Réponse à une sanction disciplinaire

Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Hello!

Cette semaine, j'ai reçu une lettre d'avertissement valant mesure disciplinaire pour ...insubordination :bad: etonnant, non ? :o°

Je vous décris ce qui c'est passé, ensuite je vous donnerai la teneur de ma lettre d'avertissement, et ensuite, si vous le souhaitez, amusez vous a rédiger la reponse que je pourrais donner , je m inspirerai tetre de vos idées mais en tout état de cause, je vous tranmettrais des nouvelles de l'affaire ( sauf si ca vous fait chier bien sur, ce que je conçois aisément :hu: ).

Situation:

Le président de l établissement public pour lequel je travaille me convoque cette semaine au soit disant motif qu'il souhaiterai des informations sur des modifications que j'ai apportées a un document, suite a un changement de législation.

Quand j entre dans son bureau, je suis pas stressée, pour moi il ne s'agit que de lui expliquer, pourtant, il s'avere que le sujet est tout autre.

En fait , la modification ne l'interresse pas, ce qu'il veut savoir, c'est " QUIIIIII s'est permis de changer cela? :| " , ironiquement dans ma tete, j'ai envie de lui repondre, le president de la république apres vote de l assemblée nationale, mais afin de lui eviter cet affront qu'il aurait pris pour de l ironie, ce qui n'est pas mon genre ( ;) ), je formiule autrement.

De la, il s'emballe, deblatère deux trois conneries, et conclut en hurlant " de toutes facons vous avez toujours raisons!!" ( suis d'accord avec lui en plus et c'est aussi pour cela qu'il me paye :D ), ce a quoi je réponds, là, ironiquement :D , "et bien vous aussi, ce qui nous fait au moins un point commun!" et je tourne les talons pour rejoindre mon bureau ou un travail plus interressant m'attend, ignorant ses hurlements qui me somment de revennir. ( suis pas un toutou! je m'epile et tout!).

La journée se passe, le DRH passe me voir m'intimmant d'aller m excuser car visiblement le président fait un caca nerveux de s'etre fait moucher par une petite conne, et bizarrement, je refuse.

Vers 19 heures, je pars faire pipi ;) ( pourtant cela ne m'arrive jamais!promis! juré!) et en partant aux toilettes je croise le président, et la c'est le drame :D il pete un cable, hurle que je ne me suis meme pas excusée, que c'est inadmissible blablabla, que personne lui parle comme ca blablabla, qu'il me dira plus jamais bonjour ( :smile2: là, interieurement j'ai explosé de rire :sleep: ) et que je ferais mieux de chercher du taf ailleurs blablabla ...moi tres calme, ( voui, voui, suis restée calme )je lui reponds simplement que je chercherais du boulot quand il aura fait les choses correctement :o° et je m en vais , le laissant au bord de l'appopléxie.

Le lendemain, un avertissement officiel m'attend pour "perte de sang froid", "propos déplacés et irrespectueux a son égard".

Qu'en pensez-vous?

Repondriez-vous en contestant l'averto? et comment le ferriez-vous?

PS: oui je raconte ma vie, j'ai le droit moi aussi :p

PS: Chapacha, Bronca, Don Juan, Yop!, Simplicius, Tito, Manhattan, Chameaulo, Transporteur, vos commentaires sont les bienvenus , voir attendus, voir espérés, voir obligatoires :D sinon je prends des mesures disciplinnaires moi aussi :D

PS: les commentaires, idées, point de vue des personnes non citées sont également les bienvenus :D

PS : le sujet peut devier aussi sur les pistes suivantes :D

- jusqu'ou peut on se laisser malmener au travail?

- y'a-t-il différent nivau de respect entre des personnes de positionnement hierarchique différent dans le travail?

- jusqu'ou dit on baisser sa culotte pour garder un emploi? en temps de crise ne vaut il pas mieux ne porter qu'un string? :|

Modifié par Elaïs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Courtoisie et politesse distanciée sont de mise. Comme ça, pas de risque de "propos pouvant être perçus comme déplacés".

Pas de petites piques, pas d'allusions qui ne serviraient qu'à nourrir la bête. Rien, nada.

Fais comme si t'étais un robot, fait passer le professionnalisme avant tout, conteste froidement cet avertissement injuste mais sans signaler au gars qu'il a fait une faute, ou des erreurs.

Il faut mettre ses erreurs sur le compte d'événements extérieurs (stress, dysfonctionnement de la communication, "on", aléa du métier...) à vous deux. Pour ne pas t'accabler et pour ne pas qu'il le prenne encore comme des insultes, puisqu'il prend tout comme ça.

Bref, distance et non-émotion, aucune prise. D'ailleurs, ne pas mettre d'éléments subjectifs et émotionnels montre un grand professionnalisme dans la relation.

- jusqu'ou peut on se laisser malmener au travail?

Chacun ses limites. Quand les reproches sont infondés, répétés, injustes, sortent du cadre du travail pour tomber dans le relationnel, on n'a pas à supporter ça.

Bien sûr, les gens en position de force dans la hiérarchie en abuse souvent.

Mais ne pas répondre ne signifie pas s'écraser, tant qu'on ne se résigne pas. éa peut couper l'herbe sous le pied, et il faut toujours faire les choses correctement. Il faut préparer son dossier, quoi.

Mais ça fait du taff en plus, pour rien.

- y'a-t-il différent niveau de respect entre des personnes de positionnement hierarchique différent dans le travail?

En théorie il ne devrait pas il y en avoir, humainement du moins. Chaque individu pouvant être également blessé par une remarque personnelle.

Le responsable, au niveau professionnel, étant celui qui endosse la charge de décider mérite ce respect-là. Mais pas plus au niveau individuel. Surtout si lui-même ne respecte pas ses employés.

- jusqu'ou dit on baisser sa culotte pour garder un emploi? en temps de crise ne vaut il pas mieux ne porter qu'un string?

éa dépend de ses moyens, de la liberté qu'on a ou pas (enfants, emprunts,...) mais aussi de son caractère. Certaines personnes ne supportent pas la moindre remarque, d'autres arrivent à s'accommoder de tout, la plupart écrasent parce qu'ils ont fait le choix de la sécurité au détriment du confort mental.

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

suis d'accord, mais je ne sais pas faire cela ;)

Tu me fais ma lettre? :smile2: :sleep: ( j'aurai du marquer "sujet de TPE" :o° )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
SteCatherine Membre 1 327 messages
Femme Poulpeuse‚ 38ans
Posté(e)

Je répondrais un truc tres direct et salé.

Ce n'est pas parce que la personne est au dessus de nous dans la hierarchie qu'elle a le droit de se comporter de façon impropre ( nous aboyer à la figure par exemple ). Bon, auparavant, je me serais bien renseignée sur mes droits et sur les limites des propos à tenir ( l'écrit reste ) et j'aurais contacté un syndicat dans le doute.

Il faudrait déjà savoir ce qu'ils te disent exactement dans la lettre. Si ce qu'on te reproche est circonstancié, et comment ça a été tourné.

J'ai déjà vécu une situation de crise qui a mené à envoi de lettre bien violente de ma part et ça avait fait réagir la hierarchie illico presto (faut dire que les prud'hommes pour une asso humanitaire ça le fait pas du tout du tout :smile2: ) ... le soucis c'est que quand il y a eu un autre couac deux ans plus tard , je n'ai pas été soutenue et ça a mené à ma demission.

Alors le conseil ... heu je ne sais pas. Ca dépend de si "l'écrasement" te serait ou pas supportable. Il y en a qui sont tres doués pour faire profil bas et s'écraser mais pour ma part, ça n'est pas le cas. Je pense aussi qu'on respecte plus la personne qui ne se laisse pas faire, sachant que malheureusement, le respect n'est pas obligatoirement appliqué au sein de l'entreprise ou ailleurs ...

Je ne crois pas à la théorie du robot pro. D'ailleurs si tu étais capable de le faire, tu n'aurais pas eu ce couac.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Missade Membre 695 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

De ce que j'ai lu de ton exposé des faits; il me semble que c'est plutôt ton supérieur hiérarchique qui t'a manqué de respect, ce à quoi tu as répondu par un replie stratégique vers ton bureau.

Par courrier, il serait bon que tu répondes au courrier d'avertissement, en expliquant ta vision des faits, en arguant qu'un supérieur ne devrait, en aucun cas, abuser de son statut hiérarchique pour user de propos dégradants et irrespectueux, envers ses subordonnés.

Donc, si excuses devaient être présentées, elles auraient du l'être par la personne responsable de l'incident, par un manque de contrôle évident, plutôt que par la personne qui a préféré mettre fin au conflit, en se retirant.

La lettre d'avertissement peut donc être considérée comme un acte de vengeance, accentuée d'abus de pouvoir.

Ceci étant inadmissible, je te conseille d'envoyer ce courrier à ton supérieur, en ajoutant que copie, de ce même courrier sera adressé à l'inspection du travail et au supérieur de ton supérieur.

bonne chance

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

En date du ----, j'ai reçu un avertissement tenant lieu de sanction disciplinaire. Les motifs invoqués sont "perte de sang froid", "propos déplacés et irrespectueux" a l'égard d'un supérieur hiérarchique.

Cet avertissement me semble injustifié et préjudiciable à ma carrière, aussi je souhaite porter à votre connaissance les faits suivants :

Le --- à ---h, M. X me convoque au motif qu'il souhaite des informations sur des modifications que j'ai apportées a un document, suite a un changement de législation. Je m'aperçois au cours de la conversation qu'il désire en fait simplement savoir le nom de la personne responsable de ces changements.

Devant mon refus de répondre sur ce point, M. hausse peu à peu le ton, jusqu'à me crier : "de toutes facons vous avez toujours raison !!", ce a quoi je réponds : "et bien vous aussi, ce qui nous fait au moins un point commun !"

Puis je rejoins mon bureau afin de terminer mon travail et en espérant que M. retrouve son calme (je l'entends hurler et me sommer de revenir, mais son état nerveux me fait craindre ses réactions).

Plus tard dans la journée, le DRH, M... m'intime d'aller m'excuser car M. le Président ne décolère pas.

Je refuse d'autant que j'estime que c'est moi qui ai été agressée.

Vers 19 heures, je me rends aux toilettes et je croise le président.

Il me fait d'abord une remarque désobligeante sur l'heure de mon départ, je rectifie donc et lui précise que je vais simplement aux toilettes.

A mon retour, je le retrouve dans un état de colère inouï : il hurle que je ne me suis même pas excusée, que c'est inadmissible, que personne ne lui parle comme ca, qu'il ne me dira plus jamais bonjour (sic) et il conclut par une menace directe : "vous feriez mieux de chercher du travail ailleurs"...

Devant la gravité de cette menace, j'ai répondu que "je chercherais du travail quand il aura fait les choses correctement" et j'ai quitté les lieux.

Je précise que je suis toujours restée calme et correcte malgré la violence des propos de mon interlocuteur.

PS : En temps de crise, ne porte pas de culotte, telle est ma devise. :smile2:

PS² : en d'autres temps non plus ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

Je tire de tout cela, un véritable néant.

Il ne te reproche aucune faute professionnelle, finalement mais une attitude, un comportement.

Le ou la DRH aurait vraiment du mal à tenir ce dossier au tribunal:

"Mme Elaïs a mal parlé à son président, elle a refusé de s'excuser..?!?"

Cette lettre ne sert qu'à calmer la tension du sieur patron de la boîte.

Elle n'a aucune conséquence juridique.

C'est juste un procédé infamant, blessant pour te taper sur les doigts. :smile2:

J'attends encore la convocation en bonne et due forme? ;)

Et je ne vois pas trop l'intérêt à répondre à un reproche vide de sens.

""perte de sang froid", "propos déplacés et irrespectueux a son égard"".

Tout ça manque de spécificité, en droit.

Après, attention à ton amour propre et lui au sien.

Modifié par donjuan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Merci à tous de vos réponses ! :smile2:

J'ai commencé a rediger ma lettre de réponse, en prenant en compte toutes vos remarques et en essayant de faire un mix entre le coté pragmatique de Yop et ma conscience personnelle que je retrouve plus dans les propos de Dte Catherine et en utilisant ton truc missade sur le repli stratègique, j'ai adoré ;)

Chap' merci ma choute pour t'etre casser la nenette ( meme si t'avais rien a enlever :| ) je vais imprimer ta lettre et la mixer avec la mienne.

Don juan, je suis d'accord avec toi sur la portée juridique inexistante de l avertissement et sur le coté laconique des mots utilisés, mais j avoue que je souhaite tout de meme y repondre car comme le dit chap' cela peut nuire a ma carriere et mon avancement administratif.

Apres tu as aussi raison sur le fait que je dois etre magnianime pour tenter de préserver l'orgueil de tout le monde. :o°

Par contre, pour l entretien préalable, je n en ai pas eu car il s'agit d'un averto et non d'un blame, qui est différencié dans nos statuts.

Je vous poste tout a l heure ma prose pour la soumettre a vos avis :sleep:

Je vous remercie sincèrement de votre participation. ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)
Don juan, je suis d'accord avec toi sur la portée juridique inexistante de l avertissement et sur le coté laconique des mots utilisés, mais j avoue que je souhaite tout de meme y repondre car comme le dit chap' cela peut nuire a ma carriere et mon avancement administratif.

Apres tu as aussi raison sur le fait que je dois etre magnianime pour tenter de préserver l'orgueil de tout le monde. ;)

Par contre, pour l entretien préalable, je n en ai pas eu car il s'agit d'un averto et non d'un blame, qui est différencié dans nos statuts.

D'accord mais n'oublie pas une chose: si aucun témoin ne peut prouver les propos tenus lors de votre entretien, ta lettre pourra être retenue contre toi, alors attention à ce que tu y mets. :sleep:

Après, c'est ton droit de vouloir répondre et ça pourra toujours servir plus tard. :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nina_Gayané Membre 3 914 messages
Nina_Gayané, what is it good for ? Absolutely nothing‚ 23ans
Posté(e)

Comme la dit yop!, soit froide, mécanique, et irréprochable, jusque dans ta lettre. Accepte quelques petits torts, mais seulement pour souligner que toi, tu n'as pas crié sur ton président, n'a pas fait de menaces à son encontre, ect.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
D'accord mais n'oublie pas une chose: si aucun témoin ne peut prouver les propos tenus lors de votre entretien, ta lettre pourra être retenue contre toi, alors attention à ce que tu y mets. ;)

Après, c'est ton droit de vouloir répondre et ça pourra toujours servir plus tard. ;)

Il y a des temoins: le DG, le DRH et le DAF mais aucunes de ces couilles molles ne levera un petit doigt contre le Président :sleep: résultat: y'a pas de témoins :|

Ben oui j'ai envie de répondre car laisser passer me donne l impression que je valide l'avertissement :smile2: et oui je vais faire attention a ce que j y mets c'est pour cela que je vous la montrerai et vous pourrez juger :o°

Merci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Voila la lettre en sachant que mes objectifs sont :

- retablir les faits afin de me proteger pour l avenir mais en evitant certains détails qui meme s'il sont importants quelque part detruise un peu la lecture facile et concrete de la lettre.

- arrondir les angles histoires qu'il ne me fasse pas vivre un enfer pour la suite

Monsieur Le Président,

En date du 26 mars 2009, j'ai reçu un avertissement tenant lieu de sanction disciplinaire. Les motifs invoqués sont : « perte de sang froid » et « propos déplacés et irrespectueux » à votre encontre.

Croyez bien que j'y accorde la plus grande importance.

En aucun cas, je n'ai voulu vous manquer de respect et pour le faire valoir, je me permets de vous rappeler chronologiquement les faits de cette journée :

En effet, vous m'avez demandé non pas des informations sur les modifications ............. mais : « Qui a décidé ça ? », dont la tonalité ne laissait aucun doute sur votre mécontentement.

Alors que je tentais de vous répondre, vous avez clos la poursuite de dialogue en concluant : « De toutes façons, vous avez toujours raison ! ».

Ces propos ne pouvaient qu'être source de fermeture de dialogue professionnel et constructif ce qui a engendré ma réponse suivante :

« Vous aussi avez toujours raison :cela nous fait au moins un point commun. ».

J'ai alors rejoint mon bureau afin de poursuivre mon travail, ce qui ne signifiait ni une perte de sang froid ni un manque de respect de ma part mais la volonté d'un repli stratégique pour désamorcer une relation professionnelle qui s'envenimait visiblement.

Force est de constater l'échec de ma décision de retrait puisque le soir même, aux alentours de 19 heures, alors que j'allais aux toilettes, vous m'avez mise en garde sur la pérennité de mon emploi à votre service en me conseillant de chercher du travail ailleurs.

J'aime à espérer que la violence de ces propos n'était due qu'à votre colère momentanée et n'entravera en rien la poursuite de notre relation pour laquelle vous pouvez être assuré de mon réel dévouement, comme à l'accoutumée.( je me permets cela, vu que j'ai été augmenté par lui même il y a 3 semaines et que j'ai recu la plus grosse augmentation percu par le personnel cette année :smile2: :o° )

Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Président, mes respectueuses ( ;) )salutations.

alors? :sleep:

Comme la dit yop!, soit froide, mécanique, et irréprochable, jusque dans ta lettre. Accepte quelques petits torts, mais seulement pour souligner que toi, tu n'as pas crié sur ton président, n'a pas fait de menaces à son encontre, ect.

je sais pas trop si j'ai accepté quelque petits torts dans ma lettre mais oui pourquoi pas faire une tite concession ;)

Modifié par Elaïs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mel&Yo Membre+ 21 245 messages
Forumeur alchimiste‚ 32ans
Posté(e)
Je tire de tout cela, un véritable néant.

Il ne te reproche aucune faute professionnelle, finalement mais une attitude, un comportement.

Le ou la DRH aurait vraiment du mal à tenir ce dossier au tribunal:

"Mme Elaïs a mal parlé à son président, elle a refusé de s'excuser..?!?"

Cette lettre ne sert qu'à calmer la tension du sieur patron de la boîte.

Elle n'a aucune conséquence juridique.

C'est juste un procédé infamant, blessant pour te taper sur les doigts. :smile2:

J'attends encore la convocation en bonne et due forme? ;)

Et je ne vois pas trop l'intérêt à répondre à un reproche vide de sens.

""perte de sang froid", "propos déplacés et irrespectueux a son égard"".

Tout ça manque de spécificité, en droit.

Après, attention à ton amour propre et lui au sien.

Assez d'accord avec cela

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)
Voila la lettre en sachant que mes objectifs sont :

- retablir les faits afin de me proteger pour l avenir mais en evitant certains détails qui meme s'il sont importants quelque part detruise un peu la lecture facile et concrete de la lettre.

- arrondir les angles histoires qu'il ne me fasse pas vivre un enfer pour la suite

Monsieur Le Président,

En date du 26 mars 2009, j'ai reçu un avertissement tenant lieu de sanction disciplinaire. Les motifs invoqués sont : « perte de sang froid » et « propos déplacés et irrespectueux » à votre encontre.

Croyez bien que j'y accorde la plus grande importance.

En aucun cas, je n'ai voulu vous manquer de respect et pour le faire valoir, je me permets de vous rappeler chronologiquement les faits de cette journée :

En effet, vous m'avez demandé non pas des informations sur les modifications ............. mais : « Qui a décidé ça ? », dont la tonalité ne laissait aucun doute sur votre mécontentement.

Alors que je tentais de vous répondre, vous avez clos la poursuite de dialogue en concluant : « De toutes façons, vous avez toujours raison ! ».

Ces propos ne pouvaient qu'être source de fermeture de dialogue professionnel et constructif ce qui a engendré ma réponse suivante :

« Vous aussi avez toujours raison :cela nous fait au moins un point commun. ».

J'ai alors rejoint mon bureau afin de poursuivre mon travail, ce qui ne signifiait ni une perte de sang froid ni un manque de respect de ma part mais la volonté d'un repli stratégique pour désamorcer une relation professionnelle qui s'envenimait visiblement.

Force est de constater l'échec de ma décision de retrait puisque le soir même, aux alentours de 19 heures, alors que j'allais aux toilettes, vous m'avez mise en garde sur la pérennité de mon emploi à votre service en me conseillant de chercher du travail ailleurs.

J'aime à espérer que la violence de ces propos n'était due qu'à votre colère momentanée et n'entravera en rien la poursuite de notre relation pour laquelle vous pouvez être assuré de mon réel dévouement, comme à l'accoutumée.( je me permets cela, vu que j'ai été augmenté par lui même il y a 3 semaines et que j'ai recu la plus grosse augmentation percu par le personnel cette année :smile2: :o° )

Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Président, mes respectueuses ( ;) )salutations.

alors? :sleep:

je sais pas trop si j'ai accepté quelque petits torts dans ma lettre mais oui pourquoi pas faire une tite concession ;)

Tout est bon,

mais supprime quand même les propos que tu as avancés.

"ca nous fait un point commun" pourrait être retourné contre toi.

Dis plutôt: face à votre volonté de clore le débat, j'ai jugé qu'il opportun de retourner à mon bureau.

Enfin, ne témoigne pas toi-même de propos qui pourraient être utilisé à ton encontre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

Je la trouve quasiment parfaite.

Je changerais juste ça :

Monsieur Le Président,

En date du 26 mars 2009, j'ai reçu un avertissement tenant lieu de sanction disciplinaire. Les motifs invoqués sont : « perte de sang froid » et « propos déplacés et irrespectueux » à votre encontre.

Croyez bien que j'y accorde la plus grande importance.

En aucun cas, je n'ai voulu vous manquer de respect et pour le faire valoir, je me permets de vous rappeler chronologiquement les faits de cette journée :

En effet, vous m'avez demandé non pas des informations sur les modifications ............. mais : « Qui a décidé ça ? », dont la tonalité sur un ton qui ne laissait aucun doute sur votre mécontentement.

Alors que je tentais de vous répondre, vous avez clos la poursuite toute possibilité de dialogue en concluant : « De toutes façons, vous avez toujours raison ! ».

Ces propos ne pouvaient qu'être source de fermeture de dialogue professionnel et constructif ce qui a engendré ma réponse suivante :

« Vous aussi avez toujours raison :cela nous fait au moins un point commun. ».

J'ai alors rejoint mon bureau afin de poursuivre mon travail, ce qui ne signifiait ni une perte de sang froid ni un manque de respect de ma part mais la volonté d'un repli stratégique pour désamorcer une relation situation professionnelle qui s'envenimait visiblement.

Force est de constater l'échec de ma décision de retrait puisque le soir même, aux alentours de 19 heures, alors que j'allais aux toilettes, vous m'avez mise en garde sur la pérennité de mon emploi à votre service en me conseillant de chercher du travail ailleurs.

J'aime à espérer que la violence de ces propos n'était due qu'à votre colère momentanée et n'entravera en rien la poursuite de notre relation pour laquelle vous pouvez être assuré de mon réel dévouement, comme à l'accoutumée.(ptin non ça fait trop fayotte là :smile2: ) En effet, je compte poursuivre mon travail avec sérieux et dévouement comme je l'ai toujours fait.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Président, mes respectueuses ( ;) )salutations.

Voilà mes humbles ( :o° ) modifs madame l'Irrespectueuse :sleep:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bronca Membre 1 508 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

J'arrive après la bataille ;) ....

Chapacha, Yop et Don Juan on déjà tout dit.... et de fort belle manière....

Je trouve tout de même qu'il a dépassé les limites de la correction et que te "coincer" aux toilettes est très agressif de sa part.

Tu pourrais rajouter dans ta lettre que la sanction ne te semble ni juste ni motivée ni même légale d'un point de vue juridique (juste histoire de mettre aussi les point sur les i.... )

PS : mets des bretelles à ta culotte avec un élastique renforcé ...on ne sait jamais :smile2:

Edit: j'enlèverais le dévouement (t'es pas mère thérésa non plus il pourrait penser que tu te fous de lui :sleep: )

Modifié par Bronca

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Missade Membre 695 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
Voila la lettre en sachant que mes objectifs sont :

- retablir les faits afin de me proteger pour l avenir mais en evitant certains détails qui meme s'il sont importants quelque part detruise un peu la lecture facile et concrete de la lettre.

- arrondir les angles histoires qu'il ne me fasse pas vivre un enfer pour la suite

Monsieur Le Président,

En date du 26 mars 2009, j'ai reçu un avertissement tenant lieu de sanction disciplinaire. Les motifs invoqués sont : « perte de sang froid » et « propos déplacés et irrespectueux » à votre encontre.

Croyez bien que j'y accorde la plus grande importance.

En aucun cas, je n'ai voulu vous manquer de respect et pour le faire valoir, je me permets de vous rappeler chronologiquement les faits de cette journée :

En effet, vous m'avez demandé non pas des informations sur les modifications ............. mais : « Qui a décidé ça ? », dont la tonalité ne laissait aucun doute sur votre mécontentement.

Alors que je tentais de vous répondre, vous avez clos la poursuite de dialogue en concluant : « De toutes façons, vous avez toujours raison ! ».

Ces propos ne pouvaient qu'être source de fermeture de dialogue professionnel et constructif ce qui a engendré ma réponse suivante :

« Vous aussi avez toujours raison :cela nous fait au moins un point commun. ».

J'ai alors rejoint mon bureau afin de poursuivre mon travail, ce qui ne signifiait ni une perte de sang froid ni un manque de respect de ma part mais la volonté d'un repli stratégique pour désamorcer une relation professionnelle qui s'envenimait visiblement.

Force est de constater l'échec de ma décision de retrait puisque le soir même, aux alentours de 19 heures, alors que j'allais aux toilettes, vous m'avez mise en garde sur la pérennité de mon emploi à votre service en me conseillant de chercher du travail ailleurs.

J'aime à espérer que la violence de ces propos n'était due qu'à votre colère momentanée et n'entravera en rien la poursuite de notre relation pour laquelle vous pouvez être assuré de mon réel dévouement, comme à l'accoutumée.( je me permets cela, vu que j'ai été augmenté par lui même il y a 3 semaines et que j'ai recu la plus grosse augmentation percu par le personnel cette année :smile2: :o° )

Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Président, mes respectueuses ( ;) )salutations.

alors? :sleep:

je sais pas trop si j'ai accepté quelque petits torts dans ma lettre mais oui pourquoi pas faire une tite concession ;)

Je trouve ta lettre parfaite. A un supérieur hiérarchique qui a perdu son sang froid, tu rends sa nature d'humain et tu argues ta compréhension, même si tu n'acceptes pas la suite des évènements, que d'ailleurs tu contestes. L'avantage d'une telle lettre est qu'elle restera une preuve, de l'irritation répétée de ce personnage, en cas de récidive.

Je pense toutefois qu'il aurait été utile d'ajouter un petit passage, relatif au fait qu'il y avait des témoins et que ceux ci n'ont pas osé intervenir. Si un jour la situation se reproduisait et s'aggravait, ces dernières personnes seraient automatiquement convoquées par les services travaillant à ta défense. Qu'elles refusent de répondre ou qu'elles affirment n'avoir rien entendu ou ne rien savoir sera alors interprèté comme de la crainte de représaille envers votre supérieur commun.

Bonne chance à toi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

OK Don juan, ta remarque me semble judicieuse, et je comprends bien le message que tu veux me donner, je propose ce que j'ai mis en mauve a la place.

Par contre, au départ, je veux mettre ma phrase texto d'une part, par honneteté, mais aussi pour eventuellement couper court a un mensonge de sa part.

En effet, en mettant ce que j ai exactement dis, je suis la premiere a l affirmer et a le constater par écrit puisque lui n'a pas formalisé mes propos.

Ca me donne le sentiment de couper court a une eventuelle possibilité de sa part de dire plus tard" elle m a traité de gros con" :o° et peut être qu'il puisse réaliser que sommes toutes mon prpos est sarcastique, grincant mais loin d ere irrespectueux: vu que je nous attribue un point commun ;) ( ;) )

Monsieur Le Président,

En date du 26 mars 2009, j'ai reçu un avertissement tenant lieu de sanction disciplinaire. Les motifs invoqués sont : « perte de sang froid » et « propos déplacés et irrespectueux » à votre encontre.

Croyez bien que j'y accorde la plus grande importance.

En aucun cas, je n'ai voulu vous manquer de respect et pour le faire valoir, je me permets de vous rappeler chronologiquement les faits de cette journée :

En effet, vous m'avez demandé non pas des informations sur les modifications ............. mais : « Qui a décidé ça ? », dont la tonalité ne laissait aucun doute sur votre mécontentement.

Alors que je tentais de vous répondre, vous avez clos la poursuite de dialogue en concluant : « De toutes façons, vous avez toujours raison ! ».

Ces propos ne pouvaient qu'être source de fermeture de dialogue professionnel et constructif ce qui a engendré ma réponse que vous qualifiez de déplacée et d'irrespectueuse.

J'ai alors rejoint mon bureau afin de poursuivre mon travail, ce qui ne signifiait ni une perte de sang froid ni un manque de respect de ma part mais la volonté d'un repli stratégique pour désamorcer une relation professionnelle qui s'envenimait visiblement.

Force est de constater l'échec de ma décision de retrait puisque le soir même, aux alentours de 19 heures, alors que j'allais aux toilettes, vous m'avez mise en garde sur la pérennité de mon emploi à votre service en me conseillant de chercher du travail ailleurs.

J'aime à espérer que la violence de ces propos n'était due qu'à votre colère momentanée et n'entravera en rien la poursuite de notre relation pour laquelle vous pouvez être assuré de mon réel dévouement, comme à l'accoutumée.( je me permets cela, vu que j'ai été augmenté par lui même il y a 3 semaines et que j'ai recu la plus grosse augmentation percu par le personnel cette année :smile2: :| )

Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Président, mes respectueuses ( :sleep: )salutations.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Meci de vos commentaires!

chap je garde tes modifs! :sleep: Bronca et toi avaient raison ca fait fayotte :smile2: ;)

Missade, je me suis interrogé aussi sur si je devais parler des temoins et je me suis dit non pour ne pas ne mettre les personnes en question sur la defensive, mais ta remarque m y fait y re reflechir.

Je vais en parler, t'as raison. je reflechis a une tournure permettant de montrer qu il y avait des temoins sans qu'ils se sentent mal et qui ùme servira au cas ou... :o°

Re merci a tous de ...votre devouement :| non sérieux, merci! ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)
OK Don juan, ta remarque me semble judicieuse, et je comprends bien le message que tu veux me donner, je propose ce que j'ai mis en mauve a la place.

Par contre, au départ, je veux mettre ma phrase texto d'une part, par honneteté, mais aussi pour eventuellement couper court a un mensonge de sa part.

En effet, en mettant ce que j ai exactement dis, je suis la premiere a l affirmer et a le constater par écrit puisque lui n'a pas formalisé mes propos.

Ca me donne le sentiment de couper court a une eventuelle possibilité de sa part de dire plus tard" elle m a traité de gros con" :sleep: et peut être qu'il puisse réaliser que sommes toutes mon prpos est sarcastique, grincant mais loin d ere irrespectueux: vu que je nous attribue un point commun :o° ( :smile2: )

Tu sais, de ce monde, je suis désabusé et ton sens de la morale va se retourner contre toi.

A vouloir retranscrire exactement ce que tu as dit, tu donnes les moyens de prouver contre toi.

Laisse cette tâche au DRH.

Ta tâche est de prouver ta bonne foi, ta bonne volonté, bon état d'esprit avec des belles phrases.

C'est tout con, mais en cas de procédure, ce qui restera, ce sont les écrits, dont des extraits sortis de leur contexte.

Si tu écris ça, et que je suis le DRH, pour montrer ton insubordination, non respect des directives etc,

je dirais: voilà, elle reconnait elle même son manque de respect envers la hiérarchie d'où ses propos sarcastiques et irrespectueux "cela nous fait au moins un point commun".

Par contre, si tu veux relever qu'il t'a coincé dans les toilettes et qu'il a été violent à ton égard, que cela t'a profondément choqué, tu peux.

C'est limite du harcèlement moral. ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant