Aller au contenu

Dystopie

  • billets
    9
  • commentaires
    3
  • vues
    133

"Nous autres", le roman qui a inspiré "1984" d'Orwell

yourself91

59 vues

-C’est extraordinaire à quel point les instincts criminels sont vivaces chez l’homme. Je le dis sciemment : criminels. La liberté et le crime sont aussi intimement liés que, si vous voulez, le mouvement d’un avion et sa vitesse. Si la vitesse de l’avion est nulle, il reste immobile, et si la liberté de l’homme est nulle, il ne commet pas de crime. C’est clair. Le seul moyen de délivrer du crime, c’est de le délivrer de la liberté.

On imagine aisément la citation extraite de 1984, le roman phare de George Orwell. Elle est, pourtant, le fait de D-503, le protagoniste de Nous autres (Gallimard), un court roman injustement méconnu de l'écrivain russo-soviétique Ievgueni Zamiatine. 

Dans ce roman d'anticipation satirique, Zamiatine imagine la vie de D-503, dans un lointain XXVIe siècle où les matricules se sont substitués aux noms. Cet ingénieur tient la chronique d'un régime totalitaire, sous l'égide de celui qu'on nomme "Le Bienfaiteur", alors qu'il participe au chantier qui permettra de construire un vaisseau spatial, L'Intégrale, censé apporter à des civilisations extraterrestres la bonne parole de cette société organisée autour d'un "bonheur mathématiquement exact".  

Bien avant Orwell, Zamiatine anticipait, dans ce roman qu'il commença à écrire dès 1917, les dérives totalitaires du régime soviétique. L'écrivain anglais, qui avait rédigé une critique de l'ouvrage pour le magazine social-démocrate "Tribune", pensait qu'il avait probablement influencé Le Meilleur des Mondes d'Aldous Huxley, autre parangon du genre dystopique. Ce dernier n'avait pourtant pas lu Nous autres quand il écrivit son oeuvre phare, comme il le précisait dans une lettre en 1962.

C'est cependant avec ce roman que Ievgueni Zamiatine trace la voie. Et George Orwell, quant à lui, fut clairement inspiré par ce livre au point d'en copier des éléments extrêmement similaires dans l'intrigue : en croire son biographe Palgrave Macmillan dans Inside George Orwell, il comptait "le prendre comme modèle pour son prochain roman".

Face à la révolution d'octobre, la première dystopie
Ingénieur naval, Ievgueni Zamiatine est un révolutionnaire passionné d'écriture. Dès 1905, il prend parti pour la Révolution. Ses premières nouvelles et actions politiques lui valent ainsi plusieurs exils successifs par le régime tsariste. Réfugié en Angleterre, il travaille à la construction d'un brise-glace pour la Russie en même temps qu'il écrit Les Insulaires, publié en 1917, qui se veut, comme le racontait le traducteur Bernard Kreise dans Une Vie, Une Oeuvre, une "ébauche" de Nous autres : 

Il est ingénieur, ce qui explique entre autres son intérêt pour la science et pas mal de choses dans son écriture, parfois très mathématique, très ingénieurisée. Au moment où il retourne en Angleterre, il fait son travail d'ingénieur naval et en même temps, il écrit un roman sur les Anglais. C'est "Les Insulaires", qui est en fait une espèce d'ébauche de "Nous autres". C'est pratiquement le même sujet, pratiquement la même trame, la même intrigue. L'histoire d'un homme qui se trouve brisée par la société petite bourgeoise, qui est organisée d'une façon quasi-parfaite, quasi-utopique. C'est l'amour, bien entendu, qui déclenche sa révolte contre cette société et qui l'amène à sa perte. 

Après la révolution de février, en 1917, qui marque le début de la révolution russe, Zamiatine rentre en Russie. Néo-réaliste revendiqué, l'écrivain s'éloigne pourtant assez rapidement des écrivains prolétariens, qu'il juge trop proches, du pouvoir et prend rapidement ses distances avec le régime léniniste, quittant le parti bolchévique la même année. Cette déconvenue l'incite à écrire Nous autres qu'il termine en 1920  : 

Ce qui est intéressant pour moi, c'est qu'il s'aperçoit après la révolution, censée justement abolir une société contraignante, qu'au lieu de l'abolir, elle réinstaure un ordre encore plus contraignant, encore plus utopique. Et il reprend le thème des "Insulaires" pour le recycler et l'adapter à la situation socialiste. Il en fait un pamphlet anti-communiste, si on parle de la révolution à proprement parler. C'est là qu'on voit que la peur de Zamiatine de retrouver après la révolution une société d'où la liberté est absente. C'est son grand thème depuis le début jusqu'à la fin, jusqu'à son dernier roman sur Attila, "Le Fléau de Dieu" : il va toujours parler de la liberté, de l'homme qui recherche une liberté au milieu d'une société qui l'en prive. Bernard Kreise

Nous autres ne paraît pas en Russie soviétique, mais est rapidement publié à Paris en 1920, puis en Angleterre quatre ans plus tard. S'il le fait connaître, il lui vaut les ires du régime bolchévique. En 1924, accusé d'antisoviétisme, il est interdit de publication, aussi écrit-il en 1931 une lettre à Staline pour lui demander l'exil : 

L’auteur de cette lettre, un homme condamné à la peine capitale, s’adresse à vous avec la requête de commuer cette peine. Vous connaissez probablement mon nom. Pour moi, en tant qu’écrivain, être privé de la possibilité d’écrire équivaut à une condamnation à mort. Les choses ont atteint un point où il m’est devenu impossible d’exercer ma profession, car l’activité de création est impensable si l’on est obligé de travailler dans une atmosphère de persécution systématique qui s’aggrave chaque année. 

Il sera, raconte le chercheur François Rodriguez Nogueira dans sa thèse consacrée à la Société totalitaire dans le récit d'anticipation dystopique, le dernier écrivain russe à obtenir la possibilité de quitter l'URSS et s'exile à Paris, où il mourra, quasiment oublié de ses contemporains, en 1937. 

Le premier, Zamiatine s'inquiète de ce qu'au "je" a été substitué le "nous" et y perçoit, à son propre désarroi, les dérives à venir du bolchevisme. C'est ainsi qu'il titre son roman, Nous, ou Мы, en russe. En France, s'il a longtemps été intitulé Nous autres, le roman de Zamiatine est, depuis 2017, titré Nous dans une édition parue chez Actes Sud, et traduite cette fois depuis le russe et non pas depuis l'anglais.

C'est donc en opposition au régime en train de s'implémenter en Russie, et qui débouchera sur la création de l'URSS, que Zamiatine écrit la première dystopie, ou contre-utopie. Dans son roman, où la pensée individuelle est proscrite, les unités de temps et de lieu s'effacent peu à peu, puisque l''Etat unitaire", sous l'égide du "Bienfaiteur" veille sur ses ouailles, sur ce "nous" qui fait la substance de l'oeuvre... et qu'on retrouvera plus tard chez Orwell. 

source



Annonces
Maintenant

0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×