Aller au contenu

Cinq intox sur la théorie du genre

Messages recommandés

eklipse Membre 14471 messages
Dazzling blue²‚ 48ans
Posté(e)

Un lien intéressant

"La construction sociale du masculin

On ne naît pas dominant, on le devient"

Mémoire de DEA en sociologie

http://www.unige.ch/...umasculinCS.pdf

Diplôme romand d’études approfondies en sociologie Année 2004-2005 Directeur de mémoire : Franz Schultheis

INTRODUCTION.....

1 MASCULINITÉS ET POUVOIR......................................................6

Pouvoir institutionnel..............................................................................................................7

Pouvoir symbolique.................................................................................................................8

Pouvoir individuel..............................................................................................................12

MASCULINITÉS ET RAPPORTS DE PRODUCTION .....................................................17

Rapports institutionnels........................................................................................................17

Rapports symboliques............................................................................................................19

Rapports individuels............................................................................................................22

MASCULINITÉS ET ORDRE AFFECTIF.........................................................................28

Ordre institutionnel..............................................................................................................28

Ordre symbolique..................................................................................................................33

Ordre individuel.....................................................................................................................35

POUR UNE PSYCHOGENÈSE DE LA DOMINATION MASCULINE..........................37

Maison-des-hommes et théorie des champs...........................................................................38

Le champ militaire.......................................................................................................44

Le champ sportif .......................................................................................................49

Le champ du savoir ....................................................................................................53

La domination comme incorporation ...............................................................................57

Masculinités et virilité...........................................................................................................67

STRATÉGIES DE REPRODUCTION..............................................................................73

Les stratégies de légitimation : le cas de la science.................................................74

Les stratégies offensives – violence, pornographie, masculinisme.......................................86

Les stratégies de déplacement.........................................................................95

Les discours politiques sur l’égalité des sexes, de même que les recherches scientifiques traitant des rapports de genre, tendent à se concentrer exclusivement sur la situation des femmes.

Il ne s’agit pas ici de contester la légitimité de ces postures, que ce soit sur le plan de l’action ou de l’explication, étant donné l’ampleur des défis que pose à une société la relation de subordination qui est celles des femmes, de surcroît lorsque cette société se veut démocratique et revendique la participation de toutes et de tous aux prises de décisions sociales et politiques. Il s’agit au contraire de proposer un éclairage spécifique sur les hommes dans le cadre de l’étude des rapports sociaux de sexe.

Ce travail part d’un constat empirique qui reflète cette double difficulté, à la fois politique et sociologique, de rendre compte d’un tel phénomène social. Malgré toutes les tentatives de comprendre et d’infléchir la structure inégalitaire des rapports sociaux entre femmes et hommes au cour des dernières décennies, nous ne pouvons qu’observer que celle-ci est dotée d’une remarquable persistance.

Si une évolution sensible est intervenue dans bien des domaines, notamment sur le plan légal et celui des libertés individuelles, certaines inégalités structurelles demeurent quant à elles en bonne partie inchangées. A elle seule, la division sexuelle du travail, dans une société précisément

La construction sociale du masculinfondée sur le travail, permet d’illustrer cette constance : Depuis une trentaine d’années, et ceci malgré l’accès massif des femmes au marché du travail et de nombreuses adaptations formelles, la division selon le genre entre travail professionnel (salarié) et travail domestique (qui reste non-rémunéré) n’a pour ainsi dire pas évolué.

Il en va de même de l’écart de salaires entre femmes et hommes, qui n’a subi qu’une très légère baisse.

En termes de pouvoir, cette situation se traduit par une sous-représentation chronique des femmes dans les sphères dirigeantes du monde économique et politique. De plus, les nombreuses violences dont font l’objet les femmes de la part des hommes achèvent de souligner la dimension conflictuelle et hiérarchique des rapports de genre.

Les hommes, quant à eux, sont demeurés jusqu’à récemment absents dans les études sur les inégalités entre les sexes, mais également dans les politiques publiques mises en place pour tenter d’y répondre.

Or, on pourrait dire que leur absence du discours sur le Pouvoir, entendu comme concept théorique et politique, est à la mesure de leur omniprésence dans la pratique du pouvoir. Parler du genre (ou du sexe), dans les discours politiques mais aussi scientifiques, revient presque toujours à parler des femmes, comme si les hommes n’y avaient pas leur place.

Cela peut s’expliquer aisément : tout rapport de domination étant fondé sur une asymétrie des groupes, les dominants bénéficient précisément de l’avantage de ne pas être remis en cause en tant que groupe, ce qui a entre autres effets d’occulter leur fonction dans le rapport hiérarchique1.

De même que la question de l’inégale répartition des richesses se réduit souvent à une « lutte contre la pauvreté et l’exclusion » ou à une « sociologie de la pauvreté », celle des inégalités entre hommes et femmes tend le plus souvent à se concentrer exclusivement sur la situation de ces dernières, avec dans chaque cas pour conséquence de ne pas s’intéresser aux privilèges, matériels et symboliques, des dominants entendus à la fois comme individus et comme groupe.

Dans cette optique, le présent travail peut être précisément compris comme une contribution à une

« sociologie des dominants » qui entend s’intéresser aux mécanismes par lesquels les privilèges masculins sont reproduits dans le cadre des rapports sociaux de sexe.

suite

http://www.unige.ch/...umasculinCS.pdf

Modifié par eklipse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
alcina Membre 5752 messages
Forumeur alchimiste‚ 55ans
Posté(e)

Ce n'est non plus par ce que un homme porte une robe ou une jupette qu'il va automatiquement se féminiser et perdre son côté masculin.

C'est plus que depuis le départ il à été dit qu'il fallait une tenue vestimentaire qui permettent de bien différencier l'homme de la femme. Mais si au départ la robe et la jupette serait revenu à l'homme et le pantalon à la femme alors aujourd'hui tout le monde trouverait cela normal et comme nous les femmes nous sommes futées :p nous nous serions également au fil du temps appropriés les jupettes et les robes des hommes tout comme nous l'avons fait aujourd'hui avec les pantalons, sans en chemin y perdre de notre féminités.

Enfin au delà de ce problème de vêtement qui fait monter aux créneaux beaucoup de parent, j'aurais trouver plus judicieux de la part de l'éducation nationale d'apprendre aux petits garçons que oui ils ont le droit de pleurer que ce n'est pas uniquement réservé aux filles et que ce n'est pas par ce qu'ils pleurent que ça va faire d'eux des êtres faibles et ou fragiles, ni faire d'eux des "fillettes" alors déjà un petit pas aurait été fait en ce qui concerne l'égalité fille garçon. par ce que j'en ai un peu marre moi d'entendre dire à un petit garçon qui pleure "arrête de pleurer, c'est les filles qui pleurent" elle commence là la différence entre un sexe et l'autre.

Merci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 15577 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 52ans
Posté(e)

Au passage et je vous assure que c'est vrai, je ne me suis jamais aussi bien senti qu'en portant un kilt ou ou pagne romain.

ça n'est malheureusement pas arrivé très souvent et pourtant je m'y suis senti très bien, ça mettait bien en valeur les jambes et je trouvais rien de féminin la dedans.

Il est temps qu'un grand couturier révolutionne la mode.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17768 messages
Forumeur alchimiste‚ 48ans
Posté(e)

Les grands couturiers le font déjà pas mal, je trouve, mais ça ne passe pas dans les masses. Puis l'hiver gla gla, mais nous les filles on a des bas et collants... êtes-vous prêts à ça ? :p

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
eklipse Membre 14471 messages
Dazzling blue²‚ 48ans
Posté(e)

Je vais raconter d'autres anecdotes me concernant.

A une époque, j'ai travaillé dans des centres de Loisirs en tant qu'animatrice, un jour un petit garçon, m'avait dit que "je n'étais pas une fille", que je ressemblais trop à un garçon, pourtant j'avais à cette époque, des cheveux longs, je me maquillais un peu ( juste un peu de rouge à lèvre), par contre j'étais toujours en pantalon et basket, car c'était plus adapté pour participer à des jeux physiques dans la cour avec les enfants. Je lui ai demandé pourquoi il pensait cela, il n'a pas su quoi me répondre, bah j'ai pas insisté.

Une fois, on était au cinéma avec les enfants, et j'entends au loin une conversation, un enfant qui disait me trouver jolie, et là le petit en garçon qui ne me trouvait pas assez féminine à son goût, répond à l'autre en se moquant de lui, Rhooo t'es un PD alorshuh7re.gif

Comme je ne répondais pas physiquement ou du point de vue de mon comportement , aux stéréotypes du genre féminin, qui avait été inculqué à cet enfant, il avait souvent une réaction de rejet à mon égard, et c'est toujours pareil avec de nombreux adultes.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
grandfred Membre 15741 messages
Forumeur alchimiste‚ 58ans
Posté(e)

extraits :

Kaissa Titous, a organisé l’arrivée à Paris de la « la marche pour l’égalité et contre le racisme » aux côtés de Farida Belghoul. Sur StreetPress, elle s’indigne des manipulations de son ancienne camarade de lutte.

..............(..................).................

Tu parles d’atteinte à la pudeur de nos enfants par l’enseignement de l’égalité entre les hommes et les femmes – mais la pudeur et la dignité de nos enfants ne sont-ils pas plus atteintes par le chômage de leurs parents, la relégation de nos quartiers, la dégradation de nos hlm et la misère qui fait choisir entre acheter des légumes ou de la viande ?

....

....................(..........)................

Pourquoi, nous, qui avons subis le racisme, la relégation, la stigmatisation devrions nous reprendre le discours religieux de l’extrême droite, de la droite et des associations religieuses, et à notre tour dénoncer des boucs émissaires ? Pourquoi à notre tour stigmatiser en tapant sur les homos ou sur les juifs ?

....................(.....)..............................

http://www.streetpress.com/sujet/122532-farida-avec-ta-journee-de-retrait-de-l-ecole-tu-es-en-train-de-trahir-nos-quartiers

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20446 messages
Gonade Absolutrice‚
Posté(e)

@ Casdenor : J'ai un peu extrapolé sur ton propos, oui. Tu as une vision moins extrême MAIS je lis quand même une volonté d'imposer quelque chose, de forcer le genre à finalement disparaître en apparence, en ne l'envisageant que comme une chose négative et clivante.

Yop! tu sembles prétendre que les comportements humains, les styles vestimentaires, qui sont dans notre société, souvent différents en fonction du sexe de l'individu, seraient souvent "naturels", selon qu'on soit un individu de sexe masculin ou féminin, et non parfois/souvent le fruit d'une construction sociale.

Je vais prendre mon cas, dès l'âge de 5ans, les jupes et fanfreluches, ne me convenaient pas, par rapport à mes jeux extérieurs, j'aimais dès mon plus jeune âge, crapahuter, grimper, sauter, explorer, me lancer multiples défis physique.

(...)

Non, je ne prétends rien sur les comportements. Chacun est même libre de s'habiller comme il veut, de se comporter différemment des stéréotypes et ça suffira à faire bouger les lignes et les regards. J'ai juste un peu de mal à donner du crédit à un plan social qui serait de brouiller la reconnaissance du genre ou d'égaliser toutes les différences. Doit-on imposer ?

Heu, j'ai un prénom asexué (finlandais), cela ne m'a jamais posé problème ...huh7re.gif

Et on m'a déjà appelé monsieur, enfant et même adulte.

Il y a de nombreuses personnes, auxquels des gens en voyant leur comportement et habillement pensent qu'"elles" sont des "hommes", et autres personnes auxquels des gens en les voyant pensent qu"'ils" sont des "femmes".Et ces personnes ne cherchent pas à se "camoufler", pourquoi ne pas accepter la singularité des être, et vouloir absolument les définir comme homme ou femme.

Je ne juge pas les individus, je juge une volonté politique d'influencer la société pour qu'elle aille dans la direction du brouillage total des genre, de la standardisation des apparences ou autre délire. J'extrapole sur les lubies de certains extrémistes ou flippés - ce qui ne semble pas être la voie du gouvernement, cela dit.

La singularité des êtres, elle doit pouvoir s'exprimer oui.

=======

Le problème yop! c'est que tu vois le gommage d'une distinction sexuée comme une uniformisation, alors que je le vois comme une libération. Chacun peut dès lors porter ce qu'il veut et se comporter comme il veut, sans discrimination (et dans le respect de l'autre, je ne parle pas d'une société chaotique mais toujours dans le cadre de comportements de tous les jours, de manières d'êtres...). Être manière sans se faire qualifier de pédé, pouvoir porter une robe si ça me chante, et ne pas me faire juger dès le premier abord en fonction de mon sexe/genre.

Je ne vois pas ça comme la porte vers un "androgyne standard" mais vers une porte ouverte vers l'acceptation d'une large gamme de caractères.

Comment tu veux gommer la distinction sexuée ? On peut l'atténuer en lançant des modes androgynes (un des seuls moyens de confondre homme et femme) mais on ne pourra pas forcer les gens qui s'identifient à un modèle masculin ou féminin d'y souscrire aussi. Il ne faut pas oublier que beaucoup de gens s'y réalisent, en fait. On va rester avec cette base.

Si on parle de gamme de caractère, rien ne l'empêche actuellement à par les préjugés qui sont durs à vivre et ils ne seront pas réglés en imposant des apparences unisexes ou asexuées -à moins d'imposer ça à tout le monde et de le faire accepter à tout le monde.

Si tu veux porter une robe dans un pays où c'est associé depuis des centaines d'années à la féminité, tu ne peux pas éviter les jugements. A un moment, il faut aussi assumer ce qu'on fait au lieu de vouloir tout changer. On parle d'une vision très ancrée dans nos mentalités et si les gens veulent bien revenir sur le machisme et même être ouverts, ils ne voient pas pourquoi ils devraient s'empêcher de penser qu'une robe, ça fait femme. En tout cas, une robe telle que les femmes d'ici portent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
casdenor Membre 11203 messages
Bubon baveux de Belzébuth‚ 33ans
Posté(e)
@ Casdenor : J'ai un peu extrapolé sur ton propos, oui. Tu as une vision moins extrême MAIS je lis quand même une volonté d'imposer quelque chose, de forcer le genre à finalement disparaître en apparence, en ne l'envisageant que comme une chose négative et clivante.

Non pas du tout. Encore une fois, je considère que c'est dans la multiplication des modèles et non dans leur diminution, qu'on aboutira à une égalité. Je ne rêve pas d'un monde sans code vestimentaires, mais d'un monde avec des milliers de codes vestimentaires différents, qui permettrait, à mon sens, une véritable liberté.

Mais encore une fois, ce n'est pas parce que je ne suis pas d'accord avec un point que je ne peux pas remarquer un désaccord avec ceux qui, sur la conclusion, partagent ma position.

En l'occurrence, je suis d'accord sur le fait que supprimer les codes soit mauvais, mais je ne pense pas du tout que ce soit parce qu'il est nécessaire de savoir qui est homme ou qui est femme. Le jeu de la séduction n'est pas un bon justificatif, puisqu'en ce cas, il faudrait que le code soit sur les goûts et le sexe, ainsi que la disponibilité, et non juste sur le sexe. J'ai tendance à penser, comme le disait Alcina, que c'est une résurgence du fait que, dans la nature, il y a des moyens simple de reconnaître l'un de l'autre (comme dirait Mushu: malédiction elle a un double détail qui va forcément leur sauter aux yeux), mais cela ne signifie pas que ce ne soit pas, comme mille autres données que la nature nous a conféré, quelque chose qu'il faille conservé. Nous avons supprimé énormément de choses que la nature avait fait, nous nous sommes échappés de la sélection naturelle au point où nous permettons à des individus de vivre là où il ne le pourrait pas autrement. Et nous trouvons cela bien.

À mon sens, qu'une chose soit naturel n'est donc pas suffisant pour justifier qu'il faille la conserver.

  • Like 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17768 messages
Forumeur alchimiste‚ 48ans
Posté(e)

Le code rassure. Et on l'encourage : il y de plus en plus d'uniformes, qui montrent l appartenance à une entreprise et avec l'essor des marques plutôt que des indépendants, on s'habille tous pareils. Ça ne va pas en s'arrangeant.

Regardez les logos des toilettes homme/femme...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yardas Membre 7068 messages
Thermodynamiquement instable‚
Posté(e)

Comment tu veux gommer la distinction sexuée ? On peut l'atténuer en lançant des modes androgynes (un des seuls moyens de confondre homme et femme) mais on ne pourra pas forcer les gens qui s'identifient à un modèle masculin ou féminin d'y souscrire aussi.

Mais pourquoi vous faites une fixette sur le forçage, bon sang ? Où ai-je donc dit que je voulais FORCER les gens à s'habiller identiquement ? Je dis tout le contraire !

Si on parle de gamme de caractère, rien ne l'empêche actuellement à par les préjugés qui sont durs à vivre et ils ne seront pas réglés en imposant des apparences unisexes ou asexuées -à moins d'imposer ça à tout le monde et de le faire accepter à tout le monde.

Et encore une couche... Je ne comprends pas que toi tu puisses tordre mon discours aussi systématiquement.

Si tu veux porter une robe dans un pays où c'est associé depuis des centaines d'années à la féminité, tu ne peux pas éviter les jugements. A un moment, il faut aussi assumer ce qu'on fait au lieu de vouloir tout changer.

On peut assumer et ne pas vouloir être moqué pour nos choix, non ? C'est pas compatible ?

Je te signale par ailleurs que c'est le même argumentaire des gens qui refusent le mariage pour tous ou veulent que les homosexuels arrêtent de revendiquer qu'on les reconnaissent pour ce qu'ils sont. "Faut assumer et pas imposer sa vision à la majorité" ben non, je refuse ce mode de pensée.

On parle d'une vision très ancrée dans nos mentalités et si les gens veulent bien revenir sur le machisme et même être ouverts, ils ne voient pas pourquoi ils devraient s'empêcher de penser qu'une robe, ça fait femme.

Parce qu'il y a des gens qui portent des robes et qui ne sont pas des femmes. Et la société aura à deal with it.

Non pas du tout. Encore une fois, je considère que c'est dans la multiplication des modèles et non dans leur diminution, qu'on aboutira à une égalité. Je ne rêve pas d'un monde sans code vestimentaires, mais d'un monde avec des milliers de codes vestimentaires différents, qui permettrait, à mon sens, une véritable liberté.

EXACTEMENT. Pourquoi tout le monde tient à ramener ça à une limitation, une interdiction ? C'est dingue de passer à côté du propos à ce point.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 15577 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 52ans
Posté(e)

Les grands couturiers le font déjà pas mal, je trouve, mais ça ne passe pas dans les masses. Puis l'hiver gla gla, mais nous les filles on a des bas et collants... êtes-vous prêts à ça ? :p

bah à l'armée j'avais un collant vert en laine à la robin des bois.

Avec une ouverture en cas de besoin pressant.

Bon on le mettait pas sous un kilt mais en dessous du traillis pour les rando à -20 degrés dans l'Alsace enneigée.

Alors bon pourquoi pas un collant oui quoi que sous un kilt, j'avoue que...

Je pense que ma vraie limite se situe aux porte-jaretelles.

La dessus j'aurai sûrement un peu de mal.

laugh.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Stef-du-54 Membre 20 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Bonsoir,

Moi être de campagne profonde.

Moi vouloir enfant apprendre 1+1=2 et savoir écrire "papa" correctement

Moi vouloir enfant lire bien français.

Moi pisser sur tout le reste. Car écran de fumer !

Moi y en avoir marre société de merde où moi voir que tout le monde diviser pour chacun pour soi.

Moi vivre dans fumier et cambrousse.

Moi pas être parisien ou grande ville.

A Ciao bonsoir !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yardas Membre 7068 messages
Thermodynamiquement instable‚
Posté(e)

Et maintenant laissons la parole à la partie adverse (parole dont on ne peut être en accord mais une parole qui aura au moins le mérite d'être argumentée et cohérente) : http://www.agoravox....e-dans-la-43228

On parle bien de Belghoul, la femme qui appelle toutes les femmes à porter des robes pour revendiquer leur nature de femme, et qui pense que la "théorie du genre" est l'oeuvre du démon ?

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17768 messages
Forumeur alchimiste‚ 48ans
Posté(e)

Bonsoir,

Moi être de campagne profonde.

Moi vouloir enfant apprendre 1+1=2 et savoir écrire "papa" correctement

Moi vouloir enfant lire bien français.

Moi pisser sur tout le reste. Car écran de fumer !

Moi y en avoir marre société de merde où moi voir que tout le monde diviser pour chacun pour soi.

Moi vivre dans fumier et cambrousse.

Moi pas être parisien ou grande ville.

A Ciao bonsoir !

Normalement il/elle n'aura pas de difficulté à écrire papa (deux syllabes identiques) quoi qu'il advienne, par contre bien écrire le français, à voir, déjà que "fumée" et "divisé" ça n'a pas l'air évident...

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pere_vert Membre 3856 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

:hu:

Excuse-moi, mais je n'ai pas lu l'image comme toi : ce qui j'y vois c'est justement qu'il est impossible d'empêcher la différence sexuelle.

excuse-moi j'ai peut-être regarder l'image de travers mais le titre "la peur irrationnelle de l'égalité entre les sexes" m'a laissé penser que le caricaturiste se moquait des "paranos" qui marchent à coup d'intox

ou bien alors le titre était ironique? :hu:

ou bien il faut ignorer le titre?

j'ai un doute

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
casdenor Membre 11203 messages
Bubon baveux de Belzébuth‚ 33ans
Posté(e)

j'aimerais bien qu'on m'explique comment une personne peut espérer être légitime en employant un langage typé volontairement homme des cavernes demandant dans le même temps que l'enfant apprenne à bien lire le français.

Je veux dire... c'est un argument pro-ABCD de l'égalité ça, pas anti. Oo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Stef-du-54 Membre 20 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Normalement il/elle n'aura pas de difficulté à écrire papa (deux syllabes identiques) quoi qu'il advienne, par contre bien écrire le français, à voir, déjà que "fumée" et "divisé" ça n'a pas l'air évident...

Je n'ai pas relu mon texte. Je vous prie de bien vouloir excuser ces deux "fotes" grossières.

Mais j'en ai marre de tout cela en fait et plus le temps passe et plus je me dis que cette société part en déconfiture.

Que l'on soit pour ou contre, ce n'est pas, à mon avis l'essentiel de l'actualité.

Il me faut arrêter de lire les infos je pense !

Bonne continuation et bon débat.

@+

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×