Aller au contenu

Depuis l'enfance , visites régulières d'une entité .

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre 52ans Posté(e)
Oncle_Julien Membre 314 messages
Forumeur survitaminé‚ 52ans
Posté(e)

___________________________________________________________________

Episode 1

Visite nocturnes .

J'avais six ans et, avec mes parents nous venions d'emménager dans une maison à un étage, dans un petit village .

Mon petit frère n'avait encore que trois ans . Il était un peu mon complice en plus d'être mon compagnon de jeu .

La maison devait avoir une vingtaine d'années et était située juste en face de l'école primaire . Pratique .

Je possédais ma chambre à l'étage . Je me souviens avoir toujours préféré tirer les épaisses tentures plutôt que de fermer les volets battants . Ma maman ne manquait jamais de venir me souhaiter la bonne nuit, vers vingt et une heure et de vérifier que les tentures étaient bien tirées . J'étais couché dans mon lit, allongé sur le dos et ma chère mère me déposait un délicat baiser sur le front . Le sommeil me gagnait alors souvent rapidement .

Ce soir-là, maman avait laissé la porte de ma chambre entre-baillée afin que je puisse profiter de la musique du début d'un film que j'aimais beaucoup . Nous étions dimanche soir . La fatidique phrase sentencieuse avait résonné : < Au lit , demain il y a école ! > . Il m'était donc interdit de regarder Jean Marais et son complice Bourvil ...

J'avais les yeux fermés et laissais mon imagination vagabonder un peu . Soudain, à la hauteur de mes pieds, je sentis le poids d'un corps s'assoir lourdement . Je gardais les yeux fermés . Tétanisé de peur, j'entendais ma mère s'entretenir avec mon père dans la pièce au-delà du couloir . Mon frère, lui, dormait depuis plus d'une heure déjà dans sa chambre . Il ne pouvait pas s'agir de ma maman ni de mon papa . Le corps, lourd, que je sentais là, ne pouvait pas, non plus, être celui de mon petit frère .

Le phénomène semblait durer longtemps . Je n'avais plus notion du temps . Je me souviens m'être sentit observé . Je n'avais absolument pas le courage d'ouvrir les yeux .

Pour l'enfant que j'étais, l'angoisse était terrible . Je n'osais pas appeler . Je n'osais pas faire le moindre geste . Je tremblais . J'avais très froid . Nous n'étions pourtant qu'au début octobre ...

Finalement l'entité s'est levée doucement et est partie . Ma maman vint me border une dernière fois . J'avais si peur que j'avais l'intime conviction d'être obligé de garder ce terrible secret . Je demandais à maman de laisser la porte ouverte ...

Finalement, je m'endormis . Ce terrible souvenir perturba plusieurs de mes journées suivantes . Scolarité, jeux et activités étaient sans cesse perturbés par ce terrifiant souvenir . Il me fallut apprendre à vivre avec lui . Heureusement ce souvenir s'estompa au fil des jours . Pendant quelques mois, rien ne se reproduisit .

Ce ne fut qu'un répit .

mini_130529092012236693.jpg

___________________________________________________________________________________________________________________________________

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines après...
Annonces
Maintenant
  • Réponses 43
  • Créé
  • Dernière réponse

Meilleurs contributeurs dans ce sujet

  • 17

  • 3

  • 3

  • 2

Meilleurs contributeurs dans ce sujet

Messages populaires

___________________________________________________________________ Episode 1 Visite nocturnes . J'avais six ans et, avec mes parents nous venions d'emménager dans une maison à un étage, dans un p

Bonsoir GILBERT, Pour comprendre ces choses paranormales et pour certains et certaines normales.. je vous conseille la lecture d'un vieux livre du 19 ème siècle intitulé " Le livre des ésprits" d'

Tu n'as pas forcément à t'inquiéter car, je suis sûr qu'il existe des entités bienveillantes. Ta maison n'a qu'une vingtaine d'années: il te sera donc facile de t'informer sur les anciens propriétair

Images postées

Membre 25ans Posté(e)
bobby23396 Membre 12 messages
Forumeur balbutiant‚ 25ans
Posté(e)

Tu n'as pas forcément à t'inquiéter car, je suis sûr qu'il existe des entités bienveillantes.

Ta maison n'a qu'une vingtaine d'années: il te sera donc facile de t'informer sur les anciens propriétaires. Je t'accorde que ce que tu as vécu est terrifiant. Mais je pense que si tu essayais de communiquer avec cet esprit, en l'informant qu'il te fait peur, les manifestations cesseront.

Malgré cela, ce n'est pas sûr qu'il te réponde ( il n'est peut-être pas très bavard ! ^-^ ). Et si les phénomènes s'arrêtent; et que l'esprit veut protéger la maison et ses propriétaires, il restera

sans se manifester. Dis-toi bien qu'un esprit ou entité, est comme une personne normale, sauf qu'elle n'est plus dans son enveloppe corporelle : il peut être très gentil, ou moins gentil !

Je te conseille donc d'aller parler à cet esprit, avec quelqu'un si tu as peur, au moment de la journée qui te convient le mieux ( une entité n'est pas que nocturne ). Tu ne crains absolument rien.

PS : tu peux me tenir au courant s'il-te-plaît? Les esprits, ça me passionne! ^-^

Modifié par bobby23396
  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invités Posté(e)
Invité David Web Invités 0 message
Posté(e)

J'ai eu le même genre d'expérience en étant gosse : une entité ouvrait la porte de ma chambre tous les soirs quand j'étais petit...

Et je l'entendais chuchoter... "il dort"... Rooh... je disais rien et je savais que c'était une entité plutôt bienveillante jusqu'au soir où je me suis décidé à lui répondre : "bonne nuit maman !" beh vous raconte pas ! je me suis vu répliquer : tu vas dormir ! à cette heure ci ! demain l'école !! ...

...............>>>>>>>>>>>> Je sais, je sais...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 52ans Posté(e)
Oncle_Julien Membre 314 messages
Forumeur survitaminé‚ 52ans
Posté(e)

________________________________________________________________________________________________

Episode 2

Visites nocturnes .

Ce mercredi après-midi , je rentrais de l'école . Ma maman , déjà prête , s'apprêtait à se rendre chez le docteur pour y mener mon petit frère atteint d'une grippe . Je devais rester seul à la maison et faire mes devoirs .

A cette époque , il n'y avait pas école le jeudi . Je me réjouissait de passer cette heure tout seul . Je savais que si je ne terminais pas la totalité de mes devoirs , je pourrais le faire le lendemain .

Je vis s'éloigner ma mère et mon petit frère . J'étais au portail avec Kénavo , notre teckel à poils ras . Ce dernier s'agittait étrangement , tournant autour de moi . Le chien se précipita au haut de l'escalier . Lorsque je montais les marches pour rentrer dans la maison , Kénavo se mit à aboyer vers moi comme si j'étais un étranger . Le chien devenait même de plus en plus menaçant . Presque agressif .

Arrivé dans la maison , le chien se précipita à l'extérieur , dans le jardin . Je mis cette étrange attitude sur le compte d'une sorte de saute d'humeur . J'entrebaillais la porte afin de lui permettre de rentrer , lorsqu'il le désirerait .

J'allais à la cuisine , je m'installais à la table pour goûter , tout en sortant mes cahiers de mon sac d'écolier . Assis , j'eu l'étrange impression d'être observé . Je me retournais et regardais l'encadrement de la porte . Il me sembla que quelqu'un venait de disparaître précipitamment . J'avais le sentiment diffus d'une présence . Ce n'était sûrement pas Kénavo que j'entendais aboyer dehors ...

Je me précipitais dans le couloir . Là , encore une fois , j'eu l'étrange impression que quelqu'un venait de disparaître dans l'escalier qui menait à l'étage . Prenant mon élan , je me précipitais vers la porte entre-ouverte . Evitant de regarder dans l'escalier . Je restais assis sur les marches de l'escalier extérieur . J'entendais des bruits curieux à l'intérieur de la maison . Des bruits que je n'arrivais pas à identifier .

Je restais là , assis , tremblant légèrement . Je n'arrivais pas à me calmer . Je ne savais pas si c'était la température plutôt agréable de cette mi-avril ou ma peur . J'attendais le retour de ma maman . Heureusement ma voisine qui passait dans la rue , rentrant elle aussi de l'école , m'aperçut et vint s'assoir avec moi pour causer de nos devoirs d'école . Ma maman , à son retour , s'étonna de me trouver là au lieu de faire mes leçons . Le prétexte d'Isabelle , la voisine , tombait à pic ...

Le phénomène ne reproduisit jamais de cette manière . Mais , dès jeudi matin , il prendra une forme différente . Un souvenir qui m'épouvante encore aujourd'hui .

mini_130611100856949731.png

________________________________________________________________________________________________________

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
M51. Membre 3 604 messages
MATT.‚
Posté(e)

Bonsoir GILBERT,

Pour comprendre ces choses paranormales et pour certains et certaines normales.. je vous conseille la lecture d'un vieux livre du 19 ème siècle intitulé " Le livre des ésprits" d'Allan Kardec.

Vous apprendrez le mode de fonctionnement assez particulier de ses esprits non incarnés (mauvais ou pas) qui nous entourent en permanence dans notre vie de tous les jours et vous aurez, je l'espère, des réponses par rapport à votre histoire. ;)

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines après...
Membre 52ans Posté(e)
Oncle_Julien Membre 314 messages
Forumeur survitaminé‚ 52ans
Posté(e)

- Episode 3 -

VISTE, UN JOUR DE MALADIE

Ce jeudi matin , au petit déjeuner , j'éprouvais un léger mal de tête . Nous étions au mois de janvier . Une période plutôt froide . Déjà la veille , mon nez n'arrêtait pas de couler et je n'avais pas d'appétit . Tous les signes avant coureurs d'une bonne grippe qui allait me clouer au lit pour la semaine .

J'avais neuf ans . Ma maman décida de prévenir l'école et de me garder à la maison . Sage initiative car mon état empira rapidement . Comme toutes mères alertées par un état fiévreux de leur enfant , la mienne me conseilla de retourner me coucher . Après avoir pris ma température , il s'avéra que j'avais beaucoup de fièvre .

Maman resta un moment à mes côtés , me tenant la main , me parlant doucement . Je ne tardais pas à m'endormir ...

Nous avons tous le souvenir de ces jours d'enfance où , malades , nous avions le privilège de pouvoir rester à la maison . Souvent , en tant que "grands malades" nous devenions même , le temps de l'affection , jusqu'à la guérison , les rois de la maison .

Ce jeudi matin , je dormais profondément . Sous plusieurs couches de couvertures , entouré d'une montagne de coussins . Un gros bruit , comme un long craquement , me tira péniblement de mon sommeil . J'ouvrais difficilement mes yeux aux paupières collantes . Le bruit de craquement continuait toujours . Je me tournais sur le dos , réunissant le peu de forces que je possédais encore afin de me redresser pour prendre appui sur mes coudes .

Je découvrais les portes de l'armoire , en face de mon lit , légèrement ouvertes . Les volets ouverts permettaient à la lumière laiteuse de ce matin de janvier d'éclairer parfaitement la chambre . Au moment où je fixais les portes de cette armoire , le bruit de craquement cessa brusquement .

Ces portes étaient toujours fermées . Toujours . Si ce n'est pas moi qui y veillait , c'était ma mère . L'intérieur de l'amoire était sombre . Pourtant , avec la luminosité , j'aurai dû entrevoir sur la droite , la penderie , sur la gauche , les étagères . C'est comme si une ombre noire voilait tout cela . Une vingtaine de centimètres séparait les arrêtes des deux portes entrebaillées .

J'eu cette désagréable impression de ne pas être seul . Je précise cette désagréable impression parce que , à chaque fois que j'avais affaire à quelque chose d'inexplicable , ce sentiment était récurrent .

Réunissant mes faibles forces , me concentrant sur les portes je prononçais ces mots doucement et clairement :

< Portes , portes , fermez-vous ! Laissez-moi tranquille ! > .

Quelle ne fût pas ma stupeur de voir les deux portes , doucement , se refermer . En temps habituel , lorsque je les fermais cela se faisait absolument sans bruit . Là , curieusement , cela se fit dans un long craquement sinistre .

< Allez-vous en , laissez-moi tranquille , je suis malade ! > fis-je encore fermement . Je n'avais ni la force , ni l'envie de vivre de tels phénomènes aujourd'hui , faible , fiévreux et malade . A peine eu-je prononcé ces mots , qu'il y eut un bruit sec , le rideaux de la fenêtre bougea comme agité par le souffle du vent . Hors la fenêtre était fermée . Tout cessa . Je me sentais à nouveau bien seul .

Ma mère , attirée par le bruit , entra dans ma chambre pour me demander ce qui se passait . N'osant pas parler de cette nouvelle aventure insolite , je prétextais un mauvais rêve . Il était dix heure trente du matin . Maman resta près de moi . Rassuré , rapidement , je sombrais à nouveau dans un profond sommeil . I

Il n'y eut plus aucun phénomène durant les jours suivants . Mais ...

mini_130621012336334715.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
RocketLuncher Membre 1 639 messages
La racaille du forum‚
Posté(e)

Je vais dire un truc probablement con... Mais pourquoi avoir peur de ces entitées ? Ton seul ennemi n'est d'autre que toi même, pas cette entitée.

Et si on avait voulu te délivrer un message important ? Si ce fantome avait vu un avenir dramatique concernant un de tes proches ? Si cet esprit t'avait contacté parce que toi seul a la capacité de modifier cet avenir ?

Pourquoi avoir peur plus des morts que des vivants ? Sont ils plus dangereux ? Regarde le nombre de psychopathes bien vivant qui parcourent nos rues ?

Les esprits sont certainement plus dangereux vivant que morts.... Alors la prochaine fois ouvre les yeux, et fixe droit dans les yeux ce qui te fait face.

Plus tu vas chercher à ignorer ces manifestations paranormales, et plus elles vont te harceler...

Modifié par RocketLuncher
  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 mois après...
Membre 52ans Posté(e)
Oncle_Julien Membre 314 messages
Forumeur survitaminé‚ 52ans
Posté(e)

Episode 4

Ce jeudi après-midi pluvieux de juin , j'étais dans ma chambre à ranger mes affaires d'école . D'ici trois semaines ce seraient les vacances scolaires . Maman m'avait demandé de faire un peu d'ordre dans les tiroirs de mon bureau et sur les étagères .

J'étais absorbé par cette tâche . Depuis toujours j'aime les endroits bien rangés . Je trouve qu'il est beaucoup plus facile d'évoluer dans un espace où chaque chose est à sa place . Par contre , un peu de poussière recouvrait les objets et les livres les moins utilisés .

J'avais dix ans et je savais me donner de la peine . Cela faisait toujours tellement plaisir à ma mère . Par ricochet , cela rendait mon père très fier . Ce dernier , de par sa profession commerciale , était souvent absent durant deux à trois jours . Il ne manquait jamais de nous narrer les anecdotes de ses déplacements lors de ses retours .

Isabelle , ma meilleure copine d'école depuis quatre ans , aimait venir passer les jeudis après-midi chez moi . Ma maman connaissait bien la sienne et , en cette époque révolue , lointaine , les relations , dépourvues d'ambiguités , étaient simples et naturelles . Comme moi , Isabelle était excellente élève et vivait dans un foyer uni et heureux .

Isabelle arriva vers quinze heure , me ramenant , le dernier magazine Tintin auquel elle était abonnée . Moi , je lui prêtais le magasine "Coeur Vaillant" auquel j'étais également abonné . Comme d'habitude , elle s'assit dans la chaise à bascule , entre l'armoire et le bureau . Nous bavardions . Elle me racontait que ses parents avaient pour projet , cet été , des vacances dans le Périgord noir où elle avait de la famille . En ces époques héroïques , les gens partaient souvent en vacances pour trois semaines ou un mois . Je lui fis part du désir des miens d'aller passer un mois en Vendée où j'avais deux tantes , un oncle et de nombreux cousins .

Nous bavardions depuis une bonne demi heure lorsque soudain , sans raison , un compas , posé sur un manuel scolaire , se mit à tourner doucement sur lui-même , un peu comme l'aiguille d'une montre . Dans un silence lourd et pesant nous observions cet objet bouger tout seul , lentement , comme animé d'une vie qui lui était propre .

- Chez toi aussi , il se passe des choses comme ça ! Me fit Isabelle .

- Oui , parfois il ne se passe rien pendant des mois et puis il y a des choses tous les jours pendant une semaine . Lui fis-je en réponse .

J'étais debout près du bureau , Isabelle vint me rejoindre . Nous n'avions jamais évoqué ces phénomènes . Elle comme moi , avions cela secrètement au fond de nous . J'avais bien évoqué ces phénomènes , un jour , avec un copain de vélo . Mais , vu ses réactions très communes chez les septiques , je n'avais plus jamais tenté d'en parler . A quoi bon s'entendre déverser un flots d'explications plus abracadabrantesques les unes que les autres . Des explications fumeuses encore plus étranges que les phénomènes eux-même .

Là , nous avions enfin , Isabelle et moi , la preuve absolue que nous ne rêvions pas , que tout cela était bien réel et non la résultante de nos imaginations . Le plus souvent source d'explications ridicules de la part de ceux à qui il n'arrive jamais rien de la sorte . Elle non plus n'en parlait jamais . Cela nous rapprocha et , souvent , nous échangions de nouvelles anecdotes de ce qui venait encore de se passer . Isabelle avait vécu des choses très similaires aux miennes .

Le compas cessa de tourner sur lui-même au bout de quelques minutes , indiquant de sa pointe la direction de la petite radio qui se mit , toute seule à grésiller , comme allumée sur une fréquence parasite . Isabelle et moi n'éprouvions plus aucune crainte maintenant que nous "savions" . Le fait de partager les mêmes constatations nous rassura . La radio s'éteignit au bout d'une minute . Cet après-midi là , tout cessa .

Maman entra dans la chambre . Après m'avoir remercié pour ce magnifique rangement , elle nous invita à venir , Isabelle et moi , prendre le "quatre-heure" . A présent , avec Isabelle , s'était établie une complicité et nous pouvions enfin parler librement de ce qui nous posait question depuis si longtemps , dans nos vies d'enfant . C'était beaucoup plus facile d'affronter ces phénomènes , maintenant que nous pouvions les relater .

Dans les semaines qui suivirent , il ne passa plus rien de notoire . Ni chez Isabelle , ni chez moi .

Mais , les "choses" n'allaient pas en rester là . Elles n'allaient pas tarder à se rappeler à nous ...

mini_130929022426228332.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invités Posté(e)
Invité elbaid Invités 0 message
Posté(e)

quel talent...!!!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 mois après...
Membre Posté(e)
Balsamine Membre 658 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

J'ai eu une entité chez moi pendant des années. Moi, elle ne me dérangeait pas. Par contre, elle terrifiait mon chien. Elle a disparu lorsque j'ai fait faire des travaux de rénovation dans la maison. Elle me manque.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 5 mois après...
Membre 52ans Posté(e)
Oncle_Julien Membre 314 messages
Forumeur survitaminé‚ 52ans
Posté(e)

icon_cool.gif

Episode 5

Par ce froid jeudi de fin d'après-midi de décembre , maman avait proposé d'allumer la cheminée dans le salon .

Cette cheminée restait , la plupart du temps éteinte . Très belle décoration pour un salon meublé de façon très "rustique" , cette cheminée ne fonctionnait qu'en complément de chauffage . Tout particulièrement lorsque nous avions des invités ou encore de la famille qui venait à la maison . Elle était du plus bel effet et j'adorais y voir brûler les bûches de bois de hêtre dans ces craquements si caractéristiques . Pour la première fois de l'hiver , maman voulait la faire fonctionner . Un "test" qui nous mettait à la fête .

A cet effet , ma mère m'avait demandé si je voulais bien descendre à la cave afin de charger la corbeille à bois . Je m'emparais de la corbeille en rotin , posée entre le porte-tisonniers et le montant de la cheminée . Avec mon petit frère nous étions tout heureux de pouvoir participer à cette première flambée . Nous nous précipitâmes dans l'escalier descendant à la cave . Là , nous nous dirigeâmes vers la pile de petit bois , derrière la chaudière . Il faisait déjà nuit et maman , en haut de l'escalier , nous demandait de ne pas en ramener de trop . Seule l'ampoule du plafond de la cave diffusait une faible lumière .

Mon petit frère remonta le premier avec une poignée de petit bois , tout heureux de rendre service . Moi , je déposais , au fond du panier , des toutes petites bûchettes que je choisissais avec soin . Absorbé par cette activité ludique , je me concentrais sur ce travail amusant .

Soudain , provenant de la vieille armoire , au fond du local de la chaudière , là où maman conservait des choses aussi diverses qu'une paire de bottes en caoutchouc , des manches de rechange pour des balais , des boîtes en fer , un grondement sourd se fit entendre . En même temps , il y eut un souffle glacial . J'eu immédiatement la chair de poule . Cette impression pénible de ne pas être seul .

Il y eut comme un fracas à l'intérieur du vieux meuble . Comme si une pile d'assiettes s'effondrait , tombant d'une étagère . Sans demander mon reste , avec le petit bois que j'avais déjà , je remontais à toute vitesse , volant littéralement au-dessus des marches de l'escalier . J'arrivais haletant dans le salon . Maman me regarda en me demandant ce qui se passait . Je fis un sourire forcé et je déposais ma corbeille avec le petit bois . Enfant plutôt mutique , âgé d'une dizaine d'années , je ne trouvais ni les mots , ni le courage de révéler ce qui se passait parfois autour de moi . Là encore , je me contentais de ne rien dire , prétextant simplement l'impatience de voir ce premier feu de l'hiver dans la cheminée .

Maman , revenant de la descente de la cave me demanda encore pourquoi , malgré ses demandes répétées , je n'avais pas éteint la lumière de l'escalier .

Le lendemain , entre midi et deux , je descendais à la cave avec mon petit frère . Il faisait bien clair et nous étions en plein jour . J'ouvrais la vieille armoire . Tout y semblait dans le parfait ordonnancement dont ma mère était coutumière .

Une fois de plus , donc , profitant d'un moment de solitude , cette entité était venue se manifester à mes sens . Je la détestais pour ces lâchetés . Pourquoi toujours moi ? Lorsque je n'y pensais pas ? Lorsque j'étais seul ? Pourquoi faire peur à un enfant sans défense ?

Le mois de décembre se passa sans autres manifestations jusqu'au lendemain de Noël , où ...

icon_cool.gif

mini_130516015821719087.jpg

icon_cool.gif

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Badboy_ Membre 2 755 messages
Délinquant du forum‚
Posté(e)

La prochaine fois, prépare l'apéro, les glaçons, et les biscuits. Franchement, c'est pas parce que c'est une entité qui vient te voir qu'il faut être impoli :bad:

Elle peut être sympa pourquoi pas ! Je pense qu'elle sera surprise, on ne l'aura pas souvent accueilli comme ça !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines après...
  • 1 mois après...
Membre 52ans Posté(e)
Oncle_Julien Membre 314 messages
Forumeur survitaminé‚ 52ans
Posté(e)

icon_cool.gif

Episode 6

Ce 26 décembre , je m'étais levé de très bonne heure . J'avais passé une nuit agitée car je ne cessais de penser aux cadeaux que j'avais reçu pour Noël . Tout particulièrement ce grand Mécano . J'aimais ces jeux de réflexion qui , tout en suivant un plan de constuction précis , permettaient quand même une grande créativité . Je n'arrêtais donc pas d'imaginer mes prochaines réalisations .

Je pensais à ce puzzle de mille pièces , qui , une fois recomposé , serait une reproduction magnifique de La Joconde , de Léonard De Vinci . J'adorais les puzzles et les maquettes de bateaux anciens . Je partageais cette passion avec mon père et nous prenions grand plaisir à y passer du temps . Réalisant de superbes pièces qui encombraient les meubles du salon ...

Isabelle et ses parents venaient manger pour midi . Puisque ces parents étaient aussi mon parrain et ma marraine , je savais que l'après-midi serait un de ces indiscibles moment de bonheur , propre à l'enfance . Toutes ces pensées , tous ces projets me rendaient fébrile et impatient . Je me levais et rejoignais maman déjà à la cuisine . Les délicieuses brioches , dégoulinantes de miel et de confiture , trempées dans le chocolat chaud , le grand verre de jus d'orange , me permettaient de retrouver un peu de sérénité .

Vers onze heure du matin , le carillon de la porte fit entendre sa petite musique . Je me précipitais dans le hall d'entrée précédé par mon petit frère toujours prompt à être le premier partout . C'était Isabelle , son petit frère et ses parents . Ils avaient des paquets plein les bras . Encore bien des surprises à découvrir avant le repas de midi .

J'emmenais Isabelle dans ma chambre pour lui montrer mes cadeaux . Elle me parlait des siens avec une grande précision . Souvent , elle et moi , passions le jeudi après-midi à jouer avec mon Mécano . Isabelle emmenait le sien . Elle était très inventive et ne manquait pas de m'étonner par ses idées et ses initiatives .

Nous étions là , à admirer la belle boîte de mon puzzle La Joconde , lorsque soudain , sans raison , du plus haut rayon de l'étagère , un gros livre d'Art , tomba lourdement au sol . Nous restions silencieux à regarder le livre ouvert sur une reproduction de ... La Joconde !

Ces synchronicités étaient déjà fréquentes dans mon enfance . A tel point que , aujourd'hui , avec le recul , il est impossible de leur prêter l'intervention d'un quelquonque hasard . Ces synchronicités sont d'ailleurs , certains jours , tellement fréquentes , qu'elles ne m'étonnent plus vraiment . Elles font partie de mon quotidien . J'évoquerais leurs amusantes présences tout au long de ma vie dans les épisodes à venir .

Isabelle me raconta que , durant la nuit , dans sa chambre , elle avait entendu marcher dans la pièce d'à côté . Hors , chez elle , du côté d'où venaient les bruits de pas , il n'y avait pas de pièce d'à côté . C'était le jardin !

Maman et ma marraine vinrent toquer à la porte de ma chambre . Elles entrèrent enjambant l'inventaire de mes cadeaux étalés au sol . Nous invitant à nous rendre au salon afin de découvrir les nouveaux cadeaux et à nous laver les mains avant de passer à table .

L'après-midi , avec la superbe boussole reçue en cadeau , parmis les autres du set de "l'explorateur" , avec Isabelle , nous allions dans le jardin pour jouer à nous orienter dans cette froide journée de décembre . Puis , en plus de la boussole , je voulais essayer la grande torche électrique . A cet effet , nous nous rendîmes à la cave . Isabelle et moi , tels des "Indiana Jones" , nous parcourions les recoins de la cave . Nous "explorions" avec soin lorsque soudain , venant de la vieille armoire , il y eut deux coups frappés avec violence .

Nous sommes restés sans bouger . Isabelle , courageuse , s'avança vers le vieux meuble . Je l'éclairais , suivant ses mouvements . Elle s'arrêta devant l'armoire . Elle frappa contre la porte . Deux coups . Presque immédiatement deux coups furent frappés comme en réponse . Là , s'en était trop . A toute vitesse , prenant nos jambes à notre cou , nous passions par le garage en courant , contournant les deux voitures , pour nous retrouver dehors , haletants et blancs de peur , dans le froid vif . La nuit commençait à tomber , il était seize heure trente .

Nous sommes revenus au salon . Papa avait sorti ses guitares . Mon parrain et lui en jouaient ensemble . Maman et ma marraine bavardaient ensemble devant de gros albums de photographies . Mon petit frère et le petit frère d' Isabelle faisaient fonctionner le train électrique reçu pour Noël .

Comme toujours , Isabelle et moi restions silencieux , secrets , gardant pour nous ce que nous venions encore de vivre . Par précaution , nous décidâmes , elle et moi , de rester dans le salon , avec tout le monde .

Il ne se passa plus rien de notoire jusqu'à la fin des vacances . Ce ne fût qu'un mois et demi plus tard , à la période des congés de Carnaval que ...

icon_cool.gif

mini_130519094657295221.jpg

icon_cool.gif

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Rosselini Membre 2 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Oui moi j'ai eu un esprit qui mangé mes céréales pendant des années, jusqu’à ce que je me rende compte que c'était un mon chinchilla :).

Personne n'a jamais prouvé que les esprits existent et personne n'arrivera jamais a le prouvé parce qu'ils n'existent pas voila mon avis ^^. Pour ceux qui racontent des histoires sur les esprits c'est simple ils mentent.

Sinon pour la petite histoire de Gilbert c'est plutôt bien écrit.

Modifié par Rosselini
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
VIP Posté(e)
yop! VIP 20 446 messages
Gonade Absolutrice‚
Posté(e)

Il existe pas mal de témoignages de gens dans leur lit qui ressentent un poids, mais le plus souvent sur leur poitrine. J'ai déjà lu sur les jambes également. Apparemment, ce n'est pas une entité fantômatique mais une paralysie du sommeil ou encore autres incidents physiques/nerveux. Comme on n'est pas très fort pour interpréter les signaux de notre corps, surtout quand ils sont bizarres, on imagine tout de suite plein d'histoires.

Hum, d'ailleurs, je vais peut-être déplacer ce sujet dans Littérature => Vos écrits.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 52ans Posté(e)
Oncle_Julien Membre 314 messages
Forumeur survitaminé‚ 52ans
Posté(e)

:cool:

"Yop", modérateur, a écrit (je cite) :

< Il existe pas mal de témoignages de gens dans leur lit qui ressentent un poids, mais le plus souvent sur leur poitrine. J'ai déjà lu sur les jambes également. Apparemment, ce n'est pas une entité fantômatique mais une paralysie du sommeil ou encore autres incidents physiques/nerveux. Comme on n'est pas très fort pour interpréter les signaux de notre corps, surtout quand ils sont bizarres, on imagine tout de suite plein d'histoires.

Hum, d'ailleurs, je vais peut-être déplacer ce sujet dans Littérature => Vos écrits.

:cool:

Cher "Yop".

Il serait peut-être dommage de priver les amateurs d'ésotérisme de récits plutôt bien rédigés, explicites et attractifs.

Ceci sans prétention aucune.

Votre obligé

:cool:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines après...
Membre 105ans Posté(e)
Air-aile Membre 2 502 messages
Mon vent - mes ailes ‚ 105ans
Posté(e)

Comme on n'est pas très fort pour interpréter les signaux de notre corps, surtout quand ils sont bizarres, on imagine tout de suite plein d'histoires.

Et moi je parierais volontiers que le jour où il t'arrivera de vivre une "expérience paranormale" , tu sauras d'instinct que tu n'as pas imaginé une histoire bizarre .. et tu diras "j'ai vécu"..et ca restera longtemps gravé en toi , au point de n'en oublier aucune seconde.. et crois moi que parfois ca peut sembler des heures une seconde dans ce cas là ...

Modifié par Air-aile
  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×