4 septembre 1870


Invité kaerlyon
Invité kaerlyon Invités 0 message
Posté(e)

Depuis le 19 juillet 1870, la France est en guerre contre la Prusse. Mal préparée l'armée française est rapidement défaite par l'armée prussien et la capitale est encerclée. Napoléon III est fait prisonnier à Sedan le 2 septembre. Le régime impérial est déchu. Les républicains, menés par Gambetta, arrivent à mettre en place un gouvernement provisoire dit ''de défense nationale''. Ainsi le 4 septembre 1870, la République est proclamée du haut du balcon des Tuileries. Le général Trochu est à sa tête.

Mais la France est toujours en guerre contre la Prusse. Gambetta quitte Paris par ballon pour réorganiser la défense et le gouvernement décide de s'installer à Tours... mais trop tard. Il faut capituler devant l'armée prussienne. Cette capitulation n'est pas acceptée par Gambetta qui démissionne, ni par les parisiens qui ne comprennent pas le pourquoi de cette trêve alors que Paris tient toujours. La trêve est signée le 28 janvier 1871, les élections ont lieux le 08 février et la Commune parisienne commence le 18 mars pour se terminer le 28 mai.

Thiers est élu chef du pouvoir exécutif puis président de la République le 2 juillet.

En fait Thiers est assez fin politicien pour plaire aux républicains et aux monarchistes qui attendent le bon moment pour placer un roi. Ils ont un nom : le comte de Chambord. Mais celui-ci reste inflexible sur la question du drapeau. Il ne veut pas du tricolore et reste sur le drapeau blanc de la monarchie. Or cela n'est pas possible.

Tiers a la lourde tache de redresser la France après le désastre de la guerre, le règlement de la dette et endiguer la Commune. En 1873, c'est Mac-Mahon qui le remplace comme président pour 7 ans, délai qui d'après les monarchistes permettrait la disparition du comte de Chambord alors âgé, au profit de son successeur (d'où le septennat). Mais entre temps la République était bien installée et une royauté, jusqu'à ce jour parait improbable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Olivier1985 Membre 8 188 messages
Milk shaker‚ 31ans
Posté(e)

Magnifique compte rendu. ça fait toujours plaisir de voir que des gens s'intéressent à l'histoire. On notera également que la guerre franco allemande de 1870 a permis d'unir les derniers états allemands indépendants du sud à la Confédération de l'Allemagne du nord donnant naissance à l'Empire Allemand.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)

Attention... le mot "République" ne sera inscrit dans la Constitution qu'en 1875 avec l'amendement Wallon, qui stipule que "le président de la République est élu pour 7 ans".

Jusque là, le mot est soigneusement évité, tabou... les Monarchistes étant majoritaires aux assemblées.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

La IIIème république est instaurée à une voix de majorité (seulement UNE voix).

Dans un premier temps, cette république sera quelque peu chaotique :

- Le Parlement contrôle le gouvernement et les ministres, et bénéficie de la primauté juridique.

- Contrairement aux Etats-Unis et à l'Angleterre, il n'existe, en France, aucun parti politique organisé.

- Hostilité entre monarchistes et républicains d'un côté, et modérés et radicaux de l'autre.

- Problèmes économiques, sociaux, démographiques et crise nationale (le peuple n'a pas digéré l'humiliation prussienne et souhaite une revanche).

- N'oublions pas la crise Boulangiste et l'affaire Dreyfus...bienvenue en république! :snif::snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité kaerlyon
Invité kaerlyon Invités 0 message
Posté(e)
Attention... le mot "République" ne sera inscrit dans la Constitution qu'en 1875 avec l'amendement Wallon, qui stipule que "le président de la République est élu pour 7 ans".

Jusque là, le mot est soigneusement évité, tabou... les Monarchistes étant majoritaires aux assemblées.

normal. Les débuts de la IIIe République furent chaotiques. Comme je l'ai précisé, une restauration n'était pas impossible dans l'esprit des politiciens (7 ans de réflexion :snif: ). Seul le comportement du prétendant et la dissension entre légitimistes et orléanistes ont fait pencher la balance du côté d'une République

La IIIème république est instaurée à une voix de majorité (seulement UNE voix).

Dans un premier temps, cette république sera quelque peu chaotique :

- Le Parlement contrôle le gouvernement et les ministres, et bénéficie de la primauté juridique.

- Contrairement aux Etats-Unis et à l'Angleterre, il n'existe, en France, aucun parti politique organisé.

- Hostilité entre monarchistes et républicains d'un côté, et modérés et radicaux de l'autre.

- Problèmes économiques, sociaux, démographiques et crise nationale (le peuple n'a pas digéré l'humiliation prussienne et souhaite une revanche).

- N'oublions pas la crise Boulangiste et l'affaire Dreyfus...bienvenue en république! :snif::snif:

en fait le premier gouvernement était à majorité royaliste, d'où l'élection de Thiers au pouvoir exécutif puis de Mac-Mahon. Quant à Boulanger.... no comment :snif::snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

Le désordre régnant ne peut être imputé à la majorité monarchiste mais plutôt aux dissensions sévissant d'une part, entre monarchistes modérés et monarchistes paternalistes, d'autre part entre républicains modérés et républicains conservateurs, mais aussi (et surtout) entre monarchistes et républicains, obligés de se partager le pouvoir.

Le comte de Chambord souhaitait une monarchie paternaliste, tandis que le comte de Paris lui préférait une monarchie constitutionnelle.

La décision de Thiers qui, en 1873, décida de se rallier à la république (alors qu'il était, à la base, Orléaniste), ne fit que choquer ses électeurs (on le serait à moins...) qui virent en cela la traîtrise la plus infâme.

13 novembre 1873, à l'Assemblée des députés :

"Avec l'ordre, nos ateliers se sont rouverts, les bras ont repris leur activité, les capitaux sont revenus vers nous, le calme a reparu avec le travail et déjà la France relève la tête, et, chose plus surprenante encore! une forme de gouvernement, qui d'ordinaire la troublait profondément, commence à entrer peu à peu dans les habitudes . Les événements ont donné la République, et remonter à ses causes pour les discuter et pour les juger serait aujourd'hui une entreprise aussi dangereuse qu'inutile. La République existe, elle sera le gouvernement légal du pays, vouloir autre chose serait une nouvelle révolution et la plus redoutable de toutes. Ne perdons pas notre temps à la proclamer, mais employons-le à lui imprimer ses caractères désirables et nécessaires. Une commission nommée par vous il y a quelques mois lui donnait le titre de République conservatrice. Emparons-nous de ce titre et tâchons surtout qu'il soit mérité. Tout gouvernement doit être conservateur, et nulle société ne pourrait vivre sous un gouvernement qui ne le serait point. La République sera conservatrice ou ne sera pas. La France ne peut pas vivre dans de continuelles alarmes."

émile Pouget, Almanach du Père Peinard, 18 septembre 1898 : :snif:

Marianne la Salope

"Ah, quand viendra la Belle ? Voilà des mille et des cent, Que Jean Guétré t'appelle République des Paysans!

Ainsi goualait, il y a une kyrielle d'années, Pierre Dupont, un bon bougre de chansonnier.

Et le populo reprenait au refrain !

Tous les gas qui avaient le "Pouvoir" dans le nez soupiraient après la République.

Elle vint, la "République", en 1848 ; mais elle ne fit que passer et on n'eut pas le temps de se rendre suffisamment compte de quoi il retournait. Sur le moment, les pétrousquins, aussi bien que les gas des villes, avaient eu confiance en elle: ils s'imaginaient que ce mot magique signifiait un nouvel alignement social.

Ce fut une déception! Quoique ça, l'épreuve n'était pas suffisante.

Quand Badingue eut réussi son coup d'état et qu'il fallut du pognon, beaucoup de pognon, pour goberger la vermine impériale, le mot "république" rayonna à nouveau.

Les impôts tombaient, dru comme grêle, sur le casaquin du populo. Aussi, chacun ruminait et songeait que si la république venait, ça changerait : foutre bas l'empire et coller à sa place une société galbeuse avec le bricheton assuré et la liberté à la clé...

C'est l'idée qu'en ces temps-là, on se faisait de la république.

Aussi, quand l'empire croula ce fut une sacrée jubilation : on allait vivre enfin, la Belle était en route!

Je t'en fous ! Elle s'est bien amenée - mais quelle garce. Au lieu de la Marianne de ses rêves, le populo a vu une affreuse pétasse réservant ses caresses à tous les charognards de la haute.

Banquiers, frocards, chats-fourrés et porte-rapière sont devenus ses clients les plus gobés et c'est avec bougrement de plaisir que cette goton les reçoit dans son plumard."

C'est dit! :snif:

Modifié par Valtesse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

Moi j'aime bien Boulanger. Je suis sensible à sa volonté de rassembler derrière un mot d'ordre clair et précis, et surtout au fait qu'il a osé passer à l'action militaire pour défendre ses idées.

Dommage qu'il ait merdé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

Boulanger était un sacré lascar : il avait réussi, en profitant du chaos régnant, à rallier le peuple à sa cause. Il ne fit qu'accentuer la crise politique mettant à mal la IIIème république.

Des partisans de tout bord surgissaient :

- des monarchistes qui voyaient là un moyen de déstabiliser un peu plus la république et de pouvoir ainsi, favoriser une restauration

- des radicaux qui approuvent son discours social

- des anciens communards de gauche souhaitant une revanche face aux Prussiens

- des nationalistes désireux de renverser le Parlement

Il aurait pu prendre le pouvoir, en 1889, fort de son succès aux élections (les 3/5 des électeurs ont voté pour le Général), mais il choisit (probablement après conseil de sa maîtresse, Marguerite de Bonnemains) de se dérober.

Ce fut le début de la fin pour celui que l'on surnommait "le Général Revanche".

Condamné à la déportation, après une parodie de justice, le "brav' Général" se suicida sur la tombe de sa maîtresse, à Bruxelles, le 30 septembre 1891.

Clémenceau dira de lui : " Il est mort comme il a vécu, en sous-lieutenant!"

" Mon épée inquiétait les Républicains, ils me l'ont retirée. Et les voilà plus inquiets qu'à l'époque où je la portais encore." (Le Général Boulanger)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

De plus il proposait un truc cohérent, hérité du bonapartisme dont il était un tenant.

Bref, le général revanche aurait été une bonne alternative à la ripoublique. On envoie pas l'armée contre un ennemi insignifiant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

Il était gênant car dangereux pour les républicains.

Bah, c'était un militaire, ne l'oublions pas!

Entre lui et les républicains, mon choix eut été vite pris, cela dit.

Mais entre le Comte de Chambord et le Général...aucune hésitation possible! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

Oulà, moi j'aurais choisi le général héhé.

Je pense qu'il avait un vrai potentiel ! Ca aurait été très possible qu'il impulse un système politique plus respectable que la ripoublique et moins affaibli que la monarchie française, dont les représentants étaient quand même méchamment divisés fin XIXe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

Vil gredin! :snif:

Les monarchistes étaient divisés à cause de ces maudits républicains.

Eliminons ces derniers, et le calme revient avec, à sa tête, Monsieur le Comte et son drapeau blanc! :snif:

Les militaires sont intéressants au pouvoir pour de courtes périodes. Ils ne peuvent l'être sur le long terme.

Leur côté belliqueux finit toujours par mettre à mal le pays.

C'est ce qui perdit notre illustre empereur et, par ce fait, la France, et qui permit à la république de

siéger effrontément (et durablement) de la fin du 19 ème siècle à nos jours.

Cantique patriotique 1816

Venez Français, le Dieu dont la puissance

Fait triompher et le trône et la foi

Refr. Veut aujourd'hui qu'on chante dans la France

Gloire au Très Haut! Vive notre bon Roi!

Vive la France! Vive le Roi!

Toujours en France les Bourbons et la foi (bis)

Toujours en France les Bourbons et la foi. (bis)

Quand nos tyrans respirant la vengeance,

Faisaient régner la terreur et l'effroi,

Quand tout semblait perdu pour notre France,

Nous espérions toujours en notre Roi.

Refr. Vive la France ! etc.

Il est à nous ce gage d'alliance

Du vieil honneur et de l'antique Foi ;

Tout coeur français redit en sa présence

Vivre et mourir pour son Dieu, pour son Roi

Refr. Vive la France, etc.

Honneur, louange, amour, reconnaissance

Pour tes bienfaits, grand Dieu, car c'est à Toi

Que nous devons le salut de la France,

Que nous devons le retour de son Roi.

Refr. Vive la France ! etc.

Oui, sa bonté retrace sa clémence ;

Par son exemple il nous ramène à Toi,

C'est rendre gloire à ton nom dans la France

Que de bénir le nom d'un si bon Roi.

Refr. Vive la France ! etc.

Reine des Cieux, protège l'héritage

Que les Bourbons ont soumis à ta loi

Montre toi, Mère, achève ton ouvrage,

Daigne veiller sur la France et son Roi.

Refr. Vive la France ! etc.

De tes enfants exauçant la prière

Déjà sur nous tu répands tes bienfaits,

Et de nos lis soutenant la bannière,

Promets la gloire aux Bourbons, aux Français.

Refr. Vive la France ! etc.

Peuple français, sois un peuple de frères ;

Que tous les coeurs soient unis à jamais ;

Notre Louis est le meilleur des pères ;

Vive Louis, et la France et la paix !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

haha la chanson :snif:

En fait ça dépend, dans certains pays ça peut durer très longtemps, regarde au Chili par exemple. Tout dépend de la nature de la relation entre l'armée et le peuple. C'est clair qu'en France ça tiendrait pas bien vieux :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

Les Français n'ont rien de comparable avec les Chiliens, en ce domaine.

Au kaki, nous lui préférons assurément le blanc du lys... :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

Ben non pas que je sois un fan de la guerre et de l'armée, mais faut bien admettre qu'au Chili ça rigolait pas.

Ce que je veux dire, c'est que sans l'armée il est très difficile de tenir une population. Partant de là, il vaut mieux, dans le cadre d'un régime autoritaire, avoir l'armée avec soi. La question est : les soldats français étaient-ils plutôt pro-monarchie ou plutôt pro-napoléon/boulanger en 1889 ?

Vous avez quatre heures élève Valtesse, les documents sont autorisés :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

:snif:

Question déloyale!

De toute façon, les soldats n'ont pas leur mot à dire : ils obéissent et se taisent! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

Tout à fait, mais disons que si tu fomentes un coup d'Etat, t'as plutôt intérêt à avoir les soldats derrière toi, sinon ça risque de vite tourner au vinaigre. J'en veux pour preuve le coup d'état foiré du quarteron de généraux félons (Saland, Zeller, Jouhaud et Challe) en 61. L'appel du Général aux soldats sous leurs ordres a fait désobéir la troupe et les officiers, qui étaient plus enclins à obéir à De Gaulle qu'aux quatre zygomares.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant