisse à Genève de 2006 à 2008. Avant de quitter la banque, il a copié 127 000 fichiers qui relient HSBC à des opérations massives de fraude et d’évasion fiscale dans laquelle elle joue un rôle souvent actif. Il s’installe en France. La Suisse décide de l’arrêter et lance un mandat d’arrêt international via Interpol pour « soustraction de données », « violation du secret bancaire et du secret commercial » et « présomption de service de renseignements économiques ». Il faut souligner que la Suisse n’a pas attaqué HSBC.

Début 2009, le domicile niçois de Falciani fait l’objet d’une perquisition effectuée par la police locale. Les infos qu’il détient sont explosives : parmi les 127 000 fichiers se trouvent des exilés fiscaux français (8 231 selon Falciani), belges (plus de 800), espagnols (plus de 600 noms), grecs (la fameuse liste dite Lagarde car la ministre française l’a remise aux autorités grecques en 2010, elle contient environ 2 000 noms), allemands, italiens, mexicains, états-uniens... Hervé Falciani remet tout ou une partie des informations qu’il détient aux autorités françaises et à celles d’autres pays.

Ensuite, selon ses dires, il collabore avec les autorités de Washington auxquelles il livre des informations qui font avancer l’affaire du blanchiment par HSBC de l’argent des cartels de la drogue du Mexique et de Colombie. Puis il se rend en Espagne en 2012 afin de collaborer avec les autorités espagnoles. Il y est d’abord arrêté en application du mandat d’arrêt lancé par la Suisse. La Suisse insiste pour que l’Espagne lui livre Hervé Falciani, ce que l’Espagne refuse en mai 2013 car la justice espagnole considère qu’il est un témoin privilégié dans plusieurs grandes affaires de fraude et d’évasion fiscale |7|. En effet, la communication aux autorités espagnoles des données dérobées par H. Falciani avait permis dès 2011 de découvrir une grande quantité d’argent (environ 2 milliards €) déposée en Suisse par des membres de la famille d’Emilio Botin, le président de Santander. Celui-ci, acculé, a versé aux autorités espagnoles 200 millions € d’amende. Les données livrées par H. Falciani ont également débouché sur le scandale du financement frauduleux du Parti Populaire, le parti du premier ministre Mariano Rajoy |8|. La justice espagnole fournit une protection policière permanente à Hervé Falciani. Les autorités belges et françaises rencontrent H. Falciani et utilisent les données fournies, instruisent des dossiers. Il n’est pas du tout certain que cela débouchera sur des condamnations pour fraude car il est plus que probable que des arrangements financiers (en Belgique, cela s’appelle des régularisations fiscales) permettront aux fraudeurs d’y échapper.

Il faut souligner que, dans cette affaire, non seulement la Suisse cherche à arrêter le lanceur d’alerte, c’est le cas également en Grèce où la justice a arrêté l’éditeur de la revue « Hot Doc », Kostas Vaxevanis, parce qu’il avait osé publier en octobre 2012 la liste Lagarde-HSBC-Falciani que les autorités grecques avaient égarée depuis trois ans. Suite aux réactions citoyennes en Grèce et sur le plan international, le journaliste a finalement été acquitté lors de son procès. Il n’est pas facile de dénoncer une banque et les riches fraudeurs qu’elle protège ou, ce qui revient à peu près au même, de dénoncer les riches fraudeurs qui protègent les banques et leur sacro-saint secret bancaire. Il y a bien une véritable symbiose entre les grandes banques et la classe dominante, comme existent des passerelles permanentes entre les gouvernants et les grandes entreprises, en particulier celles de la finance.

HSBC a décidé de contourner une directive de l’Union européenne

En 2013, l’Union européenne a annoncé qu’elle fixait une limite aux bonus que pouvaient recevoir les dirigeants et les traders d’une banque. Le bonus ne peut pas être supérieur au double de la rémunération salariale fixe. Si un dirigeant a une rémunération fixe de 1,5 million d’euros par an, les bonus ne pourront pas dépasser 3 millions d’euros (donc une rémunération totale de 4,5 millions). Qu’à cela ne tienne, la direction d’HSBC a annoncé en février 2014 qu’elle allait fortement augmenter la rémunération fixe de ces dirigeants afin que leur bonus ne soit pas réduit |9|.

Conclusion

Le groupe mondial HSBC devrait être fermé, la direction licenciée sans indemnités et poursuivie en justice (de même que les grands actionnaires). Le mastodonte HSBC devrait être divisé sous contrôle citoyen en une série de banques publiques de taille moyenne dont les missions devraient être strictement définies et exercées dans le cadre d’un statut de service public.

Entièrement d'accord avec toi.

emotroisd.74.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PASCOU Membre 24 779 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 22 minutes, l'ours 5785 a dit :

Entièrement d'accord avec toi.

emotroisd.74.gif

C'est pour ça que tu me tires dessus avec ta mitrailleuse?emotroisd.74.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
l'ours 5785 Membre 1 237 messages
Forumeur alchimiste‚ 67ans
Posté(e)
Il y a 8 heures, PASCOU a dit :

C'est pour ça que tu me tires dessus avec ta mitrailleuse?emotroisd.74.gif

No m'sieur, c'est parce que je suis le Judje Dredd et que la LOI c'est MOI! :smile2::smile2::smile2:

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
menon Membre 2 077 messages
Forumeur alchimiste‚ 121ans
Posté(e)

Pour l'ex-Premier ministre britannique David Cameron, le Brexit est "moins pire que prévu"

 

David Cameron, l'ancien Premier ministre britannique à l'origine du référendum sur le Brexit et qui avait milité contre la sortie de l'UE, estime à présent que ce n'est "pas un désastre" et que "la situation est moins pire que prévu".

"Comme je n'arrête pas de le dire, c'est une erreur, pas un désastre. La situation est moins pire que ce que nous avions prévu", a lancé M. Cameron mercredi au sommet de Davos, en réponse au magnat indien de l'acier Lakshmi Mittal qui lui faisait remarquer que tout le monde parlait du Brexit.

"Mais ça va quand même être difficile", a ajouté M. Cameron dont le bref échange a été filmé et diffusé notamment sur la chaîne Channel 5 News.

David Cameron s'était démené pendant toute la campagne du référendum pour tenter de convaincre ses compatriotes que le Brexit serait néfaste pour l'économie du Royaume-Uni, à tel point que ses adversaires avait surnommé sa campagne "Project Fear (projet peur). Il avait démissionné dans la foulée du référendum du 23 juin 2016 où le non à l'UE l'avait emporté avec 52% des voix.

https://www.rtbf.be/info/monde/detail_pour-l-ex-premier-ministre-britannique-david-cameron-le-brexit-est-moins-pire-que-prevu?id=9820877

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
jacky29 Membre 6 071 messages
Forumeur alchimiste‚ 64ans
Posté(e)
Le 28 janvier 2018 à 11:25, menon a dit :

Pour l'ex-Premier ministre britannique David Cameron, le Brexit est "moins pire que prévu"

 

David Cameron, l'ancien Premier ministre britannique à l'origine du référendum sur le Brexit et qui avait milité contre la sortie de l'UE, estime à présent que ce n'est "pas un désastre" et que "la situation est moins pire que prévu".

"Comme je n'arrête pas de le dire, c'est une erreur, pas un désastre. La situation est moins pire que ce que nous avions prévu", a lancé M. Cameron mercredi au sommet de Davos, en réponse au magnat indien de l'acier Lakshmi Mittal qui lui faisait remarquer que tout le monde parlait du Brexit.

"Mais ça va quand même être difficile", a ajouté M. Cameron dont le bref échange a été filmé et diffusé notamment sur la chaîne Channel 5 News.

David Cameron s'était démené pendant toute la campagne du référendum pour tenter de convaincre ses compatriotes que le Brexit serait néfaste pour l'économie du Royaume-Uni, à tel point que ses adversaires avait surnommé sa campagne "Project Fear (projet peur). Il avait démissionné dans la foulée du référendum du 23 juin 2016 où le non à l'UE l'avait emporté avec 52% des voix.

https://www.rtbf.be/info/monde/detail_pour-l-ex-premier-ministre-britannique-david-cameron-le-brexit-est-moins-pire-que-prevu?id=9820877

venant de cameron, cela fait sourire! lui aussi a été une calamité! rires!

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 45 497 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 46ans
Posté(e)

http://m.zonebourse.com/actualite-bourse/GB-deterioration-economique-quel-que-soit-l-accord-avec-l-UE-selon-un-rapport--25892785/

Londres (awp/afp) - Le gouvernement britannique a minimisé mardi la portée d'un rapport interne, révélé par le site Buzzfeed News, selon lequel la situation économique du Royaume-Uni se détériorerait quel que soit l'accord conclu sur sa sortie de l'UE.

Modifié par DroitDeRéponse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité