Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'économie'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

24 résultats trouvés

  1. Question niaiseuse, comme ça... Les économies mondiales sont au ralenti, les rentrées de taxes et d'impôt se font au compte-gouttes et les états pompent et pompent allègrement du fric pour éponger les dégâts. Mais d'où vient tout ce fric!!!
  2. holdman

    pétrole pétrole

    si il y a un conflit international avec le pétrole ,les cartes pourraient êtres rebattues en France .
  3. Bonsoir, A mesure que la crise de la dette s’aggrave pour l'ensemble des pays, la stabilité économique grandie... Ce que je dis est contradictoire, mais pas tout à fait... On a un pays en avance, de 20 ans, sur cette voie le Japon, avec sa dette de 250%, mais on nous dit que ce n'est pas un problème en effet elle serait en majorité détenue par les japonais, qui ne risque pas de se tirer une balle dans le pied en vendant massivement leurs propres obligations. Mais ce n'est pas le cas des autres pays, comme la France dont 60% de la dette est détenu par des étrangers, oui mais ces même étrangers sont dans un pays avec les même problème que la France, donc il n'ont pas intèré à vendre massivement les obligations de la France car cela ferait porter sur leurs obligations (de leurs pays) un doute et donc une contagion possible. Ainsi cette situation fait que comme avec les japonais personne n'a intéret à vendre massivement des obligations d'un pays, sous peine de mettre en danger son propre pays par effet de contagion. En fait la situation, pour le reste du monde, est la même qu'au Japon : gérer au mieux l'appauvrissement du pays. Bonne soirée.
  4. Marzhin

    Un libéralisme

    Je peux simplement parler du libéralisme dans ma perspective. Le libéralisme est le mouvement, l'idéologie, la théorie, la vision intellectuelle, etc. qui est lié à la libéralité. Et cela signifie être dépensier, prodigue, généreux, large. Le contraire de ce qu'en pense la majeure partie des Français quand ils pensent au libéralisme, qu'ils voient comme le grand méchant loup capitaliste de Wall Street. Et aussi, un biais devant ce que la plupart des Anglais et des Américains pensent quand ils y pensent aussi, d'y voir comme une sorte d'anarchisme socioculturel altruiste et rentable appréciable et sociable (donc en économie, a fortiori, même si des intérêts différents conduisent à ce que les Français pensent du libéralisme). Premièrement, la libéralité peut être liée à l'humanisme antique, avec son sens de l'honneur, que vous pouvez toujours trouver dans certaines mœurs romaines même sous l'Empire. Ensuite, il a redémarré avec la Renaissance, et bien sûr le mouvement moderne du libéralisme européen. Tout a commencé avec l'anti-absolutisme contre Cromwell en Angleterre, les Français n'ayant été que des plumitifs contre les Louis de l'Ancien Régime. Mais l'anti-absolutisme est ce qui est vraiment du libéralisme. Dans le libéralisme, le souverain doit être libéral avec ses sujets, ce qui est le début de l'individualisme, chemin vers la singularité personnelle et l'individuation. L'individualisme n'est pas l'égoïsme, ni l'égotisme, ni l'égocentrisme et autres : c'est la vraie possibilité, pour vous-même, grâce aux libéralités politiques, de devenir ce que vous êtes, de développer votre possibilité en vérité - théoriquement. Pratiquement, les majorités ont demandé des possibilités économiques, qu'elles ont identifié à leur francheté, même si la concurrence constante du "marché libre" est en fait un moyen mimétique de mesurer sa queue en matière d'argent. Mais premièrement, le "marché" n'existe pas vraiment (c'est à chaque fois une rencontre de deux négociateurs, même réglementée par certaines lois - donc "le marché" est un concept politique), et deuxièmement, tout cela conduit à ce que les Français, les Anglais et les Américains appellent libéralismes, sans aucun sens de l'honneur. Tout sauf mon libéralisme. Ainsi un autre doit nous libérer quand on est libéral, parce qu'on croit en une justice souveraine. Mais, parce que la nature humaine est ce qu'elle est, il faut rester vigilant et créer des contre-pouvoirs soi-même. Et parfois, entrer dans la bataille. C'est-à-dire que la société existe, et qu'elle doit être considérée comme un tout dans lequel chacun a à faire sa part sociale, sociétaire. Le libéralisme n'est pas l'opposé du solidarisme - en fait, ils ont vraiment besoin l'un de l'autre, si vous ne voulez pas rester vulgaire comme les libéralismes courants. Le libéralisme est dans les "gènes" civilisationnels européens. ------------------------ Sur un autre forum où j'ai publié ce topic, quelqu'un m'a dit : A quoi j'ai répondu :
  5. Encore un pavé intéressant de Thomas Piketty, dommage qu'à force de faire des recherches, il en oublie la réalité, nous sommes des animaux hiérarchisés et la propriété privée et l'argent sont devenus les marqueurs de dominance principaux, remettre en cause ce système, c'est de l'utopie.
  6. Chômage, inflation galopante, difficulté à écouler ses matières premières, l'économie iranienne est gagnée par l'asphyxie ; une asphyxie souhaitée par les dirigeants américains : ..."le projet américain est d’étouffer l’économie iranienne, dans l’optique de contraindre les Iraniens à négocier. Ils souhaitaient stopper les échanges de l’Iran avec le reste du monde, et y sont finalement assez bien arrivés par la mise en place – selon leurs propres mots – d’un chantage vis-à-vis des entreprises du reste du monde. Le contrat est clair : si une entreprise travaille avec l’Iran, elle n’a plus le droit de commercer avec les États-Unis. C’est une stratégie gagnante pour les États-Unis, au mépris total du droit international et de la souveraineté des autres pays. La Russie est l’un des seuls pays à avoir refusé ce diktat, mais il s’agit d’un pays exportateur de pétrole : l’Iran ne peut donc compter sur la Russie pour lui acheter le sien. Plus important : la Chine résiste également à ce diktat, n’étant pas en situation d’immédiate dépendance par rapport aux Etats-Unis, comme peut l’être l’Europe. Les entreprises chinoises, qui n’ont pas d’intérêts aux Etats-Unis, peuvent donc commercer avec des « États-voyous », sans crainte de sanctions américaines. Cela reste insuffisant pour l’Iran, dans la mesure où le pétrole représente pour lui 80 % des exportations et entre 40 et 50 % des recettes budgétaires. Tous les pays à part la Chine ayant cessé d’acheter du pétrole à l’Iran, la croissance est devenue négative et l’inflation a augmenté." https://lvsl.fr/les-sanctions-americaines-contre-liran-sont-dune-grande-brutalite-et-les-europeens-laissent-faire-entretien-avec-thierry-coville/
  7. "Sanctions américaines: vins, avions, olives... les secteurs visés en Europe Ces droits de douane s'élèvent à 10% sur les avions, et à 25% sur des produits alimentaires et textiles ainsi que sur des articles industriels. Les produits visés représentent des exportations annuelles d'environ 6,8 milliards d'euros. En 2018, le total des exportations européennes de biens vers les États-Unis s'est élevé à 320 milliards d'euros, selon Eurostat. Tour d'horizon des secteurs affectés, qui diffèrent selon les pays. Aéronautique Seuls les avions de ligne assemblés à Toulouse (France) ou Hambourg (Allemagne) sont frappés, et non les sous-traitants. …/… Vins français et espagnols Une nouvelle taxe de 25% vise les vins "tranquilles" (non effervescents) français, espagnols, allemands et britanniques, ayant un degré d'alcool inférieur ou égal à 14%, et en contenants de moins de deux litres. Ne sont donc pas concernés les vins conditionnés en vrac et les pétillants comme les mousseux et les champagnes. …/… Les vins italiens échappent aux sanctions (exportations de 1,5 milliard d'euros en 2018), mais pas les vins blancs et spiritueux allemands (180 millions d'euros). Whisky écossais Les spiritueux britanniques, irlandais, allemands, espagnols et italiens sont également surtaxés -- le cognac français étant donc épargné. Le whisky est en première ligne: le "single malt" écossais constitue plus de la moitié de la valeur des produits britanniques épinglés par les États-Unis, soit plus de 460 millions de dollars, selon les industriels du secteur. …/… Fromages, dont le parmesan italien On trouve dans la liste américaine des fromages comme le cheddar, le stilton, des fromages de brebis ou encore des fromages marbrés bleus --à l'exception spécifique du roquefort. Le parmesan italien est également frappé: "Nous sommes amers (...) En revanche, les fromages français ne sont concernés que de manière marginale, selon Bercy. La moitié des exportations de fromage des Pays-Bas vers les États-Unis sont touchées, selon le gouvernement néerlandais, pour un montant annuel d'environ 39 millions d'euros. Huile d'olive espagnole D'autres produits alimentaires sont ciblés: certains fruits (oranges, citrons, cerises...) et jus, des coquillages préparés, ou encore certains produits de charcuterie et saucisses, ainsi que les biscuits et gaufres allemands et britanniques et le café exporté par l'Allemagne. Surtout, les olives et huiles d'olive espagnoles sont taxées à 25%. …/… Au total, la moitié des exportations agroalimentaires espagnoles vers les États-Unis seraient taxées, soit environ un milliard de dollars. En revanche, l'huile d'olive d'Italie (436 millions d'euros d'exportations) tout comme les pâtes et conserves de tomates du pays sont épargnées. …/… Outils et engins de chantier allemands Si l’automobile échappe à cette salve de sanctions, certains outils électriques portatifs et engins de chantier (pelleteuses...) fabriqués en Allemagne sont visés à hauteur de 25%, tout comme des lentilles d’appareils photos du même pays. …/… Textile britannique Seul le Royaume-Uni est visé par des taxes à 25% sur les pulls en laine et en cachemire, des anoraks et pyjamas féminins, des costumes pour hommes ou des articles de literie." Je ne comprends pas la logique de ces dispositions. Pourquoi taxer le whisky et pas le Cognac, le cheddar et pas le roquefort, etc. ? Au passage je note "le soutien" américain de M. Trump à son " ami" Boris Johnson !!! Voilà qui promet pour l'avenir des relations commerciales gagnantes-gagnantes de l'après Brexit promit par Donald et son "envoyé spécial" Bannon.
  8. Je suis Accordeur. Savez-vous ce qu'est un accordeur ? C'est un membre de l'Accorderie. Peut-on remplacer l'argent par le temps ? OUI ! L'Accorderie le prouve chaque jour. Mais il y plus : cette association (non confessionnelle, non idéologique politiquement parlant...) prouve chaque jour également que cette alternative économique (temps/argent), à l'échelle microéconomique j'en conviens, permet de diffuser une culture, un état d'esprit axés principalement sur la solidarité et la fraternité. J'ai écrit récemment un petit poème pour rendre hommage à l'Accorderie dont mes amis accordeurs me disent qu'il reflète bien cet état d'esprit. Je le partage avec vous (ci-dessous). Bon, le sujet de ce topic est : Peut-on supprimer l'argent ? ("supprimer" - donc, totalement...) Des idées ? Des exemples ? Des expériences du côté de chez vous ?
  9. holdman

    remplacement lunette

    pour le remplacement de lunettes rien de changé il faut toujours avoir une bonne mutuelle ,pourtant Macron avait fait une avancée dans le domaine .
  10. pluc89

    Les agences fantômes

    "Les agences de l’État sont dans le collimateur du gouvernement. Afin de réduire de 18 milliards d’euros les dépenses de l’État d’ici 2017, le premier ministre s’est engagé à réduire le coût de fonctionnement de cette kyrielle de comités dont l’efficacité est souvent remise en question. Pour ce faire, Bercy - qui n’a toujours pas préciser sa feuille de route - pourra s’appuyer sur plusieurs rapports qui ont déjà suggéré des pistes d’économies pour réduire le train de vie de ces commissions. Mais il ne suffira pas de réduire les effectifs, baisser les salaires ou modifier leur mode de financement pour alléger les dépenses de ces comités, qui s’élèvent à 50 milliards d’euros par an. Comme le préconisait un rapport alarmant de l’inspection générale des finances en 2012, le gouvernement devra aussi faire le ménage parmi les 1244 agences de l’État et s’attaquer à ces comités inutiles, fantômes, dont les missions restent parfois énigmatiques. " ( Figaro Caroline Piquet ). Faire des économies en supprimant les inutiles, fusionnant celles qui sont en double, en triple en quadruple, en virant les dirigeants devenus inutiles, doublement, triplement, quadruplement inutiles, en transférant les fonctionnaires alors sans poste et la part de budget qui va avec, vers des administrations qui en ont besoin après une période de formation si nécessaire (enseignants - pas administratifs- police, justice, santé - pour soulager les soignants du travail administratif), secteur social, etc. Certes cela pose un gros problème : où mettre les politicards sans mandats, les hauts fonctionnaires incompétents, les ex-chefs syndicalistes remerciés, etc. Surtout si parallèlement on supprime aussi les préfets sans préfecture, les ambassades sans pays (celle des pôle par exemple) et autres postes sans ... poste !
  11. Bonjour à tous, Je voulais commencer un nouveau sujet sur les énergies les plus économiques à utiliser en 2019. Après de multiples lectures, je me pose pas mal de questions sur les différentes énergies. Je suis en effet en train de préparer un projet de construction de maison et : - ma famille me déconseille le gaz et l'électricité mais ils ne sont pas experts - ma copine voudrait des pellets (après avoir lu ce genre de sites: https://www.total-proxi-energies.fr/particuliers/pellets-buches). - et moi j'ai vu qu'il y avait des milliers de solutions, écolo ou pas... Avez-vous une ressource fiable de lecture à me conseiller pour me guider dans mes choix? Merci par avance!
  12. Bonjour, Je suis étudiant en Master 2 de commerce et me permet de vous solliciter car je réalise mon mémoire sur le lien entre le développement de l'ESS (économie sociale et solidaire) et le développement technologique. J'ai donc supposé que nombre d'entre vous étiez dans le milieu et me permet donc de vous demander si vous pouviez répondre à 3 questions sur le lien entre le développement technologique et le développement de l'économie sociale et solidaire? Nom et prénom: Profession et entreprise: Selon vous, le développement technologique est-il lié à la création et au développement de l’entrepreneuriat social ? 0 Oui 0 Non Selon vous, comment l’entrepreneuriat social peut-il se financer avec les nouvelles technologies existantes ? Réponse : Selon vous, comment l’entrepreneuriat social pourra-t-il se financement avec les nouvelles technologies arrivantes ? (Exemple : l’intelligence artificielle) Réponse : Vous pouvez m'y répondre par mail à arthurcaille@outlook.com ou sur la conversation directement, vous remerciant par avance, restant à votre disposition et vous souhaitant une agréable et heureuse année 2019, Arthur
  13. L’économie sociale et solidaire n’existe pas Derrière la promotion du monde associatif et de « l’économie sociale et solidaire », Matthieu Hély décèle le désengagement de la fonction publique et la dérégulation programmée du travail. Il faut en finir avec l’enchantement d’un monde associatif pris pour ce qu’il n’est pas (un compromis entre plusieurs logiques antagonistes) pour l’aborder comme ce qu’il est devenu : un marché du travail dont les acteurs précarisés ont perdu le statut naguère garanti par la fonction publique... Article à lire ici... Source: La vie des idées
  14. Bonjour, Bienvenue sur ce nouveau sujet que nous proposons. Tout d'abord, nous sommes une mini-entreprise d'étudiant commercialisant une barre aimantée permettant d'entreposer vos couteaux en toute sécurité du nom de Knife-X. Aujourd'hui nous vous proposons de participer à notre étude de marché en remplissant un court sondage. Cela nous aideraient beaucoup, Merci d'avance. Cordialement, Le service marketing de la mini-entreprise Knife-X
  15. Bonjour, le prix Nobel d'économie 2018 a été attribué aux Américains William Nordhaus et Paul Romer pour leurs études et travaux sur la croissance durable à long terme de l'économie mondiale.
  16. "Achetez de la terre - ils n'en fabriquent plus," lançait autrefois Mark Twain avec tout le sarcasme qu'on lui connait. Voilà une sentence très utile au joueur de Monopoly, ce best-seller du jeu de société par lequel plusieurs générations de jeunes joueurs ont appris à acheter des terrains, à y entasser des hôtels et à faire payer des loyers astronomiques à ceux de leurs camarades qui avaient le plaisant honneur d'y atterrir par hasard. Peu connue, Elizabeth Magie, la créatrice de ce jeu, se serait sans doute précipitée d'elle-même à la case prison si elle avait vécu assez longtemps pour voir à quel point une version détournée de son jeu avait influencé ces générations de joueurs. Pourquoi ? Parce que cette version du jeu incite les joueurs à glorifier des valeurs opposées à celles qu'elle souhaitait défendre. Née en 1866, E. Magie était une franche adversaire des normes et des politiques qui avaient cours en son temps. Célibataire jusqu'à plus de 40 ans, indépendante et fière de l'être, elle s'est faite un nom par un coup de publicité notable. Dans une annonce maritale éditée dans un journal, elle s'est présentée comme une "jeune esclave américaine" qui se vendait au plus offrant. Son objectif, tel qu'elle l'a présenté aux lecteurs choqués par son intiative, était de mettre en lumière la position de subordination à laquelle étaient reléguées les femmes au sein de la société. "Nous ne sommes pas des machines" clamait-elle. "Les femmes ont des idées, des désirs et de l'ambition." En plus de s'opposer aux politiques sexuellement inégalitaires, Maggie avait décidé d'affronter le système de la propriété foncière,non plus au travers un coup de tonnerre publicitaire, mais au moyen d'un jeu de société. L'inspiration lui est venue d'un livre que son père, James Magie, un homme politique opposé aux monopoles, lui a donné. Il s'agissait de Progrès et pauvreté de Henry George, un classique de la science économique. Elle en tira la conviction que "le droit de posséder une terre était aussi évident que le droit de respirer, à savoir un droit conféré par l'existence même, un droit devant lequel chacun était égal". Ayant voyagé aux quatre coins des Etats-Unis dans les années 1870, H. George avait été le témoin de la persistance de la misère alors que l'époque était marquée par l'accroissement des richesses. Il voyait dans l'inégalité de la propriété foncière une grande partie de l'origine du lien entre ces deux forces, la pauvreté et le progrès. C'est pourquoi, au lieu d'encourager ses compatriotes à acheter des terres comme l'a fait Mark Twain, il demanda à l'Etat de taxer ces terres. Pour quels motifs ? Parce qu'une grande part de la valeur de ces terres ne venait pas de ce qui était construit dessus mais de ce que la nature y offrait, de l'eau aux gisements minéraux qu'on pouvait y trouver, ou bien de la valeur créée aux alentours de cette terre par la communauté : des routes ou des chemins de fer à proximité, un milieu économique florissant ou un voisinage sûr, de bonnes écoles et des hôpitaux. Il soutenait en outre que les recettes fiscales obtenues devaient être réinvesties pour le compte de tous. Déterminée à montrer le bien-fondé des propositions de H. George, E. Magie créa le Jeu du propriétaire foncier qu'elle breveta en 1904. Il s'agissait d'un circuit dessiné sur un plateau (une innovation à l'époque), circuit garni de rues et de points de repère à vendre. L'innovation décisive de ce jeu tenait en l'existence de deux versions de règles du jeu, toutes deux écrites par sa créatrice. En choisissant les règles de la version "Prospérité", chaque joueur reçoit un gain à chaque acquisition par un autre joueur d'une nouvelle propriété (cette règle servant à illustrer la politique de taxation de la valeur foncière promue par H. George). La partie était gagnée (par tous les joueurs !) quand le joueur qui avait débuté avec la somme d'argent la moins importante avait doublé cette somme. En revanche, en choisissant les règles de la version "Monopoliste", les joueurs progressent en acquérant des terres et en récupérant les loyers payés par les joueurs qui avaient le malheur d'y atterrir. Le seul vainqueur est celui qui arrive à mettre les autres joueurs en faillite (un air de déjà-vu, n'est-ce pas ?). L'objectif de ces deux versions concurrentes était d'amener le joueur à éprouver, par "une démonstration pratique", selon les termes d'E. Magie, "le système actuel d'accaparement des terres avec ses résultats et ses conséquences réelles", puis les amener à comprendre à quel point les différentes approches de la propriété foncière pouvaient mener à des résultats aussi différents sur le plan social. "Ce jeu aurait pu s'appeler "Le jeu de la vie"", a fait remarquer E. Magie, "il présente en effet tous les éléments de la réussite ou de l'échec que l'on trouve dans la réalité, et son but est le même que celui que semble s'être attribué l'espèce humaine entière, à savoir l'accumulation de richesse. Ce jeu a rapidement connu un grand succès parmi les intellectuels de la gauche de l'époque, sur les campus universitaires, dont ceux de la Wharton School, de Harvard et de Columbia, mais aussi au sein des communautés Quaker, dont certaines on modifié les règles et redessinés le plateau en y ajoutant le nom de rues d'Atlantic City. Parmi les joueurs de la version remaniée par les Quaker se trouve un chômeur du nom de Charles Darrow. Celui-ci va vendre, en son nom, une version modifiée de ce jeu à la compagnie des Frères Parker. Dès lors que les vraies origines du jeu ont refait surface, les frères Parker ont acheté le brevet d'E. Magie, tout en relançant le jeu sous le seul nom de Monopoly, et en ne fournissant au public avide qu'une des deux versions des règles du jeu, celui qui consacre le triomphe d'un individu sur tous ses semblables. Le pire dans toute cette histoire, c'est que Parker a fait la promotion de ce jeu en prétendant que son créateur était Charles Darrow, en prétendant que ce dernier l'avait accouché de ses rêves dans les années 1930 et l'avait vendu aux frères Parker, ce qui l'a rendu millionnaire. C'était là l'histoire d'une élévation sociale spectaculaire personnifiant les valeurs implicitement promues par le Monopoly : si vous voulez faire parti des premiers de cordée(1), partez à la chasse aux richesses et écraser vos adversaires. Ainsi, la prochaine fois que quelqu'un vous invite à une partie de Monopoly, voici une suggestion. Quand vous sortirez les cartes Chance et Caisse de communauté, ajoutez une troisième pile de cartes, nommée "Taxe foncière", à laquelle chaque propriétaire devra contribuer chaque fois qu'il feront payer un loyer à un autre joueur. Combien ces propriétés devront-elles être taxées ? et comment devront être redistribués les recettes de cette taxe ? Voilà de quoi susciter quelque débat passionné autour du plateau de jeu... mais c'était bien là le souhait d'Elizabeth Magie. (1) Vous le sentez bien, ce troll ? Ce texte est une traduction (personnelle) de l'article suivant (en anglais) : https://aeon.co/ideas/monopoly-was-invented-to-demonstrate-the-evils-of-capitalism Enjoy ! Edit : je traduis jamais l'anglais d'habitude. Mais là j'avais vraiment trouvé l'article intéressant. Si des anglophones trouvent un problème de traduction, qu'ils hésitent pas à en faire part !
  17. On peut se poser maintes questions par rapport à l'argent... Basé sur l’ouvrage de Thierry Gallois intitulé Psychologie de l'argent, première question/proposition : 1 - Je ne peux m'empêcher de vérifier plusieurs fois par semaine l'état de mon compte en banque.
  18. Lorsque la société de consommation à proprement parler - celle où l'on ne faisait "que" s'équiper en électroménager, automobiles etc., correspondant à un réel besoin -, a pris fin, il a bien fallu que les industriels et autres prestataires de services "inventent" de nouveaux objets et services pour continuer à croître sans fin. Ainsi nous sommes passés à l'ère de l'abondance et du choix infini dans tous les domaines d'activité : des centaines d'appareils photo numériques, des milliers de vêtements et chaussures de toutes les couleurs et de tous les genres, des rayons entiers de biscuits, confitures, lessives, boîtes de conserves dans les bien-nommés "hypermarchés". Bref...une avalanche de produits telle qu'il devient très difficile voire impossible de choisir. Les rayons de presse des grandes enseignes débordent de revues dont la plupart sont inutiles et les rayons livres de la Fnac croûlent sous le poids d'ouvrages dont la durée de vie ne dépasse guère quelques semaines... Sur Internet, c'est pire encore ! Vous cherchez un sujet et vous le trouvez décliné en dizaines de sites disant tous la même chose et en se copiant allègrement les uns les autres. Face à cette nouvelle "civilisation" du sur-choix et du gaspillage à tous les étages, celui qui veut rester maître de ses besoins réels, sans jamais se préoccuper de ce que font les autres ni de suivre la mode, fait presque figure de héros ! Et ne croyez surtout pas qu'être "pauvre" dans cette France-là signifie avoir une vie monacale ! Que nenni...Ce sont eux qui s'endettent le plus, qui se ruinent pour "suivre la tendance" ou bien "faire comme les riches". Il y a des centaines de jeux de grattage et de tirage pour les faire rêver d'un monde meilleur et les publicités de la télévision sont une piqure de rappel quotidienne de : "comment il faut mener sa vie" Si par contre on décide de mettre un coup d'arrêt définitif à ce maelström, et qu'avant d'acheter quoique ce soit, on prenne bien le temps et le recul nécessaire pour s'interroger sur l'opportunité de le faire, non seulement on s'enrichit considérablement, mais en plus, on satisfait des vrais besoins et non pas de pseudo-besoins qui ne sont en fait que le désir inconscient d'être intégré dans la société. A l'evidence, et je l'ai bien compris, si chacun d'entre-nous suivait ce principe, l'ensemble du système économique s'éffondrerait aussitôt, puisque ne reposant que sur du vide... En manipulant habilement la "ménagère de moins de 50 ans", en suscitant un besoin qu'elle n'avait pas, en créant de toutes pièces une utilisation que personne n'entrevoyait à tel ou tel objet-gadget, l'industriel emporte sa proie vers une exigence toujours croissante de performance, de perfection et de satisfaction. C'est un métier, et ces gens-là en ont ! J'avais un ami auquel une personne faisait gentiment la réflexion suivante : - Oh ! Toi avec ta montre à 10 balles...L'ami lui rétorqua tout de go : - Mais je m'en fous, ma montre me sert à connaître l'heure, et c'est tout ! Je suppose que s'il avait voulu une montre qui tout à la fois donne l'heure et soit jolie, il aurait dépensé d'avantage, mais tel n'était pas son but cette fois-là... J'ai la "chance" de ne pas être riche du tout, et celà me permet, au cours de mes randonnées à pied (qui ne me coûtent rien), lorsque j'admire un paysage, un arbre, une belle maison ou que sais-je encore de me dire : quand bien même serais-je riche, en quoi celà rendrait plus beau et plus désirable à mes yeux ce dont je profite actuellement gratuitement ? Je n'ai pas toujours été comme çà, mais avec l'âge et un bon travail de reflexion on devient "philosophe".
  19. Bonsoir, Pourquoi ne pas créer une section "Economie,Finances",dans la catégorie "Vie Quotidienne" ou bien "Actualités et Débats? Voilà,bonne soirée et bravo pour votre forum :D
  20. Bonjour, J'ai trouvé ceci dernièrement: Communiqué de presse de l'ONU: Rapport sur les migrations de remplacement Rapport en anglais En résumé: la fertilité déclinant dans les pays occidentaux, l'âge médian augmente et donc le nombre de retraités. Pour permettre à cette population vieille de vivre, l'ONU préconise sur le court-terme deux solutions possibles: (1) Assurer une migration de remplacement afin de garantir une population jeune travaillant pour ces vieux. (2) Faire travailler plus et surtout plus longtemps les travailleurs pour la même raison; c'est-à-dire passer l'âge de la retraite vers 75 ans. Sur le long-terme l'on pourrait dire qu'il suffit d'augmenter le taux de fécondité, mais c'est aisé à dire et difficile à faire; on sait surtout qu'il corrèle avec le niveau de vie de la population donc on pourrait émettre l'hypothèse qu'il faudrait faire régresser le niveau de la classe moyenne, ou forcer les gens à avoir des enfants. Ou retour à la solution (1) si les migrants font plus d'enfants, ce qui est le cas. Vos réactions? Est-ce que cela vous évoque pêle-mêle Attali et Le Pen? Si l'on poursuit le raisonnement: tout cela se base sur le fait qu'il faudrait que la population ne décroisse pas (garantissant a minima le zero population growth, l'équilibre démographique). L'idée sous-jacente est sans doute - le confirmeriez-vous? - que c'est nécessaire pour la croissance économique. Maintenant ma nouvelle question est: a-t-on vraiment besoin de croître pour effectuer un progrès? En d'autres termes, et plus généralement, faut-il réellement que la population mondiale augmente ou ne faudrait-il pas plutôt la limiter à un chiffre plus bas et en faire des hommes plus évolués, intelligents, par exemple le chiffre magique illuminati de 500 millions?
  21. http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/04/18/pour-une-politique-economique-serieuse-et-a-la-hauteur-des-enjeux-votons-melenchon_1563456
  22. La fronde au Ps le dénonce depuis plus d'un an : Hollande fait marche droite toute, obstinément avec son équipe social-démocrate, contre tous vents qui demande plus de gauche. Tandis que la crise des agriculteurs touche la France, et fait risquer de basculer tout un pan de notre économie rurale à une mort certaine, Macron fanfaronne son soutien au Medef. C'est pourtant eux qui sont responsables, et dans ce cas, ceux de la grande distribution. Propulsés à l'époque par Sarko, et sous prétexte d'un meilleur pouvoir d'achat des français, Leclerc a lancé la guerre des prix avec les autres grandes enseignes. Ce patron tout rabougri, fils de..., n'en demeure pas moins un requin dans le monde des affaires, et ses acheteurs auprès des fournisseurs n'hésitent pas à faire baisser le prix sous le minimum vital. Dans le milieu, beaucoup sont à se plaindre de ses méthodes commerciales. Malgré tout, le fils de... propose un large sourire et une voix doucereuse devant les fournisseurs qu'il a ruiné, ou qu'il est en train de le faire par diverses manipulations, en jouant avec le droit. http://pluzz.francet...,127059845.html Alors à quand une défense de notre appareil productif, vis-à-vis de ces loups de la grande distribution, en grande partie responsable de la crise agricole actuelle ? Le raisonnement du profit, de la course à la compétitivité ne doit certainement pas se faire au détriment des travailleurs, du tissu et du droit social existant. Ce raisonnement est incapable de voir ses propres effets pervers : la précarisation des travailleurs, et à terme la destruction de notre économie. A quand un tournant vraiment à gauche ?
  23. http://davidabiker.fr/et-si-on-quittait-la-france-parce-que-cest-devenu-un-pays-detestable/
  24. Pour mon premier test, j’ai décidé de m’attaquer à des domaines en vogue en ce moment : l’écologie et le fait maison. J’entendais beaucoup parler de la lessive faite maison. Je me suis donc dit pourquoi pas ? Allier mon côté économe à l’écologique, ça me semble être une bonne idée ! Première étape : trouver une recette. Ça n’a pas été difficile, il y en a des dizaines sur internet, et beaucoup de livres et magazines en proposent également. Deux sortent du lot : La lessive au savon de Marseille La lessive à la cendre Celle au savon de Marseille, ça me paraissait logique, celle à la cendre beaucoup moins… Je décide tout de même de tester les deux. 1ère recette : la lessive au savon de Marseille Les recettes dénichées se ressemblent toutes. Voici donc la liste des ingrédients : 100g de savon de Marseille (en bloc ou bien en copeaux) 2 cuillères à soupe de bicarbonate de soude 2L d’eau (1L avec le savon, puis 1L une heure après) Il ne me reste plus qu’à acheter du savon de Marseille et du bicarbonate de soude. Un petit tour au supermarché et hop me voilà prête, pleine d’enthousiasme, à me lancer dans la concoction de ma lessive. Ça a l’air rapide à faire. On coupe en copeaux un savon de Marseille, on fait porter à ébullition, on rajoute le bicarbonate de soude. On laisse reposer une heure, on rajoute de l’eau. On met le tout dans un grand bidon et c’est fini. Et bien, facile à faire ! C’est vraiment top la lessive faite maison ! Je décide d’attendre quelques jours avant de tester mon linge avec. Et là, ce fut le drame. Ma lessive a complétement durci à l’intérieur du bidon ! Un vrai caillou. J’ai beau délier en rajoutant de l’eau, rien à faire. J’ai dû me planter quelque part. Je me replonge donc dans mes recherches et trouve l’ERREUR du débutant. Il y a savon de Marseille ET savon de Marseille. Le vrai, l’authentique est plus rare à trouver et seules quelques marques en fabriquent encore. Avec ma chance, j’avais pris un faux savon de Marseille. D’ailleurs la plupart des supermarchés ne proposent que de faux savons. J’aurais dû me méfier, un savon de Marseille « enrichi en huile d’olive » c’était un peu louche ; le savon de Marseille étant à la base déjà composé d'huile d'olive. Pourtant, à voir l'emballage, ça paraissait vrai : Assurez-vous donc de vous procurer le véritable savon de Marseille, voici la liste des savonneries qui le fabriquent encore : La Savonnerie du Midi, le Sérail, le Fer à Cheval et Marius Fabre. Il ne se compose que de 4 ingrédients : Sodium olivate et/ou sodium cocoate Aqua Sodium chloride Sodium hydroxide S’il en contient plus, c’est un faux. Je retourne donc au supermarché acheter DU VRAI savon de Marseille et recommence ma recette. Je coupe 100g de savon de Marseille que j’ajoute à un litre d’eau. Je porte à ébullition et éteins le feu. L’odeur est peu agréable, ça sent le chaudron et pas trop le savon !! La couleur est un peu ragoûtante. J’ajoute mes deux cuillères à soupe de bicarbonate, ça mousse un peu ! Je laisse reposer une heure. Puis j’ajoute un litre d’eau. Je mets le tout dans un bidon et j’attends quelques jours. Mon mélange n’a pas durci ! Il suffit juste de le secouer pour que les éléments se mélangent bien ensemble. C’est le grand jour, nos vêtements et ceux de ma fille pleins de tâches de lait et nourriture n’attendent que ça ! Je sais qu’avec ma lessive industrielle habituelle ces tâches partent au premier lavage. Un gros bouchon (soit un verre à eau) dans la machine et c’est parti. Machine terminée, je sors mon linge. Bon, l’odeur n’est pas terrible. Forcément, je n’ai ajouté volontairement ni huile essentielle ni adoucissant. Ça sent juste le savon de Marseille, odeur que je n’apprécie pas vraiment. Mais bon, l’important n’est pas là, mon linge est-il propre ? Là est la mission de ma lessive. Et là je vous avoue que c’est la déception. Aucune de mes tâches ne sont parties. La lessive n’a fait que rafraîchir mon linge peu sale mais n’a pas vraiment lavé. J’ai retenté plusieurs fois l’expérience. La seule façon de faire partir les tâches est de mettre du détachant avant. La recette du détachant écolo existe (il suffit d’appliquer du bicarbonate de soude avec de l’eau tiède sur les tâches) mais bon, ça devient un peu galère de laver son linge. 2ème recette : la lessive à la cendre Recette totalement différente et plus étrange au premier abord. La cendre a le pouvoir de dégraisser. Il vous faudra ici un peu plus de matériel et de patience. Voici la liste de ce qu’il vous faut : De la cendre bien sûr. J’ai la chance d’avoir une cheminée donc ça me débarrasse. La cendre des bois durs, de chauffage est meilleure que celles des résineux. 1L d’eau Un tamis ou une passoire Un seau Un tissu qu’il faudra jeter ensuite Une bouteille pour stocker la lessive Première étape, une fois que vous avez récupéré votre cendre, il faut la tamiser. Je m’installe dans une pièce que je peux aérer : mon arrière cuisine. J’avais du temps devant moi, j’en profite donc pour tamiser ma cendre, il ne reste plus qu’une poudre grise toute lisse. Pour mon essai, je n’ai tamisé que 50g de cendre, si vous voulez en faire une quantité importante, sachez qu’il faut un certain temps pour la passer au tamis. Ma cendre déposée dans un seau, j’ajoute mon litre d’eau, cela crée un peu de poussière, d’où l’intérêt de le faire dans une pièce aérée (ou dehors si le temps le permet). Il faut maintenant attendre toute la nuit que le mélange macère. Le lendemain, rien n’a bougé. La cendre s’est déposée dans le fond du seau. Je suis censée obtenir un mélange visqueux, il n’en est rien. De l’eau un peu grisâtre stagne. Je décide de rajouter de la cendre tamisée, en me disant que les proportions ne doivent pas être bonnes. Et j’attends 24 heures de plus. Le surlendemain, j’obtiens toujours la même mixture : la cendre boueuse au fond et de l’eau grise au-dessus. Je décide tout de même de faire ma lessive avec ce mélange. Tant pis pour le mélange visqueux. Je prends donc un tissu que je plie en quatre, une passoire, et je filtre le tout. Je m’aide d’un bâton pour faire couler le mélange à travers ce filtre. J’obtiens un liquide un peu jaune, ça a l’air de ressembler aux lessives à la cendre que j’ai pu voir sur différents sites internet. Honnêtement, à ce stade, je n’ai aucune envie de tester mon linge avec cette préparation. On dirait de l’eau sale, tout simplement. Je mets donc à laver des tissus sans grande importance et quelques bavoirs que j’ai moi-même tâchés de chocolat, à 30°. Et voici le résultat : le linge est ressorti propre ! Sans odeur, sans mauvaise odeur plutôt. J’étais très sceptique et me voilà assez convaincue. 3ème étape : résumé des tests La lessive au savon de Marseille Points positifs : cette lessive ne revient pas chère du tout ! Elle est facile à faire, et c’est 100% écologique. Points négatifs : son efficacité est limitée. L’odeur n’est pas des plus agréables même si cela reste personnel. Fabriquez également votre détachant, vous en aurez besoin, elle sert, pour moi, à rafraîchir le linge peu sale. Il paraîtrait qu’elle encrasse les machines à force... La lessive à la cendre Points positifs : elle ne coûte rien du tout si vous pouvez récupérer de la cendre. Son efficacité est prouvée sur des tâches qui partiraient avec une lessive habituelle. Pas d’odeur désagréable. Points négatifs : un peu plus compliquée et plus longue à fabriquer. Vous l’aurez compris, à choisir, je pencherais plutôt pour la lessive à la cendre, en rajoutant quelques écorces d’orange ou citron pour aromatiser le mélange. Le bicarbonate de soude est aussi un excellent détachant pour les tâches coriaces avant de laver son linge. Bien sûr, ce n’est que mon expérience. Peut–être avez-vous eu des résultats différents des miens. Mais, laver son linge en préservant la planète, c’est possible ! N’hésitez pas également à me faire part de vos idées pour un prochain « J’ai testé » !
×