Le tour d'écrou - Henry James

Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

225304306008ss500sclzzzkq8.jpg

L'histoire :

Dans une grande et vieille demeure, une jeune gouvernante est chargée de s'occuper de deux petits orphelins, si parfaits et charmants qu'ils en deviennent énigmatiquement inquiétants. Leur tuteur vit au loin et ne veut être dérangé sous aucun prétexte. Dans ce décor étrange, où deux décès ont eu lieu, la gouvernante commence à voir de mystérieuses apparitions...

Je viens de finir cet ouvrage, considéré comme le chef d'oeuvre de Henry James. Le lecteur hésite à faire la part des choses entre surnaturel, horreur finement distillée, hallucinations et folie, si savamment mêlés qu'on ne sait plus que penser.

J'ai aimé, mais je suis restée sur ma faim, perplexe, me demandant même s'il ne manquait pas des pages à la fin de mon livre ! Beaucoup de questions sans réponse, on ne connaît au final le sort que d'un seul personnage, les explications promises sur les décès précédents ne sont pas données...

J'aimerais vraiment avoir vos avis et vos hypothèses !

Pour ceux qui ne l'ont pas lu, il est court (environ 160 p.) et pas cher (à partir de 2 ¿) !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Kinwena Membre+ 4 724 messages
Patate fossilisée‚ 30ans
Posté(e)

Je fais partie de ceux qui ne l'ont pas lu :snif:

Cela dit, était donné que je déteste Henry James... Pas vraiment envie de tenter l'expérience ^^'

Si ton avis avait été "bouquin génial à lire absolument" j'aurais peut-être tenté, mais là... :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

:snif: Dis-toi que mon humble petit avis à moi est mitigé, mais que le monde littéraire s'accorde à dire qu'il s'agit de son meilleur livre !!

(ce qui me fait penser que je ne lirai donc sûrement rien d'autre de lui ! :snif: )

Sinon (pov Henry !) c'est la fin qui m'a surtout déçue, mais l'histoire est bien menée et le doute bien distillé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kinwena Membre+ 4 724 messages
Patate fossilisée‚ 30ans
Posté(e)

Bah je suis sure que tu trouveras des fans hein, faut bien que certains l'aiment :snif:

Mais pas moi :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Bah, moi je suis une fan d'Henri James. J'ai lu ce livre il y a longtemps. Je crois me rappeler que j'ai aimé, mais pas au point de me rappeler l'histoire. Ou alors je lis trop. :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kinwena Membre+ 4 724 messages
Patate fossilisée‚ 30ans
Posté(e)

Henry James c'est le mal... (non, j'ai pas dit le mâle, couchées les minettes :snif:)

Sérieusement, je crois que j'en ai fait une overdose il y a deux ans... 2 mois à étudier une nouvelle ch*ante au possible... Ca m'a vaccinée. (ce qui est peut-être dommage hein, je perds peut-être un truc)

Toute façon je lis trop aussi :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

Ro zut Lili, j'aimerais bien savoir comment ceux qui l'ont lu le comprennent, j'ai plein de questions à poser moi !! :snif:

Kinwena :snif: , et on ne lit JAMAIS trop :snif:

Peut-être que tu y reviendras dans quelques années... J'attendrai patiemment ici ! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Pour avoir fait des études littéraires, je reconnais qu'une lecture imposée et méthodiquement disséquée pendant des mois dégoûte d'un livre et de son auteur.

@ chapacha: je l'ai dans ma bibliothèque ; comme c'est un librio j'en ai pour une demi-heure après le repas et je reviens t'en parler. :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Alors, je confirme que ça n'a rien à voir avec son chef d'oeuvre, Portrait de femme. Ce livre me donne l'impression d'une atmosphère à la Edgar A. Poe, mais le travers est que justement James met tout dans l'atmosphère, au détriment de l'histoire: la chute est décevante et laisse perplexe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fiphi Membre 913 messages
Forumeur accro‚ 45ans
Posté(e)

S'agissant du fantastique, je doute que l'on fasse mieux que Poe ou Maupassant. Je veux bien tenter de le lire, pour vous donner mon avis. Mais plus tard. La couverture (on en parle dans un autre sujet) ne me plaît pas du tout ! Horreur !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

Voilà Lili, c'est exactement ce que j'ai ressenti !

Fiphi, j'essaie de te tenter avec d'autres couvertures :

1123828.jpgtourdecrou.jpg

:snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fiphi Membre 913 messages
Forumeur accro‚ 45ans
Posté(e)

Ok, celle des deux enfants est exquise. Comme quoi .... Merci Chienpachien ... euh pardon Chapacha ! Re :snif:

Chapacha dit :

J'ai aimé, mais je suis restée sur ma faim, perplexe, me demandant même s'il ne manquait pas des pages à la fin de mon livre ! Beaucoup de questions sans réponse, on ne connaît au final le sort que d'un seul personnage, les explications promises sur les décès précédents ne sont pas données...

Le fantastique n'a t-il pas pour but de laisser planer le mystère et y laisser s'engouffrer notre imagination ....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nerelucia Membre 12 785 messages
Forumeur alchimiste‚ 110ans
Posté(e)

Henry James -un américain- sonde les femmes. Il se spécialise dans l'étude de la vieille Europe face à l'Amérique aux environs de 1870.

Il aime les femmes, il les dissèque, les décrypte, nous montre "ce qu'elles pensent", comment "elles vivent".

Je le rapproche de Visconti, de Freud. Elles souffrent, elles n'ont aucun droit civique, elles étouffent, voyez, regardez, pourquoi ?

Ne soyons pas dupes, les grands auteurs évoluent dans des milieux aisés, réceptions, riches demeures, titres nobiliaires : Balzac, Stendhal, Henry James, Proust. Je le leur reproche.

Franchement, de ces auteurs, Henry James se détache nettement, il dénonce les moeurs arriérées de l'aristocratie européenne, ses préjugés, son orgueil et nous le dit : "nous, américains, sommes devenus riches en nous salissant les mains, nous épousons qui nous voulons, nous vivons sans passé"

Il y a des longueurs épouvantables dans Henry James -les Bostoniennes- mais il rebondit, on dirait les vagues de l'océan.

Je n'ai pas aimé le tour d'écrou, j'ai adoré parfum de femme, j'ai lu l'américain, je lis les bostoniennes et je vais lire en suivant les ailes de la colombe.

Il a écrit des nouvelles, il y a donc une grosse perte dans son cas car il adorait le genre et je ne l'aime pas.

Pour connaître nos soeurs, il nous faut lire de tels auteurs.

Modifié par nerelucia

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
aylie Membre 5 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

je l'ai lu il ya pas longtemps, un peu par "hasard", si le hasard existe, donc c'est encore frais dans ma mémoire.

Il m'a semblé, qu'au climax , quand la gouvernante aperçoit la femme en noire alors que la petite et la servante ne les voient pas , qu'on avait affaire à un cas psychologique.

La gouvernante est folle.se sont ses fantômes qu'elle voit.

Elle veut être héroIque et plaire au tuteur qui la séduite, donc sauver les enfants du mal.

mais au fond, elle emmène tout le monde à la catastrophe à cause de sa paranoïa.

après c'est vrai qu'à la première lecture, est un peu dans le flou.mais c'est aussi à cause des repères historiques.Il s'agit de remettre le texte dans son contexte.Avec nos yeux d'aujourd'hui, ça laisse perplexe.

Mais je pense que James a voulu au début nous emmener sur un terrain fantastique et progressivement nous entrainer sur du psychologique.

En fait , il soulève des tabous de l'ère victorienne, l'homosexualité du petit garçon,et donc pour mieux les traiter, il choisit de faire raconter un texte de cette gouvernante, par l'homme qui en est amoureux.

Ce qui empêche les autres "écouteurs" de l'histoire de faire dialogue avec la gouvernante auteure du texte, puisque elle est absente , et donc d'enlever d'emblée la possiblité d'ôter les doutes sur le fait que ce soit du fantastique ou pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

Ouii Aylie, c'set une version probable ! Mais pas sûre.. Car à la fin le gosse nomme les deux morts, il sait de qui parle la gouvernante.

Tu penses que c'est pour homosexualité que le gosse s'est fait virer ? il m'a semblé aussi, mais je trouvais ça tellement osé pour l'époque, même en simple insinuation...

Je crois que je vais le relire en partant cette fois sur la base que la gouvernante est folle...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
aylie Membre 5 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

je pense que le petit était au courant des deux zozos .

ou bien parce que c'était mentionné dans la lettre de la gouvernante destinée au tuteur, et qu'il a prise , ou bien simplement parce que du fait du huis clos, les enfants finissent par tout comprendre des angoisses de la gouvernante.

En même temps si tout cela reste flou, c'est que le problème n'est peut être pas là pour James.

Et puis cette gouvernante, dans sa façon de penser et d'agir est représentative ou symbolique de ce que la société pensait à l'époque de tous ces tabous.

Du coup, avec cette interprétation, on pourrait avancer que James essaie habilement de montrer que cette société, par manque de tolérance et par oppression sécuritaire, conduit certains de ses enfants les plus doués mais différents vers une mort prématurée (qui n'est pas forcément une mort physique et qui peut être aussi symbolique)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
aylie Membre 5 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

je m'aperçois que je n'ai pas vraiment répondu à tes questions.

c'est au niveau de la multiplicité des interprétations possibles, le fait que le roman reste mystérieux et qu'il joue sur les procédés du fantastique et que tout cela déconcerte un peu le lecteur.

Il est possible que cette stratégie d'écriture ait pour dessein de passer entre les mailles du filet de la censure.

Bon après, j'ai vu sur le forum , on parle d'Edgard Poe. c'est vrai que ce fantastique là, n'a rien à voir.

celui de James est plus proche du Horla de Maupassant.

On a souvent dit , que le horla était autobiographique, et pour cause:Maupassant avait contracté la maladie de la syphilis que l'on attrapait au bordel à l'époque, et dont les symptômes ressemblaient à des visions fantômatiques.

( et sinon, le pourquoi du comment ce livre : le tour d'écrou , est considéré par les littéraires comme le meilleur livre de son époque, c'est juste par ce que c'est maître Borgès qui l'a dit quasi le premier. Alors foi de Borgès!)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

Oula tu pousses loin l'analyse ! Mais la petite fille est sauvée elle...

Et que représente cet oncle dont la volonté de n'être mêlé à rien à ce point me paraît anormale ?

Merci pour les infos : je ne savais pas pour Maupassant, et pour le coup du "chef-d'oeuvre", le terme me paraissait un peu exagéré, vu comme ça je comprends mieux. :snif:

Je suis déconcertée par beaucoup de choses : quelqu'un demande au narrateur comment est morte la gouvernante d'avant, il répond "vous le saurez en son temps" et il ne le dit jamais.

J'ai même imaginé que le narrateur était le gamin du récit : il dit qu'il s'agit de l'institutrice de sa soeur, qu'elle avait 10 ans de + que lui, qu'il l'avait trouvée là à son retour du collège, qu'ils se promenaient longuement en bavardant...

C'était son premier poste les deux gamins, elle ne devait donc pas être bien vieille, et avait environ 10 ans de + que le gamin "monstrueux" de l'histoire.

De plus, elle est morte il y a vingt ans, dit le narrateur, qui lui-même ne me semble pas bien vieux : ne serait-elle pas morte juste après que le petit soit mort ?...

Et en relisant le début, je me demande vraiment si en fait la gouvernante n'était pas amoureuse de l'enfant et non pas de l'oncle...

Ce qui est un autre tabou !

Je vais le relire :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
aylie Membre 5 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

c'est embêtant, comme je l'ai dit , je suis tombée sur le bouquin par hasard, mais en même temps je connais pas beaucoup de choses sur la société de cette époque.

je ne sais pas si vraiment il existait une censure, j'ai juste lu récemment que oscar wilde avait été emprisonné au bagne après avoir écrit des choses sur son homosexualité.

maintenant avec le recul, et cet échange, je m'aperçois d'autant mieux qu'on est dans un huis clos, c'est à dire qu'au fond, james nous dit des choses aussi sur l'enfermement de la femme reléguée auprès des enfants , à cette époque aussi.

Comme tu dis , l'oncle est complètement absent.Donc l'analyse du statut de la femme prend encore plus son importance.Il est privé.

(J'ai entendu à la télé ce week end que avant , la femme avait trois statuts, celle d'être la première, c'est à dire la femme du mari et d'être entretenu par le contrat du mariage, d'être seconde, c'est à dire la "maitresse", sans contrat mais entretenu aussi par plusieurs hommes et d'être la troisième, celle qui gagnait sa vie avec des emplois de gouvernante.)

la gouvernante dit aussi au début de son récit qu'elle est au gouvernail d'un bâteau qui part à la dérive.

On y parle aussi de corruption de l'innocence ou du moins du danger de tomber dans ce mal.

Voilà pourquoi peut être la petite fille tombe malade.C'est qu'elle est à moitié corrompue aux yeux de cette gouvernante.

ce qui m'a décontenancé, c'est que ça commençait comme une nouvelle d'Edgard Poe, parce que je me demandais comment la gouvernante qui n'a jamais connu les deux zozos, est arrivée à les décrire de façon à ce que l'autre femme arrive à les identifier;

mais qu'ensuite ce fantastique évolue vers du fantastique à la Maupassant.

Après se sont les non dits , les allusions qui ne sont pas faciles à comprendre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Rems06
Invité Rems06 Invités 0 message
Posté(e)

Je l'ai lu, il y a longtemps. Il est sorti une adaptation du livre dans les années 70 avec l'actrice française Stéphane Audran et avec une jeune inconnue à l'époque dans le rôle de la gouvernante : Patsy Kensit, future chanteuse du groupe Eighth wonder, puis épouse de Jim Kerr (en deuxième mariage) puis de Liam Gallagher (en troisième mariage).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant