Maximilien de Robespierre

Olivier1985 Membre 8 188 messages
Milk shaker‚ 31ans
Posté(e)

Robespierre.jpg

Né à Arras en1758, décédé à Paris le 28 juillet 1794, Robespierre est issu d'une famille de la petite bourgeoisie. Jeune homme pauvre et doué, il poursuit des études qui le mènent au métier d'avocat. Il est élu député du Tiers Etat aux Etats Généraux après avoir fait une campagne publique. Représentant de l'extrême gauche démocratique à l'occasion d'une loi électorale censitaire contre laquelle il est l'un des seuls députés de la Constituante à s'élever. Au début de 1791, au club des Jacobins, Robespierre est aussi l'un des premiers à se déclarer favorable au suffrage universel.

Adversaire de la déclaration de guerre en 1792, il s'oppose aux Girondins et passe au premier rang de la scène politique avec la chute du roi, le 10 août 1792. Elu député à la Convention, il réclame la déchéance de louis XVI et devient l'un des chefs de file des Montagnards. Appuyé par les sans-culottes parisiens, il est alors l'un des principaux artisans de la chute des Girondins (juin 1793).

Robespierre institue une religion civique, qui combat l'athéisme, reconnaît l'immortalité de l'âme et enseigne aux Français la haine de la tyrannie et l'amour de la justice. Il est le héros de la fête de l'étre Suprême qui se déroule partout en France le 8 juin 1794.

Il est aussi à l'origine de la loi du 22 prairial an II (10 juin 1794) qui instaure la Grande Terreur, ôtant aux accusés toute possibilité de défense ou de recours.

La mise en accusation

Malgré les victoires révolutionnaires (Fleurus le 26 juin 1794), la situation politique de Robespierre se dégrade très vite. Le Comité de sûreté générale engage la lutte avec le Comité de salut public. Il y est contesté par Billaud-Varenne et Collot d'Herbois. Ses adversaires nouent un complot avec le centre de l'Assemblée. Le 9 thermidor an II (27 juillet 1794) Robespierre est empêché de s'exprimer à la Convention, il est invectivé de toutes parts, il a la gorge serrée, Garnier de l'Aube lui jette « Le sang de Danton t'étouffe ! ». Puis soudain un certain Louchet, tout juste connu s'écrie « Je demande le décret d'accusation contre Robespierre ! » Le silence venu d'un seul coup pèse sur l'Assemblée, quelques députés commencent à applaudir, puis c'est l'ensemble, la proposition est votée à main levée...La cause est entendue. Il est quatre heures de l'après-midi.

L'arrestation

Les gendarmes arrêtent Robespierre, Saint-Just et Couthon. Le jeune frère de Robespierre et Le Bas se joignent volontairement à eux. Pour aller plus vite encore on porte le paralytique Couthon.

Mais la Commune de Paris (souvent plus puissante que la Convention), tenue au courant heure par heure de ce qui se passe à l'Assemblée fait sonner le tocsin, convoque les sections. Les barrières sont fermées, la place de l'Hôtel de Ville se hérisse de piques, l'insurrection n'attend plus qu'un signal que seul Robespierre peut donner.

Pendant ce temps, chaque prisonnier est conduit vers la prison qui lui est assignée. Mais le même scénario se reproduit à chaque fois, dès que le nom de Robespierre est prononcé le geolier refuse de laisser entrer les gendarmes et leur prisonnier. La Commune aura très certainement donné des ordres très précis. Robespierre ne croit pas à l'efficacité d'une émeute pour lui redonner le pouvoir. De plus trop respectueux des lois il préfère passer devant un tribunal. Comme il faut bien aller quelque part, Robespierre propose aux gendarmes de le conduire à la police municipale, en un mot lui ouvrir les portes de la liberté.

Pendant près de deux heures au Quai des Orfèvres il reste indécis, il ne sait pas quoi faire, il n'aime pas beaucoup les gens de la Commune les trouvant trop « immoraux ». Un émissaire de la municipalité vient même lui dire « En te sauvant, tu sauve la liberté ! ». A 9 heures du soir, comme un automate il rejoint l'Hôtel de Ville. Les autres prisonniers libérés par la Commune l'y attendent. Ses doutes le reprennent, Saint-Just le pousse à agir. Faut-il appeler Paris aux armes contre la Convention et sortir ainsi de la légalité ?

Mise au courant des événements, l'Assemblée s'affole. Les troupes de la Commune s'approchent parait-il des Tuileries. Hanriot surnommé par les parisiens « la bourrique à Robespierre » marche sur la Convention, puis sans aucune raison apparente hésite et se retire. Les députés reprennent courage, mettent immédiatement les robespierristes hors la loi, ce qui équivaut à la mort sans procès. On charge Barras de mater l'émeute.

Il est deux heures du matin, les troupes parisiennes sont lassent d'attendre une décision qui ne vient pas. Quand elles entendent la lecture de l'arrêté de la Convention, elles commencent à avoir une furieuse envie d'aller se coucher. Peu de temps après les rangs sont de plus en plus clairsemés.

Barras fait irruption sur la place de l'Hôtel de Ville sans rencontrer beaucoup de résistance, il entre, pénètre dans la pièce où sont réunis Robespierre et ses amis. Des coups de feu éclatent, Le Bas se suicide, Couthon tombe du fauteuil où on l'avait placé, le frère de Robespierre saute par la fenêtre et se brise la cuisse. Maximilien est gravement blessé à la mâchoire. A-t-il voulu se tuer ? Un gendarme a-t-il tiré sur lui ? On ne le saura jamais. Il s'est écroulé, tachant de son sang une feuille de papier où il venait d'apposer les deux premières lettres de son nom.

Ce document toujours visible au musée Carnavalet était l'appel à l'insurrection !

Le procès et l'exécution

A trois heures de l'après-midi les prisonniers sont extraits de la Conciergerie pour être conduits au Tribunal révolutionnaire. L'accusateur public Fouquier -Tinville va requérir contre ses anciens chefs. Pas d'interrogatoire et pas de défense pour les hors la loi. On va simplement faire constater l'identité des accusés par deux personnes de l'assistance.

Quelques heures plus tard tout est fini. L'après-midi du 28 juillet, sous les acclamations de la foule, il est guillotiné place de la Révolution (Place de la Concorde), avec son frère Augustin, Saint-Just, Couthon et dix-sept autres de ses partisans. Les jours suivants, quatre-vingt de ses partisans sont exécutés.

Modifié par Olivier1985

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

AZGrenouille Membre 2 402 messages
Seigneur Batracien ‚ 36ans
Posté(e)

Et oui, ils ne rigolaient pas en ce temps là !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité kaerlyon
Invité kaerlyon Invités 0 message
Posté(e)

Contrairement à Danton, Robespierre n'est pas un orateur. Il est considéré comme un être froid, calculateur, aimant trop le culte de sa personnalité (aidé par la famille Duplay qui se l'accapare). Amis des girondins au départ, il s'en détache lorsque ceux ci l'accusent de vouloir s'emparer du pouvoir. Il utilise le journal de Desmoulins, son condisciple à Louis le Grand, pour descriditer les girondins. La scission se fait dès après le 10 août : les massacres de septembre et la position du roi séparent les montagnard des girondins. Les 1ers gagnent avant de s'entretuer : les hébertistes, les dantonistes puis les thermidoriens. J'ai toujours trouvé contradictoire un homme qui s'oppose à la guerre mais qui instaure la terreur ;)

Elu député à la Convention, il réclame la déchéance de louis XIV et devient l'un des chefs de file des Montagnards

:smile2: je crois qu'il était déjà déchu depuis 3/4 de siècle ;)

le n° du mois de mai de la revue l'Histoire est consacré à la Révolution (les grandes journées, les massacres de septembre, la prse de la Bastille. Je ne l'ai pas encore lu) et le 11 juin sort en DVD "la Révolution Française : les années lumières et les années terribles"

Sinon, il y a la série de Robert Magerit "La Révolution" en 4 volumes. Des Etats Généraux, à la Restauration, nous suivons les personnages principaux de la Révolution. A mi chemin entre le roman et un essai

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nina_Gayané Membre 3 914 messages
Nina_Gayané, what is it good for ? Absolutely nothing‚ 23ans
Posté(e)

Il est né le même jour que moi ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité kaerlyon
Invité kaerlyon Invités 0 message
Posté(e)

Bientôt 251 ans, mes félicitations :smile2: ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vaudémont Membre 358 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)
J'ai toujours trouvé contradictoire un homme qui s'oppose à la guerre mais qui instaure la terreur

Cela paraît contradictoire, en effet, mais il ne faut pas oublier que "l'ennemi intérieur" (réel ou supposé) représentait pour la Révolution un danger aussi grand que les armées étrangères.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité kaerlyon
Invité kaerlyon Invités 0 message
Posté(e)

oui, je sais, d'où la mort du roi. La plupart des députés ne voulaient pas spécialement sa mort mais ils craignaient encore plus de le remettre en liberté ou de prendre le risque d'une évasion de prison. Dans ces 2 cas, il aurait été un ralliement pour la contre révolution. Il en est de même pour les massacres de septembre. Cela peut paraitre comme un acte de barbarie mais à bien y réfléchir, les armées ennemies étaient à la porte de Paris. Mais accepter une loi permettant la mise en accusation sans que le prévenu ne puisse se défendre, est pire que de refuser la guerre, à mon avis. Si mes souvenirs sont bons, la loi des suspects, rend tout le monde suspect s'il ne peut prouver le contraire. Cela est contraire à toutes idées de ceux qui ont combattu le despotisme, dont il faisait parti

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vaudémont Membre 358 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)

Permettez-moi de citer Michelet :

La France était désorganisée, et presque dissoute, trahie, livrée et vendue. Et c'est justement à ce point où elle sentit sur elle la main de la mort, que, par une violente et terrible contraction, elle suscita d'elle-même une puissance inattendue, fit sortir d'elle une flamme que le monde n'avait vue jamais, devint comme un volcan de vie...

Certes, Michelet, se laisse aller à son lyrisme romantique, mais sur le fond, n'est-il pas dans le vrai ? : la France presque dissoute (la moitié Ouest qui échappe à la révolution, les armées étrangères aux frontières, la contestation à l'intérieur...) qui a une violente et terrible contraction (les massacres de septembre, la terreur...) d'une puissance inattendue (qui aurait misé un denier sur une chance de survie de la révolution à ce moment-là ?)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anksunamun Membre 1 572 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

Il faut rajouter que la majorité des personnes qui furent victimes de la terreur n'étaient pas en eux même de véritable danger car la majorité étaient juste des gens "d'en bas" comme on dirait aujourd'hui: 85% des victimes.

A cela une anedocte: une petite fille de 10 ans est un jour venu au domicile de Robespierre. Elle tocqua à la porte et dit à la personne qui lui ouvrit "Je viens voir à quoi ressemble un tyran" (de mémoire, c'est à peut près ce qu'elle dit) il faut croire que Robespierre n'apprecia pas la remarque: elle fût guillotinée le lendemain matin.

Modifié par Anksunamun

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vaudémont Membre 358 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)

Une fillette de 10 ans guillotinée ?

Je savais qu'en Vendée on massacrait hommes, femmes et enfants, mais pas que Robespierre lui-même a fait guillotiner une enfant !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anksunamun Membre 1 572 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

Et oui !!!

Robespierre devenait paranoïaque: comme tout bon tyran, il n'a reculé devant rien, même quand il senti sa chute toutes proche: comme tout bon dictateur obsédé par le pouvoir.

A noter aussi que son bourreau était le même que ceux qu'il envoya à la guillotine: un dénommé Sansson (qui fût lui-même guillotiné).

Modifié par Anksunamun

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
usagi Membre+ 240 977 messages
E-mage‚ 69ans
Posté(e)

:smile2: désolé de te contredire mais Charles Henri Sanson est mort dans son lit en 1804 , il a pris sa retraite et passé sa charge a son fils Henri (on etait bourreau de pére en fils) il a cessé d'exercer apres l'execution de Louis XVI ;)

;) et contrairement a ce que croit pas mal de gens , le docteur Guillotin n'est pas l'inventeur de la dite machine (c'est un nommé Tobias Schmidt) mais seulement le rapporteur de la commission qui a décidée de son utilisation , il est lui aussi mort dans son lit en 1814 ;)

guilhotina.jpg

Modifié par usagi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anksunamun Membre 1 572 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

Ah !!!

Pourtant l'ouvrage d'ou je tiens l'information dit bien que Sanson fût décapité.

Peut importe...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
usagi Membre+ 240 977 messages
E-mage‚ 69ans
Posté(e)

:smile2: c'est un bobard , les livres qui donnent ce genre d'informations ne sont pas très sérieux généralement , quant a la Terreur , elle n'est pas le fait de Robespierre mais de Danton , qui la déclencha pour contrer les Hebertistes qui lui faisait peur , ensuite ça a quelque peu derapé ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anksunamun Membre 1 572 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

Effectivement Usagi, après relecture du dit ouvrage, il n'est nullement mentionné que le sieur Sanson est été executé.

J'ai dû rêver ce passage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
peterwaradin Membre 2 643 messages
Love and happiness‚ 67ans
Posté(e)
:smile2: c'est un bobard , les livres qui donnent ce genre d'informations ne sont pas très sérieux généralement , quant a la Terreur , elle n'est pas le fait de Robespierre mais de Danton , qui la déclencha pour contrer les Hebertistes qui lui faisait peur , ensuite ça a quelque peu derapé ;)

Merci Usagi d'avoir posté!ça fait du bien un post d'Histoire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
thermidora Membre 54 messages
Forumeur en herbe‚ 30ans
Posté(e)
le 11 juin sort en DVD "la Révolution Française : les années lumières et les années terribles"

Sinon, il y a la série de Robert Magerit "La Révolution" en 4 volumes. Des Etats Généraux, à la Restauration, nous suivons les personnages principaux de la Révolution. A mi chemin entre le roman et un essai

La révolution française: les années lumière et les années terribles est sorti en dvd ????????????????????? :smile2: ;) OU ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vaudémont Membre 358 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)

A la FNAC.

Je l'avais commandé, je l'ai reçu samedi. :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
thermidora Membre 54 messages
Forumeur en herbe‚ 30ans
Posté(e)

Perso c'est le meilleur film historique que j'ai vu sur cette période !!! :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité kaerlyon
Invité kaerlyon Invités 0 message
Posté(e)

J'ai réussi à avoir le seul exemplaire disponible à la fnac au moment de sa sortie. La vendeuse se l'était réservé. D'après elle, la maison de production n'a pas prévu beaucoup de demande ;) pourtant, depuis le temps que ce film était attendu :smile2: J'avais même vu une pétition qui circulait sur le net il y a quelques années ;)

C'est un très bon film en effet, mais bon, ça reste un film, avec quelques erreurs et non un documentaire. Et justement, pour revenir à Sansom, nous y retrouvons le même personnage durant tout le film alors que le père prit sa retraite après l'exécution du roi en janvier 93. C'est son fils qui reprend le rôle du bourreau

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant