Cyberdépendance aux jeux en réseau/Addiction aux jeux vidéo


Flovia Membre 3 074 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

La dépendance aux jeux vidéos ou en réseau ( MMORPG *) semble commencer à intéresser le corps médical et les médias. Il était temps!

Déjà accusés de favoriser une confusion entre monde virtuel et réalité, voire de développer des comportements violents chez les jeunes, ces jeux sont, depuis quelques mois, désignés en tant que source d'addiction, comme la drogue ou l'alcool.

A l'hôpital Marmottan de Paris, un service accueille des patients de 16 à 25 ans, accros aux jeux vidéo, et consentants pour s'y faire soigner. Qu'en est-il en province? Rien n'a été fait, ou presque. Une clinique des environs de Lyon, traitant les troubles du comportement alimentaires, les troubles affectifs, et les addictions, les admet. Il en existe sûrement d'autres. Mais seront-ils soignés efficacement?

Une question se pose: les psychiatres sont-ils formés pour faire face à cette nouvelle forme d'addiction? A l'évidence, renseignements pris , il n'en est rien: la plupart reconnaissent ne pas gérer le sujet. Trop neuf! Pas assez de recul. Manque d'information .Mais qu'attendent-il? Une déferlante ?

Quand un ado arrive à passer de 10 à 15 heures par jour à jouer, sur console ou en réseau, sans plus s'investir dans d'autres domaines tels l'affectif, la scolarité, ou encore le sport, il devient pourtant urgent de l'aider!

Ceux qui ont vécu le calvaire d'assister à la déchéance d'un être aimé savent de quoi il est question.

Voici un aperçu des différents troubles qui peuvent être observés, en dehors des prédispositions épileptiques:

-Vie affective, relationnelle (en dehors du jeu) et intellectuelle réduite à la portion congrue.

- Troubles physiques: amaigrissement ( pas de temps pour manger ), négligence du corps ( pas l'envie de se laver, pas le besoin de bouger ), perte du sommeil, perte de l'énergie.

- troubles psychologiques: hésitations à prendre une décision sans être conseillé ou rassuré à outrance, difficulté à exprimer un désaccord envers autrui, manque de confiance en soi, difficulté à faire quelque chose par soi-même, crainte immodérée de la solitude, anxiété, dégradation du caractère (volontairement désagréable), agressivité.

D'après le Dr Marc Valeur, de l'hôpital Marmottan, ces dépendants sont timides, dans beaucoup de cas, issus de familles conflictuelles, qui utilisent ces jeux pour s'extérioriser. Il trouve des points communs entre addiction aux jeux vidéo et addiction aux drogues: la recherche du plaisir, la quête des limites et l'isolement.

Le refuge dans le monde virtuel traduit un refus de l'acceptation du monde réel par manque d'adaptabilité, d'où la recherche d'une échappatoire .

Dans les jeux "on line", l'appartenance à une team renforce ce choix de refuge, parce que ce groupe forme un cercle d'initiés rassurant. Les bouffées émotionnelles et fantasmatiques qui jaillissent au sein d'une équipe servent de booster, avec une nécessité constante d'augmenter ses propres performances mais aussi de trouver un leader. Les psy prétendent que c'est l'image paternelle qui est ainsi remplacée. Acquérir la place de leader devient une obsession et une fois acquise, l'obsession devient de la garder. Le leader n'hésite pas à bannir les opportuns, pour protéger ses acquis.

Certaines règles sociales sont bafouées dans les jeux en réseau. En groupe, les joueurs peuvent voler des objets, tuer des adversaires, et saboter des teams.

Monter un personnage, lui octroyer expérience et objets, cela nécessite du temps chez un néophyte, mais certains joueurs expérimentés maîtrisent les méthodes pour le faire rapidement, et n'hésitent pas à le revendre à d'autres joueurs qui n'ont ni le temps ni la dextérité pour le faire eux-mêmes, tout en désirant accéder à un haut niveau de jeu. Ce commerce se pratique à des tarifs souvent élevés. Certains sont même sponsorisés tant ils attirent le public!

Le but ultime: réussir, être connu et reconnu... Devenir une star.

Pour cela, les joueurs doivent intégrer des guildes de plus en plus puissantes. Dans ces guildes là, le joueur doit être présent même quand il n'en a pas envie, par souci d'esprit de groupe.

Pas facile de décrocher, car la partie n'est jamais fine, à l'opposé des jeux vidéo de combats, programmés pour se terminer, et qui lassent au fil du temps.

En 2006, on comptait déjà un million de joueurs de MMORPG* en France. Et entre 5 et 10% d'accros aux jeux vidéos et online. Comment les aider?

Pour soigner ces addictions, à Marmottan, on propose un sevrage progressif, mais il n'y a que peu de place.

Ailleurs, en province, on propose l'hospitalisation, sans spécificité, dans un cadre où se côtoient, malades mentaux, personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer, drogués, alcooliques et suicidés. Comment persuader ces jeunes d'y rester un temps, quand ils sont mineurs? Comment les persuader d'y rentrer quand ils sont majeurs?

Comment réagiriez-vous si vous êtiez confrontés à un problème d'addiction semblable? L'intégration du système de contrôle parental dans les jeux online, vous paraît-elle suffisante?

* Massive Multiplayer Online Role Playing Game : Jeux de rôle en ligne massivement multijoueur ( tels World of warcraft, Dofus, etc...)

Modifié par Flovia

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Marie77 Membre 11 492 messages
Un certain regard..‚ 54ans
Posté(e)

Tu as raison de souligner un vrai problème jusque là complètement passé sous silence....Mon ado de fille (18 ans) a bousillé une grande partie de sa scolarité secondaire à cause des jeux et de World of warcraft !

Quand, à force de dialogue, elle a fini par admettre qu'elle s'était coupée en partie de la réalité, elle a arrêté d'elle même ce jeu au prix d'un gros effort! Depuis c'est mieux mais elle reste une grande fan de jeux divers...

Elle essaie de rattraper un retard important , ce qui n'est pas toujours évident! Je n'ai pas voulu de rapport de force dans ce moment délicat, mais les parents sont souvent désemparés et ils le sont d'autant plus que, dans la plupart des cas, c'est nous qui offrons le jeu pour faire plaisir!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Flovia Membre 3 074 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Tu as raison de souligner un vrai problème jusque là complètement passé sous silence....Mon ado de fille (18 ans) a bousillé une grande partie de sa scolarité secondaire à cause des jeux et de World of warcraft !

Quand, à force de dialogue, elle a fini par admettre qu'elle s'était coupée en partie de la réalité, elle a arrêté d'elle même ce jeu au prix d'un gros effort! Depuis c'est mieux mais elle reste une grande fan de jeux divers...

Elle essaie de rattraper un retard important , ce qui n'est pas toujours évident! Je n'ai pas voulu de rapport de force dans ce moment délicat, mais les parents sont souvent désemparés et ils le sont d'autant plus que, dans la plupart des cas, c'est nous qui offrons le jeu pour faire plaisir!

Vraiment contente que cela s'arrange pour elle!

Un de mes proches a vécu une expérience similaire.

Le bilan de 30 mois de cyberdépendance: amaigrissement extrême,importante défaillance musculaire, insomnies récurrentes, études abandonnées.

Fait plutôt troublant, sa planche de salut, il la doit à une partenaire de W.O.W., dans la même situation de traumatisme affectif. Le dialogue , la compréhension les ont sortis tous deux de cette spirale infernale...

Aujourd'hui, lui aussi refait surface, heureusement!

Quant à son avenir...?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Xaw Membre 20 messages
Forumeur balbutiant‚ 28ans
Posté(e)

C'est marrant que je tombe sur ce sujet.

J'ai été un énorme joueur de ce genre de jeux (WoW) pendant environ 3ans, un peu moins mais depuis sa toute première sortie.

Et c'est lundi dernier que j'ai décidé d'arrêter. J'ai mis un message d'aurevoir sur les forums des sites officiels (pathétique) et ai désinstallé le jeu de peur d'être attiré encore une fois.

C'est d'ailleurs suite à cet arrêt brutal que j'ai voulu me consacrer à autre chose donc dans ma vie réelle je refais plein de choses (sport, sorties...) et sur le net j'ai voulu m'inscrire sur un forum, c'est tombé ici sur ForumFr. ;)

Donc je le dis à ceux qui ont du mal à arrêter, d'après moi et selon leurs conditions de vie, leurs caractère de base et d'autres choses à prendre en compte le seul moyen d'arrêter (pour une personne jouant 15-20h par jour comme je l'étais) est de couper d'Un coup !

Un stop direct, net, immédiat, sans aucun retour, jamais !

Ce jeu ne me manque pour l'instant absolument pas et je regrette sans regretter d'y avoir tant joué. Disons que j'ai rencontré beaucoup de gens avec qui j'ai gardé contact après le jeu et que je rencontrerai surement un jour. Mais j'ai passé un trop long moment de ma vie dessus...

Au total si ça peut en dégoûter certains, j'ai dû jouer quelque chose comme 200 jours de ma vie. Cela ne signifie pas que 200 jours dans le jeu mais bel et bien 200 jours réels, soit 4800 Heures passées devant mon écran. Bon ya aussi eu 4800 heures de musiques je ne jouais jamais sans et grâce à ce petit échapatoir j'ai pu ne pas sombrer dans une profonde débilité, timidité, paranoia etc.

Je dis débilité car je n'exagère rien croyez moi je connais très très bien ce genre de jeu et ces addictions, les gens qui y jouent ont beau être très interessant et intelligents dans la vie réelle une fois sur le jeu tout les termes et façon de s'exprimer à la 'gamer' prennent le dessus et ça devient ridicule au possible.

En esperant que si vous étiez attiré par ces jeux là (World of Warcraft, Second Life, Dofus, Guild Wars, Warhammer bientot) je vous ai profondément dégouté et ai repoussé vos tentations. :o

A bientot sur les forums, qui sont largement plus proches de la vie réelle que les jeux vidéos.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
KrafT Membre 1 176 messages
Nec Retrogradior, Nec Devio, Sum !!!‚ 32ans
Posté(e)

J'ai bousillé un an de ma vie a cause d'un jeu et de son forum (pas un MMORPG à la WoW, plutot un jeu au style Dofus: au tour par tour)

C'est malheureux à dire... mais je pense que seul ceux qui ont une force de caractère peuvent s'en sortir d'eux même.

De la même façon que Xaw, j'ai décidé d'arreter d'un coup, après mettre fais renvoyé de l'IUT... (donc le mal était déjà fais). J'ai coupé les ponts et je suis partie...

L'immense avantage lorsqu'on coupe complétement les ponts dans ce genre de jeu, c'est que lorsqu'on revient, tout à tellement changer qu'on assez dégouté... et donc, même en cas de rechute... on ne perseverera pas...

Mais surtout, surtout, il faut trouver une autre activité: et une activité où il y a du social, ou il y a des gens vivant, des vrais et pas des pseudo derrière leur écran.

Les sorties, les clubs, le sport... tous ça permet de se changer les idées...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yanomami Membre 1 369 messages
Forumeur alchimiste‚ 50ans
Posté(e)

pourquoi pas plus de centres pour traiter ces addictions, peut-être que cela ferait diminuer les ventes des jeux vidéos qui est augmentent constament. C'est toujours pareil, une question de valeur, l'argent ou l'humain?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
KrafT Membre 1 176 messages
Nec Retrogradior, Nec Devio, Sum !!!‚ 32ans
Posté(e)

Car l'addiction au jeu est bien moindre que l'alcool, la clope ou la drogue...

Il y a des millions de personnes qui jouent souvent aux jeux vidéo sans que ça pause aucun problème.

Sur le nombre d'utilisateur régulier, quel est la part de ses addiction ?

5% et encore...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Flovia Membre 3 074 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Le problème, c'est que les psy, ne te prennent pas au sérieux quand tu leur déclares qu'il s'agit d'une maladie. Ils te regardent avec cette moue caractéristique qui signifie clairement: " vous allez un peu fort là!".

C'est l'ignorance dans laquelle ils sont tenus qui les incitent à réagir de cette façon, ou du moins, c'était encore le cas voici quelques mois. Et cela signifie: " Je ne connais pas le problème donc il n'y a pas de problème"!

Et plus le temps passe, plus la dépendance s'intensifie, au point de ne plus manger, ni dormir, ni s'entretenir!

A voir cette déchéance au quotidien, les parents souffrent aussi, je vous le garantie.

D'autant plus qu'aucun dialogue n'est possible, qu'aucune vérité ne franchit le cerveau obscurci des accros.

L'autoritarisme ( le mot, déjà, est dur à prononcer...) n'est d'aucune utilité ici. Ils sont belle et bien en état de manque, si privation il y a, à l'instar de n'importe quel héroînomane. Les réactions sont parfois violentes.

Peu de spécialistes l'on comprit. Espérons que les choses vont bouger!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guerrier-de-lombre Membre 1 message
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Bonjour

Je me présente en-tant que nouvelle victime et en belle voie de guerrison concernant cette invention démoniaque, voici mon histoire.

Il faut remonter à presque 2ans (fin 2007) , j'étais en école d'ingénieur (je le suis encore ^^) en 3e année et sportif de haut niveau.

Ce fut l'année pour se qualifier aux JO de Pékin, je venais de faire ma plus belle saison à cette époque et ma motivation inébranlable pour atteindre mon but.

Au debut de saison un de mes ami et partenaire d'entrainement m'a fait découvrir ce jeu, et j'ai été séduit d'une manière rétissante en raison de mon emploi du temps chargé, mais malgré tout je trouvais un peu de temps pour jouer "pour le fun" histoire de reparler avec mes amis et rien de plus.

Vous me direz probablement que rien ne laisse transparaître le profil d'un gamer, le chemin semble propice à une réussite.

Mais voila, le sport francais ayant depuis des dizaines d'années une mentalité de perdant car une selection en equipe nationale ou la reconnaissance se merite en grosse partie parce-qu'on plait et pas parce qu'on est bon sur le terrain. (ca ressemble au Foot ? Domenech pires guily trezeguet ?? Mais je ne suis pas footeux)

L'equipe nationale avait prévu de s'entrainer pendant 2 mois en afrique du sud (on se demande pourquoi aussi loin d'ailleurs ^^) pour éviter le climat hivernal ce qui part d'un tres bon esprit. Mais mysterieusement je ne faisais pas parti des invités (2e francais et 25e mondial), alors que mon entraîneur était en parti responsable de l'organisation. Ce dernier m'ayant prévenu qu'au dernier moment qu'il partait et me laissant seul à moisir parfois à -10°c.

Malgré l'énorme désavantage entre moi et les autres francais tant dans l'exposition de la blessure que dans la qualité de l'entraîenement je reste inflexible quant à mon désir de performance et je poursuis mon bonhomme de chemin.

Je recevais malgré tout des plans d'entraînement si intensifs qu'au bout de 2 mois je n'avais plus d'energie au point d'etre constamment essouflé meme pendant les heures de cours !!!! Mais le mental produit une énergie monstrueuse , je me demande encore comment j'ai pu supporter une telle charge de travail et SEUL !!!

ET en parallele à cela , je ne suis toujours pas le nolife que vous attendez.

Le debut de saison commence et de la meilleure des maniere car ma 1e rentrée se solde par un record régional et donc un record perso explosé sur une épreuve donc de quoi faire peur à la concurrence. (finalement ca paie)

Mais voila ce qui devait arriver arriva , la veille d'une compétition importante sur une derniere prise de sensation je me fais une dechirure musculaire malgré des echauffements récurrents et assidus (à -5°c !!!)

Et c'est le debut de la descente aux ENFER

Saison FOUTUE , REVES sportifs BRISES , Tant de travail Tant de temps et de sacrifices réduits à néant :smile2:

Mais pas scolaires me direz vous

A cette période je prévoyais de me marrier avec ma petite amie mais des soucis de santé (début de cancer de l'utérus) ont mis notre couple à rude épreuve mais étant un homme de principe et de coeur malgré le caracterielle sportif mauvais perdant que je suis j'ai décidé de tourner la page sportive et scolaire !!! J'ai sacrifié ma vie pour vivre mon aventure amoureuse pleinement , et sa guérrison fut un franc succes.

A ce titre il est théoriquement évident qu'un tel périple franchi renforce notre couple ET BIEN NON !!! Cela s'est terminé par un adultère répétitif.

Je me sentais vraiement perdu , désespéré et je n'avais ni de défi ne sens à ma vie ni de principe ou d'honneur. Je haissais la vie et c'est à ce moment précis que je me suis rendu accro à World Of warcraft. J'y passais mes journées au point meme de ne plus sortir de chez moi, repas décalées nuit écourtées bref LA TOTALE !!!

J'adhérais à un monde sans soucis, sans réel sens, mais je le considérai finalement comme un refuge

J'en ai perdu mon identité au point même de se poser la question "Qui suis-je ?"

Une fois l'esprit intégré dans ce monde, je faisais des rêves récurents sur le jeu !!!! Comme si ma conscience avais intégré ce jeu comme le MONDE REEL !!!!

En plus de l'utilisation du vocabulaire de gamer digne d'un QI de 50 , on constate en cela la panoplie totale d'un looser.

ET JE N'EXAGERE EN RIEN MES PROPOS Car je me base sur des faits, J'en RESTE A ce jour STUPEFAIT dans le mauvais sens du terme , C'est HALLUCIANANT.

Et ce manège a duré pendant 6 mois !!!! Résultat des opérations échec sportif mais total, études baffouées (redoublement évident) coeur brisé

certains se retranchenet derriere la cigarette , d'autres l'alcool , moi en l'occurence j'ai sombré dans ce fléau moderne et pourtant je n'y aurai jamais cru si on m'en parlait quelques années auparavant. Comme quoi tout le monde peut FLANCHER !!!!

Pour m'en défaire j'y ai mis à peu près 6 mois supplémentaires quand j'ai réalisé ce que je suis devenu. J'avais Heureusement encore la lucidité de prendre du recul et en fin de compte accepté de me regarder dans une glace.

Ce n'est qu'un JEU, Ca n'apporte rien , La vie est dehors et non sur un écran.

Par la suite j'ai fait la connaissance d'une ancienne sportive SUR LE JEU et ce fut l'élement déclencheur que j'attendais pour avoir la volonté de désinstaller le jeu et enfin me consacrer pleinement à la vie.

Entre temps j'ai rencontré un Ancien Champion (Chritian Plaziat) et m'a souvent répéter de "ne Jamais se tromper de combat", "La seule différence entre toi et ton adversaire c'est la peur","tous les schémas doivent être clairs". Mon vécu de sportif et ces dictons m'ont quand même bien aidé à décrocher de cette saloperie

Mes temps de jeu se sont alors réduits, je me suis trouvé de nouveaux challenges et la prise de conscience d'une carriere professionnelle à aboutir et assouvir pour enfin fonder une famille.

La vie est faite de défis de choix et de concessions, un simple Oui ou Non peut changer la donne. Et pour les joueurs qui ne parviennent pas à se défaire de ce jeu, persuadez vous que vous en êtes capable car le meilleur psychologue c'est votre conscience ne l'oubliez pas.

L'entourage ne vous donnera que des clefs pour y parvenir et le pas sera deja franchi si vous allez vers des gens proches.

Au final j'estime les dégats à une année de perdue et qu'une seule car j'ai le chance d'avoir encore la vie devant moi avec la santé et finalement de beaux reste en sport puisque je ne suis toujours pas mort XD.

Apres cette terrible épreuve je vibrerai souvent le jour ou mon esprit a bel et bien décroché ce jeu et j'en apprécie d'autant plus la vie, l'air pur le dialogue et les amis.

J'espere que ca en aidera plus d'un mais n'oubliez pas qu'il n'existe pas de formules unique pour y parvenir. Trouvez un equilibre de vie et vous dompterez l'addiction.

a+++

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
White.widow Membre 205 messages
Forumeur activiste‚ 27ans
Posté(e)
pourquoi pas plus de centres pour traiter ces addictions, peut-être que cela ferait diminuer les ventes des jeux vidéos qui est augmentent constament. C'est toujours pareil, une question de valeur, l'argent ou l'humain?

+1

C"est un point de vue, peut être aussi parce qu'ils n'ont pas le recul nécéssaire, ça m'étonnerai, vu le nombre d'accro...

Bonjour

Je me présente en-tant que nouvelle victime et en belle voie de guerrison concernant cette invention démoniaque, voici mon histoire.

Il faut remonter à presque 2ans (fin 2007) , j'étais en école d'ingénieur (je le suis encore ^^) en 3e année et sportif de haut niveau.

Ce fut l'année pour se qualifier aux JO de Pékin, je venais de faire ma plus belle saison à cette époque et ma motivation inébranlable pour atteindre mon but.

Au debut de saison un de mes ami et partenaire d'entrainement m'a fait découvrir ce jeu, et j'ai été séduit d'une manière rétissante en raison de mon emploi du temps chargé, mais malgré tout je trouvais un peu de temps pour jouer "pour le fun" histoire de reparler avec mes amis et rien de plus.

Vous me direz probablement que rien ne laisse transparaître le profil d'un gamer, le chemin semble propice à une réussite.

Mais voila, le sport francais ayant depuis des dizaines d'années une mentalité de perdant car une selection en equipe nationale ou la reconnaissance se merite en grosse partie parce-qu'on plait et pas parce qu'on est bon sur le terrain. (ca ressemble au Foot ? Domenech pires guily trezeguet ?? Mais je ne suis pas footeux)

L'equipe nationale avait prévu de s'entrainer pendant 2 mois en afrique du sud (on se demande pourquoi aussi loin d'ailleurs ^^) pour éviter le climat hivernal ce qui part d'un tres bon esprit. Mais mysterieusement je ne faisais pas parti des invités (2e francais et 25e mondial), alors que mon entraîneur était en parti responsable de l'organisation. Ce dernier m'ayant prévenu qu'au dernier moment qu'il partait et me laissant seul à moisir parfois à -10°c.

Malgré l'énorme désavantage entre moi et les autres francais tant dans l'exposition de la blessure que dans la qualité de l'entraîenement je reste inflexible quant à mon désir de performance et je poursuis mon bonhomme de chemin.

Je recevais malgré tout des plans d'entraînement si intensifs qu'au bout de 2 mois je n'avais plus d'energie au point d'etre constamment essouflé meme pendant les heures de cours !!!! Mais le mental produit une énergie monstrueuse , je me demande encore comment j'ai pu supporter une telle charge de travail et SEUL !!!

ET en parallele à cela , je ne suis toujours pas le nolife que vous attendez.

Le debut de saison commence et de la meilleure des maniere car ma 1e rentrée se solde par un record régional et donc un record perso explosé sur une épreuve donc de quoi faire peur à la concurrence. (finalement ca paie)

Mais voila ce qui devait arriver arriva , la veille d'une compétition importante sur une derniere prise de sensation je me fais une dechirure musculaire malgré des echauffements récurrents et assidus (à -5°c !!!)

Et c'est le debut de la descente aux ENFER

Saison FOUTUE , REVES sportifs BRISES , Tant de travail Tant de temps et de sacrifices réduits à néant :smile2:

Mais pas scolaires me direz vous

A cette période je prévoyais de me marrier avec ma petite amie mais des soucis de santé (début de cancer de l'utérus) ont mis notre couple à rude épreuve mais étant un homme de principe et de coeur malgré le caracterielle sportif mauvais perdant que je suis j'ai décidé de tourner la page sportive et scolaire !!! J'ai sacrifié ma vie pour vivre mon aventure amoureuse pleinement , et sa guérrison fut un franc succes.

A ce titre il est théoriquement évident qu'un tel périple franchi renforce notre couple ET BIEN NON !!! Cela s'est terminé par un adultère répétitif.

Je me sentais vraiement perdu , désespéré et je n'avais ni de défi ne sens à ma vie ni de principe ou d'honneur. Je haissais la vie et c'est à ce moment précis que je me suis rendu accro à World Of warcraft. J'y passais mes journées au point meme de ne plus sortir de chez moi, repas décalées nuit écourtées bref LA TOTALE !!!

J'adhérais à un monde sans soucis, sans réel sens, mais je le considérai finalement comme un refuge

J'en ai perdu mon identité au point même de se poser la question "Qui suis-je ?"

Une fois l'esprit intégré dans ce monde, je faisais des rêves récurents sur le jeu !!!! Comme si ma conscience avais intégré ce jeu comme le MONDE REEL !!!!

En plus de l'utilisation du vocabulaire de gamer digne d'un QI de 50 , on constate en cela la panoplie totale d'un looser.

ET JE N'EXAGERE EN RIEN MES PROPOS Car je me base sur des faits, J'en RESTE A ce jour STUPEFAIT dans le mauvais sens du terme , C'est HALLUCIANANT.

Et ce manège a duré pendant 6 mois !!!! Résultat des opérations échec sportif mais total, études baffouées (redoublement évident) coeur brisé

certains se retranchenet derriere la cigarette , d'autres l'alcool , moi en l'occurence j'ai sombré dans ce fléau moderne et pourtant je n'y aurai jamais cru si on m'en parlait quelques années auparavant. Comme quoi tout le monde peut FLANCHER !!!!

Pour m'en défaire j'y ai mis à peu près 6 mois supplémentaires quand j'ai réalisé ce que je suis devenu. J'avais Heureusement encore la lucidité de prendre du recul et en fin de compte accepté de me regarder dans une glace.

Ce n'est qu'un JEU, Ca n'apporte rien , La vie est dehors et non sur un écran.

Par la suite j'ai fait la connaissance d'une ancienne sportive SUR LE JEU et ce fut l'élement déclencheur que j'attendais pour avoir la volonté de désinstaller le jeu et enfin me consacrer pleinement à la vie.

Entre temps j'ai rencontré un Ancien Champion (Chritian Plaziat) et m'a souvent répéter de "ne Jamais se tromper de combat", "La seule différence entre toi et ton adversaire c'est la peur","tous les schémas doivent être clairs". Mon vécu de sportif et ces dictons m'ont quand même bien aidé à décrocher de cette saloperie

Mes temps de jeu se sont alors réduits, je me suis trouvé de nouveaux challenges et la prise de conscience d'une carriere professionnelle à aboutir et assouvir pour enfin fonder une famille.

La vie est faite de défis de choix et de concessions, un simple Oui ou Non peut changer la donne. Et pour les joueurs qui ne parviennent pas à se défaire de ce jeu, persuadez vous que vous en êtes capable car le meilleur psychologue c'est votre conscience ne l'oubliez pas.

L'entourage ne vous donnera que des clefs pour y parvenir et le pas sera deja franchi si vous allez vers des gens proches.

Au final j'estime les dégats à une année de perdue et qu'une seule car j'ai le chance d'avoir encore la vie devant moi avec la santé et finalement de beaux reste en sport puisque je ne suis toujours pas mort XD.

Apres cette terrible épreuve je vibrerai souvent le jour ou mon esprit a bel et bien décroché ce jeu et j'en apprécie d'autant plus la vie, l'air pur le dialogue et les amis.

J'espere que ca en aidera plus d'un mais n'oubliez pas qu'il n'existe pas de formules unique pour y parvenir. Trouvez un equilibre de vie et vous dompterez l'addiction.

a+++

Merci, ton histoire m'a été très constructive, bonne continuation !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valou95 Invité 1 message
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Bonjour,

Je suis maman d'un garçon de 13 ans qui est accro à un jeu de guerre très à la mode (sur PS3).

Ses résultats scolaires sont en chute, son comportement à la maison comme à l'école est négatif voire agressif (il risque l'exclusion pendant quelques jours)...

Je suis quelqu'un qui aime discuter et depuis petit je lui ai toujours expliqué les choses mais il n'y a plus vraiment de dialogue possible, je le "soule" quand je veux lui parler.

Le fait de lui enlever le jeu ou les manettes le rend encore plus en colère.

J'ai lu des témoignages de jeunes adultes qui ont décroché, ayant finalement pris conscience du mal qu'ils se faisaient mais un enfant de 13 ans peut-il prendre conscience par lui même ? Il était bon en foot et au ping-pong, il a arrêté le ping pong l'an dernier et n'est plus très motivé d'aller aux entrainements de foot.

Je ne vois plus de copains passer à la maison, .. Nous habitons une petite commune dans laquelle il se promenait avec ses copains, il allait au stade... Il ne sort plus.

Je souffre parce que je le vois malheureux... mais je ne sais vraiment pas quoi faire...

Si un autre parent vit cela, merci de me répondre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jaxx Membre 1 131 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Il est tellement plus facile et réconfortant de se réfugier dans des jeux tels que WoW à la progression linéaire quand on est en perte de vitesse dans la "vraie" vie que beaucoup de personnes (moi y compris) se font avoir. Je ne suis pas forcément d'accord avec l'avis d'il y a quelques posts, certains gamers sont d'être des lobotomisés qui tapent sur deux touches en bavant... Ce jeu induit AUSSI des rencontres (virtuelles, mais toujours plus prolifiques que la solitude...), l'entraide, et le ratio temps/avancement est proportionnel... Il n'y a pas de barrière, de langues, d'argent, de racisme... Un jugement trop réducteur est inexact.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
casdenor Membre 11 203 messages
Bubon baveux de Belzébuth‚ 29ans
Posté(e)

Les jeux ne sont pas la cause de l'addiction, ils ne sont qu'un moyen, comme on peut être addict aux casinos (allez demander à Johnny pourquoi il a demandé à être interdit de casino en France), à l'alcool, ou à n'importe quoi.

Ce qui est une bonne chose, c'est sans doute de commencer à considérer que les jeux vidéos n'échappent pas à la règle.

Ce qui est une mauvaise chose, c'est que les gens finissent par croire que les jeux vidéos sont responsables. Un peu comme accuser l'alcool du fait qu'il y ait des alcooliques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant