Plus dur de faire le mal ou le bien ?

Bloob Membre 47 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Tout est dans la question !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

guitariste25 Membre+ 4 935 messages
- .inusable. -‚ 31ans
Posté(e)

Tout dépend de la personne.

Si tu es une personne bien t'auras plus de facilité a faire le bien et vice versa...Logique...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité insumisa34
Invité insumisa34 Invités 0 message
Posté(e)

non trop réducteur...parce que rien n'est totalement bien ou mal.

tu peux etre une personne bien et faire du mal ,sans le vouloir...parce que c'est la vie,

malgrés les efforts qu'on peut faire pour limiter le mal qu'on fait...on en fera toujours.

le bonheur des uns fais le malheurs des autres...

la difficulté à mon sens réside dans la conscience de ce fait...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

Je crois être quelqu'un de "bien" mais c'est souvent pour moi un effort de ne pas faire le mal !

Il me semble que la nature humaine n'est pas vraiment bonne, ce qui nous retient surtout de faire le mal c'est la peur des conséquences, de la punition mais aussi l'éducation, la morale, ce qui forge notre conscience.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité filipe59
Invité filipe59 Invités 0 message
Posté(e)

Pour bien faire : mille jours ne sont pas suffisant !

Pour mal faire : un jour suffit amplement !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
konvicted Membre+ 26 420 messages
I. C. Wiener‚ 26ans
Posté(e)

Ce qui est le plus dur, ce n'est pas de faire le bien ou de faire le mal - autrement dit, ce n'est pas d'agir en fonction de la morale collective -, mais c'est d'agir à l'encontre de sa propre conscience ou, à plus forte raison, à l'encontre de son propre profit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Brownies Membre 4 405 messages
L'ignorant des ignorés‚ 30ans
Posté(e)

Pour ma part, j'éprouve de la satisfaction à faire des choses biens, et je ne suis pas fier quand je fais des choses mal.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité filipe59
Invité filipe59 Invités 0 message
Posté(e)
Ce qui est le plus dur, ce n'est pas de faire le bien ou de faire le mal - autrement dit, ce n'est pas d'agir en fonction de la morale collective -, mais c'est d'agir à l'encontre de sa propre conscience ou, à plus forte raison, à l'encontre de son propre profit.

Ce qui est le plus dur, c'est de se rendre compte si on fait bien ou mal, "l'enfer est pavé de bonnes intentions"...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bloob Membre 47 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Oui de tout façon les notions de bien ou mal n'existe pas au sens propre, tout le monde le sait.

Même quelqu'un représentant le mal, peut-être très attentionné à l'encontre d'une personne.

Tout est subjectif, il ne consiste donc pas de rentrer dans une notion dite manichéenne de savoir si on fait le bien ou le mal. Mais de se demander si nos actions sont bonnes ou mauvaises. Et seul la société ou bien l'affectif nous permet de discerner une action bien d'une mauvaise. Cependant, il n'y a pas de notion universelle du bien ou du mal et c'est pourquoi on ne peut jamais vraiment savoir si son action est strictement bonne ou mauvaise.Pour en revenir à la question, bien sûr que faire le bien ou le mal dépend de la personne puisque si on est "gentil", il sera plus simple de faire le bien que l'inverse.

Donc pour conclure c'est une question stupide comme les humains. Lol

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité filipe59
Invité filipe59 Invités 0 message
Posté(e)

Une même personne peut être gentille avec quelqu'un et méchante avec une autre !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Lincoln
Invité Lincoln Invités 0 message
Posté(e)

Le bien et le mal sont dans la nature de l'etre humain.

Tout le monde a le potenciel pour répendre le bien comme le mal.

Le seul point important sont les raisons qui nous pousse à agir:

-méchanceté, défence, tristesse, amour, pitier, jalousie etc...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité filipe59
Invité filipe59 Invités 0 message
Posté(e)

Intérêt, besoin, envie...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
boby41 Membre 37 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Je pense que la question n'est pas réellement si il est plus dur de faire le bien ou le mal, mais plutôt quelle est la dominante de la nature humaine.

Je suis, ayant 17ans, simplement sur des estimations. Je n'ai pas encore fait de philosophie et donc il est possible que mes interprétations soient fragiles.

Soit, la nature humaine est-elle bonne ou mauvaise ? De là se dégage une facilité à faire une bonne ou mauvaise action. Ou du moins, la perception d'avoir fait ce que l'on défini comme "bien" ou "mauvais". J'ai l'intime conviction que si, aujourd'hui, on estime que certaines actions sont "bonnes", c'est simplement parce qu'elles sont rares. L'Homme est de nature égoïste et ses actions transparaissent dans son comportement le plus banal. Il faut ainsi essayer d'enlever ce nuage nommé Habitude qui nous empêche potentiellement de voir la réalité humaine.

Cela étant dit, il est certain que la valeur attribué à nos actions peut ne pas être en accord avec la nature humaine, celle ci étant dominer, bercer, diriger par la société dominante. De plus, la société n'est pas obligatoirement le reflet de notre nature.

Pascal disait d'ailleur que "qui veut faire l'ange fait la bête". Il faut y voir là une invitation à s'écarter de modèles imaginaire et qu'il faut, pour arriver aux meilleurs aspirations de l'homme, connaître la nature humaine.

Cette question est donc large et complexe. Je pense que le bien ou le mal doit être consciemment défini par l'individu seul. Celui ci donnant un sens à sa vie et à ses comportements par la suite. Il faut libérer l'individu de ce carcant collectif pour qu'il retrouve sa nature la plus primitive. Ainsi, il pourra décider de ses choix et les mettres en adéquations avec les autres. Pour cela, toutes formes de socialisation subjective doit être bannie.

Le fait de chercher notre nature est pour moi le reflet d'une crise existentialiste qui transparait dans notre société sans repère viable, sans statut défini, sans but précis.

Mais cette question est fondamentale pour donner un sens à sa vie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pheldwyn Membre 11 157 messages
Explorateur de Nuages‚ 39ans
Posté(e)

Il y a des actes bienveillants/malveillants simples et faciles à réaliser.

Desfois, faire le bien ou le mal à une plus grande échelle s'avère plus complexe.

De plus, il s'agit de s'avoir si ces actes sont destinés à une personne, un groupe de personnes (à savoir l'emprise, l'importance de nos actes sur les autres) : toute le monde n'a pas la capacité à faire ainsi le "bien" ou le "mal".

Après il faut encore mesurer la capacité à chacun de réaliser l'un ou l'autre, ainsi que l'adéquation de ces actes avec la personnalité de chacun, leur morale, leurs convictions (ou l'absence de celle-ci).

Enfin, il faut voir aussi ce que ces actes bienveillants/malveillants apportent à leurs auteurs, si cela leur est bénéfique (ou pas), et les mobiles, les circonstances qui les poussent à les commettre.

Et bien évidemment, tout ça avec la notion plus que subjective et variable du bien et du mal.

Bref, j'aurais tendance à répondre ni l'un ni l'autre ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bloob Membre 47 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Je vous trouve intéressant !

Mais, le sujet est trop vaste et difficile à cerner donc je pense que je poserais une nouvelle question plus précise.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
SN3 The last. Membre 6 166 messages
Forumeur alchimiste‚ 38ans
Posté(e)

Une seule et même action peut avoir une conséquence positive ou négative. Tout dépend du contexte. Le plus difficile à accomplir, c'est le choix.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mik72 Membre 2 124 messages
Le Ténébreux vous salue...‚ 36ans
Posté(e)

Plus dur de faire le mal c'est sûr, la preuve on en fait même sans le vouloir, alors que faire le bien sans le vouloir ça me parait plus difficile.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lindamiere Membre 36 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Je pense que c'est beaucoup plus dur de faire le bien, parce que faire le bien c'est prendre en compte l'autre, et donc anticiper ce qui va lui faire plaisir, deviner, connaitre surprendre etc ...

Pour faire le mal il suffit de faire seulement par rapport à soi, c'est l'égoïsme et c'est le plus facile :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bloob Membre 47 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Moi perso, je suis peut être égoïste, mais il m'est impossible de faire le mal. Donc comme ça ton argument est cassé :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blackmesa Membre+ 2 700 messages
Grosse banane de Dolph‚ 26ans
Posté(e)

Impossible? oO.  On peut faire du mal a quelqu'un sans s'en rendre compte, donc c'est impossible de ne pas faire du mal. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant