Aller au contenu

Messages recommandés

Annonces
Maintenant
chirona Membre+ 3432 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)

La Promesse de l'aube, roman autobiographique de Romain Gary (1960) :

« - Tu seras un héros, tu seras général, Gabriele D'Annunzio, Ambassadeur de France - tous ces voyous ne savent pas qui tu es ! Je crois que jamais un fils n'a haï sa mère autant que moi, à ce moment-là. Mais, alors que j'essayais de lui expliquer dans un murmure rageur qu'elle me compromettait irrémédiablement aux yeux de l'Armée de l'Air, et que je faisais un nouvel effort pour la pousser derrière le taxi, son visage prit une expression désemparée, ses lèvres se mirent à trembler, et j'entendis une fois de plus la formule intolérable, devenue depuis longtemps classique dans nos rapports : - Alors, tu as honte de ta vieille mère ? »

source : résumé de la collection Folio

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chirona Membre+ 3432 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)

Vous devez trouver le titre d'un livre publié par son auteur sous un pseudonyme.

A vous de poser des questions auxquelles je ne peux répondre que par oui ou non.

La main est dans votre camp :o° .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Imparfaite Membre 872 messages
Forumeur accro‚ 31ans
Posté(e)

La Vie devant soi, Emile Ajar ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Imparfaite Membre 872 messages
Forumeur accro‚ 31ans
Posté(e)

Un écrivain du XXième siècle ?

Modifié par Imparfaite

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chirona Membre+ 3432 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)

Absolument :o° !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Imparfaite Membre 872 messages
Forumeur accro‚ 31ans
Posté(e)

"J'irai cracher sur vos tombes" ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chirona Membre+ 3432 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)

Oui. Bravo :o° !

Merci pour ta participation à ce topic :D .

A toi !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Imparfaite Membre 872 messages
Forumeur accro‚ 31ans
Posté(e)

Je suis la muse d'un célèbre écrivain, qui suis-je ?

96875344.jpg

Oui. Bravo :o° !

Merci pour ta participation à ce topic :D .

A toi !

De rien, j'l'aime bien ce topic! :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chirona Membre+ 3432 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)

C'est Jeanne Duval, muse de Charles Baudelaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chirona Membre+ 3432 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)
"J'irai cracher sur vos tombes" ?

Roman publié en 1946 sous le pseudonyme de Vernon Sullivan dont Boris Vian se présentait comme le traducteur.

Lee Anderson s'installe à Buckton, une petite ville du sud des Etats-Unis. Il s'intègre facilement malgré sa peau légèrement métissée (Anderson a un père noir et une mère blanche). Contrairement à lui, ses frères ont la peau très noire, et sont victimes de racisme, jusqu'au jour où l'un d'entre eux se fait assassiner par des Blancs. Aveuglé par la colère et la haine, Lee entreprend, pour se venger, de tuer deux jeunes bourgeoises blanches. Il s'invente alors une vie de toutes pièces mais ne se détourne pas de son dessein.

Source : Evene

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Imparfaite Membre 872 messages
Forumeur accro‚ 31ans
Posté(e)
C'est Jeanne Duval, muse de Charles Baudelaire.

Bien joué! :o°

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chirona Membre+ 3432 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)

Jeanne Duval : muse de Baudelaire

On sait peu de choses sur cette femme, une mulâtresse qui hantera la vie et l'¿uvre de Baudelaire des années durant. « C'était une fille de couleur, d'une très haute taille, qui portait bien sa brune tête ingénue et superbe, couronnée d'une chevelure violemment crespelée, et dont la démarche de reine, pleine d'une grâce farouche, avait quelque chose à la fois de divin et de bestial. » C'est en ces termes que Théodore de Banville évoque la belle Jeanne dans ses Souvenirs.

Baudelaire fait sa connaissance en 1842, à son retour de voyage: sans doute lui rappelait-elle "l'idéal de la beauté noire". Elle habitait au 6,rue de la Femme-sans-tête, près de l'hôtel Pimodan, et était alors comédienne dans un petit théâtre. Ce fut le début d'une liaison tempétueuse de presque toute une vie, qui inspirera de nombreux poèmes. Elle est la « maîtresse des maîtresses » dans le poème "Le Balcon", et c'est sans doute ses charmes qui inspirèrent les vers de "Parfum Exotique", "La Chevelure", "Le Serpent qui Danse", "Je t'adore à l'égal de la voûte nocturne", "Sed Non Satiata", série de poèmes des Fleurs du Mal souvent citée comme le cycle de la « Vénus Noire ».

Vampirisé, diabolisé, à la fois ange et démon, Jeanne Duval incarne la femme sensuelle, tentatrice, dangereuse, tribade, infidèle, troublant l'âme du poète épris d'une passion charnelle, qui prend la forme d'une dépendance forte.

source :baudelaire.litteratura.com/?rub=vie&srub=per&id=5

Pour le plaisir :

La chevelure

é toison, moutonnant jusque sur l'encolure !

é boucles ! é parfum chargé de nonchaloir !

Extase ! Pour peupler ce soir l'alcôve obscure

Des souvenirs dormant dans cette chevelure,

Je la veux agiter dans l'air comme un mouchoir !

La langoureuse Asie et la brûlante Afrique,

Tout un monde lointain, absent, presque défunt,

Vit dans tes profondeurs, forêt aromatique !

Comme d'autres esprits voguent sur la musique,

Le mien, ô mon amour ! nage sur ton parfum.

J'irai là-bas où l'arbre et l'homme, pleins de sève,

Se pâment longuement sous l'ardeur des climats ;

Fortes tresses, soyez la houle qui m'enlève !

Tu contiens, mer d'ébène, un éblouissant rêve

De voiles, de rameurs, de flammes et de mâts :

Un port retentissant où mon âme peut boire

A grands flots le parfum, le son et la couleur ;

Où les vaisseaux, glissant dans l'or et dans la moire,

Ouvrent leurs vastes bras pour embrasser la gloire

D'un ciel pur où frémit l'éternelle chaleur.

Je plongerai ma tête amoureuse d'ivresse

Dans ce noir océan où l'autre est enfermé ;

Et mon esprit subtil que le roulis caresse

Saura vous retrouver, ô féconde paresse,

Infinis bercements du loisir embaumé !

Cheveux bleus, pavillon de ténèbres tendues,

Vous me rendez l'azur du ciel immense et rond ;

Sur les bords duvetés de vos mèches tordues

Je m'enivre ardemment des senteurs confondues

De l'huile de coco, du musc et du goudron.

Longtemps ! toujours ! ma main dans ta crinière lourde

Sèmera le rubis, la perle et le saphir,

Afin qu'à mon désir tu ne sois jamais sourde !

N'es-tu pas l'oasis où je rêve, et la gourde

Où je hume à longs traits le vin du souvenir ?

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Devinette :

C'est le titre d'un roman qui évoque à la fois les sciences et la nature.

Je continue à ne répondre que par oui ou non.

Modifié par chirona

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×