Aller au contenu

yourself91

Membre
  • Contenus

    639
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de yourself91

  • Rang
    Forumeur forcené
  • Date de naissance 02/10/1905

Informations Personnelles

Visiteurs récents du profil

768 visualisations du profil
  1. Je pense que cela ne suffit pas, il faut y associer la densité.
  2. Le PDG d'Ubisoft, Yves Guillemot, a promis jeudi 2 juillet à ses salariés un "changement structurel" au sein de l'entreprise, après que certains de ses cadres ont été visés par des accusations d'agression et de harcèlement sexuels. L'éditeur français de jeux vidéo, l'un des poids lourds mondiaux du secteur, avait annoncé la semaine dernière des enquêtes internes, alors que s'amassaient les témoignages sur le sexisme et les atteintes aux femmes dans ce milieu très masculin. "Vous êtes entendus" "Les situations que certaines et certains d'entre vous ont vécues ou dont vous avez été témoins sont inacceptables", a écrit le PDG d'Ubisoft aux 18 000 salariés du groupe dans le monde. "Je tiens à dire à ceux qui ont pris la parole ou qui ont soutenu des collègues : vous êtes entendus et vous contribuez à conduire les changements nécessaires au sein de l'entreprise", ajoute-t-il, promettant des "changements fondamentaux" mis en œuvre "très rapidement, à tous les niveaux". Il annonce avoir "décidé de revoir la composition de notre département éditorial [mis en cause par certains témoignages], de transformer nos processus RH [ressources humaines], et de responsabiliser davantage tous nos managers sur ces sujets". Le PDG évoque notamment la mise en place de "groupes d'écoute", d'un questionnaire anonyme, ainsi que d'une plateforme d'alerte confidentielle en ligne. Contacté par l'AFP, le service de presse d'Ubisoft n'était pas en mesure d'indiquer jeudi soir si des personnes avaient été mises à pied. source
  3. L'air ambiant a été analysé sur une année et les trois agences impliquées y ont décelées des produits interdits, certains depuis des dizaines d'années. L'Anses, l'Inéris et Atmo France dévoilent jeudi 2 juillet les résultats de la première campagne nationale exploratoire des pesticides (Cnep) qui a analysé l'air que l'on respire pendant un an, entre juin 2018 et juin 2019. Cette campagne inédite a trouvé plusieurs substances préoccupantes, comme des insecticides interdits et du glyphosate, mais elles n'augmentent que faiblement les risques de maladies (1,2 %). Au total, la campagne a mesuré la présence ou l'absence de 75 substances pesticides dans l'air ambiant, en faisant des prélèvements sur 50 sites en métropole et en Outre-Mer, autant dans le milieu rural qu'en zone urbaine, entourés par des pratiques agricoles différentes (vigne, élevage, maraîchage, etc). L'Anses a pu, ainsi, identifier 32 substances d'intérêt, dont 9 sont interdites, sur lesquelles elle recommande de poursuivre les investigations, notamment car il n'y a toujours pas de règlementation assurant un seuil limite de pesticides respirés chaque jour. Interdit depuis plus de 20 ans, un insecticide est toujours présent dans l'air Le lindane est un insecticide interdit en France depuis 22 ans, aussi bien pour l'agriculture que pour le traitement des charpentes en bois ou comme produit anti-poux, pourtant les analyses montrent qu'il y en a toujours dans l'air ambiant (dans près de 80% des échantillons testés). Du chlorpyrifos est aussi présent dans l'air, selon cette étude s'arrêtant en juin 2019. Ce pesticide - utilisé pour éliminer les pucerons et les chenilles - a depuis été interdit, début 2020, dans l'Union européenne. Les analyses trouvent aussi du glyphosate, classé comme cancérogène probable pour l'homme par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et présent dans l'air à de très faibles niveaux. Selon les premières hypothèses des associations, la présence de pesticides interdits dans l'air est provoquée par l'évaporation de ces produits toujours présents dans les sols. Néanmoins, certains pesticides présents dans l'eau ne se retrouvent pas dans l'air : par exemple, le chlordécone n'est pas présent dans l'air, bien qu'il continue à poser des problèmes de santé publique aux Antilles car il reste encore dans l'eau, 30 ans après son interdiction. source
  4. Les scientifiques parlent d’un "désastre pour la préservation de l’espèce" : au Botswana, plus de 350 éléphants sont morts en l’espace de quelques semaines, rapporte le journal britannique The Guardian. Fin mai, 169 pachydermes étaient morts. Depuis, ce chiffre a doublé. La plupart des carcasses ont été découvertes près de points d’eau, d’après des sources locales qui souhaitent rester anonymes. A quoi ces morts sont-elles dues ? Y a-t-il un risque pour l’homme ? Pour l’heure ces questions restent sans réponse, notamment parce que le gouvernement du Botswana "n’a pas encore analysé les échantillons prélevés", écrit The Guardian. Des éléphants des deux sexes et de tous âges ont été retrouvés morts. La première possibilité est celle d’un empoisonnement au cyanure, méthode prisée par les braconniers au Zimbabwe. Mais les charognards qui dévorent les restes des éléphants ne semblent pas succomber à leur tour. L’autre piste explorée par les scientifiques est celle d’un agent pathogène inconnu. Pour Niall McCann, biologiste et représentant d’une association de protection des animaux interrogé par le Guardian, le retard dans les analyses des échantillons “est représentatif d’un pays qui est en train d’échouer dans sa mission de protection de sa ressource la plus précieuse”. L’écotourisme, deuxième source de revenus derrière les diamants, représente de 10 à 12% du PIB du Botswana. Les carcasses étant parfois difficiles à repérer, le bilan pourrait être en fait plus lourd qu’il ne l’est déjà. Et plusieurs éléphants encore vivants semblent amaigris, ce qui laisse craindre des décès supplémentaires ces prochaines semaines. source
  5. Le Covid-19 a muté et la nouvelle version serait plus infectieuse que celle d’origine, selon une étude La variante du SARS-CoV-2 qui domine aujourd’hui dans le monde infecte plus facilement les cellules que celle qui est apparue à l’origine en Chine, ce qui la rend probablement plus contagieuse entre humains bien que cela reste à confirmer, selon une étude publiée jeudi dans la revue Cell. "Nous ne savons pas encore si une personne s’en sort moins bien avec elle ou non", a commenté Anthony Fauci, directeur de l’Institut des maladies infectieuses américain, à la revue Jama. "Il semble que le virus se réplique mieux et puisse être plus transmissible, mais nous en sommes toujours au stade d’essayer de le confirmer. Mais il y a de très bons généticiens des virus qui travaillent là-dessus." Version européenne Après sa sortie de Chine et son arrivée en Europe, une variante du nouveau coronavirus, qui mute en permanence comme tout virus, est devenue dominante, et c’est cette version européenne qui s’est ensuite installée aux États-Unis. La variante, nommée D614G, concerne une seule lettre de l’ADN du virus, à un endroit contrôlant la pointe avec laquelle il pénètre les cellules humaines. source
  6. Le Français de 30 ans est jugé pour « association de malfaiteurs terroriste », « direction d’un groupe terroriste » et « meurtres en bande organisée ». Le verdict est attendu dans la soirée. « Quand on dissipe les rideaux de fumée dressés par monsieur Vilus, on ne voit plus que des cadavres. Quand on sort de l’hypnose dans laquelle sa logorrhée nous plonge, on n’entend plus qu’un silence de mort. Il vous revient de mettre un terme définitif à ce carnage. » Interrompu par un malaise la veille, l’avocat général Guillaume Michelin a achevé son réquisitoire, vendredi 3 juillet, devant la cour d’assises spécialement composée de Paris, en réclamant la peine de réclusion à perpétuité contre Tyler Vilus, assortie d’une période de sûreté de vingt-deux ans. Le djihadiste français de 30 ans, arrêté en Turquie en 2015 alors qu’il regagnait l’Europe « pour mourir les armes à la main » après deux ans passés en Syrie, est jugé pour des faits d’« association de malfaiteurs terroriste », « direction d’un groupe terroriste » et « meurtres en bande organisée ». Tyler Vilus a reconnu la majorité des faits concernant les deux premières infractions, qui lui font encourir respectivement vingt et trente ans de prison. Concernant la troisième, sa présence sur les lieux de l’exécution de deux opposants par l’organisation Etat islamique (EI), en avril 2015 dans l’est de la Syrie, elle lui fait encourir la réclusion à perpétuité, en vertu du principe juridique de la coaction. L’accusé nie avoir tenu le moindre rôle dans ces deux meurtres. « Bottin des personnalités du djihad francophone » « Il n’est pas celui qui tire, mais il est de ceux qui participent à la sécurisation de la scène de crime », a estimé Guillaume Michelin. La scène, filmée et diffusée sur les canaux de l’EI, a été disséquée image par image à l’audience. Selon l’avocat général, la participation active à ces exécutions de Tyler Vilus, qui occupait la fonction de policier au sein de l’EI, est signée par son équipement – « son talkie-walkie indique très clairement qu’il est là pour assurer, voire diriger le service d’ordre » – et son positionnement lors de la scène, sur la même ligne que les bourreaux, juste derrière les deux victimes : « Ce n’est pas le positionnement d’un touriste qui sort de la mosquée, comme il voudrait le faire croire. » « Dans notre cour d’assises, on n’a jamais eu à juger un membre de l’Etat islamique tel que l’accusé », avait débuté le représentant du parquet général jeudi, décrivant Tyler Vilus comme « un djihadiste intégral, complet, kaléidoscopique », qui a occupé « toutes les fonctions au sein du califat ». Un djihadiste qui, « s’il était rentré à Paris, aurait évidemment été le chef du commando » du 13-Novembre, selon Guillaume Michelin, qui a rappelé les fréquentations de l’accusé en Syrie, d’Abdelhamid Abaaoud, cerveau des attentats du 13-Novembre, à Mehdi Nemmouche, auteur de la tuerie du Musée juif de Bruxelles, en 2014. « Ouvrir le dossier Tyler Vilus, c’est ouvrir le bottin des personnalités du djihad francophone, ceux dont tout le monde a entendu parler. La plupart de ces tristes personnalités sont mortes, lui est dans le box, c’est aussi ce qui en fait un cas exceptionnel. La cour d’assises va devoir juger un trompe-la-mort », a poursuivi l’avocat général. La journée se poursuit avec les plaidoiries de la défense. A condition que le calendrier initial n’ait pas été modifié par l’étalement du réquisitoire sur deux jours, le verdict est attendu dans la soirée. Henri Seckel source
  7. L'influence de Marvel ne fait que croître. Aujourd'hui, il a été annoncé que la franchise de super-héros Marvel a acheté les droits de la série Alien et Predator. Alors que de nombreux fans de longue date des deux scènes de science-fiction aimeraient voir plus de films réalisés, Marvel ne sera en charge que lorsqu'il s'agira de créer de nouvelles bandes dessinées. L'acquisition des séries Predator et Alien ne se traduira que par des bandes dessinées, pas par des films et des films. Cependant, cela ne signifie pas que nous ne reverrons plus jamais un autre film Alien ou Predator. Le dernier film Predator était objectivement horrible et les films Alien plus récents de Ridley Scott ont rencontré des critiques mitigées quel que soit leur potentiel. Il y a encore des rumeurs d'un troisième film Alien qui sortira afin de terminer la trilogie, mais on ne peut pas en dire autant de Predator. En ce qui concerne la direction que Marvel veut prendre ces deux franchises emblématiques des années 80, tout le monde le devine. Les films d'Alien Vs Predator ne se sont pas trop bien passés lorsqu'ils ont fait leurs débuts au milieu des années 2000, Marvel pourrait donc être un peu hésitant à essayer de retirer cette collaboration à nouveau. Cela étant dit, les bandes dessinées sont un excellent moyen de réussir les choses que les films et la télévision ne peuvent pas réussir. Le rédacteur en chef de Marvel a à dire à propos de cette nouvelle étape pour l'entreprise: «Je me souviens clairement où j'étais quand j'ai vu chacun de ces chefs-d'œuvre modernes pour la première fois, et je me suis régalé de la façon dont les deux tissent magistralement la terreur et le drame extraterrestres dans certains des scènes les plus emblématiques que nous ayons jamais vues sur film. Nous avons hâte d'en partager plus dans les mois à venir! " source
  8. Zut, vous gachez la surprise. Moi j'attendais le paragraphe sur les différences ethniques.
  9. yourself91

    Le cas professeur Raoult

    en prison pas forcément, tout dépend des fautes qu'il aura commise, s'il en a commise. En règle général, une interdiction d'exercer suffit.
  10. Je crains fort de n'avoir pas les connaissances pour vous suivre sur cette conversation, mais vous semblez la maîtriser. Vous pourriez peut être ouvrir un topic sur cette question ?
  11. yourself91

    Le cas professeur Raoult

    Est ce que cela sera la conclusion ? est ce que cela doit être la conclusion ? j'espère que non.
  12. je ne comprends pas pourquoi passer du niveau 1 au 3 pour redescendre au 2 à part que sur un plan symbolique , moi je comprends 1 enfant on t'aide, 2 enfants on t'aide beaucoup (pourquoi ?), 3 enfants tu es puni et tu aurais moins d'aide que si tu étais resté à 2 enfants.... Donc un système un peu incohérent et punitif ( ce qui engendra de la colère sociale). L'aide familiale à la base c'est pour aider les familles à élever dans de bonnes conditions leurs enfants. Donc là dans votre système, plus on a d'enfants moins on nous aide financièrement. Conséquences : enfants mal nourris, sans soins, laissés livrés à eux car pas les moyens de payer des centres de loisirs, logement insalubres, entassés..... je ne vois pas bien ce qui peut sortir de positif de ce système.
  13. Il n’a pas participé à la conférence de presse des représentants d’agriculteurs et d’éleveurs ce jeudi matin à Toulouse. Mais Jean-Luc Fernandez est venu en appui de ces professionnels qui avaient décidé de boycotter la réunion du groupe « pastoralisme et ours » à la préfecture de région, à quelques mètres de là. Devant la cathédrale Saint-Etienne, le président de la fédération des chasseurs de l’Ariège a témoigné de la situation de plus en plus tendue dans son département entre opposants et partisans du plantigrade. « 14 plaintes ont déjà été déposées depuis le début de l’année », explique-t-il. Ces démarches peuvent concerner des palombières ou des postes de tirs détruits, des agressions verbales, mais pas seulement. « Des chasseurs en Ariège reçoivent des menaces de mort » lance Jean-Luc Fernandez, qui a constaté une hausse de ces actes, notamment sur les réseaux sociaux, depuis qu’un ours a été retrouvé tué par balles à Ustou, le 9 juin. La chasse, « un acquis de la Révolution » S’il « condamne cet acte », le responsable cynégétique indique aussi que « la chasse était fermée » et qu’« aucun chasseur n’était présent sur les lieux ce jour-là ». « La chasse est un acquis de la Révolution », poursuit-il. Samedi, une « grande journée pyrénéenne pour les libertés » est prévue à l’étang de Lers à l’initiative d’Ariège Ruralité, regroupement de plusieurs collectifs dont la fédération départementale de chasse. Pendant ce temps, des militants favorables à l’ours se regrouperont à Toulouse. L’apaisement attendra. source
×