Conseil pour livre

kiff-kiff Membre 6 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Bonjour à tous,

Je suis passionnée par l'histoire, nottament par la seconde guerre mondiale.

Auriez des bouquins à me conseiller sur la guerre, l'extermination des juifs, les camps de concentration...

Merci d'avoir lu :snif:

ps: N'hésitez pas à mettre tout genre de bouquins surtout les autobiographies.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

meloudidounou Membre+ 13 089 messages
Indiscernablement perceptible‚ 32ans
Posté(e)

le journal d'anne frank

les enfants de la liberté

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kiff-kiff Membre 6 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Ah yeaah, j'ai une réponse.

Merci beaucoup Melou, j'ai lu "le journal d'anne frank"

j'vais tenter les enfants de la liberté.

Merci :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Rosebud81 Membre 300 messages
Forumeur survitaminé‚ 36ans
Posté(e)

C'est ce que j'allais dire ! primo levi " si c'est un homme " , il est magnifique ce livre !

à lire absolument .

Modifié par Rosebud81

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Cian Membre 1 185 messages
Croqueuse de Pommes !‚ 33ans
Posté(e)

"Un sac de billes" de Joseph Joffo.

Très touchant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Onze minutes Membre 37 messages
Forumeur balbutiant‚ 28ans
Posté(e)

Carte d'identité de Roland Dorgelès

Seul dans Berlin de Hans Fallada

Noirs dans les camps nazis de Serge Bilé

La femme de l'officier nazi de Edith Hahn Beer :snif:

Inconnu à cette adresse de Kressman Taylor

Puis sinon il y a Paroles d'étoiles en librio

Et Hitler et les juifs (genèse d'un génicide) de Philippe Burrin.

Modifié par Onze minutes

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chirona Membre+ 3 432 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)
Un seul:

"Si c'est un homme" de Primo Lévi

http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/440

:snif:

Idem, j'ai lu ce livre et je l'ai trouvé bouleversant. C'est un livre à connaître.

Je rajouterai Les Bienveillantes de Jonathan Littell qui a eu le Goncourt. Je ne l'ai pas lu.

Résumé du livre

'En fait,j'aurais tout aussi bien pu ne pas écrire. Après tout, ce n'est pas une obligation. Depuis la guerre, je suis resté un homme discret ; grâce à Dieu, je n'ai jamais eu besoin, comme certains de mes collègues, d'écrire mes mémoires à fin de justification, car je n'ai rien à justifier, ni dans un but lucratif, car je gagne assez bien ma vie comme ça. Je ne regrette rien :j'ai fait mon travail, voilà tout ; quant à mes histoires de famille, que je raconterai peut-être aussi, elles ne concernent que moi ; et pour le reste, vers la fin,j'ai sans doute forcé la limite, mais là je n'étais plus tout à fait moi-même, je vacillais, le monde entier basculait, je ne fus pas le seul à perdre la tête, reconnaissez-le. Malgré mes travers, et ils ont été nombreux, je suis resté de ceux qui pensent que les seules choses indispensables à la vie humaine sont l'air, le manger, le boire et l'excrétion, et la recherche de la vérité. Le reste est facultatif.'

La critique [evene]

note_evene.gifetoile_rg4.gifpar Guillaume Benoit

Avec 'Les Bienveillantes', Jonathan Littell nous offre le prototype du roman parfait, concurrent idéal aux prix littéraires. Le style, d'abord, est élégant, il impose un récit rythmé et accrocheur qui progresse avec une égale constance dans l'ouvrage. Le travail préparatoire ensuite, constitue une véritable mine de détails concernant aussi bien l'administration nazie que les réalités sociologiques de l'époque. De même encore, l'angle sous lequel le sujet est abordé ne peut que fédérer ; traitant l'un des drames les plus singuliers de l'Histoire, Littell le tire à lui, en mettant en scène l'incapacité existentielle des hommes à s'en défendre. L'habileté de l'écrivain réussit ainsi à transmuer ce sujet en un témoignage d'une universalité troublante. Alors, dans cette perfection, que penser d'un tel roman qui, à peine édité, fait déjà figure de "classique" ?

Si l'on ne peut en effet n'être qu'admiratif devant cette capacité à dépeindre "l'irresponsabilité" des personnages, si l'on ne peut que sentir ce souffle russe se déverser sur cette succession de personnages bruts, suivant les ordres de l'Autorité comme Sisyphe traîne son rocher, sa qualité révèle l'ambiguïté d'une telle entreprise.

Bien qu'intimement relié à un moment précis de l'histoire, le récit semble déjà s'en extraire et s'impose comme hors du temps, toujours d'actualité. Reste qu'une telle qualité devient presque frustrante et rares sont les moments où l'on sent l'auteur au bord de l'abîme, où l'on perçoit une véritable prise de risque sinon dans cette justification un peu lourde à laquelle se livre son héros dans les premières pages pour légitimer le récit de l'horreur, comme s'il découvrait, étonné, que l'indicible, l'inimaginable, peut s'écrire, peut s'étaler et se dire à nouveau.

Et j'ajouterai un album de jeunesse :

p1-image_3-4342.jpg

Mémoires de guerreTomi Ungerer Otto - Autobiographie d'un ours en peluche

Première édition : 2001

A travers les yeux d'un ours en peluche, Tomi Ungerer aborde une page sombre de l'Histoire, celle de la Seconde Guerre mondiale et de la déportation des Juifs. L'histoire commence en Allemagne. Quand David et ses parents sont déportés, le petit garçon confie son ours à son ami Oskar. Les bombardements n'épargneront pas la nouvelle famille d'Otto, dont le destin se poursuivra dans les bras d'un GI qu'il sauvera miraculeusement d'une balle ennemie. Aux Etats-Unis, c'est la petite fille du soldat qui recueillera le héros en peluche. Mais de vilains petits garçons lui vaudront de finir dans une poubelle. Récupéré par une SDF, voilà Otto revendu et exposé dans la vitrine d'un antiquaire où, de nombreuses années plus tard, Oskar le reconnaîtra. L'histoire faisant la une des journaux, David et Oskar finiront même par se retrouver pour finir leurs jours ensemble.

Cette Autobiographie d'un ours en peluche ira droit au c¿ur des enfants, et sans doute de leurs parents s'ils leur en font la lecture. Sensible et touchante, elle donne à voir la réalité d'une période tragique, mais le point de vue original choisi par Tomi Ungerer garantit pourtant la poésie du récit. Un vrai roman condensé en quelques pages, qui sera l'occasion d'aborder avec l'enfant, pour la première fois peut-être, ce moment douloureux de notre histoire.

Modifié par chirona

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

Ok alors on va faire simple.

Le journal d'Anne Frank est un livre de mémoire. Si tu veux des livres qui t'expliquent la seconde guerre mondiale, tu oublies tout de suite. Perso j'ai pas du tout aimé, parce que ça ne m'a rien expliqué, ça ne m'a rien montré du tout, il faut le prendre plus comme un témoignage personnel qu'autre chose. Je me méfie de ce genre de livres plus prompts à faire pleurer que réfléchir.

Si c'est un homme par contre tu peux y aller, c'est un livre passionnant qui te montre bien la logique de déshumanisation et d'extermination par le travail d'un camp de concentration comme Buchenwald ou Auschwitz III-Monowicz.

Les Bienveillantes pareil on oublie. Les 300 premières pages sont très bien, excellent travail historique, mais la suite n'est rien plus qu'un roman pompeux et difficile à digérer sur les vadrouilles d'un SS homosexuel et incestueux. Passionnant...

Après moi pour la Shoah je te conseillerais (liste non-exhaustive, envoie moi un MP si tu en veux plus) :

Raul Hilberg - L'extermination des juifs d'Europe : premier gros travail sur la Shoah, très complet et régulièrement remis à jour.

Christopher Browning - Des hommes ordinaires : Browning est un spécialiste de la Shoah, et a beaucoup écrit dessus, mais celui là est intéressant car en plus d'apporter un éclairage sur un des pans les moins connus de l'holocauste, à savoir la "Shoah par balles", il se double d'une analyse sociologique très pertinente du "tueur ordinaire".

Robert Merle - La mort est mon métier : bon c'est un roman, mais c'est autre chose que les Bienveillantes. Robert Merle s'est basé sur les auditions au procès de Nürnberg de Rudolf Höss, le commandant d'Auschwitz de 1940 à 1943, pour écrire son histoire sous la forme d'une autobiographie. C'est très bien écrit et ça démontre bien cet aspect "fonctionnaire zélé" sans lequel la Shoah n'aurait pu avoir lieu.

Philippe Burrin - Hitler et les juifs : court, clair, concis, excellente synthèse des rapports entre le nazisme, Hitler et les juifs en Allemagne tout au long de la vie politique de ce dernier.

Pour la guerre en elle-même je peux chercher ça mais je pense qu'un bon bouquin de Marc Ferro et les mémoires de militaires comme Mongomery, Eisenhower ou Giraud peuvent avoir leur intérêt. Voilà.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
killswitch07 Membre 1 150 messages
***Ardecho Libro***Maître ès marquisettes***‚ 33ans
Posté(e)

Bin moi j'en ai lu qu'un à ce sujet, mais je l'ai adoré! C'est "la mort est mon métier".

Comme l'a dit Seth, ça montre très bien l'aspect fonctionnaire zélé des directeurs de camps d'extermination.

Ce qui m'a aussi frapé, c'est le fait que pour eux ce n'était qu'un travail comme un autre, dans lequel le rendement et la productivité était les maîtres mots.

Le directeur du camp n'est pas dépeint comme un être sanguinaire, du genre: "il faut tuer tous ces juifs! Sus à cette sous-race! Le monde ira mieux quand ils seront tous morts!". Mais plutôt sous l'angle: "Dans un souci de meilleur rendement et de diminution des coûts, nous avons opté pour le Zyklon B qui est plus rapide est moins cher".

Et ça n'en paraît que plus inhumain, en fin de compte...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Slumpy
Invité Slumpy Invités 0 message
Posté(e)

Les mains du miracle, de Kessel. Tu vas en chier pour le trouver, mais, il se mérite. J'en chiale encore.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)
Bin moi j'en ai lu qu'un à ce sujet, mais je l'ai adoré! C'est "la mort est mon métier".

Comme l'a dit Seth, ça montre très bien l'aspect fonctionnaire zélé des directeurs de camps d'extermination.

Ce qui m'a aussi frapé, c'est le fait que pour eux ce n'était qu'un travail comme un autre, dans lequel le rendement et la productivité était les maîtres mots.

Le directeur du camp n'est pas dépeint comme un être sanguinaire, du genre: "il faut tuer tous ces juifs! Sus à cette sous-race! Le monde ira mieux quand ils seront tous morts!". Mais plutôt sous l'angle: "Dans un souci de meilleur rendement et de diminution des coûts, nous avons opté pour le Zyklon B qui est plus rapide est moins cher".

Et ça n'en paraît que plus inhumain, en fin de compte...

Encore que je nuancerais un peu. Rudolf Höss est tout de même membre du parti nazi et au début du livre tu vois bien qu'il partage une bonne partie des idées du jeune NSDAP. Il n'a pas adhéré en 38 comme nombre de futurs grands SS, il avait quand même certaines convictions. Ce qui est intéressant dans ce livre c'est qu'il te montre justement comment il considère que tuer des milliers de personnes par jour est normal et la façon dont il essaye de rentabiliser au maximum ces tueries.

Si tu veux de l'homme ordinaire qui n'a rien d'un nazi et qui devient soudainement ou presque un assassin sanguinaire, c'est dans le bouquin de Browning que tu le trouveras.

Pour ceux que ça intéresse, ledit livre de Browning, Des hommes ordinaires, j'ai fait un travail dessus à la fac en cours de sources et méthodes, j'ai récupéré un petit 17/20 ce qui prouve que j'ai à peu près pigé le livre, si vous voulez je peux vous le filer faut juste pas le faire tourner partout sur le net, propriété intellectuelle toussa quoi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vyvyan Membre 184 messages
Forumeur inspiré‚ 108ans
Posté(e)

Le journal de Joseph Goebbels .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

Justement, ce genre de document est à éviter dans un premier temps, apparement le mec qui a posté le topic est un novice en la matière. Avant de lire des documents un peu orientés, que ça soit ce dont tu parle ou les Mémoires du Général de Gaulle, il vaut mieux commencer par lire quelque chose de neutre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vyvyan Membre 184 messages
Forumeur inspiré‚ 108ans
Posté(e)

Oui, vous avez raison .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kiff-kiff Membre 6 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Merci pour vos réponses, je repars avec une liste bien sympathiques de bouquins.

:snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Nathaniel
Invité Nathaniel Invités 0 message
Posté(e)

.

Modifié par Nathaniel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)
"les medecins maudits" de Christian Bernadac;

Pas lui celui ci, c'est celui sur Josef Mengele et ses collègues je crois. Ca vaut quoi ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Nathaniel
Invité Nathaniel Invités 0 message
Posté(e)

.

Modifié par Nathaniel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant