Aller au contenu
  • billets
    8
  • commentaires
    10
  • vues
    202

L'adieu


roux-avant

180 vues

Il y a un temps pour tout, il y a un temps pour nous tous de dire adieu à une petite part de nos vies. Il est 21h, un dimanche soir classique, un week end tout ce qu'il y a de plus classique à ce détail près que leurs vies ne sont plus que côtoiement et non partage. Des mots durs, des actes forts, des envies différentes et différées, des peines qu'on ne partagent plus, des joies que l'on veut secrètes...plus rien ne jointe la vie à deux.

On se tient par un fil, on se retient pas le fil du rasoir. On tente de recoller mais les bris sont trop nombreux et épars pour savoir par où commencer, par quoi commencer...reste les plaisirs de la chair, les hormones, il ne reste plus que cela de la fusion passée. Mais cela ne suffit plus à faire sens à deux. L'intuition que quelque chose d'irréparable va se passer...

Une promenade en fin de week end a priori anodine qui arrive sur la discussion que l'on ne veut pas comprendre : l'une dit que le ras le bol est présent, l'autre n'entend que "rien n'est totalement fini", il ne faut surtout pas prononcer le mot fatidique, celui qui signifie qu'on ne revient plus en arrière mais que les chemins qui se sont croisés doivent se séparer. Rien n'est pire que de ne pas vouloir comprendre que le moment est venu : peur du vide, peur de se retrouver seul à nouveau, peur...peur...peur...

Se dire que l'on est jeté alors qu'en fait on se jette mutuellement depuis des mois. Se dire que si on ne veut plus de nous c'est qu'on nous raye d'un trait de crayon d'une vie. On se sent seul, vide, la douleur est infernale, interne, destructrice, incommensurable. On sent qu'il y a quelqu'un d'autre mais comment en être sûr...la solution arrivera très vite : on annonce que le week end d'après un rendez-vous est fixé avec quelqu'un qui est présent dans la vie de l'autre depuis plusieurs mois, à distance...sentiment de trahison qui omet de rappeler au cerveau que l'autre n'est pas tout propre non plus et qu'après tout les signes étaient là depuis des mois...le week end arrive...elle ne rentrera pas le dimanche soir...elle rentrera uniquement parce que le travail est là...ce week end...un autre et puis un autre et encore un autre...une douleur terrible, impossible de mettre les valises dehors parce que les sentiments sont certainement là, présent, moins importants mais présents...l'aime-t-il encore ou est-ce la peur d'être seul qui fait qu'il croit qu'il l'aime encore ? Il n'en sait rien lui-même...

Et puis l'histoire s'arrête là...pour elle...le bel l'a mise dehors mais elle n'aurait nulle part où aller...alors...l'autre accepte son retour...en ami...en amant...drôle de situation...drôle de mec...drôle d'histoire...un week end normal, un week end sans rien d'autre que le doute...encore et toujours le doute...croire en une seconde chance mais en se disant que c'est utopique...croire comme un imbécile que rien d'avant ne s'est passé...alors que tout s'est passé, tout est fini...un week end normal où elle part...prendre la décision encore et encore...lui dire qu'il ne tient plus à sa présence non pas parce qu'il ne l'aime plus mais parce qu'il est jaloux de la perdre...alors elle doit partir...mais la violence de la nouvelle la prend de froid...les portes claques, la communication est coupée...se reverront-ils ? Il n'en est pas là...il doit se reconstruire seul...mais il l'a en tête comme un enchantement, une sorcellerie dont on ne se sépare qu'en disparaissant...

Une communication un jour...un week end...elle a retrouvé quelqu'un pour quelques fois mais elle ne comprend pas ce qui lui arrive, elle se sent délaissée...alors il vient lui expliquer...l'écouter...la soutenir...au final un week end, ils se rapprochent et se rappellent leurs étreintes passées...mais est-ce bien raisonnable...le doute encore le doute...toujours le doute...alors il est temps de se dire...adieu...un week end...lui dire qu'ils ne se reverront définitivement plus, tout bloquer...se dire adieu définitivement...un week end d'adieu

2 Commentaires


Commentaires recommandés

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×