Aller au contenu

Les aidants sexuels pour handicapés

Messages recommandés

lore Membre 17 812 messages
Electron trop libre / Cible à abattre‚ 48ans
Posté(e)

LES AIDANTS SEXUELS POUR HANDICAPES

photo2.jpg

Un colloque européen ("Dépendance physique: intimité et sexualité") s'est tenu en février 2007 au Parlement européen de Strasbourg afin de discuter de l'"accompagnement sexuel" des handicapés par des "aidants sexuels".

La France étudie apparemment le sujet, dans l'hypothèse d'une application chez elle dans les prochaines années, à l'initiative des pouvoir publics et les associations. Ce colloque européen est d'ailleurs organisée par l'Association française contre les myopathies (AFM), Handicap international, l'Association des paralysés de France (APF) et la Coordination Handicap et Autonomie (CHA).

Ce service d'aidants sexuels pour handicapés existe déjà en Allemagne, en Hollande et au Danemark mais est actuellement interdit en France. "Les participants, des sexologues, juristes, accompagnatrices sexuelles, députés et élus venus de France, d'Allemagne, de Belgique, d'Italie, de Suisse et des Pays-Bas, entendent s'appuyer sur l'expérience des voisins européens pour les adapter en France en levant certains blocages culturels et juridiques".

Selon certaines associations, comme la section zurichoise de Pro Infirmis, une organisation d'aide aux handicapés : les personnes souffrant d'un handicap physique ou mental ont beaucoup plus de difficulté à découvrir et vivre leur sexualité. Leur infirmité les pénalise aussi dans ce domaine, sur lequel pèse en même temps un tabou social. C'est pourquoi les handicapés, considérés souvent à tort comme des être asexués, ont tout particulièrement besoin d'être aidés.

ProInfirmis a ainsi pour projet la formation d'une dizaine d'"attoucheurs et d'attoucheuses", capables d'offrir massages, caresses, expériences sensuelles et jeux érotiques, à l'exception, en principe, des relations sexuelles complètes. Selon Pro Infirmis, les aidants ou accompagnant sexuels (attoucheurs et attoucheuses) détermineront à l'avance avec leurs clients la frontière à ne pas dépasser et le prix de leurs services.

L'accompagnant sexuel des hommes et femmes handicapés jouerait donc le rôle d'intermédiaire, en proposant des massages et jeux érotiques. Aux Pays-Bas les accompagnant sexuels (volontaires, infirmières ou aides-soignantes) peuvent depuis 1982 prodiguer des "soins d'amour". Leurs prestations sont même remboursées par la sécurité sociale !

Article Yazerty

Handicap_03.jpg

Des aidants sexuels prodiguant baisers, caresses ou massages aux invalides: ce service réclamé par des associations de handicapés implique une révolution des mentalités et de la loi française, ont estimé vendredi les participants à un colloque à Strasbourg.

"Encore aujourd'hui, certains considèrent les handicapés comme des sous-êtres, incapables d'être aimés, d'aimer, de séduire... Dans l'imaginaire populaire, de tels êtres ne peuvent engendrer que des monstres", explique Jean-Pierre Ringler de la Coordination Handicap et Autonomie (CHA).

Selon lui, la mise en place en France d'un véritable cadre à l'image des Pays-Bas où les accompagnatrices sexuelles existent depuis 1982, ou de l'Allemagne et de la Suisse, se heurte à la culture de la société française qui reste encore celle du "beau, de l'apparence et du performant".

Pour le Pr Jacques Waynberg, président de l'Institut de sexologie, la sexualité des handicapés reste en France un véritable tabou: "Lorsque l'Inserm fait un travail comme la récente enquête sur la sexualité des Français, les personnes en situation de handicap ne sont jamais interrogées", déplore-t-il.

S'exprimant lors du premier colloque européen organisé sur la question de l'intimité et de la sexualité des handicapés, il a proposé qu'une véritable enquête sociologique soit menée.

"Il y a une hypocrisie franco-française à parler de ce problème. On adore parler de sexe, mais quand il s'agit de parler de sexualité il n'y a plus personne", estime de son côté Marcel Nuss, président de la CHA.

Côté législatif, la loi française ne prévoit rien, comme le précise l'avocat Karim Felissi qui rappelle que "le cadre législatif ignore la sexualité sauf sous l'aspect répressif".

"Une accompagnatrice sexuelle qui se ferait rémunérer pour ce travail est assimilée, en terme de droit, à une prostituée et une personne qui joue le rôle d'intermédiaire à un proxénète", explique-t-il.

Comme les associations, il réclame une intervention du législateur. "A l'heure actuelle, par exemple le préjudice d'une personne lourdement handicapée par un accident de la route et dont la sexualité est réduite à pas grand chose n'est pas indemnisé de manière spécifique", regrette-t-il.

"Officieusement, les choses se font dans le secret", note toutefois le Pr Waynberg qui explique qu'il s'agit de la décision individuelle des travailleurs sociaux et des responsables d'établissements.

Selon lui, il suffirait pourtant de mettre en place un "statut" qui mettrait à son tour en place une "profession rémunérée, dûment formée", pour régler l'essentiel du problème.

Nina de Vries est une accompagnatrice sexuelle formée et déclarée auprès de l'administration fiscale allemande. Elle a commencé il y a 10 ans en proposant des massages érotiques, sans relation sexuelle, à des handicapés physiques et mentaux. "Je ne me suis jamais considérée comme une prostituée", insiste-t-elle.

Pour elle, la société doit accepter qu'il y a des personnes qui veulent pratiquer ce métier: "Elle doivent le faire parce que des personnes invalides qui ne sont plus fières de leur corps en ont besoin."

Frédérick Florin AFP Š Des personnes handicapées participent à un colloque sur la sexualité des handicapés, le 27 avril 2007 au Parlement européen de Strasbourg

© 2007 AFP

Article afp 20 minutes. fr

Quel est votre opinion devrait-on légaliser les aidants sexuels en France et devraient ils être remboursés par la Sécurité Sociale?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Yavin VIP 32 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Quel est votre opinion devrait-on légaliser les aidants sexuels en France et devraient ils être remboursés par la Sécurité Sociale?

Le même débat a eu lieu en Suisse, il y de celà quelques temps, sauf erreur... Ces "prestations", si je puis dire, son désormais assurée par les Assurances sociales et une formation est dispensée aux personnes volontaires...

Reste que le sujet reste chaud...

L'avis de Lilie sur ce sujet serait précisieux... :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Super sujet! :snif:

Je suis abasourdie, car je ne m'etais meme pas imaginé que cela pouvait exister et abasourdie par ma propre réaction à la lecture de l'article. En fait, je suis mitigée ;)

J'y reflechis, je digere, je cherche ce qui me gène: est-ce effectivement une barrière culturelle, mon romantisme qui forcément refuse d'imaginer que les handicapés n'aient pas le droit à l'amour mais un peu de réalisme ne nuit pas effectivement cela doit être plus compliqué, ou mon rejet devant la rémunération d'un acte sexuel, ou juste la surprise devant cette info... ou un mélange confus de tous cela...je repasserai.

Mais excellent sujet! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
eryx VIP 8 660 messages
Dresseur d'ours‚ 46ans
Posté(e)

Très bon sujet en fait!! Ca bouscule dans la tête des questions comme ça!

Malheureusement si la question se pose c'est qu'il y a un besoin.

Donc pourquoi pas, ce n'est pas à moi de juger.

J'espère que c'est pertinent (pas le topic, hein!! Je parle de la réponse sociétale).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
_Dolph Modérateur 57 857 messages
Nikita‚ 150ans
Posté(e)

J'pense pas avoir a donner mon avis , d'ailleurs j'en ai pas... Si ça existe c'est qu'il y'a un besoin, j'ai pas a juger quelque chose que je peux toute façon pas réellement comprendre..

Super topic Lore, merci :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nephalion Modérateur 29 577 messages
A ghost in the shell‚ 43ans
Posté(e)
Quel est votre opinion devrait-on légaliser les aidants sexuels en France et devraient ils être remboursés par la Sécurité Sociale?

Oui et oui !

Pourquoi les gens atteinds d'un handicap, quel qu'il soit, n'auraient-ils pas droit au plaisir ?

Les deux obstacles sont faire bouger les mentalités (là ya du boulot) et créer une filière de formation.

Pour les volontaires, si il y en a dans d'autres pays, il n'y a aucune raison que l'on en trouve pas en France.

La encore un métier à vocation, où l'humanisme à toute sa place.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alan007 Membre 1 247 messages
Forumeur alchimiste‚ 53ans
Posté(e)

Si ils ont besoin d'un volontaire pour former les attoucheuses.............pas de problèmes! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
_Dolph Modérateur 57 857 messages
Nikita‚ 150ans
Posté(e)
Si ils ont besoin d'un volontaire pour former les attoucheuses.............pas de problèmes! :snif:

complètement nul comme commentaire :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lore Membre 17 812 messages
Electron trop libre / Cible à abattre‚ 48ans
Posté(e)

Juste pour finir sur le commentaire de alain et comme quoi les mentalités sont étriquées...

Uniquement pour la Suisse :

Le SEHP (pour Sexualité et handicaps pluriels) recueille les demandes de personnes vivant avec des handicaps physiques et/ou mentaux, ainsi que celles atteintes de maladies dégénératives telles que la fibromyalgie ou certaines formes de diabète grave - une démarche prenant pleinement en compte la diversité des désirs et orientations: «En majorité, nous entendons les demandes d'hommes souhaitant l'assistance de femmes», explique la présidente de la SEHP, la sexopédagogue Catherine Agthe Diserens, «mais des demandes homosexuelles existent bien sûr aussi. On ne sait pas toujours s'il s'agit d'une homosexualité d'identité ou de circonstance, mais l'essentiel réside dans la réponse vers un peu plus de mieux-être.»

Tarif unique

A travers les associations Aspasie à Genève et Fleur de pavé à Lausanne la SEHP collabore déjà avec quelques travailleuses et travailleurs du sexe sensibilisé/es aux situations du handicap. Pour autant, les modalités de travail sont différentes de celles pratiquées dans la prostitution: «L'accompagnant ne travaille jamais moins d'une heure, notamment parce que ces personnes ont souvent besoin de plus de temps, d'être aidées dans leurs déplacements et leur déshabillage.» Autre différence, le tarif ¿ unique, indépendamment de la personne, de son handicap et des prestations offertes. «Les besoins ne sont pas que sexuels. La sensualité et l'érotisme prennent une large place: des corps à corps ou pourquoi pas un strip-tease? Tout le monde n'a pas besoin de sexe pour le sexe!» explique Madame Agthe Diserens. «A l'inverse, certaines personnes, surtout dans le handicap physique, nous ont dit «La sensualité à laquelle nous avons accédé peut nous donner l'envie d'aller plus loin, pour découvrir la sexualité aussi!» Cela étant, nous considérons pour notre part que ¿la suite', la pénétration, sera négociée de cas en cas entre l'assistantle et le/la bénéficiaire. Mais la chaleur humaine, la convivialité et le respect seront de toute façon au rendez-vous!»

Benjamin est sollicité pour assister d'autres hommes vivant avec des handicaps divers, physiques ou mentaux. Comment il perçoit le désir chez les hommes handicapés qu'il rencontre? «Ils ne sont pas si différents des autres clients. Oui, leur manière de communiquer est parfois ambiguë, parce qu'ils ne savent pas s'ils ont droit à ce plaisir. Mais d'autres fois, ils se donnent plus de joie, ils ont moins de réticences¿ moins peur de moi.» Et Benjamin d'évoquer certains de ses clients réguliers, qu'il doit apprivoiser pas à pas avant qu'ils ne parviennent à parler ou à toucher. «Souvent, une personne handicapée n'a pas ce problème. L'approche est plus terre-à-terre, en dépit du regard des autres, de la société ou de la religion. Quand il y a délire, il y a délire¿ et tellement de franchise par rapport à ça. C'est pourquoi, les critères entre une personne valide et une personne handicapée sont flous pour moi. Peut-être que la seule différence est que la personne handicapée ne me contacte pas par elle-même.»

Une formation ouverte à tous

Le SEHP est sur le point de mettre en place une formation romande en accompagnement érotique/assistance sexuelle pour des personnes en situation de handicap. Un appel à candidat/es a été lancé vers toute personne motivée, homme ou femme, homo, bi ou hétéro, travailleur/euse du sexe ou professionnel/le;venu/e d'autres horizons.

Parmi les conditions fixées :maintenir une activité principale à 50% au moins(l'accompagnement érotique doit rester une activité accessoire), parler français, avoir plus de 30 ans et surtout, comme le précise Catherine Agthe Diserens: «être au clair sur ses propres limites. Mettre son corps en jeu dans la relation avec dans la relation avec l'autre exige une grande capacité d'écoute de son propre corps et de ses émotions. Il faut également s'assurer que l'assistant/e ait totalement intégré les notions juridiques liées aux abus sexuels.»

Les contenus de la formation relèveront de connaissances dans le champ des handicaps: sexualité et sexologie, approches sexo-corporelles, compréhension des dynamiques institutionnelles, rôle des tiers-soignants et éducatifs et aspects éthiques.

Article sur la formation en suisse

Pour en terminer Alain nous ne parlons pas uniquement de femmes pour les hommes handicapés mais de contacts, de plaisirs, de jeux érotiques quels que soit les gouts de chacun et quelque orientation sexuelle qu'il ou elle puisse avoir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nephalion Modérateur 29 577 messages
A ghost in the shell‚ 43ans
Posté(e)

L'équilibre personnel pour exercer un tel métier doit être primordial.

La motivation doit être saine.

Ce qu'on offre à l'autre va bien au delà du simple plaisir.

On lui reconnait par la même occasion sa pleine humanité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alan007 Membre 1 247 messages
Forumeur alchimiste‚ 53ans
Posté(e)

Je crois que mon humour (un peu "gras") n'a pas ça place dans ce post!

Je pense que beaucoups d'handicapés auraient pris ce commentaire avec plus "D'HUMOUR" que certains ici! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lore Membre 17 812 messages
Electron trop libre / Cible à abattre‚ 48ans
Posté(e)

Il y a humour et humour mais sur certains sujets oui je le trouve déplacé de plus..... cela reflète aussi une certaine mentalité tu n'a parlé que des femmes que toi tu testerais, pas des hommes pourquoi? Les femmes n'y ont pas droit ou bien les homosexuels n'en ont pas le droit non plus?

C'est tout cette implication la qui m'a gênée comme si ce genre de relations ne devraient pas exister.

Ceci dit ce n'est pas une attaque personnelle mais on ne peut ironiser sur tout.

Quand au fait que "beaucoup d'handicapés auraient pris ce commentaire avec plus d'humour?"

C'est dans le même ordre d'idées que les noirs qui courent plus vite .....forcément ils doivent avoir de l'humour, et t'approuver...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alan007 Membre 1 247 messages
Forumeur alchimiste‚ 53ans
Posté(e)

Oui tu as raison, il ne faut surtout pas faire de l'humour avec se sujet Hautement dramatique!

Partir d'un commentaire, que je trouve insignifiant! Et en arrivé sur l'homosexualité, le racisme et peut on rire de tout.......oui ou non? C'est quand meme marrant!

Je vais reprendre mon commentaire et en faire un topic!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

J'ai trouvé ce qui me genait!!

C'est tout l'implication derriere :snif:

Meme si c'est a relativiser ...je n'ai aps d'opinion encore puisque je decouvre le theme...je m'interroge donc...

Ce systeme ne peut il pas etre un moyen de stigmatiser encore plus la sexualité d'une personne handicapée? ne relaye-t-il pas l'idée que l'on ne peut faire l'amour avec un handicapé mais que l'handicapé n'a besoin que d' une sorte d'assouvissement naturel hygienique par le biaias de la securité sociale?

Vous voyez ce que je veux dire ?

Cette idée pourquoi pas, mais pas seulement! Il faudrait travailler sur l'acceptation du handicap, on ne le fait pas assez de toutes facons en France.

Cette idée toute seule sonne comme une résignation des pouvoirs publics, comme s'il etait évident qu'un handicapé n'a que pour seule solution de payer pour baiser.

C'est cela qui me gene. Maintenant, c'est sans doute ca, la réalité; Je ne sais pas! mais c'est ca qui me saute aux yeux dans ce systeme.

PS justement, pas tout a fait d'accord avec Nephtalion :snif: si on lui reconnaissait sa pleine humanité, l'humanité n'aurait pas besoin d'inventer de tel systeme pour que chacun puisse faire l'amour comme il l entend et avec qui il le desire, fin faire l'amour avec amour quoi ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
serge34 Membre 398 messages
Forumeur survitaminé‚ 62ans
Posté(e)

Une personne handicapée a les mêmes envies, les mêmes besoins que n'importe quel autre individu ..Il est indispensable qu'elle se découvre et accorde le droit à son corps de donner et recevoir du plaisir.

Tout individu , au cours de son enfance et de son adolescence , structure , pour sa vie future , l'image de son corps .Une personne handicapée voit une image de son corps différente de celles des autres.Elle rencontre là une impossiblité d'identification corporelle .Nous avons tous besoin de nous retrouver , de nous identifier par rapport à un groupe ou une personne .Les ados , par exemple, s"habillent tous pareil , car ils ont besoin de se rassurer et d'appartenir à un groupe.Une personne au corps différent , déformé par le handicap , n'a pas ce repère indispensable .Il lui faut assimiler l'image de ce corps , sans se référer au corps valide.

Les personnes handicapées ne supportent pas que l'on s'apitoie sur leur sort ,.Elles veulent que l'on cesse de les considérer comme des êtres asexués et irresponsables , incapables de prendre en charge leur vie privée.Car s'il faut que le handicapé , qui sait qu'il est un homme , s'accepte comme handicapé , il faut également que les autres , qui savent qu'il est handicapé , l'acceptent comme un homme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nephalion Modérateur 29 577 messages
A ghost in the shell‚ 43ans
Posté(e)
PS justement, pas tout a fait d'accord avec Nephtalion :snif: si on lui reconnaissait sa pleine humanité, l'humanité n'aurait pas besoin d'inventer de tel systeme pour que chacun puisse faire l'amour comme il l entend et avec qui il le desire, fin faire l'amour avec amour quoi

Là je suis pas d'accord avec toi Helais.

La personne handicapée à qui ce service s'adresse, c'est bien qu'elle est dans l'impossibilité de trouver ce plaisir autrement justement.

Sous pretexte que le monde n'est pas parfait, on devrait leur retirer ce droit fondamental ?

Ce service n'est pas la panacée.

C'est le minimum que l'on puisse faire je pense.

Mais un sacré minimum tout de même.

Quand aux "attoucheur" et "attoucheuses", je pense qu'il y a de l'amour dans ces gestes d'une telle intimité.

Je ne parle pas de l'amour d'un homme pour sa femme, mais plus de l'amour de l'Autre.

Enfin ce n'est là que mon avis.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
AGM Membre 5 933 messages
Le loup dans la bergerie.‚ 31ans
Posté(e)

je suis un peu d'accord avec elais

se n'est pas involontairement une preuve que , définitivement, les personnes handicapés sont différente des personnes valide? le faite qu'ils soit obligé d'avoir recours a des professionnelles, de payés pour un "éveil sexuelle"? de plus on parle de sexualités mais le faite qu'il n'y ait pas d'amour, que se soit une expérience avec une personne avec laquelle ils n'éprouves pas les mêmes sentiments qu'avec une personne dont ils seraient amoureux?

mais bon si sa dure de puis si longtemp dans d'autre pays sa veut surement dire que les handicapés se posent pas se genre de questions

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

@ Nephalion: Non, non, je ne parle pas de droit naturel fondamental a retirer :snif: mais oui voila, c'est une sorte de minima qui ne me semble pas satisfaisant.

POur les gestes des "attoucheurs" ( le terme ...tin je n aime pas le terme ) ...ce sont des gestes intimes en effet...mais pas forcément des actes d'amour. C'est du personnel soignant, puisqu'il 'agit d'une forme de rééducation, il s'agit sans doute plus de dévotion.

Maintenant, si j ai bien compris, il s'agit d'une part de renouer avec la jouissance du corps mais également d'avoir du sexe. C'est plus sur la 2nde partie que je tique et vers laquelle mes propos sont dirigés. Je n'ai pas le sentiment que cette méthode résolve la question de la vie sociale de l'handicapé.Il me semble que cela ne traite qu'une conséquence ( c'est déja bien ) mais cela ne doit pas être un echapattoir pour ne pas traiter les causes.

Modifié par Elaïs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nephalion Modérateur 29 577 messages
A ghost in the shell‚ 43ans
Posté(e)

Une personne handicapée doit vivre avec son handicap.

Un aveugle a besoin de sa canne pour marcher dans la rue.

La canne est un signe distinctif, preuve de son handicap.

Mais c'est avant tout un auxiliaire de vie nécessaire lui permettant de vivre un peu plus normalement.

Alors bien sûr, on peut lui enlever sa canne, le laisser cloîtré chez lui, et dire que l'on voit moins sa différence.

J'ai comme un doute sur l'efficacité de la méthode.

Elays, quand tu dis "Il me semble que cela ne traite qu'une conséquence ( c'est déja bien ) mais cela ne doit pas être un echapattoir pour ne pas traiter les causes. ", évidement que cela ne traite que les conséquences.

Les personnes ayant recours à ces services sont atteinds de handicap irréversibles.

Et dans certains cas, l'idée de toute vie sexuelle est simplement exclue.

Ce n'est pas normal certes.

Mais si grâce à l'aide d'un attoucheur ou d'une attoucheuse (je n'aime pas ces termes non plus), la personne redécouvre le plaisir, c'est déjà énorme.

Et si en plus, cela lui montre la voix d'une vie sexuelle possible, alors que peut-on bien reprocher au système ?

Quand au personnel qui apporte cette attention particulière aux personnes handicapées, je ne sais pas si on peut appeler ça de la dévotion, mais ce n'est c'est certain, pas juste un boulot comme un autre.

A ces gens là je leur dit qu'ils ont toute mon admiration.

Modifié par Nephalion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Crap Membre 2 264 messages
Craposorus-Rex‚ 33ans
Posté(e)

edit

Modifié par Lilie

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité