Orbes claire

Membre
  • Compteur de contenus

    361
  • Inscription

  • Dernière visite

3 abonnés

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays
  • Lieu
    Lorraine

Visiteurs récents du profil

2 731 visualisations du profil
  1. Bonsoir Jedino, Sujet sympa ! Ma pensée philosophique se résume à chercher partout et toujours à vivre bien et, lorsqu’on devient adulte, aider les plus jeunes à se poser les bonnes questions pour arriver à « vivre bien et en amour de soi et des autres». Vivre bien signifie, trouver sa place dans ce monde, trouver comment faire ce pour quoi on est doué, et prendre plaisir à le faire bien. Je suis parvenue à avoir la chance de faire ce que j’aime et de vivre de ce pour quoi je suis douée J … je souhaite à tout le monde d’y arriver … et, chaque fois que j’en ai la possibilité, j’aide les autres à faire pareil NB : ce sont des propos que j’ai entendu aussi chez Jacques Attali, donc je suis contente de partager cette vision avec lui J
  2. Pour répondre de manière générale aux diverses interventions ... L’intelligence émotionnelle nous rend capable de percevoir les émotions qui nous traversent ou nous assaillent et, par la prise de recul à laquelle elle nous amène, elle nous permet de les observer et de les maîtriser de manière constructive, c'est-à-dire faire la part des choses entre nos potentialités et nos freins, et faire de même avec l’Autre.... cela nous rend plus empathique vis à vis de l'autre ... voire plus indulgent. Certains écrits philosophiques semblent néanmoins se maintenir au seul niveau de l’intellect, ce qui peut les rendre désincarnés, austères et rébarbatifs…. Mais, j’en conviens, certains auteurs (philosophes) sont capables de dire ou d’élaborer une théorie sans être capables de la maîtriser eux-mêmes au travers de l’expérience - c’est le cas par exemple de Rousseau, qui a écrit des choses fabuleuses sur l’éducation des enfants alors que les siens se sont retrouvés à l’orphelinat, c’est le cas aussi de Kant qui, lui aussi, a écrit sur l’éducation alors qu’il n’a jamais eu d’enfants. D’un point de vue purement subjectif et personnel, ce que dit Rousseau me paraît plus intéressant et plus porteur (par le fait qu’il a tout de même été père), après on ne connaît pas exactement tous les événements qui ont amenés à ce qu’il ne puisse pas s’occuper de ses enfants…. Il y a l’histoire et l’Histoire de l’histoire ! Heureusement, lorsque par après arrive une personne qui, forte de son intelligence tant intellectuelle qu’émotionnelle et pratique, parvient à faire le lien entre la théorie qu’il a comprise et son application dans la vie pratique, alors on redécouvre cette théorie et on lui trouve mille qualités ou intérêts. Lorsque la philosophie n’en reste qu’à un niveau d’exercice cérébral, elle perd en « épaisseur humaine » et elle passe à côté de son rôle d’aide à avoir une « bonne vie » et d’aide à rendre la vie « bonne ». De ce point de vue j’apprécie les philosophes grecs car ils avaient cet objectif d’aider les gens à vivre de « manière philosophique », j’apprécie aussi ces philosophes contemporains qui poursuivent ce même objectif. La capacité à établir une théorie et à créer des concepts est un grand art, mais il est un art encore plus grand de montrer comment les mettre en pratique et d’amener les concitoyens à vouloir leur donner vie et sens ! Alors oui, j’aurais tendance à dire qu’il faut arriver à un bon niveau d’intelligence émotionnelle pour être en tout cas un « philosophe-phare ».
  3. Bonsoir Nolibar, des études semblent toutefois avoir mis en évidence, qu'un individu bien pourvu d'intelligence émotionnelle (même s'il est moins bien pourvu intellectuellement) s'en tire mieux qu'un individu bien doté intellectuellement mais avec une pauvre intelligence émotionnelle !
  4. bonsoir Sawam, comme dirait Prométhée "grosse poigne de mains" Cela dit, pour prendre du recul et ne pas être touché "outre mesure" par les événements qui surviennent, c'est à dire dépasser le choc de l'événement et revenir à soi, oui il faut une sacrée intelligence émotionnelle !
  5. L'intelligence émotionnelle devrait, selon moi (mais pas que), nous conduire à plus d'optimisme et d'être "présentement là", ici et maintenant
  6. Bonsoir Quasi Modo, c'est étrange pour moi ce que tu dis là : être lucide sur soi-même me paraît plutôt être gage de confiance en soi ... mais peut-être que le problème ne vient pas de cette lucidité sur soi-même, mais plutôt de comment on va continuer à vivre au quotidien avec les autres ? La lucidité sur soi-même amène des prises de conscience qui mettent en balance notre façon de vivre, nos relations, etc... effectivement cela peut amener à certaines "ruptures" mais pour arriver à quelque choses de plus congruent/cohérent avec ce que nous sommes. Comme Délà-U je dirais que tu t'en tires plutôt bien et que tu sembles plutôt bien doté au niveau intelligence émotionnelle Oui, je suis plutôt sur ce versant "De la même façon qu'on peut considérer qu'il faut vire pleinement une philosophie au quotidien pour la comprendre, et on se rapproche alors de l'art de vivre. Apprendre par coeur et intégrer la logique du sage ne fait pas de nous un sage pour autant."
  7. Bonsoir Déjà, l'intelligence émotionnelle n'est pas un concept si récent que cela, mais il est vrai que peut-être on en parle de manière plus instante depuis peu ??? globalement, je suis d'accord avec ce que tu dis ... je dirais cependant que l'intelligence émotionnelle peut nous conduire au bonheur dans le sens où, si l'on a une idée claire sur nous-mêmes (nos potentialités, nos freins, notre individualité, etc) l'on se connait mieux, dès lors nous avons une meilleure confiance en nous et nous pouvons mieux discerner quelles sont les situations qui nous conviennent et quelles sont les émotions qui nous appartiennent de celles provenant des autres et qui nous envahissent. Forts de cette capacité, nous pouvons soit être capables de faire ce tri chez les autres, soit aider ces autres à faire ce tri.
  8. Bonsoir Yokkie, oui, je suis bien d'accord avec ces propos !
  9. L'intelligence émotionnelle est-elle une base nécessaire pour aborder la philosophie, la comprendre, et pratiquer l'art de bien vivre avec les autres ? Cette intelligence semble être en lien étroit avec le développement d’autres capacités : - La confiance en soi qui amène une auto perception lucide - L'empathie qui permet de comprendre ce qui se vit dans la peau de l’autre - L'assertivité qui permet de s’exprimer sans passivité ni agressivité - La congruence qui révèle son être-soi authentique - L'auto motivation qui révèle une autonomie intellectuelle L’Intelligence Emotionnelle est décrite comme une capacité transversale qui affecte, positivement ou négativement, les autres capacités.... et qui pourrait être la clé du bonheur. Qu'en pensez-vous ?
  10. Lascive
  11. Bonsoir Fx, les concepts sont aussi intéressants en soi que "vides", ce qui va leur donner corps, c'est l'usage que nous allons en faire. s'ils deviennent mercantiles c'est uniquement parce que nous les avons orientés vers cet usage
  12. Bonsoir Ping, je suis d'accord lorsque vous dites que l'énergie n'est ni bonne ni mauvaise, elle est tout simplement, mais effectivement le "comment" on va l'utiliser va la connoter positivement ou négativement. Cependant, selon moi, si une pulsion ou une émotion monte en nous, nous avons toujours le choix de nous laisser aller ou pas.
  13. plutôt que d'être agressif ne serait-il pas plus judicieux d'être assertif ?
  14. Dans la même veine : Une employée de l'Hôtel de la Plage des Etoiles est en train de préparer les transats sur la plage et nettoie les tables du bar lorsque soudain, James Bond sort des vagues où il a amarré son autobolidenautique et, dans son magnifique costume trempé taillé sur mesure, il se dirige vers elle .. (Wouuaah quel mec).... il lui tend la main et se présente "Bond, James Bond" ... et elle (sortant de sa torpeur matinale) de lui répondre en lui rendant la poignée main "MONE, SIMONE"