Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.


Messages recommandés

Doïna Membre+ 11411 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Bonjour,

Dans le 1er arrondissement de Paris existe une rue très courte, très étroite et, même, assez sinistre : c'est la rue Courtalon. Vers la fin du XIII° siècle, elle existait déjà et était entièrement bâtie. 400 ans plus tard, elle fut le théâtre d'une très sombre affaire...

C'était l'année 1684. En quelques mois, 26 jeunes gens environ disparurent. Cela fit jaser : des rumeurs de princesse malade du foie prenant des bains de sang humain commencèrent à circuler, bientôt relayées par d'autres selon lesquelles c'était parce que des Juifs crucifiaient en secret des Chrétiens. Les oreilles du roi Louis XIV finirent par siffler, une enquête fut ordonnée.

Ce fut, non pas Nicolas Le Floch, mais le policier Lecoq qui en fut chargé. Son propre fils, de l'âge des disparus, accepta de servir d'appât. Ainsi, le soir, sous le surnom de l'Eveillé, il sortait en grande tenue, chaînes d'or au cou et bourse tintinnabulante au flanc, pour se montrer du Luxembourg jusqu'aux Tuileries. Et, au cinquième jour de ce petit manège : bingo ! Il tomba sur une jeune fille d'une grande beauté, accompagnée de sa duègne.

La conversation est engagée, la duègne confie au jeune homme que la belle est fille d'un prince polonais et d'une mercière du coin, et aussi que le père, étant mort quelque part, en route, a laissé à son enfant de grands biens. Après quoi elle se renseigne sur ceux du garçon et en vient à lui proposer de le présenter à la mère de cette fille de prince étranger. L'Eveillé, qui se fait passer pour le fils d'un riche médecin, flaire quelque chose de louche. Rendez-vous est donné devant l'église Saint-Germain-L'auxerrois, puis le père policier est prévenu.

Le soir même, au rendez-vous : la vieille duègne est présente ; elle prend l'Eveillé par la main, le mène par mille détours jusqu'à la rue Courtalon, sans se douter qu'elle est suivie par toute une brigade.

Dans un appartement de ladite rue, le jeune homme retrouve la soi-disant fille de prince polonais, qui se fait appeler princesse Jabirowska. L'Eveillé profite d'un moment de son absence pour jeter un œil dans tous les coins de la pièce où il se trouve... Un paravent attire son attention : il semble collé au mur et n'est pas déplié. Il tire dessus, et après quelques efforts l'objet se décolle, dévoilant une cache où sont entassés -horreur ! - les têtes tranchées et les corps momifiés des disparus. C'est alors que le père Lecoq et toute sa brigade font irruption par une fenêtre dans la pièce : "Mais, père, vous n'avez pas respecté le signal convenu !" a dû s'écrier le fils à cet instant. "C'est que je te croyais déjà mort !" a dû répondre le père. Et d'ailleurs il a bien fait, car voilà déjà notre belle princesse de conte de fée qui revient avec quatre hommes armés pour faire la peau du jeune homme.

Ces quatre-là furent désarmés sur le champ. Lecoq tenait enfin la clé de l'énigme : la princesse Jabirowska était une chef de bande anglaise, qui faisait cruellement usage de sa beauté pour attirer des malheureux dans son piège assassin. Plus tard, leurs têtes étaient envoyées en Allemagne pour servir à des études sur le caractère selon la conformation du crâne, et leurs corps revendus à des carabins désireux de se faire la main sur de l'authentique... Morts pour la science malgré eux, les pauvres garçons !

Inutile de préciser que tout ce beau monde fut jugé, condamné et pendu.

Une source

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Invité brendan12
Invité brendan12 Invités 0 message
Posté(e)

Merci pour la découverte ! Je ne connaissais pas cette histoire de la grande Histoire : heureusement que nous avons des érudites sur ce forum...:smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité vieilledame
Invité vieilledame Invités 0 message
Posté(e)

Merci pour cette horreur. J'avais tendance à penser que les serial killers sont une invention relativement récente.

Seriez-vous historien ou historienne? Vous êtes l'unique participant (e) à poster quelque chose dans cette rubrique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Doïna Membre+ 11411 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Bonjour Vieilledame,

Non, historienne je ne le suis point, et d'ailleurs notre January poste bien plus souvent dans cette rubrique.

Mais, oui, les tueurs en série ont toujours existé : Gilles de Rais, qui fut le compagnon d'armes de Jeanne d'Arc, en est un tristement célèbre. Si vous avez l'occasion de lire le livre de Michel Louis, passionné des loups et directeur du zoo d'Amnéville (à moins qu'il ait pris sa retraite depuis) au sujet de celui qui se cachait derrière les horreurs de la Bête du Gévaudan, vous seriez impressionnée je pense.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ThomasMann Membre 3895 messages
Forumeur alchimiste‚ 102ans
Posté(e)

.... au sujet de celui qui se cachait derrière les horreurs de la Bête du Gévaudan, vous seriez impressionnée je pense.

Oui ... vous ne croyez pas si bien dire , Loargan, en citant le Gévaudan , car, il existe un document aux archives départementales de la Lozère ( si mes souvenirs sont bons) qui relatent comment certains faisaient commerce de cadavres déterrés avec la faculté de Médecine de Montpellier pour les étudiants en anatomie .... comme cette bonne vieille Princesse !!!

Quant aux " Maîtres de garnit" , de Yves Pourcher, ce livre relate des faits sociétaux de cette région qui ne sont pas sans intérêt !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

×