Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'économie'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

216 résultats trouvés

  1. Invité

    Que vaut Paris ?

    Que vaut Paris ? S'il fallait acheter la capitale, il faudrait réunir plus de 700 milliards d'euros d'après des calculs de spécialistes, présentés dans l'ouvrage "Que vaut Paris ?" Une paille ! Si Paris était à vendre, l'acquéreur devrait au minimum débourser 706,885 milliards d'euros. Ce prix est estimé par l'historien Patrice de Moncan et Gilles Ricour de Bourgies, le président de la Chambre Paris-Ile de France de la FNAIM, dans leur ouvrage intitulé Que vaut Paris? (Éditions du Mécène). Un prix qui n'inclut pas les monuments historiques comme la Tour Eiffel, précise La Tribune . Pour évaluer la valeur de la capitale, les deux auteurs se sont appuyés sur les statistiques de la FNAIM. Ils ont ainsi recensé 1,3 million de logements dont il ont fixé le prix en fonction de la taille (1 à 5 pièces ou plus). Pour ces seules habitations, Paris vaudrait donc déjà 525,147 milliards d'euros. S'ajoute l'immobilier de bureau. D'après BNP Paribas Real Estate Research, dont les chiffres ont servi de base aux auteurs, la capitale compte 16,818 millions de mètres carrés de bureau dont la valeur atteindrait 142 milliards d'euros. Ils ont enfin pris en compte les murs, et non les fonds de commerce, des 84.000 boutiques répertoriées par l'Atelier parisien d'urbanisme (APUR). Le montant atteint 39,638 milliards d'euros. Tout l'article.
  2. Pourquoi l’Algérie n’a jamais décollé En visite à Alger, François Hollande tente d’améliorer les relations commerciales avec un pays dont l’économie peine à croitre malgré la rente pétrolière. François Hollande et le président algérien Abdelaziz Bouteflika, à Alger, en juillet 2006. (FAYEZ NURELDINE / AFP) C’est la nouvelle star à Alger. Dans le showroom de Renault, à El Biar, les familles se pressent autour de la nouvelle Clio 4 rouge, s’installent au volant, scrutent le coffre et commentent, d’un air admiratif. Même attroupement dans le centre commercial de Bab Ezzouar, où la citadine est exposée, devant un panneau publicitaire d’une dizaine de mètres de haut. "Pour les Algériens, l’automobile, c’est la liberté et la distraction", souligne Fouad, un des clients. "Notre marché explose: il a décuplé en dix ans pour atteindre 500.000 véhicules cette année, se félicite Réda Hamiani, le patron des patrons algériens. Et les marques françaises dominent le marché." Au premier semestre, Renault, le numéro un, a augmenté ses ventes de 59 %, alors que Peugeot, en seconde position, a vu les siennes s’envoler de 96 %! C’est qu’en Algérie, l’Etat joue les Père Noël en distribuant en masse du pouvoir d’achat grâce à ses revenus pétroliers : il a augmenté les salaires des policiers et des enseignants de 50 %, avec effet rétroactif sur trois ans ! Améliorer des relations compliquées A Alger, l’autre star, c’est François Hollande, dont la visite, les 19 et 20 décembre, est très attendue. Un voyage politique visant d’abord à améliorer des relations compliquées. Mais le président français veut aussi débloquer des dossiers industriels difficiles: Renault va annoncer la création d’une usine, alors que Sanofi devrait lancer un site de production de génériques et Total nouer un partenariat dans le gaz avec le géant pétrolier public Sonatrach. "Même si la France est le premier fournisseur de l’Algérie, les échanges commerciaux, de l’ordre de 10 milliards d’euros, restent encore faibles par rapport à l’immense potentiel du pays", relève l’économiste Abderrahmane Mebtoul. La trentaine de grands patrons (Orange, Lafarge, Alstom…) qui accompagnent Hollande est là pour profiter du big bang algérien. Car Abdelaziz Bouteflika, le président algérien, a lancé un programme titanesque de grands travaux: 2,1 millions de logements, 4 500 kilomètres de routes, 2 200 kilomètres de voies ferrées, 17 barrages, 1.100 établissements scolaires, 300 hôpitaux… Soit 286 milliards de dollars dépensés entre 2010 et 2013. Avec, en prime, la construction de la plus haute mosquée du monde –un minaret de 270 mètres– dans les faubourgs d’Alger, où l’on aperçoit les centrales à béton bleues de la société chinoise, qui a remporté ce marché de 1 milliard d’euros. Lire la suite (Challenges).
  3. L'armée américaine veut "réinventer l'informatique" Jeudi 12 Août - 22:28 Oak Ridge National Laboratory Media Dept. Le Jaguar, conçu par Cray Inc., est l'ordinateur le plus puissant existant. Créer un ordinateur 100 à 1 000 fois plus efficace que ceux que nous connaissons aujourd'hui : c'est l'objectif que s'est fixée la Darpa (Defense Advanced Research Projects Agency), le laboratoire technologique de l'armée américaine. Suite de l'article... Source: lemonde.fr
  4. Invité

    La France invisible des serviteurs

    La France invisible des serviteurs Mai 2017 - Ndr : Toutes ressemblances avec votre vécu ne seraient que "fortuites" La transformation de la France en une société de services a redistribué les rôles sociaux entre ceux dont le travail se fait dans la lumière et une classe de serviteurs, dont le travail est invisible. Le point de vue de Denis Maillard. Extrait de Slate.fr. Sommes-nous en train de vivre un affrontement entre la France du back office contre celle du front office, observées par celle du… post office c’est-à-dire les retraités ? Le clivage fondé sur l’expérience vécue du travail est en effet primordial pour comprendre comment se structure la vision qu’ont les citoyens de leur place dans la société, leurs aspirations sociales et, partant, le choix du candidat qui les représentera le mieux. Cette distinction, davantage fondée sur les représentations du travail que sur des données, complète les oppositions en termes d’inclusion ou d’exclusion, de niveau de diplôme, d’intégration à la mondialisation, de dispersion géographique ou de sédentarisation. Elle renouvelle l’analyse en termes de classes sociales en réinstallant le travail au centre de la compréhension politique... Lire la suite de l'article Denis Millard est directeur des relations institutionnelles de Technologia, cabinet spécialisé dans les risques professionnels, et à ce titre spécialiste des questions sociales et des mutations du travail.
  5. Invité

    La finance, facteur d’inégalités

    La finance, facteur d’inégalités par Olivier Godechot sur la viedesidees.fr, avril 2011 Cette étude montre que, contrairement aux idées reçues, les PDG et des superstars du sport ou du divertissement ne sont pas les premiers responsables de l’accroissement des inégalités. C’est l’évolution des rémunérations des cadres de la finance qui a en fait le plus contribué à ce phénomène. En France, au cours de la dernière décennie, comme dans de nombreux pays développés, on a diminué le taux d’imposition pour les revenus les plus élevés, en raison de considérations sur les effets positifs de ces élites sur l’activité globale... Lire l'article
  6. J'ouvre ce sujet, car j'en ai plus qu'assez de croiser des caricatures idiotes, et attaques ad-hominem d'imbéciles-malheureux. Qui ont pour conséquences de détruire et de pourrir l'examen rationnel et sérieux d'un sujet extrêmement grave : la critique économique des politiques de rigueur. Je commence par poser les choses clairement. Assertion Critiquer ces politiques de rigueur n'a rien d'une position de gauche. Preuve Tous les économistes, de tous bords, dénoncent aujourd'hui la tenue de ces politiques. Et je source cette affirmation : Le FMI, l'OCDE, Bill Emmott (ancien rédacteur en chef de The Economist) Conclusion Aujourd'hui, et contrairement à hier, les illusionnés gavés de propagandes, hermétiques aux arguments économiques, aveuglé par leur idéologie, leur "fougue" et leur "passion"... ce sont les militants qui défendent les candidats qui prônent la rigueur. À commencer par Fillon et Macron… Mais dans la grande continuation de la tendance Sarkosy et Hollande… Continuité Hollandesque symbolisée par le fait que la plupart des hommes politiques ayant soutenue et mis en place cette rigueur rejoignent Macron… au passage, qui en doute encore ? Hypothèse La peur, le désespoir et la résignation face à la situation économique a entrainé ces gens dans un comportement masochiste. ( Car le désespoir des gens bien entraine le masochisme, et non le sadisme. ) Ne croyant plus dans le moindre avenir positif possible, ils n'écoutent plus et ne croient plus que les démagogues de droite, leur vendant leur propre misère, leur propre asservissement, leur propre contrainte … et amènent la ruine de la France. Contre toute analyse économique rationnelle, ils considèrent que seuls les gens qui leur demandent de se sacrifier sont crédibles. À ceux là, je demande un peu de rigueur rationnelle : Un programme de relance économique est aujourd'hui la seule voie économique sérieuse. Ceux qui pensent le contraire sont ceux qui devraient trouver des arguments économiques pertinent pour soutenir leur thèse ubuesque ! Même le FMI considère aujourd'hui que, si le remboursement de la dette est un point important, il ne doit surtout plus se faire par une réduction des dépenses publiques, mais par une politique de relance économique. Le programme de la France insoumise est précisément un programme de réduction de la dette, par une politique de relance économique. ( Eux n'ont pas vraiment attendu que le FMI "découvre" après le désastre, comme a son habitude, que ce qu'il prônait avant était une grosse connerie et qu'il faut en réalité faire le contraire… ) Et pour ceux qui ne comprennent pas comment c'est possible, je vulgarise : Pour rembourser une dette, on peut être passif : déprimer, s'enfermer, jouer les ermite et réduire ses dépenses au minimum de survie. C'est la technique de la rigueur. Ou actif : Se bouger le cul, sortir de chez sois, s'acheter un nouveau costard -même si ça coûte des sous-, prendre soins de sois pour redevenir sains, s'acheter des outils de travail, afin de se trouver un taf… et avec les sous rembourser la dette. Aujourd'hui, on a tellement été passif, et on est tellement en mode "survie" qu'on frôle la déflation, l'implosion sociale, et l'explosion militaire… Et il serait temps de se bouger les fesses et de se remettre bien si on veux sortir de la "dépression"… Vulgarisé : On s'est tellement privé qu'aujourd'hui, on est faible et moribond, on n'attire personne, on n'est plus motivé par rien, on déteste nos voisins, et on se laisse entrainer par les "gros bras" du quartier qui s'impose au monde en se tapant sur la gueule… ) Il n'y a malheureusement que deux candidats, de gauche tous les deux, qui conseillent une politique de relance, Mélanchon et Hamon. Mais au delà des logique de clans gauche-droite, c'est ce dont la France à réellement besoin pour survivre. Je rappel aux gens de droite que la paix sociale à un prix, qui a été trop longtemps négligé ces derniers temps et qu'un peu d'alternance, entre les cadeaux au riches et ceux au pauvres, est saine et ne fera pas de mal à la France, dans une période très explosive. Je vais mettre dans un deuxième post la description plus précise de l'idée de la France Insoumise. Je veux d'abord que tout sois clair sur la nécessité vitale de sortir de ces politiques de réductions budgétaires, qui détruisent la France à petit feu. Et sur la débilité profonde des contradicteurs qui se contentent d'affirmer sans réfléchir, et en contradiction avec toute analyse économique, que "politique de relance = ruine"
  7. L'économiste en chef de la Banque d'Angleterre (BoE) Andy Haldane a reconnu avoir été trop pessimiste dans ses prévisions sur les conséquences immédiates du vote pour le Brexit, en évoquant une crise plus générale du métier de prévisionniste. "Nous avions prévu un net ralentissement de l'économie qui ne s'est pas produit, comme tous les autres, presque tous les autres principaux prévisionnistes", a déclaré M. Haldane jeudi soir lors d'une conférence organisée par le centre de recherche Institute for Government. Il a estimé que la bonne performance de l'économie britannique ces derniers mois constituait une "surprise", en admettant que sa profession s'était régulièrement trompée ces dernières années, en particulier en ne voyant pas venir la crise financière de 2008. L'économiste était interrogé sur le fait de savoir pourquoi la BoE avait prédit des temps difficiles pour l'économie britannique tout de suite après le vote pour le Brexit, ce qui ne s'est finalement pas produit. L'activité dans le pays fait preuve d'une grande résistance depuis le référendum de fin juin, si bien que la croissance du produit intérieur brut devrait vraisemblablement dépasser 2% en 2016, même si les économistes et les pouvoirs publics s'attendent à un trou d'air en 2017. http://www.challenges.fr/monde/europe/brexit-la-banque-d-angleterre-avoue-que-ses-previsions-etaient-trop-pessimistes_446437
  8. http://french.china.org.cn/business/txt/2016-03/03/content_37927910.htm http://french.china.org.cn/china/txt/2016-03/04/content_37935242.htm On ne peux que s'en réjouir pour ce très grand pays , porteur d'une civilisation millénaire.
  9. Bonjour, J'ai trouvé ceci dernièrement: Communiqué de presse de l'ONU: Rapport sur les migrations de remplacement Rapport en anglais En résumé: la fertilité déclinant dans les pays occidentaux, l'âge médian augmente et donc le nombre de retraités. Pour permettre à cette population vieille de vivre, l'ONU préconise sur le court-terme deux solutions possibles: (1) Assurer une migration de remplacement afin de garantir une population jeune travaillant pour ces vieux. (2) Faire travailler plus et surtout plus longtemps les travailleurs pour la même raison; c'est-à-dire passer l'âge de la retraite vers 75 ans. Sur le long-terme l'on pourrait dire qu'il suffit d'augmenter le taux de fécondité, mais c'est aisé à dire et difficile à faire; on sait surtout qu'il corrèle avec le niveau de vie de la population donc on pourrait émettre l'hypothèse qu'il faudrait faire régresser le niveau de la classe moyenne, ou forcer les gens à avoir des enfants. Ou retour à la solution (1) si les migrants font plus d'enfants, ce qui est le cas. Vos réactions? Est-ce que cela vous évoque pêle-mêle Attali et Le Pen? Si l'on poursuit le raisonnement: tout cela se base sur le fait qu'il faudrait que la population ne décroisse pas (garantissant a minima le zero population growth, l'équilibre démographique). L'idée sous-jacente est sans doute - le confirmeriez-vous? - que c'est nécessaire pour la croissance économique. Maintenant ma nouvelle question est: a-t-on vraiment besoin de croître pour effectuer un progrès? En d'autres termes, et plus généralement, faut-il réellement que la population mondiale augmente ou ne faudrait-il pas plutôt la limiter à un chiffre plus bas et en faire des hommes plus évolués, intelligents, par exemple le chiffre magique illuminati de 500 millions?
  10. Il n'y a pas si longtemps, un magazine (le Monde d'en face, je crois) traitait de ce sujet en imaginant une sortie de la France de la zone euro. Je l'avais regardé avec beaucoup d'intérêt, mais il m'avait déçu dans son traitement du sujet. :gurp: Pour ceux qui ne l'ont pas vu : il traitait le sujet sous forme de crise, la France sortait en catastrophe de la zone euro et très vite c'était le bordel sur les marchés et patati patata. C'est assez réaliste comme vision du sujet et c'est évident que si la France sortait d'un coup de la zone euro ça serait un bordel monstre, mais je ne peux m'empêcher d'imaginer : Quelle serait la situation si cette sortie n'était pas faite sur un coup de tête ? Pensez-vous qu'on peut sortir de la zone euro sans trop de pertes ? Et qu'elle serait notre vision de la situation, si nous quittions cette zone après y avoir mûrement réfléchit ?
  11. Quand une entreprise vend un produit, d'un côté il y a ce que lui coûte le produit en question (prix d'achat, de fabrication, de conception, ...), les frais de structure (salaires, impôts, investissements, ...) .... et de l'autre le prix de vente. Au final, si tout se passe bien, l'entreprise dégage une marge, le bénéfice. Selon vous, quel est le bénéfice acceptable ? La marge devrait-elle être limitée ? Devrait-elle contrôlée ? Où placez vous la limite entre fonctionnement normal / viabilité économique et arnaque ?
  12. Bonjour à tous ! Je suis ingénieur énergéticien et je m'intérroge sérieusement sur le peu d'intérêt sucité par la question énergétique. Tant au niveau international, national, régional, au niveau des entreprises et même des particuliers. En effet beaucoup de faux-semblant sont communiqués par la presse et la mode du produit "écologique" ou écoresponsable. Un exemple concret : la promotion du véhicule électrique. On nous dit partout 0g de CO2 au km. Pardon ? Et pour produire cette électricité ? On a brûlé du charbon, du pétrôle, du bois, du gaz. En France, il est vrai que le problème est différent, avec 70% de notre électricité qui provient du nucléaire (assez propre si l'on oublie les autres problèmes que cela suscite). Nous avons également 10% environ qui provient de notre énergie hydraulique très compétente. Maintenant mettez ce même véhicule électrique en Chine. Pour simplifier cela reviendrait à mettre du charbon dans le moteur d'une voiture moderne pour la faire avancer. En tout cas c'est une abbération énergétique. Parlons maintenant des petits gestes que l'on peut faire au quotidien. Avec une fibre écologique ou pour des intérêts purement financiers, je pense qu'il est utile à la population de se tenir informé de la réalité des choses ! Il ne faut pas toujours croire ce que l'on nous dit et surtout il faut bien comprendre comment fonctionne les marchés de l'énergies. J'aimerai donc en parler ici sur ce topic avec tous ceux qui seront intéressés par le sujet. Je suis également en train de créer un site web sur l'entraide énergétique, faciliter la gestion de ses factures d'énergies, trouver des pistes pour réduire ses consommations et se tenir informé des sujets sur l'énergie en général. Voici le du forum que j'ai créé pour discuter de tous ces sujets et de la création du site web : h t t p ://gestion-energies.forumactif . o r g/ (N'ayez pas peur, le forum est complètement vide, il vient d'être créé, je cherche juste des gens pour venir discuter avec moi et d'autres avant de le fournir de plein d'informations utiles !) Tarhar
  13. «Le nouveau milieu français provient des banlieues» Mardi 18 Mai - 10:24 © JACQUES DEMARTHON / AFP | Deux bus de voyageurs ont été vandalisés à Tremblay, près de Paris, en mars dernier. L'incident s'est déroulé près de l'endroit où, deux jours plus tôt, une opération de police antidrogue avait eu lieu. DéLINQUANCE | «Sans l'économie clandestine, plusieurs quartiers «chauds» des cités tourneraient à l'émeute», explique Jérôme Pierrat, auteur de plusieurs ouvrages sur la criminalité. Interview. Par Jean-Noël Cuenod Suite de l'article... Source: 24heures.ch
  14. Ce que change le nouveau PEL Vendredi 04 mars - 09:56 A compter d'aujourdhui, le PEL nouvelle génération entre en vigueur. Le gouvernement mise sur cette réforme pour relancer un dispositif en perte de vitesse. En sept ans, ce produit d'épargne, dont le but est d'aider à financer l'achat d'un bien immobilier, a vu ses dépôts fondre de près de 20%. Décryptage du nouveau dispositif. Une meilleure rémunération durant la phase d'épargne¿ C'est le point clé de la réforme : désormais, les nouveaux PEL bénéficient d'une rémunération minimum de 2,5% par an, un taux réactualisé chaque année selon ceux du marché. Jusqu'à présent, l'ancien dispositif souffrait d'une rémunération peu attractive, bloquée à 2,5% par an depuis 2003. Attention, pour chaque génération de PEL, le taux sera toutefois fixé à l'ouverture et restera le même jusqu'à la clôture du plan. En revanche, les règles d'épargne restent les mêmes. Vous avez donc toujours l'obligation d'alimenter votre plan à hauteur de 540 euros minimum chaque année et le total des versements ne peut excéder 61.200 euros. Comme par le passé, chaque nouveau PEL doit être ouvert durant quatre ans minimum. Toutefois, et c'est là l'autre grand changement, vous ne pouvez plus le conserver indéfiniment. Si au bout de quinze ans, vous n'avez pas profité des sommes placées pour souscrire un emprunt immobilier, il se transformera automatiquement en livret d'épargne ordinaire. Suite de l'article... Source: capital.fr
  15. Acquisition d'entreprises : faut-il craindre l'appétit des pays émergents ? Mercredi 05 janvier - 14:05 Pas une semaine ne passe sans que soit annoncée l'acquisition d'une entreprise européenne ou américaine par un concurrent des pays émergents. L'appétit des groupes originaires de pays émergents va croissant. En 2010, ils ont été à l'origine d'une opération de fusion-acquisition sur trois, dans le monde, selon les estimations de la société d'études Dealogic. Certes, une forte proportion de leurs acquisitions consiste en des achats d'entreprises de pays émergents par d'autres. Reste que les entreprises de ces pays font aussi leurs emplettes ailleurs dans le monde, et de plus en plus souvent. En particulier aux Etats-Unis, pays développé le plus visé (en valeur des opérations réalisées), suivis de l'Italie et du Royaume-Uni, la France arrivant en septième position. Suite de l'article... Source: Le Monde
  16. Une filiale ne peut pas licencier si le groupe dont elle dépend va bien, estime la Cour Jeudi 03 Février - 17:55 La Cour de cassation a estimé que des licenciements économiques de salariés d'une filiale en cessation d'activité étaient infondés, compte tenu de la bonne santé du groupe vis-à-vis duquel elle n'avait aucune autonomie. Le licenciement économique n'étant plus justifié, les salariés de Mécanique industrie chimie (MIC), licenciés en 2004, pourront être indemnisés. MIC, basée alors à Rungis (Val-de-Marne), produisait des appareils de manutention manuelle, et était une filiale de Jungheinrich finances holding (JFH). Un arrêt du 18 janvier, confirmant une décision de la cour d'appel de Paris, a retenu "une confusion d'intérêts, d'activités et de direction" entre JFH et sa filiale MIC et qu'en conséquence "la société JFH avait la qualité de co-employeur à l'égard du personnel de la société MIC". Suite de l'article... Source: 20minutes.fr
  17. wtff

    Help ses please!

    Bonjour, Je fais appel à tous les économistes dans l'âme lol! Soyons plus sérieux, je suis en seconde et j'ai un devoir noté coeff2 à rendre pour vendredi et j'aurais besoin de votre aide. En effet, c'est ma seule chance de pouvoir augmenter ma moyenne (qui a littéralement chuté) et espérer pouvoir passer en 1ère ES! Voici le sujet : Pour la 1ère question, je n'ai pas réussi à répondre à la première partie. 1) Que vend le clubmed? En 2009, les ventes ont fortement diminuées, notamment dans les sites 2 ou 3 tridents, ils ont perdus plus de 142000 clients soit une baisse de 20% en un an. 2) La baisse des ventes s'explique notamment par le manque de moyens des familles qui ne peuvent plus se permettre financièrement de partir en vacances avec les enfants. 3) L'entreprise réagit en baissant les prix et en faisant des offres également. 4) Je n'ai pas réussi non plus
  18. Allons-nous vers une nouvelle "crise de 29"? Jean-Yves Lefevre est chargé de cours à l'Université de Paris Dauphine et dirigeant du Cabinet Lefevre & Associés. Ce n'est pas ce que nous disent les marchés financiers. Cet été, ils viennent même de connaître une envolée spectaculaire (+ 15 % en Europe en moyenne). Cet épisode haussier a été une nouvelle occasion de vérifier que la confiance joue un rôle prédominant. C'est toujours étonnant de constater l'impact qu'ont de simples paroles, dès lors qu'elles sont formulées par un orateur considéré comme crédible : ici Mario Draghi, le président de la BCE. Après sa dernière intervention, on a même pu lire que « l'Europe était sauvée ! » ou encore que « les marché européens avaient désormais un boulevard devant eux, car ils devraient rattraper l'avance prise par les marchés américains qui sont revenus à leur niveau d'avant 2008 alors que le CAC est encore à - 40 % ». Pourtant, si l'on examine plus en détail les vraies possibilités d'intervention de la BCE, on est en droit de penser que l'optimisme des marchés est largement exagéré. Si l'on s'arrête sur les fondamentaux économiques, c'est encore plus inquiétant, car on a toutes les raisons de craindre un retournement des marchés dans les semaines ou les mois à venir, tant la confiance devrait se retourner sous le poids du principe de réalité. Certains prix Nobel d'économie comparent même la situation actuelle à celle du début de «la grande dépression» de 1929. Lire la suite (La Tribune).
  19. Nous recevons de nos parents et de la société depuis notre naissance. Même si nous avons procuré de la joie à nos parents, cela ne compense pas tout, par exemple matériellement. Nous sommes donc endetté, nous naissons en "négatif", et ce n'est que plus tard que l'on peut donner l'équivalent. Ce sentiment anime sans doute beaucoup de personnes, toujours empressées de "faire quelque chose". Mais faut-il rendre tout ce qu'on a reçu ? Je pense qu'il n'y a pas égalité à ce sujet. En effet, il se peut que nous n'ayons pas les moyens de rendre autant, ou au contraire, qu'on se trouve très "productif". Dès lors, l'idée réductrices de rendre l'équivalent en quantité ne convient pas. Il est juste de donner dans notre vie à proportion de notre capacité et de la possibilité de les mettre en pratique. Ce précipice de dette, ce gouffre dans lequel nous sommes jetés à notre naissance, est angoissant seulement si on considère que notre dette est remboursable immédiatement et dans la même quantité. En fait, nous avons toute notre vie pour rendre, non pas ce que nous avons reçu, mais en proportion de ce que nous pouvons apporter. Et cela dépend autant de nous-mêmes que de l'environnement. L'évolution économique fait qu'il est plus difficile de nos jours d'apporter autant aux autres que cela ne l'a été pendant les Trente Glorieuses. Les enfants nés après sont donc dans une situation où dans la plupart des cas, il rendront moins que ce qu'ils ont reçu. Et pourtant, cela ne dépend pas de leurs capacités. Si l'on a pas la possibilité de trouver du travail, on peut toujours "produire" ou donner en moindre quantité, la juste quantité aussi de notre environnement. Inversement, dans une transition économique inverse, les enfants rendent plus que ce qu'ils n'ont reçu. L'exemple individuel montre que l'équivalence érigée en principe entre ce qui est reçu et ce qui est donné n'a pas de sens. Or la comptabilité se base sur ce principe. Peut-on en déduire qu'il faudrait revoir la notion de base d'échange en économie, ou au minimum ériger en principe qu'il faut compenser les échanges basés sur l'équivalence entre ce qui est donné et ce qui est rendu ? Si on projette ce principe dans notre société, une grande entreprise pourrait demander de faire payer un prix proportionnel aux revenus, ce faisant elle "perdrait" pour les clients ayant de faibles salaires et "gagnerait trop" pour les clients ayant beaucoup de revenus. Si on aborde la question par la redistribution, il faudrait que l’État redistribue au point que tout le monde ait un salaire équivalent par heure de travail (et de pénibilité). On pourrait également avoir un mélange des deux. On en est très loin. Notez que je ne parle pas de communisme, puisque tout cela peut se faire en conservant la propriété privée. Il s'agit simplement d'impôts, de redistribution, et de fixer une règle de variation des prix selon les revenus. La marge de bénéfice est ajustable en augmentant ou en baissant globalement le prix du produit. Partagez-vous cette analyse ? Pensez-vous que la dette doit être rendue de façon équivalente en quantité, ou bien que l'on peut tenir pour principe d'avoir une dette non équivalente ? Cette dette non équivalente n'est-elle valable qu'au niveau individuel ou bien peut-elle être un guide pour l'organisation de la société ?
  20. Le "cradle to cradle" peut-il sauver l'industrie française ? 08/04/12 Le développement durable ? Déjà dépassé. Le produit réutilisable à l'infini débarque dans l'Hexagone. Le siège de bureau Zody du fabricant américain Haworth est fabriqué à partir de matériaux réutilisables à 98%. Imaginez un siège de bureau, qui, une fois usé, est entièrement recyclé pour produire un autre siège à l'identique. Voici en résumé le concept du "cradle to cradle" (littéralement "du berceau au berceau"). Une production circulaire zéro déchet ou, plus exactement, dont les déchets constituent la matière première. "A l'inverse du développement durable, qui cherche à diminuer la consommation et à réduire son empreinte écologique, le cradle to cradle est une approche déculpabilisante. Il ne s'agit pas de gérer la décroissance mais d'inventer une nouvelle forme de fabrication", explique Christine Guinebretière, la représentante pour la France de l'Environmental Protection Encouragement Agency (EPEA). Ce laboratoire a été fondé en 1992 par un chimiste allemand, Michael Braungart, et l'éco-architecte américain Bill McDonough. Auteurs de "Cradle to cradle", un best-seller, traduit en 20 langues et vendu à plus de 50 millions d'exemplaires, ils ont mis en place une marque (Cradle to cradle est un nom déposé depuis 2007) et un processus de certification. Déjà largement diffusé en Allemagne et aux Etats-Unis notamment, le concept arrive en France avec beaucoup de retard : le bureau français de l'EPEA a ouvert seulement en juin 2011. Lire la suite de l'article Source: journaldunet.com
  21. Paradis fiscaux : Londres, Washington et Canberra passent à l'offensive 12/05/13 C'est un nouveau coup de semonce pour les paradis fiscaux, ces trous noirs de la finance mondiale où vient se cacher l'argent issu de l'évasion et de la fraude fiscales. Les grands pays du G20 semblent désormais vouloir les "discipliner". Un mois tout juste après les révélations de l'enquête OffshoreLeaks – à laquelle a participé Le Monde – les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie ont annoncé de concert, jeudi 9 mai, avoir mis la main sur des données comparables à celles obtenues par le consortium d'investigation américain ICIJ qui fut à l'origine de l'OffshoreLeaks... Lire la suite de l'article Source: Le Monde
  22. Bas salaires : l'Allemagne s'interroge 12/05/13 Plus de 7 millions de travailleurs occupent des « mini-jobs », à 450 € par mois. « Du dumping social », accuse la Belgique voisine. À quelques mois des élections, la question fait débat outre-Rhin. Les chiffres positifs de l'économie allemande - actuellement 7,1 % de chômage et 41,5 millions de personnes employées - ont leur revers : la dérégulation du marché du travail, notamment depuis les fameuses réformes « Hartz », prises sous le gouvernement Schröder. Exemple le plus marquant, les « mini-jobs » se sont multipliés ces dernières années. Limités à un maximum qui vient d'être remonté à 450 € par mois, il en existe désormais plus de 7,4 millions. Lire la suite de l'article Source: Ouest France
  23. La nouvelle année est l'occasion comme à chaque fois sur la planète économie de se laisser aller aux prévisions. Sur le plan intérieur, l'inversion impossible de la courbe du chômage n'est pas arrivé mais au moins l'hémorragie est stoppé pour le moment. En l'absence de croissance et d'une vrai reprise sur le vieux continent, les français devront se contenter de cela, autant dire de pas grand chose. Après la crise des subprimes, puis la crise des dettes souveraines, les français (et bien d'autres) attendent le coup de grâce comme le taureau dans l’arène. Viendra-t-il ? viendra-t-il pas ? un espoir d'échapper à la mise a mort, qui/quoi oserait ? Mais pendant ce temps là, les bourses sont pleines, mangent la soupe bien chaude, autant dire que c'est un régal et la crise est loin, très loin. C'est à se demander pourquoi chez Good year, la masse gueule comme des veaux, le français perd son béret à chaque fois qu'il consulte les chiffres du chômage. Le font-ils seulement exprès ? Une autre couche du ciel peut tomber ? un autre truc impossible peut-il seulement arriver ? pour dire ensuite que bien sur on pouvait voir le truc arriver hein... faut bien mériter son statut d'expert... Une seule réponse possible : Peut-être ou peut-être pas ... (merde ca en fait deux ...) Un chiffre est passé inaperçu : celui de l'inflation bha pas qu'aucun article en parle hein : http://www.leparisie...014-3470547.php http://www.lefigaro....en-decembre.php La crise se prolongeant, la demande restant faible, bha ...les prix baissent et dès juillet j'ai averti sur le risque de la déflation. On a même le droit a un rappel historique sympathique d'alternative économique (1935: Laval choisit la déflation). Autant dire que la reprise a intérêt à se secouer les miches ! mais au moins la BCE n'a rien a faire pour maitriser l'inflation y'en a plus ! Coté crise 2014 peut être un bon cru : changement de politique de la FED, l'assouplissement quantitatif sans inflation permet de croire que la prochaine bulle spéculative est en route, le mur de la dette des USA & co, le shadow banking mais le must serait quand même le passage des économies en mode déflation et je vous rassure lorsque nous avons une moyenne d'1% d'inflation dans la zone euro, il y a plusieurs économies qui sont déjà dans ce cycle. Alors suis-je pessimiste ? Ca vous branche la déflation ?
  24. La Baisse des ventes a démarré Mardi 03 Mai - 08:18 Les immatriculations chutent de 11,2 %. Pour les constructeurs français, l'effet de la prime à la casse est bel et bien terminé. En avril, pour la première fois de l'année, le nombre d'immatriculations de voitures neuves a fortement baissé (- 11,2 %). Et devrait marquer le début d'une période de vaches maigres sur le marché français, estiment les professionnels , qui tablent sur une baisse globale des ventes de voitures de 8 % en 2011. Jusqu'à la fin du mois de mars, les constructeurs automobiles avaient bénéficié des derniers arbitrages du gouvernement sur la prime à la casse. Cette aide publique de 500 €, qui devait s'arrêter à la fin 2010, est finalement restée valable pour toutes les voitures commandées avant le 31 décembre, mais livrées avant le 31 mars. Ce coup de pouce avait permis une hausse de 4 % des ventes au premier trimestre. Conséquence logique, « les grands gagnants de la prime à la casse sont les plus touchés par la rechute », a commenté hier un porte-parole du Comité des constructeurs français d'automobiles. Suite de l'article... Source: 20minutes.fr
  25. Bonjour, Je suis actuellement en première année de Science Po et j'ai un dernier dossier à rendre dont le sujet est : La Turquie. Mais je ne sais pas encore dans quels sens je vais orienter mes arguments à propos de ce pays. Pouvez-vous me donner quelques données statistiques sur ce pays (économie, population, armée ...) ainsi que vos impressions générale. Toutes vos informations m'aideront à compléter ses recherches... Merci d'avance : ) NB : les propos racistes et malveillant ne sont pas les bienvenues...
×