L'histoire dont vous êtes le héros

Alan Shore Membre 134 messages
Forumeur inspiré‚ 62ans
Posté(e)

Pour ceux qui voudraient émettre un commentaire, par pitié, ne le faites pas ici. Vous casseriez le beau fil de l'histoire. Vous pouvez réagir dans le sujet-commentaire qui est par là :

L'histoire dont vous êtes le héros (2)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Nous allons écrire une histoire qui sera forcément sans queue ni tête, juste parce qu'il est amusant et passionnant d'écrire. Ce sera une autre façon de nous rencontrer et de communiquer. Un peu comme si nous étions assis dans un fauteuil, et que nous ayons envie de voir les autres fauteuil occupés par des personnages sortis de notre imagination. Des personnages qui prendraient leur indépendance.

Je commence doucement, mais n'ayez pas peur de suivre, même si vous n'avez jamais écrit, même si vous faites des fautes d'orthographe. Laissez-vous submerger par l'ambiance, même si vous ne devez écrire qu'une phrase. Ne forcez pas l'histoire, complétez-là.

Le salon :

La pulpe du doigt sur la tranche de la page. Une petite traction pour la décoller. Le basculement de la page vers la gauche. Le regard qui découvre la surface des trois prochaines minutes ...

Alan Shore lisait, confortablement installé dans son fauteuil favori. De la liseuse, sous laquelle il se trouvait, émanait un cône de lumière qui contrastait avec l'ombre environnante. La vitrine de la bibliothèque reflétait son visage à la fois détendu et concentré. Les pages tournaient à leur rythme.

Alan, tout à sa lecture, ne vit pas le phénomène. Dans l'ombre, et dans le fauteuil qui lui faisait face, un personnage se matérialisait. Celui-ci leva les yeux sur le lecteur et le salua d'un "Bonsoir, Monsieur Shore". Alan ne réalisa pas tout de suite, car ce qui se passait était également ce qu'il lisait. Puis l'incongruité de la juxtaposition du son sur le texte lui fit prendre conscience de l'intrication du texte avec la réalité. Alan leva les yeux à son tour, retira ses lunettes de lecture et scruta l'obscurité ...

é vous ...

Modifié par Alan Shore

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Une fois qu'il eut remis en place toutes les particules de son corps, Yop! se réjouit du confort retrouvé du fauteuil. Il s'amusa aussi de la surprise qu'il avait créé dans la tête d'Alan.

Cette petite blague lui avait pris un certain temps. Il avait d'abord fallu rédiger un livre assez cohérent et y glisser la scène précise de l'apparition dans le fauteuil, puis s'arranger pour qu'Alan Shore se le procure et le lise. De petits capteurs judicieusement placés indiquaient son arrivée à proximité du chapitre-clé.

Cette machination mise en place, se téléporter dans le fauteuil était la cerise sur le gâteau.

Cependant, pendant son trajet astral, Yop! avait aperçu un groupe d'individus étranges se diriger vers l'immeuble. De toute évidence, ils venaient ici.

Comme Alan ne répondait toujours pas, il ajouta : " Je passais juste pour te dire que tu allais avoir de la visite ! Je ne sais pas si c'est Eux, mais prépare-toi quand même. Il se peut que tu manques de farine. On n'est jamais trop prudent !"

Immédiatement après la fin de sa phrase, Yop! se dématérialisa de nouveau et disparut. L'air était chargé d'une odeur iodée et Alan ne bougeait toujours pas. Un lourd silence se vautrait sur lui de tout son poids.

On sonna.

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aureliane Membre 707 messages
Forumeur forcené‚ 109ans
Posté(e)

"Ils" sonnèrent. Le grésillement de la sonnette perça l'air humide et froid de cette soirée de novembre. Le son sembla faire trembler légèrement les halos de lumière des réverbères qui tâchaient de faire bonne figure dans le brouillard bruxellois (à moins que ce ne fût dans le café liégeois).

Point de réponse.

Auréliane voyait pourtant la lueur des bougies à travers la fenêtre d'Alan. Non, la panne d'électricité n'était pas fortuite. "Ils" avaient bien oeuvré. Le plan fonctionnait. Après une trentaine de secondes, ils sonnèrent à nouveau. Rien ne bougeait. Alan dormait-il? ou bien se méfiait-il? Mais dans ce cas, qui l'avait prévenu?

"Ils" commencèrent à grogner. "Ils" avaient horreur d'attendre. Que faisait donc Alan?

Modifié par Aureliane

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité dem'ange
Invité dem'ange Invités 0 message
Posté(e)

maisz voyons, point d'électricité, point de sonnette !! Dem'ange concentra son esprit sur celui d'Alan... Il ne dormait pas, mais ne savait plus distinguer le réel de ce qu'il lisait du roman de Yop..

Je n'ai pas rêvé se dit Alan, il alla ouvrir la porte à ce qu'il savait être des hôtes étranges, capables de télépathie. Un grand sourire illumina son visage voyant deux femmes face à lui.

Il sut que c'était la plus âgée qui lui parlait sans mots... il s'effaçat donc pour qu'elles entrent toutes deux.. Dem'ange se dirige directement vers le salon, et s'assied sans attendre d'en être priée. Elle plonge son regard dans celui d'Alan..

Oui, la venue de Yop ici, chez cet homme n'était pas sans signification pour Dem'ange, elle avait un message à transmettre, une histoire du passé à terminer ici...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alan Shore Membre 134 messages
Forumeur inspiré‚ 62ans
Posté(e)

Alan avait récupéré ses esprits, maintenant. Bien entendu, il lui manquait un certain nombre de clés pour apprécier la situation à sa juste valeur. L'homme évanescent lui-même avait été incertain quand à l'identité des visiteurs. Il parlait d'un groupe, mais n'est-ce pas un peu pompeux de qualifier deux personnes de groupe ? Ces deux femmes devançaient-elles le véritable groupe qui étaient en chemin ? Son message semblait être un avertissement. était-ce le présage d'une hostilité à craindre ? Et la farine dans tout ça ? Ces deux femmes avaient le visage trop grave pour avoir la cuisine comme préoccupation première. C'est donc que la farine, élément essentiel du message de l'homme, trouverait son utilité dans un usage protecteur face au véritable groupe à venir.

Une pensée se fit jour en lui. Cette pensée n'émanait pas de lui. La femme la plus âgée, mit sa main sur sa poitrine et inclina la tête pour le saluer. Cette pensée disait : "Alan, bonsoir. Je m'appelle Dem'ange, et ma compagne se nomme Auréliane". Cette dernière s'inclina à son tour. La pensée continue : "Nous sommes les s¿urs de la Vérité. Je vois que vous êtes en possession d'un exemplaire du Livre du Temps. Le frère Yop! vous a donc rendu visite. Je vois dans votre esprit que oui. Inutile de tenter de nous cacher vos pensées, nous lisons en vous. Nous ne vous sommes pas, à priori, hostile, bien au contraire, mais nous avons peu de temps. D'autres sont sur vos traces et ne tarderont pas à arriver en nombre. Avez-vous la farine ?".

"Euh ... Bonsoir Mesdames, veuillez excuser mon étonnement. Je ..." commença Alan, mais la pensée l'interrompit "Nous savons votre confusion. trêve de protocole, Alan, votre vie en dépend. Avez-vous la farine ?". "Bon, suivez-moi ... euh ... mes s¿urs". Alan, empoignant un bougeoir, se dirigea d'un pas rapide vers les communs où se trouvaient les cuisines de sa gentilhommière. "Le personnel est absent pour ce dimanche, mais je suis convaincu que nous devrions trouver cet ingrédient en quantité dans la réserve, car nous faisons le pain nous-même". Il ouvrit la lourde porte en chêne qui donnait sur la réserve. Devant eux ce trouvait une pièce largement pourvue d'étagères, et sur les étagères de quoi alimenter largement un régiment. "Ha, voici la farine. Comme vous le voyez, nous disposons de plusieurs sacs d'une excellente farine que nous livre régulièrement le meunier du moulin de Lursac".

La pensée l'arrêta, "Alan, déshabillez-vous, et vite. Je sens que les ombres approchent. Aidez-le Auréliane". La jeune compagne de la s¿ur Dem'ange, s'approcha de lui et sans hésiter, entreprit de dénouer la ceinture de son peignoir. Alan songea un instant à protester, mais devant l'air décidé des deux femmes, il était certain que parler ne servirait à rien. "Alan", reprit la pensée, "vous n'êtes pas encore capable de créer autour de vous un nuage de particules. Vous apprendrez à le faire par le Livre, mais aujourd'hui et dans les jours qui vont suivre, seule la farine pourra faire illusion et vous sauver du funeste destin que les ombres vous réservent. écartez les bras, et levez-les au niveau des épaules".

Alan était nu, maintenant. Il se sentait particulièrement gêné. Sa pudeur en prenait un sacré coup. S¿ur Auréliane, le couvrait de farine et il avait de la peine à respirer. Venant de l'entrée, une clameur augmentait, faite de feulements et de grognements ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Le présent était vraiment doué pour échapper à tout ce qu'on attendait de lui. Comme un acteur aux mille visages, croyait-on, et qui en sortait un mille-et-unième qu'on n'avait pas prévu. juste pour faire chier.

C'est à ça que pensait Yop! quand il vit les deux femmes monter. Il ne s'était transporté bien loin. Posté dans une ruelle sombre, au coin de l'immeuble, il guettait l'arrivée des ombres.

Les ombres, ces étranges âmes malveillantes.

Au fur et à mesure qu'il patientait, les minutes s'allongèrent et devinrent de longues heures où les doutes aimaient patauger, nageant à grandes brasses.

Le doute du "Alan-était-il-en-mesure-de-comprendre-ce-que-je-lui-ai-dit ?" arriva en premier et plongea la tête la première dans le flot de pensée de Yop!.

Immédiatement suivi du regret " Quel-con-j'aurais-dû-être-un-peu-plus-précis !" et de l'angoisse "Il-va-se-faire-baiser !". Tout ce petit monde barbotait joyeusement quand arriva un grand colosse ombrageux qui les fit se ratatiner de peur. Il se nommait "Putain-si-ça-foire-je-suis-dans-la-merde !"

Totalement absorbé par le spectacle de ses peurs s'amoncellant en lui, Yop! ne les aperçut pas tout de suite. Les ombres. Elles arrivaient.

Il réagit instinctivement, sa vie d'éclaireur lui ayant ciselé des réflexes-éclair d'improvisation.

Il héla les ombres et leur fit de grands signes des bras. Elles convergèrent sur lui et il leur dit avec aplomb empressé :

" C'est là ! Il est en haut, au dernier étage ! Ne perdez pas de temps ! "

Les ombres grognaient, haletaient, grondaient et soufflaient avec menace, tel était leur langage. Elles s'engagèrent dans l'escalier. Celui désigné par Yop!. Le mauvais bien sûr !

Il pria pour que les deux soeurs aient le temps d'amener Alan assez loin.

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alan Shore Membre 134 messages
Forumeur inspiré‚ 62ans
Posté(e)

Dans la forêt

"Putain, de putain, de putain !!" dit Alan en sautillant à cloche-pied. Il venait d'écraser son gros orteil sur une souche, et la douleur avait produit l'effet qu'elle produit toujours quand on ne l'attend pas. "Je vous en prie, Alan." pensa s¿ur Dem'ange, "épargnez-nous vos écarts de langage. Je veux bien affronter les ombres en furie pour vous sauvez la vie, mais ne croyez pas que je vais tolérer la lubricité de votre âme".

Alan se figea éberlué. "Mais qu'est-ce que j'ai fait au bon Dieu, pour me retrouver dans une pareille situation ?" hurla-t-il. "Auréliane, administrez lui un calmant", fit s¿ur Dem'ange en regardant ses ongles. S¿ur Auréliane, se planta devant Alan et lui administra une gifle magistrale. Celui-ci tomba assis dans un massif d'orties urticantes. Il se releva très vite et sautilla de plus belle, le fessier, et quelques autres endroits de son anatomie en feu. "Soyez reconnaissant, Alan. Avouez que vous ne sentez plus votre pied maintenant ?", lui lança, goguenarde, la Dem'ange. "Arrêtez de geindre. Dans son agonie, le dernier Dieu a été exemplaire. Il ne s'est pas plaint une seul fois. Je commence à me demander s'il a bien fait de penser à vous pour lui succéder".

Alan en oublia sa douleur. Il regardait la s¿ur en ouvrant des yeux tout ronds. "éa y est", se dit-il, "Ma raison chancèle et je suis devenu fou". S¿ur Auréliane, leva la main vers le visage d'Alan qui eut un réflex de recul, mais ce fut pour le caresser gentiment. Elle lui dit "Ne croyez pas ça, vous êtes juste un peu troublé. Vous vous y ferez, vous verrez. Les autres, ceux qui vous ont précédés, s'y sont fait également, et les hommes n'ont jamais eu à s'en plaindre". Elle le repoudra à nouveau et ils continuèrent leur chemin à travers la forêt. Alan suivait docilement maintenant, l'esprit anesthésié par le stress de la situation, le froid qui mordait sa peau nue ... et la révélation insensée des deux femmes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité dem'ange
Invité dem'ange Invités 0 message
Posté(e)

la situation échappait à Dem'ange !! le message que Yop, plait à Nelchael ange des cieux, clé que Yop, là, boum m'offrait !! enfin le croyais-je !!

Mais c'est bien l'arcane de la Papesse qui m'avait dit, me tendant son livre, que celui vers qui Yop me guiderait, sera mon lecteur, mes yeux, le voile d'Isi soulèvera, et les mystères du passé révélera !!

Mais je supputais qu'Alan à tome mit son attention, et non pas son anatomie notre attention !!

Et enfin toute cette farine, Auréliane, blanchie ainsi de ses fautes se croit-elle ??

et avec Alan eussent-ils crus vraiment qu'ils étaient en pleine forêt ??

Mais enfin !! que faisaient-ils tous deux ??

Stop !! je t'avais dit Auréliane de te méfier !! la poudre d'ange !! oui !! Alan tente de nous posséder avec cette poudre allucinante !! Alan hisse étoilé de cette poudre le drapeau de la victoire sur Auréliane ?? non, je veille !! Alan nui tombé dans le pêcher au matin même !!

Stop !! je vous le dis, nous sommes venues, messagère d'un temps nouveau, celui de la connaissance, si nous rassemblons les nôtres et avançons dans les écrits de Yop, nous irons légers vers un avenir riant !!

Ainsi parlais-je Dem'ange voyant ce putain de tableau lamentable d'êtres se roulant sur la moquette, dans un trip urticant !!

Finalement, je n'avais pas eu le temps d'aller au théâtre depuis le début de ma mission, alors, profitons de cette scène pour le moins bordelique, mais qui révèlait bien les dessous de personnalités ayant certainement étudié le "bordel de merde" dans des vies passées, et gardé en elles des restes de passages dans la fange. Le 'ho mon Dieu" ainsi que le "mais où suis-je diantre" allaient bien remonter ... mais cré bon diou !! c'était pas encore le cas !!

Pourvu que le reste de notre groupe n'arrive pas sur ces entre fesses ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aureliane Membre 707 messages
Forumeur forcené‚ 109ans
Posté(e)

Auréliane en avait assez . Chaque fois c'etait la meme chose. Il fallait trouver un nouveau Dieu parce qu'ils dégommaient celui en place. Il fallait se déguiser en bonne soeur pour fariner ces messieurs sans que des mambas mortels ne surgissent. Et la télépathie lui collait la migraine.

Il fallait supporter les ordres de Dem'ange, parce qu'elle était son aînée d'un quart d'heure et qu'elle était victime de dédoublements de personnalité, se prenant parfois pour une triplée qui n'avait jamais existé. Cette triplée imaginaire était entre autre persuadée qu'elle était actrice de théâtre et qu'elle devait partir en répétition générale à chaque fois qu'un événement inattendu se produisait au cours d'une mission.

Et pour couronner le tout, sa tête commença à résonner des cris rauques des ombres qui venaient de se rendre compte que Yop! les avait abusées.

Elle avait vraiment la migraine.

Le voyage subliminal avait commencé. Les yeux révulsés, Alan se roulait sur la moquette en se tenant le gros orteil d'une main et les fesses de l'autre, poussant convulsivement de petits cris. Elle ne le sentait pas vraiment prêt. Il allait sans doute falloir utiliser la formule magique plus tôt que prévu, car toute cette farine ne pourrait faire illusion longtemps.

Tout à coup, derrière eux, un hurlement se fit entendre.

Modifié par Aureliane

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité dem'ange
Invité dem'ange Invités 0 message
Posté(e)

et voilà qu'Auréliane refait surface !! se croyant ma soeur jumelle déguisée en bonne soeur !! ho !! sacrée poudre d'ange qu'Alan, Ministre à Sion des oeuvres perdues, lui avait fait sniffer là !! la voici qui se voyait de mon âge, deux coups de vieux simultanés dans son esprit...

Oui autant le temps n'existe pas, autant Auréliane me traite couramment de vieille peau.. moi qui suis de si peu l'ainée d'Alan car d'écart nous n'avons que peu d'années...

La cosmographie spiralique interactionnelle nous liant tous à la théorie Yoplézienne du temps exorelatif et spaciosubliminal paraissait altérée momentanément, j'affiche la mire et m'offre une station méditatoire. Je me retire donc un moment dans ma yourte Yoplézienne. é tente suspend ton vol

le hurlement, oui ce hurlement résonne encore, revenons z'y peut être

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Aaaaaaaaaahhhhhhh!!!!!!!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Elaïs hurlait. Et son hurlement s'arreta net lorsqu'elle compris que celles qui se nommaient Dem'ange et Aureliane l'avaient entendu. Comment était-ce possible? NON! Ils ne pouvaient pas être réels!

C'était un rêve, un mauvais rêve, mais ce n'était qu'un rêve. Une sorte de tour de l'imagination, si puissant qu'il pourrait faire perdre la raison. Rester rationnelle, surtout rester rationnelle!

Elle fallait se raisonner, s'aggriper à tout ce qui pouvait ne pas la laisser perdre pieds.

Depuis toujours, ses nuits étaient hantées de drôles de personnages, plus ou moins féroces, plus ou moins humains, plus ou moins réels, plus ou moins récurrents. Parfois le rêve était si intense, si réel qu'il la terrifiait. Ses propres gémissements la reveillaient et elle se retrouvait seule, seule dans le noir de ses nuits haïes, dans ses draps en sueur, les joues humides, griffée parfois, seule dans l'obscurité d'apparence si paisible et avec ses sensations inavouables.

Le coeur cognant dans sa pointrine à la faire exploser, une peur plus grande que celles qu'elle avait déja connu dans ses reveils cauchemardesques se distillait dans ses veines. Cette fois, elle en était sure, les deux femmes de son rêve, si fantasmagoriques et si ...vivantes, l'avaient entendue.

NON! ce n'etait pas po-ssible!

Pourtant, elle ne pouvait se mentir a elle meme encore une fois: lorsque Dem Ange avait dit " ce hurlement qui résonne encore" , Elaïs savait, qu'elle avait déja ouvert les yeux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

"Elaïs, Elaïs? pourquoi tu cries?". Liligreycat tambourinait à la porte de sa voisine. Le hurlement l'avait réveillée en sursaut. Ce n'était pas la première fois et son inquiétude pour Elaïs grandissait chaque jour. Une nuit, elle l'avait trouvée hagarde sur le palier, un couteau à la main. Liligreycat voyait bien dans le noir: elle s'était approchée à pas de velours, avait désarmé lentement son amie, avait ronronné en la prenant dans ses bas pour la rassurer.

Qu'est-ce qui l'effrayait à ce point?

Elaïs finit par lui ouvrir. La peur dansait dans ses yeux. Elle jetait des coups d'oeil anxieux autour d'elle comme si une présence maléfique la surveillait.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Attablé dans un coin du bar, Yop! sirotait une Hooegarden.

Le sentiment que tout allait de travers était devenu une quasi-certitude. Comme quand vous êtes debout dans un bateau et que celui-ci penche légèrement de côté. Votre oreille interne vous crie : "Il y a un truc qui cloche !"

Il n'avait pas estimé sérieuses les interférences qu'il avait constaté negligemment dans son plan astral depuis quelques temps. Maintenant, il y en avait trop pour les ignorer.

C'était une évidence : les forces en jeu commençaient à se répartir différemment. Signe de l'approche de la Nouvelle Entité. Cela signifiait qu'Alan n'était pas mort. Cela n'excluait pas qu'il pourrait bientôt l'être. Cela signifiait aussi la possibilité de reprendre le poste vacant.

Cela faisait du bazar ! Il faudrait tout ranger... Aïe ! Aïe ! Aïe !

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité dem'ange
Invité dem'ange Invités 0 message
Posté(e)

Dem'ange sortit de sa méditation trans-orbitale, regarda Auréliane qui semblait avoir repris ses esprits ... on avait bien frappé à la porte !!

Pas nécessaire de faire trop d'effort, Dem'ange fit s'ouvrir la porte à distance, et c'est bien Elaïs qui était arrivée.

La peur qui était inscrite sur son visage s'effaçât, la tension se relâchât.

Elle avait déjà croisé ces deux femmes, mais n'avait pas compris ce qui les liait, qu'une mission leur incombait.

Et Lili_greycat, si elle n'était pas là, nous ressentions ses ondes, elle avait donc un rôle dans cette mission, lequel ?? Dans sa méditation l'arcane du Pendu lui était apparue, Dem'ange redoutait une entrave.

Elle pris la parole :

Nous allons devoir harmoniser nos forces, les unir pour mener à bien ce qui me paraît être un défi !!

N'oublions pas une chose, il faut qu'Alan continue la lecture du Livre du Temps, et que Yop reste en communication trans-spirituelle avec lui, et avec nous va sans dire..

Nous avons déjà eu la preuve de l'existence de forces adverses qui ont remplacé la farine par de la poudre à trip aux limites du décent..

Détends-toi Elaîs, Auréliane reprends des forces, moi je retourne à une méditation lévitationnaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aureliane Membre 707 messages
Forumeur forcené‚ 109ans
Posté(e)

Auréliane accueillit Elaïs avec soulagement. Elle pensait que le hurlement provenait des forces maléfiques à leur poursuite. Quelque peu farineuse, elle se dépoudra le nez et s'approcha d'elle.

"Ainsi tu as enfin trouvé le passage pour nous rejoindre" dit-elle à Elaïs."Bienvenue ma soeur, cela fait longtemps que Dém'ange et moi te cherchons. Heureuse de te savoir en vie! Depuis que tu as disparu de la 3ème époque, nous étions très inquiètes. Nous devons protéger Alan et le guider, et nous ne serons pas de trop."

Elle se tourna vers Alan qui tenait toujours le Livre du Temps dans ses mains crispées et l'aida à se relever.Il fallait faire vite. Son regard absent montrait qu'il était toujours dans la forêt et ne pouvait se rematérialiser ici. Il fallait l'initier rapidement aux particules. Elles allaient unir leurs trois forces pour cela.

Elle saisit le livre et attrapa les pages pour revenir en arrière. La forêt était bien trop dangereuse pour l'instant. C'est alors qu'une résistance étrange s'opposa à elle. Le livre résistait. Les pages refusaient de se tourner. Elle insista, en vain.

"Mes soeurs, nous avons un problème. Si nous ne synchronisons pas rapidement Alan, il va périr seul dans la forêt du Passage !"

Sa pensée se figea sur Yop!. Yop! était le Maître du Livre. Usant de télépathie, elle l'interrogea. Aucun retour ne lui parvint. Le livre était rigide dans ses mains. Que faisait Yop?

Très inquiète, elle se tourna vers Dem'ange et Elaîs :

"Nous allons devoir procéder autrement sinon "Ils" vont s'emparer d'Alan."

Alan, les yeux hagards, était vulnérable, à leur merci...

Modifié par Aureliane

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité dem'ange
Invité dem'ange Invités 0 message
Posté(e)

si nous n'avons pas la possibilité d'aller nous-mêmes dans le livre, nous avons la possibilité d'invoquer l'esprit de Yop !!

les trois femmes firent un cerle autour d'Alan et le Livre du Temps et se concerntrèrent sur Yop. Il devait intervenir, nous donner la clé de ce problème.

Leur concentration, leurs forces unies, elles activèrent le canal spacio-télépathique vers Yop. Chacune pouvait recevoir une information, ou Yop pouvait se rematérialiser ici.. rien ne semblait s'opposer à la réussite de ce contact.

Yop !! ne te laisse pas aller au négativisme !! chasse le doute !! il est impossible qu'en ces temps d'évolution spirituo-cosmique Satan t'habite !! non !! pose ton verre et reviens vers ta prose, please !!

Modifié par dem'ange

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alan Shore Membre 134 messages
Forumeur inspiré‚ 62ans
Posté(e)

Alan était au bord du coma. Sa conscience devenait évanescente, ou plutôt ce qu'il perdait en contrôle de sa pensée, il le gagnait en flux d'informations spontanées qui s'imposait à lui comme des flux parallèles de pensées. Comme si plusieurs Alan se superposaient en lui. des Alan situés à des étapes différentes de la "connaissance". Les Alan parlaient entre eux, s'interrogeaient :

- "Mais, Alan, Dieu ne peut être une entité, il est intemporel et non localisé. Comment pourrait-il créer sans admettre qu'il ait été créé lui-même ?"

- "Tu as raison, Alan, mais considère que s'il se trouve dans une boucle du temps, il n'y a plus ni début, ni fin. Le début de fait se trouve alors où se trouve Dieu dans cette boucle".

- "Allons les Alan, vous imaginez bien que si Dieu peut rentrer dans le temps, il peut également en sortir. En fait, il doit en sortir pour devenir vraiment Dieu, pour devenir un concept et se dépersonnaliser, juste "être"".

- "Mais, Alan, s'il se dépersonnalise, il perd sa conscience. S'il perd sa conscience, il n'a plus ni désir, ni volonté. Comment peut-il créer ?"

- "C'est très simple, Alan, il ne crée pas par désir ou volonté de créer, il créé par valeur ajoutée de lui même. Une espèce de superposition d'états. Tout est dans l'unité. Si tu additionnes deux unités, tu obtiens un nombre qui peut, lui-même, être considéré comme une unité. En fait, Dieu est l'unité initiale. Si Dieu existe, toutes les autres unités existent de fait. C'est un épiphénomène de l'existence de Dieu. Supprimes Dieu, et rien n'existe. La volonté de Dieu ne rentre pas en ligne de compte dans la création. C'est comme si Dieu se reflétait à l'infini dans la structure de la création. La structure étant une espèce d'intrication multiple et instantanée entre toutes les unités basées sur l'Unité-Dieu.

Mais attention, la valeur intrinsèque de cette unité, sa substance, en quelque sorte, peut varier de la non-réalité absolue à une réalité absolue, en passant par tous les valeurs intermédiaires de mise en réalité. C'est pour obtenir une qualité de réalité minimum que nos amis doivent nous former. Sans cela, quand ils placeront le Alan "le mieux connaissant" auquel ils seront arrivé, dans sa bulle d'intemporalité, sa mise en "déconnaissance" une fois achevée, sa valeur intrinsèque ne lui permettra pas de soutenir la structure de la création. Nos ennemis préparent également un Dieu. Ils savent que notre Dieu sera mieux préparé, mais ils espèrent pouvoir le tuer pour lui substituer le leur afin de le canaliser à leur propre profit. S'il y arrivent, la structure de la création se délitera pour, en définitive, n'avoir jamais existé. éa ils ne le savent pas. C'est pour cela que nous devons réussir. Nous n'avons pas le choix"

Le corps d'Alan était secoué de soubresauts. Les pages du Livres du Temps, sur sa poitrine, défilaient à toute vitesse vers le futur, puis revenaient dans le présent pour réécrire le nouvel état des connaissances d'Alan. Elaïs sentit, la première, qu'Alan ne pouvait en supporter plus pour aujourd'hui. Doucement, elle mit ses mains sur les pages pour les arrêter, puis referma le livre qu'elle déposa sur la petite table d'appoint. Alan devait se reposer maintenant.

Modifié par Alan Shore

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Une onde de choc frappa Yop! de plein fouet. C'était la transe d'Alan qui lui parvenait parce que le léger lien psionique qu'il avait établit avec lui n'était pas encore coupé.

Il se dépecha de payer sa consommation, sortit du bar et fila vers sa garçonnière. Celle où il recevait habituellement les putes perdues (et éperdues) qu'il vidait de leur substance astrale pour augmenter son pouvoir ou simplement prendre des shoots de vie pure.

Cela lui faisait du bien, les shoots. C'était assez comparable à ces shoots d'oxygène dont les japonais sont friants.

Yop! s'enferma à double-tour, positionna quelques protections magiques hâtives et s'allongea sur le lit. Il ne fallait pas que son corps tombe aux mains de n'importe qui. En effet, quand il faisait des voyages astraux, il était obligé de laisser son corps traîner comme une vieille chaussette. N'importe qui aurait pu passer et le violer sans vergogne. C'est ce qui était arrivé une fois d'ailleurs. Depuis, il prenait habituellement mille précautions mais là, il n'avait pas le temps.

Il projeta son corps astral au dehors et fila vers la conscience vaporeuse d'Alan.

Dès qu'il y posa les pieds, il admira avec quelle complexité l'homme s'était mis dans la merde. Une dissociation, rien que ça ! Il attrappa un Alan et lui mis la tête dans la bouche d'un autre Alan sous les yeux horrifiés et les cris indignés des milliers d'autres Alan qui étaient présents dans son champ de vision. Bien sûr, tous les Alan ne criaient pas car ils n'étaient pas tous en mesure d'appréhender ce qu'ils observaient, mais ça faisait quand même du bruit.

Surtout à cette proximité astrale.

Imaginez mille personnes criant dans votre tête et vous aurez une représentation édulcoré de ce que Yop! vivait en ce moment.

Il fallait faire vite. Il enfourna le Alan dans la gorge de l'autre, le forçant à s'avaler en entier. Il espérait qu'il ne s'en décompose pas trop avant qu'il ait mené à terme la réunification d'Alan.

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Tout allait trop vite !

Elaïs n'en revennait pas. En quelques heures, elle avait basculée d'une vie tout à fait paisible à un monde totalement farfelu. Si ses cauchemards l'éffrayaient, la possibilité qu'ils aient en fait été réels la rassurait. Ainsi, au moins, elle avait désormais une réponses à l'une de ses questions: elle n'était pas cinglée!

Elle comptemplait Alan, rassurée de voir son corps se détendre. Elle sentait tres intensément la présence de Dem'ange et d'Auréliane. Bizarrement, ces femmes qu'elles ne connaissaient qu'aux travers ses songes, lui semblaient proches. Indéniablement, leur présence comblait le vide sidéral qui l'avait tant fait souffrir. Mais il y avait autre chose, une autre entité, elle avait sentie Dem'ange l'invoquer! Qui était-il? Une foule de questions se bousculaient dans sa tete qu'elle mourraient d'envie de leur poser, mais plus tard. Tout ses sens en eveils lui intimaient que ce n'était pas la priorité.

La priorité, c'était Alan.

Alan...qui es-tu? ...

Puis le visage de Lili, apparut vivace. Dans le tourbillon d'emotions de la nuit, elle se souvenait que Lili, l'avait entendu. Elle était venue, lui avait demandé ...était-ce demandé ou interrogé? Quelque chose entre le regard félin de lili et son empathie comportementale ne collait pas. Elle s'en voulu de cette pensée nauséabonde, la chassa immédiatement, et revint à ces trois êtres qui désormais serait son chemin de croix. Elle ne lacherait pas ceux qu'elle cherchait depuis si longtemps sans le savoir.

Modifié par Elaïs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant