Le design est mort, Philippe Starck l'a tué


Yavin VIP 32 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
1.jpg

Le design est mort, Philippe Starck l'a tué


Lundi 05 Mai - 20:16

Le plus célèbre des créateurs jette l'éponge et clame haut et fort que son art est le comble de l'inutilité.



«J'étais un producteur de matérialité. J'en ai honte. A l'avenir, je veux être un fabricant de concepts. Ce sera plus utile», lance la star française du genre, Philippe Starck, proclamant son intention de changer de métier d'ici à deux ans.


bagages.jpg,



«Tout ce que j'ai créé est absolument inutile. D'un point de vue structurel, le design est totalement inutile. Un travail utile, c'est astronome, biologiste ou quelque chose comme ça. Mais le design, ça n'est rien», explique le créateur âgé de 59 ans au supplément «Leben» de l'hebdomadaire Die Zeit.


chaises.jpg,



«J'ai essayé de donner à mes produits un peu de sens et d'énergie. Mais même quand j'ai donné le meilleur de moi-même, c'était absurde», ajoute le designer, créateur incontournable depuis les années 1980. «J'ai créé tellement de choses, sans vraiment m'y intéresser. Peut-être toutes ces années ont-elles été nécessaires pour que je me rende compte finalement qu'au fond, nous n'avons besoin de rien. Nous possédons toujours trop.»


lampe.jpg,



L'homme n'a besoin que de sa «capacité à aimer», d'«intelligence», d'«humour» et d'«éthique», assure-t-il. «Dans deux ans, j'arrêterai, c'est sûr. Je ferai autre chose, je ne sais pas encore quoi. Ce sera une nouvelle forme d'expression.» Que nous réserve-t-il alors?


lavabo.jpg,




lunettes_de_soleil.jpg,




poubelle.jpg,




Suite de l'article...
Source: 20minutes.ch

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Diana Membre 11 512 messages
Angel Of Death‚ 43ans
Posté(e)

Ses inutilités auront au moins servi à quelque chose : lui remplir les poches

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
imperatricedumonde Membre 8 284 messages
Je suis gentille, donnez moi des bonbons !‚
Posté(e)

c't'un âââââââââârtisste voyez vous ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
anariel Membre+ 17 040 messages
Fée Rosse à Balai‚ 34ans
Posté(e)
Au fond, nous n'avons besoin de rien. Nous possédons toujours trop.

+1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Il était peut être temps de s'en rendre compte !!

Beaucoup de designers perdent cette notion d'humanité pour aller vers l'abstraction la plus totale matérialisée en objets sans plus aucun sens concret. Plus de lien avec la réalité de sa possession.

Sans dénigrer son travail, je pense que le design est à la portée de presque tout le monde. La froideur des designs "modernes" me fait toujours flipper ! On se croirait mettre le pied dans un monde aseptisé et robotique, sans âme !

Les objets se doivent d'avoir du sens structurel et de l'ergonomie. On vit déjà dans un monde si virtualisé !

Bravo à Starck, qui prouve par là qu'il est humain ! Et s'il continue quand mêle dans le design, nul doute que ce qu'il fera me touchera beaucoup plus...

En tout cas, il se fait un sacré coup de pub avec cette déclaration. Il prépare bien sa reconversion ! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
imperatricedumonde Membre 8 284 messages
Je suis gentille, donnez moi des bonbons !‚
Posté(e)
je pense que le design est à la portée de presque tout le monde.

hahahahahahahaaaa.

tu sais utiliser un pinceau et de la peinture, c'est pas pour ça que tu sais peindre. pareil pour le design. c'est la graphiste qui parle.

Modifié par imperatricedumonde

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
I_Love_Myself Membre+ 7 363 messages
Vendeur de rêve‚ 28ans
Posté(e)

Dire ça c'est renier non pas que le design, mais aussi dire que tout l'art est a la portée de tout le monde et d'une inutilité absolue...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blablateur Membre+ 7 069 messages
Chronophage boulimique‚ 45ans
Posté(e)

Rhhhho le fumier! Très fort! :o

Enfin bon mise à part que c'est le genre de :snif: qui me fait :snif: , j'aime bien ses formes ;) .

C'est quand même mieux que ces architectures en béton en forme de paquebot que remplissent nos rues, ça c'est moche, grossier et froid comme le fond de l'espace. Je trouve que ses solutions sont assez chaudes et dynamiques.

Dire ça c'est renier non pas que le design, mais aussi dire que tout l'art est a la portée de tout le monde et d'une inutilité absolue...

C'est pas vrai? :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
I_Love_Myself Membre+ 7 363 messages
Vendeur de rêve‚ 28ans
Posté(e)

J'irai pas jusque là la seule utilité que je vois a l'art c'est le fait qu'on puisse retracer l'histoire du monde grâce à ca..

Après pour ce qui est de la beauté.... J'en pense pas moins ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blablateur Membre+ 7 069 messages
Chronophage boulimique‚ 45ans
Posté(e)

... Oki, mais l'art n'est pas la seule chose qui permet de retracer l'histoire, tout au plus un élément suplémentaire qui véhicules rites et coutumes. L'art est influencé et influence, il fait parti d'un tout et je ne pense pas son inutilité bien au contraire, si l'art n'existait pas cela voudrai surement dire que l'homme n'est qu'un parasite sans esprit. Enfin faudrait creuser la question, j'ai pas trop cherché! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
juana Membre 1 211 messages
Forumeur alchimiste‚ 108ans
Posté(e)
La froideur des designs "modernes" me fait toujours flipper ! On se croirait mettre le pied dans un monde aseptisé et robotique, sans âme !

Tout à fait d'accord avec toi !

La "révélation" tardive de Starck me fait doucement sourire . Je n'y crois pas une seconde ...

Maintenant de là à tout appeler art , il y a une limite . Disons que c était plutôt un artisan qui s'est trouvé au bon endroit au bon moment et sans trop de concurrence

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yavin VIP 32 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
La froideur des designs "modernes" me fait toujours flipper ! On se croirait mettre le pied dans un monde aseptisé et robotique, sans âme !

Tout à fait d'accord avec toi !

La "révélation" tardive de Starck me fait doucement sourire . Je n'y crois pas une seconde ...

Maintenant de là à tout appeler art , il y a une limite . Disons que c était plutôt un artisan qui s'est trouvé au bon endroit au bon moment et sans trop de concurrence

Je ne m'attendais pas à autant de réponses pour ce topic... :snif:

Je rejoins l'avis de juana, je perçois cette soudaine "révélation" de Starck, comme un aveu de manque d'imagination... Il a profité d'un manque de concurrence pour se remplir les poches et maintenant, il s'en sort à bon prix, ainsi qu'avec une réputation propre... :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Zieuteur
Invité Zieuteur Invités 0 message
Posté(e)

faut etre culotter de dire ca, maintenant qu'il en a plein les fouilles, de plus si tout est inutile, si posseder un bel objet devient du materialisme, c'est pas la peine de se lever pour aller bosser :blush:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ManhattanStory Membre+ 14 228 messages
Imperoratriz à temps partiel‚
Posté(e)

Ah ça c'est de la communication, un bon coup de pub gratuit sur fond de mea culpa pour promouvoir son prochain job!!

Modifié par ManhattanStory

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
juana Membre 1 211 messages
Forumeur alchimiste‚ 108ans
Posté(e)

Ta rapidité de réaction m'étonnera toujours ManhattanStory ! Le post date de mai 2008 ma grande ... :coeur::snif: ( Ca va toi ? :coeur: )

Yavin as tu des nouvelles de Mr Starck ou médite t- il toujours dans un temple Shaolin ? Il nous manquerait presque :blush:

Modifié par juana

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ManhattanStory Membre+ 14 228 messages
Imperoratriz à temps partiel‚
Posté(e)

J'aime faire revivre ses topics tombés dans les oubliettes, ressuscités par un forumeur intéressé qui avait raté la news à sa sortie! :blush:

Et puis ça change des topics trollesques qui inondent le forum en ce moment! :coeur:

Près de 2 ans après cette déclaration pleine de trémolos dans la voix, qu'en es-il de mister Clarck d'ailleurs ??

Moi, l'art, c'est mon dada!! :coeur:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
juana Membre 1 211 messages
Forumeur alchimiste‚ 108ans
Posté(e)
J'aime faire revivre ses topics tombés dans les oubliettes, ressuscités par un forumeur intéressé qui avait raté la news à sa sortie! :blush:

Et puis ça change des topics trollesques qui inondent le forum en ce moment! :coeur:

Près de 2 ans après cette déclaration pleine de trémolos dans la voix, qu'en es-il de mister Clarck d'ailleurs ??

Moi, l'art, c'est mon dada!! :bo:

Mister Clarck c'est Superman !!! pour une amateuse d'art c'est une confusion inadmissible :coeur:

Shame on you !!! :snif:

Rendors - toi, d'art d'art ! :bo:

Modifié par juana

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PASDEPARANOIA Membre 27 326 messages
In girum imus nocte et consumimur igni ‚ 44ans
Posté(e)

Le blues chic du designer

Philippe Starck ou l'art du déni

« Je cite toujours mon petit exemple du client qui a demandé un bateau et qui se trouve très satisfait des conseils du designer qui lui recommande d'essayer la nage et lui en fait redécouvrir les plaisirs », pérorait il y a quelques années Philippe Starck (1). Le banquier russe Andreï Melnichenko, 172e fortune mondiale selon Forbes, qui voulait offrir un yacht à sa femme, une ex-miss Yougoslavie, ne s'est apparemment pas montré très sensible au charme de cette suggestion. La mort dans l'âme, le designer le plus célèbre du monde s'est donc résolu à lui concevoir un palace flottant de 119 mètres de long, équipé d'une plate-forme d'hélicoptère, d'un lit conjugal rotatif, d'un Jacuzzi en plein air, de six suites modulables et d'une piscine dont le fond transparent sert de toit à la discothèque. Paris Match (24 juillet 2008) a photographié sous toutes les coutures ce concentré de sobriété, dont il vante la « discrétion ». Starck, lui, estime avoir au moins créé l'antithèse de tous ces yachts vulgaires « qui ont pour seul objectif de montrer puissance et argent ». Le sien, affirme-t-il, affiche « la seule élégance de l'intelligence, l'élégance du minimum » ; il est « en harmonie avec la nature » (2).

Bienheureux Starck. Il vit dans un monde merveilleux. Lui qui se définit comme un « vieux baba » n'a que le mot « amour » à la bouche. Lorsqu'il était directeur artistique de Thomson Multimédia, il inventa ce slogan : « Thomson, de la technologie à l'amour ». Il ne passe pas des contrats avec des clients, il tombe amoureux de gens extraordinaires car, « pour avoir de beaux enfants, il faut que les parents soient amoureux (3) ». Ainsi, il voit en M. Melnichenko non pas un banal milliardaire, mais un « génie russe des mathématiques (4) ». Quant à l'homme d'affaires Alexandre Allard, qui lui a confié la rénovation du Royal Monceau, le palace parisien dans lequel il vient d'investir 400 millions d'euros avec l'aide d'un fonds qatari, c'est « une personne d'une intelligence, d'une humanité et d'une énergie hors du commun », un « grand visionnaire » (5).

Mais attention, qu'on ne s'y trompe pas si on le voit parfois ¿ et même un peu tout le temps, en fait ¿ frayer avec la jet-set et les industriels du luxe : même s'il ne peut résister aux flots de bonté et d'intelligence qui irradient de ce milieu, son grand truc à lui, au fond, c'est le « design démocratique ». « Je ne fais que des réalisations qui traitent des grandes visions publiques », affirme-t-il dans un entretien à Propriétés de France (ça ne s'invente pas !).

Des exemples de cette quête passionnée du bien commun ? L'un de ses derniers produits, une « éolienne individuelle » à fixer sur son toit. Devinette : le mot important est-il ici « éolienne » ou « individuelle » ? Ou encore l'hôtel « très peu cher », conçu avec M. Serge Trigano et l'architecte Roland Castro, qu'il doit inaugurer ce mois-ci dans l'Est parisien. Il comportera « des parties communes comme de grands lofts », où les « will-be », c'est-à-dire les « jeunes gens en devenir, les étudiants, les artistes (6) », pourront venir user le fond de leurs jeans troués à 200 euros. Starck prépare aussi, avec Virgin Galactic, des voyages spatiaux. Un caprice hyperpolluant pour riches blasés ? Pas du tout : « En voyant la Terre de l'espace et en passant, par exemple, au-dessus de l'Amazonie déboisée, ils intégreront immédiatement les enjeux écologiques. C'est une machine à produire de la conscience écologique (7) ! » Comment s'étonner que le monde entier envie à la France un esprit aussi brillant ?

A 59 ans, l'homme est partout. Il prépare le lancement de sa propre émission de télé-réalité, « Philippe Starck's School of Design », sur la chaîne anglaise BBC 2. En juin dernier, il a dessiné une pièce de 2 euros à l'occasion de la présidence française de l'Union européenne. Que dirait-il à un jeune pour le convaincre d'adhérer au projet européen ? « Qu'il n'a pas le choix (8). » Les eurosceptiques, assénait-il sur RTL (9 mai 2008), « sont des gens qui ne savent pas, qui sont mal informés, qui n'ont pas voyagé, qui ne font pas du commerce international. Ils n'ont pas compris les enjeux ».

Sa fausse modestie (« Je ne suis qu'un petit designer de cadeaux de Noël ») n'a d'égale que sa vraie mégalomanie. Lorsqu'il a épousé en quatrièmes noces une attachée de presse du géant du luxe LVMH, en décembre 2007, chaque invité arborait un masque à l'effigie du marié. Il sait à merveille alimenter sa propre légende médiatique : « Je mets deux minutes à dessiner un objet que je ne retoucherai jamais, mais ça fait juste quarante ans que j'y pense », disait-il en 2004. La moquette devait être particulièrement goûteuse ce jour-là, car il ajoutait : « Je suis un fermier du magma au repentir inconscient (9). » Sa notoriété lui permet d'étaler complaisamment ses regrets de ne pas avoir eu une carrière plus noble, mais moins riche en gratifications sociales et matérielles : « Je suis un raté, car j'ai toujours rêvé d'être compositeur (10). »

Le roi de l'artefact ne cesse de se réclamer du naturel, du charnel, de l'organique. Chez lui, le processus de création est « tout à fait sexuel », remarque-t-il : « A un moment, je sens que le projet sort. Et, une fois que c'est sorti, ça ne m'intéresse plus. Oui, c'est tout à fait sexuel (11) ! » Il ne parle d'ailleurs pas de ses créations, mais de ses « sécrétions » ¿ ce qui donne par exemple cette vidéo assez désopilante, sur son site : « Bonjour, je voudrais vous parler de ma dernière sécrétion. C'est une brosse à dents. »

L'ardeur que met ce « touche-à-tout de génie », comme il est d'usage de le qualifier, à enfumer ses contemporains par son bavardage incessant, soit en français, soit dans un franglais terrifiant, vous ferait presque préférer la franchise de son éternel rival, le décorateur Jacques Garcia, dont la devise est : « Pourquoi faire riche quand on peut faire très riche ? » Starck, lui, vit dans le déni permanent. Un jour de 1998, sur France Inter, il s'énervait : « Je suis d'ailleurs en train de réfléchir à une voiture parce que pour le moment, la voiture, c'est un prolongement de la quéquette, c'est absurde... » Son intervieweur, Pierre Bouteiller, eut alors la curiosité de lui demander la marque de la sienne. Après avoir beaucoup renâclé (« Vous allez vous moquer de moi ! »), il répondit : « Une Mercedes... Mais moi, j'ai besoin que ça démarre le matin ! » Ce qui n'est évidemment pas le cas de tous les propriétaires de voiture.

L'International Herald Tribune (4 août 2008) note, perplexe, qu'il ne semble même pas percevoir l'ironie qu'il peut y avoir à conclure la liste de ses réalisations « écologiques » par « son propre jet privé, l'avion le moins polluant du monde ». Lui qui, depuis trente ans, nous ensevelit sous les gadgets affirme « toujours préférer ne pas faire plutôt que faire », « s'interroger sur la légitimité des objets à exister », et « viser la dématérialisation ». Il déclare : « Un centre de vie doit toujours être autour de ses fondamentaux, autour de l'amour. Donc un endroit où l'on vit avec la personne que l'on aime. Et si en plus il y a du feu, vous avez suffisamment de paramètres pour que la vie existe (12). » Traduction dans sa vie personnelle de cet éloge de l'essentiel : il « cumule souvent deux cheminées dans chaque chambre de [ses] vingt et une maisons (13) ».

Mais ne cédons pas, ici, à la tentation du ricanement, si forte soit-elle. Car cet homme souffre. A intervalles réguliers, il se roule par terre en s'accusant d'être un parasite et d'exercer une profession nuisible. La dernière fois, c'était en mars : « Tout ce que j'ai créé est absolument inutile », pleurnichait-il, nous enlevant les mots de la bouche (14). Promis : dans deux ans, il arrête.

Morosité économique, urgence écologique : c'est en 1998 que l'enfant chéri des « années fric » ¿ qui fut notamment chargé d'aménager les appartements du couple Mitterrand à l'Elysée ¿ a senti le vent tourner. Partant en guerre contre le « design cynique », il lance alors, au sein de La Redoute, un catalogue de « non-produits pour les non-consommateurs du futur marché moral ». Un sommet de non-« foutage de gueule », comme on voit. La chose s'intitule « Good goods », ou « objets honnêtes », c'est-à-dire minimalistes et écologiques. Dans ses outrances, elle en dit long sur le surinvestissement obsessionnel des produits par la société de consommation, et sur le pouvoir magique qu'on leur attribue. Les articles proposés y sont affublés chacun d'un petit nom, et décrits au moyen de qualificatifs habituellement réservés aux humains : « amical », « humble »... Leur présentation s'enrobe, comme toujours avec le chantre de l'emotional style , d'une affectivité infantile et factice. On y trouve par exemple un énigmatique « oreiller pour célibataires » : « Cet oreiller, explique la notice, ne remplacera jamais l'amour, mais il essaie seulement de rendre son attente plus tolérable. » Pour sortir d'un système qui nous fait confier notre salut aux objets, dit en substance le designer, confions notre salut aux objets !

Mona Chollet.

(1) Entretien à la Lettre d'utopies, Paris, 1998.

(2) Boat International, Wimbledon, août 2008.

(3) Propriétés de France, n° 110, Paris, janvier-février 2008.

(4) Paris-Match, 6 mars 2008.

(5) Propriétés de France, op. cit.

(6) Paris-Match, op. cit.

(7) Le Figaro, Paris, 28 avril 2008.

(8) « Le rendez-vous des Européens », Lille, 7 mai 2008, sur Dailymotion.

(9) Le Nouvel Observateur, Paris, 26 février 2004.

(10) « L'Express styles », L'Express, Paris, 26 octobre 2006.

(11) Vidéo sur www.philippe-starck.com

(12) Propriétés de France, op. cit.

(13) Elle, Paris, 10 mars 2008.

(14) Die Zeit, Hambourg, 27 mars 2008.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Purification Membre 555 messages
Forumeur forcené‚ 27ans
Posté(e)

En fait il vient de regarder Fight Club et il est parti en dépression ? :blush:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant