Aller au contenu

Le divorce consommé entre la démocratie et le capitalisme.


Messages recommandés

Invité Magus
Invité Magus Invités 0 message
Posté(e)
forum


Aux urnes, financiers !





Qui décide en démocratie ?

    L’un des objectifs du livre de Streeck est de mettre au jour l’inadéquation des théories de la démocratie avec le fonctionnement réel des systèmes politiques contemporains. La démocratie se déploie, selon lui, sur deux scènes bien distinctes : d’un côté, les élections, les sondages d’opinion et les affrontements entre partis politiques, qui se disputent les suffrages du « peuple-citoyen » (Staatsvolk) ; de l’autre, la vente aux enchères des obligations d’État, l’observation quotidienne des taux d’intérêt et le souci de donner des gages au « peuple-marché » (Marktvolk) pour conserver sa confiance. Tels sont les deux groupes d’acteurs (« constituencies », en anglais), organisés pour les uns sur une base nationale, pour les autres à une échelle transnationale, auxquels les dirigeants politiques rendent des comptes. Or, depuis 2008, la balance penche nettement en faveur du second groupe, tout aussi habile, sinon plus, que les électeurs pour faire valoir ses intérêts. Les évolutions institutionnelles des dernières années iraient ainsi toutes dans le sens d’un renforcement des garanties accordées aux créanciers pour les protéger des aléas du suffrage universel : montée en puissance des institutions indépendantes et non élues (telle la Banque centrale européenne), inscription dans le droit de règles intangibles pour empêcher les déficits (règles d’or), imposition de plans d’austérité par des experts et fonctionnaires internationaux (à l’image de la troïka en Grèce). Le retour des rentiers, au-delà de ses effets en termes d’inégalités économiques et sociales, entraînerait une transformation profonde et durable des règles du jeu politique.



Wolfgang Streeck, Du temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique, Gallimard (trad.), Paris 2014.

forum Source: Site La vie des idées

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Invité Tar Baby
Invité Tar Baby Invités 0 message
Posté(e)

D'après l'auteur, nous avons assisté depuis l'après-guerre à une position du capitalisme de plus en plus dominante. Avec au fil des décennies une baisse de l'imposition des plus riches, ce qui a amené l'État à s'endetter de plus en plus pour subvenir à ces dépenses publiques et maintenir la cohésion sociale. Endettement arrivé à un point tel qu'il en est obligé de diminuer la protection sociale. Alors qu'au même moment les riches deviennent de plus en plus riches avec une épargne très importante.

L'État devient donc soumis à ces créanciers et est donc placé sous le contrôle des marchés financiers. Dans ces conditions les décisions politiques ne se prennent plus dans l'intérêt général que garantie une démocratie mais dans l'intérêt des marchés financiers. En ce sens on ne peut plus parler de démocratie.

Je dirais que dans le premier round, le néolibéralisme a gagné. Et qu'il est clair que ce système ne pourra perdurer indéfiniment. Mais comment faire machine arrière ? Cela paraît impossible.

Si j'adhère à l'analyse qui est faite par l'auteur, je me pose la question au sujet de la sortie de l'euro.

Sortir de l'euro nous sortirait du "joug" de la BCE, et nous permettrait de dévaluer le franc, mais à quoi cela servirait-il quand on sait que nous empruntons à des taux très bas. ( sans compter que prôner la sortie de l'euro ferait le jeu du FN ), et qu'avec un franc bas tout ce que nous sommes obligés d'importer nous couterait beaucoup plus cher.

Voilà une première réflexion.

Enfin, j'espère n'avoir pas trop dit d'âneries ( je sais je suis une quiche ), mais j'essaie de comprendre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
stvi Membre 17435 messages
Forumeur alchimiste‚ 108ans
Posté(e)

La BCE est en train de faire tourner la planche à billet à plein rendement ,pour éloigner le spectre de la déflation ..c'est assez surprenant après des années de gestion Trichet pour qui l'inflation était un gros mot ....

et pendant ce temps les braves citoyens de l'UE essaient de suivre les méandres intellectuels du capitalisme ...

Il n'y a pas de divorce entre la démocratie et le capitalisme pour la simple et bonne raison qu'ils s'ignorent ...

le capitalisme peut très bien s’accommoder d'une dictature ,son seul problème serait de ne pas se faire piquer arbitrairement ses profits par un état totalitaire ,c'est pour cette raison qu'il préfère s'épanouir en terre démocrate ou il est protégé par des valeurs démocrates contre quelques subsides appelés fiscalité ...

avec la mondialisation ,le capitalisme a trouvé le moyen de pouvoir d'échapper à la fiscalité ,faire du business dans un pays tout en ne lui payant qu'une obole ,le reste passe directement dans les paradis fiscaux ...

finalement cette fausse démocratie à géométrie variable selon le destinataire de sa cible participe au sentiment de déficit démocratique que ressent le citoyen moyen ...

Modifié par stvi
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Xsylon
Invité Xsylon Invités 0 message
Posté(e)

Espérons un autre Ghandi, un autre Mandela. Celui là devra nous libérer du pouvoir de l ' argent pour nous faire aimer et respecter notre terre..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Tar Baby
Invité Tar Baby Invités 0 message
Posté(e)

À ma première réponse, je n'ai parlé que des aspects négatifs de la déflation, il y a aussi les aspects positifs à ne pas négliger à savoir : un franc faible nous rendrait plus compétitif et boosterai nos exportations. Mais la balance pencherait-elle vers le positif où le négatif ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Xsylon
Invité Xsylon Invités 0 message
Posté(e)

Pour ne parler que de la France, le pays peut se suffire à lui même. Ca a d ' ailleurs toujours était le cas, sauf lors des catastrophes survenues au cours de son histoire..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Xsylon
Invité Xsylon Invités 0 message
Posté(e)

Le capitalisme n ' a pas eu à souffrir des guerres mondiales.... il ne souffre pas davantage des conflits en cours de part le monde... De là à dire qu 'il en tire profit.....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pep-psy Membre 23473 messages
Je n'en ai aucun‚ 46ans
Posté(e)

Et une énième prise de tête...

L'argent, le pouvoir, l'abri du besoin, le confort, etc...

N'empècheront jamais aux gens de donner leur avis !

Ce sont simplement des mondes qui ne se mélangent pas, ils vivent ensemble dans la société avec plein d'autres...

Par contre, au nom du capitalisme de certains, certaines démocraties ont dû plier un genou !

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mr_Fox Membre 9591 messages
Animal sauvage‚
Posté(e)
Or, depuis 2008, la balance penche nettement en faveur du second groupe, tout aussi habile, sinon plus, que les électeurs pour faire valoir ses intérêts.

Bonjour,

C'est amusant cette fiction dans laquelle le peuple aurait une possibilité quelconque de "faire valoir ses intérêts".

Pour mémoire le système dit démocratique, c'est la possibilité offerte au peuple de choisir entre divers partis politiques qui sélectionnent leur candidat en interne, sont financés par les mêmes personnes (le cas Omar Bongo le démontre fort bien) et feront la même chose de toutes façons sans supporter aucune responsabilité d'ou leur titre de "responsables".

Le peuple a le droit de choisir le porte-parole de son dictateur en somme. Si ce n'est pas "faire valoir ses intérêts" je ne sais pas ce que c'est.

Pourquoi pensez vous que de Gaulle espérait mettre fin au régime des partis ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bibifricotin Membre 10590 messages
Forumeur alchimiste‚ 74ans
Posté(e)

À ma première réponse, je n'ai parlé que des aspects négatifs de la déflation, il y a aussi les aspects positifs à ne pas négliger à savoir : un franc faible nous rendrait plus compétitif et boosterai nos exportations. Mais la balance pencherait-elle vers le positif où le négatif ?

Ce n'est pas une question de monnaie, mais le constat que les hommes que nous élisons et qui nous dirigent, obéissent exclusivement a ces puissances transnationales et cela dans toutes nos pseudo-démocraties.

La meilleure preuve c'est le PS converti au libéralisme et qui fait allégeance à ces forces occultes.

Le problème c'est le peuple qui a perdu toute souveraineté.

La solution, dans un premier temps, c'est de faire savoir que nous ne sommes pas dupe du système et de rejeter toute cette classe politique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Tar Baby
Invité Tar Baby Invités 0 message
Posté(e)

As-tu lu mon premier post sur le sujet ? Si ce n'est pas le cas, je t'invite à le faire, et tu verras que j'ai bien compris de quoi il retourne. Je suis allée plus loin en parlant de la monnaie, parce-que l'auteur prône la sortie de l'euro. Peut-être suis-je hors sujet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
essayeur Membre 3422 messages
Forumeur alchimiste‚ 53ans
Posté(e)

Bref .... rien de neuf sous le soleil, chassez le capital et l'oligarchie par une porte, ils reviennent par une autre, puisque régulièrement il naît des hommes qui ont besoin d'avoir la tête plus haute que les autres, inutile d'imaginer les éliminer...

Il faut penser à soi : j'ai scruté le passé et ai constaté que cette lutte était stérile.

Ce qui n'est pas stérile, c'est de devenir riche soi-même et pour ça il ne faut pas perdre son temps à combattre le capitalisme, mais jouer avec ses règles.

Modifié par essayeur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bibifricotin Membre 10590 messages
Forumeur alchimiste‚ 74ans
Posté(e)

Jouer avec les règles du capitalisme c'est comme au loto : 1 gagnant pour 10millions de perdants.

Ne pas jouer est plus rentable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Con testeur Membre 1356 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Ne pas jouer est plus rentable.

Puissent-ils vous lire un jour!

13 milliards € de mises totales, 32 700 points de vente, 4.4 milliards de transactions, 211 gains d’un million € ou plus en 2014, un millionnaire à tous les 2 jours en France en 2014.

21,2 milliards de parieurs de tirages, 19 milliards de parieurs de grattage, 3 millions de parieurs sportifs, 2.7 millions de parieurs de jeux express. En tout près de 27 millions de parieurs âgés de 18+ (57% d’hommes, 43% de femmes), 6.5% de CDD, 93,55 de CDI, 6.9% de jeunes en alternance, 6,46% de personnes en situation de handicap.

Source : FDJ (Française Des Jeux). Rapport annuel 2014.

Con testeur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 12724 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 50ans
Posté(e)

De toute manière, on élit des présidents dans un pays sans industrie, sans maîtrise de politique monétaire et contrainte budgétairement par les règles européennes.

Et ce dont on parle le plus dans les mesures prises, c'est le livre d'une première dauphine et des croissants en scooter.

Le capitalisme a besoin de la démocratie parce qu'aucun régime ne peut concentrer autant de propriétés privées à peu de monde avec le sourire des baisés.

Smiiiilllleeeee

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Tar Baby
Invité Tar Baby Invités 0 message
Posté(e)

...

Modifié par Tar Baby

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité