Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Tourisme sexuel ....

Messages recommandés

Invité nostressssss
Invité nostressssss Invités 0 message
Posté(e)

peu connus ou peu abordé en france, le tourisme sexuel féminin existe aussi.

certaines femmes occidentales prennent également des "vacances" dans des pays d'Afrique (Sénégal, Madagascar, Cap-vert, Maroc, Gambie, Kenya, Tunisie, Tanzanie) ou encore dans les iles caraïbéennes (anciennement Haïti, République dominicaine, Cuba, Bahamas, Porto Rico) où des jeunes hommes vivent en leur proposant leurs services.

bien sur proportionellement aux hommes, il existe tres peu de femmes "touristes sexuelle", mais celles ci viennent pour la plupart des pays anglosaxon et nordiques pour ce qui est de l europe.

Ces femmes sont généralement d age mur (> 40 ans) et bien établies dans leur vie européenes, ayant maris et enfant ou étant veuves et de situation aisées.

Diffusé il y a quelques temps sur une chaine allemande, un reportage suivait 3 femmes touristes sexuelles au Kenya.

La prostitution masculine n est pas une prostitution de rue ou de bar comme pour la prostitution féminine mais plutot une activité de plage. Les hommes sillonant les plages des hotels européens a la recherche de femmes seules et proposant la pluspart du temps des massages qui se solde bien souvent par une relatin sexuelle suivie. Contrairement aux hommes, ces femmes ne recherchent pas une relation rapide mais plus une relation suivie sur la durée de leurs vacances voir sur plusieurs mois ou plusieures années.

Ce reportage suivait une femme hollandais de 42ans, mariée, 2 enfants, cadre sup dans une société d informatique et venant pour la 6e année consécutive en Gambie.

Elle expliquait sa motivation par le fait que ca vie social, professionnelle et familiale européenne etant tres stressante, elle donnait tout a sa famille et a son jeb 50 semaines de l année et prenait 2 semaines pour elle afin de vivre et de s éclater.

Une autre femme, 54 ans, anglaise, divorcée affichait clairement le but de ses vacances, a savoir connaitre l amour avec de beaux jeunes hommes black.

contrairement a la prostitution féminine, il n y a pas de paiement direct en liquide des prestations, les femmes etant plus encline a financer l achat d une voiture ou de fournir un capital de départ pour permettre a leurs "amants" d ouvrir un magasin.

les destinations ont évolué au cours du temps ... dans les années 70, les caraibes et nottament la jamaique etait la destination phare pour les femmes en quete de tourisme sexuel. Par la suite, la thailande et l indonésie ont pris le relais. Plus recament le tourisme sexuel féminin s oriente sur l afrique avec le kenya, la gambie et la tunisie et le maroc.

a notter que pour le tourisme sexuel féminin, la frontiere entre relation "amoureuse" et prostitution n est pas toujours claire, certaines femmes allant jusqu a quitter l europe pour s installer en afrique avec leur "amant de vacances", parfois avec de grande désillusions.

Aucun lien francais trouvé sur ce sujet, ce qui ne signifie pas que le tourisme sexuel féminin n existe pas en france et sans doute plus dans des pays comme la tunisie ou le maroc.

liens en allemands

Sextourismus

Zeig mir deinen Speer

d apres l association touristique de mombassa au kenya, 1 femme sur 10 venant passer des vacances sur les plages du kenya est une touriste sexuelle (venant en grande majorité d allemagne, d autriche et de suisse)

Une nouvelle profession se développe sur les plages du kenya .... guerrier massai. Celui qui se promene avec un shukas rouge (toge) et une lance et se déclare guerrier massai et a tué un lion a main nue est a coup sur le combat acharné de plusieurs femmes européennes.

Il est bien entendus que ces jeunes hommes viennent pour la plupart de nairobi et n ont aucune connaissance de la vie et des traditions massai.

les relations sont généralement tres schématiques, pour les femmes européennes le fantasme du continent noir africain et pour les hommes l eldorado européen.

extremement peu de relations de ce type ne tiennent dans la durée, les plus chanceux des beachboys concerve un petit capital, un bar ou un magasin, la grande majorité est échangé contre un beachboy n°2, 3 , 4 .....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
lore Membre 17812 messages
Electron trop libre / Cible à abattre‚ 49ans
Posté(e)

Complément d'information :http://www.erudit.org/revue/as/2001/v25/n2/000238ar.html

Le tourisme sexuel

Ces types d'échanges, sous forme commerciale ou non, se retrouvent ainsi dans plusieurs pays du Tiers-monde et prennent des formes variées selon les contextes culturels et les stades de développement économique et touristique (Hall 1992). Si le profil des services sexuels offerts par les femmes a fait l'objet de plusieurs analyses (voir par exemple, Hall 1994), celui des travailleurs du sexe masculin est moins connu. La présence de beach-boys, d'escortes professionnelles ou amateur autour des plages ou hôtels indique cependant qu'ils remplissent une fonction importante, orientée surtout vers une clientèle féminine en quête d'expériences sexuelles et qui constituerait près de 10 % du contingent des touristes de sexe féminin (Maurer 1992). On les retrouve ainsi dans plusieurs zones géographiques : Moyen-Orient (Cohen 1971 ; Bowman 1989) ; Antilles (Karch et Dann 1981 ; Pruitt et Lafont 1995) ; équateur (Meisch 1995). Selon les régions, ces rapports s'inscrivent dans un contexte romantique ou plus strictement sexuel.

Tourisme et sexualité en Tunisie

Le profil socio-économique des dragueurs interrogés indique que la très grande majorité avait achevé une scolarité de niveau secondaire et travaillait à temps plein ou à temps partiel dans le domaine touristique (animateur, barman, guide-accompagnateur, vendeur). Cette distribution, sans être représentative, suggère que le secteur d'activité lié au tourisme favorise directement, à travers l'utilisation d'espaces communs (plages, discos, cafés et restaurants), les interactions avec les visiteurs et donc les occasions de rencontres qui peuvent inclure des relations sexuelles.

L'initiation à la carrière de la drague suit deux grandes modalités. Dans la première, une touriste plus âgée que le dragueur, souvent peu impliquée sentimentalement, initie aux plaisirs sexuels son partenaire local, qui, de son côté, est le plus souvent en quête d'une liaison romantique. Le processus de socialisation à la drague peut aussi se faire au contact d'autres dragueurs que les postulants imiteront.

Comme c'est le cas dans d'autres régions du monde, la prestation des services sexuels n'obéit pas à une stricte finalité monétaire. On retrouve ainsi certains des types dégagés par Cohen (1982) dans le contexte de la prostitution thaïlandaise : a) une forme mercenaire où les services sexuels sont échangés pour de l'argent et où l'implication affective est absente. C'est surtout dans le cadre de relations avec des femmes âgées ou considérées comme peu attirantes que l'on retrouve cette stratégie, de même que dans les rapports homosexuels acceptés avec réticence et à condition que les dragueurs assument un rôle actif ; b) une forme mixte où la relation sexuelle s'accompagne de dons monétaires et de cadeaux offerts spontanément par les touristes ou à la demande des dragueurs ; c) une forme affective où la relation est établie sur la base de l'attraction interpersonnelle et un sentiment romantique. On peut ajouter à ces types une quatrième forme, la forme purement érotique marquée par la quête strictement hédonique. Ces types ne sont pas exclusifs et les dragueurs peuvent passer d'une modalité à l'autre en fonction de leur expérience, de la saison touristique et de la partenaire. La durée de la relation dépend de la partenaire, du degré d'attraction et du plaisir qui en est retiré. Certains tendent à préférer des relations qui durent le temps du séjour, alors que d'autres sont enclins à changer souvent de partenaire pour maximiser leurs gains.

La réussite de la drague passe par la mise en place et l'affinement de compétences verbales et non verbales complexes adaptées aux différentes catégories de touristes. Ces variations nécessitent l'apprentissage du décodage des scénarios sexuels et l'intégration de répertoires de séduction qui tiennent compte des éthos sociosexuels de membres de groupes nationaux et culturels divers. Les dragueurs tendent à stéréotyper les conduites des touristes. Les Anglaises, les Allemandes et les Scandinaves semblent ainsi plus à même d'aborder rapidement les thèmes sexuels que les Belges et les Françaises, plus intéressées d'abord par les échanges intellectuels. Les Italiennes sont considérées comme plus proches des Tunisiens dans leur façon de se comporter, à cause de leur origine méditerranéenne commune et des liens historiques entre les deux pays.

Les dragueurs doivent aussi adapter leurs stratégies d'approche sexuelle en fonction de paramètres qui incluent l'évaluation du lieu, du moment de la journée, des intérêts des partenaires sélectionnées, de leur personnalité, mais aussi de l'âge. Le profil d'âge de la clientèle varie en effet en fonction des saisons. Pendant l'été, elle est surtout composée de jeunes femmes alors que, pendant l'hiver, la proportion des femmes plus âgées augmente.

Le succès dans la drague ne repose pas seulement sur l'apparence physique, la gestuelle, le charme et les capacités d'établir des relations de confiance, mais aussi sur l'acquisition d'un certain nombre de codes européens liés à la sophistication vestimentaire, les compétences sociales, les manières de table et d'hygiène ainsi que l'apprentissage des idiomes parlés par les touristes, leurs expressions et leurs formes d'humour.

La drague implique donc des formes d'acculturation aux modèles culturels des touristes, acculturation qui se prolonge au plan sexuel. Les dragueurs sont unanimes pour affirmer que la sexualité constitue un sujet tabou dans le contexte familial. C'est dans le cadre plus formel de l'école que des notions de base sur la puberté, le cycle menstruel et la réponse sexuelle masculine sont quelquefois transmises. Les programmes de télévision et les cassettes vidéo d'origine européenne ou égyptienne contribuent à cette information, tout comme les pairs plus âgés qui ont eu des relations avec des Tunisiennes ou des touristes. Les dragueurs, à partir de leurs connaissances et de leurs expériences dans ce domaine doivent élargir leurs scénarios érotiques pour y intégrer les demandes variées des touristes dont certaines sont en nette rupture avec les modèles locaux. Ainsi, aux gestes érotiques qu'ils considèrent comme communs à leur culture et à celle des visiteuses (caresses, baisers, relations orales-génitales et coïtales), s'ajoutent des conduites plus étrangères au répertoire local : relations homosexuelles passives, formes de sado-masochisme, de voyeurisme et d'exhibitionnisme (liées quelquefois à la prise de photographies ou de films) ; activités sexuelles de groupe, relations extra-maritales et utilisation de gadgets ou d'objets sexuels. Plusieurs de ces comportements se répercutent sur les pratiques préventives face au VIH/sida et aux MTS.

Le dragueur dans son milieu social

Les activités liées à la drague affectent leur équilibre psychologique et leur statut au sein de leur entourage et de leur famille. On observe ainsi une ambivalence face au métier de dragueur et aux prestations sexuelles qui l'accompagnent. Certains ne leur attachent pas une connotation négative, car ils constituent une façon d'accéder, par la fréquentation des touristes, à un autre milieu qui leur permet d'élargir leur réseau social, de s'ouvrir sur un monde cosmopolite, d'acquérir une large gamme de comportements européens, de concilier plaisir et travail et de retirer des avantages financiers souvent significatifs. Ces échanges ont contribué, chez quelques-uns, à une nouvelle définition de la conception de la sexualité et de l'expérience sexuelle masculine. Leurs partenaires les ont ainsi aidés à développer une sexualité moins orientée vers la génitalité et la satisfaction rapide pour favoriser un érotisme plus diffus qui tient compte du plaisir de l'autre. Cette sensibilisation à d'autres styles de vie peut les amener à rechercher une partenaire étrangère avec qui ils sont susceptibles d'établir une véritable relation de couple ou d'assurer leur séjour à l'étranger.

D'autres, au contraire, se perçoivent plus négativement dans ce rôle et voient leur estime de soi bousculée. Objets de plaisir, ils se sentent obligés, pour des motifs financiers, de s'adonner à des pratiques sexuelles qu'ils jugent dévalorisantes sinon aberrantes, dans un cadre de relations où le sentiment est souvent absent. Ils insistent d'ailleurs sur les exigences sexuelles insatiables de la part des touristes qu'ils opposent à la retenue plus marquée des Tunisiennes. Ces comparaisons les amènent à valoriser les conceptions traditionnelles liées aux rôles et au statut de la femme tunisienne.

Au sein de leur entourage, les perceptions des dragueurs sont aussi contradictoires. Leur groupe de pairs tend à les envier à cause des conduites et des symboles de prestige associés à la drague : liaisons féminines avec des étrangères, port de vêtements à la mode, ressources financières élevées et comportements européens. Par contre les jeunes filles tunisiennes, qui s'offusquent de telles pratiques, seraient enclines à les déconsidérer comme futurs partenaires maritaux et s'interdisent de les fréquenter. De ce fait, certains dragueurs considèrent cette occupation comme temporaire, comme une manière d'accumuler un capital nécessaire à la fondation d'une famille.

L'entourage familial, souvent de milieu modeste et fidèle aux pratiques religieuses islamiques, est le plus souvent opposé à de telles conduites qu'il associe à une forme de prostitution rejetée par le code religieux musulman. Même si les retours financiers peuvent profiter au cercle familial, celui-ci considère que les dragueurs, en s'éloignant des normes sociosexuelles locales, portent préjudice à l'image du pays à l'étranger. Certains dragueurs préfèrent ainsi, pour éviter l'opprobre des parents, leur cacher ces occupations. D'autres, par contre, se heurtent au rejet des parents qui les considèrent alors comme des étrangers. Les dragueurs sont donc obligés de composer avec ces perceptions contradictoires qui peuvent contribuer à nourrir un sentiment d'aliénation personnelle et sociale et donc affecter leur bien-être physique et mental.

J'espère avoir été complète et ne pas avoir empiéter sur le topic :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ASKI Membre+ 9808 messages
Forumeur alchimiste‚ 65ans
Posté(e)

ahhhhhh ...... un jeune, beau et black ..... tout ce que j'aime :snif:

j'ai vu il y a quelques temps un reportage similaire en français (je me demande si ce n'était pas le même) je crois que c'était sur ARTE ... j'ai également rencontré une française qui vivait 60% du temps en afrique pour cette raison et elle ne s'en cachait pas, même devant son mari....

pourquoi pas après tout ?

;) mais d'un autre côté, pourquoi cantonner le tourisme sexuel aux pays tropicaux ? pourquoi ne pas le pratiquer en france ? sans prostitution bien sûr ..... mais faire du tourisme en alliant la découverte d'une ville ou d'une région et les plaisirs de la chair me parait une excellente initiative à explorer :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Angel78 Membre 448 messages
Forumeur survitaminé‚ 42ans
Posté(e)

Lol nostresss!!!, d'où tu nous sors ces sujets !!! c'est interessant quand même, je savais pas que ça existe le tourisme sexuelle chez les femmes.

Mais je te cache pas, ça me rassure!!lol

un autre point d'egalité avec les hommes!!!mdr :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Angel78 Membre 448 messages
Forumeur survitaminé‚ 42ans
Posté(e)

;) mais d'un autre côté, pourquoi cantonner le tourisme sexuel aux pays tropicaux ? pourquoi ne pas le pratiquer en france ? sans prostitution bien sûr ..... mais faire du tourisme en alliant la découverte d'une ville ou d'une région et les plaisirs de la chair me parait une excellente initiative à explorer :snif:

A condition que les français aient les mêmes caractéristiques physiques que les tropicaux!!! :snif:

Si l'une d'entre vous veux visiter la loire-atlantique, c'est avec plaisir que je vous servirais de guide dans ce cas. :coeur:

super....!!

tu peux m'envoyer ta photo en mp!!mdr ;) je te confiremrai par la suite :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Ca me fait gerber.

La tourisme sexuel où comment profiter de la misère.

On a bien euphémisé la réalité en déguisant cela sous le terme de

"Tourisme sexuel".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité nostressssss
Invité nostressssss Invités 0 message
Posté(e)

@Lore, merci pour ce complement d info ... c est absolument parfait :snif:

Lol nostresss!!!, d'où tu nous sors ces sujets !!! c'est interessant quand même, je savais pas que ça existe le tourisme sexuelle chez les femmes.

Mais je te cache pas, ça me rassure!!lol

un autre point d'egalité avec les hommes!!!mdr ;)

lol ... je le sors d une émission allemande passée a la télé il y a qques années ... plus 1h de recherche sur le net, plus une heure de traduction .... tu vois un peu l investissement.

mais je trouvais le sujet interressant a traiter. :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Violette VIP 8748 messages
Breizh addict ‚ 41ans
Posté(e)

le principe à toujours existé et existera tout le temps, gerbant ou pas...

apres si ca fait du bien à tout le monde^^

faut pas que ca rentre dans le proxenetisme etc... :s

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nephalion Modérateur 31028 messages
A ghost in the shell‚ 45ans
Posté(e)
Ca me fait gerber.

La tourisme sexuel où comment profiter de la misère.

On a bien euphémisé la réalité en déguisant cela sous le terme de

"Tourisme sexuel".

Et oui c'est profiter de la misère.

Tout comme acheter une paire de chaussures faite par des gosses de 5 ans au fond d'un pays du tiers monde pour un salaire de 1 ¿ par jour dans des conditions de travail insalubres.

Tant que la misère existera en ce bas monde, il y aura toujours des gens pour en profiter.

Celà dit, pour ma prestation, n'attendant aucune autre rémunération que la charmante compagnie de ces dames, il ne s'agit donc en aucun cas de misère. :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Angel78 Membre 448 messages
Forumeur survitaminé‚ 42ans
Posté(e)

j'en doute pas nostressss, châpeau :snif:

tu fais vraiment un effort considérable, elle est super la motivation que t'as (touche le bois, je suis envieuse !!!) lol :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

C'est sur qu'en appelant cela niaisement du "Tourisme sexuel", cela ne risque pas de changer.

Il n'en reste pas moins que c'est aller dans un pays pauvre pour se faire tirer pour pas trop cher, en se disant en plus , "ben je leur donne du travail!".

Ger-bant!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ManhattanStory Membre+ 14228 messages
Imperoratriz à temps partiel‚
Posté(e)

A noter que le tourisme sexuel féminin concerne en très, très grande majorité les femmes qui ne sont plus de la première jeunesse et que ces relations tarifées débouchent souvent sur de véritables unions, chacun y trouvant son compte (moi aussi j'ai vu un reportage sur cela mais impossible de me rappeler sur quelle chaine)...

Pour info :

Gambie : charters pour l'amour

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité nostressssss
Invité nostressssss Invités 0 message
Posté(e)
Ca me fait gerber.

La tourisme sexuel où comment profiter de la misère.

On a bien euphémisé la réalité en déguisant cela sous le terme de

"Tourisme sexuel".

je suis pleinement d accord avec toi, mais il faut y interpreter de grandes différences entre le tourisme sexuel fémini et le tourisme sexuel masculin.

Si les hommes viennent dans ces pays pour clairement avoir des rapports sexuels, c est un peu moins vrais pour les femmes (du moins en partie): seule les femmes les plus agées affiche nettement leurs buts purement sexuels, pour bon nombre d autres femmes, c est plus une quete melée de seduction de fantasme de nouveauté se transformant parfois en amour ... nombre de femmes ont succombé aux charmes d un beach boy et on tout quitté pour venir s installer en afrique ... cependant tres peu de couple dure dans le temps, le beach boy se servant du capital de ces femmes pour assouvir son eldorado d europe.

mais nous sommes bien d accord il s agit bien la de prostitusion a peine déguisée

j'en doute pas nostressss, châpeau :snif:

tu fais vraiment un effort considérable, elle est super la motivation que t'as (touche le bois, je suis envieuse !!!) lol ;)

je ne touche que le bois bandé .... :snif:

A noter que le tourisme sexuel féminin concerne en très, très grande majorité les femmes qui ne sont plus de la première jeunesse et que ces relations tarifées débouchent souvent sur de véritables unions, chacun y trouvant son compte (moi aussi j'ai vu un reportage sur cela mais impossible de me rappeler sur quelle chaine)...

Pour info :

Gambie : charters pour l'amour

merci Manhattan ... cela illustre parfaitement mon propos (je crois d ailleur que c est la meme émission que j ai vue en allmagne)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
Et oui c'est profiter de la misère.

Tout comme acheter une paire de chaussures faite par des gosses de 5 ans au fond d'un pays du tiers monde pour un salaire de 1 ¿ par jour dans des conditions de travail insalubres.

Tant que la misère existera en ce bas monde, il y aura toujours des gens pour en profiter.

Non, on est pas sur le meme plan et cela m'arrache bien la tronche de voir ce style de chaussettes sur nos étals!!!

On n'est pas sur le meme plan car ses chaussettes sur nos étals, nous sont imposées, nous ne maitrisons pas cette invasion, l'ont peut juste être militant et ne pas les acheter et encore, faut-il avoir les ressources économiques pour militer.

Or là, c'est la demande qui a créé l'offre, et qui la maintient et cette demande a recu acceptation de l'offre parce que l'offre n'a rien pour vivre!

C'est de la contrainte dans l'absolu, et baiser quelqu'un sous l'emprise de la contrainte porte un nom.

Quand j était petite fille, je ne revais pas d etre une pute, mais comme je suis née en France, j'ai eu d'autre choix que celui la, pour eux, c'est loins d'être le cas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lore Membre 17812 messages
Electron trop libre / Cible à abattre‚ 49ans
Posté(e)
C'est sur qu'en appelant cela niaisement du "Tourisme sexuel", cela ne risque pas de changer.

Il n'en reste pas moins que c'est aller dans un pays pauvre pour se faire tirer pour pas trop cher, en se disant en plus , "ben je leur donne du travail!".

Ger-bant!

Je trouve ca moins génant que la pédophilie oui elles profitent du système.... mais ce sont des hommes, pas des gosses que l'on met dans des hôtels pourris ou l'on vend leur "virginité" au plus offrant, ou l'on use et abuse de leur innocence pour des pervers qui ......... Bref, c'est choquant mais pas plus qu'un homme qui va aux voir des prostituées..... Combien de ces jeunes filles sont consentantes ou on choisit la prostitution librement?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
C'est sur qu'en appelant cela niaisement du "Tourisme sexuel", cela ne risque pas de changer.

Il n'en reste pas moins que c'est aller dans un pays pauvre pour se faire tirer pour pas trop cher, en se disant en plus , "ben je leur donne du travail!".

Ger-bant!

Je trouve ca moins génant que la pédophilie oui elles profitent du système.... mais ce sont des hommes, pas des gosses que l'on met dans des hôtels pourris ou l'on vend leur "virginité" au plus offrant, ou l'on use et abuse de leur innocence pour des pervers qui ......... Bref, c'est choquant mais pas plus qu'un homme qui va aux voir des prostituées..... Combien de ces jeunes filles sont consentantes ou on choisit la prostitution librement?

Ce sont des hommes ou des femmes qui n'ont pas d'autre moyens de manger!

baise la blanche, t'aura a bouffer, c'est cela le slogan des vacances!

donc si, je trouve cela choquandt et bien plus qu'un homme qui va aux putes et encore, quand uil s'agit d'une pute consentante qui n'est pas sur le trottoir par la force des choses.

Quand a la question de savoir combien de personnes sont sur le trottoir pour leur propre plaisir, il s'agit encore d'un mythe tendant a la bonne conscience, en meme temps je n'en sais rien, c'est sur que chez delarue on prefere nous montrer les minettes consentantes, c'est plus classe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lore Membre 17812 messages
Electron trop libre / Cible à abattre‚ 49ans
Posté(e)

Donc Elaïs on est bien d'accord que ces jeunes filles prostituées, venant des pays de l'Est ou des pays d'afrique ne sont pas non plus consentantes?

Des prostituées qui ont choisies la prostitution, y'en a pas. Elles ont toutes un passé qui fait que, abus sexuel, inceste ou autre..... Je ne crois pas qu'une femme choisisse librement la prostitution elle y est contrainte ou par la vie, ou par des hommes.

Maintenant vomir sur des femmes de 50 ans qui cherchent leur plaisir rémunéré certes, mais qui somme toute se fait sans contrainte ni violence entre adulte me paraît moins "gerbant" que la prostitution qui se pratique chez nous ou la pédophilie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ASKI Membre+ 9808 messages
Forumeur alchimiste‚ 65ans
Posté(e)

Tout le monde parle des pays chauds, pourquoi ne pas tenter une ballade touristique, gastronomique et sexuelle en ............... Picardie :o

mais si voyons ......

la baie de somme, ses ballades et ses agneaux de près salés

amiens: la cathédrale, le vieil amiens et une ballade en barque romantique aux hortillonages...... reprendre des forces avec les macarons......

beauvais: sa cathédrale gothique, le château de troisserieux, l'horloge astronomique, une ballade dans les parcs.....

le gâteau battu : :snif: tout un programme ....... ;)

et pour finir et se remettre des émotions:

les fameux haricots de Soissons :snif: là c'est l'heure du retour à la maison en solitaire, sinon......

c'est donc possible de faire du tourisme sexuel sans gerber :coeur:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Cela me fait gerber de la même manière pour ma part.

Et c'est un euphémisme encore une fois que de dire qu'ils sont consentants, comme tu le dis tres bien, il y a de la contrainte.

Et c'est un vrai buisness qui est construit autour de cela et qui encore une fois, ne rapporte meme pas aux principaux acteurs!

Tout le monde parle des pays chauds, pourquoi ne pas tenter une ballade touristique, gastronomique et sexuelle en ............... Picardie :o

mais si voyons ......

la baie de somme, ses ballades et ses agneaux de près salés

amiens: la cathédrale, le vieil amiens et une ballade en barque romantique aux hortillonages...... reprendre des forces avec les macarons......

beauvais: sa cathédrale gothique, le château de troisserieux, l'horloge astronomique, une ballade dans les parcs.....

le gâteau battu : :snif: tout un programme ....... ;)

et pour finir et se remettre des émotions:

les fameux haricots de Soissons :snif: là c'est l'heure du retour à la maison en solitaire, sinon......

c'est donc possible de faire du tourisme sexuel sans gerber ;)

Quoique, c'est la crise de foie qui nous attends apres ce menu :coeur:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité nostressssss
Invité nostressssss Invités 0 message
Posté(e)

pas tout a fait, certains s en sortent apres plusieurs "conquete" et en ayant acquis un capital suffisant pour ouvrir un bar ou un commerce, mais bcp s en sortent aussi avec rien de plus qu au début et sont poussé a continué.

il faut voir que dans la prostitutions masculine en afrique les regles du "jeu" (si je peux m exprimer ainsi) sont un peu différentes. Il y a certe exploitation des hommes par les européennes mais ce n est pas a sens unique. Le but ultime affiché pour ces beachboys est par tous les moyens possible d arriver a se faire suffisament aimer pour avoir un jour la chance d etre inviter a vivre en europe .... car en fait la motivation n est pas tant l argent mais bien le fait de quitter le pays pour vivre en europe ... et dans ce cas qui profite de qui?

Une européenne tombe amoureuse, va vivre en afrique puis ramene son amant en suisse ou en autriche et une fois marié celui ci disparait ... je ne sais pas si la on peut dire que l exploitation va dans le sens femme --> homme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

  • Upload d'images

    • Uploadfr est un service proposé par ForumFr, simple et gratuit, vous permettant d'héberger vos images. Si vous rencontrez le moindre soucis sur le forum, pour vos images, vous pouvez l'utiliser.
  • Nous vous invitons à découvrir les centaines de milliers de sujets existants sur LE Forum - n'hésitez pas à y participer ! L'inscription, gratuite, permet également de diminuer le nombre d'affichage de publicités. Pour cela, inscrivez-vous, ou connectez-vous.

    Bienvenue sur Forum Fr !

  • FFr Mag' 2.0

×