Aller au contenu

Tequila Moor

969 vues

Je veux être une barre en un bar de pole dance :
Verticale et glacée, priapisme éternel.
De vos cuisses, esclave... à vos désirs, fidèle...
Votre corps m'écrasant pour en gagner des pence.

Je veux être un des noeuds en vos liens de bondage :
Enlaçant votre chair, embrassant votre derme,
Contraint à vous contraindre en la manière ferme,
Dominé pour vous soumettre – façon vintage.

Je veux être équipier de von Sacher-Masoch,
Vous servir de coupe, de cape, d'oripeaux :
Trace de délicieux sévices sur vos peaux,
Griffures d'abandon, nectar ou même ichor.

Je veux être un fluide, un liquide, gluten free,
Me répandant au mieux : salive, sperme, urine
Arrosant vos mèches, humectant vos babines.
Attention ! Prochaine irrigation : one, two, three...

Je veux être un fouet, une cravache, un sex toy :
Tout autre item de fer dans vos mains de velours
Ou tout autre métal qui me rendra millourt,
Arrachant de beaux cris à votre puit de joy.

Je veux être complice du Marquis de Sade,
Faire enfin pot de chambre ou table ou secrétaire,
Servir vos fondements, sertir vos beaux derrières,
Ou finir paillasson... Devenir marmelade ?

Je veux être passion, duel lubrique, clash :
Bestialité inique & désirs interlopes.
Ou douceur charcutée... Ou plaisirs escalopes...
Rugir à vos cambrures... Puis l'orgasme, crash !

Je veux être enfin, ultime acte borderline,
Une idée : pur concept, mais de pénétration.
Âme soudain oblongue. D'où cette obsession
Partant infester d'autres cerveaux... I feel fine.

Je veux être un machin, un truc BDSM.
Or je ne suis, hélas, qu'une chair désirante :
Être vil accessoire est bouffée délirante.
Mais qui l'a inspirée ? Est-ce haine ? Est-ce aime ?

11 Commentaires


Commentaires recommandés

Sur le même thème


Métamorphose
Écrit par Miriam   

Cinglante capture
D’une âme en pâture.
Minuit, prosternée.
Souffrance alternée
De sinistre à droite.
La cravache, adroite,
Empourpre mes rondeurs,
Brûlantes profondeurs,
De striures carmin.
Un tremblant parchemin,
Une peau révoltée.
L’ire récoltée
Qui par Vous a jailli
De mon orgueil failli
A péri dans le sel
De mon corps qui chancèle,
Se blottit contre Vous
Et redevient… un loup.

source

Lien vers le commentaire
Il y a 1 heure, yourself91 a dit :

Sur le même thème


Métamorphose
Écrit par Miriam

Joli texte, mais si le thème est le même, l'exécution diffère. :8):

Car je vous le dis, et c'est une vérité cocasse, un soupçon d'ironie ne nuit pas en ces écrits salaces.

  • Haha 1
Lien vers le commentaire
Il y a 5 heures, nKhan a dit :

Sinon, on n’appelle pas ça un  « fouet » mais un single tail :D

Ah oui dommage, je pouvais facilement trouver une rime anglaise avec "single tail"... Merci !

Lien vers le commentaire

— Mais qui l'a inspirée ? :)

En tout cas voici-voilà une belle plume, mais qui aujourd'hui (enfin, hier !) a dû couler sur les peaux comme de la cire un peu trop chaude... Et c'était une jolie idée que tu as eue de jouer également sur les mots d'anglais dans tes rimes ; le mélange donne comme une actualité qui aide à tout de suite s'imaginer le grand pole. Oserai-je dire que tu dresses la scène dans nos esprits. — C'est désormais révélé : l'artiste aux alcools forts aime évidemment et le plaisir et la douleur.

Lien vers le commentaire
Il y a 4 heures, Criterium a dit :

— Mais qui l'a inspirée ? :)

En tout cas voici-voilà une belle plume, mais qui aujourd'hui (enfin, hier !) a dû couler sur les peaux comme de la cire un peu trop chaude... Et c'était une jolie idée que tu as eue de jouer également sur les mots d'anglais dans tes rimes ; le mélange donne comme une actualité qui aide à tout de suite s'imaginer le grand pole. Oserai-je dire que tu dresses la scène dans nos esprits. — C'est désormais révélé : l'artiste aux alcools forts aime évidemment et le plaisir et la douleur.

Et bien, personne en fait. :ninja:  L'inspiration venait plutôt de lectures et de discussions. Je pense pouvoir comprendre autant le sadisme que le masochisme, autant la domination que la soumission. Mais je n'ai pas vraiment pratiqué, je ne sais donc si ça me plairait, et comme je ne peux pas dire que ça m'obsède particulièrement... quand j'y pense j'en fais des vers ! J'avais fait de même avec l'urophilie il y a quelques années. La distanciation aide à travailler le texte et les idées plutôt que les sensations.

Lien vers le commentaire

Bonsoir,

Depuis la remontée de ce billet il y a quelques jours, les 4 majuscules en constituant le titre s'affichent très clairement sur ma page d'accueil. À chaque connexion.

Et mon regard pétille. À chaque connexion.

Et mon imagination... À chaque connexion.

Et mes sens... À chaque connexion.

Bref, c'est terrible. À chaque connexion.

:blush:

Lien vers le commentaire
Il y a 4 heures, Nutkin a dit :

Bonsoir,

Depuis la remontée de ce billet il y a quelques jours, les 4 majuscules en constituant le titre s'affichent très clairement sur ma page d'accueil. À chaque connexion.

Et mon regard pétille. À chaque connexion.

Et mon imagination... À chaque connexion.

Et mes sens... À chaque connexion.

Bref, c'est terrible. À chaque connexion.

:blush:

Et oui, les chatoyants effets du marketing fonctionnent toujours à nos dépens, y compris en matière de poésie. C'est très vilain, pour ne pas dire roublard. Ceci dit, vous me semblez là victime consentante, jouissant autant d'une imaginative frustration que de la capacité de votre ordinateur à assurer de bonnes connexions. Le pauvre Eros n'aurait jamais cru qu'il deviendrait médiatisé.

Bienvenue sur ce blog. :hi:

Lien vers le commentaire
Il y a 2 heures, Tequila Moor a dit :

Et oui, les chatoyants effets du marketing fonctionnent toujours à nos dépens, y compris en matière de poésie. C'est très vilain, pour ne pas dire roublard. Ceci dit, vous me semblez là victime consentante, jouissant autant d'une imaginative frustration que de la capacité de votre ordinateur à assurer de bonnes connexions. Le pauvre Eros n'aurait jamais cru qu'il deviendrait médiatisé.

Bienvenue sur ce blog. :hi:

Manifestement, les clichés fonctionnent toujours aussi, y compris sur ce "blog" : qui évoque l'éveil de son imagination ne sous-entend pas à coup sûr celui de sa frustration.

Quant au titre p*taclic, vous et moi connaissons les rouages élémentaires de l'écriture ; donc la raison de votre choix. 

Agréable journée. *révérence*

Lien vers le commentaire
il y a 29 minutes, Nutkin a dit :

Manifestement, les clichés fonctionnent toujours aussi, y compris sur ce "blog" : qui évoque l'éveil de son imagination ne sous-entend pas à coup sûr celui de sa frustration.

Quant au titre p*taclic, vous et moi connaissons les rouages élémentaires de l'écriture ; donc la raison de votre choix. 

Agréable journée. *révérence*

Qu'y puis-je ? Je projette sur les autres mes propres travers : imagination chez moi rime avec frustration, voilà toute l'affaire.

Et le titre n'est pas p*taclic, puisqu'il désigne de manière généraliste mais concise le contenu du texte : serait p*taclic le fait de nommer BDSM un envoi sur les doux paysages de Sicile et les pizzas à l'huile d'olive que l'on peut y déguster, par exemple. Pas de tromperie sur la marchandise, ici : j'ai la mercatique éthique.

À bientôt (j'espère)

Modifié par Tequila Moor
Lien vers le commentaire
il y a 42 minutes, Tequila Moor a dit :

Qu'y puis-je ? Je projette sur les autres mes propres travers : imagination chez moi rime avec frustration, voilà toute l'affaire.

Et le titre n'est pas p*taclic, puisqu'il désigne de manière généraliste mais concise le contenu du texte : serait p*taclic le fait de nommer BDSM un envoi sur les doux paysages de Sicile et les pizzas à l'huile d'olive que l'on peut y déguster, par exemple. Pas de tromperie sur la marchandise, ici : j'ai la mercatique éthique.

À bientôt (j'espère)

Ma foi, soyez frustré si cela vous sied et inspire. *sourire*

Il l'est quelque peu à mes yeux, de par sa nature tapageuse en ces lieux. Cependant, ai-je écrit que vous aviez agi par pure motivation e-mercantile ? Non. J'ai précisé que nous connaissions tous deux la raison première de votre choix (par exemple, "BDSM" car ça parle tout simplement de BDSM). Pas ma faute si vous courez.

Well, ya veremos. 

e4cad82cc93db5042bfa1c1ee7122316.jpg.70287ba3c3ede6115d08d03c73af5548.jpg

Lien vers le commentaire
Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×