Aller au contenu

Le Choix


155 vues

Tel un soldat sans sa giberne
Qui ne sait plus bien, là, plus rien
Trompé de mythe, de caverne
Enterré métropolitain

Voyez comme le vieux con parse
Alors que le jeune converse
Les mots de plus doués comparses
Pour la douce vieille qu'on verse

Il s'en soûle, n'est plus très sûr
De mériter l'imputrescible
S'en vient confite, pute, sure
En devient machin irascible

Plein de foi, plus, sois !
Si t'as pas le choix,
T'auras pas la soie :
Restera le foie...


À l’arrêt, ne surviennent que
Ces images d’obsolescence
Qu'emporte hypocrisie d’évêque
À l’orée de la sénescence

Cieux de couleur gland turgescent
Nuits couleur lèvre tumescente
Ça se sent ? Ou est-ce lassant
La rêverie montée descente ?

Trahissent-elles un savoir ?
Dernières choses que verra
Ce corps — départ pour nulle part
Odeur d'aucune, d’aucun toi

Plein de foi, plus, sois !
Si t'as pas le choix,
T'auras pas la soie :
Restera le foie...

1 Commentaire


Commentaires recommandés

Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×