La violence existe-t-elle sur les forums ?

Alan Shore Membre 134 messages
Forumeur inspiré‚ 62ans
Posté(e)

La violence existe-t-elle sur les forums ?

Cette question m'a été inspirée par la lecture d'un article du Courrier International sur la violence scolaire au Japon. Cette violence se caractérisant par les brimades infligées aux plus faibles par des groupes dont la cohésion est motivée par le sentiment d'appartenance au groupe. Il suffit, dès lors, qu'un "meneur" désigne une tête de turc pour que le groupe dans son entièreté s'en prennent, par devoir, au malheureux désigné à la vindicte du groupe.

Ce processus est classique, bien entendu. On le retrouve à différent niveau de la société dans les divisions, et donc les groupes, qu'elle suscite. Le sentiment d'appartenance est probablement la cause première de toute violence sociale.

Pour résumer ce principe, je pourrais conclure par : "L'ennemi de mon ami est mon ennemi", ce qui implique que "combattre l'ennemi de mon ami renforce notre amitié".

Voici une expérience intéressante, quoique controversée, qui a été tenté au Canada :

Comment pouvons-nous leur faire prendre conscience de la cruauté des brimades ? L'approche adoptée dans un établissement au Canada nous laisse peut-être entrevoir une solution. Dans une classe de troisième année d'école primaire, le maître déclare qu'il a été prouvé que les élèves mesurant moins de 1,34 m étaient plus brillants que ceux dépassant cette taille. Il répartit ensuite les élèves en deux groupes en fonction de leur taille. Le groupe des plus grands a fait l'objet de discriminations toute une journée sans qu'aucune de leurs plaintes soit retenue par l'enseignant. Grâce à cette expérience, la cruauté et l'absurdité de la discrimination devraient rester gravées dans leur coeur.[...]

Cette initiative ne fera vraisemblablement pas l'unanimité. La méthode employée risque de traumatiser les enfants, au moins temporairement. Cependant, face à la tragédie qu'est le suicide de nos jeunes, on peut la considérer comme un possible remède aux problèmes. Il nous faudra de toute façon faire preuve d'imagination pour éduquer les enfants à comprendre la peine des autres.

Source : Courrier International - n° 891 du 29 novemmbre 2007

Questions posées aux membres de ce forum :

- Pensez-vous qu'il existe une violence "forumaire" ?

- Pensez-vous que ce forum est divisé en groupes clairement distincts (les garçons et les filles, les jeunes et les vieux, les humanistes et les individualistes, etc) ?

- Ces groupes sont-ils forcément antagonistes ?

- Pensez-vous faire partie d'un groupe dans ce forum ?

- Vous est-il arrivé de tomber injustement sur le dos de quelqu'un par solidarité avec un de vos amis sur ce forum ?

- Comment avez-vous ressenti votre "victoire" ou votre "défaite" sur l'ennemi commun ?

- Cette "victoire" a-t-elle augmentée la cohésion de votre groupe ?

- etc ...

Ajoutez de nouvelles questions sur le sujet et répondez à celles qui vous interpellent.

Lien sur la violence scolaire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

Bien sûr qu'il y a de la violence sur les forums, mais elle est essenciellement verbale et idéologique, et souvent elle ne s'exprime pas de façon explicite. Mais sur tous les forums que j'ai pu fréquenter, il y avait des clans, des antagonismes et des différents qui se sentaient parfois de façon violente, lors de clash sur certains sujets. De plus, l'anonymat relatif (je déplore ce relatif) donné par le net donne de l'assurance aux forumers qui se lâchent parfois un peu plus qu'en vrai.

- Pensez-vous qu'il existe une violence "forumaire" ?

- Pensez-vous que ce forum est divisé en groupes clairement distincts (les garçons et les filles, les jeunes et les vieux, les humanistes et les individualistes, etc) ?

Voir ma réponse plus haut.

- Ces groupes sont-ils forcément antagonistes ?

Oui, clairement. Les antifa du forums et les fachos se lancent rarement des fleurs.

- Pensez-vous faire partie d'un groupe dans ce forum ?

Non.

- Vous est-il arrivé de tomber injustement sur le dos de quelqu'un par solidarité avec un de vos amis sur ce forum ?

Non.

- Comment avez-vous ressenti votre "victoire" ou votre "défaite" sur l'ennemi commun ?

Pas concerné.

- Cette "victoire" a-t-elle augmentée la cohésion de votre groupe ?

Idem.

- etc ...

Modifié par seth rotten

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alan Shore Membre 134 messages
Forumeur inspiré‚ 62ans
Posté(e)

Salut Seth,

Bien sûr qu'il y a de la violence sur les forums, mais elle est essenciellement verbale et idéologique, et souvent elle ne s'exprime pas de façon explicite.

Veux tu dire qu'elle ne s'affiche pas comme telle ? Qu'elle s'habille d'un fond quelconque pour ne pas paraitre ouvertement une violence ? La mise au niveau verbale de la violence rend-elle cette violence moins destructrice pour celui qui en fait l'objet que la violence physique ? N'engendre-t-elle pas, elle aussi, des blessures autres que des blessures d'amour-propre ?

Mais sur tous les forums que j'ai pu fréquenter, il y avait des clans, des antagonismes et des différents qui se sentaient parfois de façon violente, lors de clash sur certains sujets.

Cela signifie-t-il que l'individu (ou les individus) est incapable de traiter un sujet autrement que sur des indices subjectifs ? Est-ce une question de niveau d'études ou plus simplement parce qu'un forum n'est pas forcément un endroit où on se prend la tête ? Cette mixité de motivation à forumer entraine-t-elle aussi une violence de "classes" de forumeurs ?

De plus, l'anonymat relatif (je déplore ce relatif) donné par le net donne de l'assurance aux forumers qui se lâchent parfois un peu plus qu'en vrai.

Dirais-tu que cette impunité relative peut "doper" la liberté d'expression jusqu'à la mauvaise foi ? Cette liberté d'expression, revendiquée dans les forums de discussions jusqu'à l'absurde, peut-elle engendrer, par un premier jet virtuel, une violence en retour dans la société réelle, cette fois (je pense à l'exacerbation des débats d'opinion publique projetés, sans réserves, dans les forums) ?

Quelle est ta définition de la violence ? Est-elle forcément condamnable, et si "non", dans quels cas ?

Merci d'avoir répondu avec pertinence.

Alan Shore

Modifié par Alan Shore

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

Oula, bon je vais essayer de répondre à tout :

Veux tu dire qu'elle ne s'affiche pas comme telle ? Qu'elle s'habille d'un fond quelconque pour ne pas paraitre ouvertement une violence ? La mise au niveau verbale de la violence rend-elle cette violence moins destructrice pour celui qui en fait l'objet que la violence physique ? N'engendre-t-elle pas, elle aussi, des blessures autres que des blessures d'amour-propre ?

La violence verbale sur les forums prend souvent l'habillage des débats qui dérapent, quand on commence à s'insulter de nazis ou de fachos, je crois que tout est dit. Mais je pense pas que sur un forum, on puisse se faire mal ailleurs qu'à l'égo.

Cela signifie-t-il que l'individu (ou les individus) est incapable de traiter un sujet autrement que sur des indices subjectifs ? Est-ce une question de niveau d'études ou plus simplement parce qu'un forum n'est pas forcément un endroit où on se prend la tête ? Cette mixité de motivation à forumer entraine-t-elle aussi une violence de "classes" de forumeurs ?

Ben en fait, c'est surtout au niveau des idées politiques et sociales que les dissentions se forment, pas tellement au niveau du degré de scolarisation, encore que ça ça puisse influer un peu.

Dirais-tu que cette impunité relative peut "doper" la liberté d'expression jusqu'à la mauvaise foi ?

Oui absolument, et j'ajoute même que ça peut aller jusqu'à tenir des discourts répréhensible par la loi sur la voie publique, comme (je parle par expérience) des discourts racistes, homophobes ou négationnistes/antisémites.

Cette liberté d'expression, revendiquée dans les forums de discussions jusqu'à l'absurde, peut-elle engendrer, par un premier jet virtuel, une violence en retour dans la société réelle, cette fois (je pense à l'exacerbation des débats d'opinion publique projetés, sans réserves, dans les forums) ?

Sans doute, mais je n'ai pas d'exemple en tête.

Qu'elle ta définition de la violence ? Est-elle forcément condamnable, et si "non", dans quels cas ?

La violence c'est ce qui fait mal, quelque soit la nature et la puissance de la douleur, et quelque soit sa cible. Je pense que toute violence physique est à condamner à priori, mais que la violence verbale est parfois justifiée, tant que les limites légales ne sont pas atteintes. Non pas parce que ça me fais plaisir, mais par simple aspect pratique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alan Shore Membre 134 messages
Forumeur inspiré‚ 62ans
Posté(e)

Superbe Seth!!

Je dirais que nous sommes arrivé "au point d'arborescence" du sujet. Désormais, le sujet ne se limite plus au questionnement primitif sur la violence dans les forums, mais il va se diversifier suivant l'aspect de la violence que l'on voudra prioritairement et arbitrairement aborder.

Je choisis donc parmi tes réponses, celle qui me "branche" sur l'instant :

Cette liberté d'expression, revendiquée dans les forums de discussions jusqu'à l'absurde, peut-elle engendrer, par un premier jet virtuel, une violence en retour dans la société réelle, cette fois (je pense à l'exacerbation des débats d'opinion publique projetés, sans réserves, dans les forums) ?

Sans doute, mais je n'ai pas d'exemple en tête.

Un exemple ? Celui du terrorisme islamique. Depuis le "11 septembre", ce terrorisme est sorti de "l'anecdotisme" pour devenir un des "regards" favoris des médias classiques et donc de l'internet. J'ai toujours pensé qu'il n'y avait pas péril excessif en la demeure, en comparaison des autres façons violentes de mourir dans notre société - meurtres "classiques" et crapuleux, accidents de la circulation, suicides, et j'en passe - qui fournissent un nombre de morts bien supérieur (et quotidien) que le terrorisme islamique, sans que ces "fournisseurs" de morts violentes reçoivent un traitement similaires à celui du terrorisme islamique.

Pourrait-on dire qu'internet et les forums de discussion fournissent un nouveau type de sondage en direct pour les médias classiques et que donc on rentre dans un cerle vicieux où les médias nous influencent et où nous influençons, à notre tour, les médias ?

Si c'est le cas, la montée en puissance d'un racisme qui n'est plus ethnique, mais qui se cache derrière la sitgmatisation d'une religion, devrait une part de sa force à cet anonymat qui permet à chacun d'exprimer son quota de haine déguisé.

J'en rajoute un peu, c'est vrai, mais le raisonnement est-il tout à fait faux ?

Qu'elle est la part de nos convictions qui se nourrit des forums ? Est-ce que les forums appaisent notre part violente ? La libère dans une catharsis purement expressive ? Ou, au contraire, renforce, grâce à notre impunité de fait, nos envies d'en découdre ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yves-1902 Membre 5 847 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)
Questions posées aux membres de ce forum :

- Pensez-vous qu'il existe une violence "forumaire" ?

De la part de certains oui, mais cela reflète souvent une révolte intérieure .

- Pensez-vous que ce forum est divisé en groupes clairement distincts (les garçons et les filles, les jeunes et les vieux, les humanistes et les individualistes, etc) ?

En groupes distincts...non. En groupes oui mais se forment selon les sujets.

- Ces groupes sont-ils forcément antagonistes ?

Non

- Pensez-vous faire partie d'un groupe dans ce forum ?

Non

- Vous est-il arrivé de tomber injustement sur le dos de quelqu'un par solidarité avec un de vos amis sur ce forum ?

Non

- Comment avez-vous ressenti votre "victoire" ou votre "défaite" sur l'ennemi commun ?

Jamais eu d'impression de victoire ou de défaite.

- Cette "victoire" a-t-elle augmentée la cohésion de votre groupe ?

- etc ...

Ajoutez de nouvelles questions sur le sujet et répondez à celles qui vous interpellent.

Lien sur la violence scolaire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pascalin Membre 15 218 messages
le corps sur Terre, l'esprit ailleurs ‚ 47ans
Posté(e)

excuse moi Yves mais t'as rien posté ;):o euh tu vas me dire que moi non plus ,certes plus un

je dirais que la violence verbale et écrite est toute aussi néfaste que le reste

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yiauthli VIP 4 197 messages
Forumeur alchimiste‚ 34ans
Posté(e)

ben si banane, il a répondu dans la citation.

Je déplace ce post dans le central, tu auras plus de réponse et plus global, en te placant dans les débats, tu ne toucheras qu'une petite partie des forumeurs, en general moins sensible aux avis des autres et aux effets de groupe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

-Pensez-vous qu'il existe une violence "forumaire" ?

Bien sûr. Un forum, ce n'est après tout que laisser des gens ensemble. La violence naît de la frustration d'être ignoré, de complexes divers, de tout ce qui se passe dans la vie réelle. Les gens ensemble sont eux-mêmes la source de violence, qui naît principalement de l'incompréhension.<br>Cependant, sur un forum ce n'est pas comme en face d'un être de chair. Il y a un faux sentiment de filtre qui fait que certains forumeurs se lachent parfois violemment.<br>Les mots ont un grand pouvoir parce qu'on est seul face à eux.

-Pensez-vous que ce forum est divisé en groupes clairement distincts

(les garçons et les filles, les jeunes et les vieux, les humanistes et

les individualistes, etc) ?

Comme dans la vie, il y a des affinités qui créent des petits groupes. Que ce soient des compagnons de délire, des gens quipartagnet les mêmes passions ou idées. Cependant, cette notion de groupe me paraît moins forte qu'en vrai. Internet facilite le multi-clanisme.

- Ces groupes sont-ils forcément antagonistes ?

Non. Il y en a trop. Mais il y a un systématisme que le net exacerbe : classer les gens selon un de leurs propos, de façon assez extrême. Ce qui provoque parfois des situations tendues. Se traiter de facho ou d'idéaliste à tout bout de champ, c'est trop facile.

- Pensez-vous faire partie d'un groupe dans ce forum ?

Je ne me sens pas appartenir à quoi que ce soit, à part le groupe "forumeur régulier" mais peut-être que d'autres pourraient me classer quelquepart...

- Vous est-il arrivé de tomber injustement sur le dos de quelqu'un par solidarité avec un de vos amis sur ce forum ?

Non. Pas par solidarité "amicale" mais par solidarité humaine. Voir trois personnes s'acharner sur une, en interprétant mal ses propos, en le traitant de ce qu'il n'est pas, en attaquant la personne et non les idées, ça me fait réagir. Ceci dit, je ne "tombe" pas sur le dos de quelqu'un mais j'essaye de désamorcer le faux conflit. Encore une fois, comme dans la vie.

- Comment avez-vous ressenti votre "victoire" ou votre "défaite" sur l'ennemi commun ?

Il n'y a ni victoire ni défaite, selon ma démarche. Mais j'observe souvent des combats de coqs qui, même s'ils sont intéressant, dérivent sur l'empoigne de gladiateurs !

- Cette "victoire" a-t-elle augmentée la cohésion de votre groupe ?

Quel groupe ? ;)

Et pour développer sur la question de notre opinion et des médias, il me semble que c'est encore un de ces cercles "vicieux" que l'on ne peut ponctuer dans le temps.C'est une relation interdépendante.

Les médias se nourrissent de nous qui nous nourissont d'eux qui se nourrissent de nous, etc...Qui est arrivé avant ? L'observation du monde, son analyse et la construction de notre pensée ont toujours cohabité dans une relation intime.

Ce qui se passe avec ces médias devenus "intimes" (la relation à internet est souvent seule à seule) c'est qu'une illusion s'est crée. A l'inverse du monde public ou on peut de moins en moins exprimer un avis sans être vite classé (facho, idéaliste, jeune crétin ou vieux ringard,...) le net et sa protection permettent d'avoir cette mondanité sans les problèmes. Bref, un espace où l'on peut dire ce qu'on ne dirait pas dans la vie (et même faire la violence qu'on se refuserait en vrai). Tout le mond n'en n'a pas besoin mais les dérapages sont souvent le fait de gnes qui sont dans cette démarche.

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
usagi Membre+ 240 902 messages
E-mage‚ 69ans
Posté(e)

:o comme je suis cossart , je vais pas recopier ton questionaire :snif:

:o oui la violence existe , surtout sur les sujet politique et religieux , mais on peut aussi s'entretuer (verballement) sur la puissance comparé de Goku et de Vegeta ou sur la recette veritable de la blanquette de veau a l'ancienne :snif:

:snif: l'homme (en general) est violent et souvent bien plus qui n'aime le dire , d'ailleur combien de personnes finissent par quiter un forum parceque elle ne suportent plus remarques et agressions verbales :o l'agressivité n'est pas toujour palpable et on peut insulter quelqu'un sans utiliser un vocabulaire ordurier , l'insinuation et le mepris sont aussi tres efficace ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
LaClandestina Membre 19 730 messages
Agent Publicitaire‚ 29ans
Posté(e)

oui il y a de la violence sur les forums, comme partout, qui ne s'est jamais fait agresser par un p'tit con sur ce forum? (parfois même des gros cons ;) )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité guillom
Invité guillom Invités 0 message
Posté(e)

ça fait de mal de temps en temps , ça remet les idées en place ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alan Shore Membre 134 messages
Forumeur inspiré‚ 62ans
Posté(e)
-Pensez-vous qu'il existe une violence "forumaire" ?

Bien sûr. Un forum, ce n'est après tout que laisser des gens ensemble. La violence naît de la frustration d'être ignoré, de complexes divers, de tout ce qui se passe dans la vie réelle. Les gens ensemble sont eux-mêmes la source de violence, qui naît principalement de l'incompréhension.<br>Cependant, sur un forum ce n'est pas comme en face d'un être de chair. Il y a un faux sentiment de filtre qui fait que certains forumeurs se lachent parfois violemment.<br>Les mots ont un grand pouvoir parce qu'on est seul face à eux.

Dirais-tu qu'au delà des éléments que tu décris comme générateurs de violence c'est avant tout l'incapacité à communiquer qui génère la violence dans les forums ?

La communication sur les forums ne s'appauvrit-elle pas par rapport à la réalité (on a peu de feedback de l'autre) ?

Les mots suffisent-ils à communiquer ?

Qu'est-ce que la communication ?

Que veut-on communiquer ?

La communication n'est-elle pas déjà une violence faite à autrui lorsque dans un débat l'inégalité de capacité à débattre favorise les uns et défavorise les autres ?

La raison du meilleur débatteur est-elle la meilleure ?

Je remarque souvent que dans les forums, le débat est plus souvent un affrontement, un "débat-tournoi", qu'un enrichissement mutuel où les savoirs s'additionnent. Existe-t-il un savoir universel à partager, ou l'universalité de ce savoir se décohère-t-il par le regard particulier de chacun (La décohérence est la perte d'une partie de l'information due à la perception de sa complexité par un regard non averti) ?

Modifié par Alan Shore

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
KrafT Membre 1 176 messages
Nec Retrogradior, Nec Devio, Sum !!!‚ 32ans
Posté(e)

Juste pour dire: c'est amusant...

J'en vois certain qui se disent "sans groupe" (et fier de l'être) alors que, désolé mes vous êtes un profil classique des users de forum...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alan Shore Membre 134 messages
Forumeur inspiré‚ 62ans
Posté(e)
Juste pour dire: c'est amusant...

J'en vois certain qui se disent "sans groupe" (et fier de l'être) alors que, désolé mes vous êtes un profil classique des users de forum...

Oui, j'avais remarqué aussi. C'est sans doute parce que chacun se veut indépendant et croit être le maître de ses pensées. Mais où puise-t-il les ressources de sa pensée, si ce n'est dans le réservoir des informations qu'il a acquit par l'autre. C'est comme si on leur demandait si ils sont des êtres humains et qu'ils répondaient "non, je suis moi".

Comme tu es plus ancien que moi sur ce forum, peux-tu déterminer à quels groupes appartiennent ceux qui ont répondus ?

Pas d'obligation, bien entendu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Que de questions !! ;)

Dirais-tu qu'au delà des éléments que tu décris comme générateurs de violence c'est avant tout l'incapacité à communiquer qui génère la violence dans les forums ?

Ca se passe comme ça dans la vie,non ?? La plupart des conflits entre les gens sont dûs à des incompréhensions énormes !!

L'incompréhension n'est pas l'incapacité à communiquer, c'est juste le lot de toute communication. Il y a de la perte, des déformations et encore plus sur un forum, à l'écrit.

La communication sur les forums ne s'appauvrit-elle pas par rapport à la réalité (on a peu de feedback de l'autre) ?

Cela dépend de l'aisance des interlocuteurs à l'écrit. Ce n'est pas plus ou moins riche, c'est un mode de communication différent qu'on pourrait apparenter aux relations épistolaires d'antan. Sauf que là, les lettres sont exposées au public. Bref, c'est vraiment nouveau comme communication et ça demande encore beaucoup d'observations et d'analyse !

Les mots suffisent-ils à communiquer ?

Bien sûr, sur un forum, on se prive du "langage du corps". Il n'y a pas de silence aussi éloquents que celui entre deux individus face à face.

Cela dit, la communication à l'écrit génère aussi son lot de subjectivité. Les smileys, la suggestion, les complicités, tout cela établit un méta-langage. Qui n'est pas accessible à tous tout le temps.

Mais les mots à l'écrit peuvent aussi aider à s'exprimer plus qu'à l'oral.

Un comparatif global est absurde.

Qu'est-ce que la communication ?

Un idéal ? En fait, ce sont des échanges d'informations, d'émotions, d'états d'âme, de réflexions. De tout ce qu'on a à l'intérieur. Avec le risque d'être mécompris à chaque tentative.

La communication passe d'abord par soi-même. Savoir cibler ses sentiments, ses pensées et les mettre en forme.

C'est pourquoi, un forum est très utile : pas de contrainte temporelle.

Que veut-on communiquer ?

Chacun sait.

La communication n'est-elle pas déjà une violence faite à autrui lorsque dans un débat l'inégalité de capacité à débattre favorise les uns et défavorise les autres ?

Ah ça ! C'est là qu'on voit l'importance de la forme dans un discours ! Il est très violent d'avoir une idée, de la tenir pour juste et d'avoir des arguments solides pour la prouver mais de ne point pouvoir le faire.

Ou de ne point savoir défaire les pièges uniquement réthoriques de certains.

A mon avis, ce doit être vécu comme une violence. Mais la vie réelle est bien pire.

La raison du meilleur débatteur est-elle la meilleure ?

J'ai remarqué que certains faisaient tout pour avoir le dernier post.

Le meilleur débatteur est celui qui écoute, pas celui qui crie.

Je remarque souvent que dans les forums, le débat est plus souvent un affrontement, un "débat-tournoi", qu'un enrichissement mutuel où les savoirs s'additionnent. Existe-t-il un savoir universel à partager, ou l'universalité de ce savoir se décohère par le regard particulier de chacun (La décohérence est la perte d'une partie de l'information due à la perception de sa complexité par un regard non averti) ?

Ta technique de débat, Alan Shore, est intéressante : tu poses des questions ! Tu entretiens la réflexion durant le déroulement du sujet.

Sur beaucoup de débat, la question initiale est vite oubliée et on part sur des argumentaires au lieux de prendre le temps de tout exposer et de voir si ce panorama ne révèle pas autre chose.

C'est une démarche non concertée, un débat. Dans l'optique de chercher et réfléchir, certains posent des questions auxquelles ils ont déjà des réponses arrêtées et s'évertuent à les éprouver envers et contre tout. Avec mauvaise foi parfois.

Poser une question, c'est admettre qu'on ne sait pas grand chose. C'est aussi prouver sa volonté de chercher.

A moi donc ! Penses-tu que cette incapacité des débatteurs à se mettre dans une dynamique de fédération des savoir, au profit d'une concurrence intellectuelle, soit le départ d'une certaine violence ?

Et les débats en réel, ils se passent souvent ainsi, sauf que les faibles se font écrabouiller ! Les différences ?

Des débats qui se déroulent bien, qui rassemble tout le monde et qui permettent un haut niveau de réflexion (qui ouvre le champ personnel de chaque débatteur ou presque), ça existe ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alan Shore Membre 134 messages
Forumeur inspiré‚ 62ans
Posté(e)
Que de questions !! :o

Ta technique de débat, Alan Shore, est intéressante : tu poses des questions ! Tu entretiens la réflexion durant le déroulement du sujet.

Cela fait des années que j'écris dans les forums. Cela fait des années que j'écris dans le vide. Si tu écris plus de 5 lignes, tu n'es pas lu. Et si tu es lu, cela n'implique pas qu'il y ait volonté de comprendre ce que tu écris.

Ce sujet est un essais pour une autre communication. Je ne dis plus rien ... je le fais dire. Je crée une intrication entre moi et celui qui répond à ma question. En clair, j'essaie de nous mettre sur la même longueur d'onde.

Sur beaucoup de débat, la question initiale est vite oubliée et on part sur des argumentaires au lieux de prendre le temps de tout exposer et de voir si ce panorama ne révèle pas autre chose.

Ce sera probablement le cas dans ce sujet aussi. Seth avais très bien répondu aussi, mais j'avais déjà souligné que nous avions déjà atteint le point d'arborescence du sujet. Celui où il devient impossible d'éviter la digression. En posant des questions et en les administrant, je peux recadrer les intervenants, mais c'est aussi au prix de la perte d'approfondissement de certaines interventions intéressantes. J'aurais pu réagir, point par point, à tes réponses. Comme je les trouve très pertinentes, je crois qu'il faut les laisser telles quelles, afin que celui qui découvrira le fil de ce sujet ne soit pas obliger de se taper des redondances de formes.

C'est une démarche non concertée, un débat. Dans l'optique de chercher et réfléchir, certains posent des questions auxquelles ils ont déjà des réponses arrêtées et s'évertuent à les éprouver envers et contre tout. Avec mauvaise foi parfois. Poser une question, c'est admettre qu'on ne sait pas grand chose. C'est aussi prouver sa volonté de chercher.

Oui, c'est un travail d'humilité et de recherche, mais c'est aussi exprimer sa demande d'une saine collaboration, d'une alliance vers le même objectif de recherche d'une universalité du savoir. Avoir envie de résoudre la complexité de l'équation pour qu'elle s'affiche telle qu'elle devrait être, et non pas comme nous voudrions qu'elle s'affiche.

J'ai fréquenté des forums religieux où j'ai été confronté, par exemple, à la technique des salafistes. C'est un peu la même technique que j'utilise, mais la différence est dans la motivation. Le salafiste pose des questions, et celui qui y répond se trouve dans la situation d'avoir à créer une cohérence dans ses réponses, sous peine de se voir appliquer cette expression chère aux feilletons policiers : "Tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous". Ma motivation est différente et s'exprimerait plutôt dans un "Tout ce que vous direz, nous rapprochera d'une vérité commune".

A moi donc ! Penses-tu que cette incapacité des débatteurs à se mettre dans une dynamique de fédération des savoir, au profit d'une concurrence intellectuelle, soit le départ d'une certaine violence ?

J'ai toujours trouvé cette concurrence intellectuelle imbécile. C'est l'expression d'un aveuglement individualiste ou ne s'affirme que le plus animal des rapports de force. é quoi bon posséder un potentiel intellectuel pour inventer une arme plus sophistiqué puisque l'on pourrait déchirer l'autre avec ses dents ? C'est une perte d'énergie. Car il en faut de l'énergie pour rester le plus fort. Tout ça pourquoi ? Pour tomber tôt ou tard sur plus fort que soi et d'être donc déclaré perdant. L'adoption du système de rapport de force implique notre défaite ultime. Le choix de la violence est toujours une perte d'énergie inutile.

Et les débats en réel, ils se passent souvent ainsi, sauf que les faibles se font écrabouiller ! Les différences ?

La raison du meilleur débatteur n'est pas forcément la victoire de la raison, ce n'est que la victoire de la raison du plus fort.

Des débats qui se déroulent bien, qui rassemble tout le monde et qui permettent un haut niveau de réflexion (qui ouvre le champ personnel de chaque débatteur ou presque), ça existe ?

J'aspire à de tels débats, mais force m'est d'avouer, après les avoir chercher en vain, qu'ils sont exceptionnels (pour ne pas dire inexistants). Ils demandent une réelle abnégation de la part de ceux qui y participent, et les gens qui ont réussis à dépasser leur autocentrisme de pensée pour adopter un regard neutre, extérieur, et collaboratif, ne sont pas légions.

En commençant ce sujet, je me demandais quand les rôles de questionneur/répondeur allaient être inversés. Que pense-tu du rôle de questionneur ?

La question est la cause, mais est-ce que l'on en contrôle forcément les effets ?

Mes réponses allaient-elles dans le sens que tu souhaitais ?

Je suis peut-être moins bon répondeur que toi ;)

Modifié par Alan Shore

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bibi07 Membre+ 5 261 messages
Chercheur de saveur et rimeur de gout‚ 34ans
Posté(e)

C'est tres interessant ce debat et je pense...... ah ben non je pense plus pardon

:o

( disgression....? flood....? )

Les interventions de chacun ne sont elles pas une reponse de l'autres envers sont moi profond ( ou sa recherche ce qui est pareil )

La violence subit doit donc etre rediriger, elle rebondit jusqu'a revenir a nous mais qui la lancé au depart???? ;)

On est toujours dans la metamatiere la non :o :o :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
Des débats qui se déroulent bien, qui rassemble tout le monde et qui permettent un haut niveau de réflexion (qui ouvre le champ personnel de chaque débatteur ou presque), ça existe ?

J'aspire à de tels débats, mais force m'est d'avouer, après les avoir chercher en vain, qu'ils sont exceptionnels (pour ne pas dire inexistants). Ils demandent une réelle abnégation de la part de ceux qui y participent, et les gens qui ont réussis à dépasser leur autocentrisme de pensée pour adopter un regard neutre, extérieur, et collaboratif, ne sont pas légions.

Obtenir cette abnégation ne doit se faire que naturellement. J'ai déjà essayé de faire des topics plus directifs mais ça n'a jamais marché (peut être suis-je une burne aussi...).

Mais une collaboration de bonne volonté ce serait retirer cette notion de violence ? Violence qui peut être créatrice parfois. Le conflit naît forcément. On perd aussi beaucoup d'énergie à l'étouffer, à rediriger ailleurs la violence.

En commençant ce sujet, je me demandais quand les rôles de questionneur/répondeur allaient être inversés. Que pense-tu du rôle de questionneur ?

La question est la cause, mais est-ce que l'on en contrôle forcément les effets ?

Mes réponses allaient-elles dans le sens que tu souhaitais ?

Je suis peut-être moins bon répondeur que toi :o

Là, en se tutoyant on arrive dans un dialogue plus ou moins complice.

les questions doivent être des jalons, arrivant après une analyse des différents intervenants, de leurs conflits, de leurs réflexion et de ce qui en sort dans l'optique du sujet. (il faut aussi que le sujet s'y prète).

La question amène une autre question, comme on le constate. ;)

"Des réponses dans les sens que je souhaitais ?"

C'est bien le problème de privilégier qualité de l'intervention et intéêt au sein du débat.

Pour faire le point sur le sujet : " La violence existe t-elle sur les forums ?" qui serait capable de tirer la substance de toutes les interventions précédentes et d'en balancer le résumé dans le prochain post ?

Et qui suivrait sans répéter ce qui a déjà été dit ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alan Shore Membre 134 messages
Forumeur inspiré‚ 62ans
Posté(e)
( disgression....? flood....? )

Les interventions de chacun ne sont elles pas une reponse de l'autres envers sont moi profond ( ou sa recherche ce qui est pareil )

Si tu prend l'individu à sa naissance, vide de toute information ou presque (on peut remonter à sa conception), dirais-tu que remplir ce vide aboutit à un questionnement utile et constructeur, ou à la complexification (utile ?) de l'équation de départ ?

L'information se suffit-elle à elle-même, ou doit-elle s'additionner à une autre pour "s'enrichir" ?

Qui juge qu'il y a enrichissement utile de l'information ?

J'ai abordé la décohérence (perte de substance) de l'information complexe par le regard non complexe posé sur elle. Ni a-t-il pas encohérence inutile à enrichir une information simple par un apport supplémentaire de contenu ?

Exemple : la télévision offre un contenu tri-dimensionnel (deux dimensions spatiales + une dimension temporelle), que nous encohérons en l'interprétant comme un contenu quadri-dimensionel. Ne faisons-nous pas pareil dans la communication "forumaire" ?

Quelles dimensions rajoutons-nous aux mots qui s'affichent dans ce forum. L'interprétation violente ne fait-elle pas parfois partie des encohérences que nous faisons à la lecture de certains posts ?

La violence subit doit donc être redirigée, elle rebondit jusqu'à revenir a nous mais qui la lancé au depart???? ;)

écrire est déjà une violence faite à l'autre, puisque l'on oblige celui qui vous lit à faire un effort de compréhension.

On est toujours dans la metamatiere là non :o:o:o

Peux-tu expliquer ce terme de métamatière ? Rien de violent dans cette demande :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant