Oraison funèbre


Tank_Girl Membre 1 941 messages
Souris Sauvage‚ 42ans
Posté(e)

Salut L.

Alors hein on se connaissait depuis quelques mois, je venais le matin et le soir t'amener le traitement et ma compagnie éclairée.

Et toi ben... entre ta schizophrenie autistique et ta toxicomanie, t'étaius, souvent "dans le cosmos" comme tu disais, et avec toi, les mots avaient plein de sens et de references.

Alors on a pu faire connaissance. J'avais tendance à être gluée quand tu me parlais, tout diffluent des fois avec un discours très poétique. Et puis tu étais très fort avec tes neurones atypiques, tu faisais des trucs balaises.

Comme dernièrement, tu avais fauché trois CD, dont un de Brassens que tu avais déjà et tu savais pas du tout ce qui t'avait pris. C'était une semaine après notre discuyssion sur Brassens et que je t'ai dit mes chansons préférées de lui.

Et puis le 6 novembre tu me l'as donné et tu m'as dit "je crois qu'il faut que je te l'offre aujourd'hui, je sais pas pourquoi il faut que je te l'offre, mais il faut" J'avais été scotchée et je t'avais dit "Ben moi je sais, c'est parce que c'est mon anniversaire aujourd'hui" Tu étais très content de savoir le pourquoi du comment, ça semblait te paraitre s'imbriquer pilepoil et tu m'avcais félicitée et fait la bise.

Et puis à force de parler de cet autre benzo a la place du benzo du même tonneau que tu avais, et de cet autre anti dep a la place etc... j te disais, on s'en fout, j'en ai marre de parler de produits, de produits, de produits avec toi.Parlons de toi.

Ben à force ton toubib te les a mis et quand j'ai préparé ton pilulier j'ai su. Avant tes cachets ils etaient roses et- ensuite ils etaient bleus. On etait tres contents avec P. que tu deviennes viril comme ça.

Je t'ai montré ton pilulier le soir et je t'ai dit "ah, je sais ce que tu as fait avec ton traitement, regarde, tu voiis quoi?"

t'as dit "il est bleu"

je t'ai dit "et ça t'évoques quoi??"

"la grandeur... et aussi l'ocean et le ciel" Là je savais déjà que tu etais amoureux de moi, parce que dans roméo et juliette il y a un truc du genre sur l'amour profond comme l'ocean et immense comme le ciel.

Tu as ajouté "les hommes préhistoriques avaient une peur bleue du ciel" et j'avais souri, j'avais dit "c'est très poétique, on dirait un poeme d'eluard" et tu m'as dit que tu avais peur du ciel aussi.

J'avais dit que le bleu c'est la couleur des gars,, et que c'était super ce traitement tout bleu de grandeur, que tes neurones avaient fait de la magie.

Y'avait le sub aussi qui t'envoyait dans le cosmos, je t'avais demandé de le prendre chez toi, parce que j'avais pas de moyen de communication avec l'hyper espace et que après le joint de sub tu disparaissais pendant 72h.

Chez toi y'avait le monstre du loch ness aussi, comme je t'avais dit. Le frere qui te maltraitait et dont justempent tu avais une peur bleue, une terreur. P. et moi on essayait de te sortir de ce merdier, de convaincre le toubib de se magner de te trouver un appart therapeutique.

Et puis lundi le monstre du loch ness a frappé, il t'a frappé, il t'a humilié et tout, je veux pas trop en parler. Là tu as beaucoup pris l'eau, et des fuites. Ca a été beaucoup de shit. Tu me diras que ça te rendait gai et libidineux, avec tes expressions pleines de divers sens, assez sexuels, ou sensuels et des references a des private joke entre nous, tu etais coquin. Je te disais "ksss, attention, on touche pas au corps infirmier" et puis "mais y'a pas de mal à etre desirant, hein, c'est la vie, c'est bien que tu sois avec nous et que tu vives"

Y'a eu le jour ou je suis arrivée tard et tu as été si content de me voir, tu m'as dit "ah, quand meme !!! Sinon je prenais une autre femme pour passer la fin de ma vie avec" et j'avais dit "j'espère que tu trouveras mieux qu'une infirmière chiante pour paser le restant de tes jours ^^"

T'as eu deux femmes, ta famille t'a marié de force au bled avec des femmes qui voulaient les papiers et c'était la lose. Chaque fois qu'ils te transbahutaient au bled on se demandait si tu rentrerais avec une nouvelle epouse, a peine divorcé de la precedente.

Et ouais, aucune femme t'avait jamais aimé, on va dire avant moi qui t'aime beaucoup.

Tu te laissais couler cette semaine, j'étais inquiete, y'avait trop de sub et je t'ai dit "je vois que tu tiens pas à la vie" tu as souri J'ai ajouté "ben pas grave, P. et moi on va y tenir à ta place jusqu'à ce que ça te revienne"

Puis voilà, hier soir quand je suis passée tu étais bien parti. La 8/6, le sub. Tu t'es quand même réveillé à mon passage t'étais bien défoncé. Tu as dit "ahhh, voilà Julie, ma Juliette!!!" j'ai dit "houloa, tu es chargé" tu as dit quelque chose pas tres clair sur juliette, petite julie, femme aimée. Tu m'as questionnée sur mes amours et pmes amants, j'ai pas voulu te repondre. Je t'ai demandé tes stocks, tu m'as donné un demi sub et une 8/6 qui te restaient. Je t'ai pas donné ton traitement et je t'ai dit que j'appellerai ton toubib dès l'aube pour te foutre a l'hosto si tu etais d'accord, pour te sortir de ce merdier.

Puis ce matin, c'était 7h20, P. m'a appelé, il avait appris que le monstre du loch ness avait appelé les pompiers dans la nuit pour ta réa. Que tu etais à purpans. Je te cache pas que j'ai été super stressée et que je me sentais très coupable, que je me disais mais merde, j'aurais du appeler le 15 hier soir. J'ai fait mes deux visites très vite, j'ai appelé Purpans, tu etais en dechoc. L'infirmièrem'a dit "on peut pas donner d'info au tel, il est ici, on le surveille" je me suis dit ouf, il est vivant!!! J'ai demandé si je pouvais venir, c'était ok et j'ai tracé vers l'hosto. Je suis arrivée à 8h, on m'avait dit que je pourrais te voir, je me disais ouf il est conscient.

Alors à l'accueil, ça va peut etre te faire marrer, pendant que l'infirmiere d'accueil attendait que le dechoc reponde, elle matait avec une collegue les wonderbra. Je trouvais ça à la fois décalé et déplacé. On m'a dit de descendre, de suivre "les pas verts" (les marques au sol) et de sonner.

J'ai fait ça, j'aimais pas ce dédale. J'ai sonné, on m'a dit de patienter en salle d'attente des familles, comme une bonne petite epouse. C'est pas marrant cette salle, on s'imagine des sales trucs en restant dans ce truc.

Alors l'infirmière m'a accueillie, elle etait un peu mefiante, mais tu sais, c'était pour te protéger. J'ai dit je suis son infirmière qui a appelé, elle m'a demandé si je te connaissais bien. J'ai dit oui, depuis trois mois, je le vois le mpatin et le soir, je suis l'infirmpière psy, je tiens beaucoup à L., j'y suis très attachée. Bon. Elle m'a dit "c'est la fin, il en a pour quelques minutes, ou quelques heures. Ca fait trois heure qu'ils s'accroche. Sa famille est prévenue, on a coutume de dire dans ces cas là qu'ils attendent quelqu'un pour partir. Il attend peut etre sa famille. Je vais vous amener vers lui"

J'ai dit "wooo, j'aurais du appeler le 15 hier soir" et elle m'a dit de pas me mettre martel en tête, que ça n'y aurait rien changé, que même c'était miracle que ça soi pas arrivé bien plus tôt.

Je suis entrée dans le box où tu étais tout couvert de tuyaux. Je faisais une sale gueule, heureusement que tes yeux étaient pas fonctionnels. L'infirmière elle m'a amené une chaise, j'ai dit "salut L.; C'est Julie, ta Juliette" et de suite tes constantes ont commencé à se casser la gueule. L'infirmière a dit "ça descend. C'est vous qu'il attendait" j'ai dit "oui"

Je me suis assise à ton chevet et je t'ai parlé. Je sais que tu m'entendais.

J'ai dit "Bon, tu as décidé de nous laisser maintenant et de partir, et bon, OK. T'as pas choisi grand chose de ta vie, tu choisis ta mort, je suis ok."

c'est descendu encore.

Je t'ai remercié de m'avoir attendue pour que je puisse te dire au revoir.

J'ai dit "alors comme ça, c'est vrai que tes neurones font de la magie et que tu m'as choisie pour etre la femme avec qui tu finiras ta vie, je suis ok aussi, j'espère que c'est bien pour toi.Je reste avec toi jusqu'à ce que tu sois parti"

Je pleurais.

Je t'ai dit "Bon, j'ai appelé P. je crois qu'il arrivera pas assez vite pour te dire au revoir. Lui et moi on t'aime beaucoup, tu sais que je t'aime je tiens à toi, mais pour toi, notre desir que tu vives ben tant pis, c'est trop dur et tu as décidé de te barrer maintenant, c'est surement bien pour toi. J'espère que tu souffres paslà, tu as assez donné" Je voulais t'embrasser, peut etre sur la bouche, mais vu l'amas de tuyaux c'était pas possible, j'ai juste pu te toucher 1 cm² de bras qui disparaissais pas sous la machinerie.

J'ai dit "je suis triste parce que je te verrai plus, tu entends que je pleure que je suis triste, mais ensuite ça ira, parce que c'est surement une bonne chose que tu arretes de souffrir. Et puis je sais que tu es un, mec bien et que tu iras au paradis, alors on se reverra là haut, mais dans quelques années parce que je tiens a ma vie a moi et que j'ai encore des choses a vivre""et n'ai plus peur du ciel, tu y vas direct et tu verras que ce bleu c'est la grandeur, c'est merveilleux, je suis pas inquiète pour toi, le sois pas pour moi, ça va aller apres le chagrin, et je penserai toujours a toi avec tendresse, et tu restes dans ma memoire et mon coeur, et je pourrai des fois parler de toi avec P. et ça sera toujours des paroles chaleureuses."

J'ai dit aussi "tu as choisis de partir sur une ultime defonce, j'espère que ta dernière défonce a été bonne. Tu vas nous manquer à P et moi mais tu restes en nous encore"

Je pleurais beaucoup. Là l'infirmière est venue, elle m'a demandé si ça allait, si je voulais un vcerre d'eau. J'ai dit non, par contre il me faudra une clope mais ça sera quand je sortirai, là ça va, je parle à L. pour diore au revoir.

Elle a tres bien compris.

Tu etais tres bas, en dix minutes. Même ta température etait à 347°. Les tracés ralentissaient.

Puis je t'ai dit "bon, tu m'as questionnée hier sur mes amours et mes amants et jh'ai pas voulu rte dire, mais là c'est pas pareil, alors je te dis. Y'a un gars qui m'aime bien qui me visite ces temps" là tes tracés se sont un peu énervés. Tu écoutais attentivement. Je t'ai dit son prenom et son metier, je t'ai dit "et il est tres gentil alors je suis contente, t'inquiete pas pour moi"

Là tout s'est cassé la gueule.

J'ai eu le temps de dire "Bon voyage, mon chéri" et tout a été plat. L'infirmière est venue couper l'alarme et m'a dit que dans cinq minutes de tracé plat elle arretait les machines. Je suis restée encore cinq minutes pres de ton corps qui vivait encore mais tu n'étais plus là. J'ai encore caressé ton petit bout de bras, je pleurais. Puis j'ai arrêté de pleurer. Je suis restée pour verifier qu'elle eteignait bien tout. Puis je suis partie, car tu n'étais plus là.

J'ai beaucoup remercié l'infirmière et elle m'a beaucoup remerciée d'avoir été là et de t'avoir aidé à partir.

Je suis sortie vers un café et une clope, j'ai chialé beaucoup. Puis j'ai appelé P. pour lui dire que tu étais mort à 8h30 pile. Je sais maintenant qu'i est venu, il s'est tarté tes tarés de frangin...

J'espère que tu as été heureux de m'avoir eue comme femme pour finir ta vie. Moi je suis triste et satisfaite à la fois. Tu me manques et j'écoute le CD que tu m'as offert.. Il me reste ça de toi, et une 8/6 et un demi sub. Un résumé de tes derniers mois de vie.

Et tu n'as pas pu voir ma dernière tenue : c'était le jean bleu foncé bootleggs, un pull robe noir, un manteau cintré gris foncé, boutonné tout du long, avec un collier très space que tu aurais beaucoup aimé, mon foulard en soie gris foncé, tu as peut être senti que je portais du One de Calvin Klein, j'avais aussi mes petites baskets asic noires, je te faisais marrer avec parce qu'elles glissent quand le sol est mouillé et que je me cassais la gueule en arrivant du dehors chez toi, bah, en sortant du batiment je me suis étalée dans le hall et j'ai dit "mais meeeeerde putaaaaaaaaaaaaaaaaa

aaain!!!!"

Je sais que tu es resté en vie ces derniers mois pour faire plaisir à P et moi, et pour me rencontrer. Et je t'en remercie.

J'ai vu P. à midi, je peux te rassurer en te disant que lui et le toubib de la réa ont réussi à le calmer, et aussi à ce qu'il prévienne ta mère là bas au bled. Il parait que tu vas reposer "aux côtés de ton frère", je sais pas où il repose, sûrement là bas au bled. Si c'est à Toulouse que tu vas reposer, je viendrai te fleurir, avec les Fleurs du Mal comme tu m'avais demandé de te prêter, car tu citais souvent Baudelaire, et ses rêves pénétrants de femme inconnue...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

CmoiC Membre+ 26 317 messages
Pitbull le matin, ourse le soir‚ 40ans
Posté(e)

Emouvant, rien de plus à dire, on s'en fout dans ces cas là de ce qu'on nous dit :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
xena7 Membre 15 569 messages
Les Chaos de mon Elle...entre deux...eaux?...‚ 47ans
Posté(e)

Je touche dans la douleur les reliefs de ton histoire....pour les cotoyer aussi. ;)

Brut comme un pavé naturel, et lisse comme un couteau, propre comme la morgue et beau comme la vérité sans fard. :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
virgule.6 Membre+ 71 340 messages
"Asilienne" de service‚ 53ans
Posté(e)

La mort n'est rien. Je suis seulement passé dans la pièce à côté.

Je suis moi, vous êtes vous. Ce que nous étions les uns pour les autres, nous le sommes toujours.

Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné. Parlez de moi comme vous l'avez toujours fait.

N'employez pas un ton différent, ne prenez pas un air solennel et triste.

Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.

Que mon nom soit prononcé comme il l'a toujours été, sans emphase d'aucune sorte, sans une trace d'ombre.

La vie signifie tout ce qu'elle a toujours signifié.

Elle est ce qu'elle a toujours été. Le fil n'est pas coupé. Pourquoi serais-je hors de votre pensée simplement parce que je suis hors de votre vue ?

Je vous attends. Je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin.

Vous voyez, tout est bien.

Chanoine Scott Holland

Que te dire de plus...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sagara san Membre 12 453 messages
Explorateur de gaufrette‚ 43ans
Posté(e)

je ne trouve pas de mot, la, tout de suite, neanmoins, felicitations pour l'avoir ecrite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

... :o ... :smile2: ... :D ... ;) ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité lobotomie_
Invité lobotomie_ Invités 0 message
Posté(e)

on ne mesure ses problèmes qu'à l'aune de ceux des autres...

:smile2:

Modifié par lobotomie_

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ManhattanStory Membre+ 14 228 messages
Imperoratriz à temps partiel‚
Posté(e)

Lui au moins il a pris ses gélules.....comme dans Matrix il a sûrement fait le bon choix ton Neo :smile2:.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mike02 Membre+ 4 307 messages
On dit Monsieur Mike maintenant !!‚ 37ans
Posté(e)

J'ai pas décroché les yeux de ton texte ...

Et au final ... je ne sais même pas quoi répondre a tout ca ...

Peut être juste un :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tank_Girl Membre 1 941 messages
Souris Sauvage‚ 42ans
Posté(e)
... :o ... :smile2: ... :D ... ;) ...

tu resumes bien chasichatte... triste de l'au revoir, satisfaite d'avoir été là...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Virginye Membre+ 19 458 messages
Experte en Grum's ‚ 39ans
Posté(e)

je ne sais quoi dire , si ce n'est merci :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant