expression

yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Les anglaises ont toujours été maîtresses dans l'art du tissage mais les travaux des champs étaient boudés par ces belles damoiselles précieuses.

Les rustres fermiers roux, eux, ne rechignaient pas à la tâche mais leur vulgarité ne le permettait pas d'avoir l'occasion de courtiser ces princesses tisserandes surtout que les nobles mâles les tenaient aussi à l'écart.

Seulement, le tissage nécessite de la laine, matière première que les rustauds savaient travailler. Dès qu'une commande arrivaient, ils s'empressaient de filer la laine et le plus rapide, qui avait l'honneur de livrer le fil, pouvait quelques instants côtoyer les belles. Le plus rapide avait le plus de chance. Donc, pour les commandes exécutées avec rapidité, on employa le terme "filer à l'anglaise".

Par contre, les autres commandes...

"Tirer le diable par la queue"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Ame errante Membre 11 839 messages
La main qui mord‚ 36ans
Posté(e)

Lorsqu'ils étaient enfants, ce qui remonte à quelques temps déjà, Dieu et Satan avaient pour habitude de jouer ensemble pendant que leurs parents respectifs - qui étaient de grands amis - buvaient le breuvage dominical.

En effet, tout ce petit monde se retrouvait chaque dimanche (ce qui explique au passage pourquoi ce jour est devenu Saint, puis férié) afin de pouvoir apprécier ce moment de convivialité.

Les deux bambins jouant, Dieu n'avait de cesse que de tirer la queue de Satan. Et cette coutume entre les deux êtres dura des décénies, si bien qu'en traversant les siècles le premier ne manquait jamais une occasion de taquiner son ami, en lui tirant encore et encore la queue.

Mais un jour, sûrement à cause d'un manque flagrant de sommeil, le sang du Diable ne fit qu'un tour et il tira violement la barbe du Seigneur.

Ce qui explique l'origine de leur conflit...

En signe de vengeance, Dieu indiqua - secret jusqu'à nos jours jamais divulgué - un onzième commandement.

Voici l'écrit tel qu'il était à son origine:

(I) Je suis l'éternel (YHWH), ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'égypte, de la maison de servitude.

(II) Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face.

Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre.

Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car moi, l'éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent.

et qui fais miséricorde jusqu'en mille générations à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements.

(III) Tu ne prendras point le nom de l'éternel, ton Dieu, en vain; car l'éternel ne laissera point impuni celui qui prendra son nom en vain.

(IV) Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier.

Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage.

Mais le septième jour est le jour du repos de l'éternel, ton Dieu: tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l'étranger qui est dans tes portes.

Car en six jours l'éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s'est reposé le septième jour: C'est pourquoi l'éternel a béni le jour du repos et l'a sanctifié.

(V) Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l'éternel, ton Dieu, te donne.

(VI) Tu ne commettras point d'assassinat.

(VII) Tu ne commettras point d'adultère.

(VIII) Tu ne déroberas point.

(IX) Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain.

(X) Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son boeuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain

(XI) Tu tireras la queue du Diable si d'aventure tu croises son chemin.

"Avoir les yeux plus gros que le ventre"

Modifié par Ame errante

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

Il existait autrefois une tribu en Mozambique septentrionale, composée d'êtres dont la particularité physique était la proéminence absolument énorme de leur ventre (en dépit d'une nourriture saine à base de plantes). Lorsque la civilisation (? :o ) les découvrit, les colons furent supéfaits et ébahis de cette particularité et ouvraient donc des yeux immenses ! La tribu, juste avant de disparaître de la surface du globe, eut le temps de populariser l'expression "ils ont les yeux plus grands que le ventre". Pour se venger de leur massacre, ils indiquèrent aux futurs découvreurs de l'Amérique la recette du hamburger frites, afin que les gros-ventres se perpétuent...

"faire le pied de grue"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

La grue est un oiseau sacré en Alsace depuis des siècles. Des fêtes étaient organisées en leur honneur. Chaque famille qui y participait devait amener une grue parée de mille feux. Coiffer et orner les bestiaux était chose aisée mais la victoire de ce concours de beauté se gagnait au détail, notamment au niveau des pieds. De soigneuses et longues pédicures sur leur serres étaient la clé du succés !!

Pendant qu'on s'occupait d'elle, un pied à la fois à cause des différentes couches de vernis, la grue tenait en équilibre précaire sur une patte avec un air cloche. Ainsi, naquit "faire le pied de grue".

"Manger les pissenlits par la racine !"

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

On l'ignore, mais le pissenlit a des vertus thérapeutiques très variées ; pour cela il faut cependant utiliser uniquement la fleur et la tige, les racines étant très toxiques. Dans l'Antiquité, on en faisait des tisanes et décoctions pour les malades. Parfois le patient mourait, et l'on disait alors qu'il avait certainement mangé les pissenlits par la racine.

"de but en blanc"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bbcasual Membre+ 24 351 messages
non, rien....‚ 40ans
Posté(e)

Ca remonte aux origines du football, il s'appelait pas comme ça à cette époque d'ailleurs... L'origine exacte tient son ortographe originelle, Deux buts en blanc. A l'époque, cela s'apparentait plus à du football gaëlique, le but étant souvent de faire tomber et rouler dans la boue son adversaire.... La pire humiliation que l'on pouvait subir était de prendre deux buts par un joueur en blanc.... Ce qui était une tactique vraiment osée et dangeureuse mais ô combien directe....

"Comme un éléphant dans un magasin de porcelaine"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Un éléphant était le terme pour désigner le patron dans les milieux faïenciers du 18eme siècle.

En général fainéants, les ouvriers avaient l'habitude de glander et de se prévenir par ce terme codé de l'arrivée de leur supérieur.

Mais un jour, un patron célèbre surpris la manoeuvre.

Depuis, lorsque quelqu'un découvre une supercherie à son encontre, il est "comme un éléphant..."

"Il y avoir anguille sous roche "

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

Cette expression, liée à la méfiance, a été popularisée par le machiavélisme (inconnu du grand public) du jeune Arthur. Il voulait être celui qui retirerait l'épée du rocher et pour cela, avait placé des anguilles sous les pierres ; les concurrents, en voulant retirer l'épée, mettaient la main dessus malencontreusement, hurlaient et partaient en courant !

"pédaler dans la semoule"

Modifié par Chapacha

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Plimsoll Membre 4 671 messages
Terrien d'eau douce‚ 32ans
Posté(e)

Cette expression a une origine plutot cocasse puisqu'elle fut initiée en 1932 lorsque la grande usine de semoule de Garbit fut detruite par un seisme. Sa production fut alors disseminée aux alentours rendant très difficile la circulation des cyclistes.

"on pédale dans la semoule" s'écriaient ils !

"Ne pas avoir inventer la poudre"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
"Ne pas avoir inventé la poudre"

Tout le monde sais que la prise de cocaïne provoque un état d'euphorie et de surestime de soi. Les milieux artistiques du 18eme siècles consacraient des orgies de drogues où chacun, totalement défoncé, faissit le concours de la plus grosse tête, des chevilles les plus enflées, emportés par leur élan cocaïnique de mégalomanie. La preuve ultime de la supériorité aurait été d'avoir inventé la coke (la poudre) et chacun s'en vantait, en dédouanant l'autre de cette paternité d'un virulent : " Peuh ! C'et pas toi qui a inventé la poudre : c'est Moi !!"

Au petit matin, après la descente, tout le monde se réveillait groggy, dépité et conscient de sa nullité et de son imbécilité. Lucide et à jeun, se rendant compte de la spirale infernale de la prise de drogue dans laquelle ils étaient tombés, ils en concluaient qu'aucun d'eux n'avait inventé la poudre.

"Prendre le taureau par les cornes"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ame errante Membre 11 839 messages
La main qui mord‚ 36ans
Posté(e)
"Prendre le taureau par les cornes"

Le dicton le dit si bien, toute personne étant victime d'infidélité est supposée avoir des cornes.

Cette expression tient son origine du temps où les les femmes avaient pour devoir de satisfaire le roi au moins une fois dans leur vie, sachant toutefois que leur nom apparaîtrait sur la liste royale officielle et publique.

Tous les maris pouvaient, en la consultant, donc savoir si ils avaient été fait cocu.

Le roi, en bon souverain moqueur, donna pour surnom à ces malheureux "les taureaux", du fait de leurs cornes imaginaires

Mais revenons à la fameuse liste: les femmes, sâchant pertinement que leur mari se tiendrait au courant de la nouvelle, préféraient annoncer le malheureux évènement directement au supposé, afin d'éviter à ceux-ci de tomber de haut... en public.

Force est de constater que, lors de réunions de ces "femmes infidèles forcées", une expression revenait souvent: il était coutume de dire, cherchant par la même quelques bons conseils, "il va faloir que je prenne mon teaureau par les cornes et lui annoncer la nouvelle les yeux dans les yeux".

Ceci démontrant un acte de courage en soi, l'expression "prendre le taureau par les cornes" a traversé les siècles pour désigner un acte, une tâche difficile à réaliser mais pour laquelle on s'emploie.

"Faire vinaigre"

Modifié par Ame errante

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

:o Je ne la connaissais pas celle-là !

Après quelques recherches, je peux vous dire son origine : un seigneur du Moyen-Age dont la femme était sur le point d'accoucher était fort pressé de repartir à la guerre. La dame l'obligea, car elle avait un caractère bien trempé, à rester avec elle en ce moment unique et fort douloureux (pour elle :o). Le seigneur n'eut de cesse que l'enfant naisse rapidement tant il était pressé. Aussi ne cessa-t-il de répéter pendant l'accouchement, à sa femme : "fais vie !", à l'enfant : "naîs !", le tout ponctué de "grrr" impatients et rageurs. Ce qui donnait une litanie de "fais vie naîs grrr"...

"Avoir une dent contre quelqu'un"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Les gladiateurs avaient la vie dure. Dans l'arène, lors des jeux du cirques, les combats s'enchaînaient et les meilleurs belligérants se battaient pendant des heures. Au cours des bagarres, il arrivait que des dents tombent suite à un coup de point ou de lance. Les gladiateurs les plus aguerris étaient donc ceux qui avaient le moins de dents.

Après une journée de combat, le vaillant était aussi épuisé qu'il avait perdu de dents. En général, à ce niveau d'épuisement, il se faisait laminer par son adversaire. N'arriver avec plus qu'une dent face à un opposant était le signe de la fin.

"aller de Charybde en Scylla "

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

En de lointains temps troublés, le roi de Théraminès (antique cité disparue) accaparait les plus belles filles du royaume en son château. Il ne resta bientôt plus que deux laiderons dans tout le pays, Charybde la moins laide et Scylla la pire. Les hommes n'eurent d'autre choix pour assouvir leurs instincts naturels que de coucher avec Charybde (moindre mal) puis avec Scylla quand Charybde mourut d'épuisement. Après être allé de Charybde en Scylla, les choses allèrent de mal en pis car la reproduction n'était plus assurée et ce peuple s'éteignit...

"Ronger son frein"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Les rats rongent tout ce qui passe à leur portée, c'est bien connu ! Les freins des premières voitures étaient particulièrement appétissants et à paris, les rats pullulaient. Il arrivait qu'au petit matin, un conducteur malchanceux se rende compte en pleine descente que ses freins avaient été rongés. C'était aussi -et de là vient l'expression- un moyen d'attentat et d'assassinat très en vogue car ne permettant aucun recoupement.

Ronger son frein, par extension, est devenu synonyme de préméditation de meurtre !

" En voir de toutes les couleurs "

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Elle date de l'époque ou les licornes vivaient encore sur Terre, celles ci avait l'habitude de se nourrir avec de l'herbe fraiche connu pour ses vertus arcencielogéne, durant la digestion les licornes trouvaient qu'elle voyait la vie en couleur ce qui leur faisait tres tres plaisir.

" Un tien vaut mieux que deux tu l'auras"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Destiny-Hope Membre 16 791 messages
Forumeur alchimiste‚ 25ans
Posté(e)

déterrage de topiiiiiiiiiiiic

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

;) kassine, je l'aimais bien celui-là !

C'est l'histoire de deux soeurs, Laura et Eugénie, qui vivaient dans un petit village de l'ouest de la France. Toujours en train de se disputer, de se chamailler, le village se régalait d'assister à leurs querelles enflammées. Le ton montait chaque jour entre elles, en même temps que la haine.

Un jour, devant les badauds alléchés, elles se prirent de bec avec encore plus de violence qu'à l'accoutumée et allèrent même jusqu'aux coups, ce qui était sans précédent. Les partisans d'Eugénie hurlèrent : "tiens !!" lorsqu' Eugénie gifla Laura. Mais Laura prit le dessus, et ses supporters enflammés se mirent à crier à Eugénie : "tue Laura, tue Laura!! ".

Ce qu'elle fit.

La foule mortifiée et honteuse comprit alors qu'un "tiens" vaut mieux que deux "tue Laura"...

"Avoir les deux pieds dans le même sabot"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Destiny-Hope Membre 16 791 messages
Forumeur alchimiste‚ 25ans
Posté(e)

au 19eme siecle,les paysans ne savaient pas compter.Un jour un pere décida d'acheter des sabots à ses enfants,il en avait 7.il acheta donc 7 sabots.

les enfants n'eurent donc qu'un sabot chacun et avaient les deux pieds dans le même sabot.

manger sur le pouce

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ame errante Membre 11 839 messages
La main qui mord‚ 36ans
Posté(e)

Cela vient en fait des danseurs de Hip Hop, qui sont souvent amenés à faire des galipettes, à tourner comme une toupie ou encore se tenir verticalement, le tout sur un bras.

Tout cela demande une force considérable, ainsi qu'une musculature des doigts sans faille.

Et étant donné que les danseurs sont contraints de vivre en permanence en faisant le poirier pour ne pas perdre l'habitude, et que le pouce est le point de stabilité de cet équilibre "à l'envers", il leur est est recommandé de manger en se tenant non pas sur la paume de la main, mais sur un seul pouce afin de pouvoir stabiliser l'assiette avec les autres doigts, l'autre main servant à tenir le couvert.

Cette méthode, approuvée par Jean-Claude Vandamme (bien qu'il n'ai jamais réussi à tenir sur un pouce, c'est juste pour se faire de la pub), fait des émules dans le monde entier.... et chez les urgentistes aussi.

"pousser mémé dans les orties"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant