Aller au contenu

Poésie

Noter ce sujet


Messages recommandés

Invité THEO2PHIL
Posté(e)
Invité THEO2PHIL
Invité THEO2PHIL Invités 0 message
Posté(e)

Tu as vu la Cène

Ces douze convives

qui n'ont pas du tout l'air

dans leur assiette ?

Oui leur assiette

se trouve juste derrière

leur tête !

:blush:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
  • Réponses 641
  • Créé
  • Dernière réponse

Meilleurs contributeurs dans ce sujet

Meilleurs contributeurs dans ce sujet

Images postées

Invité sympatik
Posté(e)
Invité sympatik
Invité sympatik Invités 0 message
Posté(e)

Ma muse...

Herbe folle de la jeunesse, du printemps

Un sourire aux lèvres de la nuit pleine d'étoiles

Quand tout est las, que l'horizon lève son voile

Et qu'on danse à perdre haleine, tels deux amants.

Que ta caresse est douce, toi, mon amoureuse

Viens que je t'enserre au fond de mon être

Capture, relâche, d'un souffle, d'une lettre

Etourdi, titubant, et ma vie radieuse.

Aux lendemains qui déchantent sous un oeil triste

Le goût du réveil, l'ombre m'a déjà quitté

Dans l'air saccadé joué par le pianiste

Je te cherche, te trouve, je suis bouche bée

Du bouquet luxurieux une fleur qui fâne

Que sais-je de toi ? Juste un prénom, Marie Jeanne.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
30ans Posté(e)
Clorgen Membre 32 messages
Forumeur balbutiant‚ 30ans
Posté(e)

Le repos des insurrections

Au cœur meurtri par les larmes insipides,

Je t’envoie la lubie d’un maux limpide.

Soigne à mon âme ses viles blessures

La nausée de son chagrin m’abaisse en carrure.

Je saigne ma haine de ma rancœur

A la peine qui coule de mes pleurs,

J’étouffe la rage de ma colère

A la fureur de mes erreurs amères.

J’ai peur, j’ai vu tout ce que je voulais voir;

J’ai faim, j’ai rassasié l’égoïste miroir;

J’ai soif, j’ai beau avoir tu es mon or;

J’ai mal, j’ai beau haïr je t’aime encore…

La raison me donne tord aux souffrances

Mais elles octroient raison à l’existence,

Je souffre de me sentir exister

Dans l’écume de la réalité.

Mon Amour, exile l’envoûtement,

A quoi bon espérer dans ces tourments:

Mes rêves ne s’éveillent qu’au sommeil

Et s’éteignent en ce monde à mon réveil.

J’espère parce qu’il faut espérer;

Je pense pour ne plus devoir penser;

Je vis parce que je devrai mourir;

Je t’aime pour l’ardeur que tu m’inspires…

Au désespoir de ne savoir s’exprimer,

Mon silence est une bruyante paix

Qui explose comme une super nova

Lorsqu’il se brise en mille et un éclats.

Je maudis la fortune d’en sourire,

Je voudrai bien accepter de souffrir,

Après tout si je n’ai pas ce que j’aime

Je t’aimerai d’avantage quand même.

Ainsi soit-il, j’attendrai ton retour,

Dans le doux réconfort de ton Amour:

Je veux me blottir contre tes seins chauds

Et y dormir pour taire mon fléau…

Pour mon Amour loin de moi et à la poésie qui panse les blessures des âmes

Modifié par Clorgen
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité THEO2PHIL
Posté(e)
Invité THEO2PHIL
Invité THEO2PHIL Invités 0 message
Posté(e)

pas folle

la guèpe

pas cloche

le bourdon

pas sourde

la feuille ...

---------------------i

Modifié par THEO2PHIL
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
63ans Posté(e)
venus23H Membre 3 069 messages
Forumeur alchimiste‚ 63ans
Posté(e)

Mes yeux ne regardent que l'horizon

Mes pas sont sensiblent a la pesanteur de l'âge

La raison est en moi et j'avance toujours

L'air que je respire est parfois si lourd.

Le chemin que j'ai pris semblait encore plus long

Au début de ma vie tout paraissait si bon

Mais ce temps qui s'écoule me propulse la bas

Ou se déroule le dernier combat.

Et mes yeux ne regardent qu'au fond l'horizon.

Du passé je décide d'ignorer l'émotion

Oublier les blessures, oublier les bonheurs

Ressentir le présent jusqu'au fond de mon coeur

Pour ne pas voir s'éteindre le feu de ma passion.

Et mes yeux ne regardent qu'au fond l'horizon.

Vivre cet instant que le réel m'inspire

En admirer le bien, en observer le pire

ressentir tous les maux et douceurs qu'on me donne

Exprimer l'existence avant que ne résonne

L'ultime dernier cri ,dernier souffle de vie

Ce tout dernier mot,ce dernier ressenti

Et mes yeux ne regardent qu'au fond de l'horizon.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
cynyhia Membre 1 720 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Mais l'espoir est là à la porte

Il résonne si fort dans cet horizon

Il combat les peines, les angoisses, il escorte

Ceux qui doutent de lui, et avec passion

Il rentre dans leur vie, les envahis

De sa lueur d'amour , de son pouvoir

Il redonne la force, il les fortifie

Au point que tous, happent cet espoir

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité sympatik
Posté(e)
Invité sympatik
Invité sympatik Invités 0 message
Posté(e)

En animal blessé, m'étendre sur le flanc,

Laisser l'air pénétrer, ne plus jamais sourire

Amer et si las d'avoir toujours vu pire

Me reposer là-haut juste un peu, un moment.

Et l'amour chantera tel un printemps précoce

La sève et les bourgeons coulant dru de mes veines

Demain déjà autre, d'un souffle, une haleine

Et d'une citrouille transformée en carrosse.

A l'aube de la mort, ma mémoire engloutie

Dans la douce torpeur précédant l'agonie,

Ilot qui dans la mer sera ainsi resté

Au gré des vents mauvais, de l'écume des jours.

Le coeur qui, abattu, a chassé les vautours

A mon chevet veille, en vigie dévouée.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
28ans Posté(e)
Jedino Membre 47 924 messages
Jedi pas oui, jedi pas no‚ 28ans
Posté(e)

Proche du ravin, j'ai failli y glisser

Et débuter une chute sans fin.

Je n'ai plus grand chose à risquer

Pour calmer ces pauvres chiens.

Un peu enragé, tellement niais,

Ils mordent dans le moindre morceau

Qui passe sous leurs museaux trompés,

Qu'il soit ridicule ou imposant et gros.

Mais les bêtes de foire devront attendre

Que l'odeur d'une autre viande s'amène,

Car je n'ai pas envie de me faire prendre

L'enthousiasme du chaos qui me mène.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité THEO2PHIL
Posté(e)
Invité THEO2PHIL
Invité THEO2PHIL Invités 0 message
Posté(e)

Peindre d'abord une cage

avec une porte ouverte

peindre ensuite

quelque chose de joli

quelque chose de simple

quelque chose de beau

quelque chose d'utile

pour l'oiseau

placer ensuite la toile contre un arbre

dans un jardin

dans un bois

ou dans une forêt

se cacher derrière l'arbre

sans rien dire

sans bouger...

Parfois l'oiseau arrive vite

mais il peut aussi mettre de longues années

avant de se décider

Ne pas se décourager

attendre

attendre s'il le faut pendant des années

la vitesse ou la lenteur de l'arrivée de l'oiseau

n'ayant aucun rapport

avec la réussite du tableau

Quand l'oiseau arrive

s'il arrive

observer le plus profond silence

attendre que l'oiseau entre dans la cage

et quand il est entré

fermer doucement la porte avec le pinceau

puis

effacer un à un tous les barreaux

en ayant soin de ne toucher aucune des plumes de l'oiseau

Faire ensuite le portrait de l'arbre

en choisissant la plus belle de ses branches

pour l'oiseau

peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent

la poussière du soleil

et le bruit des bêtes de l'herbe dans la chaleur de l'été

et puis attendre que l'oiseau se décide à chanter

Si l'oiseau ne chante pas

C'est mauvais signe

signe que le tableau est mauvais

mais s'il chante c'est bon signe

signe que vous pouvez signer

Alors vous arrachez tout doucment

une des plumes de l'oiseau

et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
36ans Posté(e)
Criterium Membre 2 677 messages
Nyctalope‚ 36ans
Posté(e)

Que c'est beau :D

I want to believe

In Love, because Love is all what there is

Left in a world of leftovers

And left over one always needs some Love.

Hey you,

Why don't you join me in this dance,

In the dance under the trees,

The Sycomore.

Nine trees around a sack of nettles

Dance, dance, little child, this is Love.

Rub the oaks against my soul,

See through the winds,

See me,

I Love You.

:o°

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Karbomine
Posté(e)
Invité Karbomine
Invité Karbomine Invités 0 message
Posté(e)

Dans un sursaut de vie,

Au détour d'une ruelle sombre,

Dans la mélasse bleutée d'un brouillard nocturne

C'est là que me guette mon Ombre

é l'affût d'une envie

é l'affût d'un souci

Car à la moindre larme où je sombre,

Sur ma joue, pour lécher l'expression taciturne

De mes tristesses en trop grand nombre

Il se jette ravi...

D'être mon mouchoir bleu

Et de m'en faire aux yeux.

Cyprine.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
28ans Posté(e)
Jedino Membre 47 924 messages
Jedi pas oui, jedi pas no‚ 28ans
Posté(e)

Dans ma tête damnée, il hurlait à grand cri,

Tel une bête égorgée en ce sombre midi,

De sa puissante voix, inspirant la nausée.

Mon démon me blesse sans aucune pitié,

Et je chute au sol, semblable à tous les pêcheurs,

M'inclinant à la vue de mon christ qui se meurt.

Sur mes genoux sanglants, je lui pleure lâchement

Quelques confessions dont se rie bien Satan.

Mes ongles arrachent mes veines pleines de haine,

Colorés de mon sang que je crache sans peine

A son goût répugnant et à son teint si terne.

Ma douleur me prend et étriques mes mains saines,

Quand je brûle dans ma chair d'un regret intense.

Bien que la lumière dissipe ma méfiance,

Je m'écarte de cette vérité de fer,

Car le doute aspire à ma mort, à mon enfer.

Rien à comprendre dans ce poème.

J'étais dans un mauvais jour, je me suis défoulé.

Tellement énervé que je les ai sortis en alexandrin :o°

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité THEO2PHIL
Posté(e)
Invité THEO2PHIL
Invité THEO2PHIL Invités 0 message
Posté(e)

Le Temps nous égare

Le Temps nous étreint

Le Temps nous est gare

Le Temps nous est train.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
36ans Posté(e)
Criterium Membre 2 677 messages
Nyctalope‚ 36ans
Posté(e)

Quel beau jeu de mots, c'est si vrai :o°

Le Temps, c'est un peu comme cela :

1944.jpg

Un profond tunnel de train qui, moite, voit défiler de nombreux arbres dressés et à l'écorce rigide et ferme.

Cela m'émeut.

Modifié par Criterium
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité syntetik
Posté(e)
Invité syntetik
Invité syntetik Invités 0 message
Posté(e)

A mon ombre ?

Coeur flétri par la lune trop âpre et brûlante

Dont les feux résonnent encore en des frissons

L'échine léchée dans le vide, abandon

Le malheur abattu jusque dans la tourmente.

Et je marche au hasard des nuits de funambule

Dans cette quête effrénée de folie sauvage,

Ignorant le temps et oubliant les visages

Ramené au port avec la plaie qui purule.

Périr, rire, danse un instant avec la mort

Flèches qui volent, couteau qui joue sur mon corps

Sens obscurcis, délire, la raison flagelle.

Des entrailles de la terre a surgi, Elle,

Et virevoltant, vivante, victorieuse

Au bal des maux me mène et s'en repaît, joyeuse.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines après...
26ans Posté(e)
primordiale Membre 43 messages
Forumeur balbutiant‚ 26ans
Posté(e)

Un fantôme l'attendait dans un grand angle d'ombre,

Et lui disait:"Allons-y".

Alors, il voyait devant les yeux les ténèbres:

Des plaines sans frontières,

Des fosses lugubres et des cimetières.

Sans tarder, le spectre l'emportait dans des couloirs de lumières.

Ils traversaient ensemble des bois, des rivières

Et s'envolaient vers le ciel.

Le fantôme lui disait: -Tu vois?

Tous ces cieux, tous ces astres, tous ces mystères

Appartiennent à un seul Dieu éternel,

Qui contrôlait cet ample,vaste, immense univers.

Et tous rentraient chez lui,

Mais à chacun son itinéraire.

Tu vois? La vie est un pont pour la mort.

Un monde où régnait la matière,

Mais il y avait la richesse et la misère.

C'est une épreuve, une vaste mer,

Où tous se battaient pour survivre.

Car c'est un monde cruel et éphémère.

Mais c'est ici, au monde de réalité, les délices et les tourments éternels.

Et maintenant c'est à toi de poursuivre ton chemin,

Soit au paradis, soit à l'enfer.

Affectueusement :o°

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
36ans Posté(e)
Criterium Membre 2 677 messages
Nyctalope‚ 36ans
Posté(e)

17 mai 2010 ¿ Je tenais entre mes mains cette lettre, ne réalisant encore qu'à moitié que la personne qui l'avait écrite était morte. C'était étrange de se dire que ce serait la dernière fois que cette calligraphie connaîtrait le papier. Dernière! Jamais plus. L'objet m'en paraissait d'autant plus sacré qu'il était un dernier, unique témoignage ¿ et ainsi je l'ouvris avec soin, l'émotion me faisant légèrement trembler. La lettre contenait trois pages d'un papier blanc, immaculé, recouvert de l'écriture du mort, à l'encre noire. Je lus.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
54ans Posté(e)
Ayne Membre 3 589 messages
tite clone à kiki‚ 54ans
Posté(e)

Il manque quelqu'un au bout de ma main

je balaye l'air dans le noir, à sa recherche

je sens que s'enfuit son doux parfum

qui s'embrasera si j'en allume la mèche[font=-->

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
28ans Posté(e)
Jedino Membre 47 924 messages
Jedi pas oui, jedi pas no‚ 28ans
Posté(e)

Magnifique dans sa fourrure orangée,

Il parcourait la savane en roi tyrannique.

Et les moutons, à la vue de sa crinière

Cruentée, fuyaient dans la panique

Leur maitre affamé en cet accablant midi.

Sa mâchoire, dentée de chaque côté

De scies tranchantes, laissaient aux vies

L'espoir de n'être que le prochain happé.

Pauvre petite bête que tu es devant

Lui, tremble de peur, car voilà maintenant

Ton tour. Joue ton rôle de survivant

Face aux hurlements d'un estomac bruyant.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×