Aller au contenu

Nemezis

Membre
  • Contenus

    42
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Nemezis

  1. Je sais très bien comment ça va se gérer. Je vais prendre sur moi, me taire et ne pas faire de vague. C'est plus simple, et tant pis pour moi.
  2. Sauf quand la relation dure depuis vingt ans et que l'on se rend compte qu'on a pas évolué de la même manière a ce niveau là. Ça m'énerve de me dire que tout peut être foutu en l'air à cause de cette simple cause.
  3. Alors non j'évite la "passion", ce n'est pour moi que de la poudre aux yeux, éphémère. C'est bien pour les ados, ou les romantiques. J'aspire plus a une vie tranquille, a des relations plus "spirituel" que charnel. Je met spirituel entre guillemet car ce terme ne me convient pas totalement. Je pourrais comparer ça a une vraie amitié, être profondément lié à quelqu'un sans être parasité par le désir, le tactile, ça me dégoute de plus en plus.
  4. Des fois j'en viens à me demander si on tombe vraiment amoureux des personnes en elle-même ou seulement d'une idée de relation que l'on se fait avec cette personne. Tout ne serait qu'illusion.
  5. Oui ça me semble compliqué aussi. Soit il y en a un des deux qui se "sacrifie" et prend sur lui ou il faut stopper la relation. Ce qui peut être dommage s'il n'y a que ça qui pose problème. C'est pessimiste comme vision. La solution serait donc de rester seul. C'est sur que ce serait plus simple.
  6. Dans ce genre de situation, c'est souvent celui qui se trouve rejeté qui n'est pas heureux.
  7. Et quand c'est le cas avec tout le monde?
  8. Bonjour, Etes vous adepte des gestes calins, des caresses, des "papouilles" avec votre partenaire? est ce pour vous indispensable de toucher l'autre? Si vous êtes dans ce cas de figure comment faire si le/la partenaire n'est pas du tout tactile et refuse de se faire toucher à tout bout de champs? Est ce qu'un couple peut perdurer si l'un réclame des gestes d'affections que l'autre est dans l'incapacité de donner? ou Si l'un veut donner ces gestes et que l'autre a du mal à les recevoir? Merci pour vos réponses.
  9. Nemezis

    Vivre avec des chaines

    Vu mon âge, j'ai du retard alors. C'est désespérant! J'espère ne pas faire que de la surveillance et aider autant que je le peux ceux qui m'entourent. Si je me fout la paix, déjà que je ne fais pas grand chose, je vais finir par vraiment végéter.
  10. Jeune adulte, je suis en colonie de vacances au bord d'un lac, cerné par la montagne et la forêt. Nous sommes répartis par groupe dans des chalets au bord du lac, l'endroit est paisible. Il y a 4-5 jeunes par chalet, en bonne 5 ème roue du carrosse, je me retrouve seule dans le mien. D'un coté cela me chagrine, de l'autre non. Au moins j'y serais tranquille, mais ça ne facilitera pas l'intégration. Je suis toujours à l'écart, à part pour les activités obligatoire. La plupart des jeunes se connaissent déjà, et forme un groupe plutôt soudé, je n'ose pas m'y incruster. Je profite donc du paysage, je me promène dans la forêt alentour, j'admire le ciel étoilée, les couchers de soleil sur la montagne. C'est tellement apaisant. Partir seule aurait eu le même effet, mais au moins je n'ai pas à penser à la logistique. Au bout de quelques jours, je remarque qu'un jeune m'observe, l'air de rien. J'ai l'air de l'intriguer. Il doit se demander quel genre de sauvage part en groupe pour finalement s'isoler. Ce manège du je te regarde sans te regarder dure quelques jours. Un soir alors qu'une fête bat son plein un peu plus loin il vient m'aborder sur la terrasse de mon chalet. Il me demande pourquoi je reste seule ici, et m'invite à rejoindre les autres. J'accepte. C'est idiot, je me fais l'effet d'un vampire qui attend qu'on l'invite pour pénétrer quelque part. Je reste tout de même timidement en retrait toute la soirée, j'observe mes camarades, il vaut mieux éviter pour le moment les caractères fort en apparence, les meneurs. Autant cibler ceux qui me ressemblent le plus, les réservés, intégration en douceur. C'était sans compter sur le jeune qui m'a amené et qui m'emmène vers le groupe le plus bruyant. On se croirait dans un teenmovie américain, la looseuse qui se retrouve au milieu du groupe des populaires. Merde, ça sent les emmerdes. D'ici là que l'une d'elles me propose un relooking il n'y a pas loin. Ce sera sa BA de l'été. Regardez la chenille qui s'est transformé en papillon! C'est grâce à moi!. Hourra! hourra! Bullshit? je préfère fuir discrètement. Les jours qui suivent ce jeune ne lâche pas l'affaire pour autant. Que me veut-il? il a fait un pari avec ses amis? Méfiance. On ne fait que discuter, de tout de rien, il n'est pas désagréable. Méfiance quand même. Le temps passe, la méfiance s'efface de plus en plus. Il n'a pas l'air fourbe. On peut dire que je me suis fait un ami. Comme quoi tout arrive. Il me plait. Bal de fin de séjour, ces vacances ont été plus réussies que je ne le pensais. Il s'avère que je lui plais également.
  11. Nemezis

    Vivre avec des chaines

    C'est justement ce que je fais actuellement, et apparemment ça ne me réussit pas. Il y a surement un juste milieu entre ne s'occuper que des autres et ne s'occuper que de soi.
  12. Nemezis

    Vivre avec des chaines

    Tout le monde n'est pas comme ça, je n'aime pas faire des généralités, c'est un ressenti général. A vrai dire il n'y a même pas besoin d'avoir un retour négatif, il suffit d'imaginer que le retour sera négatif en se comparant aux autres. En voyant ce que certains font ou disent, et se dire qu'on en est loin, en comparant avec un domaine que l'on est censé maitriser j'entends. Ce n'est pas un problème de compréhension écrit ou oral, même si à l'oral il est bien plus difficile de s'exprimer je trouve. Avoir les gens en face, voir leur réaction en direct, interprété (ou sur-interprété?) leur regard et leur gestuelle, a de quoi rendre muet. Pour finir je ne sais pas si c'est parce que j'ai une vision négative que je vois tout en négatif effectivement. A voir. Quel motif donner pour prendre un rendez-vous avec psy? Problème de confiance en soi? et si ce n'est finalement pas ça le soucis. Si ce sont juste des petits questionnement sans grand intérêt qui ne feront que faire perdre du temps à cette personne? J'en reviens presque à mon sujet précédent sur le choix entre un psy ou la sophrologie. S'occuper de soi oui, mais comment? Je ne pense pas avoir eu une enfance difficile. Oser oui, même question qu'au dessus, comment?
  13. Nemezis

    Vivre avec des chaines

    J'ai dit monde entier car la personne au dessus , Augier, me disait de m'éloigner des personnes toxiques, alors que je parlais des gens en général pas que de l'entourage. Je ne sais pas, je n'arrive pas à déterminer ou je me place. Parce que les gens remarquent et ciblent plus le négatif que le positif chez les autres.
  14. Nemezis

    Vivre avec des chaines

    Entourage bienveillant je ne sais pas, mais on ne va pas demander aux gens de dire que c'est bien si ce n'est pas le cas. Est-ce vraiment bienveillant d'encourager quelqu'un si on sait qu'il n'en est pas capable? Manque de confiance ou simplement lucidité sur nos capacités et possibilités? A quel moment on détermine vraiment qu'on se sous-estime? En ne faisant et ne disant rien au moins on laisse le doute aux autres sur notre incompétence finalement.
  15. Nemezis

    Vivre avec des chaines

    Avoir peur d'être jugé pour la moindre action ou pensée, par exemple tout simplement donner son avis, que les autres trouveraient idiot.
  16. Nemezis

    Vivre avec des chaines

    Oui si c'est ce qui correspondrait le mieux.
  17. Nemezis

    Vivre avec des chaines

    Je peux modifier ça? même si le but n'est pas d'être le plus vu.
  18. Nemezis

    Vivre avec des chaines

    Oui mais dans le cas présent c'est le monde entier qui est toxique... Le regard de n'importe qui devient insupportable.
  19. Nemezis

    Vivre avec des chaines

    Bonjour, En cherchant dans quelle section mettre ce sujet, je me suis demandé pourquoi il n'y avait pas de section psycho? ou pour les plus caustiques "murs des lamentations" ou "bureau des pleurs". Soit, il se retrouve dans inclassable faute de mieux. Rentrons dans le vif du sujet: Vous arrive-t-il de vous limiter ou censurer à cause des autres, par peur de leur regard, de leur jugement. Chose qui vous bloque au point de devenir totalement inactif et passif sauf lorsque vous vous retrouvez seul. Avoir plein d'envie, d'idées et ne pas réussir à les réaliser ou les produire parce que d'autres personnes sont là à coté de vous, ou parce qu'on vous dit que de toute façon vous n'en êtes pas capable. Ou lorsque l'on finit par faire quelque chose, le cacher pour ne pas s'exposer. Vous allez dire qu'il faut faire fi des autres et faire les choses pour soi-même, mais c'est plus facile à dire qu'à faire. Comment réussir à se détacher de cette peur qui nous paralyse? qui nous rend amorphe, flemmard, insignifiant, inutile.. A force on n'a plus envie de rien, on végète, on se laisse "vivre" en attendant que ça se passe.
  20. Nemezis

    Psychologue ou Sophrologue?

    Je ne sais pas, je suis peut être pessimiste. J'essai d'envisager tous les cas de figures.
  21. Nemezis

    Psychologue ou Sophrologue?

    Ce n'est pas ce que je voulais dire. Je pensais plus au changement interne qui pourrait engendrer des changements radicaux. Toujours dans mon exemple de famille: la personne qui suite à sa thérapie décide de se séparer de l'autre, le faisant donc souffrir, et entrainant les enfants dans cet éclatement familial. Rien ne dit que cela se produise, mais c'est un risque. Est-ce que ça vaut la peine de faire un travail sur soi pour améliorer un léger mal être si ça génère des "mal-être" plus profond chez d'autres? Et si l'influence négative de celui qui va mal sur l'entourage était moindre que s'il allait mieux?
  22. Nemezis

    Psychologue ou Sophrologue?

    Imaginons le cas d'une famille de 4 personnes. 2 parents, 2 enfants. Vaut-il mieux 1 personne qui souffre ou les 3 autres afin que la première se sente un peu mieux? N'est ce pas égoïste que de faire passer son bien-être avant celui des autres?
  23. Nemezis

    Psychologue ou Sophrologue?

    Merci pour le lien. Il y avait ceci d'écrit : "Les TCC ciblent un trouble précis, elles ne conviennent pas à un mal-être indéfini, qui demande un travail de structuration de l'identité ou un besoin de parler et d'être écouté." Je pense faire parti du problème "indéfini". Il y a trop de choses à modifier, s'il y a une souche commune je ne l'ai pas identifié. En résumé, la sophrologie ne servirait donc à rien seule, il faut l'accompagner d'une thérapie avec un psy. Si je remet un peu tout dans l'ordre, dans l'idéal, psy pour déterminer plus précisément le problème, une fois celui-ci définit, passer à une TCC si c'est possible ou à la sophrologie pour accompagner.
  24. Nemezis

    Psychologue ou Sophrologue?

    Ah d'accord. Et ça consiste en quoi?
×