Aller au contenu

Messages recommandés

Pierre-de-Jade Membre 1 199 messages
Forumeur alchimiste‚ 38ans
Posté(e)

On n’y croyait plus

Je ne suis pas croyant. Mon manque de foi est même proprement incroyable. Je vous prie de croire que ce n’est pas de la faute de mes parents, ma mère ayant poussé la foi jusqu’à se prénommer Marie, prouvant ainsi qu’elle était beaucoup plus catholique qu’un protestant.

Mon père, qui avait décidé d’adopter le patronyme de Roger pour ne pas se faire appeler Joseph, il faut toujours qu’il fasse son intéressant, a très rapidement lever le doute sur mon immaculée conception. Je lui serai éternellement reconnaissant de m’avoir évité d’être affublé du prénom de Jésus et de traîner cette croix toute ma vie, voire plus. En Espagne, passe encore mais en France… Imaginez un peu dans la cour de récréation à l’école, les quolibets du genre « tiens, v’là le p’tit jésus ! » ou « le p’tit jésus est de retour ». Je crois qu’au lieu de leur tendre l’autre joue, le p’tit jésus leur aurait mis sa main dans la gueule à tous ces mécréants !

J’avais donc bien réussi à éviter de m’appeler Jésus mais une attaque aussi soudaine que sournoise m’avait conduit à me retrouver aussi baptisé que l’abbé Pierre. En effet, profitant d’un instant de relâchement bien mérité entre deux biberons, une espèce d’illuminé déguisé en mariée m’avait lâchement plongé la tête dans l’eau alors que je n’avais pas encore mon brevet de 25m et l’âge de lui retourner un bourre-pif.

Tout n’était pourtant pas négatif. Je dois notamment admettre que la revente quelques années plus tard de ma médaille de baptême m’avait largement aidé à financer l’agrandissement de ma collection d’albums d’Astérix et de Lucky Luke.

Vous allez me dire, il n’est pas croyant d’accord, mais il n’est pas le seul dans son cas et il n’y a pas lieu d’en faire toute une histoire.

Je dois avouer que sans l’événement survenu récemment et que je vais de ce pas vous narrer, je n’aurais pas épilogué outre mesure sur cet état irréversible.

Il y a un mois, un dimanche matin à l’heure de la messe ou du résumé filmé de la journée de championnat de foot de la veille, selon la religion à laquelle on adhère, on frappe à ma porte. Par le biais d’un réflexe conditionné que Pavlov m’aurait envié, je me lève pour aller ouvrir.

Je me retrouve alors face à un individu que je classais du premier coup d’œil dans une catégorie s’apparentant plus à celle des SdF qu’à celle des représentants gominés en abonnements câblés haut-débile.

« J’ai déjà donné à Emmaüs pour les étrennes », lui dis-je.

« Bonjour mon fils, je suis Jésus », me répond-il alors.

« C’est ça ! Et moi je suis la Reine Elisabeth ! » lui rétorque-je.

« C’est difficile à croire mais je suis le fils de Dieu et je suis de passage sur terre »

« Les cheveux longs, la barbe, la tenue débraillée, OK. Vous avez le look hippie, mais si tous les hippies étaient le fils de Dieu, ça se saurait et il toucherait de sacrées allocations familiales ! »

Bien qu’il n’ait pas de téléphone portable, il était entouré d’un certain halo qui aurait pu laisser penser qu’il rentrait de vacances à Fukushima. La curiosité l’emportait néanmoins sur la méfiance et l’incrédulité.

« Vous n’êtes pas radioactif au moins ? »

« Non, non, n’ayez crainte mon fils. Je suis la lumière ce qui explique la lueur autour de moi »

« C’est pratique pour aller aux toilettes la nuit. Bon allez , entrez, ne restez pas planté là »

Je fis donc entrer dans mon appartement celui qui prétendait être Jésus.

« Je vous en prie, prenez un Saint-Siège, je plaisante, prenez un siège »

« Merci mon fils »

« Si vous pouviez arrêter de m’appeler mon fils. Mon père a horreur des cheveux longs et il est toujours rasé de près. Vous ne lui ressemblez absolument pas et je vais finir par avoir des doutes sur la fidélité de ma mère »

« Comment voulez-vous que je m’adresse à vous, mon fils ? »

« Appelez moi Pierre »

« ça va me rappeler le boulot mais si ça peut vous faire plaisir »

« Je vous sers quelque chose ? Marie-Brizard, Chartreuse, liqueur de l’abbaye de Thélème, un petit vin de messe ? Je ne vous propose pas de punch planteur… »

« Merci mais un verre d’eau suffira. Comment voulez-vous que je montre la voie si je ne la distingue plus ? »

« Franchement je ne comprends pas. Si vous dites vrai, pourquoi m’avoir choisi moi, et qui plus est dans un appartement en ville, pour réapparaître après une aussi longue absence ? »

« Ma mère s’était caillée les miches dans une grotte il y a quelques années et elle avait traîné un rhum pendant un mois. Déjà que je me gèle les noisettes en slip depuis 2000 ans dans les églises... Un appartement, c’est mieux chauffé »

« D’accord mais pourquoi moi ? Je n’ai jamais réussi à toucher le Tiercé même dans le désordre et je ne parle pas du Loto alors me retrouver d’un coup élu par Dieu et au premier tour en plus, ça relève du miracle »

« Un non-croyant qui dira avoir vu Jésus sera plus crédible qu’une grenouille de bénitier, pardon, une fidèle »

« Mais vous auriez pu réapparaître à Rome ? »

« Ah non ! Depuis ma dernière visite, je garde une appréhension vis-à-vis des romains qui restent ancrée au plus profond de moi-même »

« Mais votre représentant officiel est installé là-bas ? »

« Et bien qu’il y reste ! De toute façon, je ne viens pas pour lui piquer son boulot, il y a bien assez de chômeurs comme ça »

« Admettons, mais pourquoi avoir attendu aussi longtemps ? Il y a longtemps que les croyants avaient fait une croix sur votre retour »

« Je voulais laisser le temps aux hommes de montrer de quoi ils étaient capables »

« Et alors, le verdict après deux millénaires ? »

« Je les croyais capable du pire et bien ils ont fait encore mieux »

« Et vous n’avez rien fait pour les en empêcher ? »

« Ah non ! Depuis que l’aut’ poire avait bêtement mordu dans la pomme, les règles étaient claires ! Chacun devait se débrouiller ! Et puis, s’il avait fallu s’occuper de toutes les dérives humaines, l’éternité n’aurait pas suffi »

« Et vous venez faire quoi au juste ? »

« D’abord me changer les idées. Je vous prie de croire que ce n’est pas drôle tous les jours là-haut. Il ne s’y passe jamais rien. Tout n’est que calme et sérénité. On finit par y trouver l’éternité longuette. A part les petites calottes, il n’y a rien d’excitant là-haut »

« Des vacances, en quelque sorte ? »

« On peut le dire. Avec la hausse continue d’âmes à sauver à effectifs constants, vous comprendrez que j’ai besoin de souffler un peu. Mais j’en profite pour venir rappeler que le boss est encore là et qu’il ne faut quand même pas pousser mémère dans les osties »

« Vous comptez rester longtemps ? »

« Non, non, je repars tout de suite, j’ai des âmes en retard et j’ai les clés du paradis sur moi, je m’en voudrais que certaines restent à la lourde »

« Content d’avoir fait votre connaissance. Vous êtes finalement plus drôle que vos afficionados guindés. Vous avez un message à laisser avant de partir ? »

« Un seul : privilégiez toujours le bien plutôt que de passer votre temps à expliquer où est le mal. Ce n’est pas en voyant le mal partout que les hommes feront le bien »

« Merci de ce conseil et de votre visite, j’en ferai part à qui de droit. Bon retour et bonjour à vos parents ! »

Et c’est ainsi que Jésus ou celui qui prétendait s’appeler Jésus est reparti comme il était venu, sans laisser d’adresse.

La conclusion de cette histoire ? Je vous laisse le soin de la trouver ; moi je vais de ce pas acheter une grille du Loto…

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
le merle Membre 11 250 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

On n’y croyait plus

Je ne suis pas croyant. Mon manque de foi est même proprement incroyable. Je vous prie de croire que ce n’est pas de la faute de mes parents, ma mère ayant poussé la foi jusqu’à se prénommer Marie, prouvant ainsi qu’elle était beaucoup plus catholique qu’un protestant.

Mon père, qui avait décidé d’adopter le patronyme de Roger pour ne pas se faire appeler Joseph, il faut toujours qu’il fasse son intéressant, a très rapidement lever le doute sur mon immaculée conception. Je lui serai éternellement reconnaissant de m’avoir évité d’être affublé du prénom de Jésus et de traîner cette croix toute ma vie, voire plus. En Espagne, passe encore mais en France… Imaginez un peu dans la cour de récréation à l’école, les quolibets du genre « tiens, v’là le p’tit jésus ! » ou « le p’tit jésus est de retour ». Je crois qu’au lieu de leur tendre l’autre joue, le p’tit jésus leur aurait mis sa main dans la gueule à tous ces mécréants !

J’avais donc bien réussi à éviter de m’appeler Jésus mais une attaque aussi soudaine que sournoise m’avait conduit à me retrouver aussi baptisé que l’abbé Pierre. En effet, profitant d’un instant de relâchement bien mérité entre deux biberons, une espèce d’illuminé déguisé en mariée m’avait lâchement plongé la tête dans l’eau alors que je n’avais pas encore mon brevet de 25m et l’âge de lui retourner un bourre-pif.

Tout n’était pourtant pas négatif. Je dois notamment admettre que la revente quelques années plus tard de ma médaille de baptême m’avait largement aidé à financer l’agrandissement de ma collection d’albums d’Astérix et de Lucky Luke.

Vous allez me dire, il n’est pas croyant d’accord, mais il n’est pas le seul dans son cas et il n’y a pas lieu d’en faire toute une histoire.

Je dois avouer que sans l’événement survenu récemment et que je vais de ce pas vous narrer, je n’aurais pas épilogué outre mesure sur cet état irréversible.

Il y a un mois, un dimanche matin à l’heure de la messe ou du résumé filmé de la journée de championnat de foot de la veille, selon la religion à laquelle on adhère, on frappe à ma porte. Par le biais d’un réflexe conditionné que Pavlov m’aurait envié, je me lève pour aller ouvrir.

Je me retrouve alors face à un individu que je classais du premier coup d’œil dans une catégorie s’apparentant plus à celle des SdF qu’à celle des représentants gominés en abonnements câblés haut-débile.

« J’ai déjà donné à Emmaüs pour les étrennes », lui dis-je.

« Bonjour mon fils, je suis Jésus », me répond-il alors.

« C’est ça ! Et moi je suis la Reine Elisabeth ! » lui rétorque-je.

« C’est difficile à croire mais je suis le fils de Dieu et je suis de passage sur terre »

« Les cheveux longs, la barbe, la tenue débraillée, OK. Vous avez le look hippie, mais si tous les hippies étaient le fils de Dieu, ça se saurait et il toucherait de sacrées allocations familiales ! »

Bien qu’il n’ait pas de téléphone portable, il était entouré d’un certain halo qui aurait pu laisser penser qu’il rentrait de vacances à Fukushima. La curiosité l’emportait néanmoins sur la méfiance et l’incrédulité.

« Vous n’êtes pas radioactif au moins ? »

« Non, non, n’ayez crainte mon fils. Je suis la lumière ce qui explique la lueur autour de moi »

« C’est pratique pour aller aux toilettes la nuit. Bon allez , entrez, ne restez pas planté là »

Je fis donc entrer dans mon appartement celui qui prétendait être Jésus.

« Je vous en prie, prenez un Saint-Siège, je plaisante, prenez un siège »

« Merci mon fils »

« Si vous pouviez arrêter de m’appeler mon fils. Mon père a horreur des cheveux longs et il est toujours rasé de près. Vous ne lui ressemblez absolument pas et je vais finir par avoir des doutes sur la fidélité de ma mère »

« Comment voulez-vous que je m’adresse à vous, mon fils ? »

« Appelez moi Pierre »

« ça va me rappeler le boulot mais si ça peut vous faire plaisir »

« Je vous sers quelque chose ? Marie-Brizard, Chartreuse, liqueur de l’abbaye de Thélème, un petit vin de messe ? Je ne vous propose pas de punch planteur… »

« Merci mais un verre d’eau suffira. Comment voulez-vous que je montre la voie si je ne la distingue plus ? »

« Franchement je ne comprends pas. Si vous dites vrai, pourquoi m’avoir choisi moi, et qui plus est dans un appartement en ville, pour réapparaître après une aussi longue absence ? »

« Ma mère s’était caillée les miches dans une grotte il y a quelques années et elle avait traîné un rhum pendant un mois. Déjà que je me gèle les noisettes en slip depuis 2000 ans dans les églises... Un appartement, c’est mieux chauffé »

« D’accord mais pourquoi moi ? Je n’ai jamais réussi à toucher le Tiercé même dans le désordre et je ne parle pas du Loto alors me retrouver d’un coup élu par Dieu et au premier tour en plus, ça relève du miracle »

« Un non-croyant qui dira avoir vu Jésus sera plus crédible qu’une grenouille de bénitier, pardon, une fidèle »

« Mais vous auriez pu réapparaître à Rome ? »

« Ah non ! Depuis ma dernière visite, je garde une appréhension vis-à-vis des romains qui restent ancrée au plus profond de moi-même »

« Mais votre représentant officiel est installé là-bas ? »

« Et bien qu’il y reste ! De toute façon, je ne viens pas pour lui piquer son boulot, il y a bien assez de chômeurs comme ça »

« Admettons, mais pourquoi avoir attendu aussi longtemps ? Il y a longtemps que les croyants avaient fait une croix sur votre retour »

« Je voulais laisser le temps aux hommes de montrer de quoi ils étaient capables »

« Et alors, le verdict après deux millénaires ? »

« Je les croyais capable du pire et bien ils ont fait encore mieux »

« Et vous n’avez rien fait pour les en empêcher ? »

« Ah non ! Depuis que l’aut’ poire avait bêtement mordu dans la pomme, les règles étaient claires ! Chacun devait se débrouiller ! Et puis, s’il avait fallu s’occuper de toutes les dérives humaines, l’éternité n’aurait pas suffi »

« Et vous venez faire quoi au juste ? »

« D’abord me changer les idées. Je vous prie de croire que ce n’est pas drôle tous les jours là-haut. Il ne s’y passe jamais rien. Tout n’est que calme et sérénité. On finit par y trouver l’éternité longuette. A part les petites calottes, il n’y a rien d’excitant là-haut »

« Des vacances, en quelque sorte ? »

« On peut le dire. Avec la hausse continue d’âmes à sauver à effectifs constants, vous comprendrez que j’ai besoin de souffler un peu. Mais j’en profite pour venir rappeler que le boss est encore là et qu’il ne faut quand même pas pousser mémère dans les osties »

« Vous comptez rester longtemps ? »

« Non, non, je repars tout de suite, j’ai des âmes en retard et j’ai les clés du paradis sur moi, je m’en voudrais que certaines restent à la lourde »

« Content d’avoir fait votre connaissance. Vous êtes finalement plus drôle que vos afficionados guindés. Vous avez un message à laisser avant de partir ? »

« Un seul : privilégiez toujours le bien plutôt que de passer votre temps à expliquer où est le mal. Ce n’est pas en voyant le mal partout que les hommes feront le bien »

« Merci de ce conseil et de votre visite, j’en ferai part à qui de droit. Bon retour et bonjour à vos parents ! »

Et c’est ainsi que Jésus ou celui qui prétendait s’appeler Jésus est reparti comme il était venu, sans laisser d’adresse.

La conclusion de cette histoire ? Je vous laisse le soin de la trouver ; moi je vais de ce pas acheter une grille du Loto…

bonjour

lol ,j'aime beaucoup t'on humour et l'esprit qui s'en émmane .continus à nous divertire avec l'élégance et le style qui est le tien .

bonne journée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pierre-de-Jade Membre 1 199 messages
Forumeur alchimiste‚ 38ans
Posté(e)

Merci pour ton commentaire. On ne pourra pas dire que Le Merle est moqueur ! ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
XYparfoisZ Membre 4 674 messages
La mauvaise herbe...‚
Posté(e)

Un régal ce texte Pierre-de-Jade.

Me suis permise d'en extraire cette partie :

Vous avez un message à laisser avant de partir ? »

« Un seul : privilégiez toujours le bien plutôt que de passer votre temps à expliquer où est le mal. Ce n’est pas en voyant le mal partout que les hommes feront le bien »

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité